Page 15

qu’on craignait de la voir tomber au moindre effort du vent. Le toit de tuiles brunes et couvert de mousse s’affaissait en plusieurs endroits de manière à faire croire qu’il allait céder sous le poids de la neige. Chaque étage avait trois fenêtres dont les châssis, pourris par l’humidité et disjoints par l’action du soleil, annonçaient que le froid devait pénétrer dans les chambres. Cette maison isolée ressemblait à une vieille tour que le temps oubliait de détruire. Une faible lumière éclairait les croisées qui coupaient irrégulièrement la mansarde par laquelle ce pauvre édifice était terminé, tandis que le reste de la maison se trouvait dans une obscurité complète. La vieille femme ne monta pas sans peine l’escalier rude et grossier, le long duquel on s’appuyait sur une corde en guise de rampe ; elle frappa mystérieusement à la porte du logement qui se trouvait dans la mansarde, et s’assit avec précipitation sur une chaise que lui présenta un vieillard. – Cachez-vous, cachez-vous ! lui dit-elle. Quoique nous ne sortions que bien rarement, nos démarches sont connues, nos pas sont épiés. – Qu’y a-t-il de nouveau ? demanda une autre vieille femme assise auprès du feu. – L’homme qui rôde autour de la maison depuis hier m’a suivie ce soir. 15

Balzac-57  

BeQ Honoré de Balzac Un épisode sous la Terreur Scènes de la vie politique La Bibliothèque électronique du Québec Collection À tous les vent...

Balzac-57  

BeQ Honoré de Balzac Un épisode sous la Terreur Scènes de la vie politique La Bibliothèque électronique du Québec Collection À tous les vent...

Advertisement