Page 10

deviner. Le pâtissier et sa femme se regardèrent et se montrèrent la vieille femme en se communiquant une même pensée. Ce louis d’or devait être le dernier. Les mains de la dame tremblaient en offrant cette pièce, qu’elle contemplait avec douleur et sans avarice ; mais elle semblait connaître toute l’étendue du sacrifice. Le jeûne et la misère étaient gravés sur cette figure en traits aussi lisibles que ceux de la peur et des habitudes ascétiques. Il y avait dans ses vêtements des vestiges de magnificence. C’était de la soie usée, une mante propre, quoique passée, des dentelles soigneusement raccommodées ; enfin les haillons de l’opulence ! Les marchands, placés entre la pitié et l’intérêt, commencèrent par soulager leur conscience en paroles. – Mais, citoyenne, tu parais bien faible. – Madame aurait-elle besoin de prendre quelque chose ? reprit la femme en coupant la parole à son mari. – Nous avons de bien bon bouillon, dit le pâtissier. – Il fait si froid, madame aura peut-être été saisie en marchant ; mais vous pouvez vous reposer ici et vous chauffer un peu. – Nous ne sommes pas aussi noirs que le diable, s’écria le pâtissier. Gagnée par l’accent de bienveillance qui animait les paroles des charitables boutiquiers, la dame avoua 10

Balzac-57  

BeQ Honoré de Balzac Un épisode sous la Terreur Scènes de la vie politique La Bibliothèque électronique du Québec Collection À tous les vent...

Balzac-57  

BeQ Honoré de Balzac Un épisode sous la Terreur Scènes de la vie politique La Bibliothèque électronique du Québec Collection À tous les vent...

Advertisement