Page 1

Portefolio

Justine Emard


Justine Emard

Née en 1987, à Beaumont (France), Justine Emard vit et travaille à Paris. Elle explore la déstructuration du dispositif cinématographique et crée un univers où l’image fait écran et impose sa matérialité réelle et non l’imaginaire auquel elle est supposée renvoyer. L’écran de cinéma fait corps avec le paysage ou commence à se dématérialiser et devient le support d’une projection mentale. Son travail emprunte à l’imagerie filmique ses clichés pour les détourner de la fiction vers une autre réalité. Sa recherche se décline à travers plusieurs médiums : photographie, vidéo, installation et réalité virtuelle.

/ Formation 2010 - Diplome National d’Expression Plastique Ecole Supérieure d’Art de Clermont Métropole, Clermont-Ferrand 2008 - Université d’Oklahoma, Etats-Unis 2013 - Master II « Conduite de projets culturels » Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand - Mémoire Universitaire: « Art contemporain et patrimoine : un mariage heureux ? »

/ Expositions Personnelles 2013 « Screencatcher » Gislaveds Konsthall, Suède « Pleins feux » Vidéoprojection sur la façade de l’Opéra-Théâtre de la Ville de Clermont Ferrand 2012 Small Projects Gallery, Art Video Exchange, Tromsø, Norvège « En attendant la nuit » Exposition et vidéomapping , Lycée Saint Julien, Brioude 2011 « Effet Ecran 2.0 », Galerie de l’art du temps, Vidéoformes, Clermont Ferrand 2009 Galerie Regards croisés, Lyon, Biennale Off (X° biennale d’art contemporain de Lyon)

/ Résidences 2011-2012 Résidence photographique « Ecritures de lumière », Drac Auvergne, Ministère de la culture 2010/2011 Résidence à Vidéoformes, Clermont-Ferrand Résidence expérimentale dans un Centre de Réalité Virtuelle, Parc Technologique La Pardieu, Clermont-Ferrand


/ Bourses 2013 Obtention de l’aide individuelle à la création, DRAC Auvergne 2011 DICRéAM ( aide aux installation numérique du CNC) , Ministère de la culture et de la communication, CNC, CNL Obtention de l’aide à l’installation matérielle pour les artistes, DRAC Auvergne Lauréate du concours artistique organisé par l’IFMA (Institut Français de Mécanique Avancée), Clermont-Ferrand Lauréate du concours « Regard sur l’Europe » organisé par la Préfecture de région Auvergne – Exposition à la Chapelle des Cordeliers, Clermont-Ferrand

/ Expositions Collectives 2014 « Video - Art and geolocalization », Palais des Beaux Arts, São Paulo, Brésil «L’horizon nécéssaire», Le Musée Passager - pavillon itinérant (Saint Denis, Evry, Mantes-la-jolie, Val d’Europe) 2013 « Pensé(z) cinéma », Centre d’Art Contemporain de Meymac « Nuit des Musées », Meet factory, Prague, République Tchèque 2012 Pop Up Store «Auvergne nouveau monde», projection à La Bellevilloise, Paris Installation vidéo à l’ Electric Palace, Festival international du Court Métrage de Clermont Ferrand 2011 « Tropismes(2) », Chanonat, France « This is media art », Emaf, Festival Européen d’art et médias, Osnabrück, Allemagne Festival Vidéoformes, Chapelle de l’Hôpital Général, Clermont Ferrand « J’ai encore une chose à vous montrer », Le Grand Atelier, Ecole Supérieure d’Art de Clermont Métropole 2008-2010 Première, Centre d’Art Contemporain de Meymac Festival International du Court Métrage, sélection «Oklahoma University Students», Clermont-Ferrand Exposition, Sounder Music art gallery, Norman, Etats-Unis « Garden Party », Centre d’Art contemporain, Pougues-les-Eaux

/ Autres projets artistiques 2013/2015 - Photographe et assistante des artistes du Pavillon Neuflize OBC, laboratoire de création du Palais de Tokyo, Paris


Un jour, Olivier Mosset a déclaré que ses monochromes étaient des peintures ratées. Il voulait dire par là que ce genre, en tant qu’aboutissement pictural, avait perdu sa radicalité aujourd’hui puisqu’il était devenu une image académique de lui-même, entraînant avec lui la chute de l’idéal moderniste. Si la dimension monochromatique est intégrée à la démarche de Justine Emard, ce n’est pas sous l’angle de la neutralité ou du constat d’échec. Sa pratique irait plutôt puiser du côté d’une certaine histoire des avant-gardes de la seconde moitié du XXe siècle : celle du cinéma sans image (de l’Anticoncept de Gil Wolman au flicker à la Paul Sharits). Une manière, pour elle, d’expérimenter ce qui distingue la fixité du mouvement et de réévaluer la question de l’écran – qui cache et qui révèle –, celle du cadrage et du hors-champ, paradigmes du cinéma. La disparation progressive de l’image, à l’œuvre dans les photos et les vidéos de Justine Emard, a débuté par une enquête sur l’abandon des drive-in theaters aux Etats-Unis et en Espagne. Lors de ses repérages à Dallas en 2008, elle constate l’évanouissement des derniers cinémas en plein air. Elle recherche alors dans le tissu urbain la trace d’écrans potentiels. Sur chaque cliché de la série des Ecrans égarés flotte un rectangle blanc dans le paysage. Il s’agit généralement de formes, anonymes et « sauvages », le plus souvent peintes sur les murs de brique de la ville, que l’artiste découvre lors de ses pérégrinations. Si leur fonction première demeure incertaine, Justine Emard les considère comme des zones de projection mentale spontanées, quasiment engendrés par l’espace publique lui-même. Un dispositif ready-made, en quelque sorte. Dans un diptyque sans titre photographié à Sète en 2009, l’écran n’est plus qu’un contour sur l’horizon maritime, matérialisé par l’architecture délabrée d’une périphérie portuaire. « Le cinéma est dans la nature » déclare Godard à propos des alternances de la mer qu’il filme dans Le Mépris à travers le cadre des fenêtres de la villa Malaparte. A l’opposé du monochrome, la disparition de l’image, chez Justine Emard, est antimoderniste puisqu’elle ne revendique nullement l’essence du medium artistique. L’œuvre, bien au contraire, est contextuelle. L’intérieur du cadre devient poreux, ouvert sur le hors-champ du monde qui l’environne : la tache de rouille sur l’écran vide, les murs de la ville, le halo des phares de voitures qui se rallument. La séance est terminée, ou ne faitelle que commencer ?

Gallien Déjean

Page suivante:

Ecran abandonné, 2010, Photographie argentique / contrecollage aluminium, 100x130 cm


Ecrans Egarés, 2008 Série de quatre photographies numériques / Contrecollages sur aluminium 4x (40x60 cm)


Sans titre 2009 Dyptique photographique argentique / Contrecollages sur aluminium 2 x(117x150 cm)


Torn City, 2011 Photographie, 100x60cm Contrecollage sur aluminium.


Missing Landscape, 2011 Diptyque Photographique, Contrecollage sur aluminium, 2x(100x60cm)


Consructions, 2012 SĂŠrie de quatre photographies argentiques / Contrecollages sur aluminium 4x (?x? cm)


Vue de l’exposition « Pensé(z) cinéma », Centre d’Art Contemporain de Meymac, 2013

A gauche, Hiroshi Sugimoto, photographies, à droite, Justine Emard «Wonderland», 2013, (4 x 2,5m) impression photographique sur bâche


Effet-écran, installation multimédia, 2011 Projection vidéo / 4 Hauts parleurs d’un Drive-In-Theater du Michigan Vue d’exposition, festival Vidéoformes, Chapelle de l’hôpital général, Clermont-Ferrand


Screencatcher, installation interactive, 2014 8 Dessins (100x 60cm) et réalité augmentée sur tablette numérique, Dimensions variables Vue de l’exposition « Video - Art and geolocalization », Palais des Beaux Arts, São Paulo, Brésil Application disponible sur l’Apple Store et Google Play


Vue de l’installation à la Small Project Gallery, Tromsø, Norvège

VIDEO


Double-Trouble, Justine Lemaitre et Clémentine Emard, 2012 Performance Live Cinéma, Vjing Vue de la performance à la Galerie de l’Art du Temps, Clermont-Ferrand

VIDEO


Un K, d’après le Procès de Franz Kafka, 2012-2014, création vidéographique avec la compagnie La Transversale


Visions, 2014, création scénographique et vidéographique pour l’Opéra - Spectacle du Choeur d’Auvergne «Voix, couleurs et formes, correspondances à l’aube du XXème siècle», cinq vidéoportraits.


VIDEO

VIDEO

VIDEO


MADE IN CHANTELLE - 2013

FIlm, 12’ Réalisation du film « Made in Chantelle », immersion pendant trois jours dans l’Abbaye Saint-Vincent dans la communauté des sœurs bénédictines et dans leur entreprise de cosmétiques, DVD en vente à la boutique de l’Abbaye.

VIDEO LE SATTELLITE - 2013/ 2015

Centre d’art numérique Elaboration du projet de centre d’art numérique à Contigny (Allier) Définition du projet & consultante artistique Ouverture Juin 2015

SEVEN ISLANDS - 2012

Film, 20’ Tournage / prises de vues, montage et sound design du film « Seven Islands » de Ange Leccia Benesse Art Site Naoshima, Japon Production: La fondation Fukutake et le Palais de Tokyo

VIDEO LA MONTAGNE - 2012 Photographe de Presse pour le journal La Montagne, Groupe Centre France Réalisation de vidéos pour le web

PRINCESSES - 2010-2011 Film, 1’ -Projet fédérateur Art Vidéo (DRAC,Rectorat de l’académie, CRDP, Videoformes) intervention en collèges et lycées 2008-2012 -Responsable de l’atelier Arts Plastiques, École Nestor Perret, Clermont Ferrand

VIDEO


Justine Emard +33 6 63 78 92 96 justineemard@gmail.com www.justineemard.com 33 Rue de Clichy 75009 Paris


Hors champs, 2013/2014, SĂŠrie photographique

Justine emard Portefolio