Page 1

Maison

Kerterre, la maison sculpture en pleine nature Archi légère pour habiter autrement. Un lieu à mi-chemin entre la cabane et la yourte. Un petit dôme en chanvre et chaux, naturel et économique.

Design Une peinture sans polluants Les COV (composants organiques volatiles) sont une vraie plaie dans l’ameublement et les peintures, particulièrement pour la déco de chambre d’enfant. Aérer, c’est bien, avoir une peinture sans polluant, c’est mieux. Voici Georgeous, une nouvelle peinture (18 couleurs tendres ou acidulées, à partir de 22 €) sans solvant, à base de 95 % de matières naturelles renouvelables (huiles de ricin, colza bio, lin, cellulose…). Même les colorants sont nickel ! Résultat : 0,001 g de COV par litre de peinture, georgeous.fr (Véronique Couzinou)

Déco Le fabuleux petit savoyard

DR

Avec sa forme de dôme, ses ouvertures bulle, sa porte en bois sculpté, cet habitat ramène à l’enfance.

En 1890, à Albiez-le-Vieux, en Savoie, Joseph Opinel met au point un petit couteau de poche pour les paysans et les villageois. Le fameux outil fête aujourd’hui ses 125 ans. Il se décline en 13 gammes dont une pour les enfants. Et le premier sécateur vient d’être créé. Manche en bois, lame en acier carbone ou en en acier inoxydable, le couteau, naturel ou coloré, est toujours utile pour les pique-niques, barbecues, balades et voyages : à partir de 11,90 €. (Fabienne Marais)

Sieste tropicale

La toute première Kerterre vient de fêter ses dix-sept ans. Ce petit habitat rond de 12 m2 se love dans un jardin fleuri du Finistère sud, chez Évelyne Adam. Une « maison sculpture » comme la qualifie sa créatrice, qui a résisté au passage du temps et aux météos humides. Avec sa forme de dôme, ses ouvertures bulle, sa porte en bois sculpté, cet habitat hors du commun ramène à l’enfance, vers un univers fantastique de contes de fées… Pour autant, la construction à base de chaux et de chanvre a fait ses preuves en termes de solidité. Et ce, en dépit de l’absence de structure porteuse. Cette résistance s’explique par un phénomène naturel. En vieillissant, « les murs carbonatent, c’està-dire qu’ils se transforment et durcissent comme de la pierre sans aucune intervention », observe Évelyne Adam. Pas de charpente donc. La robustesse de la fibre de chanvre, la forme ronde et la hauteur réduite assurent l’équilibre du tout. Les murs reposent

sur un petit soubassement en pierres pour éviter les remontées d’humidité. Au sol pas de dalle, mais un lit de sable recouvert de terres cuites. Voire un tapis de chanvre pour « rester en contact direct » avec la nature.

Bonifier la nature La démarche est là : s’inscrire à nouveau dans l’écosystème en tant que maillon vertueux. À la décroissance qui préconise de consommer le moins possible, Évelyne préfère parler « d’abondance de la nature » tout en proposant « de la bonifier ». La Kerterre y contribue : chauffage au bois, récupération d’eau de pluie, matériaux sains et naturels, toilettes sèches, production d’électricité par panneaux photovoltaïques. La voie de l’autonomie. De par sa légèreté de son mode constructif, cette habitation peut disparaître comme elle est apparue dans le paysage. Sans laisser de traces… La facilité de mise en œuvre constitue l’autre grand objectif d’Evelyne Adam. Au départ, son projet était

motivé par l’idée d’offrir à tout un chacun, « et en particulier aux femmes », la possibilité de construire sa propre habitation. Un stage de trois jours, un demi-roundballer de chanvre et 35 sacs de chaux suffisent, selon elle, pour réaliser son propre dôme. Avec la possibilité de les ajouter les uns aux autres et de les relier par des couloirs de verre. Évelyne peut aussi livrer une Kerterre en cinq jours pour un budget de 6 000 à 10 000 €. La jeune femme a en projet un multidôme sur une parcelle située dans un lotissement, à Braspart (Finistère). Elle rêve de construire pour les sansabri. Dans la plupart des cas, la Kerterre vient en extension d’une maison existante, comme chambre d’amis, bureau, cabane. Les usages varient. Tout comme les profils des habitants, aussi divers que l’on puisse imaginer…

Anne-Elisabeth BERTUCCI. Photos : Michel OGIER.

JumboBag

Repères

Enfin des coussins géants élégants pour égayer la terrasse, le jardin, voire le salon cet été ! JumboBag, jeune marque toulousaine qui fait fabriquer ses poufs et coussins XXL en Allemagne (jumbobag. fr), lance un nouveau motif tropical, très contrasté et luxuriant. Le plus de cet oreiller géant de 130 x 170 cm (249 €) ? Comme il est en polyester enduit PVC et rempli de micro-billes de polystyrène, il est résistant à l’eau, mais aussi au feu et aux UV. Parfait pour une sieste estivale. (V.C.)

Surface : 12 m2. Coût : entre 6 000 et 10 000 € (selon la surface). Réalisation : Évelyne Adam Contacts : 06 21 12 73 40 ou infokerterre@gmail.com Renseignements : kerterre.org et vacancesaulogis.wordpress.com

Profile for JUMBO BAG

Fr 150705 ouest france jumbo bag printed tropical  

Fr 150705 ouest france jumbo bag printed tropical  

Profile for jumbobag