Page 1

JULIETTE DELALANDE BOOK

Refinte

1


Refinte

2


JULIETTE DELALANDE GRAPHISTE 181 rue Febvotte 37000 - TOURS - CONTACT Juliette.delalande@hotmail.com 06.95.60.58.26

Refinte

3


J U L I E T T E DELALANDE

http://jlzdzp.blogspot.fr/

LANGUES Anglais - courant Espagnol - notions

+ Voyages Portugal / Espagne Littérature Jack Kerouac, Mathias Malzieu, Charles Bukowski ... Cinéma David Lynch, Sofia Coppola, Quentin Tarantino ... Passionée de musique élétronique ouverte à beaucoup d’autres styles.


Anglais courant

Refinte

5


Logo pour le collectif ĂŠlectronique congress

6


inal et présentation

Graphisme // MONIN _ Final et présentation

Sirop thé framboise/ Sirup thé framboise / Sirop thé framboise Avec alcool

Ingrédients : Sape natiberor sum quam, sed quat plic totat aceris expliquia dolo endaepr estiuntiis etur, core eosaerrum quae plit, secus, officia delicium harchil lanistis il explibus sa ea conse es derci arum evel ius mod quia imin et vel minctem repelibus, consedis accum que et perchit ibusame por harum hiliscil intur, que illoreroviti in et el eosam, conesci mperro occaero conectist ent, odit odit odi blaut atinullam, endessi nverspNobit, essunto maxima quis volor rem ut officius sequost et omnima erum

Juliette Delalande

Sans alcool

utas milibus de raturio. Et voluptatur, ullitet eosam aut eossite solupta ssitio occusant. Borestora doluptatint. Tur, sitaspel et oditam atus voluptam reprati isimintur, con endelic taturepRo voluptur molestione niaspidus aut velitatate ped quam eat. Alicae quas ut occum voluptae aut a quiam que doloribus doluptatas dolorem eum, si doloria dolectas et ut vent aut aut ut venis

MONIN

18000 BOURGES - FRANCE WWW.monin.com

25cl odit odi blaut atinullam, endessi nverspAgnis aut facepelia consequost, invelleseque

13

Refonte de la charte graphique de MONIN

7


Affiche pour le Bateau Ivre 1èere Distillation

8


Road trip en Namibie 3 semaines pour découvrir le meilleur de la Namibie le temps de ce voyage safari

21 jours à partir de 4400 €

Voyage en liberté dans le Nord-Ouest de l'Argentine 13 jours pour découvrir les plus beaux paysages des Andes au nord-ouest de l'Argentine

13 jours à partir de 4840€

Création typographique et mise en application

Chaud-froid à Coppenhague 3 jours pour parcourir un pays entre terre et eau

3 jours/2 nuits de 440€ et 580€

9


Création typographique Caractères masqués

10


LE PETIT FAUCHEUX Salle de spectacle, concerts Jazz, musiques contemporaines et musiques d’improvisations.

FLYERS Refont de la charte graphique du Petit Faucheux

11


Refinte

12


Portrait typographique fait main : Heroes of rock

13


AUTHENTICIʼthé

Pèche

CONVIVIALIʼthé

Packaging / Nouvelle gamme bien pour les Thé lipton

14


Refinte

15


Refinte

16


Fender CS David Gilmour Stratocaster N.O.S

8 Encart publicitaire pour la guitare Fender CS David Gilmour

17


Concept pub pour K2R les t창ches ne sont plus une menace

18


Concept pub pour K2R Les t창ches ne sont plus une menace

19


Concept pub pour Bourjois Maintenant vous oserez prendre votre pied !

20


«Je m’appelle Joel Williams. j’ai 46 ans, je suis Amérindien de la tribu shoshone-païute. Je suis incarcéré depuis vingt-cinq ans, suite à une condamnation à perpétuité assortie d’une peine plancher de vingt-sept ans. Je suis également écrivain. Voici comment tout a commencé... » Postface du professeur Stephen Cooper, auteur de plein de vie la biographie référence de John Fante

Joel williams / du sang dans les plumes

Au carrefour de la tradition amérindienne et de la littérature de prison, de l’humour et de la poésie, Joel williams, le boxeur guitariste, nous fait partager les hantises mais aussi les espoirs qui rythment ses journée : tentaion de la folie et de l’autodestruction, médiance, violence, trafics, rivalité des gangs, recherche des racines ethniques, survie face à la mesquinerie et aux humiliations défoulement dans le sport, obsession sexuelle, image de la femme tentatrice, salut par l’art ...

JOEL WILLIAMS

13E NOTE EDITION - A contre sens

JOEL WILLIAMS Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Nathalie Beunat

Entre aventure humaine et inventaire d’une pharmacie bien remplie, ce Voyage au bout de la blanche nous fait consommer coke, herbe, champignons, ecstasy, alcool et opiacés en tous genres. En compagnie de junkies ou de médecins, J.R. Helton fait le portrait d’une société américaine en proie à la dépendance.«Tout au long de ce «voyage au bout de la blanche », Jake ingurgite des drogues et partage avec nous leurs effets tant sur son corps que son esprit. Leur séduction n’est pas minimisée, même s’il est souvent à la limite de la folie. Et ses commentaires brutaux sur une Amérique prétendant, façon Nancy Reagan, que les drogues sont réservées aux faibles et aux marginaux, n’en sont que plus convaincants. À lire sans crainte d’overdose !»

J.r helton

13E NOTE EDITION - A contre sens

j.r Helton Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Nicolas Richard.

J.R HELTON / VOYAGE AU BOUT DE LA BLANCHE

13E NOTE EDITION

13E NOTE EDITION

Edition 13E NOTE collection A contre sens

22


23


, Astro

nomie

Domin

Syd Ba compo rrett, pr em vies sant «Astr ier mem et infl uenc onomie bre des Do er, te PI chno mine» , NK FLOY logies la Lest , arts, conquète D l’avait fugitas dé ciném sp mos a mais atiale all ja compr M us sincta ait is auss coru i mus changer en volup ut e vo lu m et nos ique. pt ta volor ero qu ad qu venet volup iis t, ve i nt am fu ndam dolorest, sim tatur sin ma vit hi ga. M us l a do re pr , omniam usda nu verf erfer ipsuntia lorias atur? ib et quis ea m su us t ex dolor m re tru Nem ac

e Rata

tin po

re la

vend

eli

Ju ille Un m m es er atecto premi t 19 69 , offi deux ême été po ea volec ptatis nissi ère foi po et rêve mi, dend um qu e rum ul cip sumqu pose s : 19 s, l’h ur la uc pa o opta sit dolo um, quia tatam, Tiu le 69 Sumq son sa pied su umanité sint m i as aut an ni m ve ru pt a qu uis co r pa ri m, none molut mag o bea as sanda inc l olu igenis nsec depu tellite ina la lune, bu s, autatia pta aut dunt, se molor ro iet, qu nataq t su nt st ell is la nu cces sa m magnam aeresed qu i ui ac iu ev iq du en eli er m cu un ui it des sible diciis gend um et , s s ssi eum ex ce nt t dolo entur, temps vere do lu pt a siti des it ur ru m qu Un mo dolupt undel idun ut es dolorer endi voloren s . qu am idell ec ? Is la a e a q u restibus is o asim secum no tu m qu i plu et pr am tate m, us , qu i Ga. as dunti ali totas iume none ius iliciti ulpimus esqu s tard en even cium, sit do nse cus Itatia ut et m et eo qui arch e n t e t t es en Ao qui cu quiat e av ar pa ut ait dis i lum r . Ge llupie tiis ex qu il m au t se eu st mos rassemlieu le plu hasard, cea quam m, sa sa solo nis an tur? omni lam, cons olo vo a e r n a d ullatis s , ble vo gr tur m sim ste m abor luptat semi loreh and ment olorro pel quatu ed ut iatus , sedit et que optate -s enim quo torro quam vo quas au re ra les tem pontan musical in é de re, oc sciis eiur maio no lu pt a ss iti volorem nihti doluptamditis cipsa ps. re, ten rest pe sit nonsed tout m illu ac , e ns et as t, sim ne velique id ut catquid qu cae au erfere no on co n volor tasitat iatquod que De it seru n e s ptas bea ve parchic eius. velita debisur, tecte astro om ni alic ien da am, as daeri onse natecatur chi ab liq no ua f ci de qu ditis fre m fug orepro Dolup P l u s miques lita repudam ol up nd iti ide de bi ta tiu id qui modi s a. Em ! tatibu non de ta od od mp m om s ec sp s it p e no ore pe usda do nim 50 ec aut au i e co ndun none nsequi liquu nu s dolup usdae co luptas dit vo te de jo ur t a t e u r s 0 0 0 0 ns ium m ntiaere s de ta sp nobis ndel in lupie re erci omm quae s mi, as labo. Ab iendu n conem au pe os ct ore ip co nc u r 4 oreiu minverovid scid ut berchi sumquis rum no em vo a delibus rendt vo lo re pe s, quibus, er t 243 m do ! lu pt maxim anisi sequi ss ita hecta d et nos aliqu ciet eos terra ol que lut velig do llu tio s ul lo ib us nobisti orr diaerfe rn um ins de res soit re ptas e volo enda pr ut ov ore pt ips atia 32 gr pedit ru ide footba 180 ipsum ac us at en ou eum maxim as arum bitaqui de rc m nim danti do caborum 1 millio pes et ch ll. qui dolor ia il fug ai len il m eped onse ias il mille isq im en earum essa n de perso anteurs qu qui nd re es ue yé iae cu fu gi em in re is seque t expla selon de rejoin nnes ont t rehen ut oc s au ta quvel dre le sinve ex ce at iam ca co n 9 he la police site nd en ur loc pe liq tetur alitia is quas ita quatibe im us liqua l’heu es du ma ale ... m, pe tia se ui s au t re à tin quibu d quidi ro eatur, la nt Rae ctur? pr od laque , c’est c tec s, su ve ui toria nduc m simus ndessit vo deva t Jim i lle s’est iis rer quo oc nt se He , lup sa cu es em nd tis pic uleme lla vo lum irrédu ips ve de rix torem nt au t pore am resc lit dentio resti 4 ca ctibles ép 30 000 atem arum, , ias bu m uis ratur? ut utae sim seque ea te ende s, idit, pour éras se és. t en rrum co ule nobis maio. Id que do Ed et qu t quas 1e ré uvrir l’évè ment Fugia lor ad qu id q turita comm u a e s unt. at S c o alisateur nement, r comn u : Mar qu id ossitati ve n t i s c i monta c e s e , i p o u tin rum na ge. r le quatu qu ae vo m lum re st id et r, tem qu am inc que eu tium re , sitiis dolor m quid ut rest et, po officid repeliq plitiorera Ores i nobit uta uatatur, to t. tatem dolorectur . Nam, , cupta ut om nim amvellabo. Da ta m a

1

e Domin ciale nomie pa Astro nquète s6 mpris en ja co ger nos et co it dé l’ava allait chan Rock . OYD

et e été 69 mêm 19

Un s: le rêve K FL te spatia i musique deux s PIN la ss uè po ur ité bre de , la conq mais au 69 , an r mem omine» , cinéma et 19 l’hum emie D ts Ju ill re fois, r la lune, tt, pr ronomie gies, ar iè n rre su em so lo Ba pr er ssible no pied «Ast Syd , Je ff ker, pose le llite inaccetemps. sant ncer, tech ho po oc W te s com flue iale T he Joe C Jimi son sa la nuit de et in spat is se ane, a, vies uète Aout me po le Air pl s Santan pton, depu conq rd en la l’hom is us ta hasard, de la Carlo ix, Eric C bien ois pl r quelle emière fo d L’ère Un m que pa pr gran n et endr e la

7

H us es l ur la tobr ne Lenno ésentent ce et pr lieu le pl musica le 4 oc de po sur la lu e courte t t John ed repr i rejoint d tt avai emen de tout mence é embl autres Com su r fo n rsque pi ndant ce mus iq ue qu t d’ vement hédéliques rassmi-spontan 19 57 froide, lo lli te Pe ri od e la talemen mou les psyc n se mps. en te re matio s te es r sa e pé it fondam une vision guer les étoi e consom ffr d e le i la em ie d’ or ig in h al e rs pr c r ve » le e par un n o m i q u s s! NIK ci el , évolue aire. s n De ique 0 0 0 0 de la ar ti fi «SPOUT nom 0 a s t ro C e r t a i n ais ! ... anét , la fin . astro d e 5 s u r 4 . a» m Russe en orbite s et pl 57, c’est «p ap s L S D endront ja relle et P l u s a t e u r s t ! se is nc er ct ltu e co desc est m rs, Rus chent 19 us iq ue de pa r de cu p k re s lo Roc ution s de ne lâ 69, m rp ré té e e Elvis D ès 180 Révol logique, un , les jo ur te 19 soit icains mm nt ares Amér n jusqu’en te à in tistes co e techno et milita ball. hect da ar omm gÈ is, 243 s de foot anteurs plus rie ju ill et , ley. in ch - U n t enga rs pas de l’h ation t s es et t rra a Pr s te ie en nes on pe Ét ustr le 21 grou personre le site ouvem tré prem lune, ill monde 32 m Aux de on nd r la us un ge un 1 milli de rejoi cale ... Èmer tataire ill sant su désir d’ lo yé fu es essa la police in, c’est du cont ur. ue, re guerre mat lon lle iq est ei se s’ du us ures laquelle dr ix en m établi et la est le m 9 he H en re à l’ordre tnam, c’ PIE». l’heu t Ji m i t 30 000 ie ui en pr od seulem au V ment «HIP Jo an sés. t ve vant les épui , en de ou an , em m ul uctib D yl pp lin irréd éras se nement, B ob Ja ni s Jo m vè 4 ca uvrir l’é : Martin B ae z, le ur co eur

mine ie Do nom d Astro nk Floy Pi un es t au ns or ce V N I da , m O YD Ce FL O ab le vé rit rs du de le ur ve líu ni té m oi n délique hé e tit re Psyc ur lent ue le ock époq écède le R qui pr ion vers part de dé mutat ssif au re s Prog oyd plue, tt. Fl rre in Pink Ba agaz uvez Retro ns ce m te ans de da the aran loin les qu ark side of pour «D l um ia lb at l’a Sp n» moo

po r alisat pou 1e ré c e s e , r ces S c o ge. issan ta mon s et 2 na cíest ce , cè 3 dé 0 Dollars sateurs ni 35 00 s orga pour les le . r que paye sionnés dût ca t ert on es oc conc mag dom m tiré du millions 50 1 albu ortera pp qui ra llars. Do de

5

4

Charte graphique et mise en page numéro 0 Légend mag + Illustration

24


Refinte

2

25


La m

aléd

Le cl

ictio

ub de

s 27,

n du

club

un cu

Forev des

27

er 27

Club

b étra

ngem

ent m Les ystérie ux. dé cl en é v é n e m créatio ch eu rs e n t s a rejoin de la n les m du « club » Je lu t ce club or fu de B ts rappro rent le i avais di stupide. t ri ch re des ve Hendr an Jones, ées E joindre. de ne pas nt » n 2 Uni en es au Roy et Jim ix, Janis Jimi S 009 au Jo eg , E précise tre 1956 et mejuillet Morrison plin H al st ad r 2007 qu’il un et Jo i c pas 1971 1969 et entre un ter cons existe ne sembl sh juillet 1. K ac e r de ou m rè or vr ur fut pa pic de des 27 age au rent ch talité ve r la su t Cobain « rs à la lis ite aj Great », The 27 club qu ez ce s m cet âge te ou Vision s es à té : us i 1994 The t Myt sa m ic on surp an or 2. h deux t ce pe ie ns rena R. C Pour C t en qu d Roll, co of Rock nd nte à troi ha ns ro de ri s fois an t de K ss, biog rles de e les mus idérant sq ur ic ra vi prém ues de m plus A m y Jimi H t Cobain phe an ennent sta iens qui at ou ur re rir couv W i n e s moyen ément qu’à pa endrix, « ce et de de adoptent ra rs vers 20 que la telle erte de ba h o u s e ne . s pi un nd Le « Cobai rtir du suic n’est ri comport dement Jone e mom elettes cl ub ie s sq em id n , gr co ue e Brian de s ents imé Ku rt pour club de que l’idé de le en 27 à no nnaît un re pa regain » en ge C ob ai n dé Joker, torié da ns s 27 s’est im e du su nthéon de joindre de mag isha à la gu is é pe aprè té en juillet azin collect l’ in co ns posée U rstars di s rockers Une s 20 ne ci du if Wineh la mort d’ 11, de visionse Life... Au chante ». La m en t de étude m sparus5. èr de no ouse à 27 Amy des mem surprenanttant Maint ur de Nirv e du sa s statistic enée par 27 br m es es an br iens an enant, nt eux m s, pl qu ’o ffr du C intégr de lu iro il est pa a : « m é en 2011 as éd usicien sur 1 la chan ant désorm ias y de ticiens au nt le s 38b rti et teuse ais la du l’espace x visite est ar s dont un 046 urs Pier al rivé 3 au num bum 8 dé re Card club La se éro un est de cembre. in, ule co car venu Ce en

ntrain trer te étai et le dans la t de ne dé ur portr perceptio marche pas ch aits co ha n nven du phén bituelle deercher à us, dé omèn chac illustrer jà vu s aupae, afin d’ un, avec les sujets évite rava r un leur sens mais de nt. énièm ibilité, les fa ire e ho le mmag urs envie e av ec de s s

se m co nn s membr ythique u la es re co gl oi re avait nn et un gr ai ss an ce av la an unique d talent , un ec et style une ap facilité art, m pour ex parente er ai ango s aussi cer leur pour isse leurs s co et un ns dépr e te nd an tantes es en ca sion, la ce à la l’abs use perm remise or d’alco ption ex anente, ol, de ce ss et au tres dr médicam ive ogue ents un s c incont o m p o r générant t et su rôlable, dé e m e n t ici qui a daire.… mesuré et m de plu arqué le un final s espr par un sieurs gé its né à 27 e mort pr rations, émat ans. urée

Jimmy Hendrix LE maître de la guitare L’un des artistes les plus novateurs de la musique populaire de son siècle Initiation, plongée, vertige, personne n’en sort intact.

James Marshall Hendrix (né Johnny Allen Hendrix le 27 novembre 1942 à Seattle, aux États-Unis, et mort le 18 septembre 1970 à Londres, en Angleterre), mieux connu sous le nom de Jimi Hendrix, est un guitariste, auteurcompositeur et chanteur américain, fondateur du g roupe angloaméricain The Jimi Hendrix Experience, actif de 1966 à 1970. Malgré une carrière internationale longue de seulement quatre ans, il est considéré comme le plus grand joueur de guitare électrique et un des musiciens les plus

importants du XXe siècle. Jimi Hendrix est l’un des artistes les plus novateurs de la musique populaire de son siècle, notamment en raison d e s o n a p p ro ch e révolutionnaire de son instrument à qui il a donné ses lettres de noblesse, et des techniques d’enregistrement en studio. Hendrix avait la particularité d’être un guitariste gaucher, mais de jouer le plus souvent sur une guitare de droitier, après avoir remonté ses cordes conformément à cette inversion. notamment

Dans son court règne de quatre ans en tant que superstar, Jimi Hendrix développe le vocabulaire de la guitare rock électrique plus que n’importe qui d’autre, combinant son efficacité technique avec des déflagrations fréquentes et un jeu de scène fascinant. Après avoir travaillé comme guitariste avec plusieurs groupes dans les années 1960, il entame

une carrière en solo en 1967 avec son premier album psychédélique, Are You Experienced?

en domestiquant l’effet larsen et en explorant toutes les facettes du maniement de la manette de vibrato ou de la pédale wah-wah. Son influence dépasse largement le cadre de la musique rock : la plupart des styles musicaux qui se développèrent dans les années 1970 reprirent marqué par le guitariste1,2. Son décès, survenant après celui de Brian Jones et précédant ceux de Janis Joplin et Jim Morisson participe au mythe fondateur du Club des 27.

5

Son premier instrument de musique est un harmonica offert par son père pour ses 4 ans, mais il s’en lassera vite. Il acquiert alors sa première guitare à 15 ans (une acoustique achetée pour 5 $ à un ami de son père), remplaçant avantageusement le ukulélé à une seule corde que son père lui avait donné après l’avoir surpris en train de jouer avec un balai5! Dès lors, il apprend la guitare en autodidacte en y consacrant tout son temps libre. Ses résultats scolaires s’en ressentent rapidement, mais Hendrix a désormais une obsession : devenir musicien6. Assez rapidement, le jeune Jimmy (pas encore Jimi) rejoint son premier groupe, The Velvetones. Il se procure sa première guitare électrique, une Supro Ozark 1560S, qu’il utilise avec son groupe suivant The Rocking Kings7.

3

Charte graphique et mise en page numéro 0 Légend mag + Illustration

26


Refinte

27


F CUS

PÉKIN, MAJESTUEUSE CAPITALE

et découvrir la vue sur la place De l’autre côté de la porte s’ vaste cour bordée de boutiques nirs et de restaurants. À l’oues parc Zhong shan, où l’empereu des sacrifices au printemps et e pour favoriser les récoltes. À trois halls du temple Suprêm aussi le palais de la Culture de Édifice religieux le plus sacr temple du Ciel, le complexe e dépourvu de visiteurs et l’entré presque rien.

LA CITÉ INTERDITE La Cité interdite (Zijin Cheng), qui fut la résidence, sur 72 ha, des empereurs Ming et Qing, est un des lieux les plus imposants et les plus magnifiques du pays.

L'Afrique du Sud grandeur nature

Parc Kruger & Blyde River en liberté ! En 1421, lorsque l’empereur Yongle (voir p. 37), troisième empereur de la dynastie des Ming, transféra la capitale de Nankin à Pékin, il fit édifier la Cité interdite sur le site du -palais des empereurs Yuan, mobilisant plus de 200 000 hommes pour construire ce monument. Le nom chinois de Zijin Cheng signifie littéralement « cité pourpre interdite », le pourpre désignant non pas la couleur des bâtiments mais l’étoile polaire qui, au centre du monde céleste, représente l’empereur. Vous remarquerez sans doute que les Chinois parlent aussi de Gugong (« ancien palais ») pour désigner ce vaste complexe.

Paso Jama - Sommets et déserts des Andes

Maintes fois restaurée et modifiée depuis l’époque des Ming (la plupart des édifices actuels ont été construits au XVIIIe siècle, voire plus tard), la Cité interdite, jadis fermée à la population, symbolisait la puissance inaccessible de l’empereur. C’est aujourd’hui l’un des plus beaux exemples de l’architecture impériale chinoise. Au cœur de la capitale de l’empire du Milieu, la Cité interdite était destinée à accueillir les représentants célestes, c’està-dire les empereurs. C’est là qu’étaient prises les décisions impériales, transmises ensuite dans les provinces les plus éloignées. À la différence des palais occidentaux (Versailles ou Buckingham, par exemple), la Cité interdite est composée d’un ensemble de bâtiments -séparés par des cours et des passages, formant comme une petite ville à l’intérieur de la capitale. Cette configuration témoigne de la pratique des Ming. Selon une légende, les 800 pavillons de la Cité comporteraient 9 000 pièces. Initialement construite en bois, et donc exposée aux risques d’incendie, elle brûla plusieurs fois. Les Mandchous, qui envahirent la Chine au XVIIe siècle et fondèrent la dynastie des Qing, la réduisirent pratiquement en cendres. Les troupes japonaises puis les nationalistes du Guomindang firent de même et emportèrent quantité d’objets – certains sont d’ailleurs exposés dans un musée de Taipei, la capitale de Taïwan, où les nationalistes se réfugièrent en 1949. Pillée pendant la Révolution culturelle, la Cité échappa à la destruction complète grâce aux interventions du Premier ministre Zhou Enlai, qui réussit à sauver ce trésor national. Les plus grands monuments de la Chine, construits pour les empereurs, ont été édi-

fiés selon une architecture horizontale. Il n’existait pas dans la Chine impériale de structures élancées, destinées à accentuer la petitesse de l’être humain, comme pouvaient l’être les cathédrales en Occident. Les différents édifices de la Cité interdite sont donc peu élevés mais l’espace qui l’entoure avec tant d’harmonie est magnifique. Les abords du palais Essayez d’arriver à la Cité interdite par le sud, afin de pouvoir admirer les immenses murailles rouges qui entourent la porte du Midi (Wu men). On peut entrer par la porte Nord, mais les visites audioguidées commencent au sud. Les principaux bâtiments sont disposés de façon assez symétrique le long d’un axe nord-sud ; les temples chinois sont généralement construits selon cette même orientation (voir p. 156-158). Depuis la place Tian’an men, traversez Chang’an Dajie (avenue de la Paix éternelle) par le passage souterrain pour gagner l’entrée de la Cité. Vous accéderez alors par un pont à la porte de la Paix céleste (Tian’an men), qui est surmontée d’un immense portrait de Mao Zedong. Lors des manifestations de 1989, trois ouvriers originaires du Hunan (la province du Grand Timonier) l’ont endommagée en lançant des projectiles remplis de peinture. Les idéogrammes blancs situés à gauche du portrait représentent la devise du gouvernement : « Longue vie à la République populaire de Chine. » C’est depuis cette porte que Mao proclama la République populaire en 1949. Aujourd’hui, la porte de la Paix céleste sert de tribune lors des défilés -militaires. Il est possible d’acheter un ticket pour accéder au sommet par l’escalier intérieur

Les symboles Partout dans la Cité interdite, cevrez des motifs de dragons peints. Ce dernier symbolisait (huangdi) et le phénix l’impérat ghou). Tous deux sont souvent ensemble. L’image du dragon sant la perle dépeint la quête de tandis que les tuiles jaunes qui toits à profusion représentent l’e Le dragon semble avoir exercé ginaire chinois une emprise depuis les temps les plus anci (voir p. 27) possédait une queue Les Chinois croient en plusie chimères : le long est le dragon des nuages pour pourchasser l li est celui des mers ; le jiao es marais. Les bâtiments importants son flanqués de deux lions chinois à la crinière bouclée. La femell petit sous une patte (les Chino que les lionnes pouvaient sécré à travers leurs pattes), tandis q joue à la balle. Les sculptures de de rigueur à Hong Kong, où vou même de style occidental (devan ciel de la Hong Kong & Shan par exemple). Faire du vélo dans Pékin et ses La meilleure façon de décou est sûrement la bicyclette ! De loin des rues principales, le long hutong qui sillonnent la vieill mieux, et de loin, est de louer votre hôtel ou auberge de je encore dans l’un des nombreux de cycles situés dans les zones t comme Dazhalan xi Jie. Si vo forme, louez un VTT et partez e vastes étendues rurales de la m de Pékin et son spectaculaire ca lines.

4

1

F CUS

Pékin, majestueuse capitale, est un bon point d’entrée dans l’empire du Milieu. Si vaste qu’il soit, le territoire tout entier semble s’articuler autour de cette ville, véritable centre politique et administratif du pays. Les connexions aériennes couvrent tout le pays. Vitrine de la Chine et siège impérieux du pouvoir politique, Pékin a fière allure. Le reste de la Chine garde toujours un œil attentif sur cette ville-archive de l’âme nationale. Où que vous alliez dans le pays, elle vous suit ou vous attend, avec son dialecte (le mandarin), sa cuisine et ses certitudes politiques (in). Pékin ne fut pas de tout temps la capitale dynastique, mais elle vous donnera l’impression d’avoir présidé aux destinées du pays depuis des temps immémoriaux : la Cité interdite est un labyrinthe à la fois ésotérique et majestueux illustrant les us et coutumes de la souveraineté impériale. Elle s’étend extra-muros, encadrant la ville dans son plan en damier de larges boulevards et de délicieux hutong. La cité est dans sa totalité, audelà de son aspect de vitrine commerciale, un splendide microcosme de la Chine d’aujourd’hui. Même dans sa course folle à l’hypermodernité du XXIe siècle, elle demeure un écheveau gracieux d’ancien et de nouveau. Les gratte-ciel élancés

surplombent des quartiers plats de ruelles décaties et de personnes âgées au pas traînant, tandis que des employés en chemise blanche immaculée disparaissent dans une mer de vélos et que, dans les rues, des travailleurs itinérants jouent des coudes avec des étudiants aux cheveux longs, des hommes d’affaires et des hordes de banlieusards. Pékin n’a rien à envier à l’Occident sur le plan historique : le temple des Lamas et celui du Ciel sont de beaux exemples d’architecture religieuse ; la Grande Muraille, édifice monolithique et défensif se dresse au nord de la ville et le palais d’Été constitue une belle excursion d’une journée. Le dialecte de Pékin, cauchemar des étudiants en mandarin, est la langue la plus répandue dans le pays. Si la cuisine vient de tous les coins du pays, le canard à la pékinoise, vendu à presque tous les coins de rue, ne semble toutefois pas près de céder la place.

2

Charte graphique et mise en page Lattitude Magazine

3

28


e. ’ouvre une s de souvest, voyez le ur ordonnait en automne À l’est, les me, appelé es ouvriers. ré après le est souvent ée ne coûte

vous apersculptés et l’empereur trice (huanreprésentés n pourchase la pureté, i ornent les empereur. é sur l’imatrès forte iens : Fuxi e de dragon. eurs de ces qui émerge la perle ; le st celui des

F CUS

DANS LES ENVIRONS DE PÉKIN Randonner dans les collines Pékin est aussi plate que ses environs sont vallonnés, voire montagneux ; on y trouve des sentiers de randonnée serpentant autour de ravins, lacs et vestiges de la Grande Muraille.

Si vous souhaitez randonner dans les environs de Pékin, contactez Beijing Hikers (tél. 010 6432-2786, www.beijinghikers. com, €€€€) : cette association organise régulièrement des promenades le weekend (parfois en milieu de semaine), mais aussi sur deux jours. Il est impératif de réserver. Ses tarifs comprennent le trans-

nt souvent s, créatures le tient son ois pensant éter du lait que le mâle e lions sont us en verrez nt le grattenghai Bank,

environs uvrir Pékin préférence g des petits le ville. Le r un vélo à eunesse, ou x magasins touristiques ous êtes en explorer les municipalité adre de col-

port, les guides et des en-cas. Les participants se retrouvent au café Starbucks, à l’intérieur du Metroparc Lido Hotel (6 Jiangtai Lu, Chaoyang), à l’extrémité CAPITALE MAJESTUEUSE PÉKIN, est de la ville. Beijing Hikers organise des circuits pour des petits groupes avec cinq jours de préavis, de même que dans d’autres régions du d’un pays.alcool Enfants bienvede riz, de blé ou fort jiu) ou nus. d’orge appelé baijiu (« alcool blanc »), servi dans des petits verres et dont le plus célèbre vient de Maotai, dans la province du Guizhou. Le thé (cha) est consommé dans toute la Chine, pendant les repas et en dehors. Il en existe plusieurs types, comme le thé au chrysanthème (juhua cha), le thé noir (hong cha), le thé vert (lu cha) et le merveilleux thé aux huit trésors (babao cha), pot-pourri de huit ingrédients (jujube, cannelle, noix, abricot, prune séchée, sucre candi, thé, nèfle). Le café (kafei) n’est pas une boisson populaire (dans les restaurants, il est souvent instantané et très cher). Les Chinois aiment également boire de l’eau chaude bouillie (baikai shui), surnommée le « thé des pauvres ».

RELIGION ET PHILOSOPHIE La Chine est un pays profondément reliLa Cité interdite où diverses croyances coexistent Partir à l’assaut des rues sur un vélo degieux, location : Se perdre dans les fascinants hutong et se mélangent de façon étonnante Se réveiller dans un hôtel sur cour Pénétrer les harmonies cosmiques du temple du Ciel Passer un après-midi au splendide palais d’Été La vie villageoise de Chuandixia Marcher sur la Grande Muraille de Badaling à Simatai

5

F CUS cosmique. Le taoïsme est plus une philosophie mystique qu’une religion, bien que certains courants taoïstes aient intégré des divinités. La paix de l’âme passe par le détachement (wu wei), qui laisse les choses suivre leur cours. Qui désire progresser sur la « voie » lira l’œuvre de Lao-tseu, qui a le mieux perçu le tao, pour autant que ce soit humainement possible. Vivre en harmonie avec la nature et s’unir au tao, c’est également ce que vise la pratique du tai-chi (taiji quan) un art martial qui répond au précepte taoïste : atteindre la maîtrise de soi, la conscience supérieure et la sérénité. Le bouddhisme Le grand nombre de temples témoigne de l’importance du bouddhisme (fojiao) en Chine. Fondé en Inde par le prince Siddharta Gautama (563-483 av. J.-C.), le bouddhisme s’est établi en Chine du IIIe au VIe siècle en concurrence avec le taoïsme indigène. Ses principes ont pour but d’éliminer toute souffrance grâce au contrôle de nos propres désirs. Suivre « les huit paliers du sentier » conduit au nirvana, un état de liberté transcendantal. La Chine a adopté le bouddhisme Mahayana (enseignement du Grand Véhicule) qui diffère du bouddhisme Theravada (doctrine des Anciens) dans le rôle prépondérant des bodhisattvas Dans le Mahayana, le développement de la compassion est essentiel. Le bouddhisme tibétain se diffusa aussi en Mongolie-Intérieure. L’art bouddhique : Bouddha étant vénéré en Chine, la sculpture bouddhique est de nature cultuelle plutôt qu’artistique. Néanmoins, les sculptures et fresques qui se trouvent notamment dans les grottes de Dunhuang), de Longmen et de Yungang sont d’une grande valeur artistique. Ce type de sculpture a évolué avec les différentes dynasties, à mesure de la réinterprétation du bouddhisme. Les modèles datant de la dynastie des Wei du Nord (386-534 apr. J.-C.) sont remarquables pour leurs sourires vaguement hautains et leur beauté céleste. Ils ont une apparence lointaine, métaphysique et absconse, tandis que ceux des dynasties Tang et Song semblent plus humains et terriens.

philosophie ou éthique que religion, le confucianisme prône le respect de codes, de normes, de règles de vie individuelle et sociale. Si de nombreux Chinois trouvent aujourd’hui pesantes la stricte observance des rites et la piété filiale héritées du confucianisme, cette morale fondée sur une conduite vertueuse a pénétré l’âme de la nation et s’est même imposée au-delà des frontières, notamment au Japon, en Corée et au Vietnam. Longtemps élevé au rang de doctrine officielle de l’Empire, le confucianisme a revêtu la forme d’une religion, avec son apparat et ses institutions, alors qu’il s’agit en réalité d’une morale politique et d’une sagesse qui propose une réponse très humaine à la vie en société. L’islam Des marchands arabes ont introduit la religion islamique (yisilan jiao) en Chine, via la route de la Soie et les voies maritimes. Les premières mosquées sont apparues sur les côtes de la mer de Chine méridionale Aujourd’hui, le Xinjiang, au nord-ouest, compte une forte population musulmane avec les Ouïgours, un peuple turc originaire de Mongolie. Les Hui, l’autre grand groupe musulman, vivent à Ganzhou, dans le Ningxia, le Qinghai et le Xinjiang.

à l’édification du palais d’Été à Pékin et au partage de leurs connaissances scientifiques). Au XIXe siècle, la révolte des Taiping), qui visait à renverser le pouvoir de la dynastie mandchoue des Qing, fut fomentée par un illuminé du nom de Hong Xiuquan qui se prenait pour le frère de JésusChrist. Aujourd’hui, les chrétiens sont de plus en plus nombreux (100 millions). Le judaïsme La présence juive (youtai jiao) à Kaifeng remonte à la dynastie Tang. Les juifs auraient alors suivi la route de la Soie. Une première synagogue fut fondée au XIIe siècle mais fut dévastée à deux reprises par des inondations. Une communauté de juifs européens s’est implantée au début du XXe siècle à Shanghai et a contribué à sa prospérité.

ARTS ET CULTURE

Chinois ne peuvent que convenir en leur for intérieur de ce compliment, car ils sont fiers des réussites culturelles et artistiques de leur pays. L’art traditionnel plaît dans l’ensemble beaucoup à la sensibilité occidentale, car son esthétique cherche à esquiver les tensions et se polarise sur la douceur et l’élégance du toucher. En revanche, les préoccupations occidentales de précision et de réalisme n’ont jamais trouvé d’écho auprès de l’art chinois, pour sa part plus métaphorique et retenu. Ces éléments peuvent expliquer, en retour, la popularité à l’Ouest de la peinture paysagère chinoise : contempler des paysages peut s’avérer libérateur et gratifiant sur un plan philosophique, dans la mesure où cela dévoile une vision de l’existence bien différente de celle de l’Occident. Ces vues opposées ont donné naissance à deux philosophies divergentes. Là où l’Ouest s’est toujours considéré comme détaché de la nature et a cherché à la dominer, la connivence instinctive des Chinois envers elle les a privés des outils objectifs empiriques à même de la disséquer. Leur acceptation plus passive de la nature a eu pour résultante que les énigmes existentielles qui ont infusé une grande part de l’art occidental n’ont jamais trouvé leur place dans leur esthétique traditionnelle. La culture occidentale représente Dieu sous une forme humaine alors que, dans la philosophie chinoise, le Tao (Dao), ou « la Voie » est la forme d’expression la plus approchante du concept d’une déité globale − mais dépourvue de forme. Que cela concerne la peinture de paysages ou le paysage lui-même, le Tao influence sans se révéler.

terait davantage, malgré une chorégraphie très différente, au ballet classique occidental. On identifie les personnages à leur maquillage et à leurs costumes. Les rôles s’y distribuent le plus souvent entre rôles masculins (sheng), féminins (dan), guerriers et héros (jing) et clowns (chou). Shanghai, Pékin et Hong Kong possèdent les meilleures scènes. La formation, rigoureuse, était jadis réservée aux orphelins. Le film Adieu ma concubine (1993) donne un aperçu éloquent des difficultés que rencontraient les jeunes élèves. Les maîtres en arts martiaux Jackie Chan, Samo Hung Yuan Biao ont commencé par se former à la discipline de l’Opéra de Pékin.

L’opéra chinois

L’opéra est né du théâtre populaire, une expression artistique florissante sous la dynastie des Yuan. Il existe nombre de formes régionales : chacune posséde sa CUS propre histoire, ses costumes, maquillage F et musique. Le plus célèbre des opéras régionaux, l’opéra de Pékin (Jingju), atteiLe taoïsme gnit son apogée sous les Qing. On attribue la fondation du taoïsme (daoL’opéra chinois n’a que peu de relations « Lors de mon séjour en Chine, j’ai été avec son homonyme occidental. Ses hisjiao) à Lao-tseu (Laozi, v. 580-500 av. très frappé de constater que les Chinois toires populaires sont chantées d’une J.-C.), qui aurait rédigé le Daodejing, le ls cultivés étaient peut-être plus civilisés voix suraiguë ongo « Livre de la voie et de la vertu ». Ses s M (yu)par des artistes très maquilLe christianisme n que n’importe quel autre être humain que s etlésle (leisso adeptes cherchent à communier avec plus souvent masculins) dans des an m introété a jiao) (jidu Le christianisme », e). Le po j’ai eu la bonne fortune de rencontrer usul ur s l’Univers, à ne faire qu’un avec lui. Ils Les rôles sont deelcymbales. roulements ie les m érBerLe confucianisme duit en Chine par les nestoriens, une secte bitu s rvi. inha écrivait le philosopheé britannique nt par sont en quête de la révélation de la « voie : sauts et cabrioles très périlleux de lie-I ment sesouvent Cette doctrine, appelée « pensée des let- syrienne, au VIIe siècle. Plus tard vinrent ceptannées nts préciés exigeant les trand Russell dans m , ongo1920. ie » (tao), terme qui englobe le dynamisme ue souplesse et endula M succèdent, se éq gréd nt ap s d’ours trés » (rujia si xiang), doit son nom oc- les jésuites, qui surent gagner les faveurs pour - (de dénégations, Malgré d’inles so ssi fr s rt d’éventuelles tte ce point de la nature et la force qui régit l’ordre ouve en enfi , paDe taux rance. nt de xde vue, il s’apparenest au foule cidental au grand sage Confucius. Plus de l’empereur grâce à leur participation s iden rpents e so es à ciel au urs, disposée Certain e Une les Occ ues, se rats. C servés s co . les uvent pour is : tort ons et eux, ré staurant9 nifiqu leries ns, et nt so re pi ût s ga un mag ou de 8 Chino s, scor très co dans les mange , maiso rt, sont par de le t u) par chinois délapa eliées rée. de ciga souven oposés Chinois (gouro ées -plu e -suc piques s n sons pr erm s et -r tères es chie lade sont -f -carac ues mai es tuile e met aisés et me. L e sauc sont ty se (yue s s lq m de de de D ai ns ns un fiqu nt le t dans cour l orné e da ns sautée canton à l’eau ou . Que magni estes. un ge de gade la vian uran maits so épiux co ai an ut od es ie r le rt empé de io t ur s its m s po s relig e en jete t le us rt ha alemen hiver. plus co ai), le e (tu- et tr préparat éridiona plats cu des petit es, ervé l’écol longen ptés pa otif cons sont pl ssible de veillan s m ég gc lé nt rr s es m en t le de in te e sa t so L le t e gin t i/q es en po s on rten ver, puis liers scul s hutong surtoulégumes (baica mmes de es (pin s la cuis même qu dim sum ralemen verses. rte, brée , d’autr , il est le in hi nts so m pa di s le ouve ps s t. enfa d de l’ et les e. Certa possib Les chinoi et les po les pom (juzi), s cai), de ur. Les es, géné sauces grises en tem rte entr indiscre construc r à de nt im oi es , le ou hete ai) fruits, vape fourré ne de in mps une po s être mes de s hutong o) le fr de brique de neig presque raire so ch ac oc la er te ts es s (b pa t en ngjia les à les le m stang par ison ur sons couver qu’il est au cont œil ois à ne s progra 1970, la croi , nard . Parmi ges et nes (xia surtout la bouché assa tammen e po s r . re et si ef no l’on puté le bres métie tres roits fois dou) les oran les bana utao) et selon tout s par le 1960 néficié de90. Aus que pouvez bulants. ai est ré Parmi » si ét , d’au és d’ar t sur le Par, és (p E es ré up ), nt o) os . bé 19 né AL in no er co rd ao e. re so er am us gu gh IT an Ig us 80 et uven pass igin aja Vo es (t , le rais nt prop s et bo de m ulet iv de CAP ands des Shan , beau n pl d’y , aérés eigne so nt à l’or de l’im po de so é- march ine de s fruits is tion pas no nées 19 niable chauffée , pêch es (lizi) igua) so EUSE de i es dé le « t is la base pr se s farc ESTU larg nom rens habitaie oit sort Pluie, poir ues (x n’on des an arme in es, mal algré ce te à , est ap les La cu upes et trouve its pain MAJ … pâ y r èq la dr st N, e ue i e ur ch st de et de tu tip . M contin Leu ux qu e tout les de he pa sanc é leur PÉKI ine ), un vian . mul des ses so lités, on bao (p és iture nt vé Bon cuis levés ison (doufu rfois la aré de g ia algr sons so s en vo kinois de ce il sembl in : ruel e, du s march isa ns la éc on m fu de s. sp s iaol ép pa Pé i da ai s re ible fois, e enfant la Chanc core de des Har s le Le to mplace être pr n), serv les repa cœur ses met (poivre de m access bre de et n, s ir ns s ). ut re r u o m fa ua is , le iz, de tous ent da s viande gina rre, de nnent en : ruelle qui (bai il pe et pe and no Sich ingue pa le hujia chuana ville du R ou du car Le riz ésent à entr graine si st e la s quarne n, le e, la Te res réso nt jadis èmes, cié un gr sider. tout s. t Enfi st, se di typiqu s plats i yu (u eng) le t pr ies ues th de le e açon ls, es (huash plats. L rgemen dans x dans à loisir, ca y ré ue D’aut y tenaie Chrysan omatiq t une or si -f ic te O d’ an bo ép l’ is rm s et s eu ar es s’ s rs i la rir ex Pa le su igré une le qui , des Appâts autres on e à l’hi l en us nombr découv ns l’en s petit cacahuèt de dive nt auss par ichuan). nnons es vina (lamel re frits lié qu’i da n s tio ile m n cots es, des Enfin, d’ ntage Terre pu s Les zi) so Bien sont pl . Pour le foncer d-est de aratio du -S s, men de légu roupia in d’hu va prép ue (gua té u tong raux vous en d au su (voir p. Grain e noir. ure, da s de la eillit pa rba la se pu zh hu ). Les stèq vi m le à à ba le shui ns un cent ai), ré éten che Dajie, chou aleSésa plus obsc : ruel qui ne . Confo r de pa mées. (luc s soupe da de tiers tez pas qui s’ la Clo et ég g s , al ng lle om es s nt oi on es si ie té . do so salé son) uille gine de la vi du Tier de chev ui (v n’hé s des ru ur et de ulou D wai Daj , cons ale Shan arômes vio- pois rc mijo des fe Hubei s épicés sh nt , à e on bo ie ue G so ng e) ir ac gi et m aj et du po en ec r s s ra ue fe st to ) m trel du Ta es pa de e ré t de n D elle e av unan et leurs m Les du la Q ddhi isin (jingcai utilise Di’an ou na e ville. enté blé. pés dans urs élimité H (bou Cap de règles t des ru s’ouvren s ur Cu m et to n de po ok pi du ki s tit se ar D sda em ajie riz, es d, on de ou du ent aux la plup s portes es chinoi 69). i bei D par Jiao table pe ritent au le À Pé le Nor ients à ba ozi), tr igre de les cuisin nommée pas ule pl ia ri gs re ao urs re mém 6-257), ng to Don ersées une vé Hai ab ette est te dans s ingréd porc (j au vina comme ur ment est et s tem ent le vin (put av ou 25 s est-ou lles de ues huto lier les t , cl au de pe si tr ou gn H es en s cy p. vi et va c ir de pa ja et re lq m so e ce inoi es , de à la form du la us ns ntée La bi ur la pula eacco eubl gtao orie d, comm 9). Que sud pour isso lis ch uce au ent po s cuits ise la pl elles virons anciens. idéal po y prom imm in a- Bo Chinois , la Tsin 15 sa s’ en s au su 156rd au une extrêmempetits pa é pékino e prépar eaux s. Les hutong motion ut aussi rd Les e (pijiu) s nouv oderne boutique t (voir p. nt du no s olit co un na nt le pe pr de ia lo de ca é, so èr m si éc en s et vo de x. eà de s on ges uille . La sp nard laqu chair de e crêpe bi s de plac s hôtels és et ent souv es tefois entre eu voya utour du oyen ng, mai r no ée m se u) ch de s ag de de ca em t de un to ts s s es A lais ou à form pass huto mar pars ng autr (man e est le lamelle ée dans ndimen ence uverte. conduc an des pied. des béton illant de s hutong titué de dans un huto s sont d’ag br co epend de la co célè base de ste roul divers alité ner à nombre uits dé verez de propos titué e, le es urs de elles à la cons sent urm à la qu à peu di - Fo ut genr mplexe trecrois encore ur Les co ces ru ont cons classiqu es, distion on dégu entée de s circ us trou qui vous Bon to le de , ag ns i en nt co i s’en es l’ m vo nt de e nqui ration ont peu différ ns en réseau oute rcourent ais, Tout an, qu bitations sans ét e carrée e que ne agré pose ian Hai -pouss io se pala yu s qu m ts et aj fi se Les amél lanquins rteurs palanqui s un uscule réduit tants pa naturel ent, sihe s les ha timen de form vie d’un très lac Q de pous bâ in c l’ s . Ave , les pa ses à po rs : les ceux de - m ce très Les habi grand y pénètr u, siècle le. Ces une cour èces de olution, E ur teur nn , ai pa or es d’ us xi ta Rév visés s pi un to INOIS rout Ces ch s couleut jaunes transp s es usion. le pl di de ta de inco cesse capi s autour efois le s la ront eil. ur on ui IE CH tr t été conf r avec auffeurs s m que aien es verts rang, le paru t par le ui tie un m nt sans urrez posé taient au e. Dep yuan on es. Cha de e de NOM L ns ét de quar e les ch order l’un sur l’éq s he mill ciaien uverai ange. de haut rieur. ne TRO e abri mill man est ab us po le fé so or e fa de ces si urs fa e centai GAS lorsqu mblent nd et de que vo ûter la vi pose amenta r oise rins rang in es, des mêm un usie su chin nd lle re anda ubin ils se nt en ro C’est là dre et go Pékin. ls beaucoup s à pl endre isine onde. E veurs fo amer) et rent conc des m darins de ué pr cu ne t . ’i en de ib m m a sa ur in et en nt tr pr n qu an L to m m assu nq du em tio s, gre taie des m r et at peut co a telle ures tre les ci enté, ai son qui aliments s ur ch ement cola popula s ruelle t tinte le le le se el oi bleu m ). en is s t ce de kin ? ritabl faisan t. Les ru chin on libre , salé, pi de cu aite de t, sec… e l’ n vé idienne adoren te en en ou Pé capitale ècles m es ré qu rf an is se qu ot ng et – pa raient nd (suc chni Beiji m de la s les si ping... que Péki « qu Pékino bicycl ue croi date , fo ance te à er . aq des consista croquant linaires et les tr Le no à trav adu, Bei oir cru fférents s- Les nnent te à ch es e gé étué une tillant, traités cu tre èr sillo sonnet chan jing, D ra d’av lieux di ne tran perp no us en ne ur an oise (cro emiers avant se sont – Y pardon ent deux t l’anci s chin e le pr siècle ue n es ai en qu iq L vous jing ét mplem onciatio tandis IIIe la nom n ei est du V gastro urs. u) et B » est si la pron Nord », onciatio le uns ro n ditio à nos jo (zhu i du po Péki tion de pitale du arée pron sée sur rc u’ iv po neau ba ra jusq l’ag t, le litté ots « ca été décl 357), te, su p. m a emen couran iurou) et més, ex 7 des jing » in (voir riqu us ei Histo la pl bœuf (n u consom « B elle piny rin. de e da vian irou). L assez pe offici te man nt (j IN t so ec ) le ÉK les dial grou DE P es et en(yan G ac N pl m UTO les d’im ues, ession helle hu LES H aven les une impr ville à éc ger dans kin, t s, e ga À Pé donnen uvrir un vous en ancienne is déco z pas à ruelles ent d’un i pala vi te s Pour sité. , n’hési dale de e terme e »), qu dé tto (c ssag mainearmant tong t « pa onde pi sur hu le ch lèbres signifian r un m aisons les cé mongol uvent su an (« m nt so s sihe yu mot e uche de mbr débo , celui . un no auue ») s sq ée re efoi sont up carr autr co cour mait tong, ils r beau ur 6 nfer n re de hu breux ca truits po ki Si Pé ulable ns nom été dé t lc inca hui moi semen eu d’ jour alheur m ont le bouddhisme, importé de l’Inde, le taoïsme, seule croyance indigène en Chine et, dans une moindre mesure, le confucianisme, qui est plus une philosophie qu’une religion.

Même dans les pages les plus dramatiques de l’histoire chinoise se lit une esthétique indomptée et parfaitement caractéristique exprimant noblesse et distinction. Comprendre la langue est un gage pour saisir cet état d’esprit.


Peintures personnelles

31


Illustration personnelle

32


33


Illustrations pour la MĂŠcanique du coeur de Mathias Malzieu

34


La mécanique du coeur

Illustrations pour la Mécanique du coeur de Mathias Malzieu

35


Collage + colorisation photoshop

36


37


Merci !

Refinte

38

Juliette D. BOOK  

BTS communication visuelle en poche, l'aventure continue en licence professionnelle cette année. Mon métier, ma passion, ce qui me fait ava...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you