Page 1

KASHINK GALERIE 106

DU VENDREDI 9 AU LUNDI 12 SEPTEMBRE 2011

Après deux expositions en France, à la galerie Voskel et Ligne 13, et une exposition en Suisse à la galerie La grille, KASHNK revient en septembre sur le devant de la scène parisienne ! Blend Culture lui consacre une exposition événement : « Gayffiti » ! KASHINK, une des rares filles très actives dans le monde du street art parisien, connue pour son goût de la confusion des genres et ses graffitis représentant des personnages colorés et protéiforme présente du 9 au 12 septembre 2011 son exposition « Gayffiti » à la galerie 106 . Issue d’une réflexion personnelle sur les tabous toujours présents à la fois dans notre société et a fortiori dans l’univers parfois macho du graffiti. Cette exposition émane d’une démarche engagée, d’une véritable prise de risque.

Galerie 106 106, rue du Chemin Vert 75011 Paris M°Père La Chaise Entrée libre

Réservation : atelier de céramique 8€/1h30 (matériel fourni) Pour tous renseignements sur l’exposition ou les ateliers, merci de vous adresser à jonathan.blendculture@gmail.com

KASHINK s’affranchit totalement de l’imagerie traditionnelle du graffiti, tout en utilisant les mêmes outils, et choisit d’aborder le thème de l’homosexualité, renouant là avec la tradition des peintures murales engagées du mouvement Bad Painting, dont faisait partie Keith Haring et Jean Michel Basquiat . « Gayffiti » est une galerie de portraits d’hommes sexy et barriolés ; l’artiste ayant mis un point d’honneur à développer son travail plastique sous la forme non seulement de toiles mais aussi de céramique, de vidéos et d’installations. L’artiste explore ainsi de nouvelles possibilités esthétiques, qu’elle fera découvrir au public, les 10 et 11 septembre à la galerie 106 à travers l’organisation d’ateliers de céramique. Page 01


KASHINK

DOSSIER DE PRESSE

Sommaire

Sommaire

Page 03

Editiorial

Page 05

Kashink

Page 07

Parcours

Page 09

Description de l’exposition

Page 11

Galerie 106

Page 13

Les partenaires

Page 16

Contact

Page 17

Page 03


KASHINK

DOSSIER DE PRESSE

Editorial

Présentation de L’association

Blend Culture est une association de production d’événements culturels. Le concept est de créer des soirées pluridisciplinaires regroupant à la fois des concerts/clubbing, performances (film, graff, arts plastiques,…), expositions (photos, objets créatifs…) Blend Culture n’a pas de limites et compte bien se surpasser à chaque fois un peu plus au fil de ses événements ! Blend Culture : ce sont des échanges artistiques, humains, en somme une belle aventure qui se construit avec vous et les artistes que nous produisons ! Le 24 mai dernier, Blend Culture organisait sa première soirée de lancement à la Scène Bastille. Un concept original et expérimental, ainsi que 18 artistes talentueux ont eu raison de beaucoup d’entre vous ! A l’occasion de cette première date anniversaire, Blend Culture se met en quatre ! Quatre nouveaux projets inédits réunissant une quinzaine de nouveaux artistes investiront la capitale durant toute l’année 2011. Concerts, expositions, vente aux en(pas)chères, ateliers de création, art de la mixologie (cocktails), interviews, reportages …

Page 05


KASHINK

DOSSIER DE PRESSE

Kashink

De ses origines slaves et hispaniques, KASHINK tire son inspiration pour créer des personnages hauts en couleurs. Parisienne, elle fait partie de ces rares filles très actives dans le mouvement street-art/graffiti, et se démarque par son style très graphique. Des têtes de mort colorées comme des vanités revisitées à la mexicaine, des personnages masqués ou aux yeux multiples, des créatures protéiformes aux allures de catcheurs, KASHINK compose et déforme ses personnages, très loin des références traditionnelles du graffiti féminin. Elle aime aussi détourner les symboles religieux, elle étend sa création à des "Ex-Voto", petits objets votifs encore aujourd'hui beaucoup utilisés dans la culture latino-américaine qui la fascine. En 2003, elle vit un temps aux Etats Unis. KASHINK effectuera par la suite de nombreux voyages en Equateur et au Mexique, où elle trouve une grande inspiration dans les portraits de Frida Kahlo et les fresques des muralistes mexicains Lorsqu’elle peint dans la rue, les passants voient souvent en ses personnages des influences très diverses: masques traditionnels d’Asie ou d’ Afrique, folklore latino-américain, les couleurs et les formes qui l’inspirent sont multiples. Sa peinture, très loin des références traditionnelles du graffiti, met en scène des personnages qui se démarquent de l’idéal esthétique martellé par les médias. Elle met un point d’honneur à brouiller les pistes et à mettre sa créaivité et son audace au service des messages qui lui tiennent à coeur.

Page 07


KASHINK

DOSSIER DE PRESSE

Parcours Au cours des dernières années, KASHINK expose lors du festival "RUE" au Grand Palais et participe plusieurs fois au festival de graffiti "Kosmopolite" à Bagnolet. Elle effectue une fresque rue de la Banque pour soutenir la cause des mal logés, expose ses toiles à Paris à la galerie l'Art de Rien et dans des lieux alternatifs (Les Frigos, le Théâtre de Verre, Le Lépoard, etc.). KASHINK expose également Londres dans le cadre du festival Ladyfest. Elle est aussi sollicitée pour décorer le bar mexicain "La Lucha Libre" à Paris, où au sous-sol un ring est installé pour les catcheurs débutants ou confirmés, et où elle a une exposition permanente. En 2009, elle est invitée en Espagne et en Autriche pour participer à des festivals de graffiti et participe à la Première Nuit du Street Art, place St Sulpice à Paris, où elle expose ses dernières oeuvres et réalise une performance de graffiti sur des toiles destinées à la vente chez ArtCurial. KASHINK participe ensuite à l'exposition collective StreetHeart organisée en partenariat avec le Tokyo Art Club (Palais de Tokyo), qui donnera lieu à une vente aux enchères en avril 2010. Elle est sollicitée pour peindre le WIP (La Villette) en octobre 2010 dans le cadre de l’événement «Re-Belles». Elle participe ensuite à deux autres ventes aux enchères, à Drouot Montaigne en février 2011 et au Palais d’Iena en mai 2011 dans le cadre de l’évènement de soutien à SOS Racisme, parainé par Pierre Bergé. Ses projets se sont développés : des parutions dans les magazines "Vivre Paris", "Respect Magazine", « Pop Corn » et « Rendez-Vous » ainsi qu'un portrait sur le site "Canal Street" et des interviews dans la blogoshpère présentent son travail. Elle participe à des expositions collectives en 2010: des sérigraphies en juin à la galerie Voskel, en juillet à la galerie La Friche. Des produits dérivés de ses oeuvres, en série limitée, sont vendus au Musée Maillol à Paris, durant l’exposition consacrée aux vanités « C’est la vie ! ». Son premier solo show, "Mascalaveras", à la galerie All Over à Lyon, en septembre 2010, mêlant installations et toiles, a été un véritable succès et lui vaut la reconnaissance de critiques d’art contemporain. En 2011, elle multiplie les expositions collectives («Buena Onda» à la galerie Ligne 13, «Wild Cats et Teddy Boys» à la Galerie Voskel) et solo show en Suisse à la galerie La Grille. Elle est aussi invitée à Blackpool (UK) et à Ibiza pour participer à des shows collectifs autour du street art. En septembre, KASHINK commence une résidence d’artiste d’un an à la Commanderie des Templiers à Guyancourt (78), dans le cadre de l’événement « Quartier du Street Art ».

Page 09


KASHINK

DOSSIER DE PRESSE

Description de l’exposition

KASHINK est une street artiste atypique, elle propose donc une exposition composée à la fois de toiles mais aussi d’installations diverses, dans une approche qu’elle souhaite variée, bariolée. Elle a déjà mis un point d’honneur à mutliplier les expériences plastiques lors de ses derniers solo shows. La thématique qu’elle aborde dans «GAYFFITI» est évidente, et ce faisant elle souhaite bousculer les stéréotypes non seulement sociaux mais aussi artistiques. Elle va chercher dans de nombreuses techniques complémentaires à la bombe de peinture autant de moyens de crier son message. Vidéo, installations, photos, toiles et aussi céramique composeront ses oeuvres, qui auront pour fil rouge le goût de la provocation, la joie de défendre ses idées, l’inspiration constante qu’elle tire du monde qui l’entoure. Loin des clichés sur l’homosexualité, elle souhaite aborder cette exposition comme une vision personnelle de l’amour, du quotidien, des rencontres, dans une galerie de personnages tirés de son travail de street artiste.

Page 11


KASHINK

DOSSIER DE PRESSE

Galerie 106

106, rue du chemin vert 75011 PARIS

Page 13


KASHINK

DOSSIER DE PRESSE

Les partenaires

Page 16


KASHINK

DOSSIER DE PRESSE

Contact

Pour tous renseignements sur l’exposition ou les ateliers, merci de vous adresser à

jonathan.blendculture@gmail.com

Page 17

dossier de presse Gayffiti  

exposition gayffiti

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you