Issuu on Google+

1


SOMMAIRE

METHODOLOGIE........................................................................................................................................ 5 DIAGNOSTIC THEMATIQUE………………………………………………………………………………………..8 1

COHESION TERRITORIALE .............................................................................................................. 10 1.1

Une multitude de projets, un jeu d’acteurs complexe mais un territoire à fort potentiel de développement 11

1.2

Diagnostic des différentes entrées de ville d’Ivry sur Seine ......................................................................... 14

1.2.1 1.2.2 1.2.3 1.2.4 1.2.5

2

La passerelle Ivry Charenton, un espace porteur de l’idée de Confluence .............................................................................15 La porte Ivry / Vitry, un patrimoine paysager à préserver .......................................................................................................18 Le pont d’Ivry, un espace dégradé difficilement valorisable ...................................................................................................21 La porte Ivry / Paris, une entrée de ville sous influence .........................................................................................................24 Les ponts Nelson Mandela, un espace tampon entre l’Autoroute et Ivry-sur-Seine ................................................................27

MOBILITE............................................................................................................................................ 32 2.1

L’état des lieux des transports en commun et des projets à venir ............................................................... 32

2.2

L’accessibilité difficile des berges pour les modes de circulations douces .................................................. 37

2.1.1 Vers des projets de TCSP et de tramway ..............................................................................................................................34 2.1.2 Une desserte en métro et RER sur le point d’être améliorée .................................................................................................35 2.1.3 Transport de passagers par voie fluviale : un nouveau mode de déplacements ....................................................................35

2.2.1 Les pistes cyclables, entre réalité et projets à concrétiser .....................................................................................................39 2.2.2 Les cheminements piétons à travailler ...................................................................................................................................40

2


2.3

Ivry Port, une ambiance fortement routière .................................................................................................. 42

2.3.1 La voiture, mode de transport privilégié .................................................................................................................................43 2.3.2 Prédominance du transport de marchandises par la route. ....................................................................................................45

3

USAGE DU SOL.................................................................................................................................. 49 3.1

Un espace industriel en mutation ................................................................................................................. 49

3.2

Vers une mixité fonctionnelle sur l’ensemble du secteur ? .......................................................................... 59

3.1.1 Un secteur économique attractif laissant peu de place à l’habitat ..........................................................................................49 3.1.2 Des contraintes environnementales fortes .............................................................................................................................52 3.1.3 De nombreuses potentialités et opportunités .........................................................................................................................54

3.2.1 Les opérations d’aménagement en cours de réalisation et en achèvement ...........................................................................59 3.2.2 Les projets d’aménagement à l’étude ....................................................................................................................................60 3.2.3 Vers une dichotomie sectorielle renforcée .............................................................................................................................61

4

ANIMATION ........................................................................................................................................ 65 4.1

Le paysage urbain sur les berges de la Seine ............................................................................................. 66

4.2

La mixité des usages sur les berges ............................................................................................................ 71

4.3

Commerces et animation, un lien de causalité à double sens ..................................................................... 75

4.1.1 Un fort potentiel à valoriser ....................................................................................................................................................66 4.1.2 Un travail de concertation et de réflexion par les différents acteurs du territoire.....................................................................68 4.1.3 Projets de mise en valeur de l’espace paysager ....................................................................................................................69

4.2.1 Etat des lieux et appréciation qualitative ................................................................................................................................71 4.2.2 Jeux d’acteurs et concertation ...............................................................................................................................................72 4.2.3 Analyse critique des projets ...................................................................................................................................................73

4.3.1 Description générale de l’offre commerciale et de son évolution ............................................................................................75 4.3.2 L’animation commerciale par secteur géographique et projets connexes ..............................................................................76

3


4.4

Les équipements culturels et sportifs ........................................................................................................... 79

4.4.1 Une offre d’équipements importante mais pas répartie ..........................................................................................................79 4.4.1 Des projets mobilisateurs pour le territoire .............................................................................................................................80

DIAGNOSTIC PAR SECTEUR .................................................................................................................. 84 1

2

3

4

SECTEUR NORD ................................................................................................................................ 85

1.1 1.2 1.3

Un espace aménagé mais à restructurer ..................................................................................................... 85 Tableau de synthèse .................................................................................................................................... 86 Une proximité parisienne sous-exploitée ..................................................................................................... 88

SECTEUR CENTRE ............................................................................................................................ 90

2.1 2.2 2.3

Le secteur centre, entre fonctionnement local et ambition métropolitaine ................................................... 90 Tableau de synthèse .................................................................................................................................... 91 La passerelle aux câbles, à la confluence d’une multitude de projets ......................................................... 94

SECTEUR SUD ................................................................................................................................... 96

3.1 3.2 3.3 3.4

Le secteur Sud, un espace au fort potentiel paysager et foncier ................................................................. 96 Tableau de synthèse .................................................................................................................................... 97 Les berges minéralisées, un secteur peu attractif à fort potentiel de développement ................................. 99 Les berges végétalisées, entre patrimoine paysager et isolement ............................................................ 100

CARTE DE SYNTHESE .................................................................................................................... 101

4


METHODOLOGIE DU DIAGNOSTIC Ce diagnostic a pour but premier de caractériser la qualité de l’espace que forment les berges d’Ivry-sur-Seine et les quartiers environnants. Cette analyse tendra vers une mise en évidence des atouts, manques et potentiels des sites étudiés, afin d’asseoir au mieux les propositions que nous serons amenées à réaliser dans le cadre de cette étude. Par ailleurs, il apparaît pertinent de montrer les cohérences et incohérences des différents projets ayant cours sur le territoire d’Ivry-surSeine, afin de caractériser tant le potentiel de développement de chaque lieu, mais également les différentes coopérations existantes entre acteurs parfois de niveau territorial différent. De cette analyse découlera les atouts et limites, en termes de concertation et de relations, qui pourraient freiner ou au contraire développer les démarches partenariales. La SADEV, l’EPORSA, le PAP, le Conseil Général du Val de Marne, VNF, Ivry-sur-Seine et ses communes limitrophes, sont autant d’acteurs clés du territoire répondant parfois à des enjeux ou des objectifs différents. Les contraintes, tant réglementaires que physiques, sont également abordées, afin de toujours coller au plus près des possibilités offertes par ce territoire. Cette analyse se déroulera en deux points complémentaires mais successifs. •

La première phase se veut une analyse thématique du territoire des berges et de ses environs.

Pour ce faire, la constitution d’ateliers thématiques a semblé une bonne méthode d’investigation. Cette phase a permis dans un premier temps d’appréhender l’espace des berges d’Ivry dans son ensemble, d’en comprendre les enjeux et les spécificités. Dans un deuxième temps elle a également permis de couvrir de façon la plus complète possible les champs thématiques propres à rendre compte de la situation actuelle de cet espace. De façon pratique, quatre groupes de trois personnes en moyenne ont eu à caractériser l’une des thématiques suivantes : -

Mobilité Usages du sol Animation Cohésion territoriale : liaisons supra-communales

5


Chaque thématique forme un diagnostic à part entière. La méthodologie de recherche s’est basée sur de nombreux supports : -

Les entretiens réalisés auprès de l’ensemble des acteurs concernés, et également auprès d’acteurs n’ayant pas à proprement parler de compétences d’aménagement opérationnelles sur le territoire étudié (Acteurs associatifs, économiques, etc.). Les documents officiels publiés par ces mêmes acteurs. Des enquêtes précises menées auprès des habitants du territoire observé et des commerces de proximité.

A ce titre, nous n’avons malheureusement pas rencontré l’EPORSA1. Nos analyses s’effectueront sur la base des documents que cet acteur a publiés. Cependant, cette analyse thématique ne pouvait rendre compte pleinement des spécificités d’un territoire aussi vaste que celui des berges de Seine à Ivry. Il aurait en effet été vain de devoir appréhender cet espace selon des thématiques trop étanches. Des différences notables, et selon de nombreuses variables, se sont ainsi constituées, formant de véritables secteurs aux caractéristiques propres.

Ainsi, il est apparu nécessaire d’entamer une seconde phase de notre diagnostic, réalisée non plus par thématiques disjointes, mais par secteur.

Il s’agissait par cette orientation de rapprocher les investigations thématiques du territoire concerné, et d’en montrer au mieux les différentes spécificités. Ces secteurs se veulent donc homogènes, et représentatifs du terrain d’Ivry. Afin d’y satisfaire, trois groupes de travail ont été constitués, composés chacun d’un représentant des groupes thématiques afin de disposer de l’ensemble des connaissances accumulées. Ces groupes ont travaillé sur les secteurs suivants : -

1

Le secteur Nord : la zone tertiaire des berges de Seine de Paris aux ponts Mandela Le secteur Centre : la zone industrielle des ponts Mandela au pont d’Ivry Le secteur Sud : la zone en partie végétalisée des berges du pont d’Ivry à Vitry

Rencontre prévue trop tardivement pour être intégrée dans le diagnostic.

6


L’étude commence par aborder la thématique « cohésion territoriale » qui prend une dimension particulière dans le contexte actuel. A l’heure du « Grand Paris », de « Paris Métropole » ou encore de « la Conférence Métropolitaine », il nous a semblé important de ne pas isoler notre terrain d’étude de son environnement et d’insister sur sa dimension supra-communale. Cette cohésion territoriale prônée, à la fois par Ivry-sur-Seine, mais aussi, Paris2, la Région Ile-de-France3 ou encore l’Etat4, se formalise sur les entrées de ville. Notre étude se focalise donc sur ces espaces particuliers afin de percevoir l’existence de continuité et le cas échéant d’en étudier leur nature. Ainsi cette thématique se matérialise dans cette étude autour de la prise en compte de deux sous-thèmes, la qualité des continuités physiques des berges de la Seine ainsi que la continuité symbolique des façades urbaines sur le front du fleuve. Le second point abordé dans le diagnostic est celui de la « mobilité ». Cette partie se formalise davantage comme un état des lieux de la situation ivryienne. Elle s’articule autour des questions des transports en commun, de l’accessibilité aux berges via les modes de circulation douce et des questions relatives au trafic routier et au transport de marchandises. L’objectif est ici d’aboutir à une réflexion visant à l’harmonisation des flux des différents types d’usagers et d’améliorer l’accessibilité aux berges. La thématique « usage des sols » fait écho à la volonté du commanditaire de garder les activités économiques en place. Elle a donné lieu à une étude approfondie de certains documents de planification comme, le PLU ou encore le PPRI, ainsi que des projets en cours. Dans un premier temps, cette thématique s’assimile davantage à un état des lieux de l’usage des sols actuel tandis que la suite de cette analyse s’attache à comparer les différentes études en cours. En conclusion, nous proposerons une analyse sur la pertinence de l’usage des sols à venir et son impact sur la qualité de vie et l’attractivité du territoire. Notre diagnostic thématique se terminera par une étude de « l’animation » du secteur. L’enjeu est, ici, d’aborder les questions relatives à la vie de quartier, la fréquentation et la qualité de l’espace public. Elle renvoie également aux sous thèmes des loisirs, de l’ambiance urbaine ou encore des centralités. Cette approche trouve son intérêt dans le fait qu’elle permette une réflexion approfondie sur l’identité du territoire ou encore sur la diversité des ambiances le long des berges de la ville.

2

La délégation des relations avec les collectivités territoriales d'Île-de-France de Pierre Mansat, crée dès 2001 illustre bien ce contexte Avec le SDRIF 4 Le sujet est largement abordé dans les discours du Président de la République 3

7


8


9


1 COHESION TERRITORIALE L’enjeu de la cohésion territoriale est primordial dans le contexte actuel. Or, en dépit du constat de l’existence d’une volonté certaine à « l’unification » de la Région Ile-de-France, sur le cas particulier d’Ivry-sur-Seine, et plus précisément de ses berges, force est de constater que des coupures et contrastes francs existent. Le réaménagement des berges d’Ivry-sur-Seine, du point de vue de la cohésion territoriale à l’échelle supra-communale présente des enjeux pluriels, voire antinomiques. En effet, faut-il percevoir le réaménagement des berges d’Ivry à une échelle métropolitaine comme un segment reliant Paris à Vitry dans une logique d’homogénéité du territoire amont des portes de Paris ? À l’inverse, ne faut-il pas appréhender ce territoire comme un élément de rupture par rapport à ce qui se fait autour d’Ivry pour créer une identité territoriale forte et distincte de cette ville ? Notre diagnostic a alors pour but de caractériser l’inscription des berges d’Ivry à un niveau supra-communal. Il nous a alors semblé pertinent d’axer notre travail autour des entrées de ville, point d’orgue à la création et/ou déstructuration d’une continuité fonctionnelle ou symbolique autour de deux thèmes : -

-

la qualité des continuités physiques des berges de Seine et de leurs abords entre Ivry et ses communes limitrophes. Nous isolerons les éléments structurants : ceux participants à cette continuité et ceux constituants des coupures. Cela permettra de mieux en dégager les potentiels. la continuité symbolique des façades urbaines sur le front de Seine, et l’existence de tout autres éléments susceptibles de porter ou de desservir l’image de la ville d’Ivry ainsi que de la rendre attractive à une échelle intra et supra-communale.

La finalité de cette étude est alors de hiérarchiser les cinq entrées de ville du territoire des berges d’Ivry-sur-Seine, en fonction du potentiel de développement qu’elles représentent. Plus précisément, il s’agit pour chaque entrée de ville de caractériser les marges de manœuvre possible en termes d’aménagement et des volontés intercommunales existantes autour de ces différents espaces pour en faire des secteurs clefs du territoire.

10


1.1 Une multitude de projets, un jeu d’acteurs complexe mais un territoire à fort potentiel de développement

Carte 1 : Carte des projets influant sur le territoire des berges de Seine d’Ivry. Auteur : GIU08

11


En préalable à l’analyse des entrées de ville, il semble pertinent de s’attarder sur les projets en cours ou en devenir sur le territoire d’Ivry-sur-Seine et ses berges, mais aussi sur les territoires avoisinants. La carte de la page précédente montre que le territoire des berges n’est pas « oublié », étant donné le nombre d’études en cours. Cependant chaque projet de territoire a ses acteurs et ses orientations de développement. Le territoire des berges d’Ivry-sur-Seine semble alors connaître une certaine « effervescence urbanistique » mais qui sousentend un jeu d’acteurs complexe, porteur aussi bien de synergies que d’indifférences et donc d’immobilisme. La question est alors de savoir si cette multitude de projets et donc d’acteurs est porteuse de complémentarités, d’incohérences ou de concurrences. Comme le souligne Seine Amont Développement, à l’heure actuelle chaque commune possède son projet fondé sur une logique d’aménagement qui lui est propre5. L’ambition de cette association est alors de porter un vrai projet de territoire à l’échelle intercommunale en amont de la Seine. Cet acteur a joué un rôle prédominant sur ce territoire car c’est par lui qu’est née la première réelle réflexion commune entre les différentes municipalités concernées. Aujourd’hui encore, cette association a un rôle important car elle participe aux ateliers thématiques dans le cadre de l’O.I.N. La multitude de ZAC sur et autour du territoire des berges est l’illustration parfaite de l’intérêt croissant que connaît ce secteur. De plus, les extensions probables des ZAC parisiennes marquent une volonté réelle de coopération intercommunale. La ZAC de Bercy, en rive droite (bien que n’ayant pas encore d’architecte coordinateur) et la ZAC de Paris Rive Gauche semblent être en mesure de créer une réelle dynamique de territoire en dépassant les frontières communales. Dans ce cadre, un protocole ambitieux Ivry/Paris a été mis en place. Parmi toutes les actions concernées, les projets d’extension de ZAC et de requalification de la passerelle sont abordés. Ce protocole reste un document d’orientations générales. Plus précisément, il faut souligner le fait, que des élus ivryens sont régulièrement consultés pour des projets d’aménagement dans le 13ème arrondissement et inversement6. De plus, l’étude de définition pour le prolongement de la ZAC Paris Rive Gauche a été remportée par Yves Lion prônant une continuité urbaine entre Paris et Ivry-sur-Seine, tandis que les autres projets proposaient une ceinture verte autour de Paris7. Ces quelques éléments illustrent la volonté de coopération qui existe entre les deux communes. L’étude de la porte de Paris / Ivry permettra de confronter ce discours à la réalité de terrain. Cependant, les territoires des berges de fleuve sont tributaires d’autres acteurs clefs que les communes. Dans le cas de la Seine, il faut noter que le Port Autonome de Paris est le propriétaire de nombreux aménagements en berges de Seine. Or, les relations avec cet acteur influant sont réduites au strict minimum8 ce qui représente une limite et un aspect important pour une compréhension des jeux de pouvoir de ce territoire.

5

Seine Amont Développement. Schéma d’aménagement des berges et de la vallée de la Seine – Phase 3. Nov. 2004 : p.23. Propos recueilli lors de l’entretien du 01 avril 2008 avec Mme TUMELERO, directrice du service coopération territoriale à la mairie de Paris. 7 Propos recueilli lors de l’entretien du 18 mars 2008 avec Mme PELLOUX, ingénieur urbaniste à l’APUR. 8 Sentiment transparu dans de nombreux entretiens. 6

12


L’autre acteur ayant un rôle à jouer sur l’ensemble du territoire fluvial ivryen est le Conseil général, propriétaire des voies sur berges et des ouvrages anti-crue. Il est également responsable des politiques de renaturation des berges. Contrairement à ce qui peut s’observer avec le Port Autonome, l’assemblée départementale semble être une arène appréciée des différents élus du territoire amont de la Seine9. Le projet « Cité de la ville10 » est emblématique à bien des égards et sans aucun doute porteur d’une dynamique sans précédent. En effet, les prémisses de cette étude symbolisent une nouvelle coopération entre les acteurs de ce territoire. Ivry-sur-Seine et Charenton-le-Pont (ces deux villes ont eu des relations très difficiles et froides pendant des décennies11), Paris (propriétaire de la passerelle aux câbles) et le Conseil général sont à l’origine de ce projet qui illustre pour la première fois une vision commune du territoire de la Seine Amont. Il faut remarquer que la commune d’Alfortville n’est pas inscrite dans ce projet alors qu’il aurait semblé pertinent d’associer les trois communes de la confluence. Une première explication pourrait être «l’absence de relation » qui existe entre Charenton-le-Pont et Alfortville12. Ceci est certainement imputable au fait que jamais ces trois communes ne se sont réunies pour mener une réflexion autour du territoire de la confluence. Dans un second temps, le complexe du Chinagora pose de nombreux problèmes à l’heure actuelle. Pourtant, sa requalification future, bien que très incertaine sera sans aucune doute un élément catalyseur du territoire. L’avènement d’une coopération entre ces trois communes apparaît alors comme l’enjeu premier dans l’objectif de création d’une synergie. Néanmoins, la volonté de « travailler ensemble » existe depuis une dizaine d’années entre Ivry-sur-Seine et Alfortville qui entretiennent des relations partenariales grâce au travail de Seine Amont Développement. La coopération entre Vitry et Ivry est quant à elle plus délicate. Le projet d’Opération d’Intérêt National et le Schéma de développement d’Ivry Port ont des périmètres qui s’arrêtent à la frontière communale. Ce fait est troublant, et renvoie certainement à un manque de concertation entre les deux collectivités. Les projets actuels sur la commune de Vitry en sont un reflet13. La commune souhaite marquer l’entrée de ville par une signature forte et tournant le dos à Ivry. Cependant, les volontés des deux communes se rejoignent concernant la création d’un boulevard urbain sur l’Avenue Jean Jaurès, et marquent à ce titre une occasion de pousser plus loin encore la coopération. Enfin, au regard de la carte des projets, il est surprenant de voir se chevaucher les projets « Cité de la ville », « Avenir Gambetta » et celui de l’OIN. Cette superposition de périmètres est également une superposition d’acteurs, à savoir, l’EPORSA (pour l’OIN) et la SADEV 94 (pour Avenir Gambetta)14. Il est cependant difficile de se prononcer sur les conséquences de ce constat, si cela est porteur de complémentarités ou de concurrences. Mais cette multitude de projets sur un territoire si restreint justifie notre classement de la passerelle aux câbles comme l’entrée de ville au plus fort potentiel de développement. 9

Sentiment recueillis lors des entretiens avec M. Monnet à Charenton, Mme Lasne à Alfortville et Mme D’ARAIO à Vitry. Projet qui se nomme aujourd’hui « Cité des savoirs ». Il sera étudié plus précisément dans la suite de ce diagnostic. 11 Propos recueillis lors de l’entretien du 12 mars 2008 avec M. MONNET, directeur des services techniques à Charenton. 12 Sentiment conjoint constaté lors des entretiens de M. Monnet à Charenton et Mme Lasne à Alfortville. 13 Un entretien réalisé avec Mme D’ARAIO, chef de projet à Vitry, nous a appris la possibilité de création d’un immeuble R+7 sur la porte Ivry/Vitry 14 Le projet « Cité de la ville » n’est pas encore doté d’une structure d’aménagement. 10

13


La partie qui suit, présentera les cinq entrées de ville dans l’ordre décroissant du potentiel de développement que nous leur avons attribué. Cette notion de potentiel est liée à la multitude de projets existants sur les secteurs concernés mais une analyse plus qualitative permettra de détailler notre prise de position.

1.2 Diagnostic des différentes entrées de ville d’Ivry sur Seine Explicitation de la légende : Dans la réalisation de nos cartes, plusieurs logiques s’appliquent. Nous avons tenté de faire ressortir l’aspect qualitatif des portes en mettant l’accent sur les traits caractéristiques de ces espaces, qu’ils soient positifs ou négatifs. Pour cela nous nous sommes concentrés sur une série de critères que sont, la morphologie/qualité urbaine, l’identité territoriale, la circulation routière ainsi que les déplacements doux. Les différentes cartes que nous vous proposons ont pour objectif de souligner l’ensemble de ces éléments. Ainsi, la morphologie et la qualité urbaine sont représentées par l’ouverture et la fermeture visuelle, la continuité/discontinuité de la façade urbaine, la qualité des berges (minéralisées ou végétalisées). Par ouverture visuelle, nous avons tenté de faire ressortir les perspectives visuelles qui s’offrent aux usagers des berges. Nous faisons une distinction entre « ouverture visuelle » et « ouverture visuelle sur la Seine ». L’objectif et de faire ressortir la profondeur du champ de vision de l’utilisateur des berges. L’icône symbolise une perspective accrue par rapport à l’icône . Le premier icône illustre une vision « aérée » sur le paysage urbain qui n’est donc pas arrêtée par le front urbain surplombant le fleuve. Le second ( ) illustre un champ de vision restreint aux limites de la Seine. La continuité urbaine est un aspect qualitatif du front urbain dont le but est de faire ressortir l’harmonie de la façade urbaine. En cas de rupture, celle-ci est marquée par les pointillés qui, quelques fois, peuvent séparer deux types de continuité comme au niveau du pont d’Ivry. L’identité territoriale est représentée par certains éléments remarquables que nous avons recensés. Nous distinguons trois catégories d’éléments remarquables. La première (ovale en pointillés rouges) renvoie aux constructions singulières et aisément distinguables dans le tissu urbain. La seconde (ovale en pointillés verts) met en avant le même type de bâtiment en mettant l’accent sur le fait que ces structures sont porteuses d’une identité territoriale. Enfin, la dernière catégorie (ovale en pointillés verts rempli en vert) insiste sur le potentiel évolutif à court terme des bâtiments. La première catégorie se distingue des deux autres car elle met en avant l’existence de fortes contraintes pour les édifices ainsi représentés.

14


1.2.1 La passerelle Ivry Charenton, un espace porteur de l’idée de Confluence Cette porte relie les villes d’Ivry-sur-Seine et de Charenton-le-Pont. Elle se situe au niveau de la confluence de la Seine et de la Marne. Outre un emplacement géographique exceptionnel, cette porte est singulière grâce à l’existence de nombreux éléments remarquables dont la passerelle aux câbles et le complexe immobilier Chinagora.

Carte 2 : Porte de la passerelle aux câbles. Auteur et source : GIU 2008

15


Atouts : Le premier de ces atouts est sans conteste le caractère mobilisateur de la passerelle. Ainsi, les villes de Paris15, d’Ivry-sur-Seine et de Charenton-le-Pont, mais également la SADEV (société d’économie mixte du Val-de-Marne) se sont penchées sur le réaménagement de cet ouvrage d’art. Deux projets phares, « Avenir/Gambetta » et « la Cité du Savoir » projettent de faire de cet édifice un élément clé du territoire. De plus, la passerelle aux câbles est remarquable de par sa situation géographique qui, en amont domine la confluence ente la Seine et la Marne, et en aval, offre une perspective sur la ville de Paris. Surplombant la Seine, la passerelle s’impose à tous comme un élément porteur de l’identité locale. L’ouvrage offre d’ailleurs une perspective visuelle unique sur la confluence.

Photo 1 : La passerelle aux câbles, infrastructure remarquable. Photo GIU, mars 2008

Dans un objectif de développement des déplacements doux, cet équipement présente de fortes potentialités. Actuellement accessible à ces modes de transport, il est également relié à une bande cyclable de part et d’autre de la Seine. De plus, il ne souffre d’aucune emprise routière.

Photo 2 : Vue sur la confluence depuis la passerelle aux câbles. Photo GIU, mars 2008

Par ailleurs, côté Ivry-sur-Seine, les environs proches de la structure lui confèrent également un grand intérêt. La route qui longe la Seine accueille une circulation automobile modérée avec 8600 véhicules par jour16 (maximum de 36 800 véhicules/jour sur le Quai Marcel Boyer-RN19). De plus, l’accessibilité aux berges est facilitée par un tissu relativement perméable.

Photo 3 : Un espace public adapté aux vélos, peu engageant. Photo GIU, mars 2008

15 16

Propriétaire de la passerelle TRANSITEC. Etude des déplacements, commune Ivry sur Seine, quartier Ivry Port. Oct. 2007 : p.20

16


Limites : En dépits de ses nombreux avantages, cet espace souffre malgré tout de diverses limites. La principale limite est les nuisances auditives. Ceci s’explique par la proximité de l’autoroute A4 sur la rive droite (commune de Charenton-le-Pont) ; mais le lieu souffre également de nuisances olfactives et visuelles, du fait de la présence d’industries en activité et d’un déficit de perspective visuelle en raison des immeubles bordant l’autoroute. En outre, l’endroit manque incontestablement de salubrité et est peu rassurant. Ces deux défauts sont imputables au manque d’entretien des environs et au manque de mise en valeur de ce patrimoine datant du début du 20ème siècle. De plus, notons que l’accessibilité de la passerelle est limitée. Seul le côté amont du fleuve (vers la confluence) est ouvert au public et débouche directement sur l’autoroute qui forme une barrière difficilement franchissable. Enfin, si la bande cyclable est continue entre la passerelle et Vitry-surSeine, celle-ci est interrompue au niveau de la passerelle et ne continue pas en direction de Paris. Photo 4 : Un environnement dégradé. Photo GIU, mars 2008

Au centre de plusieurs projets, la passerelle Ivry-Charenton peut faire office de catalyseur et initier un dialogue entre les différents acteurs concernés. Cet édifice est porteur d’une identité forte sur le territoire. Placé en surplomb de la Seine il domine et affiche le territoire lui donnant une grande visibilité. En comparaison, le complexe Chinagora, élément lui aussi très remarquable, n’apparaît que secondaire, car son état actuel est peu porteur de potentiel, et son statut futur est difficile à prévoir17. Ainsi, la « passerelle aux câbles » présente de fortes potentialités. Elle mobilise des acteurs, marque le territoire, offre une vision d’ensemble cohérente, une accessibilité aisée et suscitant l’intérêt du plus grand nombre. Cette entrée de ville nous est apparue la plus prometteuse en termes d’évolution et de développement, et ce en lien avec le potentiel formé par la confluence Seine-Marne. Photo 5 : Accès à la passerelle condamné côté Nord. Photo GIU, mars 2008 17

L’entretien, le 12 mars 2008, avec Mme Lasne, directrice générale en charge de l’aménagement pour Alfortville a fait ressortir les difficultés liées à la réhabilitation de cet espace. Propriété chinoise et espace à forte potentialité, Chinagora ne peut être exploité par la commune d’Alfortville.

17


1.2.2 La porte Ivry / Vitry, un patrimoine paysager à préserver Cette porte au Sud du territoire constitue le lien entre Ivry-sur-Seine et Vitry-sur-Seine. Ce territoire se caractérise par des berges aux caractéristiques beaucoup plus naturelles que les autres entrées de ville de la commune. Les enjeux qu’elle représente sont donc différents.

Carte 3 : La porte de Vitry. Auteur et source : GIU

18


Atouts : La continuité paysagère sur les berges, marquée par une forte végétalisation semble permettre le développement des cheminements doux et des activités de loisirs, comme le préconise le Schéma de développement de Seine Amont. De même, la vocation récréative et paysagère de cet espace est inscrite dans les orientations du P.L.U.18 À l’heure actuelle, cette continuité paysagère s’accompagne d’une continuité du cheminement des cyclistes, bordée d’un alignement d’arbres, bien que des coupures au Nord existent encore.

Photo 6 : La continuité paysagère. Photo GIU, mars 2008

En termes d’ouverture visuelle, cette porte présente de grandes qualités. En effet, elle offre une percée visuelle agréable, perçue depuis les berges d’Alfortville. Cette ouverture sur le ciel et en profondeur dans le tissu urbain, s’explique par les parcelles Total et de l’usine de traitement des eaux dont la hauteur du bâti est homogène et de hauteur moyenne. De même, depuis les berges d’Ivry, la vision sur la Seine est facilitée par un faible encombrement de ce territoire. Néanmoins, le front urbain d’Alfortville ne permet pas d’avoir une percée visuelle sur la commune.

Photo 7 : Vision sur la Seine mais sans percée visuelle sur Alfortville depuis les berges d'Ivry. Photo GIU, mars 2008

Deux bâtiments industriels du 19èmesiècle sont présents au Nord de cette entrée. Ces deux éléments patrimoniaux remarquables n’ont cependant pas la même valeur identitaire. En effet, le bâtiment le plus au Nord (l’ancienne usine élévatoire) fait déjà l’objet de projet de requalification afin d’en faire un équipement culturel. Il est, à l’heure actuelle, propriété de la ville de Paris et sa rétrocession est en cours. Enfin, le trafic routier est modéré au regard de la circulation au Nord des berges d’Ivry-surSeine19, avec trois fois moins de véhicules par jour. Photo 8: Patrimoine remarquable. Photo GIU, mars 2008 18 19

Ville d’Ivry-sur-Seine. Plan Local d’Urbanisme de la ville d’Ivry sur Seine. Mai 2007 : p.125. TRANSITEC. Op. cit., p.20.

19


Limites : L’espace public, très dégradé, ainsi que les berges, non sécurisantes et difficiles d’accès, nécessitent des efforts de réaménagement. De plus, le tissu urbain est très imperméable et offre une seule ouverture vers les berges avec la rue de la Baignade. Ces grandes parcelles d’activité produisent également un effet couloir qui se ressent entre les murs des usines et les digues des berges. Ces murs aveugles, bien que de hauteur limitée et permettant une ouverture visuelle de qualité depuis Alfortville, ont en contrepartie un impact négatif sur l’appropriation possible des berges par les habitants.

Photo 9 : Effet couloir entre les murs des usines et

À l’heure actuelle, on peut observer une rupture berges. Photo GIU, mars 2008 entre un paysage composé de bâtiments d’activité et d’habitat de faible hauteur côté Vitry-sur-Seine et un paysage plus aéré avec de grandes parcelles, côté Ivry-sur-Seine. Le développement futur de Vitrysur-Seine semble se diriger vers une accentuation de cette rupture. En effet, l’appel à projet concernant les bâtiments formant l’entrée de Vitry-sur-Seine donne pour clause d’en rendre remarquable l’architecture. L’idée émise est la réalisation d’un bâtiment de 7 étages, marquant l’entrée de Vitry-sur-Seine avec un rehaussement des hauteurs sur l’ensemble du quartier20. A l’inverse, une continuité est recherchée entre les avenues Anatole France et Jean Jaurès, à l’intérieur d’Ivry-sur-Seine, pour en faire un boulevard urbain en lien avec le projet Vulcain21. Photo 11 : Discontinuité de la façade urbaine actuelle entre Ivry et Vitry. Photo GIU, mars 2008

L’entrée de ville Ivry / Vitry se caractérise par une absence d’identité territoriale et un espace peu valorisé. De plus, cette porte se heurte à une absence de cohésion entre les projets de Vitry-sur-Seine et d’Ivry-sur-Seine qui s’orientent vers une rupture de continuité, notamment en termes de morphologie urbaine. Ce constat ne concerne que les berges car la recherche d’une continuité existe à l’intérieur du tissu urbain. Cette future discontinuité limite fortement le potentiel de cette porte et notamment de la parcelle Total, porteuse d’importantes aménités positives. Néanmoins, l’aspect paysager des berges à ce niveau est important et en accord avec les préconisations du Schéma de Seine Amont Développement, qui accorde beaucoup d’importance à cette entrée de ville. 20 21

Propos recueillis lors d’un entretien avec S. D’ARAIO, service aménagement de Vitry-sur-Seine, le 21 mars 2008. S. D’ARAIO nous a fait part de la volonté de Vitry-sur-Seine de réaliser un boulevard urbain en lien avec Ivry-sur-Seine

20


1.2.3 Le pont d’Ivry, un espace dégradé difficilement valorisable Le pont d’Ivry est le seul lien physique entre Alfortville et Ivry-sur-Seine. De nature très routière, cette entrée de ville présente peu de potentiel à l’échelle locale alors que sa proximité avec des projets d’envergure à une échelle plus large permettrait de lui donner un rôle plus important à l’avenir.

Carte 4 : Porte Ivry /’Alfortville. Auteur et source : GIU

21


Atouts : Cette entrée se situe sur un territoire qui est fortement influencé par le projet « Avenir Gambetta ». Dans une moindre mesure, le projet « Cité de la ville » (aujourd’hui, « Cité des savoirs ») peut également apporter une plue value à cette entrée de ville. Ce positionnement à proximité de deux grands projets urbains, susceptibles de métamorphoser le secteur d’Ivry Port, est sans aucun doute l’atout premier de cette porte. Les percées visuelles depuis le pont et ses alentours sont très agréables. Vers le Sud, la perspective est intéressante. Il existe une impression de vision lointaine, et il est possible d’apercevoir des éléments structurants du territoire ivryien. Vers le Nord, les percées visuelles sont nombreuses et permettent une vision vers Paris, la Marne et la « passerelle aux câbles ». (il est également possible de remarquer des éléments structurants comme le Chinagora et la cheminée de la CPCU.) Le trafic routier est assez faible sur les berges et en aval du pont22. De plus, il existe une vraie continuité des circulations douces, mais seulement en contrebas du pont car son accès n’est pas possible pour les vélos. Photo 11 : Percée visuelle depuis le pont d'Ivry, vers le Sud. Photo GIU, mars 2008

Enfin, la présence de trois éléments remarquables, dont le plus important reste le bâtiment industriel typique du XIXe siècle de l’ancienne usine élévatoire, ne sont pas négligeables en vue de marquer une identité territoriale du territoire ivryien. Au Nord, la haute cheminée industrielle de la CPCU, bien que difficilement exploitable à l’heure actuelle est un facteur non négligeable de maintien de l’identité industrielle de la ville. Il faut enfin noter la proximité du Chinagora, qui pour l’heure, n’est pas porteur d’identité territoriale, et ne présente aucun potentiel de développement. Néanmoins, sa métamorphose future est un facteur à prendre en compte pour l’évolution de cette entrée de ville dans le long terme.

Photo 12 : La cheminée du CPCU et un bâtiment industriel, éléments remarquables qui bordent le pont d'Ivry. Photo fournie par Ivry

22

TRANSITEC, op. cit., p.20.

22


Limites : L’ambiance générale ressentie au niveau de cette porte est très routière et minérale. Le pont d’Ivry est un axe de circulation important et le trafic routier sous jacent représente une vraie limite à l’appropriation de ce territoire par les habitants. De plus, l’accès au pont depuis les berges est compliqué pour les piétons et inexistant pour les vélos. Le tissu urbain, bien que plus perméable que ce qui s’observe à l’entrée Ivry / Vitry, ne permet pas un accès aux berges de qualité. Un seul passage piéton, au niveau de la rue Jean Mazet permet de traverser la voie sur berges.

Photo 13 : Pont d’Ivry. Photo GIU, mars 2008

Enfin, cette porte se caractérise par une rupture de continuité très forte en termes de façade urbaine. En effet, le pont d’Ivry marque le passage d’un paysage aéré et « végétalisé » en amont à un paysage très industriel et minéral en aval. À cette rupture s’ajoute un îlot de mauvaise qualité au Nord de la rue Jean Mazet. Ce changement de nature de la façade urbaine apparaît alors comme brutal et semble isoler les berges du reste de la ville. Photo 14 : Rupture forte de continuité de la façade urbaine. Photo GIU, mars 2008

Le pont d’Ivry représente une porte importante à une large échelle bien plus qu’au niveau du pont lui-même où les potentialités semblent très limitées. En effet, les nombreux éléments remarquables dans le paysage urbain sont porteurs d’identité territoriale et semblent pouvoir permettre la création d’une façade urbaine de qualité. À l’inverse, des aménagements autour du pont qui permettraient une meilleure mixité des usages ne semblent pas être envisagés, que ce soit pour Alfortville ou Ivry-sur-Seine. L’idée de la mise en place d’un transport en commun en site propre sur le pont pourrait permettre d’amorcer un traitement de cette porte. Ce projet est encore loin d’aboutir23.

23

projet.

Le projet de TCSP Ouest-Est semble en être, à l’heure actuelle, à l’état de concept, comme le montre le peu d’informations existantes sur ce

23


1.2.4 La porte Ivry / Paris, une entrée de ville sous influence Cette entrée se trouve au Nord de notre terrain d’étude, à la jonction entre la ville d’Ivry-sur-Seine et de la ville de Paris. Cet espace est caractérisé par la présence d’infrastructures de transport lourdes (périphérique et boulevard des maréchaux), de berges occupées par des activités industrielles ainsi que par sa proximité avec le centre commercial Grand Ciel.

Carte 5 : Porte de Paris. Auteur et source : GIU

24


Atouts : La proximité avec la ville de Paris apparait être la principale force de ce territoire. Celle-ci apporte une plus value certaine à la porte qui bénéficie de « l’aura parisienne » ainsi que de sa proximité avec des équipements parisiens remarquables (Ecole d’architecture et plus généralement la ZAC Paris Rive Gauche, PRG). De même les futurs aménagements accentueront certainement cet effet adresse. Nous pouvons penser au tramway qui devrait arriver d’ici à 2012 ou encore aux possibles futurs IGH (immeubles de grande hauteur). En outre, une homogénéité du tissu urbain transparait entre la ZAC PRG et les immeubles d’activités tertiaires installés à Ivry-sur-Seine (en face des berges). Photo 15 : La promenade « découverte du port ». Photo GIU, février 2008

Il existe également de nombreux terrains libres à proximité d’Ivry-sur-Seine sur la commune de Paris (dans le périmètre parisien à fort potentiel de développement pour Ivry-sur-Seine). Ces terrains se situent entre Ivry-sur-Seine et le périphérique mais également entre le périphérique et le pont National. La promenade « découverte du port » apparait comme un moyen original de séparer les flux de circulation, et de concilier le cheminement piétonnier tout en conservant l’activité industrielle et portuaire. Enfin, la proximité du SYCTOM peut à l’heure actuelle jouer en faveur de la porte en y intégrant un élément remarquable.24

Photo 16 : Une façade urbaine industrialisée. Le périphérique parisien. Photo fournie par la mairie d’Ivry-sur-Seine, novembre 2006

24

Propos recueilli lors d’un entretien avec S. NOACK, atelier d’urbanisme, le 17 mars 2008.

25


Limites : L’omniprésence d’infrastructures routières apparait comme une grande limite de la porte. Celle-ci apporte deux types de nuisances, l’une visuelle puisque bouchant toute la perspective en direction de Paris, la seconde, auditive. Le trafic au niveau de la porte est parmi les plus importants de la commune d’Ivry-sur-Seine.25 En outre, ces infrastructures forment une réelle coupure physique comme visuelle entre les deux villes. Le cheminement piétonnier entre Ivry et Paris est discontinu et peu engageant. Aucun lien n’existe entre PRG et la promenade « découverte du port ». Les diverses activités industrielles bordant la Seine forment un « mur » rendant le fleuve invisible. Photo 17 : Une circulation omniprésente. Photo GIU, février 2008

Cette porte présente donc des caractéristiques intéressantes voire attrayantes. Mais celles-ci sont fortement limitées. La proximité de Paris peut être à double tranchant, car porteur de développement d’une part, mais aussi plaçant Ivry-sur-Seine dans une position de dépendance quant aux futurs aménagements de PRG. Ainsi, les possibilités d’évolution de cette porte sont fortement restreintes.

25

TRANSITEC. Op. cit., p.20

26


1.2.5 Les ponts Nelson Mandela, un espace tampon entre l’Autoroute et Ivry-sur-Seine Les ponts Mandela constituent notre dernière porte en termes de potentiel. Seul lien routier avec Charenton-le-pont, ces deux ponts sont en quelque sorte une arrivée autoroutière à Ivry-sur-Seine, dont les perspectives de réaménagement semblent bien limitées.

Carte 6 : porte des ponts Nelson Mandela. Auteur : GIU 2008

27


Atouts Les ponts Nelson Mandela se trouvent dans le prolongement de l’avenue George Gosnat et de la rue Lénine, marquant ainsi une liaison très importante entre le cœur d’Ivry-sur-Seine, les berges, Charenton-le-Pont, et l’Autoroute A4. Ce contexte géographique en fait un ouvrage d’art primordial pour les déplacements automobiles vers l’extérieur de la commune, mais également pour les déplacements doux. Nos relevés de terrain ont montré une fréquentation relativement importante de ces deux ponts par les piétons allant d’Ivry-sur-Seine à Charenton-le-Pont. Par ailleurs, l’ouverture visuelle depuis le pont Mandela le plus à l’est offre une perspective remarquable sur les espaces en amont de la Seine. Photo 18 : Ambiance routière sur les Ponts. Voie d’accès à l’A4. Photo GIU, mars 2008

Limites : Cette entrée de ville se caractérise principalement par son ambiance routière prégnante, qui en fait un espace avant tout dédié à la circulation, présentant très peu de potentiel en termes de cheminement ou d’arrêt autre que les flux automobiles. On a peine à y imaginer des déplacements en dehors du motif de transit. Cette particularité routière se décline en de nombreux points : - Les emprises routières sont importantes, que ce soit au niveau même des ponts, à leur extrémité avec l’autoroute ou à son entrée dans un espace avant tout carrefour de circulation. - Les nuisances liées au bruit créées par l’autoroute sont sensibles, et se font de plus en plus contraignantes au fur et à mesure que l’on se rapproche de Charenton-le-Pont. - Le trafic routier est dense, du fait de la conjugaison de voies de circulation Est-Ouest et Nord-Sud. L’étude Transitec26 sur les déplacements, réalisée en 2007 montre que près de 70 000 véhicules se croisent quotidiennement dans ce secteur restreint.

26

Photo 19 : Accès piéton interdit sur le trottoir amont des Ponts Mandela. Photo GIU, février 2008

TRANSITEC. Op. cit., p.20

28


-

L’espace public est très dégradé. Les ruptures de continuité du cheminement piéton comme celles qui sont mentionnées sur la carte précédente montrent la difficulté de circuler autrement qu’en voiture dans ce secteur. À ce titre, les trottoirs avals des ponts Nelson Mandela sont interdits aux piétons, certainement en raison de leur étroitesse et de leur débouché sur une voie d’insertion à l’autoroute A4. Les trottoirs reliant les ponts Nelson Mandela au Sud d’Ivry et au Nord à la zone de loisirs manquent de lisibilité et d’entretien. Ils sont également très étroits et discontinus. L’accessibilité à la zone ICAL reste difficile, les quais, au trafic routier dense, formant une coupure.

Photo 20 : Problème de lisibilité et d’accessibilité à l’espace public. Accès aux Ponts Mandela. Photo GIU, février 2008

Les façades urbaines d’Ivry-sur-Seine souffrent également de la cohabitation de bâtiments d’industries lourdes, de fort gabarit, et d’immeubles d’activités tertiaires. Cet effet est notamment visible au niveau du complexe industriel « d’Ivry Béton », qui par son ampleur constitue à notre sens une grande partie de la façade urbaine en amont des ponts Nelson Mandela. Ce fait explique notamment la discontinuité forte représentée sur la carte de la page précédente. En définitive, le caractère routier du secteur des ponts Nelson Mandela rend difficile la compréhension de l’espace public environnant pour un usager autre qu’automobiliste. Il existe un fort problème de lisibilité. Par ailleurs, ce secteur se caractérise par l’absence de projets alentours, certains aménagements ayant été réalisés très récemment, entraînant un potentiel de développement ou de réaménagement à court et moyen terme assez faible. Le secteur des ponts Nelson Mandela fait à notre sens figure d’échangeur secondaire de l’Autoroute A4, de par sa configuration même.

Photo 21 : Ivry Bétons vu comme façade urbaine depuis Charenton-le-Pont. Photo GIU, mars 2008

29


Conclusion Ce diagnostic concernant la thématique de la cohésion territoriale centrée sur l’espace des berges a mis en évidence de profondes différences entre le Sud, le Centre et le Nord de la commune d’Ivry-sur-Seine. Notre hiérarchie des entrées de ville, établie en termes de potentiel, a révélé que chacune de ces entités géographiques présentent des caractéristiques homogènes, propres à séparer le territoire communal en trois : le Nord apparaît comme le secteur le plus contraint ; le Centre comme celui disposant du plus grand potentiel ; le Sud comme une vocation paysagère à affirmer. Cette grille semble par ailleurs recouper la morphologie et la fonctionnalité constatées à Ivry-sur-Seine. Un Nord fortement marqué par du tertiaire supérieur, récemment urbanisé, un Centre dédié à l’activité industrielle, et un Sud plus enclin à la consolidation et au retour d’une végétalisation sur les berges. -

Au Nord, les deux entrées de villes étudiées, la liaison entre Ivry-sur-Seine et Paris, et les Ponts Mandela, se caractérisent par un potentiel de développement assez faible. La première est en effet trop dépendante de décisions qui échappent en partie à la commune d’Ivry-sur-Seine. Ces décisions sont prises par Paris pour Paris Rive Gauche et par le Port Autonome de Paris pour les berges. Par ailleurs, de nombreux éléments ont été aménagés récemment, et présentent alors peu de potentiel de conversion à court et moyen terme. Les ponts Mandela représentent un carrefour dédié à l’automobile, reliant le cœur d’Ivry-sur-Seine à Charenton-le-Pont et l’Autoroute A4. Il s’agit, du point de vue de notre thématique, du secteur présentant le moins de potentiel.

-

Au Centre, la passerelle représente ce que nous avons considéré comme le cœur du renouveau urbain, centré sur l’idée de Confluence Seine/Marne. Son inscription dans de nombreux projets (« Avenir Gambetta », « Cité des Savoirs »), le consensus dont elle est l’objet entre de nombreux acteurs, sa situation géographique excellente et ses caractéristiques urbaines remarquables représentent un grand potentiel pour l’ensemble du secteur. Dans une moindre mesure, le Pont d’Ivry est un élément pouvant être amené, dans le cadre du projet « Avenir Gambetta » à évoluer positivement. Les entrées de ville de ce secteur Centre peuvent donc être considérées comme un moteur possible du renouveau des berges d’Ivry-sur-Seine.

-

Au Sud, l’entrée de ville Ivry-sur-Seine/Vitry-sur-Seine est marquée par une continuité forte de la végétation au niveau des berges. Cet espace végétalisé souffre, à l’heure actuelle, de très nombreux manques, mais représente un potentiel important au regard des possibilités d’aménagement offertes. Cette renaturation peut s’accorder avec les travaux de l’Association Seine-Amont27, avec les orientations du Département du Val-de-Marne, ainsi qu’avec les orientations du P.A.D.D. d’Ivry-sur-Seine qui prévoit une préservation de ce patrimoine paysager. La présence d’éléments remarquables comme l’ancienne Usine élévatoire ( classée comme patrimoine bâti à préserver dans le P.L.U.28 d’Ivry-sur-Seine), ajoute des atouts à ce secteur, notamment d’un point de vue identitaire.

27 28

Seine Amont Développement. Op. cit. Ville d’Ivry sur Seine, Op. cit.

30


31


2 MOBILITE La ville d’Ivry a la volonté politique d’améliorer les déplacements sur son territoire en lien avec les territoires limitrophes. Elle a lancé, avec la ville de Vitry, la réalisation d’un schéma directeur des déplacements. Celui-ci s’est fait en collaboration avec la ville de Paris afin que la politique adoptée soit cohérente entre ces villes. Le développement de l’offre de logement ainsi que la tertiarisation des berges ont un impact sur les déplacements. Afin de permettre une optimisation des déplacements et une meilleure cohabitation des usagers sur le territoire, il est essentiel de mieux gérer les flux actuels et d’anticiper les flux futurs afin de mieux répondre aux besoins des habitants, des salariés et des entreprises de ce territoire. Nous nous sommes alors demandé comment harmoniser les flux des différents types d’usagers, c’est-à-dire rendre cohérent les déplacements des différents modes de transport sur le territoire d’Ivry ? Comment permettre une meilleure accessibilité des berges de la Seine ? Dans quel cadre peut-on retrouver une certaine utilité à la Seine ? Quels sont les atouts et les handicaps de la mobilité dans la ville d’Ivry et sur le quartier Ivry Port plus particulièrement ? Au travers de ce diagnostic, il est réalisé un état des lieux du réseau de transports en commun actuel et des projets en cours et à venir. Ensuite, il est fait un bilan de la place des circulations douces qui accèdent difficilement à la Seine. Un dernier paragraphe conclut sur un état des lieux du transport de marchandises et du trafic routier dans le quartier.

2.1 L’état des lieux des transports en commun et des projets à venir Pour maîtriser son développement, Ivry cherche à articuler les projets urbains et les déplacements. La Ville souhaite réduire la place des voitures par la reconquête d'espaces publics au profit des autres modes de déplacement. C’est pourquoi, la ville d’Ivry s’oriente vers un développement des transports collectifs et des moyens de déplacement économes et moins polluants. Elle encourage les entreprises et les institutions publiques à favoriser l’utilisation des transports en commun par les employés de leur structure. Ivry bénéficie actuellement d'un réseau bus comprenant sept lignes, de deux stations de métro et d'une gare SNCF/RER. Malgré cela, plusieurs sociétés ont mis en place des cars de ramassage pour leurs salariés. En effet, cette absence de liaison d’Ivry Port et des bords de Seine vers Paris est particulièrement préjudiciable pour les entreprises et a longtemps constitué un frein à leur installation ou à leur développement. Il convient de souligner également les attentes des habitants en matière d’amélioration des transports en communs sur Ivry Port et l’impact que cela peut avoir sur l’espace public. Cette attente liée à l’insuffisance des transports en communs se traduit par l’utilisation des modes de transports autres pour les trajets quotidiens.

32


Selon les réponses au questionnaire effectué dans le cadre de la concertation autour du SDIP (Schéma de Développement Ivry Port), 36% de l’ensemble des ménages utilisent les transports en communs (Bus, RER, Métro), alors que ce chiffre est seulement de 28% sur Ivry Port, la part de déplacement par véhicule individuel passant respectivement de 36% à 42%. Localement, les débats menés ont montré qu'il existe chez les Ivryens une forte attente au niveau des transports en commun, et que pour constituer une véritable alternative au "tout-voiture", ils doivent être développés et offrir un niveau de qualité élevé. Par ailleurs, la dualisation sociale et territoriale qui se développe, se traduit par une dichotomie de plus en plus importante entre le centre de l'agglomération desservie par le métro et bénéficiant ainsi d'un système de transport collectif permettant aux habitants d'accéder à toutes les aménités de la ville, et au-delà, une ville « éclatée », pourtant agglomérée et dense, de banlieue. Le système de déplacements actuel ne permet pas de bénéficier des potentialités existantes dans le quartier Ivry Port. La question de l’offre en transports en commun reste une préoccupation importante et comporte plusieurs dimensions : d’une part, l’amélioration des réseaux existants (RER C, bus) mais aussi l’extension du réseau par la création de nouveaux transports en commun en site propre. Le projet du TCSP Vallée de la Seine a notamment été évoqué, à l’instar du projet « Voguéo » sur le fleuve, projets qui devraient contribuer fortement à l’amélioration des déplacements et au désenclavement du quartier.

Carte 7 Réseau de transport en commun et des projets en cours desservant le secteur Ivry Port, GIU 2008.

33


2.1.1 Vers des projets de TCSP et de tramway Ivry est traversée par de nombreuses lignes d’autobus qui permettent de relier l’ensemble des quartiers entre eux. Le réseau de bus de la ville d’Ivry est composé de trois lignes « radiales », de direction nord-sud : n° 132 : Très Grande Bibliothèque de France (TGB) – Vitry, n° 182 : Mairie d’Ivry – Choisy, n° 183c : Porte de Choisy - Choisy le Roi – Orly sud (aéroport) et de quatre lignes « rocades », de direction estouest : n° 125 : Porte d’Orléans – Maisons Alfort, n° 180 : Charenton – Villejuif, n° 325 : Mairie d’Ivry – Bibliothèque François Mitterrand (XIIIème arrondissement de Paris), n° 323 : Gare d’Ivry - Mairie d’Issy. Le centre-ville est particulièrement bien desservi par ce réseau puisque cinq lignes d’autobus (125, 132, 182, 323 et 325) le traversent ou s’y interconnectent. En revanche, on constate une certaine carence de desserte par le réseau de bus dans le quartier Ivry Port et plus particulièrement dans le secteur Ivry Port Nord. En effet, la ligne 180 bifurque vers Charenton au niveau des ponts Mandela. Dans le cadre du PDU régional, Ivry est concernée par quatre lignes de bus inscrites au réseau principal bus. Il s’agit de la ligne 323 (une des lignes de rocade la plus fréquentée) et des lignes 183, 180 et 325. En moyenne, 22 000 voyageurs fréquentent la ligne 180 et 48 000 la ligne 183, ce qui en fait la ligne la plus utilisée d'Ile-de-France. L'utilisation des transports en commun doit être favorisée en améliorant les conditions de circulation des lignes de bus existantes (des sites propres, de couloirs d'approche au niveau des carrefours) et en complétant la desserte du territoire communal (par la réalisation d'un transport en commun structurant Paris/Ivry Seine-Amont, le prolongement de la ligne 323 et la modification de l'itinéraire de la ligne 325). Le partage de la voirie ainsi que les systèmes de régulation de la circulation des autobus sont des éléments fondamentaux pour assurer la régularité de ce mode de transport. Enfin, la circulation des autobus est trop souvent gênée par des véhicules stationnant de manière illicite. Les objectifs de priorité des transports en commun ont permis de réaliser les sites propres pour les bus sur le boulevard Paul Vaillant Couturier : la réalisation d'aménagement sur les quatre lignes de bus inscrites au réseau principal du PDU, à savoir : 323, 325, 180 et 183, la réalisation d'un TCSP (transport en commun en site propre) sur la RN19 reliant Paris, la place Gambetta à Ivry et les Ardoines à Vitry, le site réservé de la RN305, qui devra être mené à son terme. Une ligne de tramway est à l’étude pour venir remplacer le réseau de bus actuel. Le tracé du TCSP Vallée de la Seine – Les Ardoines reste encore à déterminer au sud de la place Gambetta. La seule proposition faite jusqu’alors est remise en cause par le Schéma de développement d’Ivry port. Cette question devra être traitée en lien avec la ville de Vitry et de Paris.

34


2.1.2 Une desserte en métro et RER sur le point d’être améliorée Selon le rapport de présentation du PLU, les transports en commun ont tenu et tiennent toujours une place importante dans la ville. La commune d’Ivry est desservie par la ligne 7 du métro avec les deux stations « Pierre Curie » et « Mairie d’Ivry ». Cette dernière a longtemps constitué le seul terminus de la ligne qui comprend à présent une autre branche vers Villejuif à partir de la station « Maison Blanche ». Un projet de prolongement de la ligne 7 jusqu’à Vitry-sur-Seine est en cours d’étude. Les deux stations de la «Porte de Choisy» et de la «Porte d’Ivry», situées sur la même ligne, sont très proches des limites communales et sont utilisées par de nombreux Ivryens des quartiers nord. Elles sont également connectées au tramway des maréchaux (T3), qui sera bientôt prolongé. La ville est desservie également par la ligne C du RER à la gare d’Ivry-sur-Seine. Cette ligne est un important axe de liaison interrégional et permet de relier Montigny-Beauchamp et Argenteuil au nord-ouest, Versailles et Saint-Quentin-en-Yvelines au sud-ouest, Massy-Palaiseau et Dourdan au sud-est en passant par Ivry. Le RER C est un axe structurant mais de mauvaise qualité de service ce qui signifie une desserte en transports en commun encore insuffisante. Le département du Val-de-Marne souhaite mettre en place un projet ambitieux de métro de banlieue à banlieue, appelé Orbival. Celui-ci relierait la gare d’Arcueil-Cachan du RER B à celle de Val de Fontenay du RER E en 30 min. Il passerait par la gare de Vitry-sur-Seine (ou des Ardoines) du RER C, futur nouveau terminus de la ligne 7, ce qui impacterait sûrement sur les déplacements de la population ivryenne, surtout au sud du quartier Ivry Port.

2.1.3 Transport de passagers par voie fluviale : un nouveau mode de déplacements Le renforcement des transports en commun peut également passer par la mise en service d'une ligne de bateaux-bus qui pourrait accompagner le développement du quartier d'Ivry Port et venir compléter la promenade et l'aire de loisirs situées sur les berges de Seine. Deux escales ont été envisagées à Ivry : en limite de Paris et entre les deux ponts Nelson Mandela. Initié par la Ville de Paris, et le Port Autonome, le transport de passagers par voie fluviale est en train de se redévelopper en Ile-deFrance, à la fois pour du trafic régulier et pour le tourisme. Les escales sont quasi absentes de Seine-Amont. L’étude en cours propose de vitaliser plusieurs étapes en Seine-Amont. Finalement, il a été choisi, pour des raisons pragmatiques, d’implanter une seule escale au niveau de la zone ICAL, à proximité des ponts Mandela, des nouvelles constructions à dominante tertiaire et du centre commercial Grand Ciel. (les installations y sont déjà existantes) L’escale « Ivry Port » devrait constituer un belvédère sur la Seine au service de l’évolution du tissu urbain entre la voie ferrée et la Seine.

35


Le STIF (Syndicat des Transports Ile-de-France) expérimente pour une durée de 31 mois, à compter du 2 juin 2008, la création d’un service de transport public de voyageurs sur la Seine nommé « Voguéo ». Nouveau mode de transport public à destination de l’est francilien, Voguéo constitue une des prémisses du développement d’offres alternatives de transport de qualité. Les dessertes seront les escales Gare d’Austerlitz – Bibliothèque François Mitterrand – Ivry Port – Maisons-Alfort – Ecole Vétérinaire dans le sens aller et Maisons-Alfort – Ivry Port – Port-Bercy – Gare d’Austerlitz dans le sens retour. Les fréquences seront, quant à elles, de vingt minutes en heures pleines et de trente minutes en heures creuses.

36


2.2 L’accessibilité difficile des berges pour les modes de circulations douces

Carte 8 : accessibilité des berges de Seine pour les modes de circulations douces, GIU 2008

37


Les berges de Seine et le quartier d’Ivry Port représentent un environnement en grande partie hostile aux modes doux. En effet, sur les berges de Seine et au sein du quartier d’Ivry Port, on constate peu d’aménagements en faveur des modes doux. Les premières études du Schéma de développement d’Ivry Port révèlent que ce quartier est peu « lisible » en termes d’image et de déplacements. Il demande à être structuré. La difficulté d’accéder au fleuve pour les piétons ou les cyclistes est indéniable. Il importe aujourd'hui de proposer des modes de déplacements alternatifs comme la marche à pied, le vélo, etc. Ces objectifs doivent permettre d’améliorer la qualité de vie des riverains, d’atteindre un certain niveau de confort pour les personnes qui s'y déplacent, des aménagements plus éclairés, plus sûrs, plus propres, plus confortables, etc. Photo 22 : Nombreuses voitures stationnées sur le trottoir rue Marcel Sallenave, GIU 2008

La place presque exclusive aujourd’hui faite à l’automobile sur les quais constitue une véritable frontière qui est difficilement franchissable. En ville, un trajet sur deux en voiture fait moins de trois kilomètres, un sur quatre moins d'un kilomètre. La diminution de l'usage de la voiture et l'augmentation de la marche à pied et du vélo sont donc des objectifs réalisables29. À l’échelle régionale et départementale, les grandes directives sont similaires : le plan de déplacements urbains d’Île-de-France préconise que les espaces publics soient reconquis. Quant au Schéma départemental du Val-de-Marne "Objectif 2020" (avril 2006), il propose de promouvoir et de développer les circulations douces à l’intérieur du territoire. Le problème de l’accessibilité renvoie également à la question du front bâti en bord de Seine qui ne facilite pas toujours les cheminements. La vocation économique du front de Seine en lien avec le développement du pôle tertiaire sur la partie Nord du port devrait aussi permettre des liaisons entre la ville et le fleuve en termes de visibilité et de cheminement30. Dès lors, les immeubles de bureaux ne doivent pas constituer une nouvelle façade hermétique en bord de Seine. Selon l’association Seine Amont Développement, il ne faut pas réaliser un front urbain sur la Seine mais plutôt ménager les rues, les accès, etc. Par ailleurs, il faut amener les différents acteurs à travailler ensemble. Une meilleure coordination entre les différents projets et les différents niveaux est nécessaire31. 29

Extrait de la Charte « Vers Ivry 2015 » Extrait du compte rendu de l’atelier thématique intitulé « La ville et le fleuve : une histoire à réinventer », 23 octobre 2007 31 Extrait de l’entretien du 6 mars 2008 avec Mme Bonhomme, responsable prospective et organisation des territoires au Conseil Général du Val de 30

Marne

38


2.2.1 Les pistes cyclables, entre réalité et projets à concrétiser Actuellement, seule une partie des quais est aménagée en piste cyclable32. De plus, elles sont souvent discontinues et les déplacements à vélo y sont dangereux. Ces observations pourraient expliquer pourquoi cette pratique est marginale dans le quartier, à l’exception des déplacements captifs33. En 2002, le département a engagé une politique de promotion de l’usage du vélo (le Schéma départemental des itinéraires cyclables) par le développement de l’inter modalité vélo/transports collectifs, le développement des aménagements cyclables (stationnements sécurisés, passerelles, locations vélos), la rénovation des espaces viaires en accordant davantage de place aux piétons. D’après le Schéma Directeur Régional d’Îlede-France, le SDIC doit être intégré au réseau d’itinéraires cyclables d’intérêt national, les « Véloroutes »34 et à une échelle européenne « Eurovélo »35. Il existe également « REVER »36. Photo 23 : Aménagement cyclable quai Marcel Boyer, GIU 2008

L’aménagement des itinéraires de pistes cyclables ne sera pas systématiquement en adéquation avec les objectifs de la commune et ce en dépit de l’existence d’un schéma communal d’itinéraires cyclables37. La piste cyclable de Paris à Orly est une idée mais le concept de « Véloroutes » se heurte aux problèmes de conflits d’usage entre camions, voitures, piétons et cyclistes. La mise en place d’une charte pourrait être une solution38.

32

Schéma des itinéraires cyclables de 2007 à au delà de 2010 (juin 2007) transmis par Mme Pétillot Extrait de l’étude des déplacements par Transitec 34 Itinéraires pour cyclistes à moyenne et longue distance reliant les régions entre elles et traversant les agglomérations dans de bonnes conditions (itinéraire du Véloroute Val de Marne transmis par Mme Pétillot) 35 Réalisation d’un réseau d’itinéraires cyclables à travers l’Europe, présenté et promu par la Fédération Européenne des cyclistes dont l’Association française des Véloroutes et Voies Vertes 36 Projet de développement des Véloroutes et Voies Vertes 37 Propos recueilli lors de l’entretien du 3 mars 2008 avec Mme Pétillot, chargé du transport et des déplacements à la mairie d’Ivry. 38 Propos recueilli lors de l’entretien du 19 mars 2008 avec Mme Fourniau, responsable de l’association Seine Amont Développement. 33

39


Par ailleurs, la municipalité de Paris a proposé aux communes riveraines de la capitale, au mois d’octobre 2007, le financement d’ une extension vers la proche banlieue du système de bicyclettes en libre service « Vélib’ » (il existe déjà une station de Vélib rue de la Pointe d’Ivry dans le XIIIe arrondissement de Paris qui est utilisée par les Ivryens). Mais le Tribunal de Paris a annulé le 3 janvier 2008, l’extension du dispositif aux communes voisines. Cependant, la Ville de Paris affirme que ce projet reste souhaitable et possible si le Conseil d’État annule l’ordonnance du tribunal. Elle a donc décidé de se pourvoir en cassation contre cette décision39. Quant à la question de l’élargissement des quais de Seine, elle est à examiner avec précautions car le coût des travaux est élevé. De plus, ils peuvent durer plusieurs années40. Il est donc nécessaire de penser au futur en réfléchissant à des aménagements modulables pour ne pas être contraint de devoir réaliser de nouveaux travaux sur la voirie. Néanmoins, il faut la réaménager afin de mettre en place des pistes cyclables à relier aux tronçons existants41. En outre, si la circulation sur les quais est déviée, il faudra se donner les moyens de développer les transports en commun en parallèle42. La Ville souhaite créer trois itinéraires cyclables sur la base des tronçons déjà réalisés : un premier axe est-ouest (rue P. Andrieux, rue Hoche, avenue G. Gosnat, à poursuivre vers les boulevards de Brandebourg et du Colonel Fabien), un second axe nord-sud (le long des berges de Seine), un troisième axe nord sud, dit central (il relierait les deux centres-villes d’Ivry et de Vitry ; cette proposition s’inspire du diagnostic territorial réalisé par M. Chemetov qui perçoit cet axe structurant pour les villes de Seine Amont Nord dénommé « rue des quartiers »)43.

2.2.2 Les cheminements piétons à travailler

Photo 24 : Ordures laissées sur le trottoir quai Jean Compagnon, GIU 2008

La marche à pied comme mode de déplacement est une réalité sur la commune d’Ivry-sur-Seine. En effet, le trajet moyen par jour et par habitant est de 850 mètres44. Le déplacement piéton est majoritairement dirigé vers les grands pôles attractifs de la Ville, qu’ils soient commerciaux, administratifs, scolaires, de loisirs ou de transports (gare RER). D’une façon générale, les piétons empruntent des itinéraires précis et linéaires pour rejoindre les quartiers et les pôles attractifs45. Le réaménagement de ces itinéraires46 pour une meilleure continuité du trajet entre les différents quartiers de la ville ainsi que la sécurisation des traversées sont les priorités pour un bon fonctionnement de

39

http://www.paris.fr/portail/deplacements/Portal.lut?page_id=7053&document_type_id=2&document_id=48368&portlet_id=16479 Extrait de l ‘entretien du 3 mars 2008 avec Mme Pétillot, chargé du transport et des déplacements à la mairie d’Ivry. 41 Extrait de l ‘entretien du 3 mars 2008 avec Mme Pétillot, chargé du transport et des déplacements à la mairie d’Ivry. 42 Extrait de l ‘entretien du 3 mars 2008 avec Mme Pétillot, chargé du transport et des déplacements à la mairie d’Ivry. 43 http://www.ivry94.fr/environnement-urbanisme/amenagement-urbain/pistes-cyclables/ 44 Extrait de la Charte « Vers Ivry 2015 » 45 Extrait de l’étude des déplacements par Transitec 46 Extrait de l’étude des déplacements par Transitec 40

40


ce type de déplacements47. En effet, le piéton est régulièrement obligé de contourner des containers à ordures ou véhicules stationnés sur le trottoir et de marcher sur la chaussée (notamment à Ivry Port Sud). Il existe des zones où les accidents piétonniers sont relativement nombreux.48 La Ville a adopté une "Charte de l'espace public" qui établit les grands principes d'aménagement de l'espace public notamment pour l’amélioration de l'accessibilité pour les Personnes à Mobilité Réduite (PMR). Cette action se décline d'une part "au quotidien" pour tout nouvel aménagement ou intervention sur le domaine public et d'autre part dans des campagnes visant à rendre l'existant accessible. À court terme, les habitants souhaiteraient voir un renforcement de la signalétique urbaine (qu’elle soit plus lisible et plus cohérente), ainsi que des aménagements spécifiques à proximité de certains équipements visant au ralentissement du trafic automobile49. En effet, la signalétique indiquant la direction des berges de Seine manque de précision et de cohérence. Un projet qui favorisera l’accessibilité de la Seine aux modes de circulations douces est celui de la route départementale n° 52 (il comprend les quais Jean Compagnon et Auguste Deshaies, les têtes de Pont Mandela et la rue des Péniches). Celui-ci fait l'objet d'un projet de requalification entre le carrefour Vanzuppe et le boulevard du Colonel Fabien, dans le cadre du Contrat de Développement Urbain de Seine Amont nord, co-financé par l’Etat, le Conseil Général du 94 et la ville d’Ivry50. L'étude dont le fil conducteur a été la reconquête de la Seine par les Ivryens, s'est faite en lien avec les projets d'aménagement de la zone ICAL et de l'îlot Gondrand51. Les circulations douces52 sont privilégiées dans ce projet. Le but de ce projet est d’aménager des escaliers avec la construction d’un belvédère qui permettra de relier le quai de la promenade de loisirs et le quai haut. De plus, l’objectif est d’avoir également un accès à la ville par l’intermédiaire d’un quai bas plus urbain53. Quant à la rue des Péniches, elle est à double sens mais aménagée de deux files de circulation montante. L’objectif est que cette rue devienne à double sens de circulation et que des pistes cyclables paysagères soient aménagées. Au travers de ce projet, l’idée générale était d’éviter le cœur de quartier qui devait être un centre secondaire (Place Gambetta) et de mieux utiliser cette artère afin de mieux répartir les flux en déviant le trafic 54. 47

Photo 25 : Panneaux directionnels Place Gambetta, GIU 2008

Extrait de la Charte « Vers Ivry 2015 » Extrait de l’étude de déplacements par Transitec 49 Présentation par l’IAU des premières hypothèses de travail pour l’élaboration du SDIP 50 Extrait de la Charte « Vers Ivry 2015 », p.117 51 Ibid. 52 Ibid. 53 Extrait de l ‘entretien du 3 mars 2008 avec Mme Pétillot, chargé du transport et des déplacements à la mairie d’Ivry. 48

41


2.3 Ivry Port, une ambiance fortement routière Les transports entretiennent des relations étroites avec les territoires. Le SDRIF et le Plan de déplacement urbain du Val de Marne intègrent une nouvelle politique en matière de transport. Ils ont une volonté commune d’améliorer les réseaux routiers, rationaliser les fonctions logistiques tout en valorisant leur lieu d’implantation afin d’agir en faveur d’un report modal du transport de marchandises. Il a été mis en évidence que le transport de marchandises dans le Val de Marne était essentiellement routier. En conséquence, il faut améliorer l’acheminement et la gestion des réseaux de circulation et de stationnement sur le territoire et diminuer le trafic automobile.

Ivry Port est très bien desservi par de grands axes routiers contribuant à une ambiance fortement routière. Ce quartier est bordé au nord par le boulevard périphérique. Il se trouve à proximité directe de l’A4 (à l’Est) et est traversé par la RN19 qui franchit le quartier de Paris jusqu’au pont d’Ivry conduisant à Alfortville (il supporte environ 44 000 véhicules/ jour dont 1100 poids lourds selon l’étude Transitec). Ivry Port présente en effet la contrainte d’être un territoire de passage, qui connaît une circulation intense difficilement canalisable dans des rues étroites.

Photo 26 : Circulation Quai Auguste Deshaies, GIU 2008

54

Extrait de l ‘entretien du 3 mars 2008 avec Mme Pétillot, chargé du transport et des déplacements à la mairie d’Ivry.

42


2.3.1 La voiture, mode de transport privilégié La charge de trafic est élevée sur Ivry Port étant donné que la voiture est le mode préféré des franciliens (44% l’utilise régulièrement en Ile de France). 45 % des actifs prennent leur voiture pour se rendre sur leur lieu de travail à Ivry. 29 % des actifs ivryens prennent leur voiture pour se rentre sur leur lieu de travail. Selon le SDRIF, il est important de diminuer le trafic automobile. Cependant, selon le Conseil Général, sur Ivry Port il n’est pas envisagé de réduire totalement la voiture55. Ce quartier est avant tout un territoire de transit. La ville ne peut pas écarter totalement la voiture et doit réguler le trafic. Elle a engagé de nombreux projets afin d’améliorer le trafic sur cette zone, notamment par l’élargissement des voies à 28 mètres le long des quais Marcel Boyer ou le projet de réaménagement et de mise en double sens de la rue des Péniches afin d’y faire transiter les flux et diminuer la circulation du quai Auguste Deshaies. Ces projets devront permettre de transférer une partie des flux vers le centre. Cependant, le transfert des poids lourds vers le centre pourra nuire à l’animation locale et aux habitants.

Carte 9 : trafic routier et du transport de marchandises à Ivry Port, GIU 2008

55

Propos recueillis lors d’un entretien avec Agnès Bonhomme, Conseil Général du Val de Marne, le 6 mars 2008

43


La création de nouvelles voies56 • Au Nord, le prolongement de la rue Molière • Au Sud, la Voie Vulcain • A l’Ouest, le Boulevard Urbain paysagé Le réaménagement et la mise en double sens d’axes routiers importants • Réaménagement du Quai Marcel Boyer • Réaménagement et mise en double sens de la rue des Péniches • Elargissement des quais à 22 mètres • Elargissement de la rue Victor Hugo • Elargissement de la rue Renan et de la rue d’Ivry à 14m La Ville d’Ivry ne sait pas encore précisément ce que sera le profil d’aménagement des circulations du quai Auguste Deshaies car la SADEV 9457 et l’étude Transitec58 ont des idées opposées. La SADEV 94 propose la fermeture du quai Auguste Deshaies à la circulation. Pour cet acteur, la réappropriation des berges par la ville est conditionnée par la suppression de la circulation sur les berges. Quant au bureau d’étude Transitec, il préconise de ne pas supprimer totalement la circulation automobile sur les berges. L’IAURIF59 ne partage pas non plus l’avis de la SADEV 94. Pour eux, le choix a été fait de ne pas bouleverser complètement la configuration du quartier (notamment par la démolition et la reconstruction du réseau viaire). Il prône la construction de nouvelles rues et l’élargissement des rues existantes. Il s’agira donc d’aménager le réseau existant pour une meilleure régulation du trafic. De plus, il apparaît nécessaire de conserver du trafic sur ce secteur pour le développement économique du quartier. L’accessibilité au nord est bonne bien que saturée, tandis qu’au sud, celle-ci apparaît plus difficile en raison du calibrage et de la largeur de la voirie. Nous retrouvons des nœuds de trafic importants (selon l’étude Transitec) entrainant des nuisances sonores et olfactives ne permettant pas une cohabitation entre les différents modes de déplacement :

56

TRANSITEC. Etude des déplacements, commune Ivry sur Seine, quartier Ivry Port. Oct. 2007 Propos recueilli lors d’un entretien avec Marjolaine Masseran, SADEV 94, le 19 mars 2008 58 TRANSITEC. Etude des déplacements, commune Ivry sur Seine, quartier Ivry Port. Oct. 2007 59 Propos recueilli lors d’un entretien avec Martine Liotard, IAURIF, 19 mars 2008 57

44


• • • • •

Les Ponts Nelson Mandela avec 53 000 véhicules/jour Le secteur nord avec 41 200 véhicules/jour dont 1800 poids lourds Le secteur Est (au niveau du pont d’Ivry) avec 19 600 véhicules/jour dont 600 poids lourds Le secteur Sud avec 12 300 véhicules/jour dont 2150 poids lourds Le secteur Ouest avec 23 600 véhicules/jour dont 600 poids lourds

L’importance du trafic et la configuration des axes de circulations (excès de vitesse important, notamment sur les axes de circulation peu contraignants tels que quais sud où la limitation de vitesse est de 30 km/h) engendrent de nombreux accidents. Les secteurs accidentogènes ont été identifiés dans l’étude Transitec ; axes Nord-Sud Pierre Sémard, place Gambetta etc.

2.3.2 Prédominance du transport de marchandises par la route. La ville d’Ivry et en particulier le quartier d’Ivry Port sont particulièrement touchés par la circulation des poids lourds. L’importance du nombre de poids lourds sur Ivry vient de sa situation géographique à proximité de Paris et de la présence de transporteurs à Ivry. De plus, il n’y a pas de réglementation contribuant à limiter le trafic. Cette saturation du trafic a été mise en évidence tant par les habitants que par les entreprises. Pour les habitants, l’importance du trafic contribue à la baisse de la qualité de vie due aux nuisances engendrées (pollutions sonores et atmosphériques). Pour les entreprises, les embouteillages augmentent le temps d’acheminement des marchandises60.

Photo 27 : Stationnement de poids lourds sur le quai Auguste Deshaies , GIU 2008

60

La proximité de Paris, le nombre important d’industries et d’entreprises, l’absence de réglementation particulière à la circulation de transit, engendrent un flux ininterrompu de poids lourds. De plus, le stationnement des poids lourds le long des quais sud et dans les rues perpendiculaires contribue à renforcer le caractère industriel du quartier et coupe les vues vers la Seine.

La logistique urbaine à Ivry sur Seine : un réseau de Tram Fret, une alternative au transport routier. Atelier IFU 2006

45


À partir de ce constat, mis en évidence dans la Charte vers Ivry 2015, les objectifs sont : - de rechercher avec les communes voisines une harmonisation des règlements sur la circulation de transit et le stationnement des poids lourds - la fixation des horaires de livraison dans les secteurs où prédomine l’habitat - le développement du transport de fret ferré et fluvial. Les livraisons sont majoritairement réalisées par des véhicules de type poids lourds plutôt qu’aux modes de transport alternatifs. Le transport de marchandises par chemin de fer sur Ivry est quasi nul. C’est un secteur à développer pour réduire le trafic routier.

Photo 28 : Transport de marchandises par voie fluviale, GIU 2008

Le fret fluvial est particulièrement développé pour le transport de matériaux liés à l’activité du BTP. En effet, 90% des matériaux de construction sont transportés par voies d’eau.

Trafic fluvial pour le port urbain et privé d’Ivry 200761 • 70 543 tonnes de déchargement de matériaux de constructions et de combustibles • 637 085 tonnes de chargement de matériaux de construction L’espace restant n’est pas propice au développement du fret fluvial selon le PAP. En effet, aujourd’hui, le port a une occupation maximale. Seule une zone non occupée appartenant à la société Raboni pourrait être récupérée pour développer le fret fluvial. Dans le cadre de la reconstruction de l’usine SYCTOM (Syndicat Intercommunal de Traitement des Ordures Ménagères de l’agglomération parisienne), des réflexions sont menées sur l’évacuation des déchets par les voies d’eau et ferrées. Un projet est en cours de réflexion afin de proposer une alternative aux transports routiers, notamment, par un système de containerisation permettant d’évacuer les déchets de l’usine vers la Seine.62 L’utilisation du fret fluvial présente l’avantage d’être moins coûteux et moins polluant.

61 62

Tableau du trafic fluvial en 2007 dans le Val de Marne réalisé par le Port Autonome de Paris Propos recueilli lors d’un entretien avec Nathalie Broutier, Port Autonome de Paris, 20 mars 2008

46


Dans une logique de développement durable et afin de diminuer le trafic et les nuisances engendrées par le trafic sur Ivry Port, il est indispensable d’envisager des alternatives. L’Atelier IFU 2006 propose un système alternatif comprenant un centre de logistique urbaine, un réseau de tram fret pour transporter des marchandises légères, un réseau ferré et fluvial pour des marchandises lourdes. Ces propositions permettraient d’ouvrir une nouvelle liaison entre le territoire de Seine Amont et Paris et elle permet le redéveloppement d’activités logistiques sur Ivry.63

Conclusion Ivry Port présente la caractéristique d’être une zone très bien desservie en infrastructures routières. Par ailleurs, elle présente des carences dans la desserte en transports en commun dans les zones nord et sud. L’accessibilité aux berges est difficile pour les piétons et les cyclistes. La cohabitation des usages est difficile actuellement dans la perspective de redonner sa place à la Seine dans la ville.

Carte 10 : Déplacements sur Ivry Port, GIU 2008

63

La logistique urbaine à Ivry sur Seine : un réseau de Tram Fret, une alternative au transport routier, Atelier IFU 2006

47


48


3 USAGE DU SOL La volonté de la ville est de reconquérir ses berges tout en conservant les activités et en développant le secteur tertiaire, afin de préserver la vocation économique et de renforcer l’attractivité de son territoire. La ville souhaite ainsi privilégier la mixité en faisant cohabiter essentiellement les activités économiques et de loisir, en excluant ainsi l’habitat. Mais la reconquête du fleuve ne passe pas seulement par le réaménagement de ses berges. Le rôle du quartier Ivry Port est primordial car il fait le lien entre le centre-ville et le fleuve. Redynamiser le quartier Ivry Port constitue donc la première étape vers une reconquête des berges. Le quartier est aujourd’hui concerné par plusieurs projets. Dès lors, comment se manifeste cette mixité dans ces projets ? Peut-elle faciliter la reconquête des berges ? Dans un premier temps, nous étudierons les usages du sol actuels afin de les comparer, dans une seconde partie, aux différents projets en cours et en programmation. Ceci nous conduira à conclure sur la pertinence des futurs usages du sol du quartier Ivry Port et sur l’attractivité qu’ils peuvent générer.

3.1 Un espace industriel en mutation 3.1.1

Un secteur économique attractif laissant peu de place à l’habitat La vocation économique d’Ivry Port

Une mutation profonde du quartier Ivry Port s’est opérée depuis une trentaine d’années. Toutes les industries lourdes ont muté, laissant place aux industries « savantes »64. L’impression d’un paysage industriel le long de la Seine est due à la présence des grandes cheminées de l’usine de traitement des déchets, le SYCTOM, et du centre de traitement de chaleur urbaine, le CPCU. Les activités portuaires encore présentes le long de la Seine influent également sur l’image industrielle du secteur. Les activités de stockage sont encore présentes. La proximité de Paris fait de ce quartier un secteur d’approvisionnement idéal pour la capitale comme en témoigne la présence des centrales d’achat du BHV ou des centres Leclerc. Mais la tendance économique du quartier est le développement du secteur tertiaire particulièrement au nord, partie la plus attractive du territoire. L’implantation de sièges sociaux de grands groupes tels que la FNAC, Gestitres ou Leclerc témoigne de cette attractivité. La proximité de Paris, de l’autoroute A4, du boulevard périphérique, de l’aéroport d’Orly et la présence de terrains moins chers que dans l’ouest parisien sont les principaux atouts du quartier Ivry Port.

64

Entretien réalisé avec Geneviève Morin, Service Développement économique d’Ivry-sur-Seine, le 4 mars 2008

49


Le secteur d’étude est largement dominé par les activités économiques. 40 % de l’activité économique d’Ivry est par ailleurs localisé à Ivry Port65. La façade urbaine des berges est presque uniquement constituée d’activités, accentuant la coupure entre la ville et la Seine. Cette mono fonctionnalité du quartier est néanmoins diversifiée mais de manière sectorielle : tertiaire et commerciale avec de grandes enseignes au nord, secondaire et industrielle au centre et au sud. Les commerces de proximité se localisent essentiellement au centre, le long de l’avenue Paul Vaillant Couturier et autour de la place Gambetta.

Photo 29 : Façade urbaine des berges constituée d’activités. Photo fournie par la mairie d’Ivry

65

Entretien réalisé avec Martine Liotard, chargée d’étude à l’IAURIF, le mercredi 19 mars 2008

50


Un habitat ancien et dégradé66 72% des logements du quartier d’Ivry Port datent d’avant 1948 alors que sur l’ensemble de la commune, le parc antérieur à 1948 représente 38% des logements. 13% des logements, particulièrement ceux situés au centre, ne sont pas équipés de douche ou de baignoire et/ou de WC contre 7% à l’échelle de la commune. L’habitat ancien se concentre au centre du quartier. Ces logements anciens sont des traces du passé industriel du quartier.

Photo 30 : Le CPCU, traces des activités industrielles encore présentes. GIU 2008

Photo 31 : Activités portuaires au nord des berges. GIU 2008

Le parc locatif social est minoritaire (19 % contre 38 % sur l’ensemble de la commune). 40 % de la population d’Ivry Port sont des locataires du parc privé.

À l’instar de la commune, ce sont essentiellement des logements collectifs (80 % pour Ivry Port et 90 % pour la commune). Les logements individuels sont essentiellement localisés au sud du quartier, en-dehors du secteur d’étude. Sur le secteur d’étude, il y a peu d’habitat et il se concentre le long de l’avenue Paul Vaillant Couturier et autour du secteur de la place Gambetta.

66

Sémaphores Territoires et Développement, Etude habitat sur le devenir du quartier Ivry Port : état des lieux, positionnement et perspectives, Rapport Diagnostic, décembre 2007, p 21-29.

51


3.1.2 Des contraintes environnementales fortes De par son passé industriel, le quartier Ivry Port est concerné par le problème de la pollution des sols. La question de la dépollution se pose particulièrement pour la friche Total anciennement classée SEVESO II. Aujourd’hui, Total élabore le dossier de risque sanitaire et doit proposer un plan de dépollution. L’avenir de cette friche est encore à l’état de réflexion. La vocation économique du site soulève d’autres problèmes environnementaux. Les activités industrielles encore présentes aujourd’hui telles que le SYCTOM, le CPCU ou les activités liées au stockage de matériaux de construction induisent des nuisances sonores et/ou olfactives. En outre, à ces nuisances s’ajoutent celles liées au trafic de transport de marchandises. Le nord est le secteur le plus touché par ces nuisances (pollutions sonores et atmosphériques). La ville a mis en place un observatoire de l’environnement et un groupe « Bruit » afin de suivre au mieux ces questions et d’initier un dialogue avec les acteurs locaux. Le Port Autonome de Paris a quant à lui élaboré une charte, « Sable en Seine », qui, par un document contractuel avec les entreprises locataires des berges, veille à assurer une meilleure cohabitation avec l’environnement urbain. La gestion des eaux usées mais Photo 32 : Concentration de l’habitat autour de la place Gambetta (en bas à gauche) et le long de également les nuisances sonores sont les points clefs de cette charte. l’avenue Paul Vaillant Couturier (à gauche). Photo fournie par la mairie d’Ivry. Ces outils témoignent de la prise de conscience par les acteurs locaux des problèmes environnementaux engendrés par les activités. On est toutefois en mesure de se demander si ces nuisances ne pourraient pas constituer un frein à l’appropriation des berges par la population. En outre, le quartier Ivry Port est situé dans une zone inondable. Tout aménagement est donc soumis au plan de prévention du risque inondation. Par l’intermédiaire de ce plan, toute construction de logement est interdite dans les zones inondables les plus vulnérables, à savoir sur les berges67. Les capacités de stockage et d’écoulement des crues doivent être préservées. L’équilibre et la qualité des milieux naturels doivent être sauvegardés. Des murs anti-crues longent les berges, créant ainsi une limite physique mais également visuelle avec la Seine. Le PPRI d’Ivry-sur-Seine est très contraignant en matière d’aménagement puisque toute construction en sous-sol est interdite hormis la

67

Se reporter en Annexe 1

52


création de parking. Les activités ne peuvent pas entreposer leurs marchandises au rez-de-chaussée, ce qui nécessite la réservation d’un étage. De même, il ne peut y avoir de logement en rez-de-chaussée. Pour ne pas aggraver les risques d’inondation, un dispositif de limitation du rejet des eaux pluviales doit être mis en place si la surface imperméabilisée est augmentée.

Photo 33 : Les murettes anti-crues. GUI 2008

Les contraintes quant à l’usage du sol peuvent différer selon les zones. Trois zones concernent les berges. La zone UFa s’étend sur la partie sud des berges jusqu’à la passerelle aux câbles. La zone UFb se divise en deux parties : du nord des berges jusqu’à la zone ICAL ; des ponts Mandela (non compris) jusqu’à la passerelle aux câbles. Enfin, la zone UFc se concentre sur la zone ICAL68. Les zones UFb et UFc, qui sont des « zones d’activités à vocation d’activités, de loisirs et de détente »69, ne peuvent qu’accueillir les activités liées à la promenade et aux loisirs. La zone UFc admet également les activités liées au fret fluvial, les industries et les bureaux (locaux d’activités ou commerciaux). Ces deux zones se cantonnent aux berges. La zone UFa, « zone d’activité à vocation d’industries et d’activités tertiaires »70, n’est pas limitée aux berges et n’est donc pas soumise aux mêmes contraintes. Ainsi, la confortation des habitations existantes ou la transformation en habitation des hôtels meublés sont autorisées mais cela exclut donc la création de logements sur la façade urbaine de la partie sud des berges. Or, la ville de Vitry-sur-Seine, autorise la construction de logements sur les berges. On peut ainsi s’interroger sur la justification de l’interdiction de construction de logements sur la partie sud des berges à Ivry qui créé une coupure urbaine entre les deux villes.

Concernant l’emprise au sol, elle ne doit pas dépasser 60 % dans la zone UFa (sauf exception) et UFc et 30 % dans la zone UFb. Sur la zone UFa, la question de la surface végétale est primordiale. Ainsi, « les parties de terrain non construites et non occupées par les aires de stationnement et de desserte seront obligatoirement plantées », « 10 % au moins de la surface du terrain sera conservé en pleine terre et obligatoirement planté » et « un rideau continu d'arbres de haute tige formant écran sera exigé lorsque le terrain sera contigu à une zone destinée à l'habitation, ou situé en bord de Seine »71.

68

Se reporter en Annexe 2 Ville d’Ivry-sur-Seine. Plan Local d’Urbanisme de la ville d’Ivry sur Seine. Mai 2007 : p 68. 70 Ibid 71 Ibid, p 78. 69

53


3.1.3 De nombreuses potentialités et opportunités Le territoire d’Ivry Port présente plusieurs potentialités quant à la possibilité de réaménager les berges en vue d’une réappropriation par les habitants. De nombreux espaces mutables Ivry Port est un quartier en mutation. Le départ de nombreuses entreprises présente l’avantage de laisser de nombreux espaces mutables. La ville, consciente de l’opportunité de ces terrains et de leur valeur, en a placé quelques-uns en espaces à constructibilité limitée afin de maîtriser la pression foncière qui pourrait s’y exercer. Ces nombreux terrains représentent l’opportunité de réaménager ce quartier pour recentrer la ville sur le fleuve. Une étude référençant les terrains mutables va être lancée afin de connaître l’échéance des modalités et d’établir les scénarios opérationnels72. Il est donc difficile de connaître avec exactitude aujourd’hui le nombre de terrains mutables. Notre recensement s’appuie sur celui réalisé par l’IAURIF et édité en décembre 200773. Cette étude détermine un nombre important de terrains mutables sur notre secteur d’étude, elle établit également un échéancier de mutabilité (cf.carte7 : atouts et limites du quartier Ivry Port). Cette étude s’appuie sur plusieurs critères pour déterminer la mutabilité des terrains74. Mais à partir des différents entretiens réalisés, nous avons pu ajouter d’autres terrains à la liste comme ceux qui vont certainement accueillir le projet de la Cité du savoir, sur le secteur de la confluence, où se situe actuellement le CPCU.

Photo 34 : La friche Total, une opportunité foncière mais fortement pollué. Photo fournie par la mairie d’Ivry

72

Entretien réalisé avec Séverine Noak, Atelier d’urbanisme d’Ivry-sur-Seine, le 17 mars 2008 IAURIF, Ivry Port, vers un schéma de développement, Réunion du comité de pilotage du 3 décembre 2007 74 Entretien réalisé avec Martine Liotard, IAURIF, le 19 mars 2008 73

54


Un patrimoine bâti à sauvegarder

Le caractère industriel du quartier peut être perçu comme un patrimoine à valoriser. Plusieurs bâtiments ou façades sont classés au plan local d’urbanisme comme éléments à préserver. La valorisation de ces bâtiments comme celui de l’usine élévatoire participerait à la reconnaissance du passé historique du quartier. Les logements EDF, réalisés par l’architecte Riboulet dans les années 1960, sont quant à eux un exemple d’architecture moderne qu’il mériterait de sauvegarder et de réhabiliter mais leur état de délabrement est tel que leur réhabilitation s’avère très coûteuse. Ces logements sont par ailleurs inscrits à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques.

Photo 35 : L’usine élévatoire d’Ivry, témoin d’un passé industrie. GIU 2008

D’autres éléments du territoire, que nous avons nommés « éléments remarquables », mériteraient eux aussi d’être protégés pour leur valeur patrimoniale et/ou identitaire. Ainsi, la passerelle aux câbles n’est pas répertoriée dans les bâtiments à préserver alors que sa monumentalité et sa situation géographique en font un bâtiment référent du quartier. De même, les usines du SYCTOM et du CPCU, si elles ne présentent pas d’intérêt architectural particulier, sont des éléments identitaires de la ville qui marquent visuellement le paysage. Photo 36 : Les logements EDF, exemple d’architecture moderne des années 1960 aujourd’hui à l’abandon. GIU 2008

55


Ces bâtiments pourraient devenir des lieux emblématiques et référents du quartier Ivry Port et y jouer un rôle dans l’attractivité et l’animation du quartier.

Photo 37 : La passerelle aux câbles, élément remarquable qui mériterait d’être protégé et valorisé. GIU 2008

Photo 38 : Le CPCU et la passerelle aux câbles, symboles de la confluence visibles depuis l’autoroute A4.

Des berges protégées au sud mais peu attractives Une partie des berges située au sud de la commune est classée comme espace paysager ou récréatif au plan local d’urbanisme. Si la législation est plus souple que pour les espaces boisés classés, une demande d’autorisation est nécessaire pour tous travaux modifiant cette partie des berges. La ville souhaite donc conserver le caractère naturel de cette partie des berges, ce qui représente un atout paysager dans un quartier dominé par les activités économiques et souffrant d’un manque d’espaces verts. Mais ces berges ne sont aujourd’hui pas un lieu de promenade. Comme nous le verrons dans le chapitre suivant, le mauvais entretien de la chaussée et l’absence d’animation constituent une entrave à l’attractivité du site. Photo 39 : Les berges végétalisées classées comme espace paysager au PLU. GIU 2008.

56


Des espaces commerciaux attractifs au nord Nous verrons dans le chapitre suivant que le nord du quartier Ivry Port, récemment aménagé, comporte des commerces dont l’attractivité de certains dépasse celle du quartier et de la ville. Il est à noter que la très faible présence d’habitat et d’équipements publics dans ce secteur l’isole du reste de la ville et limite l’accessibilité aux berges.

Photo 40 : Commerces de loisir au nord du secteur. GIU 2008

Photo 41 : Zone ICAL. GIU 2008

57


Le quartier Ivry Port est un territoire à vocation économique où l’habitat a aujourd’hui peu de place, notamment en bord de berges. Cette occupation du sol ne favorise pas l’appropriation des berges par les habitants mais crée au contraire une coupure entre la ville et le fleuve. En outre, on observe une dichotomie entre la partie nord qui est une zone à forte attractivité mais à une échelle supra communale et la partie sud qui est délaissée malgré différentes potentialités de valorisation. Le centre du quartier, de par sa mixité habitats/activités/commerces, semble représenter le seul véritable lien existant entre la ville et le fleuve. Mais son développement s’étant opéré du nord au sud, c’est à dire parallèlement aux berges, aucune liaison ne relie aujourd’hui ce secteur au fleuve. Auteur GIU 2008

58


3.2 Vers une mixité fonctionnelle sur l’ensemble du secteur ? 3.2.1 Les opérations d’aménagement en cours de réalisation et en achèvement Dans cette partie sont présentés les projets en cours de réalisation, ou pratiquement achevés et qui génèrent des modifications du tissu urbain de notre secteur d’étude. La mise en place d’une OPAH (Opération programmée d’amélioration de l’habitat) sur le secteur Ivry Port Cette OPAH a été lancée en 1998 et fonctionne toujours à l’heure actuelle. Elle s’étend en partie sur notre territoire d’étude : le long de l’avenue Paul Vaillant Couturier et autour de la Place Gambetta. Cet outil financier d’aides aux propriétaires permet de réhabiliter les immeubles privés dégradés afin de mettre des logements à vocation sociale ou intermédiaire sur le marché. Il permet également de lutter contre la vacance75. L’OPAH fonctionne bien à l’heure actuelle76. Trois ZAC en cours d’achèvement77 La ZAC Port d’Ivry : Cette ZAC est située dans le prolongement de celle de Paris Rive Gauche, en front de Seine. Seule une résidence pour étudiants permettrait de dire que cette ZAC est « mixte » car le reste de la programmation est constitué d’activités commerciales ainsi que d’immeubles de bureaux. Il reste à construire deux bâtiments : le FLAVIA et le PETRA, à usage de bureaux. La ZAC Bords de Seine : Cette ZAC est située en bordure de la Seine, le long de la RD19, autour du centre commercial «Ivry Grand Ciel ». Le but était de poursuivre la rénovation de ce quartier. On notera essentiellement des constructions et rénovations liées à l’activité économique. Cette ZAC prévoit tout de même 60 logements PLA78 et d’insertion. La ZAC Molière Cette ZAC est située à la jonction entre les secteurs d’activité Ivry Port Nord et du secteur d’habitat Ivry Port Sud. Ces projets de ZAC, concentrés au nord du territoire, confortent et développent la vocation économique de ce secteur. Les opérations de construction de logement sont très limitées. 75

Se reporter en Annexe 3. Entretien réalisé avec Olivier Texier, Service Habitat d’Ivry-sur-Seine, le 12 mars 2008 77 Se reporter en Annexe 3. 78 Prêts locatifs aidés 76

59


3.2.2 Les projets d’aménagement à l’étude Il est difficile de connaître l’ensemble des projets de notre secteur, ainsi que leur contenu précis. En effet, l’ensemble des acteurs concernés est encore dans une phase de réflexion et les projets en cours d’étude sont trop « sensibles » pour être révélés. Le projet « Avenir Gambetta » Ce projet est l’aboutissement d’une réflexion engagée avec la population dans le cadre de la charte « Vers Ivry 2015 ». Cette étude destinée à servir de référence pour les futures opérations d’aménagement, au même titre que le Schéma de développement d’Ivry Port, pour le secteur d’Ivry Port. Comme il a été dit précédemment, elle a été confiée par la ville à la SADEV 94 et à l’agence foncière et technique de la Région parisienne. Six équipes d’architectes urbanistes se sont associées afin de proposer plusieurs hypothèses. Les différents scénarios incluent environ 30% de logements (1500 à 2000 nouveaux logements), 50 à 60% d’activités économiques et 10 à 20% d’équipements publics. Aujourd’hui, la SADEV 94 entre dans la phase d’acquisition à l’amiable des terrains et les équipes d’architectes urbanistes élaborent le Plan d’aménagement. Le projet « Cité du savoir » Le projet « Cité de la Ville ou du Savoir » doit répondre au besoin d’un grand équipement structurant à la confluence de la Seine et de la Marne, afin de marquer cette particularité. L’objectif de cet équipement est, selon la déclaration du Maire de la Ville79, « de créer, en Ilede-France, un lieu relatant l’histoire de la ville et de la métropole parisienne, destiné à la fois au grand public, mais aussi à la formation, à la recherche et au débat. » Ce projet se composerait de plusieurs activités : un musée relatant l’histoire sociale, politique, culturelle et urbaine de Paris ainsi que de l’ensemble du territoire de l’Ile-de-France. Il prévoit l’accueil d’équipements et d’unités de formation et de recherche, ainsi qu’un centre de documentation. Dans cette optique est né un projet universitaire, la Maison de la Géographie, regroupant les étudiants de Paris1 et de Paris7, mêlant enseignement et recherche. Le Collège international des sciences de la terre, mais aussi d’autres universités européennes ont également manifesté leur intérêt pour ce projet. La « Cité du savoir » pourrait se développer autour d’un ouvrage d’art emblématique situé à la confluence de la Seine et de la Marne comme la passerelle aux câbles.

79

Compte rendu du Conseil Municipal du 22 Novembre 2007.

60


3.2.3 Vers une dichotomie sectorielle renforcée Vers une mixité fonctionnelle sectorisée d’Ivry Port L’étude des projets d’aménagement et les rencontres effectuées avec les acteurs nous ont permis de constater que l’activité économique domine aujourd’hui notre territoire d’étude. De même, nous avons pu constater que les projets d’aménagement des bords de Seine sont avant tout dominés par des intentions de développement économique. Cependant, la ville mène tout de même une politique assez vive d’amélioration et de développement de l’habitat, mais de manière sectorisée. Le projet Avenir Gambetta propose de développer l’habitat mais principalement autour de la place Gambetta, secteur qui comprend également des locaux dédiés à des PME et PMI. En revanche, les locaux d’activités, tertiaires mais également industriels, se développeront entre les voies ferrées et les berges de Seine, en bordure du fleuve, depuis la ZAC Paris Rive Gauche jusqu’à la confluence entre la Seine et la Marne. À cet endroit serait implantée la Cité du savoir qui se composerait d’un grand équipement universitaire, de recherche et de développement. Des logements étudiants y seraient rattachés. La SADEV 94 souligne également la nécessité d’aménager dans le secteur des équipements de loisir mais surtout culturels qui animeraient cette zone. Un parc de la Confluence accompagnerait ces aménagements. Il est à noter le manque criant de projets de loisirs et d’espaces verts sur l’ensemble du territoire. Cela semble pourtant nécessaire pour l’ouverture de la ville au fleuve. L’attractivité des berges de Seine et le degré d’ouverture de la ville vers le fleuve Le projet de la Cité du savoir pourrait constituer un élément attractif mais le sera-t-il pour les habitants ? En effet, le rayonnement de ce projet se veut supra-communal. Pour permettre aux habitants de se réapproprier cette partie du territoire, les équipements culturels et de loisirs devront en partie leur être destinés. Le projet du parc de la Confluence paraît être une bonne idée pour ouvrir une partie de la ville sur le fleuve. Il renforcerait l’aspect paysager des berges. En outre, il pourrait constituer un point d’aboutissement à l’axe de Brandebourg, qui, selon la volonté de la SADEV 9480, devrait constituer le lien majeur entre la ville et les berges. C’est sur cet axe que la mixité sera renforcée avec des logements diversifiés et des commerces de proximité. Cependant, ce type de projet devrait être élargi et relié aux différents secteurs qui l’environnent. On peut également s’interroger sur la pertinence de la localisation de ce projet aux pieds de la passerelle aux câbles. Ce lieu bénéficie d’un point de vue remarquable sur la confluence. Deux éléments que nous avons qualifiés de remarquables y sont implantés : la passerelle aux câbles et le CPCU. Toutefois, ce projet compromettrait l’avenir de ce dernier alors qu’il constitue un repère identitaire dans le paysage urbain. 80

Entretien réalisé avec Marjolaine Masseran, Responsable du secteur Ivry-sur-Seine à la SADEV 94, le 19 mars 2008

61


Ainsi, ce projet contribuerait à valoriser un élément porteur d’identité, la passerelle aux câbles, mais en supprimerait un autre tout aussi important. En outre, pour la SADEV’ 94, la réappropriation des berges passe par la déviation du trafic routier à l’intérieur du quartier, à savoir par le parkway qui serait créé parallèlement aux berges. L’IAURIF et le Conseil général ne partagent pas cette position et avancent l’argument que la voie sur berge est une voie de transit indispensable81. La position de la ville diffère selon les acteurs rencontrés. La suppression du trafic permettrait d’atténuer largement les nuisances sonores et la dangerosité de l’accès aux berges mais déplacerait le problème à l’intérieur du quartier. Concernant les risques d’inondation, les différents acteurs ont tous conscience des difficultés que cela représente dans l’aménagement du secteur. Néanmoins, malgré le Schéma d’aménagement des berges de Seine produit par Seine Amont Développement qui incite à mener une gestion de l’eau active où l’eau deviendrait un élément de paysage, les risques d’inondation sont encore perçus comme une contrainte. La réappropriation des berges de Seine pourrait être l’occasion d’intégrer cette gestion en évitant l’imperméabilisation du sol. Mais le projet d’aménagement « Avenir/Gambetta » n’est pas assez avancé pour intégrer ces préoccupations. Néanmoins, notons que le parc de la confluence pourra contribuer à la végétalisation des espaces publics même s’il a été pensé avant tout comme un espace de loisir.

81

Entretien réalisé avec Marjolaine Masseran, Responsable du secteur Ivry-sur-Seine à la SADEV 94, le 19 mars 2008

62


Conclusion Ainsi, les projets d’aménagement sur Ivry Port confortent la vocation économique du nord. Ils renforcent également la mixité habitat/activité/équipement autour de la place Gambetta et le long du boulevard de Brandebourg afin de créer une véritable liaison entre la ville et le fleuve. S’il est prévu d’implanter des équipements le long de la partie sud et d’y valoriser l’atmosphère paysagère, la création d’équipements de grande envergure favorisera-t-elle réellement la fréquentation des berges par les habitants d’Ivry ? Les déséquilibres observés aujourd’hui entre les différents secteurs d’Ivry Port sont ainsi confirmés dans les projets futurs avec une partie nord fermée aux habitants d’Ivry et une partie située plus en amont qui devraient leur être plus accessible. Pourtant, les nombreux terrains mutables offrent la possibilité de réaménager le quartier en le rééquilibrant et en introduisant une mixité plus diffuse qui permettrait d’ouvrir la ville vers le fleuve. La partie centrale des ponts Mandela à la passerelle aux câbles aura par conséquent un rôle primordial dans l’équilibre du territoire et la continuité des berges.

Carte 11 : Une future ouverture vers la ville déséquilibrée. GIU 2008

63


64


4 ANIMATION L’approfondissement préalable de cette thématique animation est nécessaire pour appréhender de manière globale les potentialités de ce site dans ce domaine, permettant par la suite de la décliner par enjeux et propositions sectorisées. L’enjeu de l’animation permet d’aborder des sous thèmes concernant le réaménagement des bords de Seine tels que la vie de quartier, sa fréquentation, la qualité des berges et leur utilisation, les loisirs, l’ambiance urbaine ou les centralités. Cette déclinaison semble pertinente puisqu’elle permet une réflexion accrue concernant l’identité du territoire et les ambiances le long de la Seine, avec pour élément fédérateur le fleuve.

65


4.1 Le paysage urbain sur les berges de la Seine 4.1.1 Un fort potentiel à valoriser Les berges de Seine d’Ivry-sur-Seine ne manquent pas d’atouts et de potentialités. En effet, cet espace est pourvu d’une certaine attractivité du fait de la présence de l’eau et dans le secteur sud d’un paysage urbain vert offrant une biodiversité riche et variée ; le territoire connaît néanmoins un grand nombre de handicaps à réduire afin que les habitants puissent davantage s’approprier les berges de la Seine. En effet, au vu des entretiens effectués auprès des habitants, ceux-ci ont souvent une image négative des berges de la Seine. Parmi les principaux constats, il est à noter, comme il a été vu précédemment, des coupures urbaines fortes au niveau des ponts Mandela et du périphérique, un mobilier urbain dégradé, une forte emprise des activités du Port Autonome de Paris et des nuisances sonores importantes. Ainsi s’exprimait un habitant d’Ivry en parlant des bords de Seine82 : « Ivry : c’est gris, c’est poussiéreux, c’est bruyant et en même temps au-delà de ça il y a l’eau, il y a de la poésie ; il faut penser l’aménagement des berges pour mettre en valeur ce patrimoine urbain ». Les berges sont donc très peu fréquentées et la vie de quartier d’Ivry Port est déconnectée du fleuve.

Photo 42 : La biodiversité des berges sud. GIU 2008

Photo 44 : Plateforme appropriée par des sans domicile fixe. GIU 2008 82

Photo 45 : Le quai Marcel Boyer. GIU 2008

Photo 43 : Espace public Quai Marcel Boyer. GIU 2008

Le 18 mars 2008 rue Paul Vaillant-Couturier

66


A ces handicaps s’ajoute l’aménagement réalisé par le Port Autonome de Paris sur la partie Nord des berges, puisque celui-ci manque de connexion, de continuité avec les autres cheminements et avec le quartier dans son ensemble. Il tourne ainsi le dos à la ville et à ses habitants par la non prise en compte du mobilier urbain à proximité immédiate du projet, conduisant à un manque de visibilité. En outre, les multiples passerelles et escaliers rendent l’accès de cette promenade difficile aux familles avec poussettes (l’intérêt de la promenade découverte du fleuve est de pouvoir y amener les enfants) et aux personnes à mobilité réduite. Cet espace n’est donc pas conforme aux réglementations en vigueur concernant l’accessibilité de ces personnes aux espaces publics. Or, au delà de l’enjeu de l’accessibilité pour ce public, c’est le confort de tous les usagers qui est en jeu. Enfin, les habitants n’ont parfois pas connaissance de cet aménagement du fait de son manque de visibilité. Enfin, l’ambiance générale sur les berges et ses abords est assez négative. En effet, les berges sont perçues par les habitants et les passants comme un environnement hostile, désagréable, industriel et pas entretenu : « C’est un lieu où l’on passe mais où l’on ne s’arrête pas, on ne longe pas les berges » expliquait un habitant83. D’autre part, si certains Ivryiens ont remarqué une nette amélioration du quartier d’Ivry Port, celui-ci n’en reste pas moins dans leur esprit le quartier le plus sale de la ville. Cependant, les habitants d’Ivry Port sont assez satisfaits de l’animation et de la convivialité du quartier.

Photo 46 : Les Ponts Nelson Mandela vus du centre commercial. GIU2008

83

Le 18 mars 2008, place Gambetta

67


4.1.2 Un travail de concertation et de réflexion par les différents acteurs du territoire Concertation et attentes des habitants Dans le cadre des ateliers thématiques organisés par la ville d’Ivry-sur-Seine, les habitants ont été consultés afin de mieux connaître leurs attentes sur l’aménagement et l’évolution de leur quartier. D’après les entretiens réalisés auprès des habitants ainsi que les comptes rendus de ces ateliers thématiques, les attentes concernant le paysage urbain et la qualité de vie sont les suivantes : renforcer l’attractivité des bords de Seine par le biais de grands équipements emblématiques du type Cité du Savoir, favoriser les voies piétonnes et les pistes cyclables, lutter contre l’invasion de l’espace public par la voiture et développer les espaces verts, de jeux et de loisirs pour les plus jeunes. Les entretiens réalisés ont également révélé un intérêt certain des habitants pour les projets de leur quartier et de leur ville. En effet, ceux-ci avaient une connaissance ou une idée assez globale des projets en cours et à venir et des zones concernées dans la ville. Ainsi, la concertation et l’information auprès des habitants semblent bien fonctionner. Il s’agit ensuite de savoir dans quelle mesure ces attentes sont réellement prises en compte dans les projets. En effet, si le projet de trame verte et celui de la cité de la ville semblent y répondre, il serait intéressant de savoir à l’avenir comment les habitants seront intégrés à ces projets. Positionnement et articulation entre les multiples acteurs Concernant ce thème, peu de personnes semblent véritablement s’opposer aux attentes soulignées par les habitants. En effet, ces dysfonctionnements sont également diagnostiqués dans les nombreuses études lancées par les différents acteurs, organismes ou associations sur le sujet84. L’établissement public d’aménagement Orly Rungis Seine Amont, le Conseil Général du Val-de-Marne, Seine Amont Développement, la ville d’Ivry-sur-Seine et l’association « Au fil de l’eau » ont réalisé des études ou des pistes de réflexion sur le thème du paysage urbain en lien avec la circulation douce, la qualité de vie, l’animation et les activités de loisirs. Néanmoins, si un grand nombre d’études a été réalisé, un temps beaucoup plus long semble être nécessaire pour que les projets prennent forme et soient partagés par l’ensemble des acteurs. A ce titre, tous les acteurs ne semblent pas s’accorder concernant le développement des activités de loisirs et d’animation sur les berges de la Seine. Si le service du développement économique de la ville d’Ivry 84

. Etude de Seine Amont Développement, « schéma d’aménagement des berges de la vallée de la Seine », novembre 2004. Étude de l’IAURIF : « le fleuve : un système, des territoires, des acteurs » cahier de l’IAURIF n°141, 2004, « Le fleuve : un élément incontournable pour le développement régional durable », septembre 2006. Etude par le Conseil Général sur la requalification des berges de Seine à Choisy-le-Roi, sur la continuité paysagère à Vitry-surSeine, sur la valorisation de la biodiversité à Alfortville.

68


ne désire pas développer des activités de loisirs sur ce secteur, les habitants souhaiteraient en revanche que les berges soient plus animées, qu’il y ait davantage d’activités de loisirs et qu’elles soient davantage accessibles. L’étude de Seine Amont Développement met également en lumière le fort potentiel touristique pour la ville d’Ivry qui dispose d’une adresse quasi parisienne. D’autre part, au vu des entretiens que nous avons pu effectuer un certain nombre d’acteurs tels que N. Milan ou J.-L. Achart85 soulignent la difficulté du travail de réappropriation des berges par les habitants d’Ivry-sur-Seine en raison du passé industriel des bords de Seine. Ainsi, N. Milan soulignait que lors du festival de l’Oh des barrières étaient installées les long des berges alors qu’à Paris et sur la Marne il n’y en avait pas86. Le changement de perception des habitants et des élus au fleuve vis-à-vis du fleuve semble nécessiter beaucoup de temps.

4.1.3 Projets de mise en valeur de l’espace paysager Trame verte

Photo 47 : Parc des Cormailles -passerelle Muller. GIU2008

Un projet de trame verte à l’échelle de la ville est à l’étude afin d’assurer des continuités et une diversité de cheminements verts entre les jardins et les parcs, le coteau, le Fort et les jardins ouvriers, le fleuve, et les éléments forts des quartiers tels que les logements, les équipements, les commerces, les bureaux et les pôles de transports en commun87. L’étude de l’IAURIF sur le fleuve souligne l’importance de la création du parc des Cormailles dans ce projet de trame verte : « Il marque la volonté d'améliorer le cadre de vie dans un secteur d'urbanisation très dense. Espace vert de proximité pour les Ivryiens, sa desserte par le métro et le RER, lui conférera également un caractère départemental »88. Cependant, aucun projet de trame verte passant par Ivry-sur-Seine n’est prévu à l’échelle départementale. La ville prévoit tout de même de relier ce parc aux berges de la Seine en rouvrant l’ancienne passerelle qui traverse les voies ferrées (passerelle Muller). D’autres projets sont également à venir tels que la requalification de la Porte d'Ivry, l'aménagement des têtes des ponts Mandela, l'aménagement de l'allée Chanteclair, l’aménagement de la rue Molière et le réaménagement de la sente TIRU (ZAC Port).

Ces projets d’aménagements sont susceptibles d’animer efficacement le quartier en redonnant plus de convivialité à la rue. L’idée d’une promenade plantée qui irait de la passerelle aux câbles jusqu’au bois de Vincennes a également été soulevée lors d’un entretien

85

N. Milan, Chargé programmation du festival de l’Oh, Conseil général du Val-de-Marne, J.L. Achart, Délégué général de l’association Au fil de l’Eau Entretien réalisé avec N. Milan, Chargé programmation du festival de l’Oh, Conseil général du Val-de-Marne, le 26 mars 2008 87 Etude d’Ivry sur Seine « La charte vers Ivry 2015 » 88 Étude de l’IAURIF« Le fleuve : un élément incontournable pour le développement régional durable », septembre 2006 86

69


avec la ville de Charenton-Le-Pont89. Néanmoins, la ville n’est qu’au stade de la réflexion et si cela se concrétisait, la concertation avec l’ensemble des acteurs concernés par cet éventuel projet parait difficile. Toutefois, les relations entre les deux villes tendent à s’améliorer. Requalification de la plage d’Ivry à Vitry Ce projet du conseil général du Val-de-Marne intervient dans le cadre général d’une revalorisation des berges de la Seine dont l’objectif est de retrouver le végétal en front de Seine ainsi qu’une continuité paysagère90. Dans ce contexte un certain nombre d’aménagements et d’études ont été réalisés. Ainsi, le département a aménagé une promenade piéton/cycle au niveau de l’écluse du Port à l’anglais à Vitry-sur-Seine. Depuis 2007, les habitants peuvent descendre se promener près de l’eau et regarder les péniches, ceci répondant à la logique du département de réappropriation des berges par la population pour des usages de loisirs et d’animation. D’autre part, le réaménagement des berges à Choisy-le-Roi quai des Gondoles semble être un exemple intéressant pour Ivry-sur-Seine dans l’objectif d’une continuité paysagère. Avant la réalisation des travaux du département, la berge était très minérale avec une murette anti-crues, un perré et un aplat en béton ; une berge assez proche de celles d’Ivry-sur-Seine. Aujourd’hui, la berge semble avoir retrouvé son caractère végétal à travers l’aménagement de berges naturelles et de platelages en bois pour la promenade piéton/cycle.91 L’identification de ces projets dans les communes voisines permet de situer le projet de réhabilitation de la plage dans son contexte. Celui-ci irait du Sud d’Ivry-sur-Seine à partir de l’usine des eaux jusqu’à la promenade de l’écluse du Port à l’anglais à Vitry-sur-Seine et permettrait de retrouver une continuité paysagère sur les berges. En effet, si les murettes anti-crues et les perrés en bétons sont toujours présents sur ce secteur ; la berge est assez large, encore naturelle et dispose d’un potentiel fort. D’où le double enjeu du conseil général de restauration du caractère naturel du site et de création d’un espace public avec valorisation d’un espace d’animation autour de la réhabilitation de la plage. Les travaux de ce projet sont prévus pour 2010. Système parkway L’idée de ce parkway est d’ouvrir un boulevard urbain paysager par la création d’une voie parallèle à la rue des Péniches, qui se prolonge au sud d’Ivry. L’objectif de ce projet est de rénover le quartier tout en mettant en valeur son passé industriel. Ainsi, le service du transport et des déplacements de la Mairie d’Ivry ne souhaite pas faire disparaître en totalité les bâtiments symbole d’une époque. Ces bâtiments pourraient être réhabilités en les déviant de leurs usages initiaux pour en faire des locaux dédiés à la recherche ou à la culture.

89

Entretien réalisé avec M. Monnet, service urbanisme de Charenton le pont, le 12 mars 2008 Entretien réalisé avec I. Baffou, Direction des Espaces Verts et du Paysage, conseil général du Val-de-Marne, le 5 avril 2008 91 Op. Cit. 90

70


4.2 La mixité des usages sur les berges 4.2.1 Etat des lieux et appréciation qualitative La mixité des usages sur les berges peut être étudiée selon différents secteurs •

Promenade découverte de la Seine : un concept manqué de cohabitation des industries et des piétons Le seul essai de cohabitation entre les usages est la promenade découverte de la Seine aménagée par le Port autonome de Paris. Celle-ci, longeant et surplombant les industries se veut pédagogique, jalonnée par de nombreux panneaux d’information sur l’histoire industrielle de la ville. Néanmoins, elle est très peu utilisée pour les raisons citées précédemment et chacun reconnaît aujourd’hui l’intérêt limité de cet aménagement. Ainsi, cette promenade apparaît plus comme une rupture que comme un exemple réussi de cohabitation des usages sur les quais. Sa destruction n’est pas envisagée par les acteurs. Certains habitants jugent cependant que cet aménagement, en comparaison à la partie sud des berges, est réussi mais ne le fréquentent pas.

Photo48 : La promenade découverte de la Seine du PAP. GIU 2008

La Zone d’installations à caractère d’animation et de loisirs (ICAL) : un espace aménagé dont profitent peu les Ivriens Située dans la partie est-nord-est du périmètre d’étude, la zone ICAL accueille six péniches dédiées à la restauration et à l’organisation d’événements et de spectacles, qui connaissent une fréquentation importante, surtout les soirs et week-end. Cette zone a été aménagée en 2005, mais elle est peu fréquentée par les piétons du fait du manque d’information et du déficit d’espaces verts. La proximité des industries peut être ressentie comme une gêne par les propriétaires de péniches (problèmes surtout l’été avec les clients en terrasse), mais ce sentiment de nuisance décroît avec

Photo 49 : La zone ICAL. GIU 2008

71


l’éloignement des industries puisque certains ne se déclarent pas du tout dérangés par cette présence92. De plus, même si leur fréquentation est bonne, les péniches avouent souffrir de problèmes d’accessibilité des piétons, de la faiblesse des transports en commun desservant cette zone et du manque de signalétique routière. Ces exploitants reconnaissent que la redynamisation des berges pourrait leur être bénéfique pour améliorer l’image des berges d’Ivry dans son ensemble. Concernant cet aménagement et la mixité des usages, une distinction est matérialisée au sol : une partie en pavé est louée aux exploitants, une bande est destinée au cheminement, et en arrière une zone sert de parking ou pour l’événementiel, notamment le festival de l’Oh. Entre les deux ponts, le quai pourrait accueillir deux autres bateaux. Cette partie est également une escale du festival de l’Oh, le seul événement qui tire profit de la Seine. Il existe une dichotomie sur cette zone ICAL entre d’une part les habitants d’Ivry qui ne fréquentent pas les berges et qui sortent à Paris et d’autre part, les propriétaires de ces péniches et les clients qui eux n’habitent pas Ivry. Ainsi, ces derniers viennent majoritairement du reste de la région parisienne et les exploitants de ces péniches habitent Paris et ne voudraient pas habiter Ivry. Les Ivriens profitent donc peu des aménagements faits et des péniches. Une synergie bénéfique à Ivry créée par l’installation de ces péniches est alors limitée. Néanmoins, d’après les exploitants des péniches, ce comportement est en train de changer au fur et à mesure que les Ivryens redécouvrent les berges et observent la présence de ces nouveaux services à Ivry. Sur les berges d’Ivry, il y a peu de mixité d’usages. Ainsi, piétons, activités de loisirs et activités industrielles cohabitent très peu. Cela est renforcé par un trafic routier important, peu favorable à une telle orientation.

4.2.2 Jeux d’acteurs et concertation Comme il a été vu précédemment, les habitants ont été concertés pour les ateliers thématiques. Concernant les bords de Seine, les Ivryiens sont en attente « d’une mixité des fonctions et des usages pour que tout le monde puisse s’approprier les bords de Seine », et « de la conciliation de la vocation économique du site avec le développement d’espaces publics de qualité ». Sur l’échantillon d’enquête93, très peu de personnes fréquentent les berges et encore moins à pied. Beaucoup mettent en avant leur caractère répulsif et peu animé. Ainsi les habitants du quartier d’Ivry Port tournent le dos à la Seine, le fleuve n’étant pas intégré à la vie de quartier. Certains habitants souhaiteraient le départ des usines de bétons, mais cette orientation n’est pas envisagée par la Ville d’Ivry. En outre, le jeu d’acteurs est complexe entre les différents propriétaires et exploitants des berges comme la Ville d’Ivry, le Port autonome de Paris, la ville de Paris, le Conseil général du Val-de-Marne, Voies navigables de France, les entreprises et les propriétaires des péniches d’animation qui se sont regroupés en association. A quoi il faut ajouter les usagers : voitures, camions, piétons, cyclistes, et les habitants marginaux des berges

92 93

Le 18 mars 2008, deux entretiens auprès des gérants des péniches Play Time et Libertalia. Echantillon représentatif de trente personnes interrogées à différents lieux et moments de la journée.

72


4.2.3 Analyse critique des projets Parc de la Confluence Ce projet pourrait amener des lieux d’animation comme des péniches, restaurants et organisateurs d’événements. La mixité des usages doit aussi passer par une ouverture des quartiers intérieurs vers le fleuve. Comme il a été souligné précédemment, l’appropriation par les habitants des équipements devra être prise en considération afin d’éviter de les écarter de cet équipement emblématique. De plus, afin d’éviter une concurrence entre les projets Avenir Gambetta et Parc de la Confluence, une complémentarité entre ces deux projets devra être étudiée. Voguéo : quelle cohabitation avec les péniches déjà présentes ? La cohabitation entre le projet Voguéo et les péniches d’animation amène à se questionner sur les conséquences que cela indurait. Si ce service amènera vraisemblablement une fréquentation plus importante, une signalétique et une visibilité à cette zone ICAL, les conflits d’usages que cela pourrait engendrer doivent tout de même être soulevés. Ceux-ci pourraient concerner les places de stationnement entre utilisateurs du service fluvial et des péniches tout comme la zone allouée sur les quais à ces deux activités.

73


Carte 13 : Lieux d’animation, projets et potentialités en lien avec les berges d’Ivry-sur-Seine

74


4.3 4.3.1

Commerces et animation, un lien de causalité à double sens Description générale de l’offre commerciale et de son évolution

Une réflexion sur l’état de l’animation au sein d’un territoire semble devoir induire l’étude des liens pouvant exister entre cette thématique et l’offre commerciale en place. Pour cela, cette partie du diagnostic s’est appuyée sur un référencement des commerces présents à Ivry Port94, ainsi que sur une analyse plus détaillée d’un échantillon représentatif de ces derniers95. Ainsi, il a été possible de dégager des tendances fortes sur l’organisation spatiale de ces activités en fonction de leur date de création et du type de commerce en question. Au regard de l’ensemble des évolutions urbaines et démographiques en cours et à venir dans le quartier, il a également été possible d’observer un certain nombre de mutations commerciales et d’émettre des hypothèses concernant la pérennité de ces activités et leur perspective de développement à plus ou moins long terme. Enfin, ce processus de mutation de l’offre commerciale, cause ou conséquence du bouleversement de la fréquentation des usagers, nous a enfin permis de comprendre la dynamique de l’animation en cours dans ce quartier. Une étude du site d’Ivry Port peut rendre compte d’une corrélation forte entre l’industrialisation du site, la présence d’une population ouvrière concentrée dans des zones d’habitats délimitées, et le développement de commerces de proximité, source d’une animation introvertie sur le quartier96. Ainsi, la crise économique entamée dans les années 60 joue un rôle prépondérant dans la crise des commerces de proximité97, dans la mesure où elle accéléra la désindustrialisation d’Ivry Port, tendant au remplacement du secondaire par des activités de type tertiaire. Ce processus de requalification des activités a entraîné une chute progressive du nombre d’habitants, participant peut-être à une vie de quartier moins dynamique qu’autrefois. Les conséquences de cette transformation sur le quartier sont très diversifiées. Il existe en effet une forte dichotomie dans les répercussions entre le Sud et le Nord d’Ivry, avec une zone intercalaire clairement identifiable.

94

Référencement réalisé par l’équipe GIU ; cf annexes Enquête auprès des commerçants, réalisée par l’équipe GIU ; cf annexes 96 PLU d’Ivry-sur-Seine 97 Enquête auprès des commerçants, réalisée par l’équipe GIU ; cf annexes 95

75


4.3.2 L’animation commerciale par secteur géographique et projets connexes Le Nord d’Ivry Port, un secteur à vocation métropolitaine Les mutations économiques et démographiques, causant probablement la fin d’un fonctionnement territorial quasiment autarcique sur l’ensemble de la zone Ivry Port, a nécessité de la part du pouvoir local une mutation forte du caractère dynamique de cet espace. Ainsi s’explique certainement la création du centre commercial Grand Ciel et du multiplexe Pathé, tous deux sensés modifier la trajectoire territoriale actuelle par la formation d’une nouvelle forme d’attractivité plus métropolitaine98. En effet, la polarisation du fonctionnement commercial du quartier en bordure de territoire, à proximité immédiate de Paris, a eu pour effet d’attirer une nouvelle population à une échelle plus métropolitaine, au détriment parfois des rares commerces encore en place. De cette manière, un grand Photo 50 : Le centre commercial Grand nombre de commerces d’alimentations, concurrencés par la Ciel. GIU 2008 présence immédiate du centre commercial, ont été amenés à disparaître, remplacés par de nouveaux commerçants à la recherche d’une aire de chalandise inédite et quasiment régionale. Ce phénomène de création d’activités commerciales complémentaires à proximité du centre est à l’origine de synergies fortes entre les acteurs présents, accélérant le processus centralisateur. L’apparition de péniches offrant des services métropolitains (évènementiel, discothèque,etc.) depuis plus de deux ans sur cette partie des quais vient accréditer la thèse selon laquelle cette partie du territoire ivryien connaît un regain d’attractivité considérable malgré la disparition de boutiques parfois anciennes, emblématiques de la vie de quartier d’Ivry Port.

Photo 51 : Le multiplexe Pathé. GIU 2008

Au niveau des habitants du quartier, la réussite de cette repolarisation n’est pas à démentir. En effet, les modifications sociologiques ayant affecté durant cette période la société occidentale, tendant à favoriser les centres commerciaux avec hypermarché intégré où de nombreux biens et services de consommation sont regroupés, ont entraîné un bouleversement profond des habitudes des usagers locaux. De cette manière, bien que la baisse du nombre de commerces de proximité dans cette section du territoire ait provoqué la fin du fonctionnement

98

er

Entretien réalisé auprès de Mme TUMELERO du service coopération territoriale de Paris, daté du 1 avril 2008.

76


en vase clos de ce sous-système spatial, cette situation a été bien acceptée par la plupart des habitants99, heureux de pouvoir profiter d’équipements métropolitains à proximité de leur habitat. Une vie de quartier préservée aux abords de la place Gambetta Dans la partie « place Gambetta », il est observable que l’apparition des équipements mentionnés précédemment a fortement affecté le fonctionnement commercial de la place et l’animation en générale. Pour le comprendre, il est nécessaire de considérer la prédominance d’une population relativement modeste dans ce secteur, maintenue sur ce site du fait d’un foncier souvent très abordable. Les commerces sont souvent anciens, de type bar, alimentation générale ou service de proximité, profitant de la présence d’une population certes peu nombreuse, mais aussi peu mobile. La baisse de la population survenue dans les années 80, puis l’apparition du centre commercial ont probablement obligé un nombre conséquent de commerces à fermer et à laisser place à des entreprises de services de type assurance, moins assujetties aux populations locales. Photo 52 : La Place Gambetta. GIU 2008

Cependant, les commerces ayant réussi à se maintenir jouissent actuellement d’une situation géographique relativement propice, profitant d’une animation certes au ralenti, mais redynamisée par le développement des activités tertiaires à proximité et par la lassitude des habitants vis-à-vis d’un centre commercial en baisse de régime. Il existe donc de la part des commerçants une forte attente pour un développement de l’habitat, mais aussi d’emplois tertiaire susceptibles de créer un accroissement de la fréquentation100. Dans ce sens, le projet Avenir Gambetta se place dans la lignée de cette demande, avec de forts potentiels en termes d’attractivité capables de recréer une certaine centralité au Sud d’Ivry Port. L’amélioration de la mobilité prévue à moyen terme augmentera sans doute l’aire de chalandise au profit des commerces actuellement en place, renforçant par conséquent leur présence. Ainsi est-il permis de miser sur le développement d’une animation forte au niveau de la place Gambetta malgré son déclin dans les années 80 et 90. Cette partie du quartier profitera probablement du regain d’intérêt de la population pour une ambiance de quartier, de la croissance du nombre d’employés dans le secteur, et des perspectives offertes par le projet Avenir Gambetta sensé accroître l’offre en transport en commun et le nombre de logements101.

Photo 53 : La rue Paul Vaillant Couturier. GIU 2008

99

Enquête réalisée par l’équipe GIU auprès des habitants, cf annexes. Enquête auprès des commerçants, réalisée par le groupe GIU ; cf annexes 101 Entretien réalisé auprès de Mme MASSERAN de la SADEV 94, daté du 19 mars 2008. 100

77


La rue Paul Vaillant-Couturier, un espace d’animation diluée et intermittente Aux abords de la rue Paul Vaillant-Couturier, l’habitat semble partager l’espace avec des activités économiques de type industriel, composées essentiellement de PME et de TPE. Bien qu’il existe des commerces semblables à ceux présents sur la place Gambetta, il y a une surreprésentation de marchands associés aux entreprises, avec une forte présence d’agences immobilières et de magasins d’ameublement profitant d’un foncier peu onéreux102. Leur préoccupation réside donc avant tout dans le maintien des PME et des TPE à proximité, et dans l’augmentation de l’habitat susceptible d’entretenir les activités liées d’une part aux magasins de proximité, d’autre part à la vente et à l’aménagement d’appartements103. Dans ce sens, l’animation de ce secteur est très discontinue dans le temps, dépendant essentiellement des employés des PME et des chalands automobilistes, encouragés à fréquenter cette rue du fait de l’accroissement du nombre de places de stationnement libres.

Carte 12 : Les principales localisations de l’offre commerciale et leurs caractéristiques attractives à Ivry Port

102 103

Référencement réalisé par l’équipe GIU ; cf annexes Enquête auprès des commerçants, réalisée par le groupe GIU ; cf annexes

78


L’ensemble de ces paramètres a donc entraîné une crise sans précédent des petits commerces de proximité, épargnant seulement les activités très spécialisées, celles n’entrant pas en concurrence avec le centre commercial Grand Ciel, et les commerces situés plus au Sud. D’autres ont su profiter de la nouvelle centralité générée au Nord pour faire évoluer leur offre, ou pour vendre leur fond à des prix en augmentation. Le quartier a donc subi la disparition d’un grand nombre de commerces de premiers besoins, laissant la place à de nouveaux commerces ou services ne dépendant plus de la population locale. Ce processus a ainsi entraîné une transformation soutenue de la vie de quartier au Nord, au profit d’une ambiance plus métropolitaine attirant un public dépassant largement les limites communales. A l’opposé, la redynamisation de la place Gambetta permet de laisser penser qu’une animation de type quartier pourrait se renforcer à ses abords, pérennisant de la sorte la présence de commerces de première nécessité, lieux d’échange et de brassage culturel auxquels un centre commercial et les activités qu’il attire ne sauraient se substituer.

4.4

Les équipements culturels et sportifs

4.4.1 Une offre d’équipements importante mais pas répartie La Ville d’Ivry sur Seine possède un nombre important de bâtiments permettant d’accueillir des activités culturelles et sportives. On dénombre près de 31 installations, 13 à caractère culturel et 18 pour les équipements collectifs sportifs. L’ensemble de ces installations permet d’accueillir des activités et des disciplines sportives variées. Cependant, les équipements précédemment répertoriés sont absents sur le périmètre d’étude. En effet la majorité des installations se situe dans le centre ville d’Ivry sur Seine. La concentration de ces équipements en centre ville ainsi que la proximité des habitants apportent une animation, une identité et une attractivité. Mais en contre partie le reste du territoire est délaissé de ces installations. Ainsi seulement six équipements à vocation culturelle et sportive sont situés à proximité des abords de la Seine (2 gymnases, 2 complexes sportifs, une salle de boxe et le stade S.C.P.O). A ce titre on remarque qu’aucun bâtiment à caractère culturel ou sportif n’a de vue directe sur le fleuve. Photo 54 : Quelques équipements d’Ivry. GIU 2008

79


Concernant le projet Avenir Gambetta, des emplacements sont prévus pour des équipements scolaires, cela étant nécessaire pour contenir la densification et l’arrivée de 5 000 logements supplémentaires. Les équipements rattachés à la petite enfance ou aux affaires scolaires sont obligatoires afin que les installations actuelles ne soient pas surchargées par l’arrivée d’une population nouvelle liée à la construction de nouveaux logements, générant ainsi des besoins plus importants en termes d’équipements publics. Bien que ces dispositions soient prévues par la loi, la création d’autres équipements demeure facultative. Ivry sur Seine possède un nombre important d’équipements sportifs par rapport à sa population. Il n’y a pas de ratios pour réguler ou régir la construction d’équipement en fonction du nombre d’habitants comme cela est le cas pour les installations scolaires. La construction des équipements culturels et sportifs dépend de la volonté politique ainsi que du maillage comprenant l’ensemble des équipements communaux et intercommunaux. « Il est certain que l’afflux de populations nouvelles, non seulement les nouveaux résidents des logements neufs, mais aussi les salariés des entreprises et des bureaux et les étudiants d’éventuels équipements universitaires, amèneront de nouveaux besoins de pratiques sportives, à satisfaire dans la réalisation d’équipements de proximité. Si on raisonnait seulement à proportion de la croissance de la population et des emplois, il faudrait vraisemblablement doubler les équipements sportifs existants. » 104

4.4.1 Des projets mobilisateurs pour le territoire Projet de Cité du Savoir Une telle opportunité sur ce territoire est un élément non négligeable. Ce projet permettra de communiquer et de faciliter le développement économique d’Ivry Port, ainsi que l’animation générale du quartier. En complément de l’arrivée d’un nombre important d’habitants (5000 logements supplémentaires), cet équipement notable permettra de « légitimer » l’accueil de nouvelles infrastructures, tel que le TCSP (tramway/busway), le rallongement de la ligne 7 du métro ou le développement des navettes fluviales. Mutualisation des équipements sportifs Le développement des équipements sportifs et leur accessibilité peuvent se faire de façon mutualisée105. En effet le stade S.C.P.O (Sporting Cheminot Pratique Omnisport) sert pour les agents de la SNCF, mais la mutualisation, entre la Ville et la SNCF d’un projet de pôle culturel et sportif pouvant servir à la ville est à l’étude. « Le nouveau complexe terrain de sport- gymnase - salles de sports spécialisées et éventuellement piscine pourrait prendre place avantageusement à proximité du stade SCPO complété lui-même par un nouveau gymnase » . La possibilité de réaliser un nouveau complexe sportif peut être envisagée afin de répondre aux attentes des habitants. Il est recommandé de

104 105

« Etude habitat sur le devenir du quartier Ivry Port : état des lieux, positionnement et perspectives » réalisée par le bureau d’études Sémaphores Propos recueilli lors d’un entretien avec S. NOACK, atelier d’urbanisme, le 17 mars 2008.

80


« le localiser à proximité des voies ferrées, sur un site tel que l’îlot Champs Dauphin » . Toutefois cet équipement n’a pas fait l’objet d’une demande particulière de la part des actuels habitants d’Ivry Port (enquête concertation). Ces deux propositions ne sont pas incompatibles tant en termes de programmation que de temporalité. En effet l’opportunité de mutualiser le stade S.C.P.O dans un premier temps permettrait de contenir dans un court terme les demandes des habitants, actifs ou étudiants du secteur. A plus longue échéance, le développement et la construction d’un nouvel aménagement sportif, localisé près des voies ferrées, compléterait l’offre du stade S.C.P.O. Ainsi, les attentes des habitants seront plus à même d’être comblées. Déplacement du conservatoire de musique et création d’une médiathèque de quartier Le conservatoire de musique a besoin d’être démoli et reconstruit, et le réaménagement du territoire d’Ivry Port pourrait être une opportunité de le déplacer106. Cette idée est confirmée par l’étude de Sémaphores, préconisant « le déménagement du conservatoire, très à l’étroit dans ses locaux actuels, et dont le développement est de ce fait entravé. La reconstruction de cet équipement devrait faire progresser de 550 actuellement, à 700 ou 800 le nombre d’élèves. Le site d’Ivry Port paraît bien approprié pour cette délocalisation, par exemple sur les terrains libres proches de la gare, et donc très accessible depuis le reste du territoire de la ville. La programmation devrait intégrer un auditorium de 200 places environ. La tradition déjà existante de studios d’enregistrement ou la présence d’une institution comme Voix quai Est constitue déjà un terreau fertile de développement de la musique sur le territoire est de la ville. [Cette programmation apparaît] indispensable indépendamment de tout projet de redéveloppement d’Ivry Port. A Ivry Port, elle bénéficierait d’un contexte humain et urbain favorable, en prolongement d’une vocation déjà existante dans le quartier. »107 « Une médiathèque de quartier, dont l’opportunité est justifiée par la saturation de la médiathèque centrale » pourrait se construire sur le territoire. Cette démarche permettrait de soulager la médiathèque centrale. De plus avec l’augmentation d’habitants prévue dans le projet d’Avenir Gambetta, il paraît pertinent de commencer la déconcentration des équipements culturels et sportifs sur un territoire de la ville quelque peu excentré, et qui « doit bénéficier à terme d’une croissance de population dont la demande culturelle augmentera la pression sur la bibliothèque centrale »108. Par ailleurs le quartier offre déjà un certain nombre de lieux culturels informels qu’il convient de recenser, d’organiser et de fédérer. L’attrait de cette démarche consiste à dégager une organisation permettant d’atteindre une meilleure synergie entre les animations et les lieux culturels variés.

106

Propos recueilli lors d’un entretien avec S. NOACK, atelier d’urbanisme, le 17 mars 2008. « Etude habitat sur le devenir du quartier Ivry Port : état des lieux, positionnement et perspectives » réalisée par le bureau d’études Sémaphores 108 Ibid. 107

81


Conclusion L’animation analysée à travers des thèmes comme le paysage urbain, la mixité des usages sur les berges, les commerces et les équipements sportifs et culturels permet de mettre en exergue un défaut d’intégration du fleuve dans cette dynamique. Il existe néanmoins de nombreuses potentialités comme la présence des industries, potentiel d’innovation sur la cohabitation entre activités et loisirs, des équipements commerciaux et culturels attractifs et d’une zone d’animation et de loisirs le long des berges. Des velléités évidentes d’action en faveur de l’intégration du fleuve à l’animation du quartier sont observables, à l’image de l’aménagement de la promenade urbaine sur la partie nord des quais, ou de la zone ICAL plus au Sud ; leurs résultats semblent cependant mitigés au regard des enjeux actuels de développement durable. Les différents projets comme la Cité du Savoir, le Parc de la Confluence ou Avenir Gambetta représentent donc des vecteurs potentiels de redynamisation de l’animation du quartier, susceptibles de rendre pertinente la correction des erreurs d’aménagements passés, mises précédemment en évidence. - la Seine, fleuve emblématique - Proximité de Paris, vecteur d’animation et de tourisme - Présence d’une zone d’animation et de loisirs

Atouts

Faiblesses

-

les nuisances des industries occupation des berges par des marginaux

Opportunités

-

les industries, potentiel d’innovation sur la cohabitation activités/loisirs.

Risques

-

Délabrement, abandon

82


83


INTRODUCTION DU DIAGNOSTIC PAR SECTEUR L’analyse thématique présentée dans la première partie de cette étude nous a permis d’identifier trois secteurs aux caractéristiques bien distinctes sur notre périmètre d’étude. Ainsi, nous avons divisé le territoire entre : -

Une partie Nord dominée par de l’activité économique, depuis le périphérique jusqu’au Pont Nelson Mandela.

-

Une partie centrale qui fait l’objet de nombreux projets d’aménagement d’envergure supra-communale.

-

Une partie Sud offrant de fortes potentialités paysagères à exploiter, mais encore délaissées.

Afin d’analyser plus précisément les potentialités qui s’en dégagent, nous avons choisi de réaliser, pour chaque secteur, trois cartes synthétiques reprenant les éléments les plus importants relevés dans la première partie du diagnostic. Pour chaque secteur, une première carte dite « globale » identifie les zones les plus pertinentes de chaque territoire d’étude. Des diagrammes circulaires ont été élaborés afin d’évaluer la part des handicaps et des atouts les caractérisant ainsi que leur potentiel de développement. En outre, un tableau par secteur permet de justifier cette analyse. Les deux autres cartes consistent en des zooms sur les zones nous semblant représenter les enjeux les plus forts.

84


1 SECTEUR NORD 1.1

Un espace aménagé mais à restructurer

Auteur GIU 2008

85


1.2 Secteurs

Tableau de synthèse Eléments urbains

Atouts

Limites/Faiblesses

Potentiel

Risques

SYCTOM

Cheminée, repère physique, identité locale

Emprise imposante, activité industrielle

Elément de "structuration de l'espace", réhabilitation à venir, terrains mutables à proximité

Santé, peur des activités industrielles, pollution atmosphérique

Promenade suspendue PAP

Vues sur la Seine

Difficultés d'accès, aucune insertion avec les espaces contigus, peu accessible

Meilleures insertion et signalétique, terrains mutables à proximité, profiter du pôle d'attractivité provoqué par le Pathé pour faire vivre la promenade

Délaissement total de l'aménagement

Proximité de Paris

Homogénéité relative du tissu urbain et bâtiments tertiaires de PRG

Vocation économique à renforcer, pôle d'attractivité

Difficulté de la lisibilité de l'espace public

Mise en place de cars de ramassage des employés par les entreprises

Amplification de la rupture entre la Seine et ses abords, lutter contre l'invasion de la voiture

Développement de l'activité portuaire avec l'hinterland industriel immédiat

Pollution

Porte de Paris

Réseau viaire chargé

Port

Importance du fret fluvial

Ruptures de continuité, pas d'emplacement pour la circulation douce Nuisances sonores, visuelles, franchissement dangereux, très peu de transports en commun Utilisation intensive des berges

Projet Arrivée du tramway d'ici 2012

Levier économique, refonte de l'espace public

Construction d'IGH

Insertion des IGH, requalification de l'entrée de ville et du périphérique, repère visuel

Trame verte et diversification des cheminements Déplacement du conservatoire de musique

Emplacement non déterminé

Création d'une médiathèque de quartier

Emplacement non déterminé

TCSP Vallée de la Seine

Développer les espaces verts, de loisirs et de jeux Renforcer l'attractivité des bords de Seine par de grands équipements Renforcer l'attractivité des bords de Seine par de grands équipements Levier économique, refonte de l'espace public

86


Secteurs

Eléments urbains Liaison principale avec Charenton-lePont

Zone ICAL/CC

Centre Commercial

Atouts

Limites/Faiblesses

Franchissement de la Seine, Carence en pistes cyclables

Potentiel

Menaces

Ouverture visuelle

Saturation des voies routières

Vecteur de flux de personnes

Aucune insertion et ouverture vers la Seine

Usagers potentiels pour les berges

Perte du commerce de proximité vecteur d'animation

Zone ICAL

Grande surface, accès à la Seine, activités festives et commerciales (péniches), anneaux d'accostage

Carence en espaces végétalisés/verts publics, manque de connexion avec les autres cheminements du quartier, manque de signalétique et lisibilité de l'aménagement, accessibilité limitée

Proximité du centre commercial et des ponts Mandela

Enclavement récurant

Escale du festival de l'Oh

Vecteur de flux de personnes

Urbanisme éphémère, communication du territoire

Projet Déplacement du conservatoire de musique

Emplacement non déterminé

Renforcer l'attractivité des bords de Seine par de grands équipements

Création d'une médiathèque de quartier

Emplacement non déterminé

Renforcer l'attractivité des bords de Seine par de grands équipements

TCSP Vallée de la Seine Escale Voguéo

Favoriser le lien entre le fleuve et les habitants/usagers

Levier économique, refonte de l'espace public Lutter contre l'invasion de la voiture

Manque d'utilisateur car faible accessibilité de l'embarcadère

87


1.3 Une proximité parisienne sous-exploitée

Auteur GIU 2008

88


Auteur GIU 2008

89


2 SECTEUR CENTRE 2.1

Le secteur centre, entre fonctionnement local et ambition mĂŠtropolitaine

Auteur GIU 2008

90


2.2

Ponts Nelson Mandela

Secteurs

Tableau de synthèse Eléments urbains

Atouts

Limites/Faiblesses

Potentiel

Menaces

Ponts Mandela

Proximité de Paris, proximité de la zone d'animation et de loisirs ICAL, proximité du Centre Commercial Grand Ciel

Espace public peu agréable et très réduit, proximité de l'A4, vitesse de circulation élevée

Potentiel d'innovation lié aux deux ponts, à la présence des industries, au centre commercial (ouverture sur les berges)

Risque de devenir un simple échangeur de l'A4

Très peu de cheminements doux à proximité

Accessibilité du site renforcée

Risque de sous-utilisation des l'escale par les usagers

Projet Escale Voguéo légèrement au Nord des ponts

Passerelle aux câbles

Passerelle aux câbles

Secteur peu attrayant à l’heure actuelle, accès à la passerelle Site de la Confluence, traversée difficile pour les circulations Passage de l’itinéraire du tracé piétonne et cycliste, créer un lien douces, voire impossible en aval, du projet Véloroute Val de Marne avec Charenton passerelle se terminant avant l’A4 du côté de Charenton

Risque de délabrement, d'abandon

Projet

Cité du Savoir

Parc de la Confluence

Un projet peu attractif pour la population locale, concrétisation des projets à long terme

Réelle opportunité de développement et d’attractivité pour Ivry à une échelle métropolitaine, opportunité de coopération avec Charenton, enjeu de créer un équipement métropolitain emblématique

Nécessité d’appropriation par les habitants. Risque de dichotomie entre l’attractivité du projet de la Cité du Savoir auprès des enseignants/ chercheurs et la présence d’une population en place plus modeste, La complémentarité avec le projet Avenir Gambetta n’est pas certaine tant les objectifs sont différents.

Accroître la qualité de vie des habitants par son caractère "vert", attractivité d'une partie des berges

91


Secteurs

Eléments urbains

Place Gambetta

Place Gambetta

Atouts

Limites/Faiblesses

Potentiel

Menaces

Créer une centralité

Dépérissement et déclin de la Place Gambetta en termes d’animation et de vie de quartier

Avenir Gambetta

Potentiel d'innovation lié aux deux ponts, à la présence des industries, au centre commercial (ouverture sur les berges)

Augmentation de la valeur foncière entraînant le départ des couches les plus modestes (phénomène de gentrification)

Parkway

Création d'un boulevard urbain paysager et d'une piste cyclable (rue des péniches), éviter la circulation des poids lourds et des véhicules à proximité de la place Gambetta

Peu d’animation, mauvaises liaisons avec la Seine, Un Place de quartier avec de espace public très accidentogène nombreux commerces et bars, du fait de l’omniprésence des Une architecture urbaine automobiles, assez peu d’habitat agréable (bâtiments), Place bien à proximité, pas de projets desservie en transports en mettant en exergue un lien entre commun la passerelle aux câbles et la place Gambetta Projet

Travaux sur la voirie de longue durée

92


Secteurs

Eléments urbains

Atouts

Limites/Faiblesses

Potentiel

Menaces

Travaux sur la voirie de longue durée, difficulté à trouver un accord entre les acteurs sur le tracé définitif

Accentuation de l’accessibilité de la place à une échelle plus vaste, désenclavement du quartier, baisse du trafic automobile au profit du transport en commun

Point de congestion de la circulation routière

Dans le prolongement d’Avenir Gambetta, lien avec Chinagora

Risque d’une augmentation du trafic routier, saturant l’axe Est-Ouest

Accentuation des échanges entre Ivry et Alfortville

Risque d'un encombrement accentué du pont d'Ivry

Pont d'Ivry

Place Gambetta

Projet

Projets de TCSP (Vallée de la Seine et Ouest Est)

Pont d'Ivry

Lien avec Alfortville, piste cyclable en contrebas à exploiter (quai Auguste Deshaies vers Vitry, bonne desserte du secteur par les bus Projet Avenir Gambetta

93


2.3

La passerelle aux câbles, à la confluence d’une multitude de projets

Auteur GIU 2008

94


Auteur GIU 2008

95


3 SECTEUR SUD 3.1 Le secteur Sud, un espace au fort potentiel paysager et foncier

Auteur GIU 2008

96


3.2 Tableau de synthèse

Berges minéralisées

Secteur

Eléments urbains

Atouts

Limites/Faiblesses

Potentiel

Paysage

Percée visuelle d'Alfortville

Berges bétonnées, des berges répulsives pour la population : ambiance industrielle et routière, occupation des berges par des sans domicile fixe, peu d'ouverture visuelle

Potentialité d’ouverture visuelle vers Alfortville

Liaison douce

Piste cyclable continue

Piste cyclable dégradée, traversée piétonne difficile au niveau du pont d'Ivry Partage des usages peu visible

Potentialité de valorisation de la piste cyclable et des cheminements piétons

Occupation du sol

Nombreux espaces mutables Emprise foncière disponible : friche Total Elément remarquable et identitaire

Peu de mixité, friche industrielle polluée, zone inondable, Elément remarquable peu mis en valeur

Potentialité d'aménagement et de valorisation Rétrocession de l’élément remarquable de Paris à Ivry

Projets

Projet de boulevard urbain paysager (parkway)

Avenir Gambetta/Cité du savoir

Cohérence avec la mise en valeur du caractère urbain paysager mais l’arrêt de la circulation se situe au niveau des berges du sud alors qu’il y a un fort potentiel, désaccord entre la SADEV qui veut supprimer la circulation automobile et le CG

Moins de circulation sur les berges

Proximité de la place Gambetta et du futur projet de la Cité du savoir : potentialité d'animation, et de densification de la population

97


Berges végétalisées

Secteur

Eléments urbains

Atouts

Limites/Faiblesses

Potentiel

Paysage

Berges végétalisées, biodiversité riche, allée plantée sur les quais

Barrage flottant de rétention des déchets de la SIAAP, coupure visuelle par la présence de l'usine des eaux, accès aux berges dégradé et berges mal entretenues Rupture de l’allée plantée

Aspect végétal du secteur et dimension naturelle du site

Liaison douce

Piste cyclable continue, cheminement piéton sur les berges de Vitry

Occupation du sol

Elément remarquable et identitaire

Potentialité de valorisation de la piste Piste cyclable dégradée, discontinuité du cyclable et des cheminements piétons en cheminement piéton entre Ivry et Vitry lien avec Vitry Absence de mixité et de percées viaires due à l’emprise de l'usine des eaux, pas de disponibilité foncière Elément remarquable utilisé par l’usine des eaux, et donc peu valorisable

Projets Projet de réaménagement des berges et des pistes cyclables par le Conseil Général

Incohérence avec le parkway : maintien de la circulation, difficulté pour rendre attractif cet espace

Attractivité des berges, continuité paysagère des berges avec Vitry

Projet de la plage du sud d’Ivry au nord de Vitry par le Conseil Général

Incohérence avec le parkway : maintien de la circulation, manque d'une réflexion globale à l’échelle du quartier

Attractivité des berges, amélioration du rapport ville / fleuve, continuité urbaine paysagère avec Vitry

Projet de logements à Vitry rue de la Baignade

Incohérence avec la plage : pas de commerces de proximité tournés vers Ivry donc ne participera pas à l’animation de la rue, problème de continuité de la façade urbaine entre Ivry et Vitry

Projet de TCSP Vallée de la Seine

Tracé non défini précisément

Desserte potentielle du secteur Sud

Projet en cours de réflexion

Opportunité pour un partenariat Ivry/Vitry Possibilité de rapprocher le projet Vulcain du projet de boulevard urbain sur l’avenue Jean Jaurès

Projet Vulcain

98


3.3

Les berges minéralisées, un secteur peu attractif à fort potentiel de développement

Auteur GIU 2008

99


3.4

Les berges vĂŠgĂŠtalisĂŠes, entre patrimoine paysager et isolement

100


4 CARTE DE SYNTHESE

101


Diagnostic IFU 2008