Page 1

LE CHÊNE TAUZIN

Approche pédagogique du dessin de l'écorce SARL de 2

hoses LUNE


CHOIX DE LA TECHNIQUE Je choisis de travailler au crayon noir gras (6B). Je pourrais ainsi obtenir des gris d'intensité variée, et des vrais noirs. Je veux mettre en valeur l'écorce; le haut de l'arbre sera seulement suggéré. PHASE D'OBSERVATION Tout d'abord, passons un bon moment à observer, et à comprendre la particularité de cette écorce. Il s'agit d'un système de petits "cubes" imbriqués les uns à côté des autres, et qui ressortent plus ou moins, comme si on les poussait de l'intérieur. Repérons aussi que ces "cubes" sont empilés les uns sur les autres, organisés en "colonnes" juxtaposées. LES GRANDES LIGNES Je choisis le morceau du tronc que je veux mettre en valeur. Je trace les contours extérieurs. Attention : le tronc n'est pas lisse = je fais des lignes brisées. Je trace aussi mes "colonnes", qui me serviront de guide pour organiser les cubes, je repère leur trajectoire, oblique, et le "V" qui se forme à la naissance de la petite branche du haut. J'observe : les cubes sont décalés, les lignes sont donc également brisées.


tracĂŠ des lignes


LE DÉTAIL DE L'ÉCORCE

Je fragmente l'intérieur des colonnes, en faisant apparaître les "cubes" superposés . Attention: il faut leur donner une forme irrégulière, et une taille variable. J'épaissis mon trait sous les cubes, je noircis certains trous pour donner la profondeur. Je fais ce travail sur toute la partie que je veux mettre en valeur. J'observe : les cubes les plus gros sont situés dans la partie centrale de l'arbre; vers le haut et sur les côtés, ils sont étrécis, plus longs et plus fins. Pour finir, je trace quelques fines lignes horizontales dans les plus gros cubes (l'écorce est comme ridée).


tracĂŠ des cubes


LE VOLUME

Les colonnes ne sont pas plates. Ce sont des cylindres, tout comme l'arbre. On leur donne ce volume "tournant" grâce à des ombres appliquées sur les côtés. Celles-ci vont nous faire ressortir la lumière là où le papier reste blanc. Je travaille d'abord sur les colonnes que j' ai mises en valeur. Technique : tenir le crayon à l'horizontale et non à la verticale, de sorte que la mine soit couchée sur le papier. La pointe de la mine doit suivre le bord d'une colonne, de haut en bas. Ici, j'ai appliqué l'ombre sur le côté gauche des colonnes. Une pression plus ou moins forte donnera des nuances dans les gris. Attention : bien laisser en blanc une bonne moitié des colonnes, ce qui nous donne la lumière. J'ombre ensuite le tronc, sur sa droite et sur sa gauche, pour laisser la lumière sur la partie de l'écorce mise en valeur. Technique : toujours avec le crayon couché à l'horizontale, griser de haut en bas un côté après l'autre, en mettant davantage de pression sur les bords. Attention : bien laisser en blanc la partie médiane de l'arbre. Le tronc est devenu cylindrique seulement grâce à ces ombres.


ombrages et volumes


ACHEVER SON DESSIN

Ce dessin mérite d'être finalisé, pour cela je vais l'asseoir sur un talus d'herbe, et ébaucher la prolongation du tronc vers le haut. L'accent restera sur l'écorce, partie la plus riche tant dans les lumières que dans les détails. Technique : dessiner les touffes d'herbe au pied de l'arbre, puis noircir ce qui se trouve derrière elles. Travailler comme en négatif (l'herbe apparaît blanche sur fond sombre). Prolonger le tronc en l'atténuant peu à peu : les ombres disparaissent dans les colonnes pour ne laisser qu'une résille, et elles s'éclaircissent sur les côté du tronc. L'œil maintenant peut saisir l'arbre dans son ensemble, mais reste attiré par le détail de l'écorce.


finitions

Julie Feuillas SARL de 2

hoses LUNE

le chene tauzin  

approche pédagogique du dessin