Page 1

RAPPORT D’ACTIVITE 2013

AVEC NOS PARTENAIRES

Depuis 10 ans, l'association MCP accompagne le développement de projets de construction et de réhabilitation de bâtiments scolaires à Madagascar, en partenariat avec le lycée Franklin, et sous le haut patronage du père missionnaire Nicolas Pesle sj.

1


SOMMAIRE : A PROPOS DE L’ASSOCIATION…………………………………………………………………….… 3 BILAN FINANCIER 2013………………………………………………………………………………. 6 RÉALISATION 2013…………………………………………………………………………………...… 8 IMPACT ET PERSPECTIVES……………………………………………………………………..….. 18 REMERCIEMENTS……………………………………………………………………………………… 22 ANNEXES…………………………………………………………………………………………………... 23

Clin d’oeil de la part des bénévoles 2013 depuis le village d’Ambodivondroa

2


A propos de l’Association

NOTRE MISSION Depuis 2003 l'association encourage et accompagne le développement de projets de constructions et de réhabilitations de bâtiments scolaires à Madagascar. Nous y accompagnons les malgaches pour la mise en œuvre de ces projets. En France, nous encourageons des jeunes de 17-18 ans à entreprendre pour la première fois un projet social. Nous les accompagnons dans la gestion de projets, depuis la récolte de fonds jusqu’à l'organisation de leur mission sur le terrain. Alors que ces jeunes lycéens rentrent en dernière année, le symbole est fort, le baccalauréat en poche, de permettre à d’autres jeunes plus défavorisés d’accéder à l’éducation.

Dix années de construction… L’initiative prise en 2003 par l’association n’avait pas vocation à perdurer, et pourtant ! Depuis 10 ans, l’association a construit et partagé dans un pays où les besoins sont réels, notamment en matière d’éducation. Si 138 jeunes bénévoles se sont impliqués dans la conception, le financement et sur le terrain pour chaque projet, la population malgache a elle aussi toujours été partie prenante. A l’origine de la demande, c’est elle qui initie et lance chaque année les projets, et s’investit financièrement par la mise à disposition de matériel et de main d’œuvre.

3


Une dĂŠcennie de chantiers pour des enfants innombrables...

4


Dix années de partage…

« L’après-midi, nous rejoignions le village ou se trouvait notre maison. Après un début où les enfants étaient intimidés par notre arrivée, nous avons vite tissé un climat de confiance et d’amitié avec la soixantaine de jeunes présents quotidiennement à nos côtés, permettant des après-midi de jeux ou d’éveil. Encore une fois, nous avons eu l’impression d’éclairer leurs journées, et c’est dans cette mesure que nous savions que nous étions à notre place. Les larmes versées par les enfants à notre départ témoignent du bonheur que nous avons pu apporter à ces familles qui vivent dans une grande pauvreté. » Un exemple de témoignage (groupe 2 d’Ambohiboa)

5


Bilan financier 2013 : Recettes Somme récoltée Dons entreprises

2700,00 €

Dons associations

5300,00 €

Dons particuliers

17784,00 €

TOTAL RECETTES 2013 :

25 784 €

Pour récolter ces dons, nous avons effectué diverses activités :   

des ventes de gâteaux une opération d’ensachages dans un supermarché participation active à des activités d’animation au sein de notre lycée (tenue de la buvette aux journées Missionnaires de notre lycée par exemple)

Cependant la majorité des dons a été obtenue grâce à vous, donateurs et aux entreprises que nous avons sollicité.

Le solde de 2591,65€ (voir page suivante) entre les recettes et les dépenses est alloué aux fonds propres de l’association pour les autres coûts annuels. D’autres dépenses sont par exemple le paiement du salaire de l’un des deux instituteurs de l’école d’Andoharano (2003, 2007) ou encore des frais administratifs (papeterie, impressions, frais postaux).

6


Bilan financier 2013 : Dépenses Frais de gestion Cotisation annuelle assurance

162,72 €

Frais de gestion du compte Cartes VISA

52,00 €

Virement avec RIB (France) TOTAL FRAIS DE GESTION :

14,00 € 228,72 €

Contribution locale Projet 1: Construction d'une école à Ambatofotsy Matériaux de construction Maçonnerie Projet 2: Rénovation d'une école à Ambolavao

964,29 € 7.131,00 €

Matériaux de construction & Main d'œuvre Projet 3: Rénovation d'une école à Ambohibao

3.400,09 €

Matériaux de construction & Main d'œuvre Projet 4: Rénovation d'une école à Ambodivondroa Matériaux de construction Main d'œuvre Médicaments TOTAL CONTRIBUTION LOCALE :

3.184,89 € 3.617,98 € 214,29 € 369,12 € 18.881,65 €

Frais Mission bénévoles Nourriture & Hébergement

1.940,84 €

Frais de transport Gazoil

312,14 € 798,89 €

Materiel d'animation Téléphonie TOTAL FRAIS DE MISSION DES BENEVOLES :

TOTAL CHARGES 2013 :

986,22 € 43,89 € 4.081,99 €

23.192,35 €

SOLDE MISSION MCP 2013 :

2.591,65 €

7


Réalisations 2013 RAPPEL DES OBJECTIFS 2013 : 4 CHANTIERS DANS 4 VILLAGES Une fois la préparation achevée, 25 élèves en terminale, répartis en trois groupes, sont partis en mission cet été. Chacun des groupes a participé à l'achèvement d’un chantier et a conduit des activités d'animation ou de soutien scolaire aux enfants. Le premier projet consistait à construire une école primaire dans le village d’Ambotofotsy. Le deuxième consistait en la réhabilitation d’une école à Ambolavao. Ils concernent 170 élèves. Le troisième visait à la réhabilitation d’une école dans le village d’Ambohibao. Il concerne près de 50 jeunes. Le quatrième projet consistait en la réhabilitation d’une école dans le village d’Ambodivondroa, concernant plus de 100 élèves de la classe de maternelle à la 3ème. La rénovation des écoles était indispensable car l’enseignement ne pouvait plus se faire à cause de la vétusté des locaux. L’objectif est, pour tous ces chantiers, d’aider le plus d’enfants possible, et c’est à cette mission que nous avons essayé de répondre tous les jours.

GROUPE 1 : RENOVATION & CONSTRUCTION D’UNE ECOLE (AMBATOFOTSY, AMBOLAVAO) « Nous étions chargées de deux chantiers, l’un à Ambatofotsy (20 km de la capitale) et l’autre a 10 min en taxi brousse à Ambolavao. Le choix de ces écoles à été effectué par le père Jean Simon parmi plus de 30 demandes. Le premier chantier consistait en la construction l'école primaire du village d'Ambatofotsy. L'ajout de classes permet aujourd’hui à plus de considérablement le temps de trajet jusqu'à leur défaut, à environ 15 km.

8

d'un deuxième étage à de deux nouvelles salles 50 élèves de réduire école, souvent située, à


Le deuxième chantier consistait en la rénovation d’une école construite par des bénévoles de notre association. Nous étions chargés de financer la rénovation du toit qui n’était ni imperméable ni insonorisant et empêchait donc toute tentative de cours l’hiver et pendant des intempéries. »

Vie quotidienne « Nous étions logées chez les sœurs catholiques du village d'Ambatofotsy, dont la sœur principale est la directrice de l'école. En effet l'Église à un rôle prédominant dans l'éducation à Madagascar. D'ailleurs, dans le seul village d'Ambatofotsy, les sœurs dénombrent plus de 150 catéchètes et 1000 enfants de tout âge assistant aux cours de catéchisme. Les écoles sont toujours situées à proximité d’églises puisque les sœurs sont des membres prépondérants du corps professoral des écoles. 9


Notre vie pendant les 3 semaines s’organisait selon le schéma suivant : 7h45 : lever, petit déjeuner. 9h30 : départ pour le chantier situé à 300m de chez les sœurs. 9h30-12h30 : travail sur le chantier avec l’aide précieuse des enfants malgaches et des ouvriers du chantier. 14h30-17h : jeux avec les enfants, cours de français et d’anglais.

Grâce aux fonds récoltés, les ouvriers des deux chantiers d’Ambatofotsy et d’Ambolavao avaient déjà entamé les travaux avant notre arrivée. Toutes les matières premières avaient été acheminées et les ouvriers s’attelaient au gros du travail (les fondations du deuxième étage de l’école d’Ambatofosty et la reconstruction du toit de l’école d’Ambolavao). Nous nous sommes quant à nous attachées à faciliter l’avancée de ces travaux : nous avons transporté les matières premières tout près du chantier (que ce soient les 300 kg de briques, les 2 tonnes de graviers et les 500 kg de sable).

Le chantier d’Ambatofotsy

10


D’ailleurs, nous n’avons pas été seules dans nos tâches : les enfants du village se sont précipités dès le deuxième jour pour nous aider à transporter les matières premières, à la fois pour nous faciliter la tâche mais aussi pour passer le plus de temps possible avec nous.

Les nombreux enfants nous ont aidé à transporter les graviers

L’accueil des familles du village fut unanime. Pas une seule personne ne nous souriait pas dans la rue, pas un seul enfant qui ne venait jouer avec nous les après-midi, pas un seul ne rechignait pour assister aux cours de français et d’anglais que nous proposions. Nous sommes devenues particulièrement amies avec des membres de la communauté scoute de la région, qui nous ont très gentiment fait découvrir les environs et la nourriture locale.

Nous ne nous attendions pas à autant d’enthousiasme et de gratitude de la part des enfants. On pouvait lire sur leur visage, quand ils nous voyaient arriver à 14h30 pour jouer et faire des cours, que nous étions pour eux une distraction, leur permettant peut-être de leur faire oublier la pauvreté dans laquelle ils vivent. ».

11


Groupe 2 : RENOVATION D’UNE ECOLE (AMBOHIBAO)

« Notre groupe a eu la chance d’être logé chez une famille bien connue de l’association : à Andranovelona, chez une mère et ses deux enfants, Fabio (8 ans) et Karina (16 ans). La vue depuis la maison était imprenable :

L’accueil réservé par cette famille et les enfants du village fut tout de suite chaleureux, Karina étant bilingue français-malgache et permettant donc de faciliter les premiers contacts avec les familles du village. Le chantier était situé à 15 km de là, dans le village d’Ambohibao. Il consistait en la rénovation d’une école de 3 salles de classes, accueillant plus de 50 élèves durant l’année. »

Vie quotidienne

« Le chantier étant loin de notre logement, nous avions le choix entre 25 min de taxi brousse, puis 45 min de marche, ou 1h30 de marche dans les montagnes verdoyantes et le long de rizières. Nous avons donc optés pour la deuxième option autant que nos jambes le supportaient, ce qui nous a 12


permis de gouter à la nourriture malgache vendue dans les petits villages, mais également de voir que la majorité des malgaches étaient heureux de nous savoir ici.

Notre journée se déroulait donc ainsi : 7h : lever des troupes, petit-déjeuner. 8h15 : départ pour 45 min de marche d’abord pour rejoindre le rendez-vous de 9h puis 45 min dans les montagnes pour rejoindre le chantier. 10h-13h30 : travail sur le chantier. 15h30-18h : jeux avec les enfants.

Notre tâche sur le chantier changeait tous les jours. Les ouvriers et les parents d’élèves qui aidaient sur le chantier nous ont accueillis avec beaucoup de gratitude. Ils nous l’ont d’ailleurs montrée en nous faisant confiance pour enlever à l’aide de pelles la peinture des murs intérieurs et extérieurs du bâtiment, puis les recouvrir de chaux, après qu’ils y aient mis le ciment. Nous avons aussi tamisé une grande quantité de sable pour faciliter la préparation du ciment.

L’école et une salle de classe en cours de réhabilitation

13


Notre chantier était presque fini à notre départ et l’école peut désormais accueillir comme il se doit tous les élèves du village et des environs !

Les enfants et enseignants de l’école avec les bénévoles

L’après-midi, nous rejoignions le village où se trouvait notre maison. Après un début où les enfants étaient intimidés par notre arrivée, nous avons vite tissé un climat de confiance et d’amitié avec la soixantaine de jeunes présents quotidiennement à nos côtés, permettant des après-midi de jeux et d’éveil. Encore une fois, nous avons eu l’impression d’éclairer leurs journées, et c’est dans cette mesure que nous savions que nous étions à notre place. Les larmes versées par les enfants à notre départ témoignent du bonheur que nous avons pu apporter à ces familles qui vient dans une grande pauvreté. »

14


Groupe 3 : RENOVATION D’UNE ECOLE A AMBODIVONDROA

« Nous étions chargé de la rénovation d’une école à Ambodivondroa. Les locaux devenaient en effet trop vétustes pour continuer à accueillir des cours. L’école était composée de 3 salles de classes et pouvait ainsi accueillir plus de 100 élèves durant l’année.

Nous avons eu le choix entre loger au même endroit que 10 des autres volontaires à Andranovelona chez Karina et sa famille, mais nous avons préféré quitter le confort de cette grande maison pour une autre, situé beaucoup plus près du chantier. Ainsi, nous nous évitions 3h de marche par jour, que nous passions en contrepartie avec les enfants ou sur le chantier. »

15


Vie quotidienne

« Nous avons décidé dans notre groupe de mettre vraiment l’accent sur les cours de français pour les enfants. En effet, contrairement aux autres groupes, les enfants du village étaient assez âgés pour comprendre les bases du français et ainsi profiter des cours que nous pouvions donner. C’est ainsi que nous avons organisé entre 2h et 2h30 de cours de français tous les jours, pendant 19 jours.

La journée se déroulait donc ainsi : 7h45 : réveil et petit-déjeuner 9h30 : direction le chantier, situé à 5 min à pied 9h30-13h30 : travail sur le chantier 15h-17h30 : cours de français pour les enfants.

Le cours de français d’après midi

16


Sur le chantier, nous avons effectué des tâches diverses : nous avons tour à tour décrépi les murs, débarrassé tous les débris du chantier, fait les trous pour la mise en place des poutres, et mis de la chaux sur les murs extérieurs.

Les ouvriers ne s’attendaient visiblement pas à ce qu’on veuille travailler mais ils nous ont vite donné la possibilité de nous rendre utiles. L’accueil était, comme pour les autres groupes, très chaleureux. Les professeurs et parents du village venaient nous voir régulièrement pour prendre des nouvelles, savoir si on avait besoin de quelque chose, nous inviter à dîner… Une chose qui nous a marqué tous les huit est l’impression que les enfants étaient plus heureux de vivre que nous. Peut-être était-ce seulement le fait de nous voir qui les réjouissaient, mais leur bonheur était palpable. »

17


Impact & Perspectives

IMPACT A MADAGASCAR Le père Jean-Simon Ratsimbazafy sj. nous a expliqué qu’environ 45 % des enfants malgaches n’allaient pas à l’école. De plus selon l’échelle du développement humain mondial, Madagascar occupe le 145ème rang sur 185 pays en terme d’IDH, avec 92% de la population malgache vivant sous le seuil de pauvreté, soit avec moins de 2 dollars par jour, d’après la responsable de la Banque mondiale, Haleh Bridi (juillet 2013). Par ailleurs, l’instabilité politique et les émeutes qu’elle engendre ne permettent pas au pays de décider et suivre un plan de développement sur le long terme. Madagascar est donc un pays nécessitant de l’aide extérieure. C’est pourquoi les organisations comme « Madagascar : construction et partage » ont un rôle essentiel, non seulement pour que la population ne perde pas espoir mais surtout pour qu'elle recoive et déploie les moyens nécessaires au développement de ses projets, tout en étant bien accompagnée. Les projets qui sont concrétisés par cette organisation proviennent d’une demande de la population locale et ont été pensés par les villageois eux-mêmes, qui nous ont sollicités pour répondre à leur besoins. C’est pourquoi nous avons pu tous observer sur le terrain que les villageois étaient très investis dans les chantiers, qu’ils soient ouvriers ou non.

LA SCOLARISATION DANS LES VILLAGES Grâce à la construction et la réhabilitation de ces 4 écoles, environ 320 élèves, de maternelle ou de primaire, pourront profiter de ces bâtiments et être scolarisés proche de chez eux.

18


LE PARTAGE AVEC LES BENEVOLES FRANÇAIS REDONNE L’ESPOIR Interview avec le père responsable de notre voyage : le Père Jean Simon « Je suis le Père Jean Simon, Jésuite de Madagascar, responsable de Pastorale de la famille et de la santé au Centre Social Arrupe et directeur du Centre culturel jésuite à Fianarantsoa. Tout d’abord nous allons voir le contexte sociopolitique et économique à Madagascar, cela nous permet d’évaluer en quoi votre action a été bénéfique. C’est à partir de 2009 que Madagascar a traversé une crise économique considérable suite au mouvement populaire survenu en mars 2009. Depuis beaucoup d’entreprises sont fermées, ce qui conduit au chômage et à la forte paupérisation de la population : les familles s’appauvrissent et l’insécurité s’instaure. Depuis 4 ans, 45% seulement des enfants malgaches sont scolarisés, les familles ne peuvent plus satisfaire ces besoins, ces droits fondamentaux : droit à l’éducation, droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l’alimentation, l’habillement, le logement (art. 25-26 des droits de l’homme). L’analphabétisation et l’insécurité alimentaire se sont aggravées dans la Grande Ile. L’association « Madagascar, Construction et Partage » est bien arrivée au moment opportun car elle nous a permis de sauver beaucoup de vies et de soulager bien des souffrances. Votre contribution nous est d’une grande aide, par exemple votre projet du puits, l’alimentation en eau entraine une meilleure hygiène donc une meilleure santé. Celui-ci encourage les paysans à produire plus, donc faire des rendements alimentaires plus productifs. Je remercie particulièrement les donateurs de leur soutien. Je les encourage de continuer à nous soutenir, c’est vraiment très bénéfique pour nos enfants. Je peux témoigner que cela fait 10 ans que vous avez entrepris ce projet avec une quinzaine d’écoles construites, des puits etc… Cela rehausse le niveau de vie et la dignité des paysans de Madagascar 19


surtout dans la zone de votre intervention, au district missionnaire d’Adriampamaky, 50 km au Nord d’Antananarivo où les Jésuites contribuent beaucoup au développement rural. Je remercie les bénévoles de leur présence ici. Vous ne vous contentez pas de nous donner de l’argent mais vous êtes venus nous soutenir, nous encourager, être avec les enfants, les villageois en sont très reconnaissants et souhaitent que cela continue. Cette action est surtout bénéfique pour l’enfant malgache. Je fais appel aux donateurs qui, depuis 10 ans, nous aident à en sauver beaucoup, dans la mesure où plus d’enfants ont pu être scolarisés. Les infrastructures que nous avons construites pendant 10 ans (au moins une quinzaine d’écoles) permettent aux enfants pauvres de continuer leurs études comme il faut, avec le matériel nécessaire, des tables et bancs (achetés avec vos dons), d’avantage de salles de classe. De plus, la mise en place des bornes fontaines a permis aux villageois d’accéder à une eau potable et hygiénique. Dans notre vie jésuite, nous privilégions l’action préférentielle pour les pauvres et pour les autres. Cela coïncide bien aux devises de nos jeunes. Je me suis donc intégré dans ce groupe car il se rapporte au projet de la pastorale que l’on me confie actuellement. C’est une action préférentielle pour les pauvres, à la suite du Christ, et cela permet de rendre la dignité aux familles qui traversent des périodes difficiles. Pendant 10 ans j’ai accompagné les jeunes de Franklin et je peux témoigner que ce sont des jeunes formidables, consciencieux et responsables, qui jouent leur rôle en tant qu’être humain et Chrétien. Leur devise est vraiment louable : « des femmes, des hommes pour les autres ». Je tiens à remercier leurs parents, leurs familles. Je leur souhaite bonne continuation dans leurs études, leur première mission. Bonne réussite et merci beaucoup. Misaotra betsaka. »

Père Jean Simon Ratsimbazafy sj.

20


IMPACT EN FRANCE

« Le seul, le vrai, l'unique voyage, c'est de changer de regard. » Proust « Ces trois semaines à Madagascar n’ont pas seulement été bénéfiques aux malgaches, mais nous ont également beaucoup apporté à chacun. Le sourire permanent sur le visage de ces personnes largement défavorisées et leur accueil toujours chaleureux nous ont permis de revenir plein d’une joie de vivre à retransmettre à tous. Sans même le savoir, ils nous ont appris à être souriants et rayonnants même dans la difficulté. Grâce à leur confiance et par conséquent au travail que nous avons effectué sur les chantiers, nous avons également gagné en rigueur à la tâche, en essayant de répondre parfaitement aux demandes des directeurs de chantier. Et enfin, après avoir passé de nombreuses heures aux côtés des enfants, nous avons pris conscience de l’importance de l’éducation et de la scolarisation pour les enfants de tous âges, ainsi que de toutes les actions humanitaires réalisées pour les besoins de ces enfants, futurs acteurs de la société. »

Les bénévoles de la promo 2013

21


Merci ! Misaotra ! « Il serait ingrat de terminer ce rapport d’activité sans remercier nos donateurs, sans lesquels notre bonne volonté n’aurait pas pu aboutir à une action concrète. Grâce à votre aide financière généreuse, l’association a pu mettre en route quatre projets de construction ou de réhabilitation d’écoles, dont trois ont été menés sur place par les bénévoles durant trois semaines. Chaque nouveau projet marque une petite avancée pour Madagascar, où le manque d’infrastructures, notamment scolaires, représente un des freins au développement les plus conséquents. Par votre aide, vous permettez de créer de nouveaux emplois (d’ouvriers notamment) et vous nous permettez également, à nous bénévoles, de répandre l’espoir dans ces villages qui ont longtemps souffert de l’indifférence et de l’impuissance de leur Etat. Mais surtout, vous permettez à des générations d’enfants d’accéder à la connaissance, valeur essentielle dans toute société humaine. Lorsque nous discutions avec les adolescents, ils nous confiaient leurs rêves : ils avaient tous en tête de devenir médecin, avocat ou ingénieur. Et il apparaît très clair que seul un accès plus poussé à l’éducation peut leur permettre de répondre à leurs ambitions. De retour de Madagascar, nous revenons d’un autre monde, avec la certitude de l’utilité de notre action, mais surtout de l’utilité de votre financement. » Les bénévoles.

Les bénévoles, l’association MCP, et les enfants malgaches vous disent MERCI !

22


En Annexes :  Contacts  Historique  Bénévoles 2013

Contacts BUREAU DE L’ASSOCIATION JULIE DEHARENG PRESIDENTE

Tél : +33 6 37 13 50 84 mcpeducation@gmail.com

LAETITIA DE MAACK SECRETAIRE GENERALE

Tél : +336 64 52 76 70 mcpeducation@gmail.com

Adresse postale : Association Madagascar Construction et Partage c/o Laetitia de Maack 7 avenue de Saint Ouen 75017 Paris

23

FRANÇOIS-RENE DE FORTON REPRESENTANT DU GROUPE DE BENEVOLES

Tél : 0636509302 frdforton@gmail.com


Historique des chantiers précédents : Construction : intégrale ou agrandissement (étage, salles supplémentaires) Réhabilitation : rénovation totale (remise en service) ou partielle (salles, toit) Année scolaire 2003-2004:    

Laetitia de Maack et Julie Dehareng fondent l’Association, lancent et participent à la première mission. Construction d’une petite école dans le village d’Andoharano (région d’Ambositra) 14 bénévoles partis sur le terrain Coût de la mission* : 2.800€

Année scolaire 2006-2007: 

 

Construction de trois bornes fontaine, d’une canalisation d’eau potable et d’un potager dans le village d’Andoharano (région d’Ambositra) 8 bénévoles partis sur le terrain Coût de la mission* : 7.600€

Année scolaire 2007-2008:   

Réhabilitation d’une école et construction d’un terrain de basket dans le village de Maevatanana (région de Majunga) 8 bénévoles partis sur le terrain Coût de la mission* : 7.500€

Année scolaire 2008-2009:     

Réhabilitation de deux salles de classe et construction d'une aire de jeux pour école maternelle dans le village de Miandrivazo Réhabilitation de l’école du village d’Ambotovory et de l’école d’Andalantsoa à Camp Robin (région d’Ambositra) Construction de l’école d’Anjohy (région d’Andriampamaky) 15 bénévoles partis sur le terrain Coût de la mission* : 13.600€ 24


Année scolaire 2009-2010:      

Construction d’une école dans le village d’Ambohimanatrika (région d’Andriampamaky) Construction d’un terrain de basket dans le village Ankazondandy (région d’Andriampamaky) Construction d’un système d’adduction d’eau et réparation d’un puits dans le village d’Andranovelona (début du chantier) Construction de 5 lave-mains et 4 douches 20 bénévoles partis sur le terrain Coût de la mission* : 18.400€

Année scolaire 2010-2011:      

Réhabilitation d’une école dans le village d’Ambohitrandraina (région d’Andriampamaky) Réhabilitation d’une école dans le village d’Antaninandro (région d’Andriampamaky) Construction d’une école dans le village d’Ambohitra (région d’Andriampamaky) Construction d’une école dans le village d’Ambodivondroa (région d’Atsimotsena) 28 bénévoles partis sur le terrain Coût de la mission* : 11.700€

Année scolaire 2011-2012:      

Agrandissement de l’école primaire du village d’Andranovelon Construction d’une école dans le village de Nanjakana Construction d’une école dans le village d’Antananarivokely Construction d’un système d’adduction d’eau et réparation d’un puits dans le village d’Andranovelona (fin du chantier) 16 bénévoles partis sur le terrain Coût de la mission* : 17.000€

* Hors coût aérien (environ 1200€ par personne à ce jour) Inflation sur 10 ans à prendre en considération

25


BENEVOLES 2013 CLOTILDE BARON

ALEXANDRA HENEINE

GABRIELLE DE SAINT MARC

Tél : 0684934914

Tél : 0642065236

Tél : 0607509581

clotilde_baron@hotmail.fr

aheneine@hotmail.fr

gabrielledsm@hotmail.fr

MARGAUX FAURY

Tél : 0668451602 faury.margaux@hotmail.fr

ELOI MARQUET DE VASSELOT

DELPHINE DE LA BASTIDE

OLIVIA REULIER

Tél : 0760593287

Tél : 0699597894

del30lb@hotmail.fr

oreulier@yahoo.fr

CLAIRE DEROUVROY

ANNE-THAÏS DELPIT

Tél : 0684762790

Tél : 0670925587

Tél : 0662943111

eloimdv@gmail.com

claire.derouvroy@hotmail.fr

annethais.delpit@gmail.com

26


MARGUERITE LAPOINTE

AUGUSTIN JALENQUES DE LABEAU

RAPHAËLLE ROUVEYRE

Tél : 0645406908

Tél : 0786273660

marguerite.lapointe@hotmail.fr

augustindelabeau@gmail.com raphou33@orange.fr

LOUISE AOUSTIN

PHILIPPINE GAUTIER

Tél : 0669312633

FANNY DELILLE

Tél : 0624264343

Tél : 0647917060

Tél : 0672429542

louise.aoustin@orange.fr

philippinegautier@hotmail.fr

fannydelille@live.fr

SIXTINE MORIN

RAYMOND DE RIBAINS

HENRI DU PERIER

Tél : 0622474537

Tél : 0669145764

Tél : 0675677957

sixtine_morin@hotmail.fr

raymond.deribains@neuf.fr

hduperier@hotmail.fr

27


CLEMENCE HENRY

ACHILLE BEDIER

ALIX AULOTTE

Tél : 0633226934

Tél : 0677138322

Tél : 0660271970

clemence.henry@yahoo.fr

achillebedier@hotmail.fr

alix.aulotte@gmail.com

ASTRID LA CLAVIERE

Tél : 0611077481 astridlaclaviere@yahoo.fr

JOSEPH GAIDE

Tél : 0623553467 gaide.joseph@hotmail.com

AMAURY COMBES

Tél : 0675614842 amaurycombes@hotmail.fr

*Association Madagascar: Construction et Partage-bilan 2013*

28

Association Madagascar Construction et Partage  

Découvrez notre rapport d'activité 2013. Photos des constructions d'écoles, témoignages des bénévoles...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you