Issuu on Google+

BERNARD Julie

DOSSIER PROFESSIONEL « Professeur des écoles »

École primaire de Tartane, Martinique.

Lettres modernes – Année 2011/2012


Sommaire I. Curriculum vitae...............................................................................................3 II. Autobiographie................................................................................................4 III. Présentation du métier...................................................................................6 III.a) Les études et le concours de professorat des écoles.................................6 III.b) Le métier de professeur des écoles..........................................................7 IV. Lettre : demande d'entretien professionnel.......................................................9 V. Entretien avec un professeur des écoles..........................................................10 VI. Conférence du 9 novembre 2011 à l'UBS de Lorient........................................14 VII. Conclusion..................................................................................................16 VII.a) Bilan...................................................................................................16 VII.b) Projets................................................................................................16 VIII. Bibliographie et webographie......................................................................17

-2-


I. Curriculum vitae Mlle Julie Bernard Nationalité française Célibataire Née le 29/06/1993 à Vannes Permis B 27 rue Édouard Labbes 56100 Lorient 06.62.89.68.52 02.97.60.29.98 @ : bernard_julie@live.fr

Professeur des écoles Formation 2011-2012 Université de Bretagne-sud Licence 1 Lettres modernes 2008-2011 Lycée Charles de Gaulle, Vannes Bac littéraire section européenne mention assez bien ESOL Cambridge niveau B1 2004-2008 Collège Jean Moulin, Locminé Brevet des collèges mention très bien Obtention du PSC1 (premiers secours)

Expériences professionnelles Juin-Août 2011 Opératrice de fabrication, contrat de travail saisonnier Usine Le Ster, Locminé Janvier 2008 Stage de trois jours à l'école primaire publique de Locminé

Langues Anglais : intermédiaire Italien : intermédiaire Allemand : débutant

Compétences informatiques Obtention du B2i en 2008

Centres d'intérêts Théâtre : pratique de cet art pendant dix ans à la Compagnie des Masques (Bignan) Lecture : roman, théâtre, biographie, littérature jeunesse, ... Cinéma : comédie, drame, film en version originale, ... Spectacles : théâtre classique et moderne, musique française et étrangère, cirque, ... Voyages : Grande Bretagne, Allemagne, Autriche, Pologne, Martinique, Guadeloupe, Italie, Maroc.

-3-


II. Autobiographie La rencontre de certaines personnes est parfois décisive. Lors de ma rentrée en CM2, dernière classe de l'enseignement élémentaire, je n'avais pas la moindre idée de la profession que j'allais embrassée. Très rapidement, ma vision du monde enseignant a évolué. Cette professeure des écoles, fraîchement nommée, allait me communiquer sa passion. L'année scolaire a été tout simplement parfaite. Mes résultats scolaires étant satisfaisants et ma maturité suffisante, Madame Larmet m'a alors confié une mission d'aide à un élève en grosses difficultés. Ce contact m'a été particulièrement profitable. Il m'a énormément enrichi. J'ai ainsi pu tester, alors que je n'avais que dix ans, ma capacité d'écoute, de compréhension de l'autre et d'aide. Je le savais, je serai à mon tour enseignante. Le chemin s'avérait long mais j'espérais ma motivation inébranlable. Mon entrée en sixième et les quatre années qui ont suivi se sont déroulées sans la moindre anicroche. Diverses rencontres ont ponctué cette période, certaines à nouveau particulièrement positives. Pour n'en citer que quelques-unes, j'évoquerais mon professeur de latin qui, par son énergie et son amour pour sa matière, m'a convaincu que le domaine littéraire serait mien. Pour me conforter encore plus, je citerais cette professeure de français avec laquelle je partageais la passion du théâtre. Elle m'a fait comprendre qu'il y avait plusieurs chemins pour atteindre un même but, et qu'on pouvait transmettre des valeurs et des savoirs en s'éloignant parfois des méthodes traditionnelles. Cela permet d'ailleurs parfois de réconcilier certains élèves avec le système scolaire. Par ailleurs, en classe de troisième, il nous a été demandé d'effectuer un stage de trois jours dans le domaine de notre choix. Il va sans dire que j'ai opté pour le secteur éducatif. J'ai retrouvé mon école primaire avec certes une enseignante différente, mais qui, tout comme Madame Larmet, m'a montré le plaisir qu'on pouvait trouver dans cette profession, sans en omettre cependant les aspects plus fastidieux. Ces quatre années se sont soldées par une mention très bien au brevet des collèges mais aussi une certaine difficulté à tourner la page et une appréhension de l'avenir. En effet, alors que la majorité de mes amis allait poursuivre leurs études au lycée de Pontivy, j'avais décidé de choisir des options (italien et section européenne anglais) qui me dirigeaient vers Vannes. C'était donc seule que j'allais découvrir mon nouvel établissement et, alors que je ne le savais pas encore, faire à nouveau des rencontres décisives. Les enseignants doivent bien mesurer à quel point ils ont de -4-


l'influence sur leurs élèves. Ma professeure d'italien tout au long de ces années de lycée avait adopté une pédagogie personnalisée. Toujours à l'écoute de chacun d'entre nous, elle a su créer une réelle solidarité et une émulation au sein de notre petit groupe. En repensant aujourd'hui encore à ses cours, je revis des moments particulièrement riches en émotion. Lors de mon année de terminale, une autre rencontre allait se révéler très marquante. Dans cette classe, la découverte de la philosophie peut rapidement apparaître passionnante ou totalement ennuyeuse. La personnalité de l'enseignant et sa façon de traiter la matière sont déterminantes. Pour ma part, j'ai eu la chance de partager, chaque semaine, huit heures de cours avec un professeur unique. Il m'a prouvé qu'on pouvait aborder la philosophie d'abord de manière simple puis progresser jusqu'à en découvrir les notions les plus complexes. Ces trois années qui se sont écoulées très rapidement m'ont permis d'obtenir mon baccalauréat littéraire section européenne avec mention assez bien. Ma passion pour la profession d'enseignant était toujours intacte, c'est pourquoi il m'a été facile de choisir ma formation universitaire : une licence de lettres modernes suivi d'un master des métiers de l'enseignement et de la formation.

-5-


III. Présentation du métier

III.a) Les études et le concours de professorat des écoles Après l'obtention du baccalauréat, de préférence général, le futur professeur des écoles prépare une licence en trois ans. Il est conseillé, pour ce diplôme, de se spécialiser

dans

l'une

des

matières

enseignées

à

l'école

(ex :

lettres,

mathématiques, histoire, …). Ensuite, deux voies s'offrent à l'étudiant : soit une poursuite en master professionnel au sein même de certaines universités, soit l'intégration d'un IUFM (Institut Universitaire de Formation des Maîtres). Quelque soit la décision, débutent alors deux années intenses de préparation au CRPE (Concours de Recrutement de Professeur des Écoles). Ce concours se décompose en plusieurs types d'épreuves. Tout d'abord, les épreuves écrites d'admissibilité puis, les épreuves orales d'admission qui se déroulent selon les tableaux suivants :

Les épreuves écrites d'admissibilité Matières •

• • •

• •

Première partie

Seconde partie

Français, histoire, géographie et instruction civique et morale 4 heures sur 20 points Coefficient 3

• •

Sur 12 points Français : textes + questions d'orthographe, de grammaire et lexique

• •

Sur 8 points Histoire, géographie et instruction civique et morale

Mathématiques, sciences expérimentales et technologie 4 heures sur 20 points Coefficient 3

• •

Sur 12 points 2 ou 3 problèmes ou exercices de mathématiques

• •

Sur 8 points 2 ou 3 questions sur des problèmes scientifiques

-6-


Les épreuves orales d'admission Matières •

• • •

Première partie

Seconde partie

Mathématiques, sciences expérimentales et technologie 3 heures de préparation, sur 20 points Coefficient 3

• •

Sur 12 points Séquence enseignement en mathématiques

• •

Sur 8 points Musique, arts visuels (interrogation) ou éducation physique

Français et éthique et responsable 3 heures de préparation, 1 heure d'épreuve, sur 20 points Coefficient 3

• •

Sur 12 points Exposé sur une séquence d'enseignement en français + entretien

• •

Sur 8 points Exposé : 10 minutes Entretien : 10 minutes

Les heureux lauréats du concours deviennent alors professeurs stagiaires pendant un an et sont titularisés ensuite.

III.b) Le métier de professeur des écoles La fonction première du professeur des écoles est d'instruire les enfants de 2 à 11 ans, c'est à dire de l'école maternelle au cours moyen deuxième année. Le professeur des écoles est avant tout polyvalent et généraliste. Il intervient dans des matières aussi diverses que le français, les mathématiques, l'histoire, la géographie, les sciences, les langues vivantes, la musique, les arts plastiques, les activités manuelles et l'éducation physique. Le programme de chaque classe est défini par le ministère de l'éducation nationale. Cependant, l'enseignant dispose d'une certaine liberté pour organiser ses cours. L'emploi du temps demeure chargé puisqu'il se compose de 26 heures d'enseignement hebdomadaire, sans oublier le temps de préparation de cours et de correction de devoir qui se révèle parfois très important surtout lors des premières années de pratique. Si l'on se réfère aux 26 heures de face à face pédagogique, on se rend compte que les enfants passent pratiquement autant de temps avec leurs « maîtres » ou « maîtresses » qu'avec leurs parents. De ce fait, il est indispensable qu'un climat de confiance s'instaure. Par ailleurs, l'enseignant aura aussi pour mission de socialiser l'enfant et de détecter chez lui d'éventuelles difficultés d'apprentissage certes, mais aussi de comportement. -7-


Selon les écoles, chaque professeur a la responsabilité d'une classe de 20 à 30 élèves en moyenne. Mais il arrive que certaines classes soient à double niveau et parfois même en zone rurale à multiples niveaux. De nombreuses qualités sont indispensables à cette profession. Il faut être autonome, à l'écoute, dynamique, attentif, pédagogue, créatif, courageux, ... Il faut savoir sans cesse capter l'attention des enfants, les intéresser par des méthodes variées, ludiques et toujours renouvelées, tout en restant bien sûr dans les limites de l'enseignement à dispenser. Une fois le concours obtenu, le jeune enseignant se voit octroyer un poste dans l'académie dans laquelle il a réussi. Il sera stagiaire pendant un an, puis titulaire mais avec deux années « protégées » pendant lesquelles certaines classes plus difficiles ne peuvent pas lui être confiées (exemple : CP, CM2 et classe multiniveaux). La rémunération d'un stagiaire est, en 2011, de 1584€ mensuel net. Elle évolue ensuite en fonction de l’ancienneté et des activités annexes (direction, enseignement spécialisé, lieux de travail, …). Comme dans bon nombre de métiers, il y a des perspectives d'évolution de carrière. Ainsi, de professeur des écoles, on peut devenir directeur d'école, maître formateur, inspecteur, …

-8-


IV. Lettre : demande d'entretien professionnel

Melle Julie BERNARD

Mme Anne-Soazig LARMET

27 rue Edouard Labbes

41 Lotissement Los Braz

56100 Lorient

56250 Monterblanc

Lorient, le 15 octobre 2011 Objet : Demande d'entretien professionnel. Madame, Je suis étudiante en L1 Lettres modernes à l'UBS de Lorient. Dès la deuxième année, j'envisage de m'orienter vers le parcours professorat des écoles. Mes souvenirs scolaires d'enfance et la passion pour cette profession m'ont amenée à vous contacter. Je souhaiterais donc vous rencontrer afin que vous me permettiez de partager votre expérience enrichissante. Cet entretien peut se dérouler selon votre choix, dans votre classe ou dans un lieu neutre. Je me permettrais de vous contacter par téléphone d'ici dix jours afin de savoir si vous êtes d'accord pour que cette rencontre ait lieu et si, comme je l'espère votre réponse est positive, je me rendrai disponible au moment qui vous convient. Je vous prie d'agréer, Madame, l'expression de mes salutations les plus respectueuses. Julie Bernard

-9-


V. Entretien avec un professeur des écoles J'ai rencontré Madame Larmet, professeure des écoles à Pluvigner, le samedi 19 novembre 2011. Elle a eu l'extrême gentillesse de me consacrer son après-midi afin de m'expliquer en détails son parcours et de me faire part de sa vision du métier. Après son baccalauréat scientifique, elle a obtenu une licence de biochimie. Elle est ensuite devenue aide éducatrice dans une école primaire pendant quatre ans et c'est pendant cette période, qu'elle a préparé le concours de professeur des écoles. Elle a eu sa première affectation à l'école Annick Pizigot de Locminé dans une classe de CM2. Cette année a été fort motivante, malgré quelques élèves en grosses difficultés. Mais aidée dans sa progression, tant par des élèves demandeurs que des parents volontaires et une équipe pédagogique soudée, le bilan de cette première année a été très positif. La deuxième année s'est avérée plus difficile dans une école vannetaise (Kerniol), du fait de l'hétérogénéité des élèves répartis en quatre niveaux du CE1 au CM2. Le rapport de l'inspection au bout de cette deuxième année a été néanmoins favorable. Depuis, Madame Larmet intervient en moyenne section à l'école Joseph Rollo de Pluvigner. Elle m'a ensuite expliqué le déroulement d'une journée type dans cette classe. Le voici détaillé dans le tableau de la page suivante :

- 10 -


Activités

Durée

Accueil des enfants accompagnés de leurs parents

10 minutes

Regroupement : mise au calme avant de démarrer les activités, 15 minutes recherche de la date et contrôle de présence des élèves, par les élèves. Le but étant d'atteindre une autonomie dans ces activités à la fin de l'année scolaire. M A T I N

Présentation des quatre ateliers de la matinée : 40 minutes • Un en autonomie, thème déjà vu avec les élèves • Un semi-dirigé : la professeure passe de temps en temps voir comment se déroule l'atelier • Un avec la professeure • Un avec l'aide présente en classe (souvent art ou activités ludiques) Atelier de langue : la professeure donne un thème et les élèves 40 minutes doivent s'exprimer. Le langage étant une acquisition importante à ce niveau. Ce travail se fait en petits groupes, quand les enfants n'y participent pas, ils sont à un « atelier calme ». Récréation

30 minutes

Sport : agir et s'exprimer avec son corps

45 minutes

Pause du midi Deux fois par semaine, la professeure de moyenne section va 45 minutes enseigner l'anglais au CM1 de l'école. Pendant ce temps, ses élèves sont en temps calme avec la maîtresse de petite section : sieste, écoute musicale ou écoute d'histoires. A P R E S M I D I

Ateliers autonomes : peinture, pâte à modeler, …

45 minutes

Mise au point de la journée, les élèves et la professeure parlent des 15 minutes points positifs et négatifs ressentis lors des différents moments de la journée. Récréation

30 minutes

La fin de la journée d'école est différente suivant les jours. 30 minutes Lundi : phonologie (comptines, alpha, ...) Mardi : chants Jeudi : jeux de sonorité Vendredi : les CM1 viennent lire une histoire à la classe de moyenne section. Par la suite, il y a un débat entre eux. Mise au calme en attendant l'arrivée des parents. Le silence est 5 minutes alors obligatoire.

- 11 -


Cette journée détaillée m'a tout à fait convaincu dans mon choix, mais j'ai cependant tenu à savoir si cette profession était réellement aussi idyllique qu'on venait de me l'exposer. Afin de ne rien me cacher, Madame Larmet a aussi évoqué quelques inconvénients. Elle a particulièrement insisté sur le fait qu'en début de carrière, la vie privée est totalement mise entre parenthèse et que la quantité de travail à effectuer est très importante. Cependant, selon elle, les avantages l'emportent sur les inconvénients. Elle considère d'ailleurs plus sa profession comme une « passion » que comme un « travail ». Certes, les progressions sont imposées mais le choix des supports pédagogiques offre une réelle liberté. Il est vrai que deux à trois heures de travail quotidien en plus de la journée de classe, ainsi qu'une partie de week-end ne sont pas négligeables. Mais corrections de cahiers et préparation de nouvelles activités sont aussi une part enrichissante de la profession. Par ailleurs, même si les dates de vacances sont imposées, ne soyons pas hypocrites, il est toujours appréciable, même lorsqu'on est passionné par son activité, de prendre du temps pour soi, pour s'évader afin de revenir rempli d'énergie à la rentrée suivante. De plus, le métier de professeur des écoles ne se limite pas au face à face avec les enfants et aux préparations et corrections. Les projets pédagogiques sont aussi une part importante de l'activité du « maître ». Ainsi, Madame Larmet a évoqué plusieurs projets mis en place par elle dans différentes écoles : •

Une semaine à Belle-île avec des CM2

Une rencontre avec des auteurs de littérature jeunesse lors de la semaine du Golfe, suivie d'une exposition des œuvres des élèves de moyenne section.

Un travail annuel sur un thème choisi par l'ensemble de l'école (Pluvigner). Exemple de thèmes : les astres, les quatre éléments, et cette année le recyclage. Cette activité permet d'impliquer différemment les élèves, de trouver pour

certains une nouvelle motivation. Il nécessite chez l'enseignant une quantité de travail importante, de la créativité, de l'innovation, mais la récompense se lit au final sur le visage des élèves, fiers de ce qu'ils ont créé et fiers de le partager. Bien que particulièrement épanouie dans sa profession, Madame Larmet envisage une évolution de sa carrière d'ici quelques années. Elle souhaiterait en effet devenir maître formateur afin de transmettre sa passion à de futurs professeurs des écoles. - 12 -


De plus, tous les niveaux sont enrichissants, elle préfère cependant les classes de moyenne section et de CE1, estimant qu'à ces âges, les enfants ont de nombreuses attentes et encore plein de choses à découvrir. Elle confie sans hésiter que si c'était à refaire elle choisirait la même voie. Cette rencontre m'a vraiment confortée dans mon choix et n'a fait qu'accroître mon désir de devenir à mon tour professeure des écoles. Le chemin est long, la profession n'est pas simple au quotidien mais elle me passionne. Je me donnerai donc tous les moyens pour atteindre ce rêve.

- 13 -


VI. Conférence du 9 novembre 2011 à l'UBS de Lorient Après nous avoir exposé leurs parcours scolaires et universitaires, deux professeures des écoles, anciennes étudiantes de l'UBS, nous ont présenté la formation à suivre ainsi que le concours et nous ont prodigué de précieux conseils. La formation débute réellement dès l'année de L2 et il est préférable de choisir dès lors, le plus d'options possibles liées au métier (mathématiques, sciences, …) et de faire des stages, bien que facultatifs, en veillant à varier le plus possible le niveau des classes choisies. Aucune matière n'est à négliger, elles ont entre autre insisté sur le niveau d'anglais et d'informatique. Elles ont aussi rappelé que, en PE1, le nombre d'heures de cours augmente considérablement, de même que le travail personnel. Elles ont ensuite consacré un long moment à l'explication du concours de professorat des écoles, en insistant régulièrement sur le fait de ne surtout pas se démoraliser quoiqu'il arrive. L'investissement personnel important des années précédentes ne nous autorise pas à baisser les bras à la moindre difficulté lors de la dernière ligne droite. Elles nous ont également conseillé de bien apprendre à gérer notre temps lors des différentes épreuves car chaque minute compte. De plus, elles nous ont mis en garde contre les jurys des épreuves orales qui, de part leur attitude et leurs remarques pas toujours agréables, peuvent facilement déstabiliser un candidat. Il est primordial de ne pas craquer, tout au moins face au jury. Après avoir détaillé les différentes épreuves au concours, en ponctuant leurs récits d'anecdotes personnelles, elles ont mis l'accent sur les stages obligatoires et le choix pertinent des lieux de stages. Ensuite, elles nous ont expliqué les deux premières années en tant que stagiaire puis titulaire. Elles nous ont rassurés en nous expliquant qu'un maître formateur-tuteur nous épaule lors de l'année de stage. Il y a aussi des visites de conseillers pédagogiques et d'un inspecteur. Par ailleurs, une fois titulaire les deux premières années sont « protégées » à savoir que théoriquement, le jeune professeur ne se voit pas attribuer de classes de CP, de CM2, ni de classes multi-niveaux. D'autre part, elles ont insisté sur l'énergie indispensable que doit fournir l'enseignant, moteur de la classe. Il faut donc aussi apprendre à se protéger et à se reposer. Il est aussi indéniable que les cours de la première année ne seront pas parfaits mais ils serviront de base et seront améliorés pour les années suivantes. Il faut cependant garder à l'esprit qu'au-delà de ces deux années protégées, le jeune professeur pourra se voir attribuer un poste plus difficile, - 14 -


parfois plusieurs postes à temps partiels sur différentes écoles. Mais l'enthousiasme et la franchise de ces deux intervenantes m'ont confortée dans mon choix. J'ai bien pris conscience de la quantité de travail à fournir dans les années à venir. Mais la motivation sans faille et l'amour du métier devraient m'aider à atteindre cet objectif.

- 15 -


VII. Conclusion VII.a) Bilan Ce premier semestre à l'UBS m'a permis d'effectuer des recherches plus approfondies sur le métier de professeur des écoles. Les rencontres constructives de ces derniers mois et les renseignements obtenus m'ont encouragée à poursuivre dans la voie que j'avais choisie. Grâce au travail pour ce dossier, je suis désormais parfaitement informée de la réalité de la profession et ma motivation n'en est que plus renforcée.

VII.b) Projets À court terme, j'envisage dès cette première année universitaire d'effectuer des stages en école, entre autre dans l'établissement de Madame Larmet, professeure que j'ai rencontrée pour mon entretien. De plus, dès l'année prochaine, en L2, je me dirigerai bien évidemment vers le parcours de professeur des écoles. Cette nouvelle étape me permettra d'aborder encore mieux la réalité de ce métier et j'attends avec impatience ces cours plus professionnalisés.

Mon objectif pour les années suivantes, est d'obtenir ma licence afin de m'inscrire en master et d'envisager sérieusement la préparation du CRPE. Suite aux résultats de ce concours, j'espère devenir professeure stagiaire et transmettre mon savoir aux enfants.

À plus long terme, j'aurai de nouveaux objectifs à atteindre. Je souhaiterais passer une ou plusieurs années scolaires dans une école antillaise, ce qui justifie la présence de la photo de l'école publique de Tartane (Martinique) en couverture de ce dossier. Par ailleurs, de retour en métropole, j'envisagerai peut-être de me spécialiser pour intervenir en CLIS (CLasse d'Intégration Scolaire) pour des enfants en situation de handicap.

- 16 -


VIII. Bibliographie et webographie •

Ministère de l'éducation nationale, Qu'apprend-on à l'école maternelle ?, Paris : XO éditions, 2009, 77 p.

BERNARD, S., CARILLION, V., MARTINEZ, C., CRPE annales corrigées, Hautde-Seine : Studyrama, 2011, 207 p.

SELDIN, Tim, Éveiller, épanouir, encourager son enfant : la pédagogie

Montessori à la maison, Paris : Nathan, 2010, 191 p. •

Ministère de l'éducation nationale, Bulletin officiel (hors série), n°3, Paris : 19 juin 2008, 39 p.

Ministère de l'éducation nationale, Professeurs des écoles, disponible sur <http://www.education.gouv.fr/cid1052/professeur-des-ecoles.html>, (consulté le 29 octobre 2011)

Supports pédagogiques fournis par Madame Larmet

- 17 -


Dossier professionnel