Page 1

Dictionnaire curieux de la

Normandie

nçon - Amfreville-sous-les-Monts - Andé - Arques-la-Bataille - Aube - Avranches - Baie des Veys - Balleroy - Barentin - Barfleur - Baven umont-en-Auge - Bernay - Bois-Guilbert - Bures-en-Bray - Cabourg - Caen - Carrouges - Chamblac - Chausey - Cherbourg - Conches mville - Deauville - Dieppe - Domfront - Douvres-la-Délivrande - Ecouis - Elbeuf - Equemauville - Ermenouville - Etretat - Evreux vaques - Gacé - Gaillon - Genêts - Gisors - Granville - Gratot - Guernesey - Honfleur - Houlbec-Cocherel - Houlgate - Isigny - Jumièges s-Andaine - La Hague - Le Havre - Le Marais Vernier - Le Neubourg - Le Vieil-Evreux - Le Tréport - Lillebonne - Lisieux - Lyons-la-Forêt Bray - Ménil-Gondouin - Miromesnil - Mortagne-au-Perche - Muchedent - Neufmarché - Omonville-la-Petite - Passais-la-Conception - Petit u - Pont-de-l’Arche - Quillebeuf - Radepont - Ranville - Regnéville-sur-Mer - Rouen - Ry - Saint-Céneri-le-Gérei - Saint-Germain-de-Li en-sur-Iton -Saint-Pierre-sur-Dives - Saint-Sauveur-le-Vicomte - Saint-Vaast-la-Hougue - Sainte-Adresse - Sassetot-le-Mauconduit - Sot - Soumont-Saint-Quentin - Tourlaville - Trouville-sur-Mer - Urville-Nacqueville - Valognes - Val-Richer - Varengeville - Veules-l equier - Vimoutiers - Yport - Alençon - Amfreville-sous-les-Monts - Andé - Arques-la-Bataille - Aube - Avranches - Baie des Veys entin - Barfleur - Bavent - Bayeux - Beaumont-en-Auge - Bernay - Bois-Guilbert - Bures-en-Bray - Cabourg - Caen - Carrouges - Chamblac rbourg - Conches - Cuverville - Damville - Deauville - Dieppe - Domfront - Douvres-la-Délivrande - Ecouis - Elbeuf - Equemauville - Erm tat - Evreux - Fécamp - Fervaques - Gacé - Gaillon - Genêts - Gisors - Granville - Gratot - Guernesey - Honfleur - Houlbec-Cocherel ny - Jumièges - Juvigny-sous-Andaine - La Hague - Le Havre - Le Marais Vernier - Le Neubourg - Le Vieil-Evreux - Le Tréport - Lillebonn ns-la-Forêt - Mesnières-en-Bray - Ménil-Gondouin - Miromesnil - Mortagne-au-Perche - Muchedent - Neufmarché - Omonville-la-Petit Conception - Petit-Couronne - Pirou - Pont-de-l’Arche - Quillebeuf - Radepont - Ranville - Regnéville-sur-Mer - Rouen - Ry - Saint-Céne 19 t-Germain-de-Livet - Saint-Ouen-sur-Iton -Saint-Pierre-sur-Dives - Saint-Sauveur-le-Vicomte - Saint-Vaast-la-Hougue - Sainte-Adresse - S uconduit - Sotteville-sur-Mer - Soumont-Saint-Quentin - Tourlaville - Trouville-sur-Mer - Urville-Nacqueville - Valognes - Val-Richer - Va les-les-Roses - Villequier - Vimoutiers - Yport -Alençon - Amfreville-sous-les-Monts - Andé - Arques-la-Bataille - Aube - Avranches


20


B

Alençon - Amfreville-sous-les-Monts - Andé - Arques-la-Bataille - Aube - Avranches - Baie des Veys - Balleroy - Barentin - Barfleur Bavent - Bayeux - Beaumont-en-Auge - Bernay - Bois-Guilbert - Bures-en-Bray - Cabourg - Caen - Carrouges - Chamblac - Cherbourg Conches - Cuverville - Damville - Deauville - Dieppe - Domfront - Douvres-la-Délivrande - Ecouis - Elbeuf - Equemauville - Ermenouville Etretat - Evreux - Fécamp - Fervaques - Gacé - Gaillon - Genêts - Gisors - Granville - Gratot - Guernesey - Honfleur - Houlbec-Cocherel Houlgate - Îles Chausey - Isigny - Jumièges - Juvigny-sous-Andaine - La Hague - Le Havre - Le Marais Vernier - Le Neubourg - Le VieilEvreux - Le Tréport - Lillebonne - Lisieux - Lyons-la-Forêt - Mesnières-en-Bray - Ménil-Gondouin - Miromesnil - Mortagne-au-Perche Muchedent - Neufmarché - Omonville-la-Petite - Passais-la-Conception - Petit-Couronne - Pirou - Pont-de-l’Arche - Quillebeuf Radepont - Ranville - Regnéville-sur-Mer - Rouen - Ry - Saint-Céneri-le-Gérei - Saint-Germain-de-Livet - Saint-Ouen-sur-Iton SaintPierre-sur-Dives - Saint-Sauveur-le-Vicomte - Saint-Vaast-la-Hougue - Sainte-Adresse - Sassetot-le-Mauconduit - Sotteville-sur-Mer Soumont-Saint-Quentin - Tourlaville - Trouville-sur-Mer - Urville-Nacqueville - Valognes - Val-Richer - Varengeville - Veules-les-Roses Villequier - Vimoutiers - Yport - Alençon - Amfreville-sous-les-Monts - Andé - Arques-la-Bataille - Aube - Avranches - Baie des Veys Balleroy - Barentin - Barfleur - Bavent - Bayeux - Beaumont-en-Auge - Bernay - Bois-Guilbert - Bures-en-Bray - Cabourg - Caen Carrouges - Chamblac - Cherbourg - Conches - Cuverville - Damville - Deauville - Dieppe - Domfront - Douvres-la-Délivrande - Ecouis Elbeuf - Equemauville - Ermenouville - Etretat - Evreux - Fécamp - Fervaques - Gacé - Gaillon - Genêts - Gisors - Granville - Gratot Guernesey - Honfleur - Houlbec-Cocherel - Houlgate - Îles Chausey - Isigny - Jumièges - Juvigny-sous-Andaine - La Hague - Le Havre Le Marais Vernier - Le Neubourg - Le Vieil-Evreux - Le Tréport - Lillebonne - Lisieux - Lyons-la-Forêt - Mesnières-en-Bray - MénilGondouin - Miromesnil - Mortagne-au-Perche - Muchedent - Neufmarché - Omonville-la-Petite - Passais-la-Conception - Petit-Couronne 1 21 Pirou - Pont-de-l’Arche - Quillebeuf - Radepont - Ranville - Regnéville-sur-Mer - Rouen - Ry - Saint-Céneri-le-Gérei - Saint-Germainde-Livet - Saint-Ouen-sur-Iton - Saint-Pierre-sur-Dives - Saint-Sauveur-le-Vicomte - Saint-Vaast-la-Hougue - Sainte-Adresse - Sassetot-


22


23


Baie des Veys - Manche « Quoi de plus étrangement beau que la baie des Veys, à la hanche droite du Cotentin. À marée basse, un désert de sable et à marée haute, l’eau à perte de vue ». Ainsi parle Gilles Perrault de cet estuaire où les eaux de la Vire, de l’Aure, de la Taute et de la Douve ainsi que de nombreux ruisseaux du Plain viennent se déverser dans la Manche. Cette zone humide (difficilement franchissable) a été hélas trop aménagée au xixe siècle avec un endiguement en fond de baie qui a rogné près de 2 000 hectares de terre sur la mer et permis la formation de polders sur les communes des Veys et Brévands. Toutefois, cette baie qui s’étend encore sur 13 000 hectares - dont 3 400 hectares marins - présente toujours beaucoup d’intérêt géologique (avec toutes les formes de sédimentation) et la faune y est très riche avec de nombreux oiseaux qui font escale lors de leur migration ou qui y passent l’hiver comme les pluviers, courlis, huîtriers-pie, bécasses et chevaliers. Des promenades fluviales sur les marais de la Douve sont possibles à partir de Saint-Côme-du-Mont (près de Carentan).

Balleroy - Calvados Jean de Choisy était un modeste gentilhomme, fils d’un marchand de vin attaché à l’approvisionnement de la cour d’Henri IV. Mais par le plus grand des hasards, il se lia avec un marquis qui vivait, avec faste, dans un superbe château Renaissance proche de Mortrée. Ce marquis était le fils de François d’O qui avait été le surintendant des finances d’Henri III et le gouverneur de Paris. Un jour où Jean de Choisy et le marquis d’O jouaient aux échecs, le premier se laissa donner mat… et le second décela une belle habileté dans ce geste subtil. Jean de Choisy devint ainsi le conseiller du marquis d’O - et fit fortune. Balleroy par Vincent M

24


25


26


Et c’est le Jean de Choisy suivant, devenu conseiller d’État et chancelier de Gaston d’Orléans, frère de Louis XIII, qui fit construire Balleroy sur la terre de Baleré. Un château de pure architecture Louis XIII, dont les plans sont attribués à un François Mansart encore bien jeune, et des jardins dessinés par Le Nôtre. Le bâtisseur de Balleroy aura deux fils. L’aîné mourra assez jeune et sans enfant, de quoi faire du cadet - qui était devenu abbé - le nouveau maître des lieux. Toutefois, cet abbé de Choisy fera jaser toute la cour par ses manières et ses tenues très efféminées avant de devoir quitter Paris. Ainsi écarté, il se lancera (avec une belle réussite) dans la diplomatie, après avoir vendu Balleroy. En plus de cette superbe demeure, on peut découvrir à Balleroy le musée du Ballon que nous devons à Malcom S. Forbes, ce milliardaire américain et aérostier célèbre qui avait acheté le château en 1970. Il a réuni ici des documents uniques sur les vols en ballons ainsi que le ballon à bord duquel il avait traversé les États-Unis en 1973.

Barentin - Seine Maritime Député-maire de Barentin entre 1945 et 1974, André Marie, amateur d’art, a voulu installer un « musée dans la ville » avec des statues érigées ici et là. « La ville aux cent statues » en compte en réalité cent soixante avec notamment une Jeanne d’Arc de Bourdelle, un Homme qui marche de Rodin et dans le jardin public des œuvres animalières de grande qualité comme le Taureau de Janniot ou L’Aigle de Lebourgeois. Paradoxalement, la statue qui est devenue la plus célèbre de Barentin est une réplique de la statue de la Liberté de Bartoldi. Haute de 13,5 mètres, elle a été réaBarfleur (Philippe Lebresne)

lisée, en polyester, pour le film Le Cerveau et elle a été offerte à la ville par Gérard Oury.

Barfleur - Manche Une petite flottille de bateaux accrochée au quai et quelques embarcations de guingois à marée basse : difficile d’imaginer que Barfleur fut sous Guillaume le Conquérant le premier havre normand et que sa population est montée, à cette époque, à près de 9 000 habitants. D’ailleurs la Mora, le navire qui transporta le duc de Normandie de l’autre côté de la Manche, lors de la conquête de l’Angleterre, a été construite ici et le pilote de ce bateau était un Barfleurais, Étienne, fils d’Airad. Mais il faut savoir aussi que les deux fils d’Henri 1er Beauclerc (descendant direct du Conquérant) ont péri dans le naufrage de la Blanche Nef venue s’empaler dans les rochers à la sortie du port ! La mer qui ronge cette côte a changé le cours de l’histoire de Barfleur puisque le port le plus ancien et la riche cité médiévale furent engloutis. Ainsi Barfleur est devenue aujourd’hui la plus petite commune de la Manche avec moins de cent hectares de terres ; le bourg-village ne compte que sept cents âmes. Derrière une église trapue qui semble braver la mer, les maisons en beau granit gris, couvertes d’un schiste qui s’irise de teintes nacrées sous le soleil - sont sagement rangées le long du quai et de la rue centrale. C’est au numéro 96 de la rue Saint Nicolas qu’a habité, de 1932 à 1935, le peintre Paul Signac. Il trouvait cette mer si proche très belle (il adorait les parties de pêche) et appréciait aussi bien la violence des vents balayant l’endroit que la douceur du climat à l’abri des murs de pierre. Le théoricien de la Statue de Gustave Flaubert réalisée par Léopold Bernstam (Ville de Barentin)

27


division chromatique a joué avec la subtile harmonie de bleus et de gris qui baigne ce bout de monde et saisi aussi le quotidien des pêcheurs. Au centre d’une de ses toiles, exposé aujourd’hui au musée Thomas-Henry de Cherbourg, se dresse le phare de Gatteville, cette grande sentinelle de la Manche qui, chaque nuit, prend Barfleur dans son faisceau protecteur.

Bavent - Calvados Avec cette argile riche qui donne une belle coloration aux pièces en terre cuite, Bavent est un « pays » de potiers. Au milieu du xixe siècle, la principale poterie des lieux se lança dans les épis de faîtage, très vite en vogue sur les côtes normandes en plein développement. Les épis de faîtage étaient apparus quelques siècles plus tôt. Alors réalisés en plomb, ils avaient pris place sur les toits comme des signes de ralliement ou des traits d’union entre le ciel et les maisons. La terre vernissée prit peu à peu le relais, puis la céramique émaillée, polychrome, autorisa de multiples fantaisies avec notamment la création de savantes superpositions et l’apparition d’un incroyable bestiaire d’animaux fantastiques. De quoi faire le bonheur des « artisans du ciel » installés au Mesnil de Bavent. Mais la Seconde Guerre mondiale et les combats du débarquement faillirent être fatales à la poterie dont la production ne devait reprendre qu’en 1950. Plus tard, grâce à l’obstination de Martine Kay-Mouat et de sa fille Dominique, la tradition de la fabrication des épis de faîtage et des décorations de toitures a été maintenue, et dans le beau manoir de la poterie comme dans le parc qui l’entoure, sont aujourd’hui exposés des pots et vases de jardins, des pièces pour la table et la décoration intérieure. Et toujours des animaux, toutes sortes d’animaux ! Bavent (cdt14)

28


29


Beaumont-en-Auge (CDT14)

Bayeux - Calvados La tapisserie parfois dite « de la reine Mathilde » et la cathédrale : voilà de quoi attirer de nombreux touristes à Bayeux. Mais la capitale du Bessin est aussi une ville d’art avec son centre ancien où les maisons médiévales à pans de bois côtoient les hôtels particuliers des xvie, xviie et xviiie siècles. Autant de témoignages de la prospérité d’une cité à la fois centre religieux, administratif et commerçant, grâce notamment à sa dentelle réputée et plus tard à ses porcelaines avec le célèbre décor « à la marguerite ». Un circuit du Vieux Bayeux en 21 étapes, qui prend parfois des allures de labyrinthe par des ruelles étroites, nous permet de découvrir le grand hôtel d’Argouges, résidence urbaine d’une noble famille normande au sortir de la guerre de Cent Ans, la maison d’Adam et Eve qui abrite l’atelier-conservatoire de la Dentelle et les petits manoirs (à tour) à la rue de la Maîtrise et de la rue Franche. Les époques défilent sur les façades et

30

dans les cours avec les imposantes demeures Louis XIII et les élégants hôtels de style Louis-XV et Louis XVI comme l’Hôtel de Castilly ou l’Hôtel de la Tour du Pin. Et, miracle, tout cela a été totalement épargné par la guerre alors que le débarquement de juin 1944 s’est produit sur les plages voisines à une quinzaine de kilomètres. De quoi faire de Bayeux, la première ville libérée… et sauvegardée !

Beaumont-en-Auge - Calvados Sur la place du balcon augeron de Beaumont-enAuge (juste derrière Deauville) une plaque sur une façade rappelle que Pierre Simon de Laplace, né en 1749, est bien l’illustre personnage du pays : « Sous un modeste toit, ici, naquit Laplace, lui qui sut de Newton agrandir de compas et s’ouvrant un sillon dans le champ de l’espace y fit encore un nouveau pas ». Remarqué pour son intelligence, le jeune homme


fréquente d’abord le collège royal de Beaumont avant de partir pour Caen où, aux études ecclésiastiques, il préféra rapidement les mathématiques. Reçu à l’Académie des sciences à vingt-quatre ans, il devint l’un des maîtres de l’astronomie mathématique, publiant notamment son célèbre traité Mécanique céleste. Quand notre homme se lança dans la politique, il fut cependant moins heureux… puisqu’il n’occupa que durant deux mois un poste de ministre de l’Intérieur ; Napoléon ayant estimé que son génial géomètre était un administrateur des plus médiocres. Aujourd’hui, clin d’œil du temps, dans sa boutique « Après la pluie », un antiquaire spécialisé dans les objets curieux, Dominique Stora jongle avec des miroirs pour fabriquer des kaléidoscopes, ces joujoux scientifiques… qui auraient sans doute beaucoup amusé l’illustre Laplace

Bernay - Eure Ayant échappé aux bombardements de la Seconde Guerre mondiale (en raison d’un brouillard providentiel), Bernay peut aujourd’hui compter sur un précieux patrimoine. D’abord son abbaye romane du xie siècle, l’une des plus anciennes de Normandie, avec une élévation impressionnante et un magnifique mariage entre la pierre et la lumière, et aussi son église SainteCroix qui possède un riche mobilier provenant de l’abbaye du Bec-Hellouin. Ensuite ses maisons de pans de bois (près de 300) avec parfois d’étonnants ornements architecturaux qui se découvrent au fil des rues, notamment rue Thiers et rue Folloppe. Et puis comme Bernay - « passage sur l’eau » selon l’étymologie - est situé au confluent de la Charentonne et du Cosnier, deux rivières qui firent sa prospérité industrielle et artisanale, la cité est aussi riche en moulins à eau, abreuvoirs, en gués et en lavoirs. Jadis, un dicton affirmait : « Si tu veux tout savoir, va au lavoir ». La dernière lavandière de Bernay a jeté ses brosses en 1975 ! Abbatiale de Bernay (Ville de Bernay)

31


Bois-Guilbert - Seine-Maritime Dans le grand parc qui entoure son château, le sculpteur Jean-Marc de Pas crée, depuis 1985, un espace de poésie, un jardin symbolique qui se veut un hymne à la vie et à la nature… avec des arbres historiques et des sculptures (soixante-dix) qui jalonnent une promenade qui s’étend sur près de sept hectares. Une fantastique galerie à ciel ouvert où les séquoias encadrent une rose des vents, où un couple d’amants surgit au coin de l’allée des Tilleuls, où la mare est surveillée par ses “gardiens”. L’entrée du château - qui accueille régulièrement des expositions - est gardée par un musicien qui semble chanter l’époque où Corneille a fait halte ici avant d’aller jouer sa première pièce de théâtre devant Louis XIII et Anne d’Autriche qui prenaient les eaux à Forges !

Bures-en-Bray - Seine-Maritime Le Manoir de Tourpes a subi du temps bien des outrages, mais les randonneurs qui fréquentent les chemins de campagne proches de Bures-en-Bray peuvent encore distinguer les formes en U de son logis et

32

de ses dépendances, flanquées de deux tourelles. Ici, nous rêvons volontiers à la belle Gabrielle d’Estrée, la plus célèbre des maîtresses d’Henri IV. En effet, le Manoir de Tourpes - qui a appartenu à sa famille et où elle serait même née en 1572 ou 1573 - était l’un des « nids d’amour » du roi et de la courtisane. Les historiens locaux, à commencer par l’abbé Decorde, curé de Bures-en-Bray, nous apprennent bien des choses sur les rendez-vous amoureux du Vert Galant : « Henri venait à Tourpes la nuit et il avait l’habitude de se déguiser en marchand de bœufs, mais toujours sur une bonne monture et bien armé. Il annonçait son arrivée par un cri particulier et la porte du manoir s’ouvrait alors… » Notre bon abbé rapporte encore que lors de la première venue d’Henri à Tourpes, il ne savait pas par quel endroit entrer et il fit demander à la dame châtelaine le chemin pour la rejoindre. « Par l’église », répondit-elle, en faisant quand même abaisser le pont-levis. C’était là un mot à double sens adressé au Béarnais qui était alors huguenot et qui n’avait pas encore voulu se convertir à la religion catholique. Et nous ne résistons pas au plaisir de conter cette autre histoire sur nos deux tourtereaux : « Au cours d’une conversation où il était pressé par

Dictionnaire curieux de la Normandie  

N comme Normandie !Il s’en est passé des choses dans la longue histoire de la Normandie ! Dans les cinq départements, on trouve des endroits...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you