Page 1


APRÈS 22 REPRÉSENTATIONS À LYON, L’ACHAT DU CUIVRE PART EN VOYAGE ! SYLVAIN BOLLE-REDDAT, MAGALI BONAT, BERTOLT BRECHT, MAGALI LARCHÉ, MARIANNE POMMIER, OLIVIER REY, JULIEN RIBEIRO

présentent

L’ACHAT DU CUIVRE

Entretien à 6 sur une nouvelle manière de faire du théâtre. Texte de Bertolt Brecht et mise en scène d’Olivier Rey Production THEARTE Théâtre et Image – Le Point du Jour Création le 5 novembre 09 au Théâtre du Point du Jour, Lyon Première version en novembre 07 au Théâtre les Ateliers, Lyon. Durée : 1h 10 environ Jauge: 100 personnes (modulable)

www.lachatducuivre.com


! ant, ludique it il m , le rô D s r: e, à partir de bjet singulie u o q o n p u é t s e e tr o re Bonjour, n uiv articuâtre et L’Achat du c concrète et p ion sur le thé x n e o fl ti a ré u e it Le spectacle n s u e c tr nt à no ons au publi en les adapta is a Nous propos m t, h c age re e pose B ouvert à l’im rs u jo u to r questions qu e ti de chan in progress, rk o w lière. e d e adaprt est une so hait est de l’ u o s e tr o n , Le spectacle n ht. sentatio hevé de Brec chaque repré à e m a du texte inac tr a s le conserve Si le spectac . tacle à nouveau lieu posons: ible du spec s ro s p o s p u n o o v ter à chaque ti s ta u ne adap n pari que no is imaginer u a m , C’est donc u » it u d ro rner un p e. Non pas «tou votre histoir , c li b u p e tr o votre lieu, v ! Bonne lecture

L’Achat du cuivre est un écrit de Bertolt Brecht (1898-1956), paru aux éditions de L’Arche en 1970. Les différents textes composant L’Achat du cuivre représentent la tentative de créer le fondement théorique d’un théâtre de « l’âge scientifique ». Commencé en 1939, progressant de façon irrégulière, le travail se termine, tout en restant fragmentaire, en 1955. Les 77 propositions du Petit Organon pour le théâtre rédigées en 1948, en sont, selon Brecht, « un résumé succinct ». Toutefois, les travaux dans leur ensemble gardent le caractère d’un chantier toujours ouvert. L’Achat du cuivre a été monté par Manfred Karge et Matthias Langhoff, en 1963, au Berliner Ensemble.


Les personnages de L’Achat du cuivre sont: LE PHILOSOPHE souhaite utiliser le théâtre à ses fins, sans autre considérations. Pour lui, le théâtre doit fournir des reproductions fidèles des processus qui se produisent entre les hommes et permettre au spectateur de prendre position. LE COMEDIEN souhaite s’exprimer. Il veut qu’on l’admire. La fable et les caractères ne lui servent pas à autre chose. LA COMEDIENNE souhaite un théâtre qui ait une fonction sociale, éducative. Elle est politisée. LE DRAMATURGE (conseiller littéraire et artistique dans les théâtres allemands) se met à la disposition du Philosophe et s’engage à mettre ses compétences et ses connaissances au service d’une transformation du théâtre selon les vues du Philosophe. Il en espère une renaissance du théâtre. L’ELECTRICIEN figure le public nouveau. C’est un ouvrier, il est mécontent du monde tel qu’il est.

À l’issue d’une représentation théâtrale, le Philosophe débarque sur scène pour s’entretenir d’ « une nouvelle manière de faire du théâtre » avec ceux qui ont fait le spectacle. Le philosophe n’est pas très content de ce qu’il a vu, les gens de théâtre sont un peu susceptibles, et très vite le ton monte.

À quoi peut bien servir le théâtre de nos jours ? Quels rapports entretient-il avec le monde réel ? Doit-il nous divertir ou nous instruire ? Qu’est-ce que le spectateur peut bien attendre d’un comédien ? D’ailleurs, qu’est-ce que le spectateur peut bien venir chercher au théâtre ?

Toutes ces questions seront débattues par cette joyeuse équipe,

et « Parler du théâtre, c’est déjà du théâtre ! »

Olivier Rey


EXTRAITS DISCOURS SUR L’ÉPOQUE LE PHILOSOPHE: Nous vivons un sombre époque. Le comportement des hommes entre eux est particulièrement effroyable, une obscurité presque impénétrable recouvre l’activité meurtrière de certains groupes d’hommes. La monstrueuse oppression et la monstrueuse exploitation de l’homme par l’homme, les boucheries des temps de guerre et les humiliations de toutes sortes des temps de paix sont devenues pour ainsi dire naturelles sur la planète entière. L’exploitation dont l’homme est l’objet, par exemple, paraît à beaucoup de gens aussi naturelle que l’exploitation à laquelle nous soumettons la nature : on considère les hommes comme des champs, ou comme des boeufs. Pour d’innombrables gens les grandes guerres sont comme des tremblements de terre. Comme si les guerres étaient le fait, non des hommes, mais uniquement des puissances naturelles. Le phénomène qui nous semble peut-être le plus naturel de tous, c’est la façon dont nous gagnons notre vie, la façon qu’a Pierre de vendre à Paul un morceau de savon, une miche de pain, sa force musculaire. Il ne s’agit là, croyons-nous, que d’échanges en toute liberté, mais un examen plus attentif révèle que cet échange est dominé par certains hommes. Plus nous arrachons de choses à la nature grâce à l’organisation du travail, aux grandes découvertes et aux inventions, plus nous tombons, semble-t-il, dans l’insécurité de l’existence. Ce n’est pas nous qui dominons les choses mais les choses qui nous dominent. Or cette apparence subsiste parce que certains hommes dominent d’autres hommes. Nous ne serons libérés des puissances naturelles que lorsque nous serons libérés de la violence des hommes.

Un théâtre où il est interdit de rire est un théâtre dont on doit rire.

B. Brecht

at h c L’a ivre cu du


Vous n’avez pas peur qu’on s’ennuie à votre spectacle ? Loin d’une image parfois austère de la personne de Bertolt Brecht et de ses théories, L’ Achat du cuivre est une invitation à l’amusement, au plaisir de la réflexion et du jeu. Nous ne nous situerons pas dans une perspective historique de la lecture de Brecht, mais plutôt dans la compréhension de son oeuvre, afin de mieux mettre en perspective notre pratique d’aujourd’hui. Brecht invite les “gens de théâtre” de son époque à imaginer une nouvelle manière de faire le théâtre. L’époque a changé, malgré la toujours actuelle “oppression de l’Homme par l’Homme”. À nous alors d’imaginer “notre” théâtre.

Mais n’est-ce pas là une soirée réservée aux “spécialistes” de théâtre ? Certainement pas. Le théâtre n’a de sens qu’à partir du moment où il parle du monde et qu’il s’adresse à chacun dans la salle. Et si le spectacle commence par une discussion sur le théâtre, très vite bien d’autres sujets sont abordés, et surtout : “comment rendre notre époque un peu plus supportable, un peu plus humaine ?” Ainsi, nous chercherons en quoi ce texte nous parle de nous aujourd’hui, du monde, de ce que nous sommes. Ce spectacle est une invitation à “passer à l’action”.

Notre Achat du cuivre est une sorte d’objet bizarre, un peu différent chaque soir, mélangeant lectures, débats, improvisations, et avec la complicité du public... Bref ! Du théâtre en train de se faire ! Nous aimerions que notre théâtre soit aussi une fête. Une fête pour Brecht ! Une fête pour le monde ! Une fête pour le public ! Une fête où s’engager rimerait avec s’amuser ! Une fête aussi instructive que divertissante !

Olivier Rey

ATTENTION: Aucune contre-indication particulière n’est connue à ce jour pour assister à L’Achat du cuivre, exceptée une irrépressible allergie à la fumée (cigares et cigarettes).


OLIVIER REY vit et travaille à Lyon. Après des études variées ( Hypokhâgne, Sciences-Po., Ecole des Beaux-Arts...), il entre au Théâtre du Point du Jour au service des Relations avec le Public, son véritable premier travail. Il deviendra ensuite assistant à la mise en scène de Catherine Marnas, Grand Magasin, Roger Planchon et surtout de Michel Raskine depuis Barbe Bleue, Espoir des femmes de Dea loher en 2001. En 1996, il crée Théarte, compagnie de théâtre, avec laquelle il réalise ses premiers spectacles en amateur. Il présente entre autres Le Désir attrapé par la queue de Pablo Picasso ou encore La Maman et la Putain d’après le scénario de jean Eustache (repris en 2007 au théâtre Les Ateliers) au Théâtre de l’Elysée à Lyon. Il passe ensuite quatre années au Théâtre Les Ateliers pendant lesquelles il réalise Parasites de Marius von Mayenburg, Blanche-neige de Robert Walser ainsi qu’une première version de L’Achat du cuivre de Bertolt Brecht. En avril 2002, il présente, au Théâtre du Point du Jour, Britannicuts – Projection 4 écrans, d’après Britannicus de Jean Racine. Il crée en 2009 sa propre structure de production THEARTE, Théâtre et Image, structure de production pluri-disciplinaire. Travaillant notamment sur le mélange des genres ( théâtre, cinéma, vidéo, musique...), il crée régulièrement des spectacles, performances, ou des vidéos. Il intervient également en milieu scolaire (Lycée Saint Exupéry à Lyon, Université Lumière Lyon 2, ou l’Ensatt - Ecole Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre) .

La biographie des autres membres de l’équipe est disponible sur www.lachatducuivre.com


Le spectacle se décompose en 3 parties. La première partie est une sorte de prologue modifiable à chaque nouveau lieu. Par exemple, au Théâtre Le Point du Jour, les acteurs jouaient les 7 dernières minutes de HUIS CLOS de Jean-Paul Sartre, dans le décor et la mise en scène de son directeur Michel Raskine. A la fin de cette « pièce », les acteurs venaient saluer (applaudissements enregistrés) devant un public un peu déboussolé. Puis le rideau de scène s’ouvrait pour laisser place à une « démise » interprétée par les techniciens du théâtre. Les acteurs revenaient ensuite dans leur tenue « de ville », le Philosophe entrait sur scène et commençait la deuxième partie: L’Achat du cuivre. D’autres versions sont possibles, comme un prologue réalisé dans le noir qui commence par cette phrase: « Nous vivons une sombre époque !», pris, du coup, au pied de la lettre ! (cf extrait) Cette première partie doit être drôle, surprenante, étrange. À nous d’imaginer ensemble quel début dans votre lieu.


La deuxième partie est une sorte de séance de travail à la table autour d’un verre de vin, où l’équipe débat avec humour du texte de Brecht. Des passages sont lus, puis commentés sur un ton mêlant improvisation, exercices pratiques, ou références à l’actualité. Le public est alors observateur de cet étrange séance de travail. Enfin, dans une troisième et dernière partie, le fameux « quatrième mur » est enfin cassé. Brecht nous invitant à casser ce mur, le public est alors pris en considération physiquement ! Les acteurs lui offrent à boire. Les acteurs rejoignent ensuite le public dans la salle, le philosophe reste sur scène pour deux discours: Le Discours sur l’ignorance du plus grand nombre, ou comment le théâtre peut, à sa manière, avec légèreté, contribuer à changer le monde. Puis après un strip-tease où le Philosophe revêt un t-shirt « spécial », il entame le fameux Discours sur le marxisme. Le dialogue avec la salle est alors beaucoup plus détendu, les réactions du public sont prises en compte et commentées (éventuellement). Les acteurs font aussi le lien entre les spectateurs et ce qui se passe sur le plateau.

Enfin, dans une dernière séquence, le Philosophe présente la séquence dite « de l’invité », où chaque soir, un invité nous rejoint sur scène le temps d’une cigarette, pour nous faire part de son expérience particulière (soit un militant, soit un complice acteur, soit pas d’invité si ce dernier s’est vu expulsé le matin même dans un charter...) Cette séquence est différente tous les soirs ! Le philosophe peut également interpréter cet invité, comme lors d’une mémorable séquence confrontant Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre pour un bref entretien sur le théâtre ! Bref, cette forme est généreuse, et entend s’approprier le fameux précepte brechtien: S’instruire en se divertissant !


REVUE DE PRESSE


REVUE DE PRESSE WEB


FICHE TECHNIQUE Bonjour, Vous trouverez ci-dessous les informations nécessaires à la préparation de l’accueil du spectacle :«L’Achat du cuivre». Nous restons à votre disposition pour toute question ou précision. N’hésitez pas à nous contacter en cas de soucis...nous étudierons toutes les possibilités d’adaptation ensemble… Merci !… Préambule : L’Achat du Cuivre est un assemblage de différents écrits de Bertolt Brecht. Le postulat de départ est la rencontre d’un philosophe à l’issue d’une représentation théâtrale, sur la scène, une fois le public parti, avec le Dramaturge, le Comédien, la Comédienne, revêtu de leurs habits de ville, et l’Ouvrier électricien. Dans la mise en scène d’Olivier Rey, nous pouvons définir 3 parties. Entrée du public (noir scène ou si possible rideau d’avant scène fermé). Il peut y avoir de la projection vidéo lors de l’entrée du public. Partie I : 5 dernières minutes d’une représentation théâtrale avec les comédiens ou «prologue» de la l’achat du cuivre dans le noir. (La Partie I peut prendre différentes formes selon les représentations, à définir avec Olivier Rey). Partie II : démise à vue de l’ouvrier électricien, parfois accompagné du régisseur son. Les comédiens vont se changer dans une loge rapide à proximité du plateau, puis reviennent sur scène. Mise en place du décor de l’achat du cuivre. Partie III : l’achat du cuivre. Lecture + représentation

ATTENTION : Cette fiche technique ne concerne que la partie II et III. La partie I étant différente lors de chaque représentation, et dépendante du contexte, et du lieu de représentation, la fiche technique sera complétée en fonction des contraintes de décor, de lumière, de son, appartenant à la mise en scène de la partie I choisie. Nota Bene : Tout doit être branché, patché, en état de marche, afin de ne pas prendre de retard et laisser la possibilité à un filage technique. Un régisseur lumière & plateau et un régisseur son doit être à la disposition de la compagnie à son arrivée et pendant la représentation.


Informations générales : * Equipe en déplacement : 1 metteur en scène - comédien 1 comédien et 2 comédiennes 1 régisseuse lumière, plateau, comédienne ! 1 administrateur 1 vidéaste * Durée du spectacle : 1H15 sans entracte * Jauge : Idéalement limitée à 100 personnes par représentation. Très bon rapport scène/salle nécessaire. Le décor de la partie III doit être au plus proche du 1er rang (environ 1m50) * Régies techniques : Possibilité qu’il y ait 2 régies lumières : Partie I : en salle (assurée par le régisseur lumière de la salle) ou cachée sur le plateau. Partie II et III : La régie lumière est sur scène, elle se trouve à la face Jardin. Si régie son et si régie vidéo existante, en salle, au centre. * Flammes : Environ 10 cigarettes et un cigare sont allumés et fumés par les comédiens durant le spectacle. Plateau : Partie II et III L’implantation de notre dispositif sera étudiée sur les plans de votre lieu et fera l’objet de contacts téléphoniques. Partie II et III : Le décor se compose de : 1 table rectangulaire 1m80 X 0.80 m et 4 chaises 1 table de régie sur roulettes + 1 tabouret de bar 1 lampe suspendue au dessus de la table (à environ 1m50 du bord de scène) fournie par la compagnie. Installation d’une loge rapide pour les comédiens à proximité de la scène équipée de portants, miroirs et chaises, pour le changement de costumes lors de la démise (partie II). Possibilité d’utilisation du rideau d’avant scène et/ou du rideau de fer si existants.


Lumière : Partie II et III Partie II et III : Régie lumière sur scène à la face jardin. Pour les salles non équipées, et pour toutes questions techniques, veuillez nous contacter, grande possibilité d’adaptation. Jeu d’orgues à mémoire 24 circuits 24 gradateurs 3 KW Prévoir une lampe de régie discrète et graduable. * Sources : Matériel demandé à titre indicatif : 12 PC 1KW 6 PAR 64 CP 62 1 découpes 1KW longue type 613 SX 4 cycliodes 1 KW 1 boule à facette (30 cm de diamètre) 3 F1 * Gélatines : lee filter : 711, 205, 106 rosco : 119 1 éclairage de salle agréable et graduable. Matériel fourni par la compagnie : 1 lampe suspendue 100W Un plan vous sera envoyé, adapté à votre lieu, en fonction des différentes contraintes de l’ensemble des parties, en tant voulu… Son / Vidéo : A prirori pas de son et de vidéo …. Tout dépend de la première partie du spectacle !!!! Loges / Catering : 2 comédiens et 3 comédiennes : Les loges doivent être disponible à l’arrivée de la compagnie. (loges chauffées si nécessaire) * Loge : Idéalement minimum 2 loges, une pour les comédiennes, et une pour les comédiens. Equipées de portants, sanitaire, miroir. * Catering : Pour l’ensemble de l’équipe en tournée : thé, café, eau, jus de fruits, petits en-cas salés et sucrés, produits locaux bienvenus. Prévoir des bouteilles d’eau pour chaque représentation (1 par comédien).


INFOS PRATIQUES BUDGET Le cours du cuivre... L’Achat du cuivre est un spectacle qui évolue en fonction du lieu où il est présenté. Le projet est d’imaginer à chaque nouveau lieu des variantes possibles. Ce travail est le résultat d’un dialogue préalable entre l’équipe du lieu d’accueil et celle du spectacle. Bien que non indexé sur le cours du cuivre, le prix de vente du spectacle peut donc varier d’une configuration à l’autre. En moyenne, compter environ 3000 Euros pour une représentation, 5000Euros pour deux représentations, 7000 Euros pour 3 représentations. Pour une série plus longue, nous consulter. Ce prix comprend le salaire des comédiens et du metteur en scène, les frais de « consommables utilisés pendant le spectacle (vin pour les acteurs et pour le public !), les frais administratifs.

CONTACTS Administration : Boris Ferrier 06 09 47 52 94 thearte.lyon@gmail.com Mise en scène : Olivier Rey 06 33 97 49 64 Régie Lumière / Régie Générale : Magali Larché 06 87 19 05 04 ouais@orange.fr Communication / Vidéo : Julien Ribeiro 06 85 16 22 40

2 Rue Bodin, 69001 LYON

Association loi 1901 / N° SIRET 452 906 894 00012 / APE : 923 A


dossier "L'achat du cuivre"  

dossier "L'achat du cuivre"

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you