Page 1

Le Flambé (Iphiclides podalirius) et le Voilier blanc (I. feisthamelii) en France Historique Différenciation Répartition Biologie et écologie Cohabitation


En 1832 Philogène Auguste Duponchel décrit le “Papillon Feisthamel” (Papilio feisthamelii) avec cette peinture de Paul Duménil. Sa description donne 5 critères distinctifs par rapport au Flambé. Le fond est constamment blanchâtre, avec la côte des supérieures et le bord des inférieures d'un jaune d'ocre foncé. Les bandes noires des quatre ailes sont toujours plus larges dans le Feisthamelii et la ligne jaune qui divise la bande terminale s'éteint vers le milieu de l'aile. La partie noire saupoudrée de jaune des ailes inférieures, sur laquelle sont placées les lunules bleues, occupe bien plus de place chez le Feisthamelii que chez le Podalirius. La tache ocellée de l'angle anal est d'une forme beaucoup plus régulière, et consiste en une tache noire semi-lunaire surmontée de trois demi-cercles bien parallèles entre eux, dont un d'un roux vif, un jaune et un noir. Les queues du Feisthamelii sont proportionnellement plus longues que celles du Podalirius.


Duponchel (1832) et Levaillant (1848) : feisthamelii et podalirius sont deux espèces distinctes. Duponchel (1844) : feisthamelii est une variété de podalirius. Bellier de la Chavignerie (1858), Berce (1867) et Staudinger (1871) : feisthamelii est une variété de podalirius. Oberthür : feisthamelii est une variété de podalirius (1880) ou plutôt une espèce distincte (1876, 1914, 1922). Verity : feisthamelii est une variété de podalirius (1905) puis une espèce distincte (1911, 1952). Il décrit en 1947 un hybrid notha capturé à Caux dans le départemet de l'Hérault. Eitschberger (1993) et Wohlfart (1998) : feisthamelii et podalirius sont deux espèces distinctes. Wiemers et Gottsberger (2010) : les feisthamelii d'Afrique du Nord sont spécifiquement distincts de podalirius mais pas les feisthamelii d'Europe (ADN mitochondrial). Coutsis et van Oorschott (2011) : feisthamelii et podalirius sont deux espèces distinctes (genitalia uniquement).


7 critères distinctifs ont été retenus Dessus de l'aile antérieure : 1. La côte est jaune (entre les bandes noires). 2. L'espace entre les bandes noires marginales et submarginales est jaune alors que le fond des ailes est blanc. 3. Les bandes noires 6 et 7 se fondent vers le bas. 4. La bande noire 3 est quadrangulaire et non triangulaire pointue.

Dessus de l'aile postérieure : 5. La lunule orange est étroite.

Dessous de l'aile antérieure : 6 Les aires marginale et submarginale sont jaune vif et les bandes noires 3 et 4 sont remplies du même jaune, contrastant avec le fond blanc du reste de l'aile.

Dessous de l'aile postérieure : 7. idem critère 6.


Capture et photographie sur le terrain

Collections (MNHN Paris, Ajac...)

Internet


Validation de ces 7 critères sur 823 Iphiclides d'Europe (531 feisthamelii + 292 podalirius)

feisthamelii

podalirius

Critere

Cote jaune

Marge jaune

Bandes 6 et 7 reunies

Bande 3 quadrangulaire

Lunule orange etroite

A. a. : bords plus jaunes

A. p. : bords plus jaunes

N de papillons avec ce critere

404

383

320

216

455

225

233

N total de papillons

479

487

489

487

484

250

251

%F

84,3

78,6

65,4

97,3

94,0

90,0

92,8

N de papillons avec ce critere

23

8

1

46

3

2*

6

N total de papillons

216

228

217

228

214

108

108

%P

10,6

3,5

0,5

20,1

1,4

1,9

5,6

Difference (% F- % P)

73,7

75,1

64,9

77,2

92,6

88,1

87,2

note

74

75

65

77

93

88

87


Une note a été attribuée à chaque papillon en ajoutant les points de chacun des 7 critères : 

un feisthamelii « pur » qui a les 7 critères obtient 559 points un podalirius « pur » qui n'a aucun de ces critères obtient 0 point


RĂŠpartition de feisthamelii (en rouge) et de podalirius (en noir) en Languedoc-Roussillon. Recherche de la zone de contact


Après s'être réchauffés au soleil, les mâles consacrent la matinée à butiner. Ils montent vers midi sur les hauteurs et y gardent un territoire tout l'après-midi.


Les deux Iphiclides ont été rencontrés ensemble dans 5 stations de l'Aude. 56 papillons de ces stations communes ont été notés selon la même méthode

Les papillons ayant entre 200 et 340 points (3-4 critères de feisthamelii) sont probablement des hybrides


Quelques hybrides probables


Une transition abrupte sur 20 km, signe d'un flux génique limité


Cycle biologique du Voilier blanc (Iphiclides feisthamelii)


Au printemps, les chenilles des deux Iphiclides sont vertes ou très peu marquées de brun. En été, elles montrent un nombre variable de taches brunes. Il y a peutêtre une différence statistique, les chenilles de feisthamelii étant en moyenne plus fortement marquées que celles de podalirius.

feisthamelii podalirius

0-1

2-3

4-5

Total

7

23

13

43

28

26

9

63


Hauteur du buisson (m) feisthamelii

podalirius

0-0,5

0,5-1

1-1,5

1,5-2

>2

N

43

22

4

3

0

%

60

30,5

5,5

4

0

N

11

29

46

113

16

%

5

13,5

21,5

52,5

7,5

Dans le sud de la France : 90,5 % des œufs de feisthamelii sont pondus à moins d'1 mètre de hauteur 81,5 % des œufs de podalirius sont pondus à plus d'1 mètre de hauteur


28 chrysalides gardées tout l'hiver dans des conditions identiques : Ie Flambé (I. podalirius – en noir) émerge en moyenne 3 semaines plus tôt que le Voilier blanc (I. feisthamelii – en gris)


Tentatives d'hybridation


Des différences morphologiques (ornementation des ailes)

Des différences anatomiques (genitalia)

Des différences écologiques (choix du site de ponte) et biologiques (date d'émergence)

Des différences génétiques (ADN nucléaire)

Environ 20% d'hybrides dans les stations communes

Une zone de contact étroite avec transition abrupte Le Voilier blanc (Iphiclides feisthamelii) se comporte en France comme une espèce distincte du Flambé (I. podalirius)

Tristan LAFRANCHIS Conference EIG - Proserpine 2013  
Tristan LAFRANCHIS Conference EIG - Proserpine 2013  
Advertisement