Issuu on Google+

JA – 1450 Ste-Croix

Journal officiel des communes de Sainte-Croix, Bullet et Mauborget Nº 44

1.50 fr

Paraît le mercredi et le vendredi

Sainte-Croix, vendredi 14 juin 2013

Bryan Varela y est arrivé !!!

Musique

C’est avec une immense satisfaction, et surtout beaucoup de travail, que Bryan Varela a réussi son examen musical, afin de pouvoir effectuer l’école de recrue dite « trompette militaire ». Pour Bryan, âgé de dix-huit ans, et actuellement en troisième année au gymnase, la musique occupe une place importante. En effet, c’est à six ans qu’il a débuté le solfège, et une année après, a commencé la clarinette, pour ensuite, quatre ans plus tard, se diriger vers la clarinette basse, qui deviendra son instrument de prédilection ; c’est tout naturellement, à onze ans, qu’il fait son entrée à l’Instrum de Sainte-Croix, et suit les cours de l’école de musique depuis douze ans. Il a également participé au camps de la SCMV (société cantonale des musiques vaudoises). Concernant son examen, c’est à Berne, et après six mois d’entraînement spécifique avec son professeur, que Bryan a dû « survivre » à plusieurs tests (solfège, cellule rythmique à reproduire, reconnaissance de notes, réécriture d’une mélodie) et, toutes les quinze minutes, ces tests

étaient entrecoupés par le déchiffrage du morceau d’interprétation. Ce dernier était particulièrement ardu et difficile, et comportait quelques pièges musicaux que Bryan a su déjouer avec brio. C’est donc dès le 7 juillet, à Aarau, que Bryan débutera pour une année son école de recrue, avant de rejoindre l’université pour y étudier la médecine. La réussite de Bryan est une fierté pour l’école de musique de Sainte-Croix, et démontre l’excellent niveau des professeurs. Pour l’Instrum, c’est un gage de qualité que de posséder de tels musiciens en ses rangs. À noter que Dylan Magnin, autre as du piston, s’essayera dès l’année prochaine à cet examen complexe. Souhaitons à Bryan une excellente école de recrue, faite de belles rencontres et d’amitié. Texte et photos : Cédric Cachemaille

Bryan et sa clarinette basse.

Le sera distribué dans

tous les ménages Bryan va faire son école de recrue dans la musique.

vendredi 28 juin Délai pour la réception des annonces et communiqués :

mercredi 20 juin à 14h


Nº 44

2

Ce soir

Sainte-Croix, vendredi 14 juin 2013

Journée internationale du réfugié

L’ Afrique de l’Ouest au Royal

Depuis bien des années, il est d’usage de proclamer une journée mondiale du réfugié. Le but est d’attirer l’attention de l’opinion publique sur les conditions précaires de qui est contraint de s’exiler. Et nous ne pouvons qu’être reconnaissants de vivre dans un pays qui ne nous met pas devant l’alternative «quitter ou crever ».

Restauration

Le peuple suisse a voté le week-end passé, espérant accélérer les procédures qui traînent souvent pendant des années, mu par un ras le bol de voir nos rues et places transformées en lieux de petite délinquance…et automatiquement les regards se tournent vers l’Afrique de l’Ouest ! Or à y regarder de plus près, il y a beaucoup de préjugés à démonter. Tout en étant lucides, nous en savons quelque chose au « café-contact ». C’est la raison pour laquelle nous avons choisi de traiter ce sujet « chaud » de l’émigration à partir de l’Afrique de l’Ouest.

Les Planets en de bonnes mains Les Planets sont désormais gérés par Fabienne Estoppey. La nouvelle gérante, qui a repris la main le 1er juin, bénéficie de plus de trente ans d’expérience dans la restauration. L’établissement, idéalement situé au pied des pistes de ski et au point de départ de nombreuses excursions à pied, vélo et VTT, va renforcer son rayonnement régional et se réjouit d’accueillir les visiteurs de la région tout au long de l’année. Nous reviendrons là-dessus dans une prochaine édition. C/JSCE

Canton

Quels sont ces pays, comment sont-ils gouvernés, quels sont les enjeux géopolitiques ? Pourquoi les jeunes quittent-ils leur patrie ? Que deviennent-ils sous nos latitudes inhospitalières ? Rejoignez-nous aujourd’hui 14 juin à 18h au cinéma Royal (voir aussi l’annonce dans cette édition). Une première partie de la soirée sera consacrée à ces questions qui dérangent ; elle sera agrémentée de musique régionale et d’un buffet africain savoureux, offert à tous les participants.

Décisions du Conseil d’état Modification de la loi sur la circulation routière Le Conseil d’État propose au Grand Conseil d’adopter la modification de la loi sur la circulation routière qui vise à simplifier le processus administratif en matière de circulation routière et plus particulièrement en matière d’avertissement ou de retrait de permis de conduire.

Promotion du télétravail au sein de l’Administration cantonale vaudoise

2117 La Côte-aux-Fées

Chez Florence et Bernard Tél. 032 865 10 94

Quinzaine crevettes Venez découvrir notre carte estivale • Rosbeef • Diverses salades • Vitello tonato • Notre carte tartare de poisson et viande • Entrecôte de bison Et toujours nos filets de perche des lacs suisses en ce moment. Se recommande, le patron : B. Guenat

Après avoir pris acte du résultat positif de la phase pilote introduisant le télétravail au sein de l’Administration cantonale vaudoise, le Conseil d’État a décidé d’étendre le système du télétravail à l’ensemble des services qui souhaitent l’introduire.

Cette démarche qui s’inscrit dans un des axes du programme de législature 2012-2017, répond en outre au postulat Philippe Randin et consorts sur le télétravail. Cet aménagement du temps de travail profite aux collaboratrices et collaborateurs dans la mesure où il contribue à une amélioration de la qualité de vie, notamment par un meilleur équilibre vie privée - vie professionnelle et un gain de temps de déplacement se traduisant par moins de fatigue et de stress. Le télétravail s’inscrit pleinement dans une logique de déveRue du Stand 1 - Sainte-Croix loppement durable puisqu’il induit également une diminution Appartement 3½ pièces du flux de pendulaires ; celle-ci cuisine agencée permet de limiter les émissions Fr. 850.- + charges de CO2 et d’atténuer la demande en mobilité, et donc les besoins Possibilité d’avoir un garage en infrastructures, aux heures de Disponible dès octobre pointe. Tél. 024 426 23 02

À louer

Le film que le cinéma Royal nous propose à 20h30 reste dans le thème, « La Pirogue » de Moussa Touré. Un homme, ça peut être détruit, mais pas vaincu ! La réflexion ne s’arrêtera pas là, la rencontre avec les gens venus d’ailleurs non plus. Elle est reprise au culte de l’Eglise réformée, dimanche matin à 09h45 au Temple de Sainte-Croix. Merci d’être des nôtres et de manifester ainsi que malgré les durcissements légaux nous avons le devoir évangélique (et le privilège) d’accueillir la personne en détresse. Paul Schneider

Cette modification permet notamment aux personnes concernées de connaître plus rapidement la décision prise à leur encontre, lorsqu’il s’agit de décision dont la durée ne peut être diminuée puisqu’elle correspond au minimum prévu par la loi. Cette révision doit également permettre au Service des automobiles et de la navigation d’utiliser au mieux ses ressources en déléguant à certains collaborateurs des tâches en fonction de leurs compétences. Ce projet répond par ailleurs au point 5.4 du programme de législature relatif à la simplification administrative.

Impressum Éditeur responsable : Société coopérative du Journal de Sainte-Croix et Environs Rédaction – Administration – Imprimerie – Éditions : Rue de la Sagne 17b 1450 Sainte-Croix Tél. 024 454 11 26 Fax 024 454 29 80 Courriel : journal@jsce.ch Abonnement 2013 (TVA comprise) : 1 an : Fr. 105.– 6 mois : Fr. 55.– Prix au numéro : Fr. 1.50 Publicité 2013 (TVA comprise) : Annonces (larg. 27 mm.) : Fr. 0.48 le mm. Réclames (larg. 27 mm.) : Fr. 0.62 le mm. Première page (larg. 27 mm.) : Fr. 0.70 le mm. Délai pour le dépôt des annonces et communiqués : Lundi à 14h pour le nº de mercredi et mercredi à 14h pour le nº de vendredi. Tirage : 2'200 ex. Tous ménages : 3'650 ex.


Nº 44

Sainte-Croix, vendredi 14 juin 2013

Sommaire

Société de développement de Bullet

Multiples activités La société de développement de Bullet ne reste pas les bras croisés et contribue ainsi, par un travail constant, à l’attractivité touristique de la commune. Le rapport présidentiel donné lors de l’assemblée générale, qui s’est tenue vendredi 7 juin 2013 à la salle Bertha Bonnet à Bullet, tend à le prouver. C’est donc devant une belle assistance que le président Stéphane Champod ouvrit cette assemblée en remerciant chacune et chacun de s’être déplacé pour l’occasion. Le procès-verbal de la dernière assemblée lu par Sandra Cruchaud, ne suscita aucune remarque et a été approuvé à l’unanimité. Lors du rapport présidentiel, l’on a pu mesurer combien les diverses tâches effectuées par le comité sont précieuses. Panneaux touristiques aux Rasses et aux Cluds, balisage et entretien des itinéraires raquettes, entretien de trois places de pique-niques, organisation de la fête du 1er août et participation à diverses fêtes organisées sur la commune dont la dernière en date, le festival Rock ô Vaches des Cluds, qui a connu un beau succès. Le rapport du caissier Jean-François Gander fit état d’une saine situation financière. La fortune se monte à Fr.

39’675.10. C’est à la fois beaucoup et peu, tout dépend des projets qu’on aimerait développer. Inutile de préciser que la commission de contrôle, par la voix de Yves Gander, proposa d’adopter les comptes et d’en donner décharge au caissier et au comité. Une démission a été enregistrée au sein de celui-ci. En place depuis plusieurs années, Fredy Haarpaintner a souhaité se retirer. Il sera remplacé par Yannick Chablaix. Les autres membres ont été reconduits dans leurs fonctions, à savoir : Président : Stéphane Champod Secrétaire : Sandra Cruchaud Caissier : Jean-François Gander Membres : Mélanie Thévenaz, Arlette Gilliéron, Fabian Bernardi et Yannick Chablaix (nouveau). Représentant de la Municipalité  : Lucien Lambercier. Après quelques questions et précisions, il était temps pour le président de mettre

fin aux débats courtois et fructueux. La pause vit l’arrivée de nombreuses personnes, dont une forte cohorte de la Jeunesse venue soutenir l’une des leurs. En effet, pour cette deuxième partie, Sandy Mermod, qui a effectué ses études à l’HEPIA (Haute École du Paysage d’Ingénierie et d’Architecture) à Genève, a présenté l’exposé réalisé en 2012 dans le cadre de son Bachelor. Dernier travail effectué avant l’obtention du diplôme d’ingénieur en gestion de la nature sur le thème « Les mammifères tanzaniens et la technique des pièges photos ». Ce travail l’a amenée à effectuer un séjour de trois mois en Tanzanie qui s’est avéré très enrichissant. Sandy a su captiver son auditoire avec un exposé fort bien réalisé. Une verrée offerte par la société, complétée par une sangria concoctée par la Jeunesse, a mis fin à cette soirée. Daniel Goy

Magnifique ambiance au Grand Hôtel Résidence des Rasses le dimanche 26 mai 2013 L’année dernière, nous avons eu le plaisir d’entendre l’ensemble Cosa Nostra Jazz Band dirigé par Marc Sturzenegger, talentueux clarinettiste. Cette année, il  nous est revenu avec l’ensemble La Riviera Jazz Connection, composé de six musiciens. Et nous avons eu l’agréable surprise, en troisième partie, de constater la participation du talentueux trompettiste Roland Hug, qui a joué aux côtés de Sydney Bechet pendant sa tournée européenne à Paris en 1954, sans oublier le Vieux Colombier avec le regretté Claude Luther. L’ensemble a charmé les participants en « trois sets », en interprétant les oeuvres connues de MC Hug,Handy, Bechet, Ellington ; au deuxième set, l’inoubliable Hello Dolly de Marc Laferrière. Ce « Mossieu » qui parle Créole de Bechet ainsi que Mack the Knife repris en chœur par les auditeurs. C’est au troisième set que Roland Hug qui, à 82 ans, s’est intégré au groupe pour interpréter, en autre un Charleston, Sweet Giorgia Brown, le célèbre Blue Horizon finement détaillé par le chef Marc Sturzenegger.

Devant : Pierre Ponnaz, guitare et banjo ; Denis Michel, trompette, cornet, bugle et vocal ; Marc Sturzenegger, clarinette, saxophone soprano et alto. Derrière : Paul Kapp, piano ; Patrick Perrier, contrebasse ; Jean-Jacques Chabloz, batterie et vocal. Manque sur la photo Roland Hug, trompettiste. Une fois de plus les amis du Jazz ont été comblés par la qualité de l’ensemble La Riviera  Jazz Connection et nous félicitons tous les musiciens pour leur magnifique prestation.

Il en est de même pour l’excellent brunch servi par Monsieur Scalbert, directeur du Grand Hôtel, ses collaboratrices et collaborateurs. Nous les en remercions vivement. Ad. Jaques

Musique militaire Conseil d’État Bullet Jazz aux Rasses Astuce PC Royal Le jeu du mois Memento Au Royal Librairie Nature et jardins Football Conseil de S† 100 ans de l’Eauberson Feuilleton Livres

Bullet

Soleil Jazz

3

1 2 3 3 5 5 5 6 7 7 8 9 10 12 14 16


Nº 44

4

Dee N Si Coiffure

À louer rue des Pâquerettes 2

Garage 44 m2

Hommes - Femmes

Ouverture

disponible dès le 1er juillet

le mardi 25 juin 2013

Tél. 079 487 89 77 ou 079 483 89 37

Rue de la Sagne 9 (anciennement Angelo Coiffure)

Sainte-Croix, vendredi 14 juin 2013

Cinéma Royal

Vendredi 14 juin à 20h30 : Journée mondiale du réfugié « Spéciale Afrique de l’Ouest » 18h00 : Présentation géopolitique de la région 19h00 : repas africain et musique offerts à tous par l’EVAM 20h30 : « La Pirogue » Samedi 15 juin à 18h00 : « Le Passé » - vost - coup de ♥ Samedi 15 juin à 20h30 : « Sous surveillance » Dimanche 16 juin à 16h00 : « Epic : La bataille du Royaume secret » - 3D Dimanche 16 juin à 18h00 : « La Pirogue » Dimanche 16 juin à 20h30 : « Le Passé » - vost

Tél. 024 454 24 23

Commune de Bullet Ordre du jour de la séance du Conseil communal du lundi 24 juin 2013, à la salle « Bertha Bonnet » à 20h

Aujourd’hui, vendredi 14 juin 2013

« Spéciale Afrique de l’Ouest » au cinéma Royal à Sainte-Croix

à l’occasion de la journée mondiale du réfugié 18h : Présentation géopolitique de quelques pays de l’Afrique de l’Ouest Musique 19h : Repas aux saveurs africaines, offert à tous 20h30 : « La pirogue », un film de Moussa Touré, Sénégal 2012 (entrées : tarifs normaux) Organisation : « Café-contact »

Brocante de La Gittaz Les 6 et 7 juillet

Inscrivez-vous gratuitement au Café-Restaurant de La Gittaz 024 454 38 38

AU STADE VENDREDI 14 JUIN

1. Appel 2. Adoption du procès-verbal de la séance ordinaire du 17 décembre 2012. 3. Communications du bureau du Conseil. 4. Communications municipales. 5. Préavis nº 17 – 2013 / Modification des statuts de l’association « Fédération forestière de l’Arnon ». 6. Préavis nº 18 – 2013 / Projet d’équipement « EU & EC » aux Rasses. 7. Examen des comptes et de la gestion 2012. 8. Nomination du Bureau 2013-2014. 9. Nomination de la commission de gestion. 10. Propositions individuelles. Au nom du Bureau du Conseil communal Le Président, Jean-Luc Passello

Vacances été Valais sponsorisé par la Confédération Helvétique des marcheurs et l’Hôtel de la Poste, 1918 La TzoumazMayens-de Riddes (près Verbier et bains de Saillon) Fr. 75.- par pers. (min. 2 nuits)  027 306 16 37 Fax 027 306 71 37 posthotel@ hotmail.com

20h15 : FC Sainte-Croix-La Sagne I - Savigny-Forel A l’issue du match «grillades»

SAMEDI 15 JUIN

10h30 : FC Sainte-Croix-La Sagne DI - Savigny D 14h : FC Sainte-Croix-La Sagne C - Foot Région Morges C

DIMANCHE 16 JUIN 10h : FC Sainte-Croix-La Sagne II - Veyron-Venoge LUNDI 17 JUIN

19h : FC Sainte-Croix-La Sagne C - Etoile Bonvillars C

Avec le soutien de votre bi-hebdomadaire régional !

Espace-Mode Calida - Retouches - Mercerie Collection de maillots de bain de la taille 36 à la taille 50 Pour hommes et femmes Rue Centrale 12

Tél. 024 454 40 34


Nº 44

Sainte-Croix, vendredi 14 juin 2013

5

Dimension des images sous Windows

Astuce PC

Les utilisateurs de Mac ne sont plus interpellés par cette question. En revanche, même sous le dernier système d’exploitation Windows, il faut procéder à des réglages fins pour connaître facilement la dimension des photographies et pour que ces données restent affichées en permanence à l’intérieur d’un dossier donné. Il est pourtant souvent essentiel de connaître la dimension d’une image. Ne serait-ce que pour savoir si cette dernière va pouvoir être imprimée de façon normale ou s’il faudra rechercher son original au sein des fichiers téléchargés depuis un appareil-photo.

Pas à pas Pour obtenir l’affichage permanent des dimensions, se rendre tout d’abord à l’intérieur d’un dossier ne contenant, de préférence, que des images. En haut à droite de la fenêtre ainsi ouverte se trouvent plusieurs petits sigles, dont une flèche simple en gras pointant vers le bas. Cliquer sur cette flèche, ce qui dégage un petit menu offrant diverses possibili-

tés. Dans la deuxième partie du menu en question, choisir le tri par « détails ». Une fois le terme « détails » cliqué, un autre menu apparaît comprenant un certain nombre de cases à cocher sur la gauche de la colonne. Parmi ces cases figure celle qui s’intitule « dimensions ». Cliquer sur cette ligne et les données de dimensions seront dorénavant ajoutées dans une nouvelle colonne que vous pouvez ellemême dimensionner à votre guise. À relever que, une fois cette opération effectuée, vous pourrez, par exemple, trier votre dossier de photographies par le critère de dimensions, en cliquant simplement sur le haut de la colonne comportant cette étiquette. Olivier Gfeller, L’Omnibus

Cinéma

Botiza au Royal Dimanche soir 9 juin, au Cinéma Royal, près de huitante personnes sont venues voir « Botiza », un magnifique et émouvant documentaire réalisé par Frédéric Gonseth et Catherine Azad.

À la fin de la discussion, les spectateurs ont longuement applaudi et remercié les cinéastes pour leur sincérité dans la réalisation de ce film qui décrit avec acuité et poésie les faits et gestes d’une communauté paysanne qui a su préserver son authenticité. Puis le public et les réalisateurs ont pu continuer la soirée autour du verre de l’amitié.

Catherine Azad et Frédéric Gonseth ont dialogué avec le public du Royal.

Texte et photos : Sarah Baehler

Le jeu du mois Écoute bien le son que produit le buzzer et recherche les cartes correspondantes au bruit que tu as entendu. Si les deux cartes forment une paire et que l’image a un rapport avec le son le joueur gagne les cartes et peut rejouer. Si les cartes ne correspondent pas, il les remet, face cachée, et c’est au tour du joueur suivant. La partie prend fin dès que toutes les paires ont été trouvées. Le vainqueur est alors le joueur qui a collecté le plus de cartes.

Sound memory Le plus des ludothécaires Pour les plus jeunes, nous vous recommandons de jouer avec douze cartes, soit une seule image pour chaque bruit.

Fiche technique Éditeur : Ravensburger. Genre : Jeu de mémoire. Âge : quatre ans et plus. Durée : quinze minutes. Joueurs : deux à huit.

Ludothèque


Nº 44

6

Sainte-Croix, vendredi 14 juin 2013

La Société des Maîtres Bouchers de Sainte-Croix

Louis et Jacqueline JUNOD-BADER et leurs enfants Vincent, Fabienne, Laurence et Mélanie, à Sainte-Croix ; Albert et Monika JUNOD-SCHMUKI et leurs enfants Frédéric, Isabelle et Eveline, à Rossrüti SG ; Catherine et Ruedi KUSTER-JUNOD et leurs enfants Philipp et Sonja, à Niederuzwil SG ; son amie Josiane ROY à Sainte-Croix ; ainsi que les familles parentes et alliées, sont tristes, mais reconnaissants de vous annoncer le décès de Monsieur

s’associe à la peine de la famille de Monsieur

André Junod-HUG son cher et regretté ancien président.

André JUNOD-HUG enlevé à leur tendre affection le jeudi 13 juin 2013 dans sa 85e année après une longue maladie supportée avec courage et dignité. Il faut nous aimer sur terre Il faut nous aimer vivants Ne crois pas au cimetière Il faut nous aimer avant Ta poussière et ma poussière Deviendront le gré du vent. Paul Fort

Le culte d’adieu aura lieu au temple de Sainte-Croix, le lundi 17 juin 2013 à 15h00. Honneurs à 15h30. L’incinération suivra sans cérémonie. Domicile de la famille : Centrale 11, 1450 Sainte-Croix Un tout grand merci au personnel du Centre de Soins et de Santé Communautaire du Balcon du Jura pour sa gentillesse et son dévouement, ainsi qu’au Dr Rolf Zumschlinge et à Madame Antoinette Berruex, sa dévouée secrétaire, toujours disponibles. Cet avis tient lieu de lettre de faire part.

Accueil de jour, animation – Logements adaptés et sécurisés – Repas à domicile 024 455 16 20 CMS – aide et soins À domicile 024 455 16 20 - Soins infirmiers, ergothérapie, service social, livraison de repas à domicile, aide à la toilette, au ménage et à la famille -Consultation inf. ambulatoire: lu-ve 11h-12h - Renseignements sur les logements adaptés et sécurisés Bureaux ouverts lu-ve de 8h à 12h En dehors de ces jours/heures, appels déviés sur le CMS d’Yverdon. TMR - Transport de personnes à mobilité réduite 6 jours sur 7 (en coll. avec le serv. bénév.) 024 425 25 25 Urgences Santé Service d’ambulances 144 ostéopathie 024 454 55 55 Pédicure 024 454 15 09 – 079 672 51 50

S e rv i c e s SANTé

Memento Urgences AMBULANCE

144

SDIS Service de Défense Incendie et Secours 118 GENDARMERIE 117 ou 024 557 66 21 médecin de garde Veuillez téléphoner au Centre de soins et de santé communautaire – Hôpital 024 455 11 11 Pharmacie de garde Cette semaine (10-16.6) Pharmacie Touré 024 454 10 10 La semaine prochaine (17-23.6) Pharmacie Touré 024 454 10 10 Dimanche de 10h30 à 11h30 médecin dentiste URGENCES Week-end et jours fériés  : la Police d’Yverdon vous renseignera 024 423 66 66.

Centre de soins et de santé communautaire CSSC 024 455 11 11 Hospitalisations en soins aigus Visites de 10h à 20h –Policlinique 24h sur 24 –Chirurgie programmée –Physiothérapie, chiropractie, radiologie, laboratoire – Etablissement médico-Social EMS Visites libres – Centre Médico-social CMS –Unité d’Accueil temporaire UAT

Administration communale Sainte-Croix Rue Neuve 10 Lu-ma-me-ve 8h30-12h, 13h15-16h30 Je 8h30-12h, 13h15-17h30 024 455 41 41 commune@sainte-croix.ch Administration communale Bullet Lu-ve 9h-11h 024 454 12 64 commune@bullet.ch Administration communale Mauborget info@mauborget.ch 024 436 16 52 Déchetterie de la Combe de Ville Téléphone et fax 024 454 24 50 Heures d’ouverture (jours fériés exceptés)

Lundi - Vendredi 7h45-11h45 + 13h30-16h45 Samedi 8h00-11h45, durant heure d’été Office du tourisme 024 455 41 42 Hôtel de Ville, Rue Neuve 10 Lundi à vendredi 8h30-12h et 13h30-16h30 Samedi et dimanche : Points i ouverts, répartis sur le Balcon du Jura. Allô?Bus 024 455 43 30 Gare de Sainte-Croix GROUPE DE Bénévoles Groupe de transport Vous pouvez appeler : lundi (14h-16h) mardi - mercredi - jeudi (9h-11h + 14h-16h) vendredi (9h-11h) 079 468 27 18 Accompagnement des personnes en fin de vie 024 454 39 80 Mme Yvonne Chevalley 079 751 37 15

S e rv i c e s r e l i g i e u x Paroisse réformée du Balcon du Jura Dimanche 16 juin - Journée du réfugié 9h45 Sainte-Croix, temple Église catholique de Sainte-Croix Samedi 15 juin : 18h messe Église évangélique - Rue de France 4 Dimanche : 10h culte 18h culte portugais-français Mercredi : 19h30 culte portugais-français Vendredi : 19h30 culte portugais-français Samedi : 20h groupe de jeunes « Impact » Assemblée chrétienne Dimanche 16 juin: 10h Louange et prière Mardi 18 juin : 20h prière et étude biblique Témoins de Jéhovah Rue de la Sagne 14 Samedi : 16h, discours public sur sujet d’actualité 16h50, discussion sur un thème biblique

Billet du dimanche

Un objectif à long terme La vie des hommes est rythmée par la routine du travail quotidien, les repas, les loisirs. Mais il y a des difficultés. Il faut sans cesse lutter pour éviter des problèmes, améliorer sa situation professionnelle, préserver sa santé, garder de bonnes relations, etc. Il faut aussi de l’énergie pour atteindre les objectifs que l’on s’est fixés. Plus les objectifs sont nombreux et ambitieux, plus cela occupe notre esprit et notre temps libre. Même organiser ses vacances est parfois contraignant. Souvent on vise juste

au-delà de ce dont on est capable de supporter physiquement ou financièrement. Au fil des années, certains objectifs se réalisent et d’autres pas. Des problèmes surviennent, on parle de chance, de malchance, de destinée ou de hasard. A la fin de sa vie, il y a l’obstacle incontournable. La Bible dit qu’il y a une vie après la mort physique. En se fixant comme objectif la recherche de cette vie éternelle promise par Dieu, on va tout faire pour l’atteindre. En acceptant la vie éternelle offerte par Jésus-Christ, l’âme

va échapper à la deuxième mort qui est la mort spirituelle ou éloignement de la présence et de l’amour de Dieu. Jésus a dit : je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul ne vient au Père que par moi (Jean 14,6). En acceptant Jésus comme sauveur et seigneur, l’objectif est déjà atteint. Ensuite il faut de la persévérance. Mais Dieu est fidèle et c’est Lui qui gère tout si on Lui fait confiance. On découvre alors que le hasard n’existe pas. Eglise Evangélique de Sainte-Croix


Nº 44

Sainte-Croix, vendredi 14 juin 2013

7

Au Royal cette semaine La Pirogue de Moussa Touré Avec Souleymane Seye Ndiaye, Malamine Drame, Laïty Fall – Durée 1h27 – 10 ans / suggéré dès 14 ans – Sénégal / France / Allemagne (2012). Vendredi 14 juin, le film sera précédé d’une présentation, d’un repas et de musique offert à tous par l’EVAM, Venez nombreux ! Adapté d’un roman d’Abasse Ndione, considéré comme le roi du roman noir à Dakar, le nouveau long-métrage de fiction de l’infatigable Moussa Touré traite d’une réalité très dérangeante, au point que le tout-puissant ministère du tourisme du Sénégal a tout fait pour le dissuader de tourner ! Considérés comme les meilleurs marins du monde, les pêcheurs sénégalais emmènent sur leurs pirogues jusqu’aux Canaries des milliers de futurs «travailleurs» clandestins. La traversée n’est pas sans risque, mais leurs passa-

gers préfèrent périr «d’un coup» suite à un naufrage, plutôt que de continuer à mourir à petit feu au pays natal, dans la misère. Le réalisateur de « TGV » (1997) confère à ce drame sans cesse rejoué depuis 2006 une dimension à la fois épique et tragique, sans oublier quelques notes de dérision déjà présentes dans le roman d’origine. En résulte un film saisissant qui saisit de l’intérieur les contradictions et aspirations des migrants avec une acuité dont on ne saurait faire l’économie ! Adeline Stern

Le passé

(Coup de cœur !)

de Asghar Farhadi Avec Bérénice Bejo, Tahar Rahim, Ali Mosaffa – Durée : 2h10 – 14 ans / suggéré dès 14 ans – France (2013) – Prix d’interprétation féminine Cannes 2013 pour Bérénice Bejo – VO sous-titrée.

Depuis « Une Séparation » (Oscar du meilleur film étranger en 2012), toute la critique s’accorde à dire que l’Iranien Asghar Farhadi est l’un de nos plus grands cinéastes actuels! Fort de cette reconnaissance internationale, il a pu tourner en France son sixième long-métrage. « Le Passé » commence à l’aéroport de Roissy. Marie (Bérénice Bejo) vient y chercher Ahmad (Ali Mosaffa) qui l’a quittée voilà quatre ans, pour repartir en Iran. Ahmad est revenu à Paris afin de signer les papiers du divorce. Le temps d’accomplir ces « formalités », Marie héberge son futur ex-mari dans la maison où ils ont vécu ensemble… Ahmad est alors le témoin de la nouvelle vie que l’être autrefois aimé tente de se reconstruire, partagé entre un nouveau compagnon, Samir (Tahar Rahim) dont l’ex-femme vient de tenter de se suicider, et des enfants « à problème »… Avec son art de la mise en scène sans égal, le cinéaste reconstitue le puzzle de l’échec, dans l’espoir d’exorciser ce passé qui empêche de vivre le présent… Vincent Adatte

Le temps est à la consolidation

Cinéma

Librairie

Pour sa troisième année d’existence sous sa forme actuelle, la librairie Clin d’Oeil tire un bilan positif de son activité malgré un marché romand du livre tendu qui impose des marges plus faibles que dans d’autres secteurs. Les nombreuses activités mises en place parallèlement à la vente d’ouvrages lui ont permis de se faire connaître et de fidéliser son public. Cette assemblée générale du mercredi 5 mai est ouverte par M. Marc Varidel, président de l’association Clin d’Oeil. Dans son rapport il donne des informations réjouissantes, comme un chiffre d’affaires en progression et des frais d’exploitation maîtrisés malgré l’augmentation des animations proposées par la librairie. A noter que le secteur « littérature chrétienne  » représente 18 % du chiffre d’affaires. Aucune démission n’est à déplorer, il y a une admission en la personne de Mme Noémie Gerber qui s’engage comme membre au comité. Mme Josette Joseph et M. Christian Anger quittent quant à eux le comité. Ces personnes sont remerciées pour leur engagement. Il félicite la nouvelle apprentie, Pauline Gobalet, pour sa motivation et son travail qui donne entièrement satisfaction.

La situation au niveau du marché du livre n’a pas vraiment évolué malgré la votation sur le prix unique. En engageant une apprentie et en donnant la possibilité à des personnes en recherche d’emploi d’effectuer des stages, Simone Zurbrügg croit fermement en l’avenir de la profession et en la pérennité d’une librairie de proximité. Et ce, sans tomber dans certaines extrémités, comme des grandes

Compétences et créativité Madame Simone Zurbrügg, gérante de la librairie, présente ensuite son bilan. 2012 a été une année de consolidation ; l’assortiment d’ouvrages disponibles dans le magasin a été comparable à celui de 2011, mais la présentation des livres de poche et des romans a été modifiée pour améliorer leur visibilité. La rotation du stock est bonne, signe que les livres proposés intéressent les clients.

Marc Varidel, président de l’association.

chaînes qui réalisent un chiffre d’affaires plus important avec la vente de gadgets, jouets et autres produits de consommation et perdent de vue leur objectif de base, la diffusion du savoir et de la culture par les livres. C’est en gardant un niveau de compétences élevé dans le conseil à la clientèle et l’organisation d’évènements culturels et littéraires que Clin d’Oeil tire son épingle du jeu. L’année 2012 a été riche en animations; festival de poésie, dédicaces d’auteur, des conférences. Toutes ont remporté un franc succès auprès du public. En créant des évènements de qualité, qui plus est gratuits, la librairie est devenue un partenaire avec qui on a envie de collaborer. Que ce soient le Journal de Sainte-Croix, le CSSC, le Royal, les écoles, la bibliothèque ou certains commerçants, tous ont joué le jeu et en sont vivement remerciés. Les enfants ne sont pas en reste puisque un mercredi aprèsmidi par mois ils peuvent venir déguster un goûter tout en écoutant des contes. A l’avenir, d’autres partenariats sont envisagés et le public sera à nouveau invité à vivre des expériences qui feront appel à divers sens….mais nous n’allons pas tout dévoiler maintenant pour garder intact le plaisir de nous laisser surprendre ! Texte et photos : M. Guinet

Alexandre Jaques donne la situation des comptes.


Nº 44

8

Nature et jardins Texte et photos Pierre Cardinaux

Protéger les rosiers contre les parasites et maladies Même pour les gens n’utilisant pas les produits chimiques pour leur jardin potager et leurs arbres fruitiers, les rosiers peuvent difficilement être protégés contre les maladies surtout, par les produits bios. D’autre part, ils sont malheureusement sensibles à trois maladies souvent très virulentes pour eux, l’oïdium, la rouille et la maladie des taches noires (marssonina). Peu ou pas de variétés résistent vraiment bien à toutes ces infections et il est toujours dommage de voir ses rosiers dépréciés par l’une ou l’autre, voire souvent les trois, alors qu’il est facile de les combattre, d’autant plus que ce ne sont pas des plantes utilisées pour l’alimenta-

Un rosier grimpant traité avec des produits non tachants.

tion, qu’elles restent en place des années et que les produits utilisés pour prévenir ces maladies sont peu ou pas résiduaires, ni toxiques. Il faut commencer à les traiter dès que les nouvelles tiges ont atteint une quinzaine de cm de longueur déjà, particulièrement pour prévenir la maladie des taches noires, de longue incubation, mais apparaissant beaucoup plus tard visuellement, soit vers la fin mai, sous forme de ces taches rondes sur les feuilles, devenant jaunes par la suite et provoquant la chute de pratiquement toutes les feuilles de la moitié inférieure des rosiers, rendant ces derniers des plus vilains.

Rosier demi-tige pleureur.

Musique

Sainte-Croix, vendredi 14 juin 2013

L’oïdium et la rouille apparaissent plus tard la plupart du temps, mais pour ces deux maladies, les traitements préventifs sont aussi nécessaires, même s’ils peuvent attendre quelques semaines de plus. Nous recommandons des traitements tous les 12 à 14 jours avec les produits fongiques spécifiques pour les rosiers, des gammes vendues en jardineries et dans les commerces spécialisés. Ils sont parfaitement efficaces pour autant qu’ils aient été appliqués avant l’apparition visuelle des maladies. En cas de présence de pucerons ou de dégâts au feuillage on peut ajouter l’insecticide conseillé ou épandre l’Actara de Maag (30 gr/m²) sur le sol, très efficace et de longue rémanence.

Accordéon au Chasseron Vendredi et samedi 28 et 29 juin prochains, l’accordéon sera roi à l’Hôtel du Chasseron, à l’instigation du Club des Cent de l’Accordéon. Claude-Alain Antonelli, Bullaton et passionné d’accordéon, est aussi le président du Club des 100 de l’accordéon, dont l’objectif est d’organiser des concerts mettant l’accordéon à l’honneur

dans les registres classique, jazz, russe, contemporain, avec quelques-uns des meilleurs solistes internationaux. Sous sa houlette, le Club des 100 vous convie à des repas-concerts au Chasseron vendredi et samedi.

Jean-Noël Pellaud

Jean-Noël Pellaud. Claude-Alain Antonelli.

Vendredi soir, dès 19h, Jean-Noël Pellaud sera avec vous avec sa façon bien à lui de jouer le blues, la musique Zydeco et Cajun. On entend la musique Cajun dans le sud-ouest de la Louisiane depuis l’arrivée des Acadiens du Canada à la recherche d’une nouvelle terre d’accueil. Durant les années 30, alors que les Cajuns blancs mêlaient leur musique originale d’accents Country& Western, la population noire de langue française, les Créoles, y introduisaient le blues. Ce mélange est connu sous le nom de Zydeco.

Sandra et Markus Fink.

Finkpositiv Le duo FINKpositiv (Schwyzerörgeli, musique légère) sera aussi de la partie, et d’autres peut-être, dont M. le président ! Nous reviendrons la semaine prochaine sur d’autres musiciens exceptionnels de ces soirées. Club des 100


Nº 44

Sainte-Croix, vendredi 14 juin 2013

9

Sainte-Croix gagne à Orbe

Football

FC Orbe II - FC Sainte-Croix-La Sagne I : 1 – 2 (1-1) But : Pascal Cuendet, Arnaud Pellissier. Ont joué : Steve Tésarik – Pascal Cuendet, Cyril Monti, Robert Paillard, Eric Jaccard, Jordan Barrière, Xavier Weyrich, Arnaud Pellissier, Thibaut Duvoisin, Johann Vallat, Sébastien Meier, Gary Cernohorsky, Mathias Berovalis, Léo Haarpaintner. Après la défaite quelque peu rageante de dimanche contre La Sarraz, les SainteCrix se déplaçaient mardi à Orbe pour y rencontrer la deuxième garniture locale. Les Sainte-Crix entamaient bien la rencontre en faisant circuler le ballon et en occupant le terrain. Durant plus d’une demi-heure, il n’y avait qu’une équipe sur le terrain et dans ce laps de temps elle allait ouvrir la marque par Pascal Cuendet sur une passe d’Arnaud Pellissier. Elle aurait pu doubler son avantage, mais le capitaine Xavier Weyrich enlevait trop son tir alors qu’il se présentait seul devant le gardien. Mais au fil de la rencontre, les Urbigènes revenaient gentiment aux affaires et la fin de la première mi-temps fut la leur. Ils égalisaient à la 44e minute, en profitant d’une erreur d’Eric Jaccard. En deuxième période, la rencontre a été assez équilibrée, avec un léger avantage aux joueurs du Puisoir qui inquiétaient un peu plus le gardien Steve Tésarik que les « jaune et bleu » le portier adverse. Mais c’est quand même les Ste-Crix qui allaient prendre l’avantage par l’entremise d’Arnaud Pellissier qui allait marquer un but incroyable, comme celui que marqua Marco Van Basten pour les PaysBas lors de la finale du Championnat d’Europe contre l’URSS en 1988 à une différence près c’est qu’Arnaud a fait sa volée du pied gauche. Splendide ! Orbe allait alors presser les Sainte-Crix, mais

Juniors DII Debout : Florent Thévenaz (entraîneur), Kylian Manzini, Moustapha Sylla Sylla, Altrin Sylejmani, Eron Grajcevci, Alexandre Monti, Loïc Augsburger, Marc Pernoux, entraîneur. Devant : Alex Thierstein, Isaac Paramelle, Anthony Bonjour, Timothée Herminjard. ces derniers malgré une certaine fatigue allaient tenir ce résultat et remporter un beau succès. Ils finiront la saison vendredi en accueillant Savigny/Forel (20h15), dans des conditions difficiles puisqu’ils seront privés de plusieurs joueurs, dont trois

défenseurs et que l’adversaire du soir ne peut pas se permettre de perdre le moindre point s’il veut dépasser La Sarraz et avoir le droit de monter en troisième ligue.

La « Deux » et les juniors D aussi victorieux Mardi soir la « Deux » a remporté une belle victoire qui lui permet de remonter au classement. Grâce à des buts de Danijel Todorovic et Gianni Fabbri ils ont battu Rances II. Les deux équipes de D ont gagné, les DI en battant Pully ne sont plus qu’à une victoire du titre de champion de groupe ; ils ont de bonnes chances de l’obtenir samedi en recevant Savigny. Les DII, après un début de championnat difficile ont obtenu leur troisième victoire de suite. Le travail effectué par les entraîneurs commence à porter ses fruits. Texte et photos : ac

Résultats 4 ligue : FC Orbe II - FC Sainte-Croix-La Sagne I : 1 - 2 5e ligue : FC Sainte-Croix-La Sagne II – FC Rances II : 4 - 3 Juniors DI : FC Sainte-Croix-La Sagne – FC Pully : 5 - 1 Juniors DII : FC Sainte-Croix-La Sagne – FC La Sarraz-Eclépens : 4 – 0 e

Juniors EI Debout : Esteban Morales, Julia Villiger, Marco Silveiredo, Stéphane Waldner, Molly Ferrari, Jean-Luc Villiger (entraîneur). Devant : Endrit Mustafa, Paul Honein, Rayan Pinto de Carvalho, Flavie Manzini.


10

Sainte-Croix Soleil

Nº 44

Sainte-Croix, vendredi 14 juin 2013

Conseil communal de Sainte-Croix Procès-verbal de la séance ordinaire du 25 mars 2013

Nous poursuivons la publication du procès-verbal de la séance ordinaire du Conseil communal de Sainte-Croix du lundi 25 mars 2013, reprenant au cours du point 7. No 917-13 Vente partielle des biens-fonds no.2127 et 2128 sis au lieu dit « Le Platon » valorisés par une participation au capital-actions de la Société immobilière Reuge SA à Sainte-Croix (qui succédait au point 8).

Une dépense de 252’000 francs pour maintenir 50 places de travail vaut la peine d’être supportée. Même si seulement dix à quinze personnes habitent la localité, elles y paient des impôts et c’est un bon rendement. Par contre, si Reuge disparaissait, ce serait une catastrophe.

Le préavis présenté ce soir relate, sur deux pages, l’historique de Reuge SA. Il est paradoxal de constater qu’en séance de commission, l’aspect du devenir de Reuge a été abordé, la commission n’étant pas là pour parler de Reuge mais de la SI Manufacture Reuge SA, objet du présent préavis. Il croit qu’il n’est pas réaliste de dissocier le futur propriétaire du locataire. La viabilité du projet ne reposera que sur la capacité du locataire à payer son loyer. Il veut bien admettre que le préavis ne soit pas exhaustif dans les explications fournies. Cependant il pense qu’entre le minimum et le maximum, il aurait été pertinent de l’étoffer un peu. Dans ce préavis, on peut lire que l’entreprise Reuge SA a pour l’exercice 2011 réalisé un bénéfice. Prendre cette information telle quelle est un peu réducteur. À la lecture du compte de Pertes et Profits de l’exercice 2011 et en excluant les produits financiers, les amortissements ainsi que les charges et revenus hors exploitation, on constate un déficit de l’ordre de 780’000 francs. Le bénéfice n’a été atteint que grâce à la cession d’un bien immobilier pour un montant avoisinant 1,2 million. Notre Conseil communal est sollicité ce soir à hauteur de 252’000 francs mais ne dispose d’aucun Business Plan, ni de la SI Manufacture Reuge SA, ni de Reuge SA. Les informations fournies donnent l’impression que d’une votation à l’aveugle qui nous est demandée. Il demande le renvoi du préavis No 917-13 à la Municipalité pour étude complémentaire. M. le syndic remercie M. Yvan Pahud pour la sympathie exprimée vis-à-vis d’une entreprise faisant partie du patrimoine de la commune. Mais il déclare que tous les documents distribués en commission présentent des chiffres assez clairs. Il les détaille : • Valeur du bâtiment de 6,5 millions sans le terrain • Prêt auprès de la BCV de 3’250’000 francs, • Caution du canton de Vaud de 13% du montant de l’hypothèque BCV, soit 900’000 francs, • Caisse de pension Reuge SA de 4%, soit 300’000 francs, • Certificats de soutien de 200’000 francs, • Apport Reuge SA d’un capital de 320’000 francs. Plus la part mise en cash des liquidités par Reuge SA pour un montant de 1,5 million. Concernant le Business Plan, il peut dire que Reuge SA a eu un gros chiffre

d’affaire en 2007, puis des difficultés dès 2008, difficultés liées à la crise. Au plus bas en 2009 et 2010, Il y a eu une remontée en 2011 puis en 2012. Pour 2013, le chiffre d’affaire est toujours à la hausse. La volonté de Reuge SA est de s’installer au Platon et de revoir sa production sur une surface plus petite. Actuellement, Reuge « chauffe dehors » en raison de la trop grande surface de l’usine. Son équipement actuel est obsolète et son matériel pas toujours performant. Reuge SA souhaite revoir sa production, revoir les coûts, de manière à • augmenter son chiffre d’affaire • faire de la prospection , en élargissant son réseau notamment dans le Golfe et en Russie et maintenir des emplois. Le souci de la commune est en ligne avec ce projet réunissant : • la volonté de développer le Platon, décision prise par le Conseil communal, • le programme de législature annonçant qu’elle souhaitait faire de la prospection et garder les entreprises installées chez nous et y maintenir des emplois (54 pour Reuge SA), ainsi que • les impôts qui en découleront. C’est une affaire économiquement et historiquement bonne. C’est tout ce qui reste de notre passé industriel et c’est conserver un savoir-faire unique au monde que l’on ne trouve nulle part ailleurs. M. Jean-René Marguet a bien compris quel était le canevas financier de la construction et du terrain. Il aimerait être renseigné au sujet du capital de 572’000 francs . Il se réfère au capital 2004, selon l’extrait du Registre du Commerce. Selon les chiffres cités, avec le décompte des actions, il constate qu’on arrive à 1,72 million. Il revient sur le paragraphe qui traite du regroupement des actions. On parle de capital du Fonds de prévoyance mais on ne parle pas du capital de 252’000 francs au niveau de ce que fait la commune. Il ajoute que pour distribuer un dividende, il faut qu’il y ait un bénéfice et que l’Assemblée générale accepte les propositions du Conseil d’administration. Il pense que le capital-actions va pallier les 3,7 % ou 3,8 % (avec ou sans terrain). Il regrette que la commune n’ait pas prévu un prêt subordonné à 3,8 % qui aurait le mérite d’avoir une emprise sur les bâtiments en cas de malheur. M. le syndic se réfère aux chiffres qu’il vient de détailler, notamment ceux des actions souscrites.

M. Jean-René Marguet revient sur le décompte et déclare qu’on aurait pu faire le même exercice à hauteur de 252’000 francs avec une garantie - par exemple une cédule hypothécaire en 2e rang - qui aurait le mérite d’avoir une emprise sur le bâtiment M. le syndic rappelle que la Municipalité a pensé à plusieurs scénarios : vendre la parcelle, avoir un droit de superficie, faire un don. Finalement, dans la discussion, la solution retenue a été la meilleure pour Reuge SA et pour la Commune. M. Yvan Pahud, a repris les chiffres de l’entreprise, par souci de transparence. En lisant le préavis, on a l’impression que tout va bien, mais au vu des chiffres, on s’aperçoit qu’il y a un déficit. Il faut que le contribuable soit conscient du risque couru. M. le syndic déclare que cet élément n’est pas caché dans le préavis. Il faut faire confiance à Reuge SA si la commune souhaite que cette entreprise demeure à Sainte-Croix. Les chiffres montrent que la situation financière est meilleure depuis 2012. M. Paul-André Simon constate que Reuge travaille sur un nouveau produit horloger et ses développements. Il rappelle que Reuge possédait la Manufacture Mermod – spécialisée dans les produits horlogers – et demande pourquoi elle a été laissée de côté. M. le syndic n’a pas de réponse en ce moment. M. Yvan Pahud a encore une question concernant le groupe CAP GAMMA, propriétaire qui investit un montant de 6 millions. Pourquoi ne met-il pas encore 252’000 francs plutôt que ce montant soit à la charge du contribuable ? M. le syndic déclare que le contribuable n’aura pas à se serrer la ceinture. Le Conseil communal a décidé de créer la zone du Platon et de mettre en place des conditions-cadres intéressantes pour des investisseurs, créateurs d’emplois. La Commune va soutenir la Société Immobilière Reuge SA, et non pas CAP GAMMA. M. Olivier Guignard déclare qu’une dépense de 252’000 francs pour maintenir 50 places de travail vaut la peine d’être supportée. Même si seulement 10 à 15 personnes habitent la localité, elles y paient des impôts et c’est un bon rendement. Par contre, si Reuge disparaît, ce serait une catastrophe. Il votera pour ce préavis. Fin de discussion


Nº 44

Sainte-Croix, vendredi 14 juin 2013

M. le président donne lecture des conclusions du rapport de la commission. Soumises au vote, elles sont acceptées par 35 oui, 2 non et 12 abstentions.

9. No 919-13 Remplacement de l’ascenseur de l’Hôtel de Ville, à la Rue Neuve 10, et modification technique de l’ascenseur du bâtiment de La Conversion sis à l’Avenue de la Gare 14

Le rapport de la commission est lu par M. Frédéric Bertrand, rapporteur. Citation La commission chargée d’examiner le préavis N°919-13 s’est réunie le mardi 5 mars 2013 à la salle des réunions de l’Hôtel de Ville. Elle était composée de Mme Christine Margot, MM Alain Bonnevaux, Antonio Buyo, Ludovic Heintz, Michaël Mollet et du rapporteur soussigné. M. Edouard Nekaka absent était excusé. La Municipalité était représentée par MM Cédric Roten et Philippe Duvoisin, municipaux et M. Jean-Michel Duvoisin, chef du Service technique, ainsi que M. Daniel Burdet, responsable des bâtiments. Nous remercions toutes ces personnes de leur disponibilité, des nombreuses explications données et des réponses fournies à toutes nos questions. En préambule M. Cédric Roten a expliqué les raisons du renouvellement complet de l’ascenseur de l’Hôtel de Ville. Cette machine date de la construction du bâtiment mis en service en 1971. Il est très utilisé par la population puisque l’on comptabilise une moyenne de 400 courses par jour. Son utilisation est multiple et ne se cantonne pas aux seuls résidents ou visiteurs du bâtiment administratif, privés ou commerces, mais aussi à des personnes à mobilité réduite qui ne peuvent passer de la rue de la Gare à la rue Neuve par les escaliers. L’entretien est actuellement fixé à 9 visites par année en fonction du nombre de courses et les dépenses pour la maintenance se situent entre 2002 et 2009 à environ 7’600 francs par an. Des travaux de maintien aux normes, dans les 5 prochaines années, sont devisés, pour l’heure, à un montant de 23’000 francs. Le changement de l’ascenseur permettra d’optimiser l’appareil à plusieurs égards: Fiabilité technique du moteur posé sur la cage mobile ainsi que courroies renforcées en lieu et place de câbles, précision de l’arrêt au niveau des paliers, accès plus aisé par des portes automatiques, augmentation du volume à disposition dans la cabine, diminution de la consommation électrique par l’amélioration du rendement de l’entraînement, augmentation du poids transportable de 320 à 400 kg, programmation rationnelle avec arrêts intermédiaires possibles. Une question posée concernait le prix et la mise en concurrence de plusieurs

fournisseurs. Il nous a été répondu que les démarches se faisaient dans ce sens, la durée des travaux ne devant pas excéder 4 semaines, le service d’urgence répondant 24 h sur 24 par téléalarme et l’intervention sur place dans les 2 heures. Concernant le bâtiment de La Conversion, il s’agit de mettre aux normes la motorisation du monte-charge qui est aussi utilisé comme ascenseur par les élèves ou enseignants à mobilité réduite. En outre, il permet de transporter tout le matériel de l’économat de l’école et il nous a été précisé que de conserver un ascenseur de type “monte-charge” en ces locaux permettrait, si nécessaire, une bonne reconversion. L’entretien est fixé à six visites par an et les travaux prévus dans les deux années à venir sont devisés à 15’000 francs. Les travaux projetés sont le changement pour une motorisation moins puissante et de la partie électrique, ainsi la charge passera de 2’000 kg à 1’500 kg suffisants. La pose d’un capteur de charge qui bloque la machine en cas de surcharge avant son démarrage et un alignement de la cage par rapport au palier. Une nouvelle commande plus ergonomique par clés, car l’accès n’est pas libre au public. Ainsi les coûts devisés se présentent comme suit: • 86’200 francs pour le remplacement de l’ascenseur de l’Hôtel de Ville. • 54’600 francs pour le remplacement de la motorisation et différentes améliorations mentionnées du monte-charge du bâtiment de la Conversion. • 4’200 francs de travaux complémentaires. Total : 145’000 francs. Après discussion, la commission vous recommande à l’unanimité des membres présents de voter les conclusions suivantes: Conclusion Fondés sur ce qui précède, nous avons l’honneur de vous demander, Monsieur le président, Mesdames et Messieurs les conseillers, de bien vouloir prendre la décision suivante: Le Conseil communal de SainteCroix sur proposition de la Municipalité, entendu le rapport de sa Commission et considérant que cet objet a été régulièrement porté à l’ordre du jour, décide : • d’autoriser la Municipalité à procéder aux travaux mentionnés pour le remplacement de l’ascenseur de l’Hôtel de ville et la modernisation de celui du bâtiment de la Conversion; • d’accorder un crédit de 145’000 ffrancs. Le compte No 9143.919 est ouvert au bilan à cet effet; • de financer ce montant par un emprunt aux meilleures conditions

11 du moment; • d’amortir cet investissement sur une période de 5 ans, la première fois au budget 2014, par le compte No 351.1.3311 pour l’ascenseur de l’Hôtel de Ville et 342.3311 pour celui de la Conversion. L’influence sur le budget sera de l’ordre de 32’700 francs, la première année en tenant compte des intérêts (2,5%) et de l’amortissement du prêt. Réparti sur les 5 années, le coût représente 31’200 francs avec une annuité constante. La discussion n’est pas demandée. M. le président donne lecture des conclusions du rapport de la commission. Soumises au vote, elles sont acceptées à l’unanimité.

10. No 920-13 Remplacement de la camionnette IVECO du secteur des travaux

Le rapport de la commission est lu par M. Jean Biétry, rapporteur. Citation La commission chargée d’étudier le préavis No 920-13 s’est réunie le mardi 5 mars 2013 à 19h à la salle de réunion de l’Hôtel de Ville. Elle était composée de Mme Adeline Sottas, MM Dionisio Baptista, Jean-Paul Krattiger, Louis-Claude Villiger, JeanSamuel Py et Jacques Dumoulin, ainsi que du rapporteur soussigné. MM. les municipaux Philippe Duvoisin et Cédric Roten représentaient la Municipalité. MM. Jean-Michel Duvoisin, chef de service ainsi que Sylvain Frey, contremaître au Secteur des travaux ont pu exposer en détail le but dudit préavis. La commission les remercie pour les renseignements fournis ainsi que pour les réponses apportées aux questions posées. Le préavis No 920-13 a pour but de remplacer l’actuelle camionnette « Iveco » par un modèle neuf de marque « VW Crafter ». Le véhicule « Iveco » a été acquis d’occasion en 2005 et comptabilise, à ce jour, plus de 200’000 km au compteur. Il donne aujourd’hui de sérieux signes de fatigue tant au niveau de la mécanique que de la carrosserie .

Sainte-Croix Soleil

L’ascenseur de l’Hôtel de Ville date de la construction du bâtiment mis en service en 1971. Il est très utilisé par la population puisque l’on comptabilise une moyenne de quatre cents courses par jour. Son utilisation est multiple et ne se cantonne pas aux seuls résidents ou visiteurs du bâtiment administratif, privés ou commerces, mais aussi à des personnes à mobilité réduite qui ne peuvent passer de la rue de la Gare à la rue Neuve par les escaliers.

Suite en page 14.

C. Carisey


Nº 44

12

100 ans

Vive la pluie !

Photos : Christophe Carisey

Sainte-Croix, vendredi 14 juin 2013

Cent ans d’exploitation d’eau sur le Plateau des Granges La Société des Eaux de L’Auberson fêtait, samedi 8 juin, le siècle d’existence de son réseau d’amenée d’eau sous pression. Une commémoration à laquelle étaient associés les habitants et les sociétaires, de même que l’Union Instrumentale et les enfants des classes enfantines et primaires du village, accompagnés de Michel Bühler.

Salle comble pour les chants.

Balade en calèche.

Les festivités ont débuté par les visites commentées des diverses installations, situées sur trois emplacements distincts. Tout d’abord la station de pompage de la Mouille-au-Sayet, en-dessous du Carre, où il était possible de se rendre en voiture, à pied ou en calèche. De là, les visiteurs pouvaient rejoindre la source principale de Fontaine-Froide 500 mètres plus loin dans le pâturage, près de laquelle les attendait une dégustation d’absinthe ou simplement d’eau de source, selon les goûts ! Puis en remontant vers le Carre, une petite pause au stand des sirops permettait aux marcheurs de se rafraîchir avant de poursuivre la balade par la visite du réservoir, du surpresseur et du local technique au Crêt Villette.

Une partie du comité à la nouvelle fontaine : Lise Guglielmetti, Dionisio Baptista, Jean-Pierre Bornand, Manuel Gurtner, Camille Maeder.

Jean-Pierre Bornand explique le pompage du Carre.

De nombreuses décorations sur le thème de l’eau attestaient combien chacun était partie prenante de la fête.


Nº 44

Sainte-Croix, vendredi 14 juin 2013

13

100 ans Photos : Christophe Carisey

Le retour vers le local de gymnastique se faisait au gré des décorations qui émaillaient le village en ce jour de fête.

Les classes de L’Auberson, heureuses de chanter avec la star Michel Bühler ! Au clavier : l’institutrice Isabelle Chavey.

Arthur Tyrode, fier de couper le ruban de la nouvelle fontaine.

Nouvelle fontaine au Carre En fin d’après-midi les invités et le public se sont retrouvés au Carre pour l’inauguration officielle de la fontaine du centième anniversaire. Taillée dans un bloc erratique, nul doute qu’elle subsistera beaucoup plus longtemps que les fontaines en béton de 1913 ! Ce point d’eau potable, placé sur l’itinéraire national de la « Route du Jura » à vélo fera certainement le bonheur des cyclistes et des marcheurs de passage, ainsi que des promeneurs qui empruntent régulièrement ce tracé. La découpe du ruban s’est faite au son de l’Union Instrumentale, puis chacun fut invité à remonter en direction du local de gymnastique où était servi un apéritif en musique, avant les ….

L’Union Instrumentale de L’Auberson, et une voiture contemporaine à la Société des Eaux !

…chansons de Michel Bühler et des écoliers du village. Les organisateurs avaient en effet eu l’heureuse idée d’associer les enfants à ce jubilé et Michel Bühler a généreusement accepté de participer à l’aventure. La salle peinait à contenir la foule de parents et d’amis venus assister au spectacle, qui offrit en primeur une chanson spécialement composée pour l’occasion par Michel. Les enfants y ont mis tout leur cœur et les applaudissements nourris tout comme le double bis sont venus récompenser ce beau travail d’ensemble. Des tables magnifiquement décorées par quelques mains habiles du village attendaient ensuite les invités et les sociétaires. Le repas, entièrement préparé par des bénévoles avec des produits du terroir, marqua le point final de cette journée de fête. P. Leuba

Dégustation d’absinthe à la fontaine froide (captage de source) : Pierre-André Currit, Philippe Jaccard, Laurent Brovarone, Dionisio Baptista et François Gret.


Nº 44

14

Coiffure

Dee N Si Coiffure Ophélie et Marine sont heureuses de vous annoncer l’ouverture du salon Dee N Si Coiffure, anciennement Angelo Coiffure, le mardi 25 juin 2013.

Feuilleton 13

Si vos cheveux sont pressés de rencontrer nos ciseaux, vous pouvez prendre rendez-vous dès maintenant au 024 454 24 23. Nous répondrons à vos appels les mardis et jeudis de 14h à 17h, en attendant l’ouverture officielle.

Vous êtes cordialement invités à prendre le verre de l’amitié le samedi 29 juin, lors de l’inauguration officielle de votre nouveau salon de coiffure hommes et Femme. Au plaisir de vous recevoir. Dee N Si Coiffure

Une enfance au café

envie d’entrer et de leur parler, ce serait encore pire de les connaître, mon regret aurait une image, un visage, une voix. Et si en plus, c’étaient de sales gens ?

René Neyret

Souvenirs de gamin en Haute-Loire. Entre dureté et tendresse, toute la magie d’un conteur en culottes courtes.

À suivre…

On dit ça aujourd’hui dans le reste de la famille, c’est-à-dire les survivants, c’està-dire pas grand monde : « La grand-mère a vendu pour une misère. » Tant pis pour eux, les descendants, ils n’ont pas voulu reprendre le café. Ils n’avaient pas la fibre bistrotière. Et moi j’étais trop petit, je n’aurais pas eu les moyens de faire changer leur décision. On ne m’a d’ailleurs pas demandé mon avis. De toute façon je ne savais pas que ce lieu allait devenir essentiel pour moi, qu’un jour il serait perdu définitivement. Une « vraie misère », une vraie de vraie. Aujourd’hui quand je passe devant, c’est-à-dire souvent, aussi souvent que possible, je ne peux que regarder de l’extérieur, comme un étranger, cet endroit si important. Le plus important du monde, occupé par d’autres gens, qui y vivent. On ne connaît pas leur nom, des gens d’ailleurs, je ne les ai jamais vus. Ce n’est même plus un bistrot, ils ont enlevé le panneau « Café du Lac », ils dorment dans ma chambre, c’est dingue. Je n’ai pas

5. La boutasse Le fameux lac était une étendue d’eau ridiculement petite qui, à première vue, ne servait qu’à légitimer le nom du café. Pourtant elle avait d’autres raisons d’exister, bien plus importantes. Si je veux être fidèle au souvenir, je ne peux pas dire l’étang, la mare ou le lac, personne n’utilisait un de ces mots pour la qualifier. On l’appelait d’un nom spécifique en patois local : la boutasse, un mot qui devait être compris dans un rayon de trente kilomètres au plus et par environ cent personnes, mais ça suffisait largement, car on ne s’éloignait jamais de plus de trente kilomètres, et on ne connaissait pas plus de cent personnes. La boutasse était pour moi un des éléments essentiels du coin. Elle abritait des poissons et des gros, de plus, c’était l’élément dans lequel je tombais au moins deux fois par semaine. Bien entendu, la grand-mère, c’était son rôle, faisait semblant de s’inquiéter. Ce qui ne m’empêchait pas de jouer en permanence au bord de l’eau ou de naviguer

LeZarti’cirque – école de cirque Les inscriptions sont ouvertes : • Des cours pour tous : enfants, adolescents, adultes, seniors • Cours d’arts du cirque : durée 1h30 du lundi au jeudi • Cours d’acrobatie : samedi de 10h à11h30

Sainte-Croix, vendredi 14 juin 2013

dans des espèces de machins flottants. Enfin flottants… temporairement et qui me faisaient revenir trempé, mais jamais honteux, à chaque fois. Pas une seule croisière ne s’est terminée sans naufrage. Mes navires étaient construits à partir de n’importe quoi, généralement de la récupération, il suffisait de sélectionner du plus léger que l’eau. J’assemblais le tout avec des bouts de corde ou de raphia utilisé pour attacher la vigne. Je me souviens en particulier d’une embarcation fabriquée avec deux baquets. Chaque morceau ressemblait à une espèce de grande bassine en bois, d’un mètre vingt de diamètre, soixante centimètres de hauteur, cerclée de métal. Le bateau avait de l’allure, il flottait lourdement, mais il flottait. J’attachais les deux pièces du mieux que je pouvais. Et ouste ! À bord ! Un bâton en guise de gaffe pour pousser sur le fond vaseux et avancer. Ce jour-là, la corde s’est rompue, les deux baquets se sont écartés lentement l’un de l’autre. Comme j’avais un pied de chaque côté, j’ai commencé à faire le grand écart, pour finir par tomber à l’eau. Cette fois, je me suis fait disputer car c’étaient les récipients utilisés pour donner à manger aux cochons. Or, on ne plaisante pas avec ça, pas question de se mettre en retard pour les nourrir. Il a fallu presque une heure pour récupérer les deux demi-navires. Piteux, sans gaffe pour avancer, je m’étais réfugié dans l’un des deux. L’eau était naturellement noirâtre et contenait, de plus, un mélange de particules en suspension qui interdisait de voir le fond, même à faible profondeur. Je n’ai jamais très bien su quelle était leur nature, personne ne le savait d’ailleurs, et le liquide était décrété impropre à la consommation. Pourtant, j’en ai souvent bu.

Ouvert

depuis le 1er juin Fabienne vous propose ses spécialités :

Disciplines enseignées : acrobatie, jonglerie, équilibre sur objets, aériens, jeu d’acteur, mât.

Taquet sur pierre dès 300 g

• Des cours spécifiques le week-end (mât, acrobatie, trampoline, jonglerie, aériens, bascule)

Entrecôte bullatonne dans son beurre maison

• Des cours par sessions : clowns, parents-enfants. Renseignements et inscriptions : 0041 79 375 75 65 contact@lezarticirque.ch, www.lezarticirque.ch

Menu du jour (midi) - 3 dl minérale et café - au prix de 20.Fermé le mardi


Nº 44

Sainte-Croix, vendredi 14 juin 2013

Conseil communal de Sainte-Croix Procès-verbal de la séance ordinaire du 25 mars 2013 (suite) Le 5 février dernier, le véhicule « Iveco » a été déclaré « non conforme » par le service des automobiles, ceci pour des problèmes de corrosion très avancée. L’acceptation de ce préavis permettra d’éviter des frais supplémentaires sur ce véhicule en demandant un report d’expertise exceptionnelle sous condition que ledit véhicule soit soumis à un « contrôle de sécurité » du SAN dans l’attente de livraison du nouveau véhicule. Cette prolongation ne pourra excéder six mois. Lors de la discussion, il est apparu que, contrairement au descriptif technique du préavis, le « VW Crafter » est un modèle à propulsion ou selon le descriptif officiel du constructeur à «traction arrière ». Un avantage de la propulsion est de mieux tenir la charge, l’essieu arrière moteur étant plus costaud que l’essieu monté sur un utilitaire à traction. La charge utile de ce véhicule est de 1100 kg. Débarrassés des cardans qui assurent la transmission de la puissance aux roues avant, les utilitaires à propulsion offrent aussi un meilleur rayon de braquage. Le système à propulsion a déjà été éprouvé sur le véhicule actuel. Il s’en trouvera amélioré sur le nouveau en conditions hivernales puisque le « VW Crafter » ne disposera plus de roues jumelées et qu’il sera équipé du blocage électronique du différentiel (EDS) ainsi que du système de régulation anti patinage (ASR). Ne se déplaçant que rarement à plus de trois employés, la version double cabine du «VW Crafter » n’a pas été retenue. Une version double cabine est plus onéreuse et diminue d’autant la surface de chargement du pont basculant ainsi que la charge utile du véhicule. Une version 4x4 n’a pas été retenue, ceci pour des raisons de surcoût, de diminution de charge utile et de non nécessité. La configuration proposée répondant en tout point aux souhaits des utilisateurs du service des travaux ainsi qu’au cahier des tâches qui lui sera dévolu. Conclusion Après discussion, à l’unanimité de ses membres, la commission chargée d’examiner le préavis No 920-13 a donc l’honneur de vous demander d’adopter la conclusion suivante : Le Conseil communal de SainteCroix, sur proposition de la Municipalité, entendu le rapport de sa commission et considérant que cet objet a été régulièrement porté à l’ordre du jour, décide : • d’autoriser la Municipalité à acheter une camionnette VW Crafter; • d’accorder le crédit nécessaire de 41’500 francs. Le compte N° 9146.920 est ouvert au bilan à cet effet;

• de financer ce montant par un emprunt aux meilleures conditions du moment; • d’amortir cet investissement par le compte 451.3311 sur une période de 5 ans, la première fois au budget 2014. L’influence sur le budget sera de l’ordre de 9’350 francs, la première année en tenant compte des intérêts (2.5 %) et de l’amortissement de l’emprunt. Réparti sur 5 ans, le coût représente 8’950 francs avec annuité constante. Fin de citation Discussion M. Michaël Mollet, par souci de transparence, demande ce qu’on va faire de la camionnette. M. Philippe Duvoisin répond qu’elle sera vendue à la casse aux meilleures conditions. Mais c’est un tas de rouille. Fin de discussion M. le président donne lecture des conclusions du rapport de la commission. Elles sont acceptées à l’unanimité.

11. Interpellations, propositions, questions

M. Sébastien Nobs donne lecture d’une motion. Citation Cette motion demande à la Municipalité de conserver une voiture Mobility à Sainte-Croix. Ceci afin d’offrir une voiture de location pour les petits trajets de la population locale et des touristes. De cette manière Sainte-Croix offre une alternative aux personnes n’utilisant qu’occasionnellement les transports individuels et majoritairement les transports publics. On montre ainsi que le label « Cité de l’énergie » se concrétise aussi pour les transports. Je laisse à la bienveillance de la Municipalité et de ce Conseil le soin de réexaminer la décision de supprimer la voiture Mobility. Fin de citation Soumise au vote, cette motion est acceptée par la majorité des conseillers, avec 1 non et 5 abstentions.

M. Philippe Gueissaz constate qu’il est question, dans le journal de mercredi, de Reuge et juste en dessous, on découvre la nouvelle identité visuelle de la commune. On a parlé de Reuge, maison fondée en 1865. Qu’en est-il de l’histoire de nos armoiries ? Surprise en allant sur le nouveau site internet : l’icône qui symbolise la commune de Sainte-Croix est réduite à un tas de poussière, … à quelques étoiles. Autant il peut féliciter la Municipalité pour le nouveau site internet qui est magnifique, autant il s’interroge

sur l’abandon de ces armoiries datant de la fin du 17e siècle, soit bien avant l’usine Reuge. Elles ont été balayées. Pourquoi ? Quels sont les évènements qui ont conduit à une telle décision ? Quels sont les arguments de la Municipalité concernant ce changement  ? Quels sont les documents officiels qui seront touchés ? M. le syndic remercie M. Philippe Gueissaz pour les félicitations concernant le site. Il reviendra plus tard sur le sujet des armoiries de la commune. M. Yvan Pahud abonde dans le même sens de M. Philippe Gueissaz. Il est attaché à ses armoiries et ses racines. Quand il se trouve en plaine, il peut dire : « Je viens de la campagne.  » Ce n’est pas péjoratif et maintenant, il vient de la ville ! … M. Jean-Claude Piguet a pris connaissance des propos de M. J.-M. Catillaz, directeur des écoles, au sujet de la loi sur l’enseignement obligatoire qui sera bientôt en vigueur. Il est mentionné qu’il y a actuellement trois classes à Bullet et trois autres à L’Auberson, mais que « la répartition des classes à Bullet et à L’Auberson va devoir être discutée au sein du Conseil d’établissement : à moyen terme, c’est la question de l’implantation des classes dans ces deux villages qu’il faudra se poser. » Il souhaite que le Conseil communal soit consulté à ce sujet – l’AIBJV n’existant plus – car cette décision aura des incidences financières, sociales et humaines. M. Thierry Luthringer rappelle que sa motion pour développer le covoiturage a été acceptée. À ce jour, il n’y a pas d’information de la part de la Commune. Il demande à la Municipalité d’en donner, sur le nouveau site internet par exemple, en considérant les différentes études qui ont été faites à ce sujet. M. Jean-René Marguet remercie la Municipalité pour l’installation de deux poubelles pour les sacs des chiens, cela suite à ses demandes réitérées. M. Michel Bühler demande s’il y a une différence constatée depuis l’installation des caméras de surveillance sur le site de la gare. M. Philippe Duvoisin répond que la situation s’est nettement améliorée. La séance est levée à 22h30. Le président du Conseil communal : Eric Chambettaz La secrétaire : Martine Cuennet

15

Sainte-Croix Soleil

Suite de la page 11.

Une motion demande à la Municipalité de conserver une voiture Mobility à Sainte-Croix. Ceci afin d’offrir une voiture de location pour les petits trajets de la population locale et des touristes.


Nº 44

16

Livres

Sainte-Croix, vendredi 14 juin 2013

Editions Mon Village

Deux magnifiques romans ! Les éditions Mon Village ont publié peu d’ouvrages au cours de ce premier semestre 2013, sans doute afin d’être plus sélectif, et le résultat est remarquable : deux romans de plus de cinq cents pages écrits avec une maîtrise admirable : Le fils des étoiles de Michel Clerc et Les yeux tournés vers les étoiles de Maurice Cohen. Des titres qui sont d’une brûlante actualité…

Le fils des étoiles

Michel Clerc.

Le fils des étoiles, Michel Clerc 544 p. 32 fr. Mata-Kité-Rangi Les yeux tournés vers les étoiles, Maurice Cohen, 512 p. 29 fr. Disponibles à la librairie Clin d’œil, au Journal, aux éditions Mon Village,

Maurice Cohen.

émile, fils d’un vigneron du Jura, est brutalement licencié de l’usine sidérurgique de Dunkerque où il exerce la profession d’ingénieur. Décontenancé, il revient au pays pour se retrouver, se ressourcer. Il redécouvre alors la vigne aux étoiles, la magie du vin jaune, la beauté des forêts et de leur faune. En pleine reconstruction, émile tombe amoureux d’une femme étrange, une Suissesse échouée avec son mari au cœur d’une vallée entaillée dans le deuxième plateau jurassien. Victime d’un cancer, élise est elle aussi en reconstruction. L’amour de ces deux êtres déchirés se développe contre vents et marées, en dépit de tous les obstacles, magnifié par la grandeur morale des parents du jeune homme, de la Mère en particulier, dans le cadre merveilleux offert par la nature. Mais pour mieux décrire ce roman, écoutons Danièle Secrétant (auteur des Hommes des sous-bois et de La femme paratonnerre). Bonjour Michel, Je viens de terminer la lecture de Le fils des étoiles, et je tiens à te faire part

du grand plaisir que j’ai eu à te lire. De mon admiration aussi pour la qualité et la force de l’écriture. La beauté des images. Je n’avais pas prévu de le lire aussi rapidement, ayant des lectures en cours. J’ai mis le nez dedans… et j’ai laissé tomber le reste. Et même d’écrire ! J’ai donc commencé à grappiller. La construction des premiers chapitres, courts, efficaces, m’a mise en bouche. Tout de suite, une évidence. Il y avait la promesse d’un grand cru. La promesse serait-elle tenue ? D’un chapitre à l’autre j’ai été happée, plus moyen de m’arrêter. Mais c’est un roman qui se dévore avec lenteur. En laissant toutes les saveurs, les odeurs, les couleurs et les bruits imprégner tout ton être. L’homme et la nature dans une osmose parfaite, faite de douceur, mais aussi de brutalité. De rudesse plutôt. Des personnages magnifiques. Authentiques, remplis de doutes, de certitudes, d’expériences nées de la confrontation avec la terre, avec le monde animal. Élise. Il y a chez elle quelque chose d’Emma Bovary et d’Anna Karénine. Elle ressemble à La jeune fille à la perle, ou La jeune fille au turban, de Vermeer.  

Les yeux tournés vers les étoiles Au début du dix-huitième siècle, trois navires venus d’Europe avisent un aprèsmidi de mauvais temps une terre isolée à quelque quatre mille kilomètres des côtes du Chili... Une nonne, un professeur d’Université, un capitaine au long cours et un jeune illettré fugueur vont voir leurs destins bouleversés par cet évènement. De la mer du Nord au Pacifique, ils vont traverser des paysages encore vierges, croiser des peuples primitifs, côtoyer des modes de pensée archaïques. Dans l’effervescence d’un siècle à cheval entre le monde ancien et le monde moderne, ils tentent de dépasser leurs propres limites, dans la flamboyante turbulence de leur vie et de leurs sentiments. Leurs âmes scintillantes cherchent à donner un sens à l’existence à travers le savoir, la découverte, et l’amour. Les yeux tournés vers les étoiles est un voyage dans le temps, dans des mondes aussi nouveaux que mystérieux, qui nous plonge dans une aventure pleine de rebondissements, peuplée de personnages en quête d’absolu.

Né au Maroc, Maurice Cohen y passe son enfance et son adolescence. à dix-sept ans, il part en France faire des études de droit et de sciences politiques, à Aix-en-Provence et à Paris. Ensuite, après une première mission à Lausanne, il occupe des fonctions de direction au sein de sociétés multinationales

Émile. Un homme que j’aimerais rencontrer. La Mère. Du condensé de Mère. Le Commis. Comme genre d’homme, il me plaît bien aussi. Quelques scènes époustouflantes. La chasse à la bécasse, et surtout, celle au sanglier. Quelle tension dramatique ! Quel machiavélisme dans cette tentative du mari d’Elise de faire tuer son rival par l’énorme bête noire. Ce passage-là est … les mots me manquent. J’ai eu peur, j’ai retenu mon souffle, j’y étais ! Et quelle fin aussi ! Jusqu’au bout, tenue en haleine ! Avec ce souffle continu de sensualité, d’érotisme. Jamais vulgaire. Un roman qui fait du bien […] Michel, merci pour ce chatoyant maillon. Danièle Secrétant

dans d’autres pays d’Europe, en Amérique latine et en Asie, avant de devenir Consultant indépendant. Mais cet homme d’entreprise, qui a beaucoup voyagé, est aussi un poète et un narrateur. Dans ce roman qu’il situe au 18e siècle, ses personnages sont, comme lui, de grands voyageurs, à une époque où les déplacements lointains étaient chose périlleuse. Mais la même soif de connaissance, de découverte et d’aventure anime les migrants d’alors et ceux d’aujourd’hui, la même sensation d’être des citoyens du monde aussi… Les yeux tournés vers les étoiles est une aventure romanesque où les grands thèmes de l’époque sont abordés, à travers la vie tourmentée de ces expatriés de la première heure, au quotidien plein de soubresauts, de situations extrêmes, à l’aune des périls et des enjeux du moment.


44 v 14 juin 2013