Issuu on Google+


Délices culinaires

3 Cap sur la Toscane 7 Scènes du passé 15 Tout voir 15 29 37 55 69 75 83

Florence Le Chianti Sienne et ses environs Autour de Pise La côte sud et l’île d’Elbe Arezzo et ses environs Un week-end en Ombrie

Intermèdes 32 Histoire du Chianti 40 Sans selle, mais avec cravache 58 L’aveuglante vérité

112 113 114 115

Carte dépliante La Toscane Florence

87 Art et architecture 101 Les achats

108 Le côté pratique

Produits du terroir

116 Index

Culture et traditions

103 A table 107 Les sports

Cartes Ile d’Elbe Lucques Pérouse Sienne

Architecture remarquable

SOMMAIRE


3

C A P S U R L A TO S C A N E Rien ne manque à ce berceau de la culture et du bien-vivre. Un tour de la Toscane vous offrira tous les trésors et les plaisirs que l’on associe communément à l’Italie: les chefs-d’œuvre de la Renaissance, les merveilles architecturales de ses palais, villas et églises, les splendides paysages ciselés par les oliveraies, les vignes et les allées de cyprès grimpant jusqu’aux typiques villages perchés sur les collines – sans oublier les pâtes arrosées d’un verre de Chianti. Selon votre itinéraire, vous rencontrerez tour à tour mer et montagne. Le point culminant des Alpi Apuane, constituée pour deux tiers de collines, est le Monte Pisanino (1945 m), qui se dresse au nord-est de Carrare. Les plaines se composent des vallées du vignoble du Chianti et de l’Arno, ainsi que de la Maremme, une région marécageuse, au sudouest de Sienne. Les eaux brunâtres de l’Arno s’écoulent sur 241 km, du Monte Falterona, au nord-est de Florence, jusqu’à son débouché dans la Méditerranée en aval de Pise. La Toscane est aussi une mine de produits raffinés qui ne se limitent pas aux boutiques de luxe de Florence. Sienne, Pistoia et Sansepolcro sont renommées pour leurs étoffes brodées, Arez-

zo et Chiusi pour leurs céramiques, Volterra pour ses objets en albâtre. Quant aux amateurs de bons crus, les Chianti Classico et les vins de Montepulciano et de Montalcino feront leur bonheur. Eternels querelleurs Malgré une identité culturelle qui la démarque clairement du reste de l’Italie, la Toscane n’est unie qu’en apparence. A mille lieues de l’idéal d’harmonie qui imprègne son art Renaissance, elle est divisée par une multitude de rivalités locales, un phénomène qui remonte aux Etrusques – qui tombèrent sous la coupe de Rome par incapacité à allier leurs douze principales cités. Les guerres, au Moyen Age, entre Sienne et Florence sont elles aussi très lointaines, mais la hache n’est pas en-


4 CAP SUR LA TOSCANE

terrée pour autant, comme en témoigne l’incompatibilité de leurs services d’autocars. De même, les vieilles rivales commerciales que sont Lucques et Pise continuent de s’affronter dans de féroces disputes municipales, et plus d’un habitant de Massa répugnera à vous indiquer le chemin des carrières de marbre de la ville voisine de Carrare. Mais c’est peut-être à l’intérieur des cités que cet esprit querelleur atteint ses sommets. Ainsi, les célèbres «gratte-ciel médiévaux» de San Gimignano furent érigés par des familles de négociants dont chacune souhaitait affirmer ainsi sa supériorité sur les autres. Quant au Palio, la fameuse course de chevaux de Sienne, il représente l’apo-

gée d’une année entière de chamailleries entre les dix-sept quartiers de la ville. Ailleurs, les rivalités internes s’expriment sous d’autres formes: concours de roulage de tonneaux à Montepulciano, joutes à Arezzo (Giostra del Saraceno) ou affrontements sur un pont à Pise (Gioco del Ponte). Les Toscans manifestent une relative unité dans un domaine au moins, mais elle relève du même esprit de contradiction: revendiquant haut et fort leur catholicisme, ils élisent régulièrement des maires communistes ou, depuis les années 1990, leurs héritiers de gauche. Lumière et couleurs La lumière de la Toscane et la richesse de sa palette


5

Et le bonheur d’admirer ces merveilles à Sansepolcro, Massa Marittima, Lucques ou Volterra se décuple à la traversée des lieux qui les ont inspirées. Le paysage toscan est à lui seul un véritable chef-d’œuvre. Le triangle parfait Une escapade d’un week-end audelà de la frontière méridionale de la Toscane vous fera découvrir la verte Ombrie. Trois superbes cités y composent un triangle parfait: Gubbio, perchée au sommet d’une colline, qui recèle de splendides céramiques; Pérouse, où vous admirerez les œuvres de son enfant chéri, Le Pérugin (Il Perugino); Assise, enfin, la ville de saint François, qui se dresse comme un navire sur un paysage plat comme la mer.

Huber/Riccar

de couleurs ont uni ses paysages et ses peintres, sculpteurs et architectes dans une communion qui transcende les disputes locales. Si un grand nombre d’artistes ont gravité autour de la puissante cité florentine, d’autres villes toscanes ont elles aussi nourri leurs génies. La cathédrale, le baptistère et la Tour penchée de Pise ont marqué l’architecture médiévale de la péninsule, et la famille Pisano a enrichi toute la Toscane du talent de ses sculpteurs. Sienne a donné le jour à une école de peintres – Duccio di Buoninsegna, Simone Martini, les frères Lorenzetti, Sassetta – dont les tons chauds tranchent sur ceux de leurs pairs florentins. Piero della Francesca a produit ses plus belles œuvres à Arezzo et dans les cités environnantes de la Toscane orientale.


Huber/Kaos03

San Gimignano et ses fameuses tours, majestueuses sentinelles de pierre.


29

Le Chianti Pour beaucoup de gens, le vignoble et les villages ensoleillés perchés au sommet des collines du Chianti sont la quintessence de la Toscane. Après une tournée de dégustation, vous pourrez jouir des richesses spirituelles et culturelles de San Casciano, de Certaldo, patrie de Boccace, de San Gimignano et de Volterra.

Via Chiantigiana Empruntant le tracé de la route 222 au départ de Florence, avec des sorties en direction des collines orientales, la route du vin est balisée par le fameux Gallo Nero (coq noir) qui sert de label aux plus prestigieux crus du Chianti Classico. A travers un paysage enchanteur, elle vous fera découvrir quelques-uns des fleurons de la civilisation italienne. L’époque de la vendange (vendemmia), en septembre et octobre, est l’occasion de fêtes mémorables, mais on peut déguster et acheter du vin tout au long de l’année dans les principaux centres de production. Impruneta

Ce village agricole situé à la sortie de Florence marque la limite nord de la route du vin. Il produit de délicieux raisins de table qui sont à l’honneur lors d’une fête célébrée fin septembre. A la mioctobre a lieu une foire consacrée au bétail, aux chevaux et aux pro-

duits de la ferme: la fiera di San Luca. La terre d’Impruneta fournit une fine argile utilisée pendant la Renaissance par les ateliers de la famille Della Robbia et de nos jours pour la fabrication de poteries, de figurines et de tuiles décoratives. Sur la Piazza Buondelmonti, au centre-ville, vous admirerez les personnages de terre cuite émaillée réalisés par Luca Della Robbia pour la Basilica di Santa Maria all’Impruneta. Une Crucifixion et des statues de Pierre et Paul ornent deux chapelles du XVe siècle situées en retrait du maître-autel. L’église a conservé son campanile roman fortifié, derrière la nef et le portique essentiellement baroques. Greve in Chianti

Pour atteindre ce grand centre de commerce de vins et autres produits agricoles, la route suit les méandres de la rivière Greve, que bordent les premiers vignobles du Chianti et plusieurs châteaux. Le Castello di Verrazzano appartenait à la famille de ce navigateur du XVIe siècle, dont un pont à l’entrée du port de New York porte le nom – de même que la place centrale de Greve qui l’honore d’une statue. Le village fortifié de Montefioralle était jadis le fief de la famille Vespucci, dont le descendant Amerigo a donné son nom au Nouveau-Monde.


istockphoto.com/Chiocchetti

wikimedia.org

istockphoto.com/fajean

fresques détaillées, dues principalement à Domenico di Bartolo, donnent un aperçu des méthodes et coutumes hospitalières du XVe siècle. L’église de l’hôpital renferme plusieurs sculptures, dont un Christ ressuscité (1476) en bronze de Lorenzo Vecchietta. Le Musée archéologique abrite des collections de sculptures, céramiques, monnaies et bijoux provenant de l’ère villanovienne (IXe siècle av. J.-C.) ainsi que des tombeaux étrusques et romains. Pinacoteca Nazionale

Le grand musée de la peinture de Sienne se partage entre les palais Buonsignori (Via San Pietro 29) et Brigido, au sud de la Via di Città. On peut y découvrir, à travers des œuvres s’étalant sur cinq siècles, la riche palette, la douce lumière et l’atmosphère paisible qui caractérisent les peintres siennois. Sont notamment représentés Guido da Siena, Duccio di Buoninsegna (Madone des Franciscains, 1290), Simone Martini (Agostino Novello, 1324), Pietro Lorenzetti (Crucifixion, 1326) et son frère Ambrogio (AnnonciaSienne: façades pittoresques. | Saint Antoine battu par les diables de Sassetta (1430–32), visible à à la Pinacoteca Nazionale de Sienne. | Monteriggioni, bien protégé de ses ennemis.


SIENNE ET SES ENVIRONS 43

tion, 1344), Giovanni di Paolo (Le Jugement dernier, 1460), Sassetta (La sainte cène, 1424), Domenico Beccafumi (Sainte Catherine stigmatisée, 1515), Sodoma (Jésus sur la colonne, 1511). Parmi les artistes non siennois figurent Albrecht Dürer (Saint Jérôme), Lorenzo Lotto (Nativité), Paris Bordone (Annonciation) et Quentin Metsys (Elisabeth d’Angleterre). Sant’Agostino

Située au sud de la Pinacoteca Nazionale sur la Via San Pietro, cette église vaut le détour pour le panorama sur la ville et ses jardins. A l’intérieur, on peut admirer une Crucifixion du Pérugin, une Epiphanie de Sodoma audessus du maître-autel, et une fresque d’Ambrogio Lorenzetti dans la chapelle Piccolomini. Santa Maria dei Servi

Nichée dans un cadre presque campagnard à l’extrémité sud-est de la ville, juste derrière l’ancien ghetto juif, cette sobre église romano-gothique renferme elle aussi quelques chefs-d’œuvre, en particulier une Madonna del Bordone (1261) de Coppo di Marcovaldo et un Massacre des Innocents (1491) de Niccolò di Segna. San Domenico

Au nord-ouest du centre-ville, dans le quartier de Camollia où

grandit la future sainte Catherine, se dresse l’église-forteresse du XIVe siècle dans laquelle cette dernière pria et eut nombre de ses visions. Dans la chapelle voûtée située à l’extrémité ouest de l’édifice, on peut voir son portrait, réputé fidèle, par Andrea Vanni, qui l’a représentée dans sa caractéristique posture extatique. Dans le transept de droite, la chapelle dédiée à Catherine est ornée de fresques de Sodoma. Le crâne de la sainte est conservée sur l’autel dans un reliquaire Renaissance. Monteriggioni Situé au nord-ouest de Sienne, entouré d’oliveraies et de vignobles, ce bourg perché sur une colline a conservé ses fortifications presque circulaires du XIIIe siècle. Les 14 tours de guet faisaient partie du réseau d’alerte siennois contre les attaques florentines. Abbazia di San Galgano Dans un champ à 30 km environ au sud-ouest de Sienne, sur la route de Massa Maritima, se dresse l’une des ruines les plus pittoresques d’Italie, la majestueuse abbaye de San Galgano, pendant gothique du XIIIe siècle de la cathédrale de Sienne. En fait, non contents de servir d’arbitres, de magistrats et de notaires pour la grande cité, les puissants


istockphoto.com/Phooey

La Tour penchée de Pise – un ratage du génie civil, mais un triomphe touristique.


55

Autour de Pise La Tour penchée n’est pas qu’une attraction touristique, c’est un édifice qui s’inscrit parfaitement dans l’architecture des grands monuments de Pise. Une architecture qui a exercé une profonde influence à travers la région, y compris dans les cités rivales de Lucques, Pistoia et Prato. Au nord de la Toscane, la proximité des Alpes transforme les collines en montagnes, notamment autour des carrières de Carrare, d’où est issu le marbre qui a donné la matière première de tant de chefs-d’œuvre de l’art italien. Viareggio, est le grand centre de villégiature de la Riviera toscane.

Pise (Pisa) Les trésors artistiques qui ornent le Campo dei Miracoli sont les héritages de la puissance maritime de Pise au Moyen Age. La cathédrale, le baptistère et le campanile – plus connu sous le nom de Tour penchée – furent en effet financés par les profits, légitimes ou non, des négociants et des corsaires qui naviguaient souvent sur les mêmes navires. Les principaux monuments et musées de la ville peuvent être visités en une journée ou deux. Piazza del Duomo

Située au nord du centre-ville, cette place est témoin des grandes étapes de la vie des Pisans. Au baptistère ils reçoivent le bap-

tême. A la cathédrale ils font leur communion, puis se marient. Les cloches du campanile ponctuent ces heureux événements – mais aussi les funérailles des défunts. Duomo

L’ornementation délicate de cette cathédrale romane trahit les contacts commerciaux et culturels entretenus par les Pisans avec la Méditerranée orientale. Sa façade de marbre blanc en arcatures comprend des éléments de style byzantin et arabe. Elle est coiffée par une Madone d’Andrea Pisano flanquée de deux anges provenant de l’atelier de Giovanni Pisano. Commencée en 1064 pour célébrer la victoire sur les Arabes en Sicile, la construction fut achevée en 1118. Le sarcophage de l’architecte Buscheto, installé sous l’arche située à gauche de la façade, porte une inscription latine affirmant: «Sans pareil est le temple de marbre blanc, véritable et authentique création due au talent de Buscheto». A l’intérieur, dans la nef de gauche, se dresse la chaire de marbre (1311) de Giovanni Pisano sculptée de scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament. Sur les colonnes conduisant au chœur, on peut admirer trois peintures du XVe siècle dues à Andrea del Sarto, représentant respectivement Catherine, Marguerite, Pierre et Jean-Baptiste. La voûte de l’ab-


Huber/Huber

Porto Azzurro, une attrayante petite station balnéaire sur la côte est de l’île d’Elbe.


69

La côte sud et l’île d’Elbe C’est de l’Argentario, de Talamone, de Populonia ou de l’île d’Elbe, à l’extrémité sud-ouest de la Toscane, que les marchands étrusques et romains embarquaient jadis. Cette côte est restée populaire. La région de la Maremme, autrefois marécageuse, a été convertie en une réserve naturelle. Et Massa Marittima mérite une visite pour sa cathédrale et ses musées.

Orbetello Orbetello se dresse sur l’un des trois cordons littoraux qui rattachent au continent la péninsule de l’Argentario. Les vestiges d’une nécropole villanovienne (IXe siècle av. J.-C.) en font une des plus anciennes cités de Toscane et le cortège des envahisseurs – Etrusques, Romains, Byzantins, Lombards, Siennois, Espagnols, Français et Autrichiens – qui s’y sont succédé résume en miniature l’histoire de la Toscane. Quelques monuments ont survécu aux bombardements de la dernière guerre. De l’ère espagnole subsistent la Porta Nuova (XVIe siècle), le palais du vice-roi (Padiglione) sur la Piazza Garibaldi et la poudrière de la garnison (Polveriera Guzman), au sud-est du centre-ville. De la cathédrale, reconstruite en 1376 sur le site d’un ancien temple, le portail gothique est l’unique élément d’origine.

Lagune d’Orbetello

La partie nord de la lagune salée formée par le cordon littoral est protégée par le Fonds mondial pour la nature pour son couvert de broussaille typique du paysage méditerranéen et en tant que sanctuaire de flamants et de spatules. Argentario La strada panoramica, jalonnée de tours de guet espagnoles et régulièrement traversée par des porcs-épics, longe sur 40 km la péninsule. Citronniers et orangers, oliviers et vignes habillent les pentes du Monte Argentario qui culmine à 635 m dans une forêt de chênes et de pins où trouvent refuge rossignols, fauconspèlerins et quelques sangliers. Porto Ercole

Le port de plaisance de cette station très chic a vu accoster maintes célébrités. Sur le portail qui garde l’entrée de la ville, une place honore la mémoire du Caravage, qui mourut ici sur une plage en 1610 – et qui aurait été enseveli incognito dans l’église paroissiale de Sant’Erasmo. Très animé tôt le matin par le marché aux poissons, le port baigne ensuite dans une atmosphère plus relâchée avec ses cafés et ses restaurants de spécialités de la mer. Restaurées après les bombardements de la Seconde Guerre mon-


104 À TABLE

Les pâtes S’adaptant aux désirs d’une clientèle plus frugale, les restaurateurs acceptent désormais de servir les pâtes en plat principal plutôt qu’en entrée (primo piatto) comme le veut la tradition. Le choix des formes comme des sauces est pratiquement infini. Les fabricants n’hésitent pas à embaucher des designers pour élaborer de nouvelles variations autour des rigatoni cannelés, des penne en tuyau de plume, des farfalle en forme de papillon ou des plus ou moins larges tagliatelle et pappardelle. Quant aux sauces, citons, parmi les classiques, la bolognaise (viande hachée), le pesto (basilic, pignons ail et parmesan), la carbonara (crème et lardons), la marinara (tomate et thon), les vongole (palourdes et tomate), sans oublier aglio e olio (huile d’olive, ail et piments). Les spécialités toscanes comprennent les pappardelle arrosées d’une sauce au lièvre (lepre) et au vin rouge, les cappelletti (petits raviolis) et les gnocchi (pâtes à base de farine de pommes de terre ou de semoule) aux épinards. En Ombrie, ne manquez pas les pâtes de Pérouse ai tartufi neri (truffes noires). Le poisson Le poisson est plus couramment servi dans les régions côtières. Vous pourrez déguster le rouget

(triglia), le bar (spigola) ou l’espadon, grillé ou frit au citron. Au nombre des spécialités: le sarde ripiene (sardines fraîches farcies d’œuf, de fromage, de persil et de panure), les anguille in ginocchioni (anguilles à l’étouffée) de Pise et le cacciucco (rouget, crabe et calamars marinés avec des tomates, de l’ail, des oignons et du Chianti), version toscane de la bouillabaisse. La viande Le veau (vitello) est largement consommé, notamment tonnato (nappé d’une sauce au thon) et alla fiorentina (sauce aux épinards), ou encore sous la forme d’ossobuco, de scaloppine, de costolette et de saltimbocca (roulés et enveloppés de jambon et de sauge cuits au marsala). La Toscane affirme élever le meilleur bœuf du pays. Goûtez à la bistecca alla fiorentina, côte de bouvillon grillée au charbon de bois. Le poulet se consomme grillé (pollo alla diavola), ou poêlé (petto di pollo alla fiorentina). A partir de septembre, on peut déguster le gibier de la forêt du Casentino: cervo con salsa di ciliege (cerf à la sauce aux cerises), lepre (lièvre) et cinghiale (sanglier). En Ombrie, vous découvrirez les palombacci alla perugina (pigeons ramiers accompagnés d’une sauce aux olives, au genièvre, à la sauge et au vin rouge).


Les vins Vous souhaiterez peut-être comparer les Chianti, Montalcino et Montepulciano à leurs concurrents du Nord. Votre sommelier toscan vous servira sans rechigner un Barolo, un Barbera ou un Barbaresco du Piémont. Mais ne lui demandez pas un vulgaire Valpolicella. Le meilleur blanc toscan est la Vernaccia de San Gimignano, à comparer à l’excellent Orvieto d’Ombrie. Pour le dessert, un Moscato ou l’Aleatico de l’île d’Elbe s’imposent et, pour pousser le tout, une grappa régionale. Bruschetta: pain grillé arrosé d’huile d’olive et garni de tomates. | Savoureux jambons et salamis. | Les amateurs de vin se doivent de goûter au Chianti.

istockphoto.com/Colloreta A. Schroeder

Desserts Gardez votre envie de crème glacée pour une visite à une gelateria. Au restaurant, vous pourrez goûter le budino toscano, sorte de pudding de ricotta aux raisins, aux amandes, aux zestes d’orange et de citron et au sucre vanillé.

istockphoto.com/Perkins

Fromages Le typique fromage au lait de brebis est particulièrement savoureux dans la région des Crete Senesi – sec et aigrelet sous la forme du pecorino, en raveggioli crémeux ou en ricotta (fromage blanc).


116 INDEX Alpi Apuane, Parco delle 66 Anghiari 78 Arezzo 75–78 Argentario 69–70 Asciano 44 Assise 84–85 Badia di Coltibuono 30–31 Bagni di Lucca 65 Barga 65 Bibbiena 79 Buonconvento 45–46 Camáldoli, parc national 81 Carrare 61–62 Casentino 79–81 Castellina in Chianti 30 Castello di Brolio 31 Castello di Meleto 31 Castelnuovo di Garfagnana 65 Certaldo 33 Chianciano Terme 49–50 Chianti, route du 29–31 Chiusi 50–51 Cimetière de guerre américain 31 Collodi 65 Cortona 81 Crete Senesi 44–46 Elbe, île d’ 72–73 Empoli 67 Fiesole 26–27 Florence 15–26 Bargello 23 Mercato Nuovo 22 Piazza del Duomo 15–17 – della Signoria 17–18 Rive sud de l’Arno 23–26 San Lorenzo 19–21 San Marco 21 Santa Croce 23 Santa Maria Novella 22 Uffizi 18–19 Follonica 71 Forte dei Marmi 59 Gaiole in Chianti 31 Garavicchio 71 Garfagnana 64–66 Giannutri 70 Giardino dei Tarocchi 71 Giglio 70 Greve in Chianti 29

Grosseto 71 Gubbio 84 Impruneta 29 Livourne 57–59 Lucques 62–64 Maremme, Réserve naturelle de la 70 Massa 61 Massa Marittima 71–72 Montalcino 46–47 Monte Amiata 51–52 Montecatini Terme 66 Monte Oliveto Maggiore 44–45 Montepulciano 48–49 Monterchi 78 Monteriggioni 43 Orbetello 69 Orecchiella, Parco dell’ 66 Panzano in Chianti 30 Parco Sculture del Chianti 31 Pérouse 83–84 Pienza 47–48 Pietrasanta 60 Pievasciata 31 Pise 55–57 Pistoia 66–67 Pitigliano 53 Poggio a Caiano 27 Poppi 79 Porto Ercole 69–70 Porto Santo Stefano 70 Portoferraio 72–73 Prato 67 Radda in Chianti 30 Romena 79–81 San Casciano 33 San Galgano, abbaye 43–44 San Gimignano 33–35 San Quirico d’Orcia 47 Sansepolcro 78–79 Sant’Andrea in Percussina 31–33 Sant’Antimo 47 Sarteano 50 Sienne 37–43 Trasimène, lac 83 Via Chiantigiana 29–31 Viareggio 59 Vinci 67 Volterra 35

Adaptation française Thierry Baud Chantal Schindler Rédaction Agmès Curchod Conception Karin Palazzolo Mise en pages Luc Malherbe Bertrand Emaresi Sylvain Botter Crédits photographiques p. 1: A. Schroeder p. 2: istockphoto.com (drapeaux), –/Delacalle (olives), –/Sparkia (tomates), –/Phooey (Tour de Pise); fotolia.com/Kröger (spaghettis) Cartographie JPM Publications, Mathieu Germay Copyright © 2010, 2001 JPM Publications S.A. 12, avenue William-Fraisse, 1006 Lausanne, Suisse information@jpmguides.com http://www.jpmguides.com/ Tous droits, en particulier de reproduction, de diffusion et de traduction, réservés. Sans autorisation écrite de l’éditeur, il est interdit de reproduire cet ouvrage, même partiellement, d’en faire des copies ou de le retransmettre par quelque moyen que ce soit, électronique ou mécanique (photocopie, microfilm, enregistrement sonore ou visuel, banque de données ou tout autre système de reproduction ou de transmission). Bien que l’exactitude des informations rassemblées dans ce guide ait été soigneusement vérifiée, ni l’éditeur ni son client ne sauraient assumer la responsabilité d’éventuelles erreurs. Nous examinons volontiers toutes les remarques dont nos lecteurs voudraient bien nous faire part.

Printed in Germany 13605.01.8160 Edition 2010–2011


2625.01