Issuu on Google+


So m m a i r e Cap sur l’Alaska

3

Scènes du passé

7

Tout voir

11

Inside Passage

11

Yakutat Bay

27

Prince William Sound

29

Anchorage

33

La péninsule de Kenai

36

Le sud-ouest

40

L’Arctique alaskan

44

Le Yukon et l’Alaska Highway Les achats

46 54

A table

57

Les sports

58

Le côté pratique

60

Index

64

Carte dépliante

Alaska & l’ouest du Canada Alaska Whitehorse Juneau Anchorage


C a p s u r l ’A l a s k a Au pays des superlatifs

Les Texans travaillant pour le Trans-Alaska Pipeline qui prennent la population d’un peu trop haut s’entendent dire: «Prenez garde, nous pourrions très bien diviser l’Alaska en deux, et le Texas ne serait plus alors que le troisième Etat de l’Union !» L’Alaska est en effet 2,3 fois plus étendu que le Texas avec une superficie de 1 477 000 km2. Ses 76 000 km de côtes sont baignés par l’océan Arctique, la mer de Béring et l’océan Pacifique. Son unique frontière terrestre longe le Canada, à l’est. A l’ouest, seuls 88 km le séparent de l’Asie par le détroit de Béring. L’Etat couvre trois zones climatiques et quatre fuseaux horaires qui, pour des raisons pratiques, ont été ramenés à deux. Les superlatifs ne manquent pas pour parler de l’Alaska: on y trouve notamment le plus haut sommet et les plus grandes chaînes côtières des Etats-Unis, ainsi que le glacier le plus étendu du continent américain. Il serait trop simpliste de réduire l’Alaska aux Inuits (Esquimaux) et aux ours polaires, à la neige et aux glaciers. Le sud-est – aussi appelé Panhandle («Manche de Poêle») ou Inside Passage

– connaît un climat tempéré, très pluvieux, dont témoignent ses forêts luxuriantes. Le rivage est ponctué de villages vivant de la pêche, de l’exploitation forestière, des gisements miniers et du tourisme. Fjords et brumes

La Gulf Coast, au nord de l’Inside Passage, se caractérise par des massifs montagneux, des glaciers étendus, les eaux limpides du Prince William Sound et les fjords taillés dans la glace de la Kenai Peninsula. Les ports de pêche de Valdez et de Seward accueillent les touristes attirés par les paysages fabuleux et la faune abondante. Anchorage, la principale ville d’Alaska, située au fond du Cook Inlet, est la seule véritable métropole de l’Etat. Au nord-est de la ville s’étend la zone agricole expérimentale de la Matanuska Valley où poussent des choux géants. Le sud-ouest de l’Alaska (qui comprend la péninsule d’Alaska, l’archipel des Aléoutiennes et les îles Pribilof) – paradis des grands mammifères et des oiseaux marins – offre un milieu hostile à l’homme qui apprécie peu ces paysages brumeux, humides et 3


SCÈNES DU PASSÉ de l’Amérique russe. Baranov, élevé au rang de lord d’Alaska, fut peu civilement relevé de ses fonctions en 1818, lorsque la marine russe prit le commandement de la colonie. Un recensement fait à ce moment état de 391 Russes, 22 Créoles et 8384 indigènes – mais ces chiffres ne tenaient pas compte des quelque 50 000 indigènes qui ne relevaient pas de la juridiction russe. «La folie de Seward»

Si la vie mondaine à Sitka est alors émaillée de bals et de banquets dans le plus pur style pétersbourgeois, la Russie tsariste ne s’en désintéresse pas moins de sa colonie nord-américaine. En 1867, elle négocie avec le secrétaire d’Etat W.H. Seward la vente de l’Alaska aux Etats-Unis pour 7 200 000 $, un accord aussitôt baptisé «folie de Seward» par la presse américaine. A New Arkhangelsk, le drapeau impérial fut amené le 18 octobre – aujourd’hui Alaska Day – et remplacé par la bannière étoilée. Les Russes se virent offrir la nationalité américaine, mais la plupart décidèrent de rentrer chez eux, entraînant ainsi le déclin de l’industrie baleinière et du commerce des fourrures. L’Alaska n’attira véritablement l’attention des Américains 8 que lorsque Richard Harris et Joe

Juneau découvrirent de l’or dans une crique du Gastineau Channel (fleuve Yukon). La ville qui s’y développa (ex-Harrisburg) fut rebaptisée Juneau après son explosion économique; elle devint en 1906 la capitale officielle de l’Alaska. Le 49e Etat de l’Union

Au XXe siècle, ses ressources naturelles apportèrent la prospérité à l’Alaska, l’industrie forestière et la pêche se développant à côté de l’exploitation minière. La législation territoriale accorda le droit de vote aux femmes d’Alaska, avant même que les EtatsUnis n’y songent. Le premier projet de loi faisant de l’Alaska un Etat de l’Union fut déposé au Congrès américain en 1916, mais le combat allait être long – plus de 40 ans. Le premier bâtiment public fut construit à Juneau en 1931. La Seconde Guerre mondiale contribua encore à la prospérité économique de l’Alaska, avec la construction de routes et de bases militaires, souvent en terrain difficile. L’Alaska-Juneau Gold Mine, naguère la plus importante en production quotidienne, fut fermée en 1944 pour libérer des bras supplémentaires pour l’effort de guerre. L’Alaska devint finalement le 49e Etat des Etats-Unis le 3 janvier 1959.


SCÈNES

DU PASSÉ

W.H.Seward, assis à gauche, dans La signature du Traité de Cessation de l’Alaska, œuvre d’Emanuel Gottlieb Leutze.

Le boom économique

Après la découverte de pétrole dans la Prudhoe Bay (côte septentrionale), un autre boom économique précipita une nouvelle vague d’Américains vers le nord pour la construction du TransAlaska Pipeline en 1974. Un an plus tard, le produit brut allait atteindre près de 6 milliards de dollars, soit le double de celui enregistré avant le début des travaux. En 1976, suite au développement des villes de Fairbanks et d’Anchorage, les électeurs alaskans votèrent en faveur du déplacement de la capitale à Willow (près d’Anchorage); toutefois, la

perspective des dépenses exorbitantes qui auraient été nécessaires amena à reporter cette décision, et la capitale resta à Juneau. Les forces éruptives

L’histoire de l’Alaska est riche en aventures humaines – péripéties de la ruée vers l’or ou esprit pionnier des premiers explorateurs – mais ce sont les catastrophes naturelles qui ont façonné sa physionomie. La Gulf Coast fait partie de la ceinture sismique qui enserre l’océan Pacifique et résulte de la collision des plaques tectoniques de la croûte terrestre. Eruptions volcaniques, tremblements de terre et raz-de-marée ont 9


WRANGELL • SITKA seront plus réussies si vous mouillez les rochers avec de l’eau de mer. Petersburg

Cet attrayant port de pêche, situé sur Mitkoff Island à l’extrémité nord des Wrangell Narrows, fut fondé par des immigrants norvégiens à la fin du XIXe siècle; il conserve d’ailleurs une apparence soignée toute scandinave. Tous les ans en mai, lors de la fête de l’Indépendance norvégienne, le Valhalla, une réplique de drakkar viking, est mis à l’eau. LeConte Glacier

De Wrangell, un avion rallie le LeConte Glacier, à 40 km au nord, dans l’arrière-pays montagneux. Ce glacier, le plus méridional d’Amérique du Nord, fait partie du Stikine Icefield (3367 km2). Toujours en évolution, il s’achève en redoutables icebergs dans la mer – un spectacle somptueux.

Sitka C’est un coin de Russie en Alaska, avec sa cathédrale SaintMichel au bulbe caractéristique et ses danseurs en costumes folkloriques à l’arrivée de chaque bateau. Parmi les autres vestiges de la civilisation russe, citons l’évêché (Bishop’s House), le Castle Hill entouré de canons et, 16 non loin de Seward Street, le

cimetière russe et le fortin en bois qui permettait de surveiller la limite entre les parties russe et tlingit de la ville. Les Russes avaient baptisé leur ville fortifiée New Arkhangelsk, mais les Tlingits, dont le village avait été rasé pour lui faire place, continuèrent à l’appeler Shee Atika. Le charme de Sitka tient à sa fierté envers son rôle historique de première capitale de l’Alaska, mais aussi à son site grandiose sur la côte ouest de l’île de Baranof, face à la silhouette romantique du mont Edgecumbe, le volcan éteint de l’île de Kruzof. Pour prendre la mesure du riche passé de la ville, il suffit de déambuler des docks (où les Russes embarquaient les fourrures destinées à la Chine) au champ de manœuvres de Castle Hill (où se fit la passation de pouvoir en 1867) et dans le National Historical Park exposant les totems que les Tlingits y ont édifiés bien avant l’arrivée de ces Blancs étranges, rudes et entreprenants. La cathédrale Saint-Michel

Emblème de Sitka, cette cathédrale témoigne de la persistance de la religion orthodoxe russe là où le commerce et les armes ont laissé peu de traces. Un premier Maisons de pêcheurs sur pilotis de Petersburg la pittoresque.


Le s a c h ats L’Alaska est célèbre pour ses paysages fabuleux et sa faune étonnante, mais on connaît moins bien ses trésors artistiques, ses bijoux, ses vêtements exceptionnels et autres objets de collection. On n’a que l’embarras du choix entre la vannerie, la sculpture et l’impression sur soie des indigènes, les manteaux de fourrure, les bijoux en or et en argent, les boîtes laquées et les poupées russes.

Petit avertissement

Le label «Silver Hand» distingue l’artisanat indigène, et l’ours polaire «Made in Alaska» désigne les objets fabriqués par les Alaskans. Les plus beaux spécimens se trouvent dans les musées et les coopératives artistiques. Une fois que vous les aurez admirés, vous pourrez juger vous-même de la qualité de ce qu’on vous propose. Les articles de provenance animale sont parfois soumis à des règlements internationaux ou nationaux; renseignez-vous avant de partir. Dans certains cas, aucune autorisation n’est requise si l’objet est expédié chez vous par la poste. Les fourrures et les vêtements

Les Inuits du Nord excellent depuis longtemps dans l’art de confectionner des vêtements en 54 fourrure ou en peau. Le nombre

d’animaux à fourrure autorisés à la capture est désormais strictement contrôlé. Toutefois, les Alaskans continuent à porter de la fourrure pour se protéger du froid piquant de l’hiver… à cela près que la mode s’en est mêlée. Novateurs et originaux, les manteaux et autres pièces d’habillement ne sont plus réservés aux femmes. Ces messieurs aussi portent de la peau, de la croûte, du cuir ou de la fourrure. Une parka inuit bordée de fourrure au capuchon et aux poignets ou des chaussons doublés de fourrure (mukluks) peuvent aussi constituer des cadeaux peu courants. Les tricots les plus luxueux sont les écharpes, les capes et les châles en qiviut, une matière aussi douce que le cachemire et même plus fine; c’est en fait le sous-poil perdu par les bœufs musqués au


LES

ACHATS

Les artisans locaux créent une foule d’objets étonnants.

printemps. Laissez-vous tenter par les articles en qiviut, dont la couleur naturelle est un brun cendré très chaud. Les Indiens chilkat (aux environs de Haines) sont renommés pour leurs couvertures en poils de chèvre, aux motifs complexes et colorés. Les bijoux

Les bijoux incluant des pépites d’or d’Alaska sont des souvenirs populaires, tout comme les bracelets d’argent confectionnés par les Haida. Vous verrez aussi fréquemment dans les boutiques de la néphrite sculptée, la pierre de l’Etat. Cette variété de jade existe

dans des teintes de brun, noir, jaune et même rouge, outre les couleurs les plus connues, le vert et le blanc. La variété marbrée de vert, blanc et noir est considérée comme ayant le plus de valeur. A Wrangell, ne vous étonnez pas si des enfants vous présentent des poignées de grenats bruts: ce sont les propriétaires légaux de la mine proche de Garnet Ledge. Les adultes doivent obtenir un permis pour y travailler. L’Alaska produit de nombreuses autres pierres: quartz rose, topaze aux reflets bleu glacier (Alaska Blue Ice) et hématite, que l’on prétend dotée de pouvoirs magiques. 55


INDEX Alaska Highway 50–52 Alaska, péninsule 42 Aléoutiennes, îles 42 Alyeska Pipeline Terminal 30–32 Anchorage 33–35 Arctique 44–45 Beaver Creek 52 Carcross 48 Chilkat Bald Eagle Preserve 23 Chilkat State Park 23 Chilkoot Lake 23 College Fjord 32 Dawson City 48–50 Dempster Highway 50 Denali NP 53 Fairbanks 52–53 Fort Abercrombie 41 Fort Seward 22–23 Glaciers 26 Columbia 32 Hubbard 27–28 LeConte 16 Malaspina 28 Mendenhall 21–22 Portage 35 Glacier Bay 25–26 Haines 22–23 Homer 38–39 Iditarod Trail 44 Inside Passage 11–26 Juneau 19–22 Juneau Icefield 22 Kachemak Bay 39 Kenai Fjords 38 64 péninsule 36–39

Ketchikan 11–14 Kluane NP 51–52 Kodiak, île 40–41 Kotzebue 45 London, Jack 49 Malaspina 28 Matanuska Valley 35 Misty Fjords 13–14 Mount McKinley 53 Mount Roberts 21 Mont St. Elias 27 Nome 44 Novarupta 42 Petersburg 16 Petroglyph Beach 15–16 Pribilof, îles 43 Prince William Sound 29–32 Resurrection Bay 38 Seward 36–38 Sitka 16–19 Skagway 23–25 Tenakee Springs 21 Teslin Lake 50–51 Tok 52 Top of the World Highway 49–50 Totems 13 Tracy Arm 21 Turnagain Arm 34 Unalaska/Dutch Harbor 42–43 Valdez 29–32 Whitehorse 47–48 White Pass &Yukon Railway 24–25 Whittier 32 Wrangell 14–16

DIRECTION EDITORIALE Barbara Ender-Jones LECTURE ET CORRECTION Chantal Schindler CRÉDITS PHOTOGRAPHIQUES istockphoto.com/Widling: p. 1; /Nycital: p. 6; /Julien: p 31; /Degany: p. 59 PRISMA pp. 2, 45; K. Ohloff: pp. 5, 43; Bettmann/CORBIS: p. 9 Bernard Joliat: p. 12; Anchorage Convention & Visitors Bureau: pp. 15, 55; Ulrich Ackerman pp. 17, 37; Anne Hart pp. 20, 28; Phoenix: p. 39; Barbagallo/hemis.fr: p. 51 CARTES Elsner & Schichor; Huber Kartographie; JPM Publications Copyright © 2007, 1997 JPM Publications S.A. 12, avenue William-Fraisse, 1006 Lausanne, Suisse information@jpmguides.com http://www.jpmguides.com/ Tous droits, en particulier de reproduction, de diffusion et de traduction, réservés. Sans autorisation écrite de l’éditeur, il est interdit de reproduire cet ouvrage, même partiellement, d’en faire des copies ou de le retransmettre par quelque moyen que ce soit, électronique ou mécanique (photocopie, microfilm, enregistrement sonore ou visuel, banque de données ou tout autre système de reproduction ou de transmission). Bien que l’exactitude des informations rassemblées dans ce guide ait été soigneuse-ment vérifiée, l’éditeur ne saurait assumer la responsabilité d’éventuelles erreurs. Nous examinons volontiers toutes les remarques dont nos lecteurs voudraient bien nous faire part. Printed in Switzerland Weber/Bienne – 10205.01.2006 Edition 2007–2008


http://video.jpmguides.com/pdf/2389.01