Page 1

NOVEMBRE 2012

N°222

MAGAZINE OFFERT

DÉCOUVERTE

L’ARCHITECTURE EN CORSE Dis-moi ce que tu construis, je te dirai qui tu es…


POUR TOUT SAVOIR ET TOUT COMPRENDRE DE

L’ACTUALITÉ CORSE

UNE APPROCHE À LA FOIS CLAIRE, APPROFONDIE ET ACCESSIBLE À TOUS

UN CONCEPT UNIQUE incluant une rétrospective chronologique et thématique

QUINZE CONTRIBUTEURS SPÉCIALISTES ET JOURNALISTES ISSUS DE TOUS LES MÉDIAS INSULAIRES

EN KIOSQUE PARTOUT EN CORSE


aria

SOMMAIRE

Fondateur : Dominique Alfonsi

AIR CORSICA

PAGE 6 à 13

DÉCOUVERTE

PAGE 14 à 18 L’Architecture en Corse

N° 222 Novembre 2012 SARL KYRN EDITIONS Le Ricanto Ancienne route de Sartene 20090 Ajaccio Tél. 04 95 21 51 43 Fax. 04 95 21 44 41 e-mail:ariagenda@gmail.com

FOCUS/EVÉNEMENT NATURE

Directrice de la publication Rédactrice en chef Sandra Alfonsi Direction technique Conception graphique Jean Christophe Alfonsi Publicité Corse du Sud ariagenda@gmail.com Tél 04 95 21 51 43 Publicité Haute Corse ariagenda@gmail.com Tél 04 95 21 51 43 Publicité région Provence Jean Michel Florand La Régie 04 42 49 97 60 Couverture Village de Vescovato © Jean Harixçalde Maquette Kyrn Editions Imprimé par IAPCA

La reproduction et l’utilisation, sous quelque forme que ce soit, des reportages et des informations, sont interdites. Les pages Air Corsica sont intégralement réalisées par la compagnie et sont sous sa responsabilité. Rédactrice en chef : Catherine Riera. Conception & réalisation graphique : Jean-Paul Filippini. Comité rédactionnel : Isabelle Jeanne, Marie-Diane Leccia, Jean-Baptiste Martini, Michel Ponzevera, Françoise Ricardoni et Ghislaine Sansonnetti. Photos Air Corsica : Roland Rouget, Michel Ponzevera, Alexandre Cadel.

PAGE 19 Huit heures pour la solidarité - 6e Edition PAGE 20 à 21 La Cistude, l’autre tortue de Corse

© Jacques Laurent COSTA

EVÉNEMENT/UNIVERSITÉ

PAGE 22 à 25 Quand le paysage fait sens...

© Rita SCAGLIA

AGENDA CORSE

PAGE 26 à 28

AGENDA PROVENCE

PAGE 29 à 30

AGENDA CÔTE D’AZUR

PAGES 31 à 32

Novembre 2012 ■ aria

5


DÉCOUVREZ LE MONDE avec Air Corsica Paris Orly vers la Corse

Nantes vers Ajaccio et Figari

LA FLOTTE Clermont-Ferrand vers Ajaccio

Lyon vers Ajaccio, Calvi et Figari

Milan vers Marseille

4

Toulouse vers Ajaccio et Bastia

AIRBUS A320

Nice vers la Corse

Marseille vers la Corse

CAPACITÉ >180 sièges

Calvi

Bastia Ajaccio

Rome vers Ajaccio

Figari Vols directs annuels

6

Vols directs saisonniers

ATR 72-500 CAPACITÉ >70 sièges

Ajaccio NapoléonBonaparte www.ajaccio.aeroport.fr • 8 km au sud-est d’Ajaccio • Banque Info CCI : 04 95 23 56 56 • Bus : Ticket = 4,50 € Bastia-Poretta www.ccihc.fr • 25 km au sud de Bastia • Banque Info CCI : 04 95 54 54 54 • Bus : ticket : 8 €.

Calvi-Sainte Catherine www.ccihc.fr • 7 km au nord-ouest de Calvi • Informations générales : 04 95 65 88 88 Figari-Sud Corse www.figari.aeroport.fr • 27 km de Porto-Vecchio et à 21 km de Bonifacio • Banque Info CCI : 04 95 71 10 10 • Navettes à l'année vers Porto-Vecchio et Bonifacio. Tarif : 10 €

Lyon-Saint-Exupéry www.lyon.aeroport.fr • 35 km au sud-est de Lyon • Informations générales : 0826 800 826 • Départs Aérogare 2 • TRAM EXPRESS Gare TGV Ticket 13 € (23€ A/R). Départs toutes les 15 min . Vaulx en Velin et Meyzieu.

Air Corsica, VOTRE PARTENAIRE POUR LE TRANSPORT DE FRET La flotte d’Air Corsica est à votre service pour transporter vos marchandises entre la Corse et le Continent. La capacité des soutes de nos appareils et le professionnalisme de nos équipes font de notre compagnie un partenaire privilégié des entreprises et des particuliers.

Sur la ligne Paris Ajaccio/Bastia Les Airbus A320, les appareils les plus modernes de leur catégorie, peuvent emporter jusqu’à 2 tonnes de fret de et vers Orly. Notre service fret est à votre écoute pour répondre à toutes vos demandes, en étroite collaboration avec les professionnels du transit aérien, tant à Paris qu’en Corse.

Sur les lignes de bord à bord Une parfaite connaissance du marché régional permet à Air Corsica de satisfaire toutes les demandes de transport de marchandises sur son réseau bord à bord, de et vers Marseille et Nice au départ d’Ajaccio et Bastia à bord de sa flotte d’Airbus et d’ATR72-500.

Marchandises dangereuses Air Corsica dispose d’une autorisation réglementaire de transport des marchandises dangereuses à bord de ses aéronefs délivrée par la Direction Générale de l’Aviation Civile. Seuls les explosifs, à l’exception de ceux relevant de la division 1.4 S, et les marchandises dangereuses en quantité limitées sont interdites sur les vols Air Corsica.

6

NOVEMBRE 2012

Marseille-Provence (Bouches-du-Rhône)

www.marseille.aeroport.fr • 30 km au nord-ouest de Marseille • Informations générales : 04 42 14 14 14 • Départs : Aérogare 2/Hall 3 • Bus : Ticket : 8,50 € . • Bus Aix en Provence Ticket : 3,50 € et 7 €. • Train : navettes en bus entre l’aéroport et la gare de Vitrolles. Tarif : 4,70 €.

Nice-Côte d'Azur www.nice.aeroport.fr • 6 km à l’ouest de Nice • Informations générales : 0 820 423 333 • Départs Aérogare 2-Zone B • Bus : Ticket 4 € Toutes les 20 min. Paris-Orly Ouest www.adp.fr • 14 km au sud de Paris • Tél. aéroport : 01 49 75 15 15

CONTACT Aéroport Napoléon Bonaparte BP 505 20186 Ajaccio Cedex - cargo@aircorsica.com Tél. +33 (0)4 95 29 06 63 / 62 Fax +33 (0)4 95 29 06 67 Nos représentants fret dans les aéroports : • AJACCIO Air Fret Service - AFS Aéroport Napoléon Bonaparte Zone fret Tél. +33 (0)4 95 23 56 40 Fax +33(0)4 95 20 93 94 afs.aja@wanadoo.fr Ouvert : lundi au vendredi 8h-12h30 et 13h30-19h. Samedi 8h-12h30 et 15h-19h • BASTIA Casinc Air Fret - CAF Aéroport Bastia Poretta Zone fret Tél. +33 (0)4 95 36 03 63 Fax +33 (0)4 95 38 37 51 casincairfret@orange.fr Ouvert : lundi au vendredi 8h-13h et 14h-23h30 Samedi 8h-13h et 14h-19h

• MARSEILLE France Handling - WFS Aéroport Marseille Provence Zone fret – BP32 - 13728 Marignane Tél. +33 (0)4 42 46 77 04 Fax +33 (0)4 42 46 77 01 exploit.mrs@france-handling.fr Ouvert : lundi au vendredi 6h-19h. Samedi 6h-14h • NICE France Handling - WFS Aéroport Nice Côte d’Azur - Zone fret 06281 Nice Cedex 03 Tél. +33 (0)4 93 21 45 50 Fax +33 (0)4 93 21 45 51 fhnce@france-handling.fr Ouvert : lundi au vendredi 6h-19h. Samedi 6h-14h • PARIS ORLY Air France Cargo - AFC Aéroport d’Orly - Orly fret 687 Rue de la soie, 94394 Orly aérogare Tél. +33 (0)1 58 08 99 10 Fax : +33 (0)1 58 08 99 19 mail.agence.exploitation.ory@airfrance.fr Ouvert : lundi au dimanche 5h20-00h15


Philippe Dandrieux Président du Directoire

Saison 2013 déjà dans les starting-blocks ! Et vous ? © Alexandre Cadel

L’été 2012 s’achève à peine que déjà, l’heure est au lancement de la saison printemps été 2013.

De nouvelles lignes saisonnières viendront ainsi compléter le réseau déjà développé avec succès en 2012 autour de Toulouse, Clermont Ferrand, Lyon et qui sera renforcé dès avril 2013 par des liaisons avec Nantes.

En effet, pour tous les acteurs du tourisme : compagnies aériennes, tour-opérateurs, professionnels de l’hôtellerie, agences de voyage, etc…vos vacances de l’année prochaine se préparent maintenant. Ainsi depuis plusieurs semaines, l’ensemble des services d’Air Corsica s’activent pour finaliser le programme de vols qui vous sera proposé à compter du 1er avril 2013, pour structurer la nouvelle flotte d’appareils qui opérera sur notre nouveau réseau, pour organiser le planning des équipages, pour boucler la nouvelle grille commerciale, pour dimensionner les escales sur lesquelles vous transiterez, pour moderniser nos outils de vente et d’information… Et vraiment beaucoup de bonnes nouvelles se profilent dans le ciel de Corse et sur la ligne d’horizon d’Air Corsica ! De nouvelles lignes saisonnières viendront ainsi compléter le réseau déjà développé avec succès en 2012 autour de Toulouse, Clermont Ferrand, Lyon et qui sera renforcé dès avril 2013 par des liaisons avec Nantes.

édito

Des ouvertures réelles vers les principales capitales régionales de notre territoire vous sont ainsi proposées et viennent s’ajouter aux lignes de Service Public que notre Compagnie exploite avec constance depuis près de 25 ans.

NOVEMBRE 2012

Et là aussi, une nouveauté, puisque désignée en mars dernier délégataire en propre de la ligne Figari-Paris Orly Ouest jusqu’alors opérée par Air France, Air Corsica propose d’ores et déjà cette ligne à la vente mais aussi tout le reste de son réseau. Pour la saison 2013, plus de 120 vols par jour sont désormais en vente sur notre site internet ou dans votre agence de voyage. Alors, n’attendez pas, surfez sur la toile ! Planifiez vos prochains voyages de et vers la Corse, et profitez des offres spéciales réservées aux plus prévoyants d’entre vous, car les meilleurs tarifs sont à votre disposition: - Lyon, Marseille, Nantes, Nice, Toulouse et Rome à partir de 49 €ttc l’aller simple - Paris Orly, Clermont-Ferrand, à partir de 99 €ttc l’aller simple Et au plaisir de vous accueillir prochainement à bord de la flotte d’Air Corsica.


BIENVENUE à bord d’Air Corsica

VOUS ÊTES ICI CHEZ VOUS Dans le cadre de notre mission de service public et afin d’agrémenter votre voyage, Air Corsica vous propose un ensemble de prestations à bord et de services offerts. Démonstration… PRESTATIONS OFFERTES A BORD

LES “PLUS” D’AIR CORSICA

Selon l’heure de la journée et la durée du vol, notre personnel de bord vous propose :

• Franchise bagages gratuite de 23 kg

• Boissons fraîches (Eaux de source corses et eau minérale naturellement gazeuse, jus de fruits, coca…)

• Équipements spéciaux gratuits (bicyclettes, sacs de golf, skis…) dès lors qu’ils sont compris dans la franchise bagages

• Boissons chaudes (Thé, café, chocolat).

• Embarquement prioritaire pour les enfants voyageant seuls, passagers abonnés, à mobilité réduite, famille…

• Biscuits sucrés ou salés (Canistrelli, etc.)

• Prise en charge gratuite des UM (Enfants seuls)

• Le quotidien Corse Matin.

• Choix du siège (site aircorsica.com)

• Le magazine de bord mensuel ARIA

• Un site internet très dynamique proposant des offres à mini prix

• Le magazine pour enfants, bilingue franco corse « Yatou »

• Un dispositif de fidélité pour les meilleurs clients : www.jegagne1billet.com

• Coussins et couvertures à votre disposition ainsi que des lingettes rafraîchissantes. Si vous prenez pour la toute première fois un vol de notre Compagnie, l’équipage aura le grand plaisir de vous remettre un Certificat de Baptême de l’air, dédicacé par le commandant de bord, alors manifestez-vous auprès de nos équipes…

• Pas de frais bancaire • Une assistance commerciale 7/7 jours • Des formules Avion+Voiture à des prix les plus compétitifs du marché • Offre Booking : une large gamme d’hôtels dans le monde entier.


En partenariat avec

RENDEZ-VOUS PARTENAIRES MUSIQUE CONCERT-WE HAVE BAND le 17 novembre Aghja-Tél. 04 95 20 41 15

www.bleurcfm.com

UNDER MY SCREEN FESTIVAL DU FILM ANGLAIS ET IRLANDAIS Du 1er au 9 décembre Ajaccio

www.ajaccio-tourisme.com

p Couœur de c

LA NUIT D’ALTHUSSER DE SIMON JALLADE les 28 et 29 novembre Aghja-Tél. 04 95 20 41 15 www.ajaccio-tourisme.com

www.under-my-screen.com

TRÀ MONDI-ATELIER MUSIQUES ACTUELLES ET LANGUE CORSE avec Pierre Gambini le 24 novembre Aghja-Tél. 04 95 20 41 15 www.ajaccio-tourisme.com

CONCERT PIERRE GAMBINI le 1er décembre Aghja-Tél. 04 95 20 41 15

THEATRE ATELIER ET SPECTACLE BASGIU BASGIU LE PETIT DRAGON avec Francette Orsoni-Du 6 au 10 novembre Espace Diamant et Médiathèque St Jean Tél. 04 95 50 40 80 www.ajaccio-tourisme.com

www.ajaccio-tourisme.com

DIEGO TOSI ET L’ENSEMBLE INSTRUMENTAL DE CORSE le 29 novembre Espace Diamant Tél. 04 95 50 40 80 www.ajaccio-tourisme.com

CINEMA CORSICA DOC-FESTIVAL INTERNATIONAL DU FILM DOCUMENTAIRE p Couœur de c Du 15 au 18 novembre - Ajaccio

MUABLE ET INCERTAIN les 9 et 10 novembre Aghja-Tél. 04 95 20 41 15 www.ajaccio-tourisme.com

THÉÂTRE JEUNE PUBLIC LE VOYAGE DE MEHMET le 13 novembre Espace Diamant-Tél. 04 95 50 40 80 www.ajaccio-tourisme.com

www.ajaccio-tourisme.com

LA FEMME DU BOULANGER le 04 décembre Espace Diamant-Tél. 04 95 50 40 80

p Couœur de c

www.ajaccio-tourisme.com

SPECTACLES DANSE ET MUSIQUE LIBANAISES LAMIA SIAFEDDINE ET SES DANSEURS le 9 novembre Espace Diamant-Tél. 04 95 50 40 80

p Couœur de c

www.ajaccio-tourisme.com

MARDI CABARET AVEC JOSÉ PLIYA le 04 décembre Aghja-Tél. 04 95 20 41 15 www.ajaccio-tourisme.com

EVENEMENTS BASTIA VILLE DIGITALE FESTIVAL SUR LES MÉTIERS DU MULTI MÉDIA ET DE L’AUDIOVISUEL D’octobre 2012 à mai 2013 à Ajaccio et Bastia jean@emaho.fr www.ville-digitale.com

ÉVÉNEMENT LA MARIE DO CONCERT ÉVÉNEMENT AU PROFIT DE L’ASSOCIATION LA MARIE DO Membre fondateur

Association caritative pour la lutte contre le cancer et le soutien aux malades

Jean MENCONI et ses musiciens. Diana SALICETI accompagnée du pianiste Ange Marie BISGAMBIGLIA Et la participation exceptionnelle du Chœur des enfants de LA MARIE DO Mercredi 14 novembre à 20 h 30 • Espace Diamant à Ajaccio

10

NOVEMBRE 2012


À compter du 28 octobre 2012

Une nouvelle politique bagages

Depuis le 28 octobre 2012*, Air Corsica a modifié sa politique de bagages en soute. Air Corsica vous accompagne en cas d’urgence ou pas ! Air Corsica vous propose une véritable « assistance en ligne ». Nos conseillers clientèle vous accueillent

du lundi au dimanche de 08h00 à 20h00 au 0825 35 35 35 (0,15€ TTC/min.)

Aircorsica.com, c’est aussi une équipe performante et chaleureuse à votre écoute.

Un changement qui va améliorer la qualité des conditions de voyage des passagers en simplifiant et en harmonisant les standards du transport aérien notamment pour les correspondances avec des règles de tarification commune. Ainsi, le concept du bagage à la pièce (« Piece Concept ») déjà utilisé par la plupart des compagnies aériennes remplace la franchise au poids. gracieux. Celle-ci est définie selon votre classe de voyage. Ces nouvelles dispositions simplifiées permettent de transporter jusqu’à 2 bagages de 23 kilos chacun par passager.

Poids standard Le poids maximum de chaque bagage en soute est de 23 Kg Au-delà, supplément à acquitter (jusqu’à 32 kg maximum autorisés) Toute pièce de bagage d’un poids supérieur à 32 kg devra être obligatoirement transportée comme fret. Dorénavant, la « franchise bagages» correspond au nombre de bagages que vous pouvez transporter à titre

FRANCHISE BAGAGES

C’est une très bonne nouvelle pour les résidents corses, les abonnés et les passagers sans réduction, puisqu’ils bénéficieront du doublement de leur franchise, à savoir un bagage supplémentaire sans frais. Ce nouveau principe est particulièrement avantageux à condition que chaque « Piece » ne dépasse pas 23 kilos.

Les autres passagers bénéficieront d’une franchise d’un seul bagage de 23 kg et devront, en cas de dépassement du nombre de bagages, acquitter un supplément. Concernant les bagages en cabine, la règle n´est pas modifiée : Acceptation à bord d’un bagage gratuit entre 8 et 12 kilos selon le type d’appareil et d’un accessoire (Sac à main, appareil photo, ordinateur…). Toutes les d’infos sur le site aircorsica.com *Pour les billets émis avant cette date, la franchise au poids s’applique, quelle que soit la date de voyage.

AUTRES CLASSES

REMARQUES

2 bagages 23 kg chacun

1 bagage 23 kg

Les clients Flying Blue Silver, Gold, Platinum bénéficient de 1 Bagage supplémentaire de 23kg

FRANCHISE BAGAGES

CLASSES ABONNE PLEIN TARIF

AUTRES CLASSES

REMARQUES

Bagage en soute vols de/vers

2 bagages 23 kg chacun

1 bagage 23kg

Les clients Flying Blue Silver, Gold, Platinum bénéficient 1 Bagage supplémentaire de 23kg

Bagage en soute vols Domestiques

CLASSES :

RESIDENT CORSE, PLEIN TARIF et ABONNE

France zone 1

Europe zone 2

12

NOVEMBRE 2012


DÉCOUVERTE

L’ARCHITECTURE EN CORSE Dis-moi ce que tu construis, je te dirai qui tu es…

Architecte: Jérome Pariente Porticcio

14

aria ■ Novembre 2012

La région la plus méridionale de France métropolitaine a résisté à la métamorphose de sites remarquables en hauts lieux d’un tourisme irraisonné et déraisonnable. La Corse doit désormais son charme et son attrait essentiellement à ses paysages sauvages : ses plages, sa montagne ou encore son maquis. Ils sont aujourd’hui identiques à ce que virent d’autres hommes au cours des siècles passés. L’île peut se réjouir de la pérennité de sa beauté naturelle. Elle pourrait, a contrario, se lamenter sur le développement anarchique de ses villes et de ses villages…


Architecte : Yves Marchi

A

utrefois, les maisons étaient construites avec les matériaux que l’on trouvait sur place. Les murs étaient constitués de moellons de granit non taillés, assemblés à l’aide d’un mélange de chaux et de tuf, tandis que de fines écailles de pierres comblaient les aspérités les plus importantes et calaient définitivement les pierres ocres, blanches ou rose, selon les régions. L’épaisseur des murs garantissait une solidité dont quelques ruines témoignent encore. Le mortier naturel permettait aux maisons de « respirer », tout en restituant la chaleur accumulée dans la journée dès la tombée de la nuit. L’été, la fraîcheur était maintenue. Les ouvertures, petites et étroites, protégeaient de l’effet de serre produit par des vitres exposées au soleil. Les Méditerranéens ouvraient et fermaient leurs fenêtres, au fil des heures, pour maintenir la température, réchauffer ou rafraîchir. Avec le temps, la mode des façades lisses est arrivée. Les maisons de notables et les murs –essentiellement côté rue- de celles qui bordaient les voies principales des gros bourgs, se sont couverts d’enduits à la chaux. Leur rôle était de fermer les maisons aux insectes et petits rongeurs indésirables qui se faufilaient entre les pierres, mais surtout d’affirmer

Arasu, Sainte Lucie de Porto Vechio

Maison art déco des années 20 Décoration : François Calvia et Daniel Pourchez Sainte Lucie de Tallano

Novembre 2012 ■ aria

15


DÉCOUVERTE Maison de l'architecte Philippe Charbonneau Ile Rousse

Maison de l'architecte Philippe Charbonneau Ile Rousse

un statut social. Le choix de la chaux conservait aux maisons leur « respiration » naturelle. Pour des raisons de sécurité, les villages s’étaient éloignés de la mer, vecteur des invasions barbaresques et des razzias qui les accompagnaient. Les Corses s’étaient réfugiés dans l’intérieur, sur les hauteurs, afin d’anticiper les dangers et de se tenir à l’écart des zones infestées par la malaria. Les maisons, regroupées, s’organisaient autour d’un piton rocheux ou le long d’une route. Certaines prenaient appui sur d’autres et partageaient un mur-maître pour éviter des travaux supplémentaires. Les villages se constituaient ainsi : denses, compacts et harmonieux. Et Dieu créa le ciment Longtemps les Corses ont vécu nombreux dans de petites maisons. Après la première guerre, la vie a commencé à changer. Après la seconde, elle s’est totalement transformée. Les Corses, partis en masse travailler sur le continent, ne rentraient plus que pour les vacances. La proximité d’antan, oubliée dans les appartements plus ou moins spacieux des nouveaux lieux de résidence, est


rapidement devenue insupportable. Le manque de confort, de sanitaire, de chauffage, n’était plus gérable comme il le fut pendant de longs siècles. Racheter l’ensemble de la maison aux autres héritiers et la « moderniser » ou faire construire une autre maison à côté, sont devenus des priorités. C’est à ce moment précis que l’île se met à changer de physionomie. Les façades sont crevées par des évacuations qui dessinent d’étranges « arbres généalogiques » dont nos aïeux se seraient bien passés. Lorsque les maisons sont trop petites, des salles d’eau sont ajoutées à l’extérieur, sur de petits balcons accrochés aux murs les moins visibles. Le ciment, qui recouvre ces verrues anarchiques, trouve alors ses lettres de noblesse. Il devient indispensable à l’unification des façades, à l’étanchéité de maisons qui l’étaient déjà… et commencent alors les problèmes d’une humidité que l’on a mis cinquante ans à identifier comme venant de l’intérieur… Aujourd’hui, les propriétaires d’anciennes demeures ont changé de mentalité. En quête de matériaux traditionnels, ils rénovent dans les règles de l’art. La chaux reprend ses droits et apporte le confort, mais aussi la beauté d’un vieillissement harmonieux. Le bois retrouve sa vocation de plancher. Les pierres se dégagent du poids du ciment et respirent à nouveau. Même les

meubles, chinés dans les vide greniers, retrouvent leur jeunesse d’un coup d’encaustique et d’un peu de patience… Le bâti ancien renaît enfin de ses cendres…

Maison restaurée et décorée par Jean Louis Prieto Calcatoggio

Bien mal loti Mais à côté, des vieilles maisons, les nouvelles constructions se sont installées, oubliant toutes les règles tacites des anciens. Murs en briques de ciment, enduits étanches empêchant la circulation d’air, fenêtres immenses ou baies vitrées, toits en tuile dans les villages où la lauze grise était de mise, multiplications des pentes de ces mêmes toits, implantation de maisons à l’architecture typique des zones pavillonnaires d’Île de France, balustres italiens, interprétation du style provençal… L’absence de réflexion commune sur le développement de l’île a enfermé chaque habitant dans une grande solitude en matière de conseil et de soutien alors qu’il cherchait à faire pour le mieux. Le bâti en Corse a dérivé vers des erreurs de style mais aussi d’implantation. Lorsqu’un héritier obtenait le terrain sur la colline, il construisait sur cette colline jusquelà immaculée. Cette manière anarchique de placer les maisons neuves n’importe où porte aujourd’hui le juste nom de « mitage ». Les paysages environnant les plus beaux villages ont ainsi été pollués par des

Novembre 2012 ■ aria

17


DÉCOUVERTE

POUR EN SAVOIR +

ARCHITECTURE ET ART DE VIVRE EN CORSE Textes Marie-Joseph Arrighi-Landini Photographie Jean Harixçalde Les éditions des immortelles Premier livre sur le thème de l’architecture et de la décoration en Corse, cet ouvrage pousse les portes de certaines des plus belles maisons de l’île. Qu’elles soient traditionnelles ou contemporaines, elles partagent toutes un respect du site sur lequel elles sont implantées, mais aussi du paysage qui les entoure. Restaurées avec passion pour les plus anciennes, décorées avec goût pour les plus urbaines et construites avec discernement pour les plus récentes, elles dévoilent leurs secrets et donnent des idées à ceux d’entre nous qui cherchent des sources d’inspirations issues de la réflexion et de la concertation des amoureux du patrimoine bâti en Corse. Format 230 x 300 – 192 pages / 240 photos. Prix public TTC : 29,90 euros

dizaines de constructions isolées les unes des autres. Outre le caractère inesthétique du résultat final, il est aujourd’hui aussi jugé inadapté à toutes les politiques environnementales. La distance entre les maisons s’est révélée grande consommatrice d’infrastructures et d’énergie. Forts de toutes ces constatations, les architectes et urbanistes installés en Corse cherchent aujourd’hui à inverser la tendance. À défaut de pouvoir gommer les scarifications d’une cinquantaine d’années d’égarement architectural, ils se concentrent sur l’art et la manière d’implanter les maisons dans un espace sans le défigurer. Certains refusent les terrassements qui marquent les terrains pendant des décennies, d’autres utilisent de la pierre locale et le bois pour rendre les façades invisibles. Tous respectent les traditions de toits terrasse, en tuile ou en lauze… Si les maisons traditionnelles respectent des codes pour se fondre dans le patrimoine, les maisons neuves peuvent parfois se permettre toutes les folies à condition de se faire discrètes. Les ouvrages d’architectes, qui suivent le dénivelé naturel d’un terrain et se fraient un passage entre les arbres séculaires, peuvent ainsi cumuler des centaines de mètres carrés et embrasser toute la beauté du paysage de l’île sans jamais être vus... S’intégrer ou se dissimuler, tel est le secret de beauté des maisons corses les plus ■ remarquables. Un paradoxe ? Texte de Marie-Joseph Arrighi-Landini Photos de Jean Harixçalde Le village de Nonza dans le cap Corse

18

aria ■ Novembre 2012


FOCUS EVÉNEMENT

HUIT HEURES POUR LA SOLIDARITÉ

6ÈME EDITION Huit Heures pour la Solidarité, manifestation annuelle organisée par la Ligue des Droits de l’ Homme, section de Corse, a pour thème de sa sixième édition les migrations internationales, leurs causes, implications et conséquences, en particulier dans l’ espace méditerranéen. . Les migrations et plus largement les mouvements de population impor tants inscrits dans la durée ont toujours été au cœur de l’ histoire, de la géopolitique et… de la polémique. Aujourd’hui, les récents évènements qui ont changé la donne dans certains pays du pourtour méditerranéen nous invitent à nous interroger d’une nouvelle manière sur la façon d’ aborder ces phénomènes migratoires à tous points de vue : logistiques, économiques, sociologiques et bien entendu, avant tout, humains…Alors même que çà et là des phénomènes d’ exclusion ou de rejet resurgissent, exacerbés par les tensions internationales et les dommages collatéraux d’une crise économique généralisée, l’initiative de ces Huit Heures pour la Solidarité a pour but d’ apporter des éléments de compréhension et d’ analyse. Pour ce faire, les organisateurs ont fait appel à deux inter venants qui

Bertrand Badie © XDR

viennent nous offrir leur expertise. Tout d’ abord, Bertrand Badie, politologue français spécialiste des relations internationales. Il est professeur des Universités à l’Institut d’études politiques de Paris et enseignantchercheur associé au Centre d’études et de recherches internationales (CERI). On lui doit de nombreux ouvrages sur le sujet qui font aujourd’hui référence. Il sera accompagné lors de son séjour en Corse par Michel Tubiana, Président d’ Honneur de la Ligue des Droits de l’ Homme et nouveau président du Réseau Euroméditerranéen des Droits de l’ Homme ( REMDH), que les habitués des « Huit Heures » connaissent bien puisqu’il participe à chaque édition de cette manifestation. Ils co-animeront un grand débat public sur le thème « Avec les migrants, construire une autre Méditerranée » le samedi 10 novembre à 15h l’ Espace Diamant d’ Ajaccio ( Entrée Libre).

LES INVITÉS DE CETTE SIXIÈME ÉDITION : Bertrand BADIE, universitaire, spécialiste des relations internationales. Il est professeur des Universités à l’Institut d’études politiques de Paris et enseignant-chercheur associé au Centre d’études et de recherches internationales (CERI). Il est conseiller de la rédaction de L’ « Etat du monde » (Ed. La Découverte) depuis une vingtaine d'années. Il participe à de nombreux chats pour le journal Le Monde qui sont en grande partie regroupés dans un ouvrage « Nouveaux mondes, carnets d’aprèsguerre froide » chez Le Monde.fr – CNRS éditions. Auteur de nombreux ouvrages phares sur les relations internationales dont «Le défi migratoire» qui montre comment les réseaux migratoires contribuent à façonner l'espace international et à forger une société mondiale faite, comme toute société, de tensions, de conflits, d'intégrations manquées mais aussi d'interactions croissantes. Michel TUBIANA, avocat, président d'honneur de la Ligue des Droits de l’Homme. Il en devient membre en 1978. En 2000, il succède à Henri LECLERC à la présidence de la Ligue des droits de l’Homme jusqu’en 2005. Actuellement, il est président du Réseau Euro-Méditerranéen des Droits de l’Homme et secrétaire général de la plateforme non-gouvernementale EUROMED. A la veille de ces 8 heures pour la solidarité, il a participé à un colloque international « Droits Humains : Universalité et Indivisibilité » organisé par le Conseil national des droits de l’Homme du Maroc à Rabat où il était intervenant sur le thème « Indivisibilité des droits humains : expériences locales et normes internationales » Renseignements complémentaires sur le site L’ Homme, comité de Corse : www.ldh-corsica.org

internet

de

la

ligue

des

Droits

de

Novembre 2012 ■ aria

19


NATURE

La cistude

l’autre tortue de Corse Tout le monde dans lʼîle connaît la tortue dʼHermann, qui promène sa carapace jaune et brune dans les jardins et les prairies du littoral. Peu connaissent en revanche lʼautre tortue de Corse, la cistude, car elle reste discrète, fréquentant essentiellement les marais et les étangs insulaires.

La cistude d’Europe est également appelée « tortue boueuse », car elle passe la majeure partie de sa vie dans la boue des marécages. Présente sur une large partie de l’Europe, elle voit ses populations diminuer chaque année et est inscrite sur la liste des espèces en danger. La Corse apparaît alors comme une zone refuge, car les populations de l’île sont stables. La protection des zones humides du littoral est pour beaucoup dans le maintien de nombreuses espèces insulaires, dont la cistude.

20

aria ■ Novembre 2012

Parce qu’elle vit en milieu aquatique et se promène souvent couverte de boue, la cistude ne bénéficie pas du même capital de sympathie de son homologue terrestre, la tortue d’Hermann. De ce fait, elle est rarement capturée et peut vaquer à ses occupations de tortue, en toute liberté. Parmi celles-ci, la quête de nourriture, l’ensoleillement et la reproduction font figure de moments clés, dans la vie des tortues. La cistude est exclusivement carnivore et se nourrit d’insectes, de larves, de têtards, de mollusques aquatiques et de crustacés,


NATURE

qu’elle retire de la vase avec ses pattes palmées et griffues. Lorsqu’elle ne fouille pas la vase, elle aime à paresser au soleil, sur une branche morte au milieu des étangs. En Corse, et contrairement aux autres régions d’Europe, la cistude est adaptée aux eaux stagnantes ou à très faible courant, et non aux rivières et cours d’eau. De même, si elle atteint en Europe sa maturité sexuelle assez tard, vers 10 ans, elle est capable en Corse de se reproduire dès l’âge de 7 ans. Il s’agit là de petites particularités adaptatives, qui ne remettent toutefois pas en question l’appartenance des cistudes insulaires à l’espèce européenne. C’est entre le printemps et l’automne que l’on a le plus de chance d’observer des cistudes. C’est également durant cette longue période qu’ont lieu les accouplements et les pontes. Celles-ci se déroulent sur la terre ferme, de nuit, dans un terrain découvert pour permettre au soleil de les chauffer durant la journée et d’assurer ainsi la bonne incubation des œufs. L’action du soleil est primordiale, car, comme pour beaucoup de tortues,

c’est la température moyenne d’incubation qui détermine le sexe de la couvée. Chez la cistude, la limite mâle / femelle se situe autour de 28°. Seconde tortue de Corse après la tortue d’Hermann, la cistude semble relativement protégée dans les étangs et les zones humides du littoral, là où des mesures de protection – comme Natura 2000 – permettent le maintien d’une faune et d’une flore sensibles. Il existe toutefois, depuis une quinzaine d’années, un nouveau prédateur à ces cistudes : la tortue à tempes rouges de Floride, une espèce carnivore très agressive, massivement importée pour les aquariums dans les années 1980 et souvent relâchée dans la nature par les propriétaires, lorsque leurs pensionnaires atteignaient des tailles trop importantes. D’après les suivis écologistes, cette tortue de Floride pourrait, d’ores et déjà, être considérée comme une troisième tortue insulaire, tant elle est présente sur le territoire ! Texte et photos Laurent-Jacques Costa

Novembre 2012 ■ aria

21


EVÉNEMENT/UNIVERSITÉ

Quand le

paysage fait sens... L' Université de Corse, à Corte, vient d'inaugurer sa toute première chaire, intitulée «Développement des Territoires et Innovation ». Placée sous la responsabilité scientifique d' Augustin Berque, célèbre théoricien de la « mésologie », elle porte sur les enjeux du paysage, de l' architecture et de l' aménagement, des problématiques très actuelles et surtout particulièrement cruciales pour un territoire comme la Corse. A l' occasion de ce véritable événement, Marie-Antoinette Maupertuis, directrice de l’UMR LISA (Lieux Identités, Espaces Activités) et Vannina Bernard-Leoni, directrice de la Fondation de l’Université nous en disent plus...

Oeuvre exposée à la Bibliothèque Universitaire jusqu' au 20 décembre 2012

Arc en Cible, installation de Laetitia Carlotti © Rita SCAGLIA

ARIA - L'université de Corse a lancé le 23 octobre dernier la chaire « Développement des Territoires et innovation ». Quelles en sont les ambitions ? VANNINA BERNARD-LEONI – La création de cette première chaire se devait d’incarner symboliquement l’ambition générale de la Fondation, en choisissant une thématique stratégique et un responsable

22

aria ■ Novembre 2012

scientifique de premier plan pour la porter. Car la Fondation a été créée pour répondre à deux objectifs principaux : permettre à l’université de Corse de rayonner, et surtout lui permettre d’expérimenter. Et ses efforts d’expérimentation, c’est directement dans le domaine du développement territorial qu’elle doit les mener, en lien avec les acteurs socio-économiques.


EVÉNEMENT/UNIVERSITÉ

MARIE-ANTOINETTE MAUPERTUIS – Cette chaire vise dès lors à poursuivre la réflexion relative au développement des territoires, qui passe nécessairement par une analyse renouvelée des relations d’un groupe humain à son environnement, de sa capacité à produire non seulement des solutions adaptées et pérennes aux problèmes qui se posent à lui, mais aussi de sa capacité à élaborer un projet inscrivant conjointement l’homme et le territoire dans la durée. ARIA - Comment s'articule la collaboration entre la Fondation de l'Université et l'UMR Lisa sur ce projet ? M ARIE -A NTOINETTE MAUPERTUIS - Depuis sa création, en 2008, l’UMR LISA travaille à l’analyse des relations société-nature, tant dans leur dimension spatiale que temporelle et symbolique. Nous avons pour objet d’études le développement durable notamment des espaces insulaires, les dynamiques territoriales, les processus de patrimonialisation, le lien identités-cultures. Mais notre laboratoire a aussi pour vocation de transférer vers la société corse des connaissances pratiques touchant à ces centres d’intérêt scientifique, et doit identifier des innovations sociétales permettant de répondre à des problèmes concrets qui se posent aujourd’hui sur le territoire insulaire. Ainsi sur l’aménagement du territoire qui fait tant débat aujourd’hui, la recherche scientifique ne peut avancer seule. La confrontation avec d’autres expériences et d’autres travaux exigent de nouveaux dispositifs de production de savoir. C’est là que la Fondation peut être intéressante pour nous, car elle propose des points de vue un peu extérieurs à l’Université et des financements nouveaux qui permettent ces indispensables rencontres. La chaire permet d’assurer la venue de personnalités scientifiques de haut vol qui, au-delà de leurs compétences disciplinaires premières, ont fait montre d’un intérêt pour l’interdisciplinarité, les questions de développement et d’innovation territorialisées, d’évolution et d’organisation des sociétés humaines. VANNINA BERNARD-LEONI – En ce qui concerne le choix du sujet de la chaire, nous sommes parties de ce qui fait l’identité scientifique de l’université, disons les questions de développement durable, en essayant d’aller vers une dimension à la fois plus internationale et plus opérationnelle sur les questions de paysage, d’architecture et d’aménagement du territoire, qui pour l’heure

Oeuvre exposée à la Bibliothèque Universitaire jusqu' au 20 décembre 2012

Rizzanese © Rita SCAGLIA

n’étaient pas traitées par l’Université. Et la personnalité d’Augustin Berque nous a semblé incarner ces multiples exigences, car s’il est évidemment un scientifique extrêmement reconnu, il est aussi habitué à travailler avec des praticiens et prône une approche concrète et très ancrée de l’aménagement. ARIA - En effet, la responsabilité scientifique de cette chaire a été confiée à Augustin Berque. Présentez nous cet éminent chercheur, inventeur du concept de "mésologie". MARIE-ANTOINETTE MAUPERTUIS - Géographe de formation, notre hôte a vécu et travaillé plusieurs

Novembre 2012 ■ aria

23


EVÉNEMENT/UNIVERSITÉ

nous, d’une science des milieux humains – la mésologie. Si l’étude des milieux humains est évoquée dès le 19ème siècle notamment dans les sphères savantes de la biologie, on doit à Augustin Berque d’en avoir à la fois élargi et consolidé les fondements analytiques et permis d’en apprécier la portée opératoire pour traiter de problèmes contemporains. VANNINA BERNARD-LEONI – J’ajouterais qu’en Corse, où la relation au territoire et à l’espace est fondatrice, on ne peut qu’être sensibles à une pensée qui explique combien un territoire est à la fois « empreinte et matrice d’une société ». Sans tomber jamais dans le déterminisme géographique de bas étage. ARIA - Quelles pourraient être les applications concrètes de l'ouverture de cette chaire  dans le contexte insulaire ? VANNINA BERNARD-LEONI – Les problématiques de l’aménagement sont devenues très épineuses. Les projets de PLU sont l’objet de nombreuses polémiques, et la première version du PADDUC avait été retoquée en 2009. Bien sûr le politique doit apporter un cadre normatif, et 2013 sera d’ailleurs l’année d’élaboration du nouveau PADDUC. Pourtant, du côté de l’Université, nous sommes persuadés que ces questions ne peuvent être uniquement appréhendées dans leur dimension normative. L’éducation, la formation et la recherche doivent contribuer au traitement de ces questions. D’autant qu’en Corse, il y avait une esthétique vernaculaire en matière d’habitat. Nos villages, nos villes étaient beaux et surtout équilibrés, sans qu’il y ait architectes ni urbanistes professionnels. Le changement d’échelle produit par le développement exige qu’on renoue avec cette exigence partagée et cette culture de l’aménagement.

années au Japon où il a acquis une connaissance très fine de la relation à l’espace dans ce pays, qui, rappelons-le, est un archipel. Egalement chercheur associé à l’école nationale d’architecture de ParisLa Villette, il a commis nombre d’articles et d’ouvrages sur l’habiter dans les sociétés contemporaines. Mais la contribution majeure d’Augustin Berque est très certainement cette hybridation fructueuse entre philosophie et géographie lorsque il embrasse l’élaboration, la concrétisation, dirons-

24

aria ■ Novembre 2012

ARIA - Dans le même ordre d'idée, comment vont se passer les travaux associant chercheurs, scientifiques, praticiens et citoyens ? MARIE-ANTOINETTE MAUPERTUIS - Durant deux ans, à chaque saison, Augustin Berque viendra une semaine à l’Université de Corse nous faire part de ses réflexions dans un séminaire à vocation académique. Il veillera aussi sur un séminaire de transfert vers la société auquel participeront des acteurs institutionnels, professionnels ou de la société civile.


EVÉNEMENT/UNIVERSITÉ

Oeuvre exposée à la Bibliothèque Universitaire jusqu' au 20 décembre 2012

D(é)rives © Jean Christophe ATTARD

VANNINA BERNARD-LEONI – Pour favoriser la diffusion de cette culture de l’aménagement, nous devons aussi sortir des salles de cours. Ça commence à l’université même, où nous avons décidé d’envahir la bibliothèque universitaire avec une exposition d’œuvres qui travaillent sur le paysage en Corse, ça se poursuit dans la ville, à Corte où nous avons mis en place un ciné-club avec le cinéma L’Alba sur les questions société/nature. Enfin, à une autre échelle, tout sera accessible sur Internet car l’intégralité des conférences seront « podcastables » sur les sites web de la Fondation et de l’UMR LISA.

ARIA - Plusieurs séminaires sont programmés durant l'année 2013. À quel public s'adressent-ils ? MARIE-ANTOINETTE MAUPERTUIS - Durant deux ans, à chaque saison, Augustin Berque viendra une semaine à l’Université de Corse nous faire part de ses réflexions dans un séminaire à vocation académique. Il veillera aussi sur un séminaire de transfert vers la société auquel participeront des acteurs institutionnels, professionnels ou de la société civile. Propos recueillis par Sandra Alfonsi Informations www.fundazione.univ-corse.fr

Novembre 2012 ■ aria

25


AGENDA CORSE AJACCIO

MUSIQUE

AJACCIO - BASTIA

EXPOSITION

Le 17 novembre à 21h

Du 26 novembre au 21 décembre

( ANGLETERRE ) - ELECTRO/ROCK

VIVIANE FAIVRE-VELLA 50

ANS

DE

PEINTURE

WE HAVE BAND We have Band réunit trois amis, Darren Bancroft et le duo que forment Dede et Thomas Wegg-Prosser, sur la scène comme à la ville. Ils se sont rencontrés dans un label pour lequel ils travaillaient, qu’ils ont ensuite quitté pour

© XDR

L’ Espace Diamant présente une sélection d’ œuvres de Viviane Faivre-Vella, artiste peintre. "Longtemps exclusivement attachée au traitement des apparences, la démarche de Viviane Faivre-Vela s'est orientée depuis quelques années vers une abstraction aux résonnances parfois naturalistes, où seuls comptent les rapports d'équilibre, le dosage harmonieux des formes, et l'efficacité des correspondances tonales, sans que l'on puisse parler ici de cassure radicale avec le visible, dans la mesure où elle ne refuse pas l'intrusion de certaines réminiscences organiques. Mais par sa formation, son registre émotionnel à fleur de peau, et les sollicitations de son instinct, elle revient alternativement vers le tangible, car elle se plaît dans cette ambivalence où elle est à même de manifester sa totale liberté d'implication. La peinture étant, par essence, de l'ordre de la révélation, c'est une manière de mieux se connaître et d'éprouver l'émergence de ses virtualités." Gérard Xuriguera, critique d'art. Espace Diamant, Bd Pasacal Rossini - Renseignements www.faivre-vella.com

26

aria ■ Novembre 2012

former un groupe, jouer au Festival de Glastonbury (le plus grand festival de musique et d’arts du spectacle du monde), sortir un album, WHB, et tourner dans le monde entier. Après la sortie de WHB, le groupe connait une évolution. Une évolution qui implique de changer radicalement la manière d’aborder l’écriture d’un nouvel album. De la musique jusqu’aux paroles, le trio a voulu créer quelque chose d’intemporel, en commençant par se pencher sur les dernières expériences qu’ils avaient partagées. Les paroles autrefois légères ont laissé place à des témoignages francs et honnêtes sur leurs relations, leurs difficultés à trouver un sens au monde qui les entoure, et les effets, tant sur le plan physique qu’émotionnel, de la vie en tournée. Une fois la structure de l’album en place, le groupe a rejoint Luke Smith, ex-membre de Clor et producteur de Foals dans son studio Flesh and Bone, dont l’équipement analogique a insufflé davantage de chaleur au projet. Grâce à sa détermination et à son talent, Luke a aidé le groupe à trouver le bon son. Il en résulte un disque très différent, profondément personnel, à la fois stimulant et mélancolique. Tendu, sensuel, sombre, new wave et dansant… Aghja, 6 chemin de Biancarello Renseignements 04 95 20 41 15

CONCERT EVÉNEMENT

LE VIOLON VIRTUOSE

DIEGO TOSI ET L’ ENSENBLE INSTRUMENTAL DE CORSE Ce concert met en avant la virtuosité violonistique à travers notamment une des figures de proue de l’art du violon au XIXème siècle : Pablo de Sarasate. Ce n’est pas le grand maitre du violon qui retient exclusivement l’attention. C’est la diversité d’une œuvre ouverte au monde lyrique des airs d’opéras, de la danse, de la mélodie populaire. A sa façon il fabrique sa « world music » de l’époque et apporte une mémoire vive et réinventée. Diego Tosi est né le 14 Juillet 1981. Il pratique tout enfant le piano, avant de recevoir ses premiers cours de violon dès l’âge de 5 ans avec Philippe Couvert. Il poursuit ses études au CNR Perpignan Méditerranée dans les master-classes de Jean Lenert. En 1998, il entre au CNSMD de Paris dans la classe de Jean-Jacques Kantorow et obtient 3 ans plus tard son Diplôme Supérieur avec mention Très Bien à l’unanimité Diego Tosi © XDR du Jury. Il suit également les master-classes d’Alexandre Bendersky avant d’aller se perfectionner aux Etats-Unis auprès de Miriam Fried à l’Indiana University Bloomington. Il termine ce cursus de 2 ans en obtenant le Performer Diploma. Durant ces années de prime jeunesse, il remporte successivement un 1er Prix au Concours International de Canet, un 1er Prix au Concours International de Moscou. Après deux ans aux Etats-Unis, il réintègre le CNSMD de Paris en 3ème cycle de perfectionnement et remporte en 2004, le concours des Avant-Scène avant de se voir décerner le 1er Prix de violon au Concours International de Rome (Valentino Bucchi). Successivement violon solo de l’Orchestre du Conservatoire Supérieur de Paris, premier violon de l’Orchestre Français des Jeunes, supersoliste de la Camérata de France, violon solo de l’Orchestre du CNSMD de Paris (session Emmanuel Krivine), il intègre en octobre 2006 comme violon solo la prestigieuse formation de « l’Ensemble intercontemporain » et reçoit à cette occasion les félicitations de Pierre Boulez. Dans le cadre du MIDEM 2008, il s’est produit au Palais des Festivals de Cannes, en créant pour la circonstance le « Divertimento 4 » de Giacinto Scelsi en première mondiale. Depuis décembre 2009, il est le nouveau Directeur artistique du Festival de Musique de Tautavel. Au programme de ces deux concerts exceptionnels avec l’ Ensemble Instrumental de Corse, dirigé par Bruno Jouvenel : Pablo de Sarasate ( Fantaisie sur Airs de Carmen op. 25 Airs bohémiens ) , Tchaïkovski ( Sérénade pour cordes ) Le 29 novembre à 20h30 – Ajaccio / Espace Diamant et le 30 novembre à 18h30 – Bastia/ Eglise St Roch. Renseignements www.ensembleinstrumentaldecorse.fr


AGENDA CORSE

THÉÂTRE Les 9 et 10 novembre à 21h

MUABLE ET INCERTAIN Après leur fameux diptyque (Ces bottes sont faites pour marcher et Question : où nagent les grands-mères ?), Paola Comis et Sandrine Lanno continuent à interroger nos identités et notre rapport au monde, quand ce dernier semble n’être mu que par le changement, quand nos existences paraissent bien instables, fragiles, et prêtes à basculer à tout instant. Dans une même vie, nous pouvons faire face à de nombreux tournants, surtout professionnels, et cela nous expose davantage au doute et à la peur. Dans Muable et incertain,

© Giovana ORSI

les deux metteuses en scène explorent cette notion de précarité, précarité du travail essentiellement : que peut-elle produire sur nos identités ? Leur spectacle patchwork, comme elles aiment à le définir, est construit à partir d’un texte de Pierre Michon ( Abbés, Editions Verdier 2002 ) magnifique auteur à la langue lumineuse, à la fois sensuelle et spirituelle, et de témoignages d’agriculteurs qu’elles ont longuement interviewés. Après leur fameux diptyque (Ces bottes sont faites pour marcher et Question  : où nagent les grands-mères ?), Paola Comis et Sandrine Lanno continuent à interroger nos identités et notre rapport au monde, quand ce dernier semble n’être mu que par le changement, quand nos existences paraissent bien instables, fragiles, et prêtes à basculer à tout instant. Dans une même vie, nous pouvons

faire face à de nombreux tournants, surtout professionnels, et cela nous expose davantage au doute et à la peur. Dans Muable et incertain, les deux metteuses en scène explorent cette notion de précarité, précarité du travail essentiellement : que peut-elle produire sur nos identités ? Leur spectacle patchwork, comme elles aiment à le définir, est construit à partir d’un texte de Pierre Michon, magnifique auteur à la langue lumineuse, à la fois sensuelle et spirituelle, et de témoignages d’agriculteurs qu’elles ont longuement interviewés… Aghja, 6 chemin de Biancarello – Renseignements 04 95 20 41 15 Les 28 et 29 novembre à 21h

LA NUIT D’ALTHUSSER De Simon Jallade. Éditions Comp’Act ; Mise en scène : Françoise Maimone. Avec  : Julio Guerreiro, Stéphane Kordylas, Nathalie Legros, Stéphane Naigeon. Scénographie : Brigitte BossePlatière et Françoise Maimone. Lumières  : Stéphan Meynet et Françoise Maimone. Costumes  : Anne Dumont. Musique : Gérard Maimone. Régie son : Olivier Leydier et Stéphane Pauze. Coproduction  : Compagnie Françoise Maimone / Université Claude Bernard Lyon 1 / La Fabrique – Scène Conventionnée de Guéret. Le dimanche 16 novembre 1980 à 9h, le philosophe Louis Althusser tuait sa femme dans le petit appartement de l’École Normale Supérieure de Paris, rue d’Ulm. Reconnu irresponsable, il fut interné pour troubles mentaux. L’affaire était close. L’incompréhensible aurait nom de folie… Une nuit pour tenter de comprendre les contradictions, les confusions de sentiments à travers une écriture dramatique faite de touches légères évoquant des silences, des immobilités dans cet espace d’enfermement où chacun s’égare dans ses doutes, ses interrogations. Ils sont quatre figures qui tentent de se révéler à vif : Althusser qui théorise, cherche à rendre intelligibles les moindres détails de sa vie, le Préposé, comme un

AJACCIO

DANSE

LE LIBAN AU CŒUR COMPAGNIE LAMIA SAFIEDDINE

Lumière Dominique Delapierre ; Danse Compagnie Lamia Safieddine ; Lecture Nina Seul ; Chant Anas Habib. Dans le cadre des 14e Rencontres Musicales de Méditerranée, du 3 au 11 novembre, dont le pays invité d’ honneur est le Liban, l’ Espace Diamant accueille la danseuse Lamia Saffiedine et sa compagnie pour un spectacle unique et exceptionnel. Ondoyante et flamboyante, au rythme de musiques traditionnelles et contemporaines libanaises et au fil de poèmes de grands auteurs orientaux, Lamia Safieddine vient enchanter le public en réveillant la nostalgie et l’ espoir d’ un Liban de paix et de fraternité. Un spectacle dont on ne sort pas indemne…On lui doit notamment « Voyage dans la poésie du corps » autour des textes de Khalil Gibran (UNESCO, 1996), « Tableaux du Liban - Liban, carrefour des cultures » (France, Allemagne, 1998), « Assafar » (Café de la Danse, 2000), « Sur la route de la soie » (Festival Celebrazione, Italie, Le Cap et Mandapa – Paris. 2005-2006) , « A corps et à cris » (tournée en France 2006 -2007) – Mejnoun au New Mornig 2009, Suerte au Théâtre Grevin 2010, Kohol au Zénith « Lilith » Forum de Paris , théâtre des ambassadeurs au Liban, théâtre Monnot, Institut du Monde Arabe ; au Musée de Genève, et au théâtre Edouard VII 2010-2012 . « Avec Lamia Safieddine, on peut parler de danse arabe contemporaine. Le voyage dont il est question est une plongée dans la pluriculturalité de la danse de l’Orient… » Le Monde (France) Au fil d’un programme qui va des musiques libanaises traditionnelles aux musiques contemporaines de Fayrouz, Marcel Khalifé , Ziad Rahbani Et au fil des poèmes de Gibran Khalil Gibran, Georges Chehade, Nadia Tuéni, Mahmoud Darwich, Michel Cassir… Le 9 novembre à 20h30 – Espace Diamant– Renseignements : www.ajaccio.fr

© XDR

© XDR

© XDR

Novembre 2012 ■ aria

27


AGENDA CORSE « accoucheur d’esprit », un «  brûleur de question  », la lingère qui raconte le quotidien d’un amour tu, l’huissier de justice annonçant le verdict plus impitoyable que la condamnation à mort, c'est-àdire, l’oubli… Aghja, 6 chemin de Biancarello Renseignements 04 95 20 41 15

CORTE

EXPOSITION Jusqu’au 30 décembre

LES SPORTS EN CORSE – MIROIR D’UNE SOCIÉTÉ

et ludique grâce à de nombreux documents d’ archives et à plus de 350 objets insolites ou familiers, évocateurs de grands moments de communion sportive : articulée en quatre sections thématiques et chronologiques, l’ exposition offre un tour d’ horizon complet, des pionniers  aux enjeux de demain en passant par les infrastructures, les clubs et leurs supporters ou encore les liens entre sport, tourisme et économie de l’île… Le jeune public n’est pas oublié, avec Sport en Scène, une exposition dédiée, qui réussit la rencontre originale entre deux espaces  : celui d’ un musée et celui d’un stade sportif.

TOURNÉE

MUSIQUE

FRANCINE MASSIANI EN CONCERT

Musée de la Corse, Citadelle de Corte - Renseignements 04 95 45 25 45

ÎLE ROUSSE

EXPOSITION Du 5 au 23 novembre

LE BAROQUE EN CORSE PHOTOGRAPHIES DE VALÉRIE BELIN Francine Massiani © XDR

L’ importance des sports en Corse n’est plus à démontrer. Certains, comme le football par exemple, sont même de véritables phénomènes de société, comme en atteste la formidable réussite des équipes corses toutes catégories confondues…Avant que l’ île n’ accueille comme il se doit le départ du prochain Tour de France cycliste, cette exposition proposée par le Musée de la Corse de Corte, musée régional d’ anthropologie, revient utilement sur cette passion insulaire pour les activités sportives, et lui donne quelques « lettres de noblesse  » scientifiques supplémentaires…Vu ici d’un point de vue historique, culturel et ethnologique, l’ engouement des insulaires pour des pratiques individuelles ou collectives est décrypté, analysé et décrit de façon à la fois rigoureuse

28

aria ■ Novembre 2012

Spectacle «Donna fata» version acoustique. Francine Massiani chant - Jean-Bernard Rongiconi guitares - Philippe Pimenoff batterie - Loïc Pontieux percussions - Nicolas Zimako basse . Après la présentation en live de son premier album, et du spectacle du même nom, Francine Massiani livre sur scène une version beaucoup plus acoustique de «Donna fata». Exit le clavier ; les séquences, plus rares, y sont plus sobres et mesurées. L’artiste fait choix d’un climat feutré pour rencontrer hors saison - moment de l’année qu’elle affectionne entre tous - le public insulaire. Dans une ambiance chaleureuse et automnale, très féminine et cosy, ce nouveau spectacle plus intimiste constitue une transition. Il exprime la tendance de ses deux albums en préparation, avec notamment un hommage aux fameux Frères Vincenti. D’excellents musiciens accompagnent Francine Massiani sur scène, Jean-Bernard Rongiconi en tête (coréalisateur, arrangeur). On retrouve Loïc Pontieux percussionniste mondialement réputé et Philippe Pimenoff batteur ajaccien survitaminé que rejoint Nicolas Zimako, bassiste au feeling sobre et efficace. Sur scène, Francine est comme un poisson dans l’eau. Taillée dans l’étoffe dont on fait les chanteuses populaires, elle s’épanouit au contact du public. Le 20 novembre à Corte, le 22 novembre à Prunelli di Fiumorbu, le 23 novembre à l’ île Rousse et le 24 novembre à Ajaccio. Renseignements www.francinemassiani.com Billetterie en ligne sur Agenda Culturel Corse "In giru" www.agendaculturel-corse.com

À l’occasion de cette commande du Centre Méditerranéen de la Photographie en 2004, Valérie

Belin, née en 1964 à BoulogneBillancourt s’est replongée dans l’univers baroque de son travail des années 1990. C’est à travers un choix d’églises, riches dans le jeu illusionniste entre architecture et décors

peints qu’elle a cherché à extraire “l’essence du baroque”. le regard qu’elle a porté dans ces lieux renvoie à la peinture grâce à l’écrasement des plans et au jeu des ornements, sublimés par le

noir et blanc. Elle présente ici 20 tirages argentiques en noir et blanc 55,3 x 66,8, encadrés 60 x 70 cm. U Spaziu, Place de l’ Hôtel de Ville – Renseignements 04 95 35 60 93 - Entrée Libre


AGENDA PROVENCE MARSEILLE Jusqu’ au 18 novembre

RENÉ SEYSSAUD, L’IVRESSE DE LA COULEUR

La Fondation Regards de Provence rend hommage au peintre marseillais René Seyssaud (1867-1952) en lui consacrant une grande rétrospective. Peintre de paysages, scènes champêtres, natures mortes et marines, son œuvre illustre une ardente et puissante personnalité. Elle se situe, entre le Fauvisme, pour l'intensité de ses coloris, et l'Expressionnisme, pour l'extrême

se rend fréquemment au bord de la mer, au Lavandou, à La Ciotat, à Bandol, à Martigues, à Giens, à Agay, au Trayas, ou à Cassis. Il exposa en 1897 chez les galeristes Le Barc de Boutteville, d’où il est jugé novateur, puis en 1900 chez Bernheim-Jeune, année où Ambroise Vollard s’intéressa à lui. Deux ans plus tard, le peintre se retire à SaintChamas, près de l’étang de Berre, pour y vivre désormais en solitaire, limitant ses participations publiques à des envois réguliers au Salon d’automne, puis au Salon des Tuileries.La hardiesse de sa facture et de ses tonalités plaça Seyssaud avec Valtat parmi les authentiques précurseurs du fauvisme. L’utilisation qu’il fait de la pâte sera l’élément fondamental de sa gloire posthume. Seyssaud est un créateur de tonalités et de formes dans ces colorations. Il confectionne lui-même la plupart de ses coloris et les applique directement. Palais des Arts, Place Carli Renseignements www.regardsde-provence.org

force de sa vision de la nature, tout en restant essentiellement réaliste, soulignant, sans le transformer, le vrai des émotions directes de l’artiste.René Seyssaud fut élève à l’École des Beaux-arts de sa ville natale, puis dans l’atelier de Pierre Grivolas, à l’école des Beaux-arts d’Avignon en 1885. Il s’initie à l’Impressionnisme, au Pointillisme et ne délaisse pas la manière des maîtres comme Corot ou Courbet. Aux côtés de Joachim Gasquet, Jean Lorrain et Jean Lombard, René Seyssaud créa le groupe des Jeunes, avant d’aller à Paris, en 1892, débuter au Salon des artistes indépendants où il présenta les Châtaigniers en Vaucluse, toile déjà imprégnée par l’éclat des couleurs, l’abondance de la pâte et l’envergure des touches. En 1895, Seyssaud rencontre François Honnorat, courtier en huiles à Marseille et collectionneur de Monticelli, qui devient son financier et son marchand pendant 27 ans. Seyssaud peut alors travailler en toute sérénité et entreprend de se faire connaître à Paris. Mais il doit commencer par se soigner et

SPECTACLE/MUSIC-HALL Du 7 au 9 novembre

OLÉ !

© XDR

Avec Paul Morocco, Guillermo De Endaya et Miguel Sotelo. Les trois musiciens de Olé ! Paul Morocco, Guillermo de Endaya et Miguel Sotelo allient la virtuosité de la guitare espagnole à la facétie clownesque. Quand la guitare classique rencontre le burlesque, cela donne Olé! un spectacle musical hilarant, imprévisible et spectaculaire.Doté d'une énergie à revendre, passant avec aisance d'un style musical à un autre et de la musique à la comédie, le trio de guitaristes fous et déchaînés, rivalise de pitreries. On n'arrête plus ces machos latinos : jets d'oranges, de balles de ping-pong, les guitares deviennent raquettes et les

MARTIGUES

SPECTACLE BURLESQUE

LES TISTICS – LES FRANGLAISES

© Thierry TASSIN

De et interprété par les Tistics : Saliha Bala, Marsu Lacroix, Daphnée Papineau, Roxane Terramorsi, Quentin Bouissou, Yoni Dahan, William Garreau, Philippe Lenoble, Adrien Le Ray, PV Nova, Romain Piquet, Laurent Taïeb Les Tistics forment un collectif de comédiens, musiciens, chanteurs et auteurs, passionnés de jeux sur la langue et les mots. Ils revendiquent un “art scènement textuel”, un “art Tistic” où la comédie absurde, le burlesque et la poésie ont une place de choix. Après la création de leurs deux premiers spectacles de cabaret (Lady Petits Maigres, Du rififi au Melun High-School), la compagnie voit le jour en 2006. Dès lors, les Tistics élargissent leur champs d’exploration : théâtre classique, chant, musique, fiction et clips vidéos, spectacles pour enfants, arts plastiques... C’est l’humour, l’envie de créer qui réunit ces douze artistes tout-terrain, liés par une passion commune et une amitié profonde. Chacun des membres du collectif participe activement à tous les aspects de la mise en scène apportant sa touche, sa couleur, sa spécialité, sa folie. Ainsi, chaque voix a le même poids dans le processus créatif. Cette méthode de travail est la clé de la longévité du groupe, de son effervescence et de son enthousiasme sans cesse renouvelés. Les Franglaises est un spectacle mêlant humour, musique, théâtre et danse. Le principe est simple : représenter en français les plus grands tubes anglophones traduits de manière lit-térale et malicieuse, un peu à la façon actuelle des traductions automatiques d’internet, l’espièglerie en plus. Chaque chanson est accommodée à la sauce Tistics avec des arrangements vocaux originaux et des chorégraphies aussi soignées que décalées. Entre hommage et fine moquerie, les Tistics détournent la pop-culture pour nous offrir une revue théâtrale irresistible, intégrant le public, et faisant de ce spectacle hybride et débridé un vrai régal musical. L’occasion pour certains de découvrir la face cachée de ces chansons qui appartiennent à la culture mondiale, et pour tous de passer un moment convivial et jubilatoire. Les Tistics testent vos connaissances musicales et entendent bien égratigner quelques grands mythes au passage. Le 11 novembre à 16h - Théâtre des Salins - Renseignements 04 42 49 02 00 / www.theatredes-salins.fr c h a p e a u x chandeliers...Phénomène d'humour et de prouesses, Olé ! est un mélange de musique, de comédie et de cirque, plein d'inventions étonnantes et surréalistes dans un florilège de numéros formant un ballet infernal réglé au millimètre. Les accords sont justes, les voix provocantes et les numéros de jonglage s'enchaînent avec une extrême précision. Ces trois hommes-guitares n'ont pas fini de surprendre le public. Théâtre du Gymnase, rue du Théâtre Français - Renseignements 08 2013 2013

MUSIQUE/JAZZ Le 12 novembre à 20h30 LEÇON DE JAZZ D’ANTOINE HERVÉ

LOUIS ARMSTRONG Piano, composition, Antoine Hervé en duo avec le trompettiste Fabrizio Bosso. Louis Armstrong, dit « Satchmo », présenté par Antoine Hervé et un trompettiste, devrait suffire à décrire tout un programme qui s'annonce surprenant et plein de rebondissements. Cassant les codes de la musique de danse binaire d'origine militaire

(ragtimes, cakewalks, etc...), Satchmo a été à l'origine de l'invention du swing, rien que ça. C'est le patriarche du jazz, celui qui, par sa générosité et sa sensibilité, a rendu le jazz populaire dans le monde entier, au-delà des barrières raciales. Grâce à Louis Armstrong, le jazz abandonne son caractère ethnique pour se hisser au rang d'art universel, un art accessible à tous et à toutes, un art qui n'a cessé de se répandre et d'évoluer depuis. Théâtre du Gymnase, rue du Théâtre Français - Renseignements 08 2013 2013

Novembre 2012 ■ aria

29


AGENDA PROVENCE AIX EN PROVENCE

MUSIQUE BAROQUE

EXPOSITION

Le 19 novembre à 20h30

BERNARD PLOSSU LA MONTAGNE BLANCHE

© XDR

Musée Granet, Place Saint-Jean de Malte – Renseignements 04 42 52 88 32

30

aria ■ Novembre 2012

EVÉNEMEN

25E SALON DES VINS ET DE LA GASTRONOMIE

FARINELLI

Du 13 octobre au 16 décembre

Le musée Granet, institution culturelle de la Communauté du Pays d’Aix, présente du 13 octobre au 16 décembre, sur plus de 100 m2 d’espace muséal, l’ensemble des photographies de la SainteVictoire de Bernard Plossu intitulé La Montagne blanche. Ces 107 photographies inédites témoignent de l’inspiration de la lumière blanche qui a accompagné l’artiste durant ses nombreuses marches au sommet et aux alentours de la montagne. Conscient de l’empreinte de ses illustres prédécesseurs peintres dans ce lieu choisi de la peinture, Bernard Plossu a dédié cette série à François-Marius Granet qu’il admire énormément. Ces paysages en format 17,5 x 26,5 cm côtoient des miniatures (7,7 x 11,6 cm) du versant est, prises par grand soleil dans la région de Puyloubier. Bernard Plossu a aussi souhaité se démarquer du cadre classique par une série de photographies plus modernes de la montagne vue de loin, où apparaissent poteaux électriques ou enseignes trop bien connues, offrant ainsi une vision décalée de la Sainte-Victoire. Une sélection de photographies miniatures de la série « Le Jardin de poussière » (réalisée au Nouveau Mexique) et de livres d’artiste pourront tenir lieu de « guide du parcours » et montrer comment Plossu aborde le paysage.

ISTRES

Les Talents Lyriques : direction Christophe Rousset ; mezzosoprano Ann Hallenberg. Les Talens Lyriques interprètent, avec la mezzo suédoise Ann Hallenberg, la musique qui a fait d'eux une formation connue de tous. Ils accompagnaient en effet le charismatique castrat Farinelli (1705-1782) dans le film de Gérard Corbiau relatant la vie de l'un des plus célèbres castrats de l'histoire, véritable superstar de son époque. Avec plus d'un million d'exemplaires vendus, le disque de la bande originale du film, sorti en 1994, est l'une des meilleures ventes de disques classiques à travers le monde. Le chef aixois, Christophe Rousset, s'il n'imagine certes pas conduire le public jusqu'à l'évanouissement, est sûr de faire chavirer les coeurs des fans du film et de tous les amateurs de musique baroque dans ce qu'elle a de plus virtuose et de plus émouvant. Oeuvres de Riccardo Broschi 1698-1756, Johann Christian Bach 1735-1782, Nicola Porpora 1686-1768, Johann-Adolf Hasse 1699-1783, Leonardo Leo 1694-1744 Grand Théâtre de Provence Renseignements 08 2013 2013 Les 14 et 15 novembre à 20h30, le 16 novembre à 17H

LA SERVA PADRONA-PERGOLESE La serva padrona (La servante maîtresse) Intermezzo en deux parties Giovanni Battista Pergolesi (1710-1736 ). Compagnie Café Zimmermann. Traduction et adaptation Pierre Baurans, mise en scène Édouard Signolet, Jeanne Roth, Emmanuel Olivier. Serpine, soprano Sevan Manoukian, Pandolphe, baryton Paul Alexandre Dubois, Scapin,

Foie gras, garbure, aligot… sont quelques-unes des spécialités culinaires qui fleurent bon les campagnes et qui régaleront les papilles, sans oublier les producteurs“ locaux : l’huile d’olive, la daube de taureau, l’AOC de Sulauze ou encore l’agneau du terroir istréen sont présentés par leurs “producteurs“ résidant sur la commune lors de ce salon des vins et de la gastronomie pas comme les autres, qui attire à chaque édition plus de 6 500 visiteurs. Coup de projecteur sur ces éleveurs, vignerons, oléiculteurs, apiculteurs… et tous les autres qui travaillent tout au long de l’année pour élaborer des produits de qualité. Un savoir- faire qui permet de retrouver dans nos assiettes le goût de l’authentique, le goût du terroir. Pour sa 25e édition, le Salon a fait la part belle aux chefs Régionaux, en présence du célèbre chef étoilé istréen, Sébastien Richard, pour permettre au public de découvrir leur cuisine, leurs techniques et savourer leurs spécialités sucrées, salées sans oublier bien sûr la gastronomie locale… des démonstrations et des ateliers de cuisine à déguster sur place… En pré-programmation de 2013, 2012 verra son salon s’agrandir avec le Magic Mirrors, qui accueillera concours de cuisine, joutes culinaires, cours de cuisine et d’œnologie. Le salon c’est aussi : 100 exposants ; 2 nocturnes ; l’ Espace des petits chefs ; les Joutes culinaires pros (et amateurs) ; le Concours Chef Amateur 2012 ; les Dégustations ; les Cours de cuisine… Les 9, 10 et 11 novembre – Halle polyvalente - Renseignements www.istres.fr

extraordinaire est donnée dans une savoureuse traduction française et dans une mise en scène à la façon d'une commedia dell'arte moderne, décapante et jubilatoire. Théâtre du Jeu de Paume - Renseignements 08 2013 2013

© XDR

comédien Nicolas Gaudart. Pergolèse, mort prématurément à vingt-six ans, est l'un des principaux représentants de l'école napolitaine du XVIIIe siècle. Son génie précoce s'est exprimé dans la musique religieuse, notamment dans le bouleversant Stabat Mater entendu au Grand Théâtre en mars 2012, mais il doit surtout sa gloire à ses opere buffe. La serva padrona est loin d'être une simple farce : sous une apparente légèreté enfantine, Pergolèse s'amuse à fracturer les fondements d'une société vieillissante. Son intermezzo, plutôt que de représenter un personnage dépassé par son destin, typique du grand opera seria, préfère la description humoristique d'un individu de condition ordinaire. C'est toute la force de ce spectacle concis, drôle et à l'inspiration mélodique expressive et tendre. Cette Servante maîtresse à la fortune

DANSE Du 6 au 9 novembre à 20h30

L’ ÉTRANGER D'après Albert Camus. Conception / chorégraphie Emio Greco et Pieter C. Scholten. Avec Emio Greco. Coproduction Compagnie Emio GrecoIPC, Marseille-Provence 2013, Capitale européenne de la culture, Théâtre du Jeu de Paume. Production déléguée Théâtre du Jeu de Paume. Délégation de production tournée 2013/2014. Après avoir mis au coeur de leur travail le scénario de Pier Paolo Pasolini, Théorème et le texte mythique de Dante Alighieri, La Divine Comédie, le danseur Emio Greco et le chorégraphe-dramaturge Pieter C. Scholten ont répondu à l'invitation qui leur a été faite de travailler à partir de L'Étranger le très célèbre roman d'Albert Camus, prix Nobel de littérature en 1957. Questionnant depuis de

nombreuses années la place du corps humain dans la société, ils veulent transposer en mouvements, en musique et en lumière les mots du héros dont l'histoire traverse ce roman. Un héros ambigu, un héros qui ne cherche pas à plaire, qui dit « sa » vérité même si elle risque de lui coûter très cher, même si elle risque de le mettre à la marge de la société. Un héros, Meursault qui refuse de justifier ses actes et se retrouve immanquablement en conflit avec les normes sociales et donc avec les institutions chargées de les faire respecter. Corps abandonné, corps engagé, corps stimulé par l'esprit, corps sensuel et pensant, corps magnifié pour rester au plus près d'un homme de fiction dont son créateur disait : « Il est étranger à la société où il vit, où il erre, en marge, dans les faubourgs de la vie privée, solitaire, sensuelle ». Dominique Bluzet a eu cette riche idée d'adapter le texte mythique non pas avec des mots mais avec le langage chorégraphique. La rencontre ne pouvait que se faire avec le duo Emio Greco/Pieter C. Scholten qui aime à défier les grandes oeuvres littéraires. Théâtre du Jeu de Paume - Renseignements 08 2013 2013


AGENDA CÔTE D’AZUR NICE

EXPOSITIONS Jusqu’ au 11 février

CHAGALL ET LE LIVRE En 1923, à Berlin, Chagall découvre la pratique de la gravure, en illustrant la version allemande de Ma Vie, recueil de ses souvenirs de jeunesse. Il ne cesse ensuite de s’intéresser à l’illustration des textes les plus variés : textes fondateurs, comme la Bible et l’Odyssée, textes classiques comme La Tempête, de Shakespeare, textes d’amis, puisque toute sa vie, il entretient des liens forts et durables avec de nombreux écrivains et poètes, revues d’art enfin, où sa participation est très recherchée après-guerre. Il est ainsi amené à travailler avec les plus grands éditeurs d’art du XXème siècle et s’affirme dès les années trente comme l’un des maîtres de la gravure, soucieux de transposer dans les modulations du noir et blanc, les valeurs de la couleur et de restituer le rythme et l’atmosphère d’un récit sans renoncer à sa propre part d’interprétation. A la fin de la Seconde Guerre mondiale, encore réfugié aux Etats-Unis, il découvre la lithographie, à l’occasion de la publication de Four Tales for Arabian Nights. Celle-ci devient ensuite son mode d’expression privilégié pour l’illustration. Il développe une totale maîtrise de cette technique dans l’atelier de Fernand Mourlot, où Charles Sorlier devient son compagnon de travail. L’exposition présente une grande partie des livres illustrés par Marc Chagall, avec, en regard de chacun d’eux, des peintures et des gouaches. Musée national Marc Chagall, Avenue Dr Ménard. Renseignements 04 93 53 87 20 Jusqu’au 2 février

DENIS BRIHAT PHOTOGRAPHIES 1958 - 2001

Connu du grand public pour son travail sur les légumes, les fleurs, ou les fruits, Denis Brihat excelle dans l’art du tirage et plus particulièrement dans la science des virages qu’il pratique avec une dextérité qui frôle la perfection. Ce travail de laboratoire est unique et confère à ses photographies un caractère très

spécial car il recrée chimiquement la couleur originale sur l’ensemble ou quelquefois sur une seule partie de l’image. Ainsi par l’alchimie secrète d’un virage sélectif, le noir et blanc côtoie la couleur dans un même et seul tirage. Ses images toujours très simples sur fond blanc ou noir révèlent le caractère précieux et unique de chacun des sujets photographiés. La délicatesse d'un pétale de coquelicot dont les couleurs retrouvées grâce au secret d’un virage semblent plus vraies que nature, la transparence d'une pelure d'oignon qui retrouve dans son esthétique et son graphisme une noblesse toute nouvelle ou encore la silhouette ciselée d’une tulipe noire dont les pétales finement découpés acquièrent

Coquelicot, 1997 Virage à l’or © Denis BRIHAT

la somptuosité d’une orchidée. Né en 1928 à Paris, Denis Brihat a d’abord pratiqué la photographie de reportage et d’illustration. En 1952, il rejoint l’Agence Rapho aux côtés de Robert Doisneau, Willy Ronis et Edouard Boubat. Il reçoit en 1957 le Prix Niepce pour son travail réalisé en Inde en 1955 et 1956. La découverte des images d’Edward Weston et d’Emmanuel Sougez l’incitent pourtant à arrêter le métier de reporter. En 1958, après avoir vécu à Biot, il décide de s’installer définitivement en Provence, à Bonnieux dans le Lubéron où il vit encore aujourd’hui et de consacrer son œuvre essentiellement à la nature qui l’environne afin d’en traduire à travers des tableaux photographiques, toute la beauté et la richesse. Commissariat de l’exposition : Marie-France Bouhours et Pierre-Jean Amar. Théâtre de la Photographie et de l’ Image - 27, boulevard Dubouchage -Renseignements 04 97 13 42 20

MENTON

EXPOSITION

MOISAN ( 1907 – 1987 ), DESSINATEUR, CARICATURISTE DE PRESSE

Roland Moisan naît à Reims le 26 novembre 1907 dans une famille catholique plutôt non pratiquante : son père, d’origine bretonne, travaille comme forgeron à Fourchambault dans le Cher ; sa mère, d’origine allemande (née Stamm) a été institutrice à Reims. Aussi a-t-il le droit de ne pas aller à l’école avant l’âge de treize ans, ce qui lui vaut d’avoir toujours selon lui, une culture « très en marge ». Il commence à dessiner à l’âge de trois ans : « Je ne faisais que ça, dessiner et regarder la nature. » Enfant, il vit dans un village près de Bourges où très vite, il se distingue par ses talents de dessinateur. A 15 ans, il entre à l’Ecole nationale professionnelle Henri Brisson de Vierzon (équivalent des Arts et Métiers), qu’il quitte, fort de son diplôme de céramiste, pour entrer aux Beaux-Arts, puis aux Arts-Décoratifs de Paris où il reste quatre ans. Il renonce alors à devenir professeur de dessin et fait son service militaire au Maroc dans l’aviation. De retour à la vie civile, il s’adonne à la peinture, avant de rencontrer Eugène Merle, directeur du Merle Blanc, journal anarchiste concurrent du Canard enchaîné, qui publie l’un de ses premiers dessins de presse lors de l’affaire Stavisky en 1934. Sa carrière est alors lancée. Dans le même temps, Moisan travaille également pour Le Rire, Noir et Blanc, L’Os à Moelle de Pierre Dac, Vendredi ou L’Oeuvre. Démobilisé en août 1940, il reprend contact, au début des années d’occupation, avec les journaux auxquels il participait avant-guerre et leur fournit quelques dessins humoristiques sans contenu politique. Son esprit sarcastique lui fait exprimer les aléas de l’Occupation : frappé par la censure, il stoppe toute relation avec ses employeurs courant 1942. Immédiatement après la Libération, il dessine pour La Rue, La Semaine, La Corrèze (1945), mais surtout Carrefour et Le Parisien Libéré (1945 - 1976), L’Objectif (1947), puis Le Merle Blanc (1947-1948), Témoignage chrétien (1951 - 1956), et lance avec trois autres confrères la bande dessinée quotidienne du Parisien Libéré, « Zoé, enfant terrible ». Le 17 octobre 1956, à la demande du directeur Tréno, la première caricature de Moisan paraît dans Le Canard enchaîné. Dès lors commence une association qui durera jusqu’à la mort du dessinateur en février 1987. Ses dessins grand format occupent souvent une pleine page et à partir de 1961 s’affichent même à la Une du journal. L’éditorial écrit s’efface au profit du dessin éditorial.Dans son travail, Moisan aime à s’entourer d’une documentation précise (gravures, photos, etc.). Sur le plan technique, il est l’un des rares humoristes à dessiner exclusivement à la plume. Il avoue commencer toutes ses caricatures par les yeux de ses personnages, autour desquels s’ordonne le reste de l’attitude. Mémorialiste acerbe des riches heures de la Ve République, Moisan excelle dans les compositions ambitieuses, fourmillant de détails, où la truculence le dispute à la qualité esthétique. Galerie du Palais de l’ Europe, avenue Boyer - Renseignements www.menton.fr Entrée Libre

Amac © XDR Jusqu’ au 18 mars 2013

ESPRITS DU JAPON PHOTOGRAPHIES DE SUZANNE HELD – COLLECTIONS DU MUSÉE GUIMET

C’est un voyage unique dans la spiritualité japonaise que vous propose le Musée des arts asiatiques, au travers d’une rétrospective de l’artiste et grande photographe Suzanne Held, l’une des meilleures spécialistes de l’Asie. Une sélection de ses plus beaux instantanés sera présentée, accompagnée de pièces

Moisan dessinant © SAULX

patrimoniales du musée Guimet, pour un dialogue esthétique et spirituel entre photographies et objets d’art. Loin des clichés sur le pays du Soleil Levant, ses employés exténués, ses lolitas aux cheveux roses et ses mangas survitaminés, c’est vers un Japon de calme, de méditation et de contemplation que nous emmène ce superbe ensemble. Des temples zen et leurs jardins parfaitement agencés, censés exprimer à la fois l’ordre, le chaos de l’univers mais aussi le caractère éphémère du monde, aux

sanctuaires shintô et leurs milliers de dieux, en passant par la nature, préservée, admirée, adorée, nous découvrirons, grâce à l’œil acéré et amoureux de Suzanne Held, un pays complexe, empreint de spiritualité. Imprégnée de son sujet, Madame Held apporte à ses œuvres un œil à la fois occidental et complice, en harmonie parfaite avec l’esprit de ce pays, où, encore aujourd’hui, les esprits sont omniprésents. Musée des Arts Asiatiques, 405 Promenade des Anglais – Entrée gratuite

Novembre 2012 ■ aria

31


AGENDA CÔTE D’AZUR Jusqu’ au 16 décembre

KLEIN-BYARS KAPOOR

mécanisée. Individualisée par l’architecture même du musée, cette trilogie s’articule autour de trois salles de 400 m , chacune dévolue à un artiste et reliée à l’autre par les longues passerelles, vides et silencieuses »( Gilbert Perlein /Rebecca François). MAMAC, Promenade des Arts Renseignements 04 97 13 42 01

MENTON

EXPOSITIONS Jusqu’au 7 janvier 2013

MICHEL EISENLOHR Le MAMAC créé l’ événement avec cette présentation de trois artistes contemporains majeurs, autour d’une proposition « tricolore » : le bleu Klein, le blanc Byars et le rouge Kapoor entretiennent ici une surprenante et inédite correspondance. » Associer trois artistes aussi fondamentaux qu’énigmatiques qui ne se sont jamais croisés ni en personne, ni dans le monde de l’art, par le biais d’une exposition ou d’un ouvrage commun, voilà le nouveau challenge du MAMAC. Après la rétrospective-événement d’Yves Klein en 2000, le musée souhaitait mettre en perspective sous la forme d’un dialogue fécond cette œuvre phare qui, grâce au soutien des Archives Yves Klein, est profondément ancrée dans les collections. Yves Klein (Nice, 1928 - Paris, 1962) rencontre ici deux artistes de génération et de nationalité différentes avec lesquels il partage un attrait pour le sublime et les moments en suspens : James Lee Byars (Détroit, 1932 - Le Caire, 1997) et Anish Kapoor (Bombay, 1954). Cette association met en image leurs complicités à partir d’un point de vue bien particulier : la matière monochrome. L’immersion dans le bleu Klein se décline en propositions monochromes, objets imprégnés, pigment pur, « Tableaux- reliefs », « Cosmogonies » et « Anthropométries ». Les sculptures en marbre blanc aux formes rectilignes ou ovoïdes de James Lee Byars composent une scénographie où la blancheur immaculée triomphe de l’obscurité. L’environnement de cire rouge d’Anish Kapoor est créé à partir d’une série de maquettes de grands formats qui se constelle autour d’une pièce monumentale

32

aria ■ Novembre 2012

D’UN PALAIS À L’AUTRE… UNE VISION DU PALAIS LONGCHAMP DE MARSEILLE

service, salle d’archives. Il a ainsi arpenté les lieux au fil des saisons, captant le palais aux beaux jours comme sous un manteau de neige, dans la lumière du midi ou durant ses nuits mystérieuses. Ce travail en noir et blanc offre une nouvelle dimension à cet ensemble, château d’eau, musée, jardin public et observatoire. Il donne à relire ce signe urbain majeur de la ville de Marseille. En miroir, le Palais Carnolès, élément essentiel de l’histoire de Menton et de son architecture, offre un cadre familier à ces représentations. Musée à musée, palais à palais, les images se mêlent, les styles se complètent. L’eau, souvenir historique du jardin de Carnolès ancien petit Versailles, coule des flots de la Durance au Palais Longchamp. Parc, sculptures, musées, escaliers, corniches, plafonds, tous ces éléments se répondent. L’atmosphère intime des photographies de Michel Eisenlohr permet ce rapprochement de deux lieux aux proportions si différentes ». Musée des Beaux Arts, Palais Carnolès – Entrée libre – Renseignements www.menton.fr Jusqu’au 3 décembre

« Construit entre 1862 et 1869 par l’architecte Henri Espérandieu, le Palais Longchamp est un monument symbolique glorifiant l’arrivée de l’eau de la Durance à Marseille en 1849. Autour de ce château d’eau, la municipalité phocéenne a souhaité organiser un programme multiple, musée des Beaux-Arts, Museum d’Histoire naturelle, jardin public, auxquels se sont adjoints au cours du temps une chapelle des Carmélites, un parc zoologique et un observatoire. Espérandieu a pleinement réussi cette commande qui en fait encore aujourd’hui un lieu de référence pour les marseillais qui aiment s’y balader en famille et dont les souvenirs peuplent les allées et les arcades du nymphée. Auteur photographe professionnel, Michel Eisenlohr a réalisé ce travail de manière spontanée durant les années 2005 et 2007. Dans ce travail sur le Palais Longchamp c’est tout autant l’édifice monumental qu’il a souhaité magnifier que l’envers du décor plus secret et méconnu, comme la chapelle Carmélite, l’intérieur du château d’eau et les espaces des deux musées : réserves, salles en cours de réaménagement, escaliers de

BERNARD MONINOT DESSINS DANS L’ ESPACE

Jean Cocteau doit être envisagé comme l’un des pères de l’art contemporain. Pour son inextinguible soif de liberté, son refus des limites et sa recherche constante de nouvelles formes de création, il a souvent été qualifié de « génial touche à tout ». Auteur de poésie, de dessins, d’estampes, de peintures monumentales, de céramiques, de tapisseries, de théâtre, de cinéma, de « films libres », il peut à juste titre être considéré comme l’un des premiers artistes multimédia du XXème siècle. Son goût de l’expérimentation, de la nouveauté, du travail manuel, assimile l’ensemble de son œuvre à une pratique d’atelier constamment renouvelée, dont le processus créatif est le principal objet. Dans l’objectif de perpétuer l’esprit expérimental de Jean Cocteau et d’interroger la création à l’œuvre, le musée Jean Cocteau invite des artistes contemporains à prendre possession, physiquement et poétiquement, de l’espace d’exposition temporaire pour y installer leur atelier. L’objectif de chaque exposition étant de donner

autour de ces collages réalisés à partir de ses photos. Jamais montré au public, la présentation de ses oeuvres permet d'appréhender la démarche artistique originale et unique développée par André Villers. Centre d’ Art la Malmaison – 47, bd de la Croisette – Renseignements 04 97 06 44 90

MONACO 3 - Bernard Moninot © Roland HALBE

à voir la gestation d’une idée, l’expérimentation d’un geste, la naissance d’une forme, de mettre en lumière une pratique d’atelier. Les artistes invités, s’ils utilisent tous différents médiums (peinture, sculpture, photographie, vidéo, installation) ont en commun une pratique assidue du dessin qui, s’affranchissant du support papier traditionnel, se déploie dans l’espace et constitue un nouveau terrain d’expérimentation artistique. Après Jean Sabrier qui inaugura l’espace d’exposition temporaire du musée Jean Cocteau collection Séverin Wunderman en novembre 2011, Bernard Moninot propose quatre installations et plusieurs séries de dessins dans une scénographie spécialement conçue pour le bâtiment. Musée Jean Cocteau - Collection Séverin Wunderman, 2, quai de Monléon

CANNES

EVÉNEMENT/EXPOSITION Jusqu’au 20 janvier 2013

ANDRÉ VILLERS 60 ANS DE PHOTOGRAPHIE

André Villiers © XDR

Le Centre d'Art la Malmaison à Cannes présente à partir du 27 octobre 2012 des inédits du laboratoire photographique de l'artiste André Villers. Après avoir découvert cet été au Centre d'Art son travail réalisé de concert avec son ami Picasso, nous vous proposons un focus sur plus de 60 ans de son travail de recherche

EXPOSITION Jusqu’ au 25 novembre

KEES VAN DONGEN L’ ATELIER

L'accrochage des œuvres de Van Dongen proposé aujourd'hui au rezde-chaussée de la Villa Sauber part d'une volonté du NMNM de mieux faire connaître ses collections, au-delà de sa politique d'expositions. Le NMNM a hérité des fonds, régulièrement valorisés au sein de la programmation, de l'ancien Musée des Beaux-Arts de Monaco (1935-1958), du dépôt permanent des costumes de scène et des maquettes de décor de la Société des Bains de Mer et de la collection Galéa. Le musée poursuit également une politique d'acquisition d'œuvres d'art historiques et contemporaines en fonction de ce patrimoine.Les chefs-d'œuvre de Van Dongen, qui vécut à Monaco entre 1949 et sa disparition en 1968, ont été acquis par la Principauté entre 2004 et 2008 auprès de sa famille. Des œuvres dont l'artiste ne s'était jamais séparé et qui l'ont côtoyé au fil de ses vagabondages, d'atelier en atelier, preuve de l'attachement qu'il y portait. Les photographies des ateliers permettent de jeter un regard sur l'évolution des œuvres que le peintre a été souvent tenté de reprendre, de retoucher, de transformer, selon l'évolution de son tempérament. Certaines dates données sur les cartels donnent ainsi des fourchettes chronologiques d'exécution. Pour exemple, le Tango ou le Tango de l'archange a été peint entre 1923 et 1935.Ce fonds, qui resterait évidemment à compléter pour constituer un véritable parcours de référence, demeure néanmoins fondamental, permet de naviguer dans l'œuvre, et a été montré dans les dernières grandes expositions organisées à Monaco, Montréal, Barcelone, Rotterdam et Paris ces quatre dernières années. Nouveau Musée National de Monaco Villa Sauber


Aria Novembre 2012  

Magazine de bord de la compagnie aérienne corse Air Corsica. Destinations : Ajaccio, Bastia, Calvi, Figari, Marseille, Nice, Lyon, Paris, Cl...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you