Issuu on Google+

JUILLET 2012

PORTFOLIO

IMMERSION EN EAUX CORSES

N째218 MAGAZINE OFFERT


L’ANNU CORSU L’ANNÉE CORSE

DE 300 + PH

OTOS

Perspectives

Retro

2011 - 2012 EN K IOSQ UE P ART OUT EN C 1 2 0 ORS PA GES E INTERVIEWS A N A LY S E S SYNTHESES CHIFFRES CLÉS PORTRAITS

La Corse et l’Europe

+ de 10 grands thèmes approfondis

9€


aria

SOMMAIRE

Fondateur : Dominique Alfonsi

AIR CORSICA

PAGE 6 à 13

N° 218 Juillet 2012 SARL KYRN EDITIONS

MONDU

PAGE 14 à 19 La splendeur de Baalbeck

PORTFOLIO

PAGE 20 à 23 Immersion en eaux corses PAGE 24 à 26 A lire, à voir, à écouter...

Le Ricanto Ancienne route de Sartene 20090 Ajaccio Tél. 04 95 21 51 43 Fax. 04 95 21 44 41 e-mail:ariagenda@gmail.com

© Sandra ALFONSI

Directrice de la publication Rédactrice en chef Sandra Alfonsi Direction technique Conception graphique Jean Christophe Alfonsi Publicité Corse du Sud ariagenda@gmail.com Tél 04 95 21 51 43 Publicité Haute Corse ariagenda@gmail.com Tél 04 95 21 51 43 Publicité région Provence Jean Michel Florand La Régie 04 42 49 97 60 Couverture Faune méditerranéenne © Henri ESKENAZI Maquette Kyrn Editions Imprimé par Kallistene

COUPS DE COEUR CULTURE

PAGE 28 à 29 Le bel été de l’Aria...

© XDR

AGENDA CORSE

PAGE 30 à 32

© XDR

La reproduction et l’utilisation, sous quelque forme que ce soit, des reportages et des informations, sont interdites. Les pages Air Corsica sont intégralement réalisées par la compagnie et sont sous sa responsabilité. Rédactrice en chef : Catherine Riera. Conception & réalisation graphique : Jean-Paul Filippini. Comité rédactionnel : Isabelle Jeanne, Marie-Diane Leccia, Jean-Baptiste Martini, Michel Ponzevera, Françoise Ricardoni et Ghislaine Sansonnetti. Photos Air Corsica : Roland Rouget, Michel Ponzevera, Alexandre Cadel.

AGENDA PROVENCE

PAGES 33 à 34

AGENDA CÔTE D’AZUR

PAGES 35 à 36

Juillet 2012 ■ aria

5


DÉCOUVREZ LE MONDE avec Air Corsica Bruxelles

Le Havre

Luxembourg Caen

LA FLOTTE

Rouen Paris CDG

Rennes

Brest

Prague

Strasbourg

Stuttgart

PARIS ORLY

Lorient Nantes

Quimper

Metz-Nancy

Munich

Mulhouse Zurich CLERMONT FERRAND

4 AIRBUS A320 >

LYON Milan

CAPACITÉ 180 sièges

Venise

Bordeaux TOULOUSE

NICE MARSEILLE

Biarritz Pau

6

Vienne

Vols directs

ATR 72-500

Lignes permanentes Lignes saisonnières

CAPACITÉ >70 sièges

CALVI Barcelone

BASTIA

AJACCIO

ROME

FIGARI Porto

Ajaccio NapoléonBonaparte www.ajaccio.aeroport.fr • 8 km au sud-est d’Ajaccio • Banque Info CCI : 04 95 23 56 56 • Bus : Ticket = 4,50 € Bastia-Poretta www.ccihc.fr • 25 km au sud de Bastia • Banque Info CCI : 04 95 54 54 54 • Bus : ticket : 8 €. Calvi-Sainte Catherine www.ccihc.fr • 7 km au nord-ouest de Calvi • Informations générales : 04 95 65 88 88

Figari-Sud Corse www.figari.aeroport.fr • 27 km de Porto-Vecchio et à 21 km de Bonifacio • Banque Info CCI : 04 95 71 10 10 • Navettes à l'année vers Porto-Vecchio et Bonifacio. Tarif : 10 € Lyon-Saint-Exupéry www.lyon.aeroport.fr • 35 km au sud-est de Lyon • Informations générales : 0826 800 826 • Départs Aérogare 2 • TRAM EXPRESS Gare TGV Ticket 13 € (23€ A/R). Départs toutes les 15 min . Vaulx en Velin et Meyzieu.

Marseille-Provence (Bouches-du-Rhône)

www.marseille.aeroport.fr • 30 km au nord-ouest de Marseille • Informations générales : 04 42 14 14 14 • Départs : Aérogare 2/Hall 3 • Bus : Ticket : 8,50 € . • Bus Aix en Provence Ticket : 3,50 € et 7 €. • Train : navettes en bus entre l’aéroport et la gare de Vitrolles. Tarif : 4,70 €.

Air Corsica, VOTRE PARTENAIRE POUR LE TRANSPORT DE FRET La flotte d’Air Corsica est à votre service pour transporter vos marchandises entre la Corse et le Continent. La capacité des soutes de nos appareils et le professionnalisme de nos équipes font de notre compagnie un partenaire privilégié des entreprises et des particuliers. Sur la ligne Paris Ajaccio/Bastia Les Airbus A320, les appareils les plus modernes de leur catégorie, peuvent emporter jusqu’à 2 tonnes de fret de et vers Orly. Notre service fret est à votre écoute pour répondre à toutes vos demandes, en étroite collaboration avec les professionnels du transit aérien, tant à Paris qu’en Corse. Sur les lignes de bord à bord Une parfaite connaissance du marché régional permet à Air Corsica de satisfaire toutes les demandes de transport de marchandises sur son réseau bord à bord, de et vers Marseille et Nice au départ d’Ajaccio et Bastia à bord de sa flotte d’Airbus et d’ATR72-500. Marchandises dangereuses Air Corsica dispose d’une autorisation réglementaire de transport des marchandises dangereuses à bord de ses aéronefs délivrée par la Direction Générale de l’Aviation Civile. Seuls les explosifs, à l’exception de ceux relevant de la division 1.4 S, et les marchandises dangereuses en quantité limitées sont interdites sur les vols Air Corsica.

6

JUILLET 2012

Nice-Côte d'Azur www.nice.aeroport.fr • 6 km à l’ouest de Nice • Informations générales : 0 820 423 333 • Départs Aérogare 2-Zone B • Bus : Ticket 4 € Toutes les 20 min. Paris-Orly Ouest www.adp.fr • 14 km au sud de Paris • Tél. aéroport : 01 49 75 15 15

Rome Fiumicino www.adr.it Leonardo Da Vinci Airport • A 32 km du centre de Rome • Informations générales Hall des arrivées Tél. 00 39 0665953640 • Terminal B pour les vols intra communauté européenne • Courriel : info@adr.it

CONTACT Aéroport Napoléon Bonaparte BP 505 20186 Ajaccio Cedex - cargo@aircorsica.com Tél. +33 (0)4 95 29 06 63 / 62 Fax +33 (0)4 95 29 06 67 Nos représentants fret dans les aéroports : • AJACCIO Air Fret Service - AFS Aéroport Napoléon Bonaparte Zone fret Tél. +33 (0)4 95 23 56 40 Fax +33(0)4 95 20 93 94 afs.aja@wanadoo.fr Ouvert : lundi au vendredi 8h-12h30 et 13h30-19h. Samedi 8h-12h30 et 15h-19h • BASTIA Casinc Air Fret - CAF Aéroport Bastia Poretta Zone fret Tél. +33 (0)4 95 36 03 63 Fax +33 (0)4 95 38 37 51 casincairfret@orange.fr Ouvert : lundi au vendredi 8h-13h et 14h-23h30 Samedi 8h-13h et 14h-19h

• MARSEILLE France Handling - WFS Aéroport Marseille Provence Zone fret – BP32 - 13728 Marignane Tél. +33 (0)4 42 46 77 04 Fax +33 (0)4 42 46 77 01 exploit.mrs@france-handling.fr Ouvert : lundi au vendredi 6h-19h. Samedi 6h-14h • NICE France Handling - WFS Aéroport Nice Côte d’Azur - Zone fret 06281 Nice Cedex 03 Tél. +33 (0)4 93 21 45 50 Fax +33 (0)4 93 21 45 51 fhnce@france-handling.fr Ouvert : lundi au vendredi 6h-19h. Samedi 6h-14h • PARIS ORLY Air France Cargo - AFC Aéroport d’Orly - Orly fret 687 Rue de la soie, 94394 Orly aérogare Tél. +33 (0)1 58 08 99 10 Fax : +33 (0)1 58 08 99 19 mail.agence.exploitation.ory@airfrance.fr Ouvert : lundi au dimanche 5h20-00h15


Philippe Dandrieux Président du Directoire

© Alexandre Cadel

Chez Air Corsica, l’hiver se prépare maintenant… Plus qu’une tendance, les habitudes des consommateurs ont sensiblement évolué ces dernières années pour s’inscrire désormais dans des comportements structurels nouveaux, notamment pour ce qui concerne le marché des voyages.

… gardez un œil ouvert et surveillez les nouvelles offres tarifaires d’Air Corsica, car les bonnes affaires pour vos vacances d’hiver sont désormais en ligne…

édito

JUILLET 2012

Sur un secteur touristique de plus en plus concurrentiel, il est de l’intérêt de tous de comprendre ces nouvelles attentes d’une clientèle extrêmement sollicitée, pour mieux y répondre et ainsi accompagner utilement le voyageur potentiel dans ses projets. Ainsi, parmi les évolutions majeures qui ont émergé et semblent définitivement s’installer dans nos modes de vie, aucun doute le facteur crise a laissé son empreinte : La recherche du prix est désormais citée pour 57 % des consommateurs français comme critère numéro un de leur mode d’achat. Dans ce contexte, Air Corsica a engagé une profonde réflexion et s’apprête à adopter une nouvelle grille tarifaire qui permettra à ceux qui souhaitent bénéficier des meilleurs tarifs de le faire, tout en connaissant et en acceptant des contraintes liées aux prix les plus bas. Mais attention, pas question pour la compagnie régionale de tourner le dos à presque 25 années d’expérience acquise sur les lignes de Service public qu’elle exploite avec une constance, une fiabilité et une qualité de service qui sont unanimement reconnues et saluées tant par sa clientèle que par les experts du secteur aérien. Il s’agit, bien au contraire d’innover et de proposer, parallèlement au confort et aux nombreux avantages du tarif résident (toujours disponible, modifiable à souhait et remboursable), une nouvelle grille tarifaire permettant de voyager à petits prix pour ceux qui sont capables de réserver et d’acheter longtemps à l’avance… L’anticipation sera désormais la garantie de voyager à bas prix. Farniente et détente sont inscrits à votre programme de l’été… pas de problème ! Mais attention, gardez un œil ouvert et surveillez les nouvelles offres tarifaires d’Air Corsica, car les bonnes affaires pour vos vacances d’hiver sont désormais en ligne… Beaux voyages en notre Compagnie !


BIENVENUE à bord d’Air Corsica

VOUS ÊTES ICI CHEZ VOUS Dans le cadre de notre mission de service public et afin d’agrémenter votre voyage, Air Corsica vous propose un ensemble de prestations à bord et de services offerts. Démonstration… PRESTATIONS OFFERTES A BORD

LES “PLUS” D’AIR CORSICA

Selon l’heure de la journée et la durée du vol, notre personnel de bord vous propose :

• Franchise bagages gratuite de 23 kg

• Boissons fraîches (Eaux de source corses et eau minérale naturellement gazeuse, jus de fruits, coca…) • Boissons chaudes (Thé, café, chocolat) • Biscuits sucrés ou salés (Canistrelli, etc.) • Plateau dégustation de produits authentiques corses servis à bord des vols du soir au départ de Paris-Orly vers Ajaccio et Bastia. • Le quotidien Corse Matin. • Le magazine de bord mensuel ARIA • Le magazine pour enfants, bilingue franco corse « Yatou » • Coussins et couvertures à votre disposition ainsi que des lingettes rafraîchissantes. Si vous prenez pour la toute première fois un vol de notre Compagnie, l’équipage aura le grand plaisir de vous remettre un Certificat de Baptême de l’air, dédicacé par le commandant de bord, alors manifestez-vous auprès de nos équipes…

• Équipements spéciaux gratuits (bicyclettes, sacs de golf, skis…) dès lors qu’ils sont compris dans la franchise bagages • Embarquement prioritaire pour les enfants voyageant seuls, passagers abonnés, à mobilité réduite, famille… • Prise en charge gratuite des UM (Enfants seuls) • Choix du siège (site aircorsica.com) • Un site internet très dynamique proposant des offres à mini prix • Un dispositif de fidélité pour les meilleurs clients : www.jegagne1billet.com • Pas de frais bancaire • Une assistance commerciale 7/7 jours • Des formules Avion+Voiture à des prix les plus compétitifs du marché • Offre Booking : une large gamme d’hôtels dans le monde entier.


En partenariat avec

RENDEZ-VOUS PARTENAIRES

www.bleurcfm.com

p Couœur de c

MUSIQUE « AJACCIO LIVE 80 » LES STARS EN CONCERT 6 juillet Casone à Ajaccio

PORTO LATINO Du 3 au 6 août Saint Florent

www.ajaccio-tourisme.com

FESTIVAL DE MUSIQUE CLASSIQUE SANTA REPARATA DI BALAGNA Du 7 au 9 août Balagne

www.porto-latino.com

www.ajaccio-tourisme.com

MAURANE EN CONCERT JAZZ IN AIACCIU 10 juillet Casone à Ajaccio

www.festivaldesantareparata.fr

www.ajaccio-tourisme.com

NUITS DE LA GUITARE 2012 Du 18 au 25 juillet - Patrimonio

FESTIVITES DU 14 JUILLET Concert Variétés Internationales Feu d’artifice à 23 h-Grand Bal populaire Place de Gaulle à Ajaccio

p Couœur de c

LES NUITS D’ETE DE CORTE Du 7 au 12 août Corte

p Couœur SPORT de c TRAIL VIA ROMANA-29 JUILLET 12ème edition-3 courses pédestres qui s’élanceront de Carpineto et traverseront les regions d’Orezza, de l’Ampugnani et d’Alesani (21km, 40km, 62km)

http://.trail-viaromana.com

info@nuitsdecorte.fr

www.festival-guitare-patrimonio.com

JULIEN CLERC CONCERT SYMPHONIQUE 2 août Casone à Ajaccio

EVENEMENTS 6ÈME FESTIVAL DU POLAR CORSE ET MEDITERRANEEN 12 et 13 juillet-Place de Gaulle à Ajaccio 14 juillet-CCAS à Porticcio

www.ajaccio-tourisme.com

www.corsicapolar.eu

MEMBRE FONDATEUR

organisant un concert unique, samedi 28 juillet Membre fondateur

LES RENDEZ-VOUS DE L’ASSOCIATION LA MARIE DO ET SES PARTENAIRES

2012 à partir de 21 h. A l’affiche de cette belle soirée placée sous el signe de la solidarité et de l’amitié : Francine Massiani, Joan Project, Jacques Culioli, Jean Louis Achard, et les groupes Meridianu, Alba Nova et Anda

CONCERT AU THÉÂTRE DE VERDURE DE

Buvette sur place. Prix des places: 15 €

SAN GAVINO DI CARBINI, LE 28 JUILLET

Billetterie à la mairie de San Gavino di Carbini et sur place le soir

Roccaa d’OOrra di l’l’AAlta Ro ru d’ TTeeaattru TIRR DE 21 H À PARRTI es Culioli, ect,t, Jacques Projec i, Joan Proj

inne Massianni, ranccine vec : FFran AAvec Nova et ANDA Alba Nova Me idianu, Alba g pes Mer d Les grou d, c rd, Achar Jean-Louis Acha

L'association ADACAR chargée par la municipalité de San Gavino di Carbini de la gestion du tout nouveau théâtre de verdure, u teatru d'Orra di l'Alta Roca, apporte son soutien à LA MARIE DO en

INFORMATIONS SUR L’ASSOCIATION ET SON PROGRAMME : ASSOLAMARIEDO@GMAIL.COM

S : 15 ` ES LACE PLAC ACE - PRIX DES P PLA SU PLACE E SUR TE CARBINI UVETT BUVET BU V O DI CARB AVINO GA SAN GAVIN MAIR E DE SAN E À LA MAIRI ERIE TTERI LLETT LLET BILLE BIL E SOIR T SUR PLACE LE ET

ÊÊ

Ê

Ê

Ê

Ê

ÊÊ ÊÊ

Ê

Ê

Ê

Ê

ÊÊ ÊÊ

ÊÊ ÊÊ


NOUVEAUTÉ «Aéroports2a», Tous les horaires des aéroports de Corse-du-Sud sur Iphone Une nouvelle application gratuite sur Apple store à découvrir au plus vite ! Téléchargez dès maintenant sur vos mobiles, la nouvelle application de la CCI 2A. Cherchez «Horaires aéroports» ou scannez le flashcode. Elle vous donnera un accès direct aux heures de départs et d’arrivées de tous les vols sur les aéroports d’Ajaccio et de Figari.


MONDU

La splendeur de

BAALBECK Le Liban, pays méditerranéen à l’ histoire millénaire – et autre « montagne dans la mer » - regorge de sites archéologiques de première importance. Parmi ceux ci, Baalbeck, l’ ancienne Héliopolis gréco-romaine, impressionne les visiteurs par ses dimensions hors normes et la qualité de préservation de ses monuments. L’ ensemble, composé notamment de trois temples géants est classé sur la liste du Patrimoine Mondial de l’ Unesco depuis 1984.

14

aria ■ Juillet 2012


MONDU

l faut quitter Beyrouth, la capitale branchée et cosmopolite du Liban, toujours à la pointe des dernières tendances, pour aller vers le nord et la plaine de la Békaa, vaste étendue fertile bordée par les chaînes montagneuses du Mont Liban et de l’Anti-Liban, entre le bassin de l’ Oronte au nord et celui du Litani au sud. Baalbeck, 100 000 habitants environ, est l’une des villes les plus importantes de cette région principalement dévolue à l’ agriculture. Quasiment au centre de la cité, le visiteur se trouve brusquement face

I

au site antique, à couper le souffle  ! Une véritable ville dans la ville, jalonnée de colonnes et de monuments, dans un endroit choisi en partie pour son exposition solaire exceptionnelle : on y a en effet relevé les températures les plus élevées du Liban ( chapeau ou casquette vivement conseillés d’ ailleurs). C’est sans doute en raison de sa position stratégique et de ce taux d’ ensoleillement record que Baalbeck restera au fil des siècles un lieu d’implantation majeure pour les « hôtes » successifs du pays.

Juillet 2012 ■ aria

15


MONDU

16

aria ■ Juillet 2012

Les origines

Héliopolis

On doit probablement aux Phéniciens, au début du XIIe siècle avant Jésus-Christ, la fondation de la cité commerçante de Baalbeck. Importante et prospère, celle-ci abrite dès sa création un lieu de culte dédi�� au dieu oriental Baal, d’où son nom actuel. Dieu du soleil, de la foudre et de la pluie, Baal ( ou Baal –Shamash, le Hadad araméen ) était une figure emblématique de la mythologie phénico-cannaéenne, à la fois craint et respecté. On lui prêtait notamment le pouvoir de favoriser la fécondité et la richesse des récoltes. Lors des célébrations, il était généralement associé au dieu Aliyan et à la déesse Anat ( Astarté ) en une trilogie ou « triade céleste » dont on implorait les bienfaits et la protection.

Avec la conquête de la région par Alexandre le Grand, Baalbeck entre dans le monde grec : elle devient Héliopolis ( littéralement « la cité du soleil  » ) et les divinités grecques Zeus, Aphrodite et Hermès remplacent la « triade » phénicienne. Mais ce sont les Romains, arrivés en vainqueurs vers 64 avant Jésus Christ, qui donnent à la ville toute sa splendeur. Ils la « consacrent » à Jupiter Héliopolitain, le dieu Soleil, honoré aussi bien en Orient qu’en Occident. La construction d’un temple grandiose est entreprise sous l’ empereur Auguste ( 27 av Jésus-Christ – 14 après Jésus - Christ ), temple dont l’ édification prendra des dizaines d’ années. Sous les empereurs romains successifs se verra


MONDU

ensuite élevé le temple de Bacchus, ordonné par Antonin le Pieux ( 138 – 161 ) et inauguré en même temps que celui de Vénus par Septime Sévère ( 193-201), dans une sorte de prolongement des précédentes «  trilogies divines  ». Les lieux portent aussi la « marque » de l’ intérêt des empereurs Néron ( 54-68), Trajan ( 98-117 ), Caracalla ( 211 – 217 ) et Philippe l’ Arabe ( 24 – 249 ). Si le sanctuaire dans son ensemble est bâti selon les règles de l’ architecture religieuse romaine, incluant des éléments décoratifs de style gréco-romain «  classiques », les édifices restent originaux par l’intégration d’usages religieux plus « orientaux » : les temples comportent par exemple des escaliers montant vers le toit, laissant supposer des pratiques rituelles différentes, et les autels sont beaucoup plus volumineux que sur les autres sites romains du même ordre. Dans un registre plus romantique, certaines sources prétendent que la ville fut concédée à Cléopâtre par son amant Marc Antoine ( 83-30 avant Jésus-Christ), comme semblent en attester des figures gravées dans la pierre...

Juillet 2012 ■ aria

17


MONDU

Le déclin La conversion de l’ empereur Constantin ( 306 -337 ) au christianisme sonna le glas de la splendeur de Baalbeck : le site fut peu à peu délaissé, puis abandonné, malgré la poursuite de certains cultes. Pour mettre un terme définitif à ces pratiques païennes, les successeurs de Constantin n’y allèrent pas par quatre chemins : Théodose ( 379 -395 ) fit détruire les statues des dieux, puis transforma la cour héxagonale en église et le temple de Vénus en chapelle. Il édifia également une basilique dans la grande cour. L’ empereur Justinien ( 527 565 ) fit quant à lui prélever huit colonnes du temple de Jupiter pour les placer dans la basilique Sainte Sophie à Constantinople. Les Arabes utilisèrent ensuite le site comme forteresse, avant que les Ottomans ne le laissent tomber dans un oubli prolongé.

La renaissance Ce sont les visiteurs, pour la plupart étrangers, qui redécouvrent Baalbeck dès le XVIIIe siècle : l‘ Antiquité redevient en effet à la mode et fait

18

aria ■ Juillet 2012

l’objet de recherches scientifiques approfondies, en particulier en Europe. L’ anglais Robert Wood, puis le français Volney, publient des études remarquables sur le site. Les écrivains et voyageurs, au premier rang desquels Lamartine, se succèderont d’ ailleurs en Orient, notamment au Liban - donc à Baalbeck- suscitant un nouvel engouement du public. Mais sur un plan plus technique, c’est seulement en 1898, après une visite à Baalbeck de l’ empereur Guillaume II qu’une mission allemande procède à un premier véritable inventaire scientifique, publié en 1923. Après l’ indépendance du pays, en 1943, on doit aux libanais H.B Kalayan et Maurice Chéhab de très importants travaux sur le site, qui devient un haut lieu touristique. La création d’un Festival International de musique, en 1956, achève de rendre à Baalbeck sa renommée planétaire et son prestige. Les plus grands noms de la scène mondiale se produisent depuis au cœur de l’ancien sanctuaire du dieu Baal, un lieu « magique » et hors normes qui accueille chaque année d’ innombrables visiteurs. ■ Texte et photos Sandra Alfonsi


MONDU

Festival de Baalbeck 2012 Depuis la création du festival en 1956 par le président Camille Chamoun, les plus grandes stars mondiales se sont succédées à Baalbeck : Herbert von Karajan, Miles Davis, Feyrouz, Sting, Oum Kalsoum, Maurice Béjart, ou encore, dans un style totalement différent le groupe Massive Attack y ont ainsi donné des spectacles. Cette année, le festival propose jusqu’au

Zucchero

@ XDR

Jessye Norman

15 juillet des têtes d’affiche de tous horizons : Chico et les Gypsies en ouverture le 29 juin, l’italien Zucchero le 5 juillet, le chanteur tunisien superstar Saber Rebaï le 7 juillet, la cantatrice américaine Jessye Norman le 13 juillet, et l’étoile montante de la pop rock libanaise Mashrou3 Leila le 15 juillet. Renseignements www.baalbeck.org.lb

@ XDR

Saber Rebaï

@ XDR


Mostelle

Comatule

Serpules


PORTFOLIO

IMMERSION EN EAUX CORSES Photos de Henri Eskenazi - www.henrieskenazi.com Les fonds sous-marins corses sont parmi les plus beaux de Méditerranée, et même du monde, selon de nombreux spécialistes. Henri Eskenazi, plongeur sous marin et photographe, parcourt la planète depuis trente ans. Ce passionné, titulaire de nombreux prix internationaux, nous offre ici ses "morceaux choisis" des profondeurs marines insulaires. Laissons nous entraîner dans cette fascinante immersion en eaux corses...

Serran

Langouste

Sar


Bernard l'ermite

Corail Rouge


PORTFOLIO

IMMERSION EN EAUX CORSES Photos de Henri Eskenazi - www.henrieskenazi.com

Limace de mer


COUPS DE COEUR

A LIRE, À VOIR, À ÉCOUTER… L’ ANNU CORSU ( L’ ANNÉE CORSE ) RÉTRO 2011 & PERSPECTIVES 2012

@ Thierry LANGRO

Chaque année, l’ Annu Corsu ( l’ Année Corse ) vous propose une large rétrospective de l’ actualité corse, de façon à la fois chronologique et thématique. Au retour sur les évènements vient ainsi se superposer une analyse approfondie, sujet par sujet, de tout ce qui compose le quotidien d’une île pas tout à fait comme les autres…Les contributeurs de l’ Annu Corsu – journalistes reconnus issus de tous les médias insulaires, professeurs ou économistes - sont de fins connaisseurs d’ un territoire atypique au sein de l’ ensemble français et méditerranéen. Ils apportent un regard et une expertise qui complètent et prolongent les données factuelles pour dessiner des perspectives. Ainsi, l’ Annu Corsu évolue t’il d’ édition en édition, en fonction de cette actualité diverse et de ce qu’elle induit pour l’ avenir. Cette nouvelle parution ne déroge pas à la règle : en plus des rubriques habituelles, économie, politique, société, culture, médias, sport, agriculture, justice, diaspora, patrimoine et environnement, elle offre au lecteur trois dossiers supplémentaires : l’ un sur le trentième anniversaire de l’ Université de Corse, un événement phare de ces derniers mois, l’ un sur la Corse et ses relations avec l’ Europe, à l’ heure où se profilent des échéances majeures, et enfin un retour panoramique « grand angle » sur le quotidien de nos voisins méditerranéens. Avec des interviews, des portraits, des synthèses claires et argumentées, et plus de 300 photos, l’ Annu Corsu se veut un outil informatif complet, absolument unique en son genre, à destination de tous. Kyrn Editions – En kiosque dans toute la Corse - 120 pages – 9 euros

STÉPHANE CASALTA EN CONCERT Stéphane Casalta est un électron libre de la scène insulaire  : après ses débuts avec le groupe A Filetta, il fonde le groupe Giramondu dont il compose les textes et les mélodies. Puis il choisit de continuer son chemin en solo, entouré d’ amis et de musiciens complices… Trois albums plus tard, Stéphane Casalta revient pour une série de concerts en Corse en compagnie d' Oscar Del Barba ( piano / accordéon) et de Luisanna Serra (chant) : Oscar est un musicien hors normes, une figure du jazz en Italie  ; Luisanna est une chanteuse qui a véritablement inventé une langue . La sienne. Celle d’ une artiste simple et rare originaire de Sardaigne. Ils accompagnent Stéphane Casalta, sa guitare et sa voix pendant cette tournée d’ été. Au programme, son répertoire de Giramondu à aujourd'hui. Quelques amis seront également invités au gré des soirées, parmi lesquels des artistes "incontournables" de la paghjella, de la poésie et du chant. Quelques dates : mercredi 1er août : Lecci de Porto Vecchio ( Chapelle ), dimanche 5 août : Ota (Porto ) église, mercredi 7 août : Bastia. Eglise de l'Immaculée Conception (rue Napoléon), jeudi 9 août : Ile Rousse. (Eglise de la Miséricorde , route de Calvi.) A noter : Des places de concert sont à gagner grâce à un jeu concours sur le site internet. Renseignements www.chanson-corse.fr - Billeterie en ligne : www.agendaculturelcorse.com

GOOD MORNING CUSCIONU ! Le dessinateur Orso nous propose U Cuscionu & Co , Stagione 1, sous le titre évocateur « Good Morning Cuscionu ». Une bande de petits personnages forts sympathiques entreprend de sauver son plateau favori – le Cuscionu, on l’ aura compris – en en faisant…un plateau à fromage sous forme de foire rurale. Mais la concurrence – brebis & co – s’ en mêle sur fond de stratégie marketing et de chicaneries administratives au sujet de la véritable nature des produits… Rafraîchissante et à plusieurs degrés d’humour, cette bande dessinée s’adresse aux petits comme aux grands. Le trait est divertissant, les héros attachants, et sous l’ironie perce une satire assez fine…On attend avec impatience la suite des aventures de cette « équipe » du Cuscionu, jamais en retard d’une gaffe ou d’une loufoquerie. Editions A Mirambula – 7 euros 24

aria ■ Juillet 2012


COUPS DE COEUR

A LIRE, À VOIR, À ÉCOUTER… JOYEUSE ENCYCLOPÉDIE ANECDOTIQUE DE LA GASTRONOMIE Il fallait y penser ! Michel Ferracci-Porri et Maryline Paoli nous offrent, avec cette «  somme  » considérable de quelques 642 pages un ouvrage savoureux et totalement inédit sur la gastronomie : ce n’est surtout pas une énième compilation de recettes, mais une véritable encyclopédie originale – ori »géniale » même – qui décortique pour nous les origines et le significations de toutes les appellations liées aux pratiques culinaires. Noms de plats, de sauce, accommodements, expressions ou proverbes, restaurants mythiques, chefs, chroniqueurs célèbres, pas moins de 1200 entrées témoignent ici d’une rare érudition sur le sujet. L’ouvrage est ludique, humoristique et instructif à la fois. Vous y découvrirez le sens de certains usages, l’origine historique de préparations familières ou exceptionnelles, grâce à une foule d’ anecdotes articulées en abécédaire. Le concept est unique, et il aura fallu cinq ans aux deux auteurs pour réaliser ce « monument » dédié à la gastronomie française. Préfacé par Christian Millau, une référence, cette joyeuse encyclopédie se consulte inlassablement, et la surprise est permanente  : que signifient par exemple sur une carte de restaurant les expressions à la Nage, en Bellevue, à l’ Andalouse, et qu’est ce donc qu’un Oreiller Belle Aurore ou un Fromage avec Musique ? Ou encore dit-on un Homard à l’ Armoricaine ou un Homard à l’ Américaine, et surtout pourquoi ? Mille et unes autres précisions et curiosités émaillent l’ouvrage, qui, en plus, est déjà un bel objet. Editions Normant – 642 pages – 26,90 euros

ZAMBALLARANA - CARNAVALE Un nouvel opus – le 5e - pour ce groupe de « saltimbanques – complices » qui font danser les mots, les rythmes et les modes depuis 1997. Zamballarana nous propose aujourd’hui avec Carnavale – le bien nommé - 14 titres mêlant styles et instruments, musique corse et influences « d’ailleurs ». Entre les traditions vivantes de la terre d’origine et ces sonorités venues des quatre coins du monde se nouent des harmonies très contemporaines, où le jazz rencontre les polyphonies, où la Méditerranée côtoie l’ Europe de l’ Est et l’ Afrique…Les textes incisifs portent un regard ironique et poétique à la fois sur notre monde d’aujourd’hui, marqué par un consumérisme effréné…qui se soigne par un zeste d’ autodérision ! On écoute cet album le sourire aux lèvres, avec un désir irrépressible d’ entrer dans la danse pour partager un moment de fête et de convivialité salutaire. CD 14 titres – Traductions des textes sur le site www.casa-editions.com et www.zamballarana.com

DOMINIQUE VINCENTI – PER TÉ Les Frères Vincenti – Dominique et François, récemment disparu – ont écrit parmi les plus belles pages de l’ histoire musicale et culturelle corse. Leur duo, aujourd’hui mythique, se distinguait par la pureté de la voix, la qualité des mélodies, l’ authenticité des textes, en une poésie tout en simplicité et en émotion. Dominique Vincenti rend ici hommage à son frère avec un album – Per té – qui mêle titres en langue corse et – c’est une première – titres en langue française. Onze chansons empreintes d’influences diverses, méditerranéennes ou slaves, qui nous emmènent en un vibrant voyage vers d’ autres horizons, d’ autres aventures humaines amicales et chaleureuses. Pour réussir cet album, Dominique Vincenti s’est entouré d’ une « famille » : les musiciens d’ abord, le fidèle Jacques Luciani ( guitares et arrangements ) mais aussi Jean-Marie Giannelli ( basses ), Christian Sigl ( claviers ) , Max Raffo ( percussions ) André Tomasso (saxophones et flûtes ), Raphaël Pierre ( cordes ). Et le maître d’ œuvre Jean-Bernard Rongiconi, qui a enregistré et mixé Per Té au Studio L’Angelina. CD 11 titres – Points de vente habituels & sites de téléchargements payants 26

aria ■ Juillet 2012


CULTURE

Le bel été de l’ARIA… Il y a quinze ans, Robin Renucci créait au cœur de sa région d’origine, le Giussani, des Rencontres Théâtrales pas tout à fait comme les autres…Un challenge, une idée folle disaient alors certains, que de faire venir dans des villages à priori « éloignés de tout » des comédiens, des éléves et surtout…un public ( ! ) pour accompagner une expérience humaine et artistique différente. Au fil des années, les Rencontres et l’ association qui les porte, l’ Aria ( Association des Rencontres Internationales Artistiques en Corse), ont gagné leur pari. Et ce quinzième anniversaire, marqué par l’ événement phare « un été de théâtre « ouvre une nouvelle étape de ce développement mérité.

A Stazzona exterieur © XDR

A Stazzona intérieur © XDR

Le Garcon de passage © XDR

Robin Renucci © XDR

© XDR

En 1998, il fallait l’imaginer, et ensuite le faire : l’ aventure collective des Rencontres est avant tout une belle histoire de création, de partage et de transmission. Le principe de départ : pendant cinq semaines, près d’une centaine de stagiaires, comédiens ou techniciens, travaillent conjointement à l’élaboration d’une dizaine de spectacles, mêlant œuvres contemporaines et classiques. Encadré par des formateurs confirmés, metteurs en scène, artistes, techniciens, ce stage de réalisation est une expérience unique, 28

aria ■ Juillet 2012

© XDR

© XDR

© XDR

riche d’échanges et de savoir-faire. Les spectacles résultant de cette formation sont ensuite présentés au public début août dans les villages du Giussani. Dès le début, l’ expérience est concluante : l’ opération rencontre vite l’ adhésion de l’ ensemble des habitants de la région et de leurs élus, fidèles soutiens de l’ ARIA depuis lors. Une nouvelle étape d’ importance est franchie en 2010 avec l’ ouverture à Pioggiola de la Stazzona ( la forge), bel espace dédié au théâtre et réalisé par l’ architecte insulaire Dominique Villa.


CULTURE

Le bâtiment, « éco-conçu » et respectueux de l’ environnement abrite une grande scène de 420 m2, quatre salles de travail, des locaux techniques, et des loges. Propriété du syndicat mixte du Giussani, A Stazzona avec sa jauge de 300 personnes vient d’ ailleurs d’ accueillir sa première saison de programmation automne-hiver, démonstration par l’ exemple de la possibilité d’une « vie créative » hors saison estivale. De partenariats en collaborations fructueuses, l’ Aria trace sa route. Pour fêter son quinzième anniversaire, rien de moins que deux mois de programmation continue, avec les Rencontres, bien entendu, mais aussi depuis la mi-juin et jusqu’ à fin août plus de 60 ateliers, 15

spectacles incluant plusieurs créations et 80 représentations au total. Avec la présence, inédite dans le Giussani, de deux compagnies nationales importantes : le TNP de Villeurbanne et les Tréteaux de France, dirigés par un certain…Robin Renucci. Cet « été de théâtre » initie à n’en pas douter une nouvelle étape du développement de l’ Aria, « outil culturel d’ émancipation collective », qui conjugue l’ éducation populaire, le plaisir du spectacle et l’ exigence professionnelle au plus haut niveau. Pour tous. ■ S.A

INTERVIEW © XDR

Anniversaire, bilan d’ étape, nouvelle ère ? Serge Lipszyc, metteur en scène et comédien, co-fondateur et directeur général de l’ Aria, répond à nos questions. S.A - L' aventure théâtrale et artistique de l' ARIA est unique en son genre. Quels en sont, à l' heure de son quinzième anniversaire, les aspects les plus significatifs? Les points forts de l'aventure sont nombreux. Tout d'abord, cette utopie s'est réalisée dans le Giussani, magnifique micro-région de montagne, en apparence isolée mais en réalité propice à l'expérimentation artistique. Ensuite, plus de 3000 stagiaires ont suivi nos formations depuis 1998. Nous avons réalisé 270 spectacles issus de nos stages. Enfin, l'Aria a aujourd'hui un toit " A stazzona " et développe ses activités de formation d'éducation et de création à l'année. La Culture sert de terreau à la revivification de territoires ruraux. C'est notre fierté de faire en sorte que notre activité profite au local comme à ceux qui viennent d'ailleurs. Echanger , s'ouvrir à l'autre, se sensibiliser à l'art , voilà les fondamentaux dont aujourd'hui l'Aria peut se prévaloir. S.A - Un "Eté de théâtre" bat son plein : quelles évolutions cette manifestation vous inspire t'elle pour l' avenir ? Sera t'elle reconduite et pérennisée ? Il était nécessaire de franchir un palier . Les rencontres existent depuis quinze ans elles ont contribué à faire connaître l'association mais aujourd'hui notre activité est permanente, été comme hiver. Nous prenons le pari du développement. Le public et lui seul, s'il vient, contribuera à la réussite de cette

opération. Nous avons la chance d'accueillir le TNP de Villeurbanne et les Tréteaux de France cet été. Nous proposons également nos propres créations. L'opération se déroule sur 2 mois plein. Hugo, Shakespeare, Lagarce et Strindberg sont au programme cette saison. Nous ne sommes pas dans une logique événementielle . Nous souhaitons faire de ce lieu un lieu de partage des oeuvres , loin de la consommation, en favorisant la pratique artistique de tous. Le public pourra avant chaque pièce s'exercer lors d'atelier. Il s'agit de retrouver le plaisir du jeu, de la prise de risque gratifiante et la joie enfantine qui sommeille en chacun de nous. Cette année sera je l'espère la première d'une nouvelle ère pour l'Aria. S.A - Avec la création de la Stazzona, nouvel outil au service de la création et du public, l' ARIA a franchi une nouvelle étape. Quelles seront les prochaines actions programmées autour de ce lieu emblématique ? Nous souhaitons faire de ce lieu un lieu référent en matière d'éducation populaire, un lieu ou chaque élève de Corse et du continent puisse venir s'exercer à l'art dramatique de la maternelle à l'université . Nous accueillons en formations tous les amateurs et professionnels désireux de se perfectionner . La stazzona s'inscrit dans le réseau des scènes de création de l'île . Les artistes peuvent venir y travailler, répéter, et y donner des représentations . Un vaste programme qui ne réussira qu'avec le soutien des tutelles et la volonté des habitants de voir cet outil singulier dans le paysage culturel se développer pour le bien de tous. Propos recueillis par Sandra Alfonsi

Juillet 2012 ■ aria

29


AGENDA CORSE AJACCIO

EXPOSITION

Le 28 juillet

CORSIC’AMORE

Jusqu’au 1er octobre

VRAI ? FAUX ? LE ÉTAIT

PRIMITIF PRESQUE

ITALIEN PARFAIT….

On connaît le goût du Cardinal Fesch, oncle de Napoléon 1er pour la peinture italienne et plus particulièrement pour les primitifs. Le Palais Fesch abrite ainsi, grâce à lui, une des plus importantes collections de France dans ce domaine. L’ exposition originale proposée aujourd’hui à Ajaccio rend compte du développement exponentiel des faux, copies, pastiches, répliques et autres contrefaçons en tous genres, commandes officielles ou véritables tromperies commerciales, qui accompagna pendant longtemps la vogue des primitifs italiens, loi du marché oblige... Aux côtés d’ œuvres majeures signées des plus grands maîtres, on peut ainsi découvrir des « imitations », dont certaines fort réussies d’ ailleurs, qui induisent des questionnements sur le sens de l’ art, sur l’œuvre, son modèle et son double, sur le détournement des images, et d’une manière plus large sur ce phénomène des « faux » , présents dans la peinture dès le Moyen Age et durant toute la période de la Renaissance. Palais Fesch – Musée des Beaux Arts – 50-52. Rue Fesch Renseignements www.musée-fesch.com

30

EVÉNEMENT

aria ■ Juillet 2012

LA JOURNÉE DE LA CORSE, DE SA DIASPORA ET DES AMIS DE LA CORSE

L’association Corsica Diaspora organise au Palais des Congrès à Ajaccio, « Corsic’amore, la journée de la Corse, de sa Diaspora et des amis de la Corse » . Au programme :la matinée (10h – 12h30) en séance plénièresera consacrée à différents témoignages de 15 minutes chacun suivis à chaque fois de cinq minutes de questions de la salle. Cette séance commencera par une présentation des stratégies et outils mis en oeuvre par l’association Corsica Diaspora en vue de son développement. (Jacques Mattei de Corsica Diaspora et Sébastien Simoni de Webzinemaker - membre de Campusplex). Ensuite, la parole sera donnée à l’amicale d’Aix-enProvence qui illustrera ses activités et ses attentes, puis Léo Battesti nous parlera du jeu d’Echecs qui en Corse est plus qu’un jeu et plus qu’un sport. Il essayera de décoder pour nous lesraisons du succès énorme que rencontre cette démarche, somme-toute inattendue et hors-normes, depuis des années. Puis nous accueillerons, le témoignage de Pierre-Noël Luiggi, PDG d’Oscaro, entrepreneur qui a réussi en dehors de l’îlemais qui préfère se définir « entre l’ici et l’ailleurs » et il nous parlera de ce cheminement personnel qui le pousse à revenir inlassablement vers l’île pour soutenir des initiatives structurantes.Deux derniers témoignages suivront : le premier de Jean-Luc Muracciole (e4u) bien connu en France depuis trente ans pour son travail et son expérience dans le domaine de l’éducation et celui de Vanina Bernard-Leoni qui présentera la Fondation de l’Université de Corse. L’ après-midi sera consacré à deux ateliers qui se dérouleront simultanément (14h45 – 16h45). Le choix des thèmes des ateliers a été guidé par la volonté de porter une réflexion, pour le premier sur l’importance de la langue dans l’attachement de la diaspora à ses origines et pour le second, sur le rôle de relais que joue la diaspora dans la diffusion de la culture littéraire et musicale

hors de l’île. Les deux ateliers d’une durée totale de deux heures, seront introduits par des interventions courtes qui auront pour objet de cadrer le débat. Le premier atelier est intitulé « L'apprentissage de la langue Corse, dans l'ile et ailleurs (contextes, cadres,méthodes, outils) ».La langue corse est un vrai lien entre l’île et les corses de l’extérieur. Partout, dès que ces derniers s’organisent en Amicale ou en Association, ils essayent de mettre en place des cours de langue Corse. C’est donc un vecteur affectif fort dans larelation aux origines. Trois interventions préliminaires de 10 minutes chacune :le plurilinguisme comme élément structurant et facteur d’intégration (Joseph Turchini, enseignant de Langue Corse). L'âge de lire, une méthode d’apprentissage de la lecture (Paul-Michel Castellani, Enseignant). Les applications pour smartphone « Parlu Corsu » et « Contafola » (Dominique Siacci, DuoApps membre de Campusplex). Le deuxième atelier est intitulé « L'édition musicale et littéraire en Corse - La diaspora comme relais (Etat des lieux,diffusion, opportunités) ». Depuis toujours, les Corses de l’extérieur ont joué le rôle de relais pour la production culturelle corse, soit en servant d’appuilogistique, soit en tant que relation publique, soit en assurant directement la promotion de certaines manifestations. Enfin, la diaspora dans son ensemble, représente de fait « une cible et une opportunité de marché » encore peu exploitées. Deux interventions préliminaires de 10 minutes chacune : Diffusion du livre - littérature en langue Corse et en langue Française (Alain Piazzola du syndicat des éditeurs). Musique et chant, réseau potentiel hors de l'île (Jean-Claude Acquaviva du groupe A Filetta) Retour en séance plénière (17h – 18h30) : Il s’agira d’écouter brièvement le compterendu des deux ateliers mais surtout de libérer la parole, chacun dans la salle pourra s’exprimer librement pour poser des questions, faire des suggestions, communiquer sur des initiatives. Palais des Congrès, quai l’Herminier. Renseignements www.corsicadiaspora.com


AGENDA CORSE GIUSSANI

EVÈNEMENT / THÉÂTRE Jusqu’ au 25 août

UN ÉTÉ DE THÉÂTRE « Pour fêter ses quinze ans, L’Aria a construit son programme autour des traditionnelles rencontres de l’été et présente pendant plus de deux mois 60 représentations et autant d’ateliers. Pour la première fois, deux Centres Dramatiques Nationaux font escale en Corse: les Tréteaux de France et le Théâtre National Populaire. Pour la première fois, L’Aria présente quatre créations durant la saison estivale, comédie dramatique ou déjantée, classique ou contemporain. Ces premières fois donnent naissance à «Un été de théâtre», foisonnement de propositions artistiques et d’échanges pédagogiques, ainsi que de rencontres professionnelles, autour de Shakespeare, Lagarce, Strindberg, Hugo et tant d’autres. Robin Renucci, directeur des Tréteaux de France et président de L’Aria, est doublement responsable de cette aventure. Après la création de L’Aria en 1998, voici pour fêter les 15 années écoulées «Un été de théâtre» en 2012. Une nouvelle utopie devient réalité dans la vallée du Giussani ... » (Serge Lipszyc directeur de L’Aria ) Les Rencontres Internationales de Théâtre en Corse représentent le temps fort de l’été depuis 15 ans. Pendant cinq semaines, près d’une centaine de stagiaires, comédiens ou techniciens, travaillent ainsi à l’élaboration d’une dizaine de spectacles, mêlant œuvres contemporaines et classiques. Encadrés par des formateurs confirmés, metteurs en scène, artistes, techniciens, ce stage de réalisation est une expérience unique, riche d’échanges et de savoir-faire, une belle aventure collective, présentée au public du 11 au 14 août dans les villlages du Giussani. Cet été, du 16 juin au 25 août, 60 ateliers, 15 spectacles et plus de 60

représentations vous attendent dans les quatre villages de la micro-région, en plein air ou à la Stazzona, la Forge, le nouvel outil théâtral. « Partage entre ceux qui viennent pour apprendre et pour faire et ceux qui les accueillent et les accompagnent dans cette aventure. Partage avec les spectateurs qui, ici, sont des hôtes et non pas un public "convoqué" pour la satisfaction de quelques uns. Partage avec nos frères et nos sœurs en arts de la scène, d'où qu'ils viennent pour parcourir les chemins tracés ensemble. » ( Robin Renucci )

PATRIMONIO

EXPOSITION

GIOVANNI OZZOLA

Villages du Giussani - Renseignements www.ariacorse.net

BASTIA

EXPOSITION Du 14 juin au 13 juillet

11E BIENNALE PHOTOGRAPHIQUE REGARDS SUR LE PHOTOJOURNALISME ET LA PHOTOGRAPHIE DOCUMENTAIRE

À partir de juin 2012, le Centre Méditerranéen de la Photographie propose un nouveau rendez-vous annuel consacré au photojournalisme en Méditerranée. Nous avons tous en mémoire des photographies qui ont marqué l’histoire comme celle du combattant espagnol photographié par Robert Capa pendant la guerre d’Espagne, le reportage de Raymond Depardon à l’hôpital psychiatrique de San Clemente en Italie, les images de Gilles Peress sur la guerre en Bosnie... Aujourd’hui la donne a changé avec l’arrivée de la photographie numérique, des téléphones

Saracinesca Corsica © XDR

Giovanni Ozzola a convaincu cette année le jury de la vingtième édition du "Premio Cairo" avec un diptyque représentant la mer et le ciel, "don 't ask me, ask yourself". Il est l'un des plus jeunes lauréats de l'histoire de ce prix. Son travail est une réflexion sur le paysage contemporain, une réflexion analytique mais engagée, lucide mais non dénuée d'un certain romantisme, fruit d'un regard ambigu sur la nature, à la fois rassurante et dérangeante. Né à Florence où il a grandit, Giovanni n'a pas échappé au poids de la tradition : "la perspective, la ligne de fuite, l'homme au centre du monde font partie de mon histoire". Il ne s'est pas formé dans une académie, ni une école d'art. Il a appris, cherché et trouvé sa voie. Il confie avoir fait deux rencontres décisives : la première avec Maria Novella Del Signore, fille du célèbre peintre florentin Primo Conti ; la seconde avec le critique d'art Pier Luiggi Tazzi qui suit l'évolution de son travail depuis ses 17 ans. Ozzola est d’abord partit de sa Toscane natale pour Londres où il y vécut une expérience significative dans un studio de photographie de mode ; il y acquiert une technique plus sophistiquée et se consacre à ses propres expérimentations en dehors de ses heures de travail. Il part ensuite pour Tokyo. Ozzola conserve de cette expérience la conviction que nous nous construisions entièrement en rapport avec la culture et l’époque dans laquelle nous vivons. Giovanni capture et restitue des images. Dans son travail, il unit l'élément statique (la photographie) et la dynamique de la vidéo, une constante de son processus créatif. À la question, qu'est-ce qui diffère entre une image fixe et une image en mouvement, il répond : "je considère l'image fixe comme le point culminant d'une expérience, le moment le plus intense d'une continuité, un diapason, une note particulière, qui continue à retentir. La vidéo au contraire est le processus qui nous amène à vivre l'expérience, la possibilité d'un lien entre toutes les phases qui nous amènent à la vision : le commencement, la prédisposition, l'intuition,... l'étourdissement et l'abandon."Ces images fixes (photographies) et en mouvement (vidéo) s'inscrivent dans une construction (les installations comme les expositions). Elles ne sont pas seulement exposées mais articulées pour former une œuvre en soi, dont les éléments agissent comme œuvres indépendantes, maintenant toujours, à l'intérieur comme à l'extérieur, pendant et après l'exposition, leur propre autonomie. Dans l'œuvre de Giovanni l'une des questions centrales est la dichotomie entre l'extérieur et l'intérieur. L'intérieur est une zone où le sujet se manifeste à travers la mémoire et le désir dans le bonheur conscient de sa propre intimité. L'intimité de Giovanni n'est pas contaminée par l'ombre obscure de l'inconscient. Elle est plutôt vivifiée par la chaleur de l'expérience, le réveil de la conscience. Giovanni utilise bien souvent le motif de la fenêtre, que l'on peut identifier comme le cadre. Mais ses images ne sont pas tant des fenêtres au sens symbolique que leur représentation formelle, du cadre et du verre qui les composent et de l'effet qu'ils produisent dans la construction de l'image. Dans son exposition au Domaine Orenga, des fenêtres s’ouvrent notamment sur la mer et la silhouette de l’Île de Corse sur laquelle il pose son regard depuis sa demeure de l’Île d’Elbe. Jusqu’ au 29 juillet - Domaine Orenga de Gaffory - Lieu-dit Morta Majo – Renseignements 04 95 37 45 00

Juin 2012 ■ aria

31


AGENDA CORSE portables et d’Internet. La place accordée par les magazines au photojournalisme se réduit à une peau de chagrin. Et pourtant des hommes et des femmes s’engagent toujours pour nous informer, et pour témoigner souvent au péril de leur vie : les Rencontres Méditerranéennes du Photojournalisme présentent leurs reportages… Centre Culturel Una Volta – Rue César Campinchi, arcades du théâtre municipal – Renseignements 04 95 32 12 81

DEUX SORRU

FESTIVAL Du 15 au 24 juillet

SORRU IN MUSICA 2012 Au programme de cette neuvième édition  : 10 jours de Festival, 8 villages (Vico,

Soccia, Coggia, Poggiolo, Arbori, Letia San Martinu, Renno, Murzo), 2 soirées au couvent Saint François de Vico…Et des temps forts :Focus sur Quai n° 5 ou comment un quintette d’excellence revisite de grandes œuvres du répertoire classique, quand Bach est détourné façon

salsa, Mozart interprété style yiddish et Verdi joué jazz-rock.. Focus sur la clarinette avec Patrick Messina - première clarinette solo de l’Orchestre National de France, professeur invité au Royal Academy of Music de Londres, invité des plus prestigieuses formations…qui jouera les œuvres de Carl Stamitz et Gerald Finzi. Et bien sûr les rendez-vous incontournables de Sorru in Musica  : - Le ciné-concert – Gloire de Michaël Curtiz- en partenariat avec la cinémathèque de Corse. L’opéra de poche Werther de Massenet - La lecture – concert avec Robin Renucci sur la musique de Purcell ( le 22 juillet à Renno). Et toujours ce qui fait l’âme de Sorru in musica, des musiciens prestigieux au service de grands compositeurs -Dvorak, Brahms,

Tomasi, Piazzolla,, Bottessini, Richard Strauss…- le partage, les animations avant–concert dans les villages, l’échange avec les musiciens, les élèves de l’Académie de musique de Sorru in Musica, la convivialité… Villages des Deux Sorru. Concerts gratuits. Renseignements www.sorruin-musica.com

CARGESE

EXPOSITION Jusqu’ au 29 septembre

PIERRE ALECHINSKY INDE NOI Pierre Alechinsky, peintre et graveur belge né en 1927 est un artiste contemporain majeur. Ses œuvres conjuguent expressionnisme et surréalisme. Membre du mouvement Cobra,

il connaît la consécration à la fin des années 1950. Il expose régulièrement dans le monde entier et a déjà fait l’objet de plusieurs rétrospectives parmi lesquelles, pour ses quatre vingt ans, une prsetigieuse présentation organisée par les Musées Royaux de Belgique. Cette exposition propose une série de lithographies originales provenant des Editions Atelier Clot, Bramsen & Georges ( Paris). Rondolino – Lieu dit Paomia – R e n s e i g n e m e n t s www.afughjina.com


AGENDA PROVENCE MARSEILLE

EXPOSITION Du 14 juillet au 18 novembre

RENÉ SEYSSAUD L’ IVRESSE DE LA COULEUR

La Fondation Regards de Provence rend hommage au peintre marseillais René Seyssaud (18671952) en lui consacrant une grande rétrospective. Peintre de paysages, scènes champêtres, natures mortes et marines, son œuvre illustre une ardente et puissante personnalité. Elle se situe, entre le Fauvisme, pour l'intensité de ses coloris, et l'Expressionnisme, pour l'extrême force de sa vision de la nature, tout en restant essentiellement réaliste, soulignant, sans le transformer, le vrai des émotions directes de l’artiste.René Seyssaud fut élève à l’École des Beaux-arts de sa ville natale, puis dans l’atelier de Pierre Grivolas, à l’école des Beauxarts d’Avignon en 1885. Il s’initie à l’Impressionnisme, au Pointillisme et ne délaisse pas la manière des maîtres comme Corot ou Courbet. Aux côtés de Joachim Gasquet, Jean Lorrain et Jean Lombard, René Seyssaud créa le groupe des Jeunes, avant d’aller à Paris, en 1892, débuter au Salon des artistes indépendants où il présenta les Châtaigniers en Vaucluse, toile déjà imprégnée par l’éclat des couleurs, l’abondance de la pâte et l’envergure des touches. En 1895, Seyssaud rencontre François Honnorat, courtier en huiles à Marseille et collectionneur de Monticelli, qui devient son financier et son marchand pendant 27 ans. Seyssaud peut alors travailler en toute sérénité et entreprend de se faire connaître à Paris. Mais il doit commencer par se soigner et se rend

fréquemment au bord de la mer, au Lavandou, à La Ciotat, à Bandol, à Martigues, à Giens, à Agay, au Trayas, ou à Cassis. Il exposa en 1897 chez les galeristes Le Barc de Boutteville, d’où il est jugé novateur, puis en 1900 chez Bernheim-Jeune, année où Ambroise Vollard s’intéressa à lui. Deux ans plus tard, le peintre se retire à Saint-Chamas, près de l’étang de Berre, pour y vivre désormais en solitaire, limitant ses participations publiques à des envois réguliers au Salon d’automne, puis au Salon des Tuileries.La hardiesse de sa facture et de ses tonalités plaça Seyssaud avec Valtat parmi les authentiques précurseurs du fauvisme. L’utilisation qu’il fait de la pâte sera l’élément fondamental de sa gloire posthume. Seyssaud est un créateur de tonalités et de formes dans ces colorations. Il confectionne lui-même la plupart de ses coloris et les applique directement. Palais des Arts, Place Carli Renseignements www.regardsde-provence.org

CONCERT GRATUIT Le 7 juillet à 21h30

ROBERTO ALAGNA CONCERT

EXCEPTIONNEL

La Ville de Marseille offre un concert gratuit du célèbre ténor Roberto Alagna, sous la direction musicale d’ Yvan Cassar. Au programme, des oeuvres lyriques bien entendu ( Verdi, Bizet, Ambroise Thomas, Puccini, Halevy, Goldmark….) mais aussi des extraits de ses albums, mélant chansons siciliennes, sérénades et extraits de musiques de films. Place Bargemon ( Hôtel de Ville) Concert gratuit - Rendez-vous place Bargemon dès 21h, 600 chaises sont mises à disposition. Renseignements 04 91 14 66 76

ISTRES

EVÉNEMENT

20E NUITS D’ ISTRES

C’est dans le parc du Pavillon de Grignan, datant du XVIe siècle et située entre l’Etang de Berre et l’Etang de l’Olivier, que la ville d’Istres présente quatre soirées exceptionnelles pour son festival « Les Nuits d’Istres » qui fête cet été son 20e anniversaire. A l’affiche : lundi 2 juillet – Jessye Norman . L’une des sopranos les plus célèbres au monde, qui possède l’une des plus belles voix de la musique viendra avec son dernier album : Roots : my life, my, nous offrir un voyage musical reflétant la vie fascinante d’une cantatrice lauréate Yannick Noah © XDR de cinq Grammy Awards . Une vie qui a fait de la pauvre étudiante en musique l’artiste classique féminine la plus acclamée et la plus appréciée internationalement depuis Maria Callas. Un concert unique dans le Sud de la France. Mardi 4 juillet – Yannick Noah. Elu personnalité préférée des français il se produira avec son groupe en acoustique sur la scène du Pavillon Grignan pour un concert plus intime mais pas moins énergétique. Les tubes incontournables de son répertoire et les chansons issues de son dernier album studio Angela,Hello seront au programme. Première partie : Suarez. Ce groupe triomphant en Belgique est composé de quatre chanteurs musiciens qui nous proposent une musique qui associe des sonorités pop, chanson française et world. Leur deuxième album L’Indécideur, disque d’or, a été vendu à plus de 10 000 exemplaires. Lundi 9 juillet – Une soirée événement : Georges Benson et Ahmad Jamal.C’est la première fois que Georges Benson et Ahmad Jamal tout deux nés à Pittsburgh partageront la même scène. En première partie Ahmad Jamal compositeur et pianiste qualifié de derniers grands génies du jazz des années 50 et 60 livrera son dernier album : Blue Moon. George BENSON. Guitariste de jazz incontournable, chanteur hétéroclite connu pour ses tubes : Give me the night, Turn your love around, est un artiste qui a tout joué du jazz, du R'n'B, de la soul, de la pop... Bref un artiste considéré comme un musicien majeur qui viendra interpréter entre autre, son dernier album jazzy The Guitar Man. Samedi14 juillet – Gilberto Gil. Figure légendaire de la bossa nova, leader du mouvement tropicaliste, ex ministre de la culture du Brésil, il nous fera voyager avec son concert aux airs de bossa mêlé de rythmes de samba et de ragga. Première partie : Inna Modja. Cette jeune artiste à la voix chaude et sensuelle révélée au public par son tube French Cancan/Monsieur Sainte Nitouche, nous fera découvrir les chansons entrainantes, superbement orchestrées de son second album Love Revolution. A noter : cette année les Nuits d’Istres mêlent musique et gastronomie en proposant aux spectateurs une formule « cocktail dînatoire - concert » concocté par le jeune chef étoilé Istrien Sébastien Richard (tarif 40€/pers + prix de la place de concert ) Du 2 au 14 juillet – Pavillon de Grignan – Renseignements Office de Tourisme 04 42 81 76 00 / www.istres.fr

L’ISLE SUR LA SORGUE

EXPOSITION Jusqu’ au 7 octobre

NILS - UDO L'exposition « Nils-Udo » au Centre d'art Campredon, regroupe, sur trois niveaux d'exposition, un ensemble de photographies (installations végétales et minérales), ainsi que des compositions picturales, agrémentées d'une série, inédite,

d'encres de Chine. Deux films, projetés à l'auditorium, accompagnent l'exposition et révèlent l'élaboration de projets monumentaux. Dans le jardin du Centre d'art, une installation, conçue pour l'occasion, sera dévoilée lors du vernissage de l'exposition, le 29 juin à 18h30. « ...quand Nils-Udo prend ses pinceaux, c’est pour se réapproprier, intérioriser ce que la nature lui enseigne et restituer sous forme métaphorique, dans une totale liberté, une expérience vécue dans la nature qu’il

conceptualise, et à laquelle il donne une dimension supplémentaire. « Je pars de la nature, mais j’arrive à l’abstrait, à la composition qui ne reproduit pas, aux couleurs qui ne sont plus celles d’objets réels, qui sont des couleurs tout court », confiet-il. En effet, Nils-Udo s’affirme dans sa peinture – à la limite de l’abstraction – comme un coloriste exceptionnel. » ( Josette Rasle, in Nils-Udo Nature, Paris, 2011 ) Centre d'art, 20 rue du Docteur Tallet

Juillet 2012 ■ aria

33


AGENDA PROVENCE DRAGUIGNAN

EXPOSITION Jusqu’ au 13 juillet

FRANKA SEVERIN AINSI MINE

SOIT-ELLE, DE LA AUX PINCEAUX…

et sur invitation de la mairie de Draguignan à la Chapelle de l’Observance, montre son œuvre à travers ses grands formats et permet de découvrir la richesse d’un travail qui n’appartient à aucune chapelle et dont la seule prétention est d’être un miroir de la vie d’une femme dont Jack London aurait pu dresser le portrait. Chapelle de l’ Observance, place de l’ Observance 04 94 84 54 31

AIX EN PCE

EXPOSITIONS Jusqu’au 26 août © XDR

Née dans le Tyrol Italien, la famille de Franka Severin puise ses racines en Russie, en Croatie ou encore en Allemagne. Ces identités multiples enrichissent et déterminent sa personnalité, elle comprend très vite que le monde lui appartient. Après une scolarité lapidaire, elle suit pendant 2 ans des cours dans une école d’art à Copenhague. En 1979, en prospection en Afrique du Sud pour une société de charbonnage, elle n’en reviendra plus, happée par le pays. Elle y devient propriétaire de mines qu’elle dirigera pendant de nombreuses années. Seule et unique femme dans ce domaine d’activité elle va s’y imposer et fera modifier une loi existante pour permettre aux femmes de travailler en toute égalité avec les hommes. En 1994, elle sera en première ligne le jour de l’investiture à la présidence de Nelson Mandela par Frederik de Klerk avec qui elle se lie d’amitié en arrivant en Afrique du Sud, alors qu’il était ministre des Mines et de l’Environnement (1979 – 1980). Il est difficile de détacher la vie professionnelle de Franka de son activité artistique comme si l’une n’était là que pour justifier et alimenter l’autre, se faire le porte parole d’une vie peu commune. Son travail est fatalement une réaction à un environnement politique qui participe à l’histoire universelle. A caractère rétrospectif, l’exposition monographique de Franka organisée à l’initiative

34

aria ■ Juillet 2012

PEINTURES ET ILLUSTRATIONS DE LA COMTESSE SETSUKO KLOSSOWSKA DE ROLA

En 2012 à Aix-en-Provence, deux expositions rendent hommage au maître Balthus et à sa muse Setsuko. En 1962, en mission au Japon dans le cadre de ses activités à la Villa Médicis, Balthus y rencontre sa future femme Setsuko Ideta. « Elevée dans un contexte traditionnel mais éprise de culture occidentale, Setsuko avait basculé à l’Ouest quand elle rencontra Balthus…Un pied posé en Orient, l’autre en Occident, Setsuko est un témoin fort de la rencontre heureuse de deux civilisations. » Olivier Marc ( Setsuko, 1988 ) En véritable garçon d’atelier, Setsuko assiste Balthus dans son travail : elle broie les pigments à sa demande, toujours présente dans l’atelier de Balthus, elle apprend avec lui

MONTPELLIER

EVÉNEMENT

HERVÉ DI ROSA - YHAYEN

Héros, avec Robert Combas, du mouvement de la Figuration Libre, figure sétoise parmi les plus célèbres, fondateur du MIAM à Sète (Musée International des Arts Modestes), Hervé Di Rosa est l’un des artistes français les plus populaires et également l’un des plus bouillonnants. Séduit par le côté atypique du lieu, comme par le fait de confier le commissariat d’exposition à son ami François Bebing, Hervé Di Rosa présentera son exposition « Yhayen (procession) » jusqu’ au 14 octobre 2012 à Montpellier, dans l’ancienne église néogothique du Carré Sainte-Anne. Ce sera la première fois que l’artiste exposera à Montpellier. La configuration du lieu et sa dimension sacrée ont immédiatement guidé le projet de l’exposition. Un très grand nombre des sculptures africaines de Di Rosa, fétiches géants (jusqu’à 3 mètres de hauteur) issus de son imaginaire et réalisés selon la technique africaine traditionnelle du « bronze », sera aligné dans la nef de Sainte-Anne, comme une foule en procession. Le chœur accueillera quant à lui 2 bâches immenses de 8 mètres par 3 réalisées par l’artiste pour l’occasion. Une exposition qui va conjuguer la célébrité d’un nom au caractère inattendu des œuvres présentées. Jusqu’ au 14 octobre - Carré Sainte-Anne, Espace d’art contemporain de la Ville de Montpellier - Rue Philippy Renseignements 04 67 60 82 11 - Entrée libre.

les secrets des couleurs, de la lumière, le métier de peintre. Fruits de ses expériences, les tableaux de Setsuko sont pleins de grâce, de finesse, d’harmonie telle une synthèse, en images, de sa vie entre l’Orient et l’Occident. Les tableaux de Setsuko sont à l’image de la personne ellemême, très raffinés et intéressants, ils marient parfaitement son expérience auprès de Balthus et la culture japonaise acquise pendant sa jeunesse. Des expositions des œuvres de Setsuko ont eu lieu à Rome – Galerie II Gabbiano, 1979 ; New-York – Galerie Pierre Matisse, 1984 ; Lausanne – Galerie Alice Pauli, 1986 ; Tokyo – Takanawa Prince Hotel, 1989 organisée par Seibu et The Lefevre Gallery ; Londres – The Lefevre Gallery, 1992 ; Paris – Hôtel Salomon de Rothschild, LVMH, 1993 ; Genève – Office de Nations Unies, Palais des Nations, 2001 ; Paris – Pierre Passebon – Galerie du Passage, 2011. Atelier de Cézanne, 9 avenue Paul Cézanne 04 42 21 06 53

Jusqu’ au 26 août

PEINTURES DE LA COMTESSE SETSUKO KLOSSOWSKA DE ROLA ET PHOTOGRAPHIES D’HENRI CARTIERBRESSON ET DE MARTINE FRANCK CHEZ BALTHUS

Des plus célèbres aux inédites, les photographies de Balthus

par Henri Cartier-Bresson et Martine Franck ont été réalisées entre 1986 et 1999 au Grand Chalet de Rossinière en Suisse. « Quand Henri Cartier-Bresson me montra les photos qu’en février 1990 il avait prises au Grand Chalet, je compris qu’il avait réussi à capter avec elles ce que nul avant lui n’avait vu. Et ce prodige de capture venait peut- être d’une étrange affinité élective entre eux deux, quelque attirance d’ordre animal autant que spirituel, un accord primitif qui remontait peut-être à l’origine des espèces… Cette mystérieuse sympathie des contraires, que la photographie matérialisait mais qu’Ovide avait su deviner, du félin qui saisit l’oiseau au moment qu’il s’envole, était de cette énigme spirituelle qui fait qu’on se saisit de l’âme au moment qu’elle s’échappe du corps opaque qui la cachait ».( Jean Clair ,16 mai 2004 ). Office de Tourisme, Les allées provençales 300 avenue Giuseppe Verdi 04 42 161 161 – Entrée Libre


AGENDA CÔTE D’AZUR NICE

NICE

EXPOSITION

EVÉNEMENT Du 24 juin au 8 octobre

EXILS RÉMINISCENCES E T NOUVEAUX MONDES

L’expérience essentielle de l’exil est commune à Picasso, Chagall et Léger, à des moments différents de l’histoire, pour des raisons variées, aux conséquences à distinguer. Fondateur pour Chagall et Picasso, partis pour le Paris fascinant du début du siècle, l’exil sert à Léger d’aiguillon nouveau aux États-Unis, à partir de la Seconde Guerre mondiale. Autour de ces trois figures, l’exposition organisée par les musées nationaux du XXe siècle des Alpes- Maritimes, a l’ambition de montrer à quel point l’exil inspire de nombreux artistes, plus particulièrement dans la première partie du XXe siècle. Par leurs déplacements durables dans l’espace, voulus ou contraints, jamais indifférents, la vision de ces artistes s'en trouve transformée et leur façon de créer modifiée en profondeur. Cette présentation montre en quoi les œuvres doivent beaucoup à cet abandon déterminant de la patrie originelle, quittée un jour pour alimenter celle des autres en prenant dans ce nouvel ailleurs ce qui est bon à prendre. Cette exposition est organisée par les musées nationaux du XXe siècle des Alpes-Maritimes, musée national Fernand Léger, musée national Marc Chagall et Musée national Pablo Picasso, La Guerre et la Paix, Vallauris et la Réunion des musées nationaux - Grand Palais. Musées Nationaux des Alpes Maritimes – Renseignements www.rmngp.fr

CANNES

EXPOSITIONS PICASSO LES

CHEMINS

DU

SUD

J.G DOMERGUE LES

SCÈNES

VÉNITIENNES

Durant l’été 2012, le Centre d’art projette de rendre hommage à trois artistes qui ont participé avec ferveur à la vie culturelle de la Côte d’Azur au XXe siècle : Pablo Picasso, Odette et Jean-Gabriel

Domergue. C’est à travers l’exposition Picasso, les chemins du Sud, que le Centre d’art, en partenariat avec le musée national Picasso Paris, inaugure un concept autour de l’activité créatrice du peintre, à partir de son installation à Vallauris en 1947. Les peintures, les sculptures ainsi que les photogrammes et les photomontages réalisés en collaboration avec le photographe André Villers, toutes ces œuvres conçues à Vallauris, Cannes puis Mouginsentre 1950 et 1967, seront à l’honneur à l’occasion de cette rencontre estivale. Cet ensemble proposé parmi les différentes thématiques abordées par le peintre, depuis la période bleue, nous relate avec humour des sentiments puisés d’un imaginaire en perpétuel mouvement. À la villa Domergue, le Centre d’art propose de commémorer le cinquantenaire de la disparition de Jean-Gabriel Domergue, autour de deux axes : une manifestation cannoise et l’organisation d’une exposition à Paris. À Cannes, l’accent sera mis sur la présentation d’œuvres d’Odette et Jean-Gabriel Domergue, dans le cadre de l’exposition : Jean Gabriel Domergue, les scènes vénitiennes. Cette thématique sera complétée par la présentation de sculptures, plâtres originaux d’Odette Domergue redécouverts dans les réserves de la villa. L’exposition est complétée par une collection de photographies rares de Traverso, des instantanés récemment acquis. Ils retracent des instants du bonheur et du plaisir de vivre au cœur de cet univers paradisiaque aux alentours des années cinquante. Jusqu’ au 30 septembre. Centre d’ Art la Malmaison / Villa Domergue – Renseignements 04 97 06 44 90

JEAN-CLAUDE FARHI – WELCOME HOME

Pour son retour à Nice avec sa grande exposition personnelle, Jean-Claude Farhi a choisi la Hierro Desvilles Art Galery. Depuis 1959, date de sa première exposition à Nice, où il rencontre Arman et César et d'autres artistes de l'Ecole de Nice, le parcours de Farhi, reconnu comme l'un des sculpteurs les plus importants de sa génération, l'a conduit à travers l'Europe aux côtés de César, à New-York où, sur les conseils d'Arman, il développera ses sculptures de grand format et ses œuvres monumentales, et jusqu'en Asie, alternant expositions personnelles et collectives dans les meilleures galeries ou musées internationaux. Ce voyage artistique, il le fera aussi à travers les différents matériaux qu'il utilisera tout au long de sa carrière. Après ses « motorcolors », en 1966, remarqués par l'influant critique d'art Pierre © XDR Restany, viendront en 1968, « Chromplex », ses sculptures en plastique et métal, exposées à la Galerie Iris Clert à Paris qui le consacreront au niveau national et international. Puis en 1968 il s'approprie le plexiglas, ce nouveau matériau dur comme le marbre et transparent comme le cristal, qui lui permet d'exécuter avec précision ses constructions géométriques aux contours nets et aux profils purs (disques, stèles prismatiques, colonnes, cylindres). Enfin il adopte dans les années 90, le traitement de l'acier brut pour des sculptures d'extérieur plus complexes.Toutes ces années seront jalonnées de rendez-vous aux réalisations prestigieuses, de la rétrospective à la Fondation Maeght, en 1973, de la FIAC au Mamac , de « New Canaan » (Connecticut) aux grands jardins de Gunther Sachs, jusqu' à l'installation de « Secret Point », œuvre monumentale en acier corten de 12.07 mètres à Saint Paul de Vence. Aujourd'hui, ses œuvres font partie des plus grandes collections muséales et privées (Duran-Ruel, Sachs, Saint-Laurent) et de commandes publiques installées à Pékin, Palm Spring, Budapest, Anvers, Cannes, Nice. Jean-Antoine Hierro et Jean-Claude Farhi ont choisi de présenter une sélection de 80 pièces, réalisées entre 2008 et 2011, représentatives de l'œuvre et de la pratique de Farhi : disques et colonnes en poly méthacrylate (nom savant du plexiglas) , où l'artiste joue sur les effets de transparence et de couleur, sculptures géométriques plus complexes à axes multiples, en acier corten et en acier laqué ; Toutes ces œuvres de tailles différentes allant de 50 cm à plus de 2 mètres de haut se côtoieront dans l'espace lumineux et spacieux de la galerie, aux côtés de la toute nouvelle œuvre de grand format, pour la première fois réalisée en résine, « Carré 3 ».L'exposition met en valeur les différentes pratiques de Farhi, subtil jeu entre les couleurs et la lumière dans son travail plastique, force et équilibre parfait dans ses aciers. Jusqu’ au 22 septembre. Hierro Desvilles Art Gallery, 4 rue Antoine Gautier Renseignements 04 97 12 15 10 Jusqu’ au 30 septembre

ROMY SCHNEIDER Après son succès à Paris, l’exposition sur Romy Schneider s’installe au Palais des festivals et des congrès de Cannes. Partagez la vie, le destin et la carrière d’une immense actrice : un voyage dans le temps qui ressuscite la beauté de celle qui restera la plus française des actrices européennes, 800m2 d’éblouissement à travers des photos, des extraits de films, des robes, des lettres inédites et des objets rares. Palais des Festivals et des Congrès – Hall Méditerranée

MENTON

EXPOSITION Jusqu’au 24 septembre

PASSEZ À TABLE LES RESTAURANTS DE MENTON 1 8 6 0 1 9 3 6

L’ hôtel des Iles Britanniques, la salle à manger © XDR

A table !Consommé double à la Mascotte, Suprême de Turbotin Cardinal, Mignonette d’Agneau

Royale, Poulardes du Mans Truffées…Arrêtons l’énumération encore longue d’un menu de 1907 du Riviera Palace de Menton. D’autant plus que ce repas trouve sa conclusion avec le Plum Pudding, la Bombe Côte d’Azur, le gâteau Hélène et des fruits et friandises… Tout convive actuel, constitué d’un système digestif normal, peut être rassuré. Aborder la table obéit alors à d’autres usages. Mais quand même ! La ligne sylphide ne semble pas être la préoccupation principale des élégantes fortunées de la Belle Epoque. Heureusement il y a les corsets ! Les Mentonnais élevés dans leurs frugalités, n’en croient Juillet 2012 ■ aria

35


AGENDA CÔTE D’AZUR pas leurs yeux ni leurs estomacs. Le luxe des tables, la beauté des restaurants des palaces où tout scintille sous les lustres immenses, les quantités incroyables de produits arrivant chaque jour à l’aube en gare de Menton, sont dignes d’une philosophie pantagruélique de la fourchette. Et l’on s’affaire dans les immenses cuisines pour satisfaire tous ces appétits tandis que l’âme mentonnaise continue à goûter ses saveurs méditerranéennes et sa cuisine à l’huile, loin du luxe tapageur de la Côte d’Azur imposé jusque dans l’assiette. Tous les aspects des modes de restauration à Menton, les usages de la table, le personnel des cuisines et des salles, l’approvisionnement … seront abordés dans un décor constitué d’une cuisine, d’une salle de restaurant et d’une guinguette dans l’esprit mentonnais. Galerie d’ Art Contemporain – Avenue Boyer Jusqu’ au 10 septembre

FÉLICIEN TORDO

Durant cette période, la mode des romans-photos donne un essor à la profession. Profitant de l’aubaine, il réalise ces photos pour des éditeurs et devient même producteur. Avec son épouse, Monique Tessarolo, il crée le Studio Saint-Roch, spécialisé dans la photo publicitaire, le reportage et le portrait. Dans les années 1970, deux artistes deviennent les plus célèbres clientes du couple de photographes, Annie Cordy et Yvette Horner.En 2009, profitant de sa retraite, Félicien Tordo décide de mettre par écrit ses étonnantes rencontres, dans son livre Mémoire de photographe.Témoignage d’un milieu d’artistes qui posent avec complaisance et ne fuient pas encore les nuées de paparazzi, son travail montre un véritable métier, celui de reporter. L’exposition du palais Carnolès, rétrospective d’une carrière de photographe, suit les mouvements d’une mémoire, celle d’un individu engagé dans son art. Musée des Beaux Arts, Palais Carnolès – Entrée libre

MÉMOIRE DE PHOTOGRAPHE

Félicien Tordo, photographe niçois né en 1935, se passionne très tôt pour la photographie. Après avoir été apprenti dans un laboratoire photo, Félicien Tordo monte à Paris en 1956 afin de se perfectionner dans la photographie publicitaire. Il y trouve un emploi dans un studio spécialisé dans les photos de matériel ménager d’une célèbre marque. A cette époque, un ami journaliste niçois lui propose de réaliser des reportages sur les célébrités de la capitale, afin d’agrémenter les articles qu’il destine à ses correspondants. Cet ami lui ouvre ainsi une première porte, celle d’un monde encore inconnu de Félicien Tordo. Sur les plateaux de cinéma, il rencontre de jeunes comédiens dont certains deviendront célèbres. Parmi eux, Jean-Claude Brialy, Darry Cowl ou Pascale Audret deviendront des amis. Au Musichall, Bruno Coquatrix, directeur de l’Olympia, lui permettra de prendre en photos les artistes se produisant dans son établissement. Au théâtre, les rencontres avec Francis Blanche, Louis de Funès ou Fernand Raynaud resteront des instants inoubliables. En 1958, Félicien Tordo quitte la capitale pour installer un laboratoire à Nice.

36

aria ■ Juillet 2012

Jusqu’ au 3 décembre

BERNARD MONINOT DESSINS DANS L’ ESPACE

Jean Cocteau doit être envisagé comme l’un des pères de l’art contemporain. Pour son inextinguible soif de liberté, son refus des limites et sa recherche constante de nouvelles formes de création, il a souvent été qualifié de « génial touche à tout ». Auteur de poésie, de dessins, d’estampes, de peintures monumentales, de céramiques, de tapisseries, de théâtre, de cinéma, de « films libres », il peut à juste titre être considéré comme l’un des premiers artistes multimédia du XXème siècle. Son goût de l’expérimentation, de la nouveauté, du travail manuel, assimile l’ensemble de son œuvre à une pratique d’atelier constamment renouvelée, dont le processus créatif est le principal objet. Dans l’objectif de perpétuer l’esprit expérimental de Jean Cocteau et d’interroger la création à l’œuvre, le musée Jean Cocteau invite des artistes contemporains à prendre possession, physiquement et poétiquement, de l’espace d’exposition temporaire pour y installer leur atelier. L’objectif de chaque exposition étant de donner à voir la gestation d’une idée,

MONACO

EVÉNEMENT EXTRA LARGE - ŒUVRES MONUMENTALES

DE LA COLLECTION DU CENTRE POMPIDOU À MONACO Eté 2012, le Grimaldi Forum Monaco renoue avec l’art contemporain…. Après avoir magnifié l’icône Andy Warhol en 2003, réuni la collection africaine de Jean Pigozzi en 2005 et vanté la création artistique à New York en 2006, le Grimaldi Forum Monaco invite le Centre Pompidou à exposer une sélection de sa collection « en grand format », du 13 juillet au 9 septembre. L’exposition « Extra Large » se propose d’opérer une traversée des collections modernes et contemporaines du Centre Pompidou avec une cinquantaine de ses œuvres les plus monumentales, dont certaines sont de récentes acquisitions ou qui n’ont jamais été exposées en Europe. Objectif : entrainer le visiteur dans un vertige empathique et lui faire découvrir des grands noms de l’art du XXème siècle. Ce parcours spectaculaire, parfois « vertigineux », jalonné des grands noms de l’art du XXe et du XXIe siècle, éclaire la notion de monumentalité. Il présente des œuvres de très grands formats de Joan Miró, Jean Dubuffet, Matta, Pierre Soulages, Frank Stella, Sam Francis ou encore Yan Pei-Ming, mais aussi des sculptures, installations et environnements de Joseph Beuys, Christian Boltanski, Daniel Buren en passant par Sol LeWitt, Anish Kapoor ou Bill Viola : des chefs-d’œuvre de la création moderne et contemporaine réunis dans une proposition délibérément « hors normes ». Ce projet est le fruit d’une étroite collaboration entre le Centre Pompidou et le Grimaldi Forum Monaco, qui trouve ici l’occasion rêvée de mettre en valeur son écrin de l’Espace Ravel et ses 4000 m2. C’est presque un comble d’évoquer cette approche monumentale de l’art dans un pays étiqueté comme « le second plus petit Etat du monde » ! Le public n’est donc pas au bout de ses surprises… Du 13 juillet au 9 septembre. Grimaldi Forum – Renseignements + 377 99 99 20 00 l’expérimentation d’un geste, la naissance d’une forme, de mettre en lumière une pratique d’atelier. Les artistes invités, s’ils utilisent tous différents médiums (peinture, sculpture, photographie, vidéo, installation) ont en commun une pratique assidue du dessin qui, s’affranchissant du support papier traditionnel, se déploie dans l’espace et constitue un nouveau terrain d’expérimentation artistique. Après Jean Sabrier qui inaugura l’espace d’exposition temporaire du musée Jean Cocteau collection Séverin Wunderman en novembre 2011, Bernard Moninot propose quatre installations et plusieurs séries de dessins dans une scénographie spécialement conçue pour le bâtiment. Musée Jean Cocteau - Collection Séverin Wunderman, 2, quai de Monléon – Entrée 5 euros

EVÉNEMENTS Du 20 juillet au 5 août

63E FESTIVAL DE MUSIQUE DE MENTON Grand rendez musical classique de l’été, le 63è Festival de Musique de Menton débutera sa partition le 20 juillet avec pas moins de 60 concerts exceptionnels en 17

jours. Cette nouvelle édition du plus ancien festival de musique classique de France va encore une fois combler mélomanes et néophytes avec une programmation abondante, dense et dynamique. Le public pourra apprécier les récitals gratuits, devenus incontournables, à 17h dispensés Square des Etats-Unis. A 18h, le palais de l’Europe accueillera les jeunes solistes d’élite, lauréats de concours internationaux, le festival de Menton s’étant donné pour mission, depuis quelques années, de participer au lancement de futurs virtuoses. Grande nouveauté et passionnant challenge, cinq pianistes de réputation internationale se partageront une dizaine de récitals à 11h, au palais de l’Europe, consacrés à Beethoven avec l’intégrale des trente deux sonates pour piano. Et puis, autre grand moment à 21h30, sous les étoiles, la scène musicale du parvis de la basilique Saint-Michel fera place à des artistes de renommée mondiale. En tête d’affiche la pianiste MariaJoao Pirès, le chanteur Leo Nucci, les violonistes Vadim Repim et Renaud Capuçon. Divers lieux de la ville - Renseignements Office de tourisme de Menton 04 92 41 76 95 / www.musique-menton.fr

Du 13 au 16 juillet

MENTON, MA VILLE EST TANGO

Menton célèbre le Tango avec ce festival devenu incontournable. Pendant qua tre jours, les « aficionados » pourront ainsi vivre au rythme de leur musique et danse préférée, avec une série d’ animations et de manifestations dédiées.Quatre jours bercés de superbes mélodies, quatre jours emplis de la poésie de la vie, quatre jours de sonorités et de parfums venus d'ailleurs, quatre jours réinventés par les arabesques subtiles et élégantes, quatre jours pendant lesquels l'esplanade Francis-Palmero sera baignée par la chaleur et les couleurs des rives du Rio de la Plata... Esplanade Françis Palmero – Programme et renseignements www.tango-menton.fr



Aria