Page 1

14 mars au 28 mars 2013 // VOLUME 57, NUMÉRO 10

www.journalinteret.com L’INTÉRÊT - HEC MONTRÉAL

LE JOURNAL DES ÉTUDIANTS DE HEC MONTRÉAL

FINANCEMENT DES UNIVERSITÉS & FRAIS DE SCOLARITÉ P.08

L’INTÉRÊT étudiant// p.04

Studend Buzz : TEDX HEC Montréal Entrevue avec une TEDAddict, Annabelle Gauriat de retour de Californie.

L’INTÉRÊT sportif// p.13

L’INTÉRÊT étudiant// p.03

entrevue avec antoine roussel L’intérêt a rencontré le prodige français évolutant dans le plus haut échelon du hockey mondial.

Situation budgétaire du HEC Vers une transparence plus grande des finances de l’institution d’enseignement.


Édito//

SOMMAIRE L’intérêt étudiant

ET c’est reparti! sarah taki

Les beaux jours pointent le bout de leur nez et les premiers contestataires battent déjà le pavé : Le printemps érable round 2!

=

La conclusion que l’on peut en tirer : Surtout ne pas prendre position! En particulier quand on est un étudiant étranger!

Car si vous vous prononcez en faveur de la hausse des frais de scolarité (et arborer fièrement un petit carré vert) vous risquez de Mardi 12 mars 2013, le portrait semble étrangement familier, une vous faire huer à chaque fois que vous passerez par la station de assemblée générale se déroule à l’UQAM, où les étudiants s’apprêtent métro Berry-UQAM. à débattre une énième fois sur l’indexation des frais de scolarité proposé par le gouvernement Marois. Cette situation est bien de Et si vous vous prononcer publiquement pour, le renouvellement de loin de celle du HEC qui depuis plus d’un an s’est presque toujours vos papiers d’immigration pourrait mystérieusement être rallongé de deux mois et aux fameux 4 à 7 du salon L’Oréal, vos meilleurs prononcée contre ce type de manifestations! « chums » québécois pourraient bien vous tournez le dos. Pour autant, cette opposition semble avoir la cote auprès de la plupart des associations étudiantes qui s’opposent à la fois à l’indexation des Par conséquent, tant que vous n’avez pas le passeport canadien, frais de scolarité, mais vont plus loin encore en demandant la gratuité ou l’accent québécois à couper au couteau, pas de bêtises, faites scolaire. Voici une petite liste d’arguments non exhaustive pour et profil bas. contre les nouvelles actions des étudiants prêts à faire la grève : POUR :

1) Il y a quelques mois, ils se sont mobilisés pour aller voter pour un gouvernement qui peu de temps après son accession au pouvoir les abandonne sur leur sujet de préoccupation numéro 1 : le coût des études 2) Ils considèrent que l’éducation est un droit fondamental et que par conséquent aucune barrière, d’aucune sorte, ne devrait empêcher qui que ce soit d’y accéder. 3) La réduction des coûts de l’éducation passe par une meilleure gestion des Universités.

-

CONTRE :

1) Le trafic du métro risque encore d’être perturbés 2) Le reste du Canada, et les États-Unis vont définitivement nous prendre pour des « gratteux ». 3) Lors de votre cours de PPE à HEC, le professeur vous expliquera clairement (et mieux que moi) pourquoi «  économiquement ce n’est pas souhaitable ». 02 // 14 mars au 28 mars 2013 // VOLUME 57, NUMÉRO 10

p.03 p.04 p.05 p.06

L’intérêt politique

p.07

L’intérêt culturel

- Do you PIU PIU? - RIM ressuscitera ou pas?

L’intérêt affaires

sarah.taki@hec.ca

+

- Gratuité scolaire / Débats en cours! - Student Buzz : Annabelle Gauriat - Budget HEC Montréal / SRA - Projet SEUR / Claude Ananou

p.09 p.10

- DELL - Gagnant Gagnant c’est perdant!

p.11 p.12

L’intérêt sportif

p.14

L’intérêt durable

p.18

L’intérêt international

- Une (petite) Canadienne en Suède

p.17

CRÉDITS Journal L’Intérêt HEC Montréal 3000, chemin de la Côte-Sainte-Catherine, Local RJ-718, Montréal, (Québec), H3T 2A7 | tél. : 514 340-6105 Comité exécutif Directrice : Annabelle Gauriat | Présidente : Mathilde Mur | VP Interne : Anthony Rahib | VP Externe : Violaine Rollin | VP Ventes : Robin Delassus et Manon Champaud | Webmestre : Simon Grandjacques | Illustrateur : Melki Melgarejo | Graphiste : Antoine Delacressonnière (antoine@lestudiodu3eme.com) Comité Rédactionnel

sudoku - difficile /

4 5 6 3 7 4

SOLUTION DISPONIBLE SUR : L’INTÉRÊT - HEC MONTRÉAL

9 2 1 2

8

9 8 3 4 6 7 4 2 5 3 5 8 7 3 4 6 9

Rédactrice en chef : Sarah Taki | Chef de pupitre-Politique : Cédric Livet | Chef de pupitre-Affaires internationales : Sebastian Keita | Chef de pupitre-Culture : Martin Loutrel | Chef de pupitre-Sport : Marc Jullien | Chef de pupitre-Techno : Jean Thomas Delespierre | Chef de pupitre-Vie étudiante : Paul Mariuzzo-Raynaud | Photographe : Andréa Monguilod Journalistes : Fatima Balasri, Steven Roth, Violaine Rollin, Seelim Bouchoucha, Paul Marriuzzo, Etienne Adou, Sebastian Keita, Jean-thomas Delespierre, Clément Vaillant, Sarah Taki, Anthony Rahib, Anne Chabert, Morad Jeldi, Catherine Lavery, Marc Jullien, Saoud Maherzi, Eliott Benaudis, Mathilde Mur, Cédric Livet, Audrey Taillefer Contributeurs : Thibault Sanchez, Hervé Mensah, Jonathan Darrieu, Julie Muyle, Marine Drouet, Marc Lachapelle, Louis Bordereau, Ekoua Danhot, Mathieu Mireault, Simon Cousineau

Imprimeur : Hebdo Litho | Distributeur : Chad Ronalds Pour la rédaction : redactionlinteret@gmail.com Pour la publicité : redaction.interet@hec.ca L’Intérêt est le journal des étudiants de HEC Montréal et il est publié par l’AEHEC. Il est membre de la Presse universitaire canadienne et du University-Wire. L’Intérêt est un journal d’opinion et, à ce titre, n’est pas tenu de présenter des articles neutres et impartiaux. Le contenu de ce journal est indépendant de la direction de HEC Montréal et des associations étudiantes. Les textes n’engagent que l’auteur et ne reflètent en aucun cas l’opinion de l’École, de l’AEHEC ou des autres collaborateurs du journal. Le matériel contenu dans L’Intérêt peut être reproduit avec mention de la source. Nous avons adopté dans ces pages la majeure partie des rectifications orthographiques recommandées par l’Académie française.

Vous voulez réagir à un article?

Écrivez-nous à redaction.interet@hec.ca ou réagissez directement à chaque article sur notre site internet www.journalinteret.com!


L’INTÉRÊT ÉTUDIANT// mathieu dario mireault

mathieu-dario.mireault@hec.ca

Payer pour la gratuité serait-il rentable pour l’État québécois?

Peu importe l’issue du Sommet sur l’éducation organisé par le Parti Québécois, il est malheureusement clair qu’aucun parti politique ayant des chances d’aspirer au pouvoir n’aura le courage de promouvoir la gratuité scolaire. Cette semaine, je m’attaquerai aux arguments économiques favorisant la gratuité scolaire. Pour le prochain numéro, je me pencherai sur les dangers provenant de la marchandisation des connaissances.

Aussant lors des dernières élections. J’ai eu l’occasion de demander au chef du parti Option Nationale, qui est aussi titulaire d’une maitrise en économie et qui a travaillé à titre de vice-président chez la prestigieuse firme Morgan Stanley Capital International, si ses amis économistes riaient de lui en privé. « Au contraire, m’a répondu Aussant, en regardant froidement les chiffres, peu d’économistes envisageraient la hausse des frais de scolarité ».

Rappelons les faits. Un travailleur ayant un baccalauréat rapportera en moyenne près d’un million de dollars en taxes et en impôts, selon Michel Girard, chroniqueur économique à La Presse. C’est environ 300 000 mille dollars de plus qu’un travailleur n’ayant pas de baccalauréat. Considérant que le coût d’un diplôme universitaire Les trois partis politiques qui ont des chances d’accéder au pouvoir représente une fraction de 300  000 milles dollars, on constate lors des prochaines élections ont décrédité la gratuité scolaire. Le Parti rapidement que l’éducation représente est un investissement rentable Québécois semble trop préoccupé d’atteindre l’équilibre budgétaire pour l’État québécois. dès la prochaine année, un objectif que même le gouvernement Conservateur du Canada juge néfaste pour notre économie. Le Parti Si l’éducation supérieure était gratuite au Québec, les universités Libéral veut s’illustrer comme un bon gestionnaire alors que le règne connaitraient une hausse de fréquentation de 15  %, selon Pierre de Jean Charest est responsable de 33 % de la dette du Québec. Chez Duchesne, ministre de l’Enseignement supérieur. Pour lui, les coûts liés à cette hausse rendent la gratuité scolaire impossible. M. Duchesne la Coalition Avenir Québec, on verra pour les prochaines élections. ne prend malheureusement pas les retombés économiques démontrés « La gratuité scolaire est non seulement désirable sur le plan social, plus haut en considération. À long terme, la gratuité scolaire se paie mais aussi sur le plan économique  » prônait pourtant Jean-Martin d’elle même.

Finalement, d’un point de vue économique, la gratuité scolaire représente un investissement rentable pour l’État québécois. En plus, cette mesure permettrait de former plus de travailleurs qualifiés, rendant le Québec plus attrayant pour des investissements étrangers. Au même titre que l’État subventionne des entreprises pour créer des emplois et des retombés fiscales, le gouvernement québécois doit réaliser que subventionner les études postsecondaires est une mesure économiquement viable.

Actions, débats et conférence

Attention, Débat en Cours!

Défendre un point de vue, c’est savoir défendre une idée. Or, savoir vendre une idée et convaincre son interlocuteur est un des atouts essentiels d’une femme ou d’un homme d’affaires.

laisser de côté lorsqu’on est en administration. Quant à Simon Mérienne, autre débatteur, il souligne le fait que c’est non seulement un développement personnel, mais aussi une expérience collective que les 8 membres vivent ensemble en tant que débatteurs de l’ADC. Lors des compétitions, les membres débattent pour l’équipe, en équipe, et se doivent donc plus ou moins de s’adapter aux prestations des autres.

Chaque semaine, les membres de l’équipe Compétition de l’association Actions, Débats et Conférence de HEC Montréal se réunissent et débattent autour d’un sujet qu’ils choisissent au préalable. Le but? Être prêt à être confronté à d’autres débatteurs lors des compétitions interuniversitaires organisées par la SUDIC (Société Universitaire Canadienne et Débat Inter-Collégiale). Les équipiers de l’ADC sont enthousiastes à l’idée de pouvoir améliorer leurs habiletés de communication, d’aisance en public, mais aussi de développer au maximum leurs facultés d’adaptation en situation d’argumentation. Remy Gillet, débatteur en première année du BAA, estime que participer à de telles activités démontre chez les équipiers une réelle implication et une certaine ouverture aux sujets politiques et sociétales, que l’on a parfois tendance à

Ainsi, Pierre-Jean Darres, rigoureux coach de l’ADC, s’arrange donc pour former des équipes aux tempéraments hétérogènes. En général, un débatteur plutôt « teigneux » est associé à un autre plus calme lors des compétitions afin de se compléter mutuellement. Les 8 et 9 février derniers, dans les locaux de l’Université de Montréal, les membres de l’équipe Compétition ont pu mettre en pratique leurs compétences oratoires lors de la Coupe Édouard-Montpetit, deuxième compétition de la SUDIC de 2013. Cette organisation arrange des débats entre universités, reprenant la forme de ceux utilisés par les parlementaires canadiens. Cela permet de susciter l’intérêt et la créativité des délégations participantes. Les sujets, ou motions des débats sont choisis par les participants mêmes au moment du débat.

Chaque compétition a 5 tours, pendant lesquels les membres passent à tour de rôle de l’opposition à la majorité. Des sujets aussi variés que la légalisation des maisons closes, le travail obligatoire de 60 heures en prison, la taxe sur la restauration ont été couverts pendant la compétition. Cela requiert des participants une culture générale étendue pour être à la hauteur de l’argumentation. Les critères d’évaluation de ces compétitions sont d’une part la pertinence des arguments apportés par les différents protagonistes, et d’autre part leur exactitude. C’est donc un réel défi que relèvent les participants. Les débatteurs de l’ADC ont été confrontés aux délégations de McGill, Udem, Polytechnique, de l’université d’Ottawa ainsi que de l’Uqam, et ne considèrent pas encore être parmi les meilleurs. Mais ils expliquent cela par leur toute jeune expérience, et soulignent leurs nombreuses améliorations depuis leur entrée en jeu en septembre 2012. Certains souhaitent pour la prochaine compétition pouvoir cristalliser plus souvent, c’est-à-dire clore le débat en position de maîtrise du sujet et du parti opposé. On attend donc avec impatience la prochaine compétition, qui aura lieu le 22 et 23 mars prochain, pour voir nos chers débatteurs de l’ADC, relever un défi encore plus grand, puisque celui-ci sera d’envergure nationale. VOLUME 57, NUMÉRO 10 // 14 mars au 28 mars 2013 // 03


L’intérêt étudiant//

STUDENT BUZZ

Annabelle gauriat TEDADDICT ANNE CHABERT

anne.chabert@hec.ca

Q

Étudiante en dernière année du B.A.A, Annabelle Gauriat – Présidente de TEDxHECMontréal – a passé une semaine en Californie pour représenter HEC Montréal à TEDActive. Elle nous parle de TEDxHECMontréal2013 et nous raconte cette aventure.

Comment le projet se met-il en place depuis septembre?

R

J’ai pris la présidence de l’association TEDxHECMontréal le 24 septembre 2012. En un mois, j’ai constitué une équipe réunissant des étudiants du B.A.A., de la maitrise, et du MBA. Au départ, le but était d’assurer un petit évènement de grande qualité pour bâtir les fondations d’une association pérenne. Nous avons présenté le projet à notre réseau et à l’administration, pour nous faire 2.7 millions de fans sur facebook connaitre et aller chercher les meilleurs conférenciers possible pour TEDxHECMontréal2013. La confirmation de quelques conférenciers d’envergure et l’engagement sérieux de notre équipe nous ont permis en vase clos dans un cadre utopique, cette semaine est d’une richesse de gagner en crédibilité. En janvier, le projet a généré beaucoup incroyable sur le plan des idées et des rencontres. d’engouement de la part de l’administration et des étudiants, ce qui nous a poussé à viser encore plus haut. Mais pour cela, nous avions quoi TEDActive a été un tremplin pour le Q En besoin de la licence supérieure, qui ne s’obtient qu’en participant à projet TEDxHECMontréal2013? TEDActive, en Californie. TED ayant accepté ma candidature, je me suis envolée pour Palm Springs le 23 février. R Tout d’abord, ma participation à TEDActive nous a permis d’obtenir la licence pour organiser un TEDxHECMontréal Q Peux-tu nous expliquer l’expérience TEDActive? réunissant plus de 100 personnes, sans restriction budgétaire. Cette licence renforce notre crédibilité aux yeux des conférenciers et des Chaque année, la grande conférence TED se déroule pendant commanditaires. Elle permet aussi de faire partager l’expérience R une semaine à Long Beach, en Californie, et réunit les plus TEDx à un public plus large. Ensuite, TEDActive m’a permis de saisir grandes têtes penseuses du monde. Les conférences durent moins l’essence même de TED, pour pouvoir la transmettre à mon équipe, et, de 18 minutes et sont rendues disponibles gratuitement sur TED.com. en bout de ligne, à notre audience. En côtoyant pendant plusieurs jours En parallèle de cette rencontre très élitiste a lieu TEDActive, à Palm des personnes qui, comme moi, organisent leur TEDx à une échelle Springs. TEDActive réunit 450 organisateurs TEDx du monde entier, des locale (63 pays représentés), j’ai pu recevoir d’excellents conseils. Par traducteurs et autres passionnés de TED. Le but de ce regroupement exemple, j’ai discuté du processus du suivi des conférenciers avec un est de nous plonger dans l’atmosphère TED pour faire de nous de bons allemand qui a organisé un TEDx à l’École Supérieure de Commerce ambassadeurs dans nos villes respectives. de Paris. J’ai aussi eu l’occasion de rencontrer l’organisateur d’un TEDx qui nous inspire beaucoup : celui d’Amsterdam. Il m’a donné des C’est une sorte de brainstorming complet, au cours duquel les astuces novatrices que je peux maintenant partager avec mon équipe organisateurs de TEDx des quatre coins du monde échangent leur pour créer davantage de lien entre HEC Montréal et la communauté vision, leurs conseils et leurs idées. Les journées sont très intenses : étudiante. De plus, une application TEDConnect a été créée pour que levés à 6 h 30, nous commençons par faire du sport, puis de 9 h à 19 h, les organisateurs TEDx restent en contact et continuent à échanger nous alternons entre activités diverses et visionnage des conférences leur expérience après TEDActive. Cela montre bien qu’il n’y a aucune TED retransmises en direct (environ 80 conférences en tout). Le soir, compétition entre les différents évènements TEDx  ; nous travaillons nous nous regroupons dans une ambiance très conviviale. Immergés tous à la réalisation du même objectif : la diffusion d’idées. 04 // 14 mars au 28 mars 2013 // VOLUME 57, NUMÉRO 10

Q

En quoi ta participation à TEDActive a-t-elle renforcé le rayonnement de l’École?

Ma présence en Californie a permis d’inscrire HEC Montréal dans la communauté mondiale TED. À Palm Springs, chacun portait un badge avec son nom, son TEDx, et son lieu de vie. Habillée de la tête au pied aux couleurs d’HEC Montréal, c’est avec ce sujet que les gens brisaient la glace : « you are studying at HECMontréal? » J’ai pu constater avec fierté que la plupart des gens connaissaient notre École, et ceux qui ne la connaissaient pas démontraient un grand intérêt pour Montréal : « I was there a long time ago but what an amazing city! » Entourée de professionnels triés sur le volet, j’ai pu faire la promotion de notre École, et je ne doute pas que dans l’esprit de ces personnalités, HEC Montréal est désormais associée à TEDActive, et, plus largement, à TED et ses valeurs. Cette démarche me rappelle une intervention de Michel Lemay – ancien directeur du Réseau HEC – dans un de mes cours de management : « le réseautage est efficace seulement s’il est fait sans opportunisme direct. »

R

Durant ces six jours incroyables, j’ai réalisé à quel point les valeurs de TED sont compatibles avec celles d’HEC : innovation, audace, ouverture d’esprit, cohérence, souci de la réalité et de la qualité. Certains organisateurs venaient de pays dont la culture entrepreneuriale est moins développée qu’en Amérique du Nord et étaient très admiratifs de notre système d’éducation. L’aventure TEDxHECMontréal que je vis actuellement avec mon équipe est unique. C’est un grand apprentissage quotidien qui nous allume et nous pousse à nous dépasser. TEDxHECMontréal2013 : Quand? Samedi 25 mai 2013 Où? HEC Montréal Qui? Les cinq premiers conférenciers annoncés sont: Martin Gauthier – Président de Sid Lee Montréal Jean-Sébastien Cournoyer, Alan Macintosh & John Stokes – Fondateurs de Founder Fuel Noémie Dupuy – Co-fondatrice BUDGE Studios ... les autres conférenciers seront dévoilés dans les jours à venir.


L’INTÉRÊT ÉTUDIANT// sebastian keita

sebastian.keita@hec.ca

LE SOMMET AVANT LE SOMMET : Rencontre d’information sur la situation budgétaire

Le 20 février dernier s’est tenue la rencontre d’information sur la situation budgétaire de HEC Montréal. Véritable sommet avant le sommet de l’éducation postsecondaire, il a eu pour intérêt de montrer l’autre côté du médaillon. Cette rencontre est notamment réponse à l’intérêt de nombreux étudiants à une transparence plus grande de la part de leur institution d’enseignement.

venu notamment en réaction aux nouvelles règles de financement budgétaire. Par contre, un plan à plus long terme a aussi été présenté. Ce plan quinquennal joue sur les axes des revenus, de l’évolution de la clientèle ainsi que de la réduction des coûts pour contrecarrer les déficits provisoirement encourus lors des cinq prochaines années.

lieu, les diverses accréditations de HEC ont aussi été discutées de façon approfondie. Il est à mentionner que HEC risque de perdre ses accréditations d’ici quelques années si

En somme, la rencontre fut axée davantage sur la présentation des problèmes que sur la recherche de solutions. On y apprend notamment que l’année 2012-2013 sera la première année déficitaire pour cette institution plus que centenaire. Ainsi, passant d’un surplus de 2 millions pour l’année scolaire 2011-2012, elle se soldera par un déficit de 7,2 millions l’année suivante, cela représente un manque à gagner sur 6,2 % du revenu.

Un des moments les plus marquants est survenu lors de l’explication de la comptabilité par fonds. Une grande incompréhension du public envers ses derniers ouvre des voies à beaucoup de spéculations. Ainsi, les universités fonctionnent par quatre fonds principaux : le fonds de fonctionnement, le fonds d’immobilisation, le fonds avec restrictions ainsi que le fonds de dotation. Le grand contentieux, les virements inter-fonds, ont été démystifiés. Ces fonds sont largement indépendants et les règles en vigueur empêchent la malléabilité du transfert d’un fonds à un autre. En ce qui a trait à HEC, la plus grande peur vient d’un manquement de ressources dans le fonds de fonctionnement.

En anticipation de ce déficit, HEC a mis au point depuis le budget 20112012, un plan de redressement immédiat s’appuyant sur quatre axes budgétaires  : la philanthropie, la revue des processus – réduction des postes administratifs, l’augmentation des revenus autonomes ainsi que la gestion des clientèles. Ce plan de redressement est

Ce dernier incorpore notamment le versement du salaire des employés Pour plus de renseignements, il est hautement recommander de et serait, une menace pour le maintient du savoir accumulé par les gens consulter la vidéo intégrale de la présentation par le directeur de expérimentés. Dans cette même optique, il faut rappeler que Montréal HEC Montréal, Michel Patry, sur le serveur vidéo Méliès du service de est la capitale canadienne de la recherche universitaire. Un exode de l’audiovisuel de HEC Montréal. ces derniers serait possible, notamment envers Toronto. En dernier

ariane gauthier-roy

ariane.gauthier-roy@hec.ca

rien n’est fait pour maintenir le niveau d’éducation actuel. La taille basse des classes ou bien l’utilisation d’un certain pourcentage des professeurs agrégés, pourrait y jouer toute la différence. Pourtant, cette rencontre a-t-elle conclu le débat sur le financement universitaire, notamment prônée par Paul Marriuzo-Raynaud dans sa lettre adressée au directeur dans la parution du 15 janvier du journal L’Intérêt? Probablement pas, puisque le but visé était plutôt la démystification de nombreux préconçus, ce qui permettra, sans doute, un débat de société plus équitable!

trois lettres qui vous veulent du bien

Qui n’a pas déjà entendu ce proverbe anglophone qui suppose que ce qui est déterminant dans la vie n’est pas ce que nous connaissons, mais plutôt qui nous connaissons (« It’s not what you know but who you know »). Eh bien, la Société de Relations d’Affaires HEC Montréal (SRA), n’est pas totalement en accord avec cette expression populaire. Pour sa part, la SRA croit que le savoir importe tout autant que les relations professionnelles, et c’est d’ailleurs cette façon de voir double qui lui a permis de se distinguer au fil des ans. Dans cette optique, et ce depuis bientôt 50 ans, la SRA existe pour fournir aux étudiants de multiples occasions de mettre à profit leurs connaissances dans diverses disciplines tout en leur permettant de développer un riche et solide réseau de contacts d’affaires. De par ses activités diversifiées, la SRA vous transforme tantôt en entrepreneur par l’entremise de son Startup Weekend, tantôt en trader via sa Simulation Boursière Interuniversitaire (SBIU), en passant par le rôle de défenseur des intérêts commerciaux d’un pays lors

de la Simulation OMC. En outre, la SRA contribue à faire le bien dans la communauté par le biais de sa clinique d’impôts annuelle, qui aide les citoyens à faibles revenus à remplir leurs déclarations de revenus rapidement et sans frais. Elle aide également les étudiants dans leurs recherches d’emplois ou de stages grâce à son célèbre Salon de l’emploi. C’est tout simple : s’impliquer au sein de la SRA, que ce soit à titre de participant, de directeur de projet, de bénévole ou de membre de l’exécutif ne peut que vous propulser plus haut que vous ne l’êtes déjà!

Ne manquez surtout pas activités : - 14 au 17 mars - Simulation OMC - 22 au 24 mars - Clinique d’impôts - 24 au 29 mars - NMUN - 6 avril - SBIU

nos

prochaines

À la lumière de ce qui précède, quelles sont donc ces trois lettres Pour obtenir de plus amples informations sur la SRA et pour accéder qui vous veulent du bien? Quelles sont les lettres qui se retrouvent à la liste complète de nos activités, suivez-nous sur Facebook @ La à la fois dans les mots « relations  », «  réseau  », «  inspiration  », Société de Relations d’Affaires SRA - HEC Montréal « réalisation », « savoirs » ou encore « visionnaires »? Oui, vous avez bien lu, il s’agit de S, R et A. VOLUME 57, NUMÉRO 10 // 14 mars au 28 mars 2013 // 05


L’INTÉRÊT ÉTUDIANT//

Le projet SEUR prend de l’ampleur Après 12 ans de dévotion pour la persévérance scolaire, c’est plus de 100 jeunes supplémentaires qui peuvent actuellement élodie bouchard profiter de nouvelles activités gratuites offertes par le Projet elodie.bouchard@hec.ca SEUR. « Jeunes, sciences et entreprises  », un récent volet créé par l’organisme permet à des groupes d’élèves du secondaire de visiter des entreprises et des organismes de la grande région montréalaise. Également, un récent partenariat avec les Carabins de l’Université de Montréal permet aux étudiants-athlètes d’offrir un puissant modèle de persévérance pour la jeunesse d’aujourd’hui. Le Projet SEUR continue d’innover, de se renouveler et d’adapter ses méthodes et activités à la réalité des jeunes d’aujourd’hui. Sélectionnés selon leur champ d’intérêt, les jeunes participants ont maintenant l’opportunité, grâce au volet «  Jeunes, science et entreprises  », de rencontrer le personnel technique et scientifique des entreprises partenaires afin d’observer concrètement les retombées des études qui les intéressent. La plupart des entreprises collaboratrices sont liées aux secteurs des sciences et des technologies, même s’il est dans la volonté de l’organisme de répondre le plus précisément possible aux intérêts des étudiants. un partenariat avec les carabins de l’université de Montréal Le Partenariat avec les Carabins de l’Université de Montréal est quant à lui en développement, bien qu’il promette d’agrandir considérablement les retombées concrètes du Projet SEUR. L’idée à l’origine de ce projet est de jumeler des jeunes passionnés de sport de niveau secondaire avec des étudiantsathlètes de niveau universitaire afin d’allonger la portée éducative de l’organisme et de permettre son rayonnement dans des sphères toutes plus variées les unes que les autres. Une activité pilote avec l’équipe de Football des Carabins a permis à des jeunes en situation de démotivation scolaire d’assister gratuitement à une épreuve sportive et d’ensuite rencontrer les athlètes universitaires avec qui ils ont pu longuement discuter. Pour ce qui est des activités à venir, encore cet été, des centaines d’élèves du secondaire viendront passer une semaine sur le campus de l’Université de Montréal grâce aux « Séjours d’immersion ». Ce projet unique en son genre permet aux participants d’explorer des perspectives d’études et de carrières sur le campus universitaire en assistant à des conférences et à des expérimentations en laboratoires de recherches, en rencontrant des chercheurs, ainsi qu’en visitant des entreprises et organismes... Et cela, sans aucuns frais. 6 volets, une mission commune Depuis déjà 12 ans, le Projet SEUR s’engage à la valorisation de la persévérance scolaire principalement chez les étudiants du secondaire, mais aussi après des étudiants de niveau collégial. Son objectif est clair et ses activités gratuites : favoriser l’intérêt pour les études, promouvoir l’appropriation d’une culture scientifique et sensibiliser la jeunesse aux carrières scientifiques et techniques, aux études universitaires et à la recherche. Les activités du Projet SEUR sont rendues possibles grâce à la généreuse participation bénévole des étudiants, chercheurs et professeurs de l’Université de Montréal. Toute l’année, ils recrutent des conférenciers et des mentors intéressés à rencontrer des élèves du secondaire pour les éclairer dans leur choix d’études et de carrière. Visitez leur site internet : http://www.seur.qc.ca/

06 // 14 mars au 28 mars 2013 // VOLUME 57, NUMÉRO 10

ENTREVUE AVEC CLAUDE ANANOU : quel avenir pour l’entrepreneuriat? « Nous sommes les Zorros de l’économie! » Professeur d’entrepreneuriat à HEC Montréal depuis presque 13 ans, Claude mathilde mur mathilde.mur@hec.ca Ananou pose un regard optimiste mais critique sur l’évolution de l’esprit entrepreneurial et du regard que pose la société sur ces nouveaux héros des temps modernes : les entrepreneurs. Il y a encore une dizaine d’années, l’entrepreneuriat n’était pas très «  sexy  ». Marchands de tapis, marginaux… Les entrepreneurs étaient-ils des êtres incompris? Où effrayaient-ils par leur témérité? Membre de la table de concertation de la Fédération des Chambres de commerce du Québec, Claude Ananou constate qu’il a fallu du temps aux institutions pour se rendre compte que leurs adhérents étaient en majeure partie constitués d’entrepreneurs! L’évolution de l’économie et surtout la crise de 2007 commencent, semble-til, à faire changer les mentalités. « On s’est rendu compte que ce ne sont pas les grandes entreprises qui vont nous sortir du trou. Ce sont les gens. » Des programmes pour soutenir l’initiative entrepreneuriale, comme celui de l’ancien gouvernement Charest : « Foncez, tout le Québec vous admire! », voient alors le jour et être « tatoué » entrepreneur devient valorisant. La perception de l’entrepreneuriat reste pourtant aujourd’hui très souvent confinée dans l’imaginaire collectif au secteur de la TI qui ne représente qu’une infime partie de l’économie. « L’entrepreneuriat, c’est au quotidien.  ». Alors, certes, si des Mark Zukerberg (Facebook) ou des Jack Dorsey (Twitter) viennent à l’esprit en pole position lorsque l’on entend parler d’entrepreneurs à succès, il ne faut pas oublier que l’innovation n’est pas forcément synonyme du développement d’un nouvel I-Phone. La créativité se retrouve aussi dans des entreprises qui ont révolutionné leur milieu et la façon de penser de leurs consommateurs, comme Amazon ou encore Zara. « Être créatifs, c’est simplement faire différemment.  » Au sein des quatre formes que peut revêtir l’entrepreneuriat, économique, social, culturel et politique, l’objectif reste le même : il faut répondre à un besoin. Bien que nos politiciens manquent d’esprit entrepreneurial, un homme, peut-être, se distingue. Il s’agit de Régis Labeaume. « Il a remis Québec sur la carte car il gère sa ville comme un entrepreneur. » Quel avenir pour l’entrepreneuriat à HEC? Même si HEC n’est pas historiquement une école d’entrepreneurs, l’engouement pour la spécialité et l’intérêt que suscite chaque conférence sur le sujet sont néanmoins notoires. Claude Ananou explique la réticence que ressentent certains étudiants envers l’entrepreneuriat par la possible sélectivité de l’école sur les notes. « Nous, les entrepreneurs, nous sommes des marginaux, des gens toujours à la limite, des corsaires. » La remise en question de l’autorité et du pouvoir qu’implique la création d’entreprises ne seraient pas toujours compatibles avec le sérieux du cursus le plus valorisé entre les murs du bâtiment Côte-Sainte-Catherine  : la comptabilité. Cependant, la génération des moins de trente semble bien décidée à prendre le « volant de sa vie » en main et à chercher de nouvelles valeurs. Retrouvez l’intégralité de cet entretien ainsi qu’une vidéo de l’entrevue sur notre site  : www. journalinteret.com


L’INTÉRÊT POLITIQUE//

L’après « printemps arabe », un rêve consumé! Un combat pour la liberté qui a marqué les esprits, mais une réalité qui est loin d’être celle espérée…

Le 17 décembre 2010 est sans doute l’une des dates les plus marquantes Ékoua José-maria Danho du 21e siècle. Le monde entier en a parlé, les médias sociaux ont été aux Ekoua.jose-maria.danho@hec.ca premières loges de ce mouvement qui a bouleversé la géopolitique des pays arabes. Le « Printemps arabe », un réveil des peuples qui demeure ancré dans les mémoires, et dont les séquelles se traduisent encore dans l’actualité. Ce mouvement révolutionnaire se voulait être un mouvement de libération de ces pays, eu égard aux régimes autoritaires et oligarchiques en place, dont la corruption était le maître mot. Ce mouvement a d’ailleurs abouti dans certains pays à la chute de régime. Les dictateurs sont tombés, mais la réalité est-elle moins alléchante que les promesses sous-jacentes de la révolution? Une question à laquelle les lignes à venir tenteront de répondre!

transition du pays difficile ». la révolution de jasmin Maintenant, après s’être attardée sur le cas libyen, voyons ce qu’il en ait en Tunisie. Deux ans après la Révolution de jasmin, il semble y avoir un sentiment de désillusion chez les Tunisiens. Un rêve qu’ils pensaient avoir réalisé, mais qui, à leur désarroi est loin de l’être. Deux ans après la chute du régime, la flamme révolutionnaire semble s’être éteinte, en ayant consumé au passage l’espoir de ces jeunes qui y voyaient le début d’un changement.

La place Tahrir, symbole de la lutte contre Moubarak, continue d’animer le quotidien des Égyptiens. L’heure n’est pas encore à la stabilité, sinon à l’hostilité.

Tout d’abord, intéressons-nous à la situation actuelle en Libye avec la chute du régime de la Jamahiriya. Bien qu’il fut propulsé par un élan démocratique suite à la révolution, le chemin vers la stabilité politique demeure parsemé d’obstacles, et ce, pour deux raisons majeures. La première est l’absence d’une autorité politique centrale. La CNT, conseil national de transition, reste, encore à ce jour, controversée, et peine à assurer la réconciliation nationale. La CNT est principalement reconnue par la communauté internationale, non par la population. Ainsi, si une partie de la population ne lui est À cet effet, la nouvelle de l’assassinat de pas subordonnée, on ne s’étonne pas de savoir que la réconciliation Chokri Belaïd est un aveu que la transition nationale soit délicate. La deuxième raison de ce difficile retour à la en Tunisie demeure tout aussi complexe qu’en Libye. L’assassinat de stabilité est la prolifération des armes. cette figure de l’opposition politique libyenne fut un choc pour les Tunisiens, qui plus est huit mois de guerre civile pour les révolutionnaires qui virent en cet acte N’oublions pas qu’il y eut durant près de l’assassinat de la révolution tunisienne ellehuit mois une véritable guerre civile. Cette même. Après cette nouvelle, la crainte des guerre civile a laissé un spectre inéluctable, autorités tunisiennes fut de ne pas faire plonger qui se solde à présent par un surarmement le pays dans une guerre civile idéologique. Bien de la population. Les règlements de compte que l’on demeure loin du scénario du « sang restent encore au rendez-vous et l’effusion appelle le sang  » libyen, d’un point de vue de sang ne s’estompe pas, un engrenage politique, il semble y avoir une relative stabilité. vicieux s’est établi : le sang appelle le sang! La réalité demeure différente des attentes de Pour reprendre les mots d’Ian Martin, chef la population qui, encore une fois, reste déçue. de la mission d’appui des Nations unies en Libye, « L’ancien régime a été renversé, mais Une déception dont certains commerçants la dure réalité est que le peuple continue ont faite part aux journalistes la chaîne de vivre avec l’héritage d’institutions télévisée  tv5monde, lors d’un reportage. étatiques faibles voire absentes. L’absence Ces derniers n’ont cessé de clamer à quel d’organisations de la société civile rend la point la vie était devenue dure, et certains en

L’ancien régime a été renversé, mais la dure réalité est que le peuple continue de vivre avec l’héritage d’institutions étatiques faibles voire absentes.

venaient même à regretter l’époque de Ben Ali et à remettre en cause les manifestations. Une révolution qui avait embrasé les foules, mais qui aujourd’hui laisse des plaies béantes, car ce rêve que portait la révolution a été brisé. Une situation plus ou moins stable, il va sans dire, mais un avenir toujours incertain qui suscite des craintes dans la population.

le cas égyptien Enfin, parlons à présent du cas égyptien, qui lui aussi n’affiche pas une transition aussi reluisante qu’à priori. En effet, la place Tahrir, symbole de la lutte contre Moubarak, continue d’animer le quotidien des Égyptiens. Deux ans après la révolution, nous dirons que l’heure n’est pas encore à la stabilité, sinon à l’hostilité. Le président Mohamed Morsi, présenté au début comme la solution aux maux de l’Égypte est à présent décrié par certains manifestants qui l’ont d’ailleurs prouvé à l’occasion du deuxième anniversaire de la révolution. Une grande manifestation s’est déroulée à cet égard devant le palais présidentiel, et cela a abouti à une effusion de sang suite à une confrontation avec l’armée. La chute de Moubarak aurait dû être la fin du calvaire, mais la situation est loin d’être stable. Les affrontements perdurent, et une fois de plus, la situation après la révolution n’est pas à la hauteur des attentes de cette population qui a milité pour le changement. Pour finir chers lecteurs, le « Printemps arabe  » a bouleversé l’équilibre politique de ces pays dans l’espoir d’un avenir meilleur, mais la transition reste difficile. Un rêve qui prend feu, il va sans dire pour ceux qui avaient foi dans un changement radical. Il faudra du temps pour que ces populations puissent être contentées. En attendant, on espère des jours meilleurs, au nom de ces martyrs qui y ont laissé leur vie.

VOLUME 57, NUMÉRO 10 // 14 mars au 28 mars 2013 // 07


L’INTÉRÊT POLITIQUE// clément vaillant

clement.vaillant@hec.ca

POUR une hausse des frais de scolarité au collégial

60 % : proportion d’étudiants collégiaux qui ne complètent pas leur programme dans les délais normaux. Avenue peu explorée, une hausse substantielle des frais de scolarité au niveau collégial représenterait une solution à plusieurs problèmes de notre système d’éducation, dont ce taux ridicule.

pas que la tentation d’abandonner vos cours est moins présente, Prenez, par exemple, le nombre de personnes qui se présentent à sachant que vous avez dépensé une telle somme d’argent? l’urgence pour une gastro ou un saignement de nez…

Une hausse des frais de scolarité comme ticket modérateur Hausser les frais de scolarité au niveau collégial responsabiliserait les étudiants. Une telle action mettrait certainement fin au très célèbre programme « Sciences vacances », qui consiste à compléter un Diplôme d’études collégiales (DEC) en sciences humaines en au Il faut tout d’abord comprendre qu’il n’y a pas de « frais de scolarité » moins six sessions (normalement, c’est en quatre sessions). au niveau collégial (c’est-à-dire, au cégep). Mes amis et moi nous amusions à comparer nos factures à chaque session, un payant 90 $, En augmentant substantiellement la cotisation semestrielle des l’autre, 120 $, etc. étudiants, il ne fait aucun doute que cela leur donnerait un incitatif pour compléter leur programme (peu importe le programme) dans Ces sommes ridicules (par session!) vont à l’association étudiante, les délais normaux. Mieux encore, beaucoup moins d’étudiants au service d’imprimerie, à l’organisation de la cérémonie de remise abandonneraient leurs cours en plein milieu de session pour toutes des diplômes et j’en passe ; bref, tout ce qui constituerait des frais sortes de raisons plus ou moins légitimes. affluents à l’université. La même logique s’applique dans plusieurs autres situations : dès Évidemment, à l’université, on multiplie par au moins dix afin d’obtenir que le coût d’un service ou d’un bien est quasiment nul, plusieurs en ce que les étudiants paient à chaque session, soit rondement de abusent sans se soucier du coût réel de leur geste. 1000 $ à 1500 $ dépendamment des frais affluents. Ne pensez-vous 08 // 14 mars au 28 mars 2013 // VOLUME 57, NUMÉRO 10

Des revenus supplémentaires Sans surprise, une hausse des frais de scolarité au niveau collégial créerait des revenus supplémentaires, des revenus qui pourraient être directement réinvestis dans les cégeps, ou bien dans les universités. Il faut comprendre que les cours au cégep ressemblent grandement à ceux donnés à l’université ; par exemple, de plus en plus d’enseignants collégiaux détiennent un doctorat, si bien qu’ils forment aujourd’hui une majorité. Il n’y a aucune logique expliquant l’énorme écart entre ce que paie un étudiant collégial et son homologue universitaire. Alors que le débat entourant les frais de scolarité à l’université relève plutôt de l’idéologie, je crois fermement qu’une hausse des frais de scolarité au niveau collégial relève du gros bon sens.


L’INTÉRÊT CULTUREL//

Do you piu piu? THIBAULT SANCHEZ

thibault.sanchez@hec.ca

piu... piu... piu... piu... piu... piu... piu... C’est en rentrant dans l’amphithéâtre B-0305 du pavillon Jean Brillant à UdM, en dégustant mon cookie, et après avoir lu les caractères imprimés sur le sweatshirt d’un drôle de personnage, que je me suis posé la question suivante : Do you PIU PIU? Ce dernier n’est rien d’autre que SevDee (co-fondateur de Artbeat Montréal et Dj), en présence de Aïsha Vertus (Réa/Pro de « ’PIU PIU, a film about Montréal beat scene »’), et Laurent Blais (Fondateur chez 10kilo.us), qui nous ont mijoté une petite conférence sur le PIU PIU le 20 février dernier. Certains auront remarqué cette effervescence présente sur la scène beat montréalaise. Ce brouhaha se résume en une simple onomatopée, « Piu-Piu ».

Beaucoup se posent déjà les questions, qu’est ce que c’est? ça vient? Qu’est ce que ça mange en hiver?

D’où

Pour résumer, le PIU PIU n’est pas un simple genre ou un style de musique, ni une mode absurde qui fanera suite à la sortie de la PS4. C’est un courant musical qui a débuté dans les sous-sols de beatmakers montréalais, et qui a récemment vu la lumière du jour grâce à Internet, aux réseaux sociaux et sites de partage. Beats intergalactiques, loops stellaires, kick et claps intersidéraux, sont quelques adjectifs qui pourraient qualifier ce courant made in QC. Vous l’aurez compris, on se situe dans le champ lexical extraterrestre. D’où le choix du nom « PIU PIU » par Vlooper, qui pourrait ressembler au bruit que fait un pistolet laser dans Star Wars.

8 h 00 er 1 cour$

Ce projet regroupe plusieurs beat-makers émergents, qui ont pour but de produire des extrants loufoques, qui reflètent leur style individuel. Ils les partagent sur la toile pour le plaisir et pour prêcher la bonne parole. Par contre, comme le disait si bien SevDee, le mouvement reste ancré dans la culture beat et hip-hop. Vous imaginez bien que si Céline Dion ou Cœur de Pirate se créaient un compte soundcloud et partageaient leur musique, cela ne ferait pas d’elles des artistes PIU PIU.

ça fait mal. Avec un remboursement moyen aux étudiants de 1 000 $, l’impôt fait moins mal.*

Moyennant qu’un petit paradoxe est à relever, et oui rien n’est parfait. Le PIU PIU dans la musique, se dit personnalisé et propre à chaque artiste. Cependant, rappelons que le « sampling » (prélever des échantillons d’autres musiques) est à la base du hip hop et du beat, même le grand J-Dilla n’y a pas échappé. Il s’agit plutôt là de recycler des sons, leur donner une deuxième vie, en les adaptant dans un contexte contemporain. Beaucoup doivent avoir du mal à se représenter un beat hip-hop sans un gros rappeur « bad-ass » derrière qui, comme le Roi Heenok, parle de prostituées, substances illicites et grosses cylindrées. Le PIU PIU va plus loin que tout ça. Son style n’a pas nécessairement besoin de paroles pour exprimer les émotions qu’il tente de transmettre. Tous ces sons et toutes ces influences disparates vont créer un alliage cohérent et raconter une belle histoire. Le PIU PIU ne s’inscrit pas dans un style prédéfini ou déjà existant. À vrai dire, le genre de musique importe peu, les artistes PIU PIU ont eu une vision, en repoussant les conventions musicales. Beaucoup se mettent d’accord pour dire que ceci, est le « Next Level Shit » et ça se passe près de chez vous, à Montréal.

2995$ tarif étudiant incluant une carte SPC gratuite*

hrblock.ca | 800-HRBLOCK (472-5625)

© 2013, H&R Block Canada, Inc. *La moyenne est calculée sur le remboursement de toutes les déclarations d’étudiants préparées chez H&R Block au Canada pour les déclarations de revenus 2010. Le montant du remboursement moyen pour les étudiants a été calculé à 1 100 $ CAD. Ce montant ne peut être garanti et varie selon la situation fiscale de chaque individu. L’offre à 29,95 $ s’applique à la préparation de déclarations pour étudiants seulement. Pour profiter de l’offre, l’étudiant doit présenter soit (i) le formulaire T2202a attestant la fréquentation d’un établissement collégial ou universitaire à temps plein pendant l’année d’imposition applicable, ou (ii) une carte d’identité d’école secondaire valide. Le Remboursement instantané est inclus dans le prix. Les étudiants payent 79,99 $ pour des déclarations complexes / spécialisées. L’offre prend fin le 31 décembre 2013. Valable seulement aux succursales H&R Block participantes. Des frais additionnels s’appliquent. Aux bureaux participants au Canada seulement. Les offres peuvent varier et des restrictions peuvent s’appliquer. Pour connaître la totalité des conditions, allez sur www.spccard.ca.

En vain, si vous êtes cartésien et que le PIU PIU n’est pas encore net dans votre tête, « google it », mais je doute qu’après avoir écouté ce phonème psychédélique vous ayez les idées plus claires.

VOLUME 57, NUMÉRO 10 // 14 mars au 28 mars 2013 // 09 FILE NAME: 12-HRB-034-BW-RF-F-4

TRIM: 5.1" x 5.4"

DATE: Feb 4

REV #: 0

BLEED: –

ARTIST: ID

COLOUR: 1/0

SAFETY: –


L’INTÉRÊT MontréalAIS//

Appel de candidatures PROGRAMME

JEUNE DIRIGEANT STAGIAIRE Poste de dirigeant stagiaire LA FONCTION La Caisse populaire Desjardins du Mont-Royal désire pourvoir un poste d’administrateur stagiaire au conseil d’administration. La personne choisie participera, avec les administrateurs élus, aux réunions régulières du conseil pour analyser les divers dossiers soumis. Le dirigeant stagiaire n’a pas droit de vote. Le programme Jeune dirigeant stagiaire donne la chance de pouvoir s’impliquer activement dans la vie démocratique de sa coopérative financière, tout en bâtissant un réseau de contacts personnels et professionnels au sein du plus grand groupe financier de nature coopérative au Canada! LES CONDITIONS • S’engager à respecter les règles de déontologie, notamment les aspects de confidentialité et de conflits d’intérêts • Être disponible pour participer à toutes les rencontres mensuelles régulières du conseil L’expérience acquise peut être reconnue par une certification. CONDITIONS FACILITANTES Une formation sur mesure est offerte au stagiaire pour qu’il se familiarise avec la coopération et le Mouvement Desjardins et qu’il acquière les habiletés techniques nécessaires à la lecture et à l’analyse des divers rapports soumis aux membres du conseil. LE PROFIL • Être âgé de 18 à 30 ans • Être membre de la Caisse ou accepter de le devenir • Démontrer un intérêt marqué pour apprendre le fonctionnement d’une coopérative et ses différentes structures organisationnelles et décisionnelles • Être en mesure d’exprimer le point de vue des jeunes • Démontrer de bonnes capacités à s’intégrer à une équipe. DURÉE DU STAGE : 1 an POSTULEZ EN LIGNE Les personnes qui souhaitent poser leur candidature doivent faire parvenir leur curriculum vitae à l’attention de Mme Danielle Lénéus, à l’adresse courriel suivante : danielle.leneus@desjardins.com

100% Montréalais, Depuis 1991 Snowdon

Le genre masculin est utilisé dans le seul but d’alléger le texte.

Consultez la section Vie démocratique à l’adresse :

www.desjardins.com/fr/caissedumontroyal

010 // 14 mars au 28 mars 2013 // VOLUME 57, NUMÉRO 10

Caisse populaire du Mont-Royal

5002 Chemin Queen Mary Commandez 14 fois avec nous et recevrez $15 de rabais sur votre 15iem commande

Coopérer pour créer l’avenir

Commandez En Ligne

www.doublepizza.ca

LivraisonàGratuite l'achat de 15$ et +


L’INTÉRÊT AFFAIRES//

Dell : Pioneer in the Deal Making Comeback and an Economic Recovery… elliot benaudis elliot.benaudis@hec.ca

Few weeks ago, Dell succeeded in clearing its most recent leveraged buyout. This deal, valued at 24.4 billion dollars, will hopefully help the PC company get back in the race for making innovative personal computers against competitors like Apple, Lenovo and Toshiba, as it has been struggling this last decade.

Silver Lake Partners, a California-based private equity firm, is in charge of completing the LBO (leveraged buyout). This is not surprising since the firm is famous for largely investing in the technology sector. They have worked with Skype and Seagate amongst others, which has made them the perfect fit for this enormous project. This deal has caught most of the business world’s attention due to its size, which has not been seen since the financial crisis. The last deal that was struck in this price range was the 26 billion dollar buyout of the Hilton Hotels back in 2007 by the Blackstone Group. Since then, a number of changes have occurred which have made investors lose confidence, and therefore use more conservative ways to manage their money.

?

use his 15.7% stake and an additional 700 million dollars, giving him majority ownership of the company. In addition, Microsoft has decided to contribute 2 billion dollars, along with others, who believe to deal will work.

deal flow. The reason is that it is a good way to improve and grow their businesses and capital at a time like this. Companies have reduced their size, by cutting jobs and selling off assets in order to cope with the harsh environment that has been luring them into the ground. And, after having taken these measures, a reasonable way to continue to profit is by using the excess in capital to make strategic decisions like acquiring or merging with attractive counterparts.

Deal Comeback? This climax in recent activity may be a sign that the economy his recovering since it shows that investors are ready to spend considerable amounts and bet on future returns. Over the last week, two other main deals have come to light. Warren Buffet, in a partnership with 3G Capital, a Brazilian firm, has decided to acquire Heinz for a stunning 23 billion dollars. Also, American Airlines, who has been bankrupt since 2011, has decided to merge with US Airways in an 11 billion dollar deal. Now many are saying that “big deals are back”, due to the large volume of them being announced at the beginning of 2013. And it does make sense to make such a statement because since the financial crisis, deal activity has been weak, as a result of frozen credit and market uncertainty, both in the US and Europe. A number of firms have said that they would start spending again if this uncertainty calmed down. And, it has.

Differing Opinions Price Waterhouse Coopers has written a report on deal activity in the New Year, and say 89% of executives believe in a steady growth in dealmaking this year. They foresee an increase in activity in the oil and gas sector as well as the financial services industry. On the other hand, Ernst & Young has a different opinion. They believe that corporations are still hesitant about reaching such expenditure levels and say that their attention is still focused on internal value creation, not M&A activity. Transactions have decreased from 2011 to 2012 by 10% and the EY Transaction Advisory Department expects only a small increase in 2013. They are not the only pessimistic ones, as many bankers and lawyers expect a slow recovery this year also, as they say firms and investors are in a “wait-and-see” position as to what the market will do in upcoming months.

Harsh Adjustments After the recession, companies were left with significant loses in terms of capital which forced them to cut jobs and reduce their overall size in order to return to profitability. Over the last three years, many firms have done so and slowly but surely, have returned to positive earnings, helping investors grow their confidence again. These earnings has been accumulating in the companies’ books, since the market has not been attractive for strong investments and with interest rates close to zero, all this cash has been sitting there. The Main Contributing Factors This is one of the main reasons why today, these reserves have The fiscal cliff was a major player in the low confidence of investors. Now that this issue is settled, all eyes have turned to Europe and permitted to complete deals like that of Dell’s. its sovereign debt crisis. Although the situation has been stabilizing these last couple of months, uncertainty still runs high, and a large The Dell LBO The buyout will use 15 billion dollars of debt, representing roughly amount of transactions were cancelled because of this. Today, 60% of the entire financing. Many other investors will complete investors and corporations are starting to see light at the end of the the equity part of the deal. Among them, Michael Dell himself will tunnel and are taking advantage of low interest rates to increase

“Wait-and-See” All in all, numerous signs are showing an improvement, quarter by quarter, of the global economy. In the US, the housing market is one of the few sectors with steady growth, and lately, deal flow has beaten records in terms of size. Even though confidence still runs low, these are strong indicators of a recovery, and 2013 will be a great indicator in showing whether the economy is indeed doing what many think it is doing, or whether these were false alarms and uncertainty still remains a major player in preventing positive change. VOLUME 57, NUMÉRO 10 // 14 mars au 28 mars 2013 // 011


L’INTÉRÊT AFFAIRES// SEBASTIAN KEITA

sebastian.keita@hec.ca

gagnant- gagnant,

c’Est perdant! l’intérêt, c’est moi

L’idéologie du gagnant-gagnant que certains pourront retrouver dans tout bon cours d’économie est souvent citée comme garant de l’économie moderne. En négociation comme en économie, le dilemme du prisonnier prévaut. Pourtant Sony va à contre-sens de cette logique lors du dévoilement de sa PlayStation 3. Le processeur marketing La PlayStation  3 fut dévoilée en 2005 sous l’angle du Cell, ce fameux processeur qui pouvait. Développé en collaboration avec IBM, il avait tous les atouts pour couper-court à la prochaine console de chez Microsoft, la Xbox 360. Comme on le découvrit plus tard, ce n’était qu’illusion.

s’en sort plutôt bien après toutes ces années. À ses débuts, la Xbox 360 était vue comme plus faible et moins bien nantie que la PlayStation 3. Pourtant, avec des composantes similaires à la plupart des ordinateurs personnels et une très bonne relation avec les maisons de développement de jeux, elle devint la référence comme plateforme de lancement des jeux. La plupart des jeux furent d’abord créés pour elle, et qu’après pour la PlayStation 3.

Le pouvoir non plus Le lancement de la PlayStation 4 démontra un changement de stratégie chez Sony. Dorénavant, les deux consoles, PlayStation  4 et Xbox  720 seraient très similaires. Des changements cosmétiques seraient à l’origine de leurs différences. Cela marque son PlayStation 3e écartement quant à la génération suivante du processeur La troisième réincarnation de la console légendaire Cell toujours développé par IBM, le PowerXCell. Suite à lancée en 1995, se trouve aujourd’hui ironiquement cette erreur monumentale, l’industrie entière a compris : troisième sur le marché, derrière la Wii, mais surtout la « gagnant-gagnant ou perdant ». Dans une industrie où Xbox 360. Ce revirement de situation plutôt cocasse est Un certain Apple profita de cette situation pour s’emparer du marché. de plus en plus de jeux vidéo touchent des budgets de le résultat de l’illusion que Sony s’était créée autour de son propre On connaît certainement la suite! production hollywoodiens, on n’a plus droit à l’erreur. pouvoir. Elle croyait avoir le plein pouvoir sur ses partenaires, c’est-àdire, les créateurs de jeu, ainsi que sur les consommateurs. La Sony Attitude Une pomme pour tous L’histoire se répétant toujours, elle utilisa la même attitude lors du Contrairement à la croyance populaire, Apple avait bien compris L’intérêt, c’est moi! lancement de sa PlayStation 3. Un processeur puissant certes, mais ce jeu. Auparavant, elle utilisait aussi les processeurs de chez Cette attitude d’intouchable est une tradition chez Sony. Du bêta max plus connu pour son aspect marketing que pour son utilité, faisait IBM. Puissant dans sa puissance, mais aussi dans sa rébellion, au MiniDisc, son désir de contrôle lui a coûté cher. Cette fantaisie l’aliénation d’une partie ces principaux collaborateurs ; les maisons l’architecture du PowerPC n’en valait pourtant pas la chandelle. du contrôle absolu lui dictait le gain à tout prix, même envers sa de développement de jeux vidéo. Il ne savait pas programmer pour Sa compatibilité médiocre avec l’architecture  X86 freinait son propre clientèle et imposait à cette dernière un contrôle moins que un tel processeur. De plus, son prix élevé de conception toucha développement. Depuis le changement d’architecture chez Apple, raisonnable sur leur propre achat. les consommateurs de façon encore plus négative. 599 $ pour une ces ordinateurs trouvent leurs chemins un peu partout. Même console de jeux vidéo. Une risée mondiale s’ensuivit, surtout que sa Windows y tourne! Sa lutte pour la suprématie musicale est un des exemples les plus rivale, la Xbox 360, pouvait être obtenue pour un prix aussi bas que marquant : combat entre le format ATRAC (1993) et le format MP3 299 $. Gagnant-gagnant, c’est gagnant! (1994). L’ATRAC, format de prédilection de chez Sony, pour faire Le débat sur la rhétorique fait toujours rage. Certains la dénoncent combat au format libre MP3. L’une des premières batailles entre Les canons, ça ne se cache pas comme contraire à la nature humaine. Il n’y a qu’à citer Lawrence format fermé et format libre s’ensuivit. Le génie de Microsoft, c’est sa formule. Cette formule incorpore tous Ellison, fondateur du géant du logiciel Oracle ou bien le style de ses partenaires dès le début. Ainsi, elle cache rarement ses secrets. négociation de Pierre Karl Péladeau. D’autres ne jurent que par le Sortie pourtant première et de qualité supérieure, elle perdu bataille Contrairement à Apple, elle dévoile pratiquement tout, et ce, à des gagnant-gagnant. Pourtant, dans le monde des affaires, tout n’estdans l’esprit du public. Ces derniers se lassaient des exigences plus années lumières de leurs sorties. Il n’y a qu’à ne qu’à se rappeler il pas question de perspective? Une perspective à court ou moyen que strictes face à l’utilisation de son format. Cette erreur lui coûta de Windows Longhorn. Système d’opération dévoilé en 2003, il ne terme pourrait certainement favoriser le gagnant-perdant. Pourtant, énormément, puisqu’il faudra attendre jusqu’en 2004 pour qu’elle vu jamais le jour et nombreux de ses concepts furent repris par des à long terme, une issue plus juste pourrait être souhaitable. Que les embrasse finalement le format MP3 sur son légendaire Walkman. compétiteurs, notamment Apple. Malgré tous ces faits, Microsoft jeux commencent! 012 // 14 mars au 28 mars 2013 // VOLUME 57, NUMÉRO 10


L’INTÉRÊT SPORTIF//

ENTREVUE AVEC ANTOINE ROUSSEL Dans la dernière édition de votre journal, nous vous dressions le portrait d’Antoine Roussel, le prodige clement.vaillant@hec.ca français évoluant dans le plus haut échelon du hockey mondial. Alors qu’il s’affirme de jour en jour au sein des Stars de Dallas, le tricolore nous a accordé un peu de son temps pour revenir sur son ascension fulgurante. Interview sans concession pour l’Intérêt-HEC Montréal. clément vaillant

Salut Antoine, merci de nous accorder un peu de ton temps, car on sait que tu es beaucoup demandé en ce moment. D’ailleurs cette exposition médiatique estelle un facteur de pression supplémentaire?

Q

Pas vraiment. En fait j’ai toujours été encadré à ce niveaulà. Déjà quand j’évoluais en Ligue Junior-Majeur pour les Saguenéens (ndlr: Chicoutimi) j’étais entouré de journalistes. J’ai toujours su gérer ça. Et puis ce n’est pas non plus Montréal et le CH… Il y a des journalistes, mais ce n’est pas une meute encore!

La Minute Carabins

R

Tu évolues actuellement avec les Dallas Stars, comment se passe ton intégration au sein de la formation?

Q

Cette nouvelle rubrique a pour louis.bordereau@hec.ca but de suivre plus facilement les prestations de nos Carabins. L’intérêt vous livre ainsi de rapides compterendus des différentes épreuves et matchs au cours des deux dernières semaines… louis bordereau

Lors de ta première apparition (face à Phoenix) tu as inscrit ton premier but en LNH, estce à ce jour ton meilleur souvenir en carrière?

Q

Je pense que oui. Pour être honnête, je ne m’y attendais vraiment pas. Cela arrive très vite dans ma saison. Quand la rondelle franchit la ligne, je suis sur une autre planète, ça fait très dans un club c’est comme quand on change d’entreprise. plaisir. R Arriver Ca prend un certain temps avant que les gars apprennent à se connaître il faut s’adapter et ce n’est pas automatique, mais après Qu’est-ce qui a fait dans ta formation que tu as pu Q progresser si rapidement? on prend sa place et ça va mieux. On est en train de développer une certaine complicité sur la glace, et c’est important pour produire du jeu offensivement. l’âge de 15 ans avec quelques autres Français, nous étions R Vers arrivés au sommet de notre formation dans l’hexagone. Il me que ça fait d’avoir son nom inscrit sur semblait plus difficile de progresser, car nous jouions constamment Q Qu’est-ce la feuille de match aux côtés de grands noms du face aux mêmes joueurs. Nous avons donc décidé de tenter l’aventure hockey (Jagr, Morrow...) à l’étranger. Pour ma part, j’ai eu beaucoup de chance que mes parents déménagent au Québec, car je n’ai pas été éloigné de ma famille. Et Bien sûr c’est le fun, mais je ne peux pas mettre ces gars sur un cela m’a permis de progresser dans de bonnes conditions. C’était sans R piédestal, car ce sont avant tout mes coéquipiers. Il faut savoir doute le déclic. garder les pieds sur terre. Après c’est super de les avoir dans notre équipe, car cela me permet d’apprendre beaucoup. Observer Jaomir la finale de la coupe de France de Q Récemment Jagr à l’entraînement est franchement très enrichissant. hockey s’est déroulée devant plus de 13 000 spectateurs ; penses-tu que le hockey va se développer Peux-tu nous faire l’autocritique de tes débuts dans en France? Q la grande ligue? R Je l’espère de tout cœur! La fédération fait un travail incroyable, Pour l’instant, j’ai joué 10 matchs (au 24/02/13). Dans mes 5 et développe un sport qui n’a pas forcément un appui médiatique R premiers matchs, c’était mes grands débuts, j’avais un peu de important en France. Ce n’est pas facile, mais on s’en va dans la bonne mal pour la finition, mais je me créais de bonnes occasions. Le coach direction. L’équipe de France a bien failli se qualifier pour les J.O. de a décidé de m’envoyer un message en me descendant au club-école Sotchi, preuve qu’on progresse deux matchs. Je suis revenu dans l’alignement par la suite. Les 5 autres rencontres, je les ai disputées au sein d’un autre trio plus offensif, et Roussel, que peut-on te souhaiter pour Q Antoine ça marchait mieux, je me faisais plus plaisir sur la glace. C’était aussi l’avenir? plus facile pour moi, car je travaillais devant le filet et j’amenais une présence physique. C’est un rôle qui me plaît bien. J’espère pouvoir R Pour le moment, je vois à court terme. Mon objectif est continuer ma progression dans ces conditions. Aujourd’hui je vis au jour avant tout de jouer le plus de matchs possible avec Dallas et le jour et j’essaye de devenir indispensable à l’équipe pour garder ma de marquer beaucoup. J’espère que nous participerons aux séries place. Je vais tout faire pour que mon travail paye. éliminatoires. Ce serait une bonne récompense pour nous tous. En tout cas, nous travaillons fort pour cela!

R

Badminton Les équipes féminines et masculines ont toutes les deux remporté leur championnat du Réseau du sport étudiant du Québec (RSEQ). En finale, elles ont battu les deux équipes de l’UQAM. Hockey féminin Les Hockeyeuses des Carabins remportent le premier championnat provincial (RSEQ) de leur histoire suite à une victoire durant le troisième match décisif sur le score de 2-1 dans une ambiance survoltée! Natation Les Carabins remportent 7 médailles lors des championnats de natation de Sport interuniversitaire canadien (SIC) à Calgary. Soccer intérieur féminin 11-11 Les Bleues subissent leurs deuxième revers dans cette compétition sur le score de 1-0 face à Mc Gill. Soccer intérieur masculin 11-11 Les carabins ont pris le meilleur sur l’académie de l’Impact en s’imposant 2-1. Volleyball féminin Les volleyeuses de l’UDEM vainqueurs du championnat provincial face à Sherbrooke, se sont fait sortir du championnat canadien en demi-finale de consolation devant les Verts et Or! Volleyball masculin A l’occasion du tournoi du championnat canadien, les Bleus ont perdus en demi-finale de consolation face aux Golden Bears de l’Alberta. Les Bleus sont passés tout près de remporter le championnat RSEQ mais se sont inclinés au cinquième set face aux Rouges et Or.

VOLUME 57, NUMÉRO 10 // 14 mars au 28 mars 2013 // 013


L’INTÉRÊT SPORTIF//

les carabins dans l’histoire En remportant clément vaillant l’ultime match de clement.vaillant@hec.ca la série face aux Martlets de McGill, les Carabins de l’UdeM s’offrent un premier trophée RSEQ (Réseau Sport Étude Québec) de leur jeune histoire. Grandiose. Voilà comment on pourrait résumer ce dimanche 3 mars. Pour cette ultime rencontre de la finale, la tension était palpable. Après s’être lourdement incliné lors du premier match sur la marque de 6-1, les Carabins avaient montré un nouveau visage au CEPSUM pour s’imposer 3-2 et revenir à égalité dans la série. La « belle » allait donc se jouer dans l’antre de Mc Gill. Conscient de l’importance du match, les partisans des Carabins étaient nombreux à faire le (court) déplacement. Si bien que les «  bleues  » évoluaient à domicile. Dans une ambiance rarement vue à Mc Connell, même pour les Red Men, les Carabins foulaient la glace pour l’histoire. Rien ne présageait de bon pour nos bleues qui semblaient sur le papier moins fortes que Martlets et leur armada offensif. Et pourtant... Sans surprise ce sont les Martlets qui prennent le contrôle de la rondelle en début de match. Dès la 3e minute de jeu, les locales obligent Rousseau-Sirois à s’employer pour geler une rondelle dangereuse. Le second tiers est plus propre défensivement pour les Carabins qui sortent plus rapidement les rondelles. Poussé par le public, les Carabins augmentent la cadence et le choc tant attendu peut avoir lieu. Josiane Legault débloque le compteur en avantage numérique pour les Bleues. Mais les Martlets égalisent dans la foulée par Joanne Cagianos. Dans ce match à tension, il faut finalement attendre la 16e minute de l’ultime période pour voir les Carabins reprendre la tête une bonne fois pour toutes. Josianne Legault signe un doublé et offre aux siens le but de la victoire. L’aréna Mc Connell toute vêtue de bleu est en liesse. Dans un match parfois crispant, les Carabins ont su déjouer McGill en pratiquant un jeu plus agressif. Alors que les Martlets étaient invaincus depuis le début de la saison régulière, ces deux victoires des Carabins en moins d’une semaine prouvent que la section hockey progresse. En seulement quatre années d’existence, le programme Carabins Hockey s’est qualifié à trois reprises au tournoi CIS. L’excellence sportive voulue par l’illustre Danielle Sauvageau est en passe de se réaliser à l’UdeM…

014 // 14 mars au 28 mars 2013 // VOLUME 57, NUMÉRO 10

LES PARIS SPORTIFS MENACENT-ils le sport?

marc jullien

marc.jullien@hec.ca Depuis longtemps, les gens parient sur le sport. Cela a notamment été le cas pour les courses de chevaux mais, depuis de nombreuses années maintenant, les sites de paris sportifs se multiplient et il est possible de parier sur une multitude de sports : Soccer, Hockey, Rugby, Football, Handball, Tennis…

S’il est complexe de corrompre un cheval, le risque moral existe en revanche pour les athlètes.

avoir découvert un gros problème pour l’intégrité du football en Europe ».

Plus inquiétant encore, certains sports jusqu’ici non atteints ont connu des dérives. En France et plus particulièrement à Montpellier, certains joueurs du club de handball, dont l’international français S’il est complexe de corrompre un cheval, Nikola Karabatic, ont été accusés d’avoir le risque moral existe en revanche pour les escroqué La Française des Jeux en pariant athlètes, d’autant plus lorsque l’on connait contre leur équipe à plusieurs reprises. La l’importance des sommes d’argent échangés dans les sports les mise totale aura été de 87.880 euros pour un gain de 252.880 euros. plus développés. Les paris sportifs posent-ils un problème? Corruption : un lourd passé Tout cela nous montre bien le danger que représente les paris Nous avons eu plusieurs exemples de matchs truqués notamment sportifs dans le sport. Cependant les matchs truqués et autres dans le football européen. L’Olympique de Marseille, par exemple, corruptions existaient déjà avant la création de sites de paris en a été rétrogradé en deuxième division suite à l’achat d’un match ligne et ce risque a toujours été plus important pour les sports les l’opposant en 1993 à Valenciennes. plus populaires faisant graviter des sommes d’argent colossales. Ces derniers ont d’ailleurs remportés une semaine plus tard la Ligue des Champions face au Milan AC et le championnat de France qui lui a cependant été logiquement retiré. Plus récemment, la Juventus a également été relégué en Série B et d’autres clubs italiens (Milan AC, Fiorentina et Lazio) ont reçu plusieurs points de pénalité et amendes pour des affaires de corruption concernant l’arbitrage.

Les paris en ligne ne sont qu’un outil de plus menaçant le sport mais les matchs arrangés avec des joueurs de l’équipe adverse, le club ou l’arbitre, les affaires de dopage ou autres mesquineries sportives ont toujours existé.

Europol a démantelé la « plus grande enquête de tous les temps sur des marchés truqués »

Les récentes découvertes Pour en revenir aux paris sportifs, Europol a démantelé la « plus grande enquête de tous les temps sur des matches truqués » en Février dernier. Basé en Asie, le réseau implique 425 personnes dans le milieu footballistique soupçonnés dans 380 matchs dont certains en coupe d’Europe. Ces soupçons existaient d’ailleurs depuis longtemps car certains matchs ont connus des taux anormaux de paris sportifs. Le directeur d’Europol, Rob Wainwright, a d’ailleurs déclaré que « Cette enquête a produit des résultats importants et nous pensons

Si des règlementations et sanctions sont nécessaires pour encadrer les paris et limiter les fraudes, ces dernières existeront toujours. Interdire les paris sportifs ne résoudrait donc pas réellement le problème. Les sanctions envers les joueurs, arbitres ou autres membres dans le milieu du football accusés devraient être et sont le plus souvent exemplaires ce qui limite au moins les tentations et assainit le sport…


T13-12980-JMSB-Ads- MSc-HEC-L’intérêt Size: 10 .4 in x 10.7 in

Insertion Date: March 6, 2013

CHEF DE PRODUIT CHEF DES COMMUNICATIONS EXTERNES CHEF DE PUBLICITÉ CHEF DU MARKETING POUR LES MÉDIAS SOCIAUX CHEF DE L’ANALYSE WEB ANALYSTE DE MARCHÉ CHEF DES VENTES SPÉCIALISÉES STRATÈGE EN RESSOURCES HUMAINES SPÉCIALISTE EN FORMATION RESPONSABLE DES RELATIONS AVEC LA CLIENTÈLE

Développez une EXPERTISE dans un domaine spécialisé des affaires. Offerte par l’École de gestion John-Molson de l’Université Concordia, la maîtrise ès sciences en administration prépare les étudiants de tous horizons à une carrière en : • Finance • Gestion • Marketing

Des séances d’information auront lieu : • lundi 4 mars 2013 à 17 h 30; et • lundi 25 mars 2013 à 17 h 30. Pour vous y inscrire ou pour en savoir plus, rendez-vous à johnmolson.concordia.ca/msc.


L’INTÉRÊT TECHNO//

LES CHRONIQUES DE LUDOS

L’e-sport, un sport olympique? shirley-anne pagé

page.shirleyanne@gmail.com

Qui aurait pu penser un jour que des jeux vidéo pourraient se transformer en véritable sport? Pour les non-connaisseurs, l’e-sport, soit sport électronique, est la pratique à haut niveau d’un jeu vidéo multijoueurs sur internet ou en réseau local.

Ceux-ci sont maintenant considérés au même titre que les sports dits traditionnels. Étonnant, diriez-vous? Effectivement, il est difficile de penser que des joueurs deviennent professionnels en jouant à des jeux du monde vidéoludique, mais c’est pourtant une révolution présente dans le monde des sports. Avec des règles précises et des stratégies d’équipes, au même titre que les sports traditionnels, plusieurs jeux tels que Counter Strike, Starcraft et League of Legends permettent la création de tournois e-sport, et ce, à l’échelle planétaire. Il est maintenant à se demander si l’on se doit de penser à l’éventualité de voir grossir ce marché, et même de considérer son entrée aux Jeux olympiques.

ce, grâce à sa jouabilité, qui a permis de l’amener au statut d’esport. C’est sans l’ombre d’un doute devenu une des compétitions des plus prestigieuses d’e-sport regardées au monde. En effet, les finales de la deuxième saison de League of Legends ont attiré plus de 8,2 millions de spectateurs. Ces spectateurs ont assisté, en direct ou en streaming (sur internet), à cette compétition qui regroupait douze équipes qui se sont elles-mêmes qualifiées lors de tournois régionaux. L’ambiance des fans nous rappelait alors celle des finales de football américaines du Super Bowl. De plus, les prix offerts aux gagnants sont aussi faramineux que la plupart des compétitions sportives ; l’équipe gagnante est repartie avec 1 million de dollars.

C’est évidemment ce que croit Brandon Beck, le cocréateur de Riot Games, père du jeu League of Legends. Ce jeu de stratégie, permettant un affrontement de cinq joueurs contre cinq en ligne, a vu une croissance extrêmement rapide en seulement deux ans, et

Un fait encore plus surprenant, les sports électroniques sont devenus pour les professionnels du jeu (pro-gamers) un métier à part entière. D’un point de vue marketing, cet évènement donne encore plus de crédibilité et de notoriété à l’entreprise Riots Games et à son jeu.

LES TROLLS À BREVET La guerre aux droits dans l’industrie des jeux vidéo

Indispensable dans de nombreuses marc-antoine.vincent@hec.ca i n d u s t r i e s innovantes, le brevet est un droit légal exclusif octroyé à un inventeur pour lui assurer le contrôle de la production et de la distribution d’une invention. Réalisé avec brio, celui-ci peut Bien que ce soit légal, il est inacceptable de voir des même aller jusqu’à protéger une idée ou un entreprises se faire de l’argent en menant des poursuites judiciaires contre des start-ups alors qu’elles pourraient concept. marc-antoine vincent

L’univers du jeu vidéo n’échappe pas à cette logique. En effet, cette industrie hautement créative est une arène où l’acquisition de parts de marché est devenue un combat quasi sanglant. Bien que l’arme la plus répandue soit encore la créativité des acteurs de l’industrie, une entreprise menace aujourd’hui cette saine compétition : Lodsys. Cette dernière demande aux développeurs d’applications de payer une redevance pour l’exploitation de ses droits de monétisation à l’intérieur d’une application. Ces brevets peuvent être utilisés par exemple pour débloquer la version complète d’un logiciel à partir de la version gratuite. 016 // 14 mars au 28 mars 2013 // VOLUME 57, NUMÉRO 10

être menées contre les gros joueurs comme Apple ou Google.

La protection de la propriété intellectuelle est bien difficile au sein d’une jeune entreprise. C’est donc décourageant de voir des compagnies comme Lodsys profiter du travail des autres pour faire du profit. Bien qu’il s’agisse aussi d’un travail sur leurs images de marque, les géants Apple et Google sont entrés dans le conflit pour montrer leur soutien aux développeurs.

Il est alors évident que Riot veut permettre l’accroissement de ce marché et en devenir le leader mondial. Il mise ainsi sur la popularité de leurs évènements e-sports pour être les précurseurs afin que l’esport soit considéré comme un véritable sport. Voilà une opportunité d’affaire incroyable direz-vous! En effet, Riot Games n’a pas chômé en ce qui concerne le développement de ce projet. Pour la diffusion de leurs tournois en Amérique du Nord, Riot Games est en train de lancer un studio de télévision où tous les affrontements réguliers de la saison seront filmés et diffusés. C’est pourquoi Brandon Beck, cofondateur de Riot Games, croit fermement que l’e-sport sera une discipline olympique de son temps. Les prochaines années nous diront alors si Beck aura réussi son pari, soit de promouvoir ce sport révolutionnaire afin que nous puissions vivre cet évènement hors de l’ordinaire : l’e-sport aux Jeux olympiques!


L’INTÉRÊT DÉVELOPPEMENT DURABLE//

La maison du futur : le Earthship maryne drouet

maryne.drouet@hec.ca Toi, Homo Sapiens Sapiens, « homme qui pense ». Toi, qui vis sur une planète que tu pollues. Toi, qui consommes toujours plus. (Pour ton bonheur?) Toi, arrête ta course effrénée et lis. Ceci n’est pas un conte de fées, c’est une belle histoire. C’est le récit d’un homme, il y a de cela quelques années, qui a mis son idée folle en exécution : repenser l’habitat. Rebâtir des logements sans impact néfaste sur l’environnement. Comment? En réunissant plusieurs techniques  : permaculture, aquaponie, recyclage des déchets, chauffage solaire, masse thermique de réchauffement, purification des eaux par les plantes, et bien d’autres. Impossible? En réalité : c’est vrai. Cet homme se nomme Mickael Reynolds et il a effectué 40 années de recherche et développement en construction autosuffisante fabriquée en matériaux recyclés. Son concept d’habitat permet d’éviter toutes factures d’eau et d’électricité! Et cela passe par une optimisation de l’utilisation des éléments naturels.

La décroissance soutenable, alternative vers un monde plus équitable? En opposition au mouvement du développement durable, considéré par certains comme un oxymore, la « décroissance junie muyle soutenable  » est un phénomène encore peu connu et junie.muyle@hec.ca souvent tabou dans les écoles de gestion. Elle est mise de l’avant par de nombreux chercheurs contemporains, qu’ils soient scientifiques, sociologues ou économistes, comme une alternative durable à notre système économique actuel. Yves-Marie Abraham, professeur — chercheur à HEC Montréal et spécialiste du domaine, présente la décroissance soutenable comme une « solution aux crises sociales, politiques, écologiques, économiques et symboliques que connaissent nos sociétés ». En ce sens, l’idée suggère que nos sociétés devraient arrêter de poursuivre une croissance économique illimitée si l’on ne veut pas courir à notre perte. Les « décroissantistes » tirent une sonnette d’alarme : ils nous demandent de nous interroger sur le bien-fondé de notre système économique et sur ses conséquences sociales et environnementales sur la planète. Cependant, comme l’explique YvesMarie Abraham dans ses travaux, le terme soutenable suggère un mouvement volontaire (non subi) et durable, tout en douceur. Plutôt que de rompre violemment avec notre système « croissantiste », ce qui serait de toute façon utopiste, pour le professeur Abraham il s’agit plutôt d’anticiper le choc d’une récession certaine… Vous voulez comprendre le phénomène de la décroissance ou vous la connaissez déjà, mais vous avez des questions qui vous trottent dans la tête? Venez écouter Yves-Marie Abraham lors d’une conférence qui se tiendra à HEC dans le cadre du Forum Alternatives Monde Équitable organisé par HumaniTERRE du 25 au 28 mars. Infos et réservations : forum.monde.equitable@gmail.com. Ou encore visitez notre page Facebook et site internet : www.groupe-humaniterre@hec.ca

Il est le créateur de l’« Earthship Biotecture  », un ensemble de concepts pour construire des maisons autonomes et écologiques. Mickael Reynolds, appelé aussi « l’homme poubelle » en référence au film ‘Garbage Warrior’ (2007), est parvenu à créer depuis 20 ans la première communauté basée sur ce principe, à Taos au NouveauMexique. Ses combats contre la législation du code de l’urbanisme sur place n’ont pas eu raison de lui, bien au contraire. Son idée a attiré bien des gens de par le monde, et une école a même été fondée. Les élèves y apprennent tous les principes nécessaires et la philosophie pour pouvoir construire un Earthship. L’équipe d’HumaniTERRE est fière de pouvoir accueillir Francis Gendron, un récent diplômé de l’école Biotecture Academy le 19 mars prochain à 19 h au salon Deloitte. Il discutera de la philosophie et de la science derrière le concept des Earthships ainsi que le potentiel des Serres Solaires Passives pour une véritable alimentation locale au Québec. Un événement à ne pas rater, et à suivre de près sur Facebook! Toi, Homo Sapiens Sapiens. Toi, écoute ce que disait A. Einstein : « On ne résout pas un problème avec la mentalité qui l’a créée ». Toi, pense. As-tu envie de changer le monde?

VOLUME 57, NUMÉRO 10 // 14 mars au 28 mars 2013 // 017


L’INTÉRÊT DÉVELOPPEMENT DURABLE// hervé mensah

herve.mensah@hec.ca

Bourse du carbone et hec Montréal?

De nos jours et partout dans le monde, l’environnement prend une place de plus en plus importante dans l’économie, la société et même la politique. En effet depuis quelques années, différents articles, rapports ou livres nous ont confirmé l’ampleur des gaz à effets de serre sur notre planète. Alors, la question n’est plus de savoir à quel point les gaz à effet de serre influencent notre monde, mais bien quelles sont les solutions à adopter pour stopper ce phénomène qui est pour le moins de grande ampleur.

Dans la même lignée, le 1er janvier 2013 entrait en vigueur un nouveau marché du carbone nord-américain touchant ainsi plus de 75 entreprises telles qu’Hydro-Québec, Alcan, compagnies minières et d’autres alumineries. Le Québec et la Californie ont été les deux premiers grands partisans de ce nouveau système. Le marché du carbone se trouve être l’outil central de la politique climatique de l’Union européenne, et selon les dires de Connie Hedegaard, commissaire européenne chargée du Climat : « C’est l’outil le plus efficace au moindre coût de la politique climatique de l’Union européenne ». Mais une question se pose ici : comment se passe réellement le déroulement d’un tel marché? Quels sont les entreprises, les pays ou les ONG susceptibles de se retrouver à cette table pour des heures de discussion et de négociations? Une réponse à cette question nous est apportée par le Groupe HumaniTERRE avec le projet « HEC Carbon Exchange »

Ce qui nous amène à définir un outil politique et boursier émergeant, Qu’est-ce que le « HEC Carbon Exchange »? qui semble être une solution puissante et reconnue internationale- Ce projet proposé par le Groupe HumaniTERRE consiste à la négociation directe d’un accord global sur les émissions de gaz à effet ment : le marché du carbone. de serre et donc à la mise en place d’un marché de crédits de carbone. Le marché du carbone, qu’est-ce que c’est? Le marché du carbone est un marché où s’effectuent des négociations et des échanges sur les droits d’émissions de gaz à effet de Les participants auront pour but d’incarner de grandes firmes, des serre entre différents acteurs (des entreprises, des pays, des ONG) pays ou même des ONG afin de faire valoir leurs droits. L’évèneafin de pouvoir atteindre les objectifs économiques et financiers de ment se déroulera le vendredi 15 mars 2013. chacun tout en incluant une dimension environnementale dans leurs actions. Cela a pour but précis de réduire les gaz à effet de serre Cette simulation a pour but principal de conscientiser les produits par les différents acteurs et cela, en instaurant des quotas étudiants sur l’importance d’un marché climatique et d’en et des crédits de carbone qui se doivent d’être respectés. Ce marché faire connaître le fonctionnement et les enjeux. Cet qui s’annonce pour le moins, fleurissant à un niveau international, évènement est une belle occasion pour se familiariest d’un enjeu colossal en ce qui concerne les moyens qui seront ser avec un concept qui sera central dans les mis en place par les entreprises pour mener à bien leurs intérêts. En prochaines années. effet, en installant de telles normes, les entreprises orienteront leurs utilisations d’énergie et leurs recherches en matière de technologie Inscrivez-vous dès maintenant vers une dimension plus économe, plus renouvelable, plus verte que sur le site www.groupe-huce que nous avons eu l’occasion de voir depuis des années. maniterre.com ou encore suivez l’événement Quelques faits notables concernant le marché sur la page Facebook du carbone du Groupe HumaniEn décembre 2011, le Québec a démontré une forte volonté d’action TERRE. pour cet outil politique en adoptant de nouvelles réglementations et de nouveaux défis. Nous relevons par la même occasion le noble objectif proposé pour 2020 : réduire ses émissions de GES de 20 % sous le niveau de 1990.

018 // 14 mars au 28 mars 2013 // VOLUME 57, NUMÉRO 10

jonathan darrieu

jonathan.darrieu@hec.ca

ces petits objets

qui prennent Nous avons tous quelque part une tant d’espace boîte ou un tiroir contenant nos vieux téléphones, câbles, piles, calculatrices ou écouteurs. Chers étudiants, il est maintenant l’heure de faire le ménage! Vous avez surement eu l’occasion de le remarquer ; deux nouveaux arrivants ont fait leur apparition aux entrées Louis-Colin et Decelles. Après les poubelles et les stations de recyclages traditionnelles, ces gros bacs blancs sont maintenant là pour récupérer vos déchets électroniques. La plupart des étudiant(e)s savent désormais qu’il ne faut pas jeter piles, cartouches d’imprimantes et autres appareils électroniques, car les métaux qu’ils contiennent peuvent non seulement être réutilisés, mais surtout parce qu’ils contaminent les sols dans lesquels ils sont enfouis. Par contre, peu se donnent la peine de les amener à leur éco-quartier. Bonne nouvelle pour vous, vous pouvez maintenant les déposer dans ces bacs à tout moment! La liste des objets électroniques récupérables est longue (de la souris au fer à cheveux), et je vous laisse la consulter sur le site http://www.electrobac.com/. Soyez assuré(e)s que toutes les données contenues sur vos appareils seront définitivement effacées. Pour ce qui est des ordinateurs, vous pouvez toujours les disposer à la COOP électronique du HEC. Électrobac est une initiative d’un diplômé du HEC, Philip Bénard, qui a remporté plusieurs distinctions pour son projet entrepreneurial. En moins de deux ans, il a réussi à implanter une douzaine d’Électrobacs au Québec et à récupérer près de 1400 kg d’électroniques. Rien n’est jeté à la poubelle  ; les appareils qui peuvent l’être sont remis en état et les autres sont démontés pour en recycler les composants par la firme Geep Ecosys. Je profite de l’occasion pour vous inviter à la deuxième édition de la semaine des déchets électroniques au HEC, organisée par Human i - TERRE, où vous pourrez en apprendre davantage sur le sujet. Du 11 au 14 mars prochain, différentes activités auront lieu pour souligner l’évènement : visites, conférences, ateliers et concours! Les détails sont à venir, tenez-vous au courant sur le site Internet du groupe (http://www.groupe-humaniterre.com/) ou sur notre page Facebook. D’ici là, n’hésitez pas à vous approcher des nouveaux bacs pour les découvrir et faire de la place dans vos tiroirs!


L’INTÉRÊT INTERNATIONAL// audrey taillefer

audrey.taillefer@hec.ca

L’épopée d’une (petite) canadienne en suède

Me voilà, du haut de mes 1,73 m (5’8’’), au milieu d’une foule de blonds aux yeux bleus me dépassant d’une tête ou deux. Une langue qui n’est pas du chinois ne manque pas de me mystifier devant les allées du supermarché. Göteborg, Suède : voilà où commence mon aventure. Je me souviens avoir cliqué sur cette fameuse demande de Passeport pour le monde, d’obtenir le pays qui m’intriguait tant et de prendre l’avion pour me retrouver au nord du globe. Puis, le 26 août 2012, je rencontre à l’aéroport une Suédoise charmante qui me donne beaucoup trop d’informations pour les 28 heures que je viens de passer éveillée. Je me retrouve dans ma résidence de la rue Birger Jarlsgatan (non, ça ne se prononce pas comme vous venez de l’essayer) et, six mois plus tard, je ne réalise pas encore à quel point cette expérience fut marquante. Des amis en or D’abord, les Suédois portent bien leur réputation de peuple « froid », bien qu’ils soient très aimables et aidants. Ne les approchez pas trop vite, ils n’ont pas coutume de se donner la bise. J’ai d’ailleurs eu l’honneur de poser les lèvres sur les joues vierges de deux Finnois et un suédois assez déstabilisé merci! Malgré cette distance implicite entre les gens, il m’a été donné de rencontrer une Suédoise au cœur d’or qui m’a cuisiné des plats typiques à s’en lécher les doigts. Puis j’ai rencontré d’autres étudiants étrangers, des Allemands fêtards, des Italiens sympathiques, des Françaises hilarantes et des Autrichiens très attachants.

J’ai assisté au début de la 3e Guerre mondiale Du point de vue académique, j’ai connu de beaux défis. D’abord, mon cas nécessitait que je suive des cours de maîtrise au lieu de cours de baccalauréat. L’université de Göteborg enseigne sur la base d’articles scientifiques et la structure de cours était très différente de ce que nous avons à Montréal. Mes premiers et deuxièmes cours ont respectivement duré un mois. Quatre semaines pour assimiler un cours de maîtrise à l’aide d’articles scientifiques en anglais, bienvenue dans la réalité! Aussi effrayant que cela semble être, ce contexte m’a fait réaliser à quel point nous avons une capacité incroyable à nous adapter.

LA QUESTION maryse boulos

mayse.boulos@hec.ca

hec montréal

Au deuxième cours, c’était déjà devenu facile de cerner les difficultés. J’ai également eu la chance de comprendre pourquoi la France et l’Allemagne étaient si souvent en guerre! Bien naïve, j’ai fait partie d’une équipe de travail où deux Allemandes et deux Françaises parlaient de la même chose dans un langage… bien différent! Une lutte d’égo s’est lentement formée entre les deux clans pour finalement donner les rencontres d’équipe les plus explosives que je n’ai jamais vécues.

L’intérêt HEC MONTRÉAL

Ce cours m’avait d’ailleurs particulièrement donné du fil à retordre et je croyais y avoir donné beaucoup trop d’énergie pour ce que cela apportait, jusqu’à ce que je commence un cours au HEC avec un travail de terrain très exigeant et que je réalisai que tout mon travail avait déjà été fait dans ce fameux cours précédent. Malgré tout, j’ai énormément appris, autant sur les façons de faire des différents Nous avons développé une amitié comme j’en ai rarement vécu dans pays que des connaissances inestimables que j’ai acquises là-bas. ma vie. Avec eux, j’ai découvert de façon mémorable la Laponie, Oslo, Copenhague et Stockholm. Iacopo , mon ami italien, nous a même Now I understand invités à vivre dans sa famille durant une semaine, quel voyage! Une Partir quatre mois à l’étranger améliore définitivement notre niveau mamma italiana qui nous gave de bonnes pâtes en nous appelant d’anglais, encore plus particulièrement dans les pays dont la Bella, une famille aussi accueillante que monolingue Italienne, tutto première langue n’est pas l’anglais. Croyez-moi, comparé au suédois, bene! La beauté de l’histoire, c’est que Iacopo est présentement ici vous êtes rassurés de lire ou d’entendre de l’anglais autour de vous! à Montréal à compléter son deuxième trimestre d’étude à l’étranger. C’est la langue commune à tous les étudiants étrangers qui ne En plus de l’aider à s’installer et de se remémorer notre voyage, j’ai manquent pas de rire de votre accent et de vous apprendre quelques la chance de découvrir Montréal à travers ses yeux. Au mois de mai, expressions dans leur propre langue. J’ai personnellement vu une je retournerai sur le vieux continent avec Campus International et je très grande différence dans mes habiletés linguistiques en comparant compte bien profiter de l’occasion pour tous les revoir! deux expériences d’entrevue d’embauche. Il y a un an, j’ai balbutié, confuse, quelques mots incompréhensibles sur l’actualité alors que la semaine dernière, j’ai réussi à résoudre un cas en anglais de 30 minutes sans grande difficulté pour un stage d’été. Aujourd’hui, la tête pleine de souvenirs et de projets, je vous dis de tenter votre chance pour Passeport pour le monde. Sortez de votre zone de confort, découvrez, rencontrez et appréciez la différence. Vous n’en reviendrez que plus solide.

L’INTÉRÊT - HEC MONTRÉAL « Envoyez nous votre réponse sur la page Facebook du journal, les meilleures seront publiées! » VOLUME 57, NUMÉRO 10 // 14 mars au 28 mars 2013 // 019


METTEZ VOS ÉTUDES À PROFIT Étudiants de HEC Montréal, nous vous offrons un programme financier avec des avantages dont vous n’avez même pas idée.

1

Passez nous voir au 5355, chemin de la Côte-des-Neiges (514 340-9550) et vous verrez.

bnc.ca/etudiantshec 1 Le programme financier s’adresse aux étudiants à temps plein de niveau universitaire en comptabilité, en sciences comptables, en droit ou en droit notarial et aux étudiants de HEC Montréal qui sont citoyens canadiens ou résidents permanents du Canada. Pour se prévaloir du programme, l’étudiant doit fournir une attestation d’études.

Financement des universites & frais de scholarite  

L'Interet, journal des etudiants de HEC Montreal