Page 1

TOUT SCHUSS VERS LES PYRÉNÉES! et même fanas de luge. C'est l'occasion également de redécouvrir la pleine nature au cours de balades à pied, en raquettes ou en traîneau. Les Pyrénées réservent une montagne d'activités. Page 12

© GUILLAUME BONNAUD

Artouste, La Pierre-Saint-Martin, Gourette, Iraty, Issarbe et le Somport ! Toutes les glisses se pratiquent dans les stations de sports d’hiver d’Aquitaine pour tous les passionnés de montagne : snowboardeurs, skieurs débutants et chevronnés, ou encore randonneurs

© GUILLAUME BONNAUD

N° 39 _ DÉCEMBRE 2010 & JANVIER 2011 _ LE JOURNAL D’INFORMATION DU CONSEIL RÉGIONAL D’AQUITAINE

*Mise en service prévue pour le 17 décembre.

DOSSIER A65.L’Aquitaine voit s’ouvrir enfin l’autoroute A65 qui met Bordeaux et Pau à deux heures en voiture. Soit une heure de moins, en toute sécurité. La construction de cette autoroute a réclamé un long temps d’études et de tergiversation, mais s’est finalement réalisée en un chantier assez court,

prenant entièrement en compte les compensations environnementales. Une réalisation voulue et défendue par le conseil régional et les collectivités d’Aquitaine. Cohésion, équilibre et développement du territoire aquitain. C’est ce que présente ce dossier. Pages 3 à 7

MEILLEURS VŒUX 2011 À TOUS LES AQUITAINS !


2 SOMMAIRE

LA LETTRE AUX AQUITAINS

À LA UNE PAGE 2 À 7

Alain Rousset, président du conseil régional d’Aquitaine

L’A65 INAUGURÉE DOSSIER AUTOROUTE A65 BORDEAUX-PAU Désenclaver les bassins d’emplois Bordeaux-Pau en moins de 2 heures • Protéger l’environnement, un défi majeur • Des ouvrages d’art de grande ampleur • Redécouvrir de nombreuses destinations touristiques • Plus de sécurité, plus de confort • Un tracé qui rapproche les Aquitains • L’A65 en chiffres

L’A65 favorise le développement de l’emploi • Cinq Aquitains témoignent sur le désenclavement de la Région

Constructions A65 : pour la protection des espèces Une infrastructure au service des territoires • Questions à Bernard Uthurry, vice-président en charge des infrastructures et des transports

La Région investit aussi et surtout dans le ferroviaire ACTUALITÉS PAGES 8 À 11

EN DIRECT DU CONSEIL RÉGIONAL • LGV Actu Un service régional à grande vitesse • Musiques actuelles en Aquitaine : un réseau foisonnant • Websérie à la cité des Aubiers : vous allez être addict ! • PolymerExpert a dix ans • Analysez la consommation énergétique de votre logement • Bravo à Lalou Roucayrol, deuxième de la Route du Rhum! • Banque numérique du savoir aquitain • L’Aquitaine s’engage aux côtés de Yann Arthus-Bertrand • Recherche : le Neurocampus avance • Environnement : des abeilles sur le toit

LA PAROLE AUX ÉLUS BIEN VIVRE PAGES 12 À 15

DÉCOUVERTE Les Pyrénées : une montagne d’activités ! • Raquettes, ski de randonnée, réveillon dans un igloo, balade en traîneau à chiens, VTT sur neige, bivouac dans une cabane…

Béarn-Pays basque : six stations pour vous faire plaisir Gastronomie : tourtière tout court

LANGUES RÉGIONALES • Mende erdia euskal pedagogia sustatzen • La poësia de Manciet en çò de Gallimard

© ALBAN GILBERT

La Région en première ligne

CHOISIR Être responsable politique, c’est avoir été élu sur un programme où des choix et des décisions sont annoncés. C’est écouter, se concerter, accepter d’évoluer. Puis la décision prise, expliquer et assumer ses choix. En reprenant en 1998 le dossier de la réalisation de la déviation autoroutière d’Aire-sur-l’Adour et en la faisant partager, la Région Aquitaine a permis que soit franchi un pas considérable dans la possibilité de la négociation par l’État d’une délégation de service public de construction et d’exploitation de l’itinéraire autoroutier dans sa totalité. Le débat public a été et reste vif. Aux récriminations et craintes des uns et des autres répond trop souvent seulement « le silence d’en haut » et qui aurait, de ce fait, toujours raison. Ce n’était pas mon choix. Pour la sécurité, pour le gain de temps, pour la cohésion territoriale, pour l’emploi : pour tout cela, l’A65 était nécessaire. En rapprochant le nord et le sud de l’Aquitaine, elle est le gage d’un aménagement plus équilibré du territoire. Elle contribue par ailleurs au développement économique : on sait que les trois fonctions clés qui permettent l’installation ou le maintien d’une entreprise sont désormais les disponibilités en infrastructures de transport, l’offre de services numériques performants et le niveau et les instruments de qualification des hommes. Avec la Ligne à grande vitesse, avec le Plan rail pour la régénération de tout le réseau ferroviaire, l’A65 est le vecteur indispensable au désenclavement des territoires les plus éloignés de l’emploi et des voies de communication.

Notre région était vraiment en retard. Pouvions-nous, au motif d’incertitudes énergétiques et d’impact environnemental, renoncer à mettre tout simplement à niveau un pan entier de notre espace ? Dans toute la mesure du possible, nous avons veillé à ce que l’impact écologique soit maîtrisé de la meilleure des manières, la moins mauvaise diront d’autres. Compensé également, avec la création d’un fonds carbone, dédié notamment à la reforestation du massif aquitain. La question de la sécurité était de surcroît essentielle. Je me souviens de ces figures de bois, noires et marquées d’une tache de sang, qui nous ont signalé pendant des années les lieux d’accidents mortels en Gironde : elles étaient nombreuses à la sortie de Langon, à Bazas, à Captieux. Je vois aussi souvent, désormais, ces petits mausolées de fleurs qui signalent au bord de la « nationale » le recueillement douloureux d’une famille ou d’amis sur ces lieux de drame routier. Je me dis alors que le prix d’une vie humaine n’a précisément pas de prix, en tout cas selon mes valeurs. J’ai parfaitement conscience de la fragilité historique de nos décisions : fallait-il ouvrir la porte d’Aliénor quand notre terre tout entière est malade de son environnement et de ses modes de vie ? Je nous invite et je m’invite à essayer de faire, avec les Aquitains, les pas les plus justes possible vers le futur. Ne soyons pas Cassandre, mais adaptons nos méthodes, faisons évoluer nos choix. Cela dit, l’homme n’est jamais resté immobile au bord de la route. Il voudra toujours « aller ailleurs », plus loin, plus haut, demain comme aujourd’hui. C’est la grandeur risquée de notre identité humaine, de notre espèce. Avancer.

L’ Aquitaine, le journal d’information du conseil régional d’Aquitaine. Hôtel de Région, direction de la communication. 14, rue François-de-Sourdis 33000 Bordeaux – Tél. : 05 57 57 80 00. Directeur de la publication : Alain Rousset. Co-directeur de la publication : Philippe Buisson – Directeur de la communication : Jean-Pierre Miffurc – Rédactrice en chef : Mathilde Pradier – Responsable d’édition : Sébastien Blanquet-Rivière – Rédaction : Karine Lesfauries, Benjamin Barets, Eneko Bidegain, Martial Peyrouny , Delphine Nugère, Delphine Ortholan – Conception graphique et réalisation : A noir, www.agence@anoir.fr – Photo une : Guillaume Bonnaud – Photographes : Guillaume Bonnaud, Alban Gilbert, Hervé Lefebvre, Paul Robin, Jean-Pierre Bost – Impression : Didier Mary – N°ISSN : 1634-2917. Journal imprimé sur du papier 57 g recyclé fabriqué à partir de pâte blanchie sans chlore issu de forêts gérées durablement. L’usine de Marysur-Marne est certifiée : IMPRIM’VERT et ISO 9001-2000.

_ d é c e mbre 2010 & janvier 2011 _ n°39


À LA UNE

3

AMÉNAGEMENT Autoroute Bordeaux-Pau

LA RÉGION EN PREMIÈRE LIGNE imaginer les grands travaux structurants du territoire aquitain.

L’Aquitaine rééquilibrée L’autoroute donne à notre territoire l’axe structurant qui lui manquait. Traversant l’Aquitaine du nord au sud, elle constitue une voie de communication plus sûre et plus rapide entre Bordeaux, Mont-deMarsan et Pau d’une part, entre l’est de l’Aquitaine et les Pyrénées-Atlantiques d’autre part. Sur la totalité de l’itinéraire, le gain de temps est estimé à près d’une heure.

Des emplois préservés L’A65 va permettre de maintenir une dynamique de l’emploi dans les territoires. Elle consolide notamment les grands pôles industriels régionaux, à l’instar de la filière aéronautique, qui compte de grands groupes et de nombreux sous-traitants dans le Béarn, les Landes et en Gironde. Elle va également favoriser l’implantation de zones d’activité à proximité des échangeurs, tels que Roquefort, Mont-de-Marsan ou Thèze. Selon une étude de la chambre de commerce et d’industrie Pau-Béarn, les retombées économiques locales de l’A65 sont estimées à 120 M€ par an.

© GUILLAUME BONNAUD

D

ouze années d’études, de concertation, puis de travaux auront présidé à la naissance de l’A65. La déviation d’Aire-surl’Adour était l’étape indispensable à la réalisation de l’A65 : prévue au contrat de plan État-Région (CPER) 1994-1998, elle est finalement abandonnée en 1996. En 1998, Alain Rousset, nouvellement élu à la tête du conseil régional, rassemble les présidents des cinq conseils généraux d’Aquitaine pour demander au gouvernement de Lionel Jospin la réinscription au contrat de plan des études sur la déviation. La même année, le conseil régional programme un milliard de francs au budget, en préfinancement de l’autoroute. Après des mois d’interventions répétées de la part de la Région Aquitaine, les travaux de la déviation sont finalement inscrits aux schémas de services collectifs de transport et au CPER 2000-2006. Déclarée d’utilité publique fin 2001, la déviation, dont les travaux commencent fin 2002, constitue la première phase de l’aménagement de l’A65. La Région y investit 13,75 M€, soit 25 % du coût total. Il s’agit là d’un changement significatif des relations entre l’État et la Région puisque dorénavant le conseil régional n’attend plus l’impulsion de l’État pour

Compensations environnementales Au titre de la préservation de la biodiversité, la Région Aquitaine a insisté auprès du concessionnaire A’Liénor pour que soient mises en œuvre des mesures destinées à compenser et diminuer l’impact de l’A65 sur la faune et la flore. Ces

mesures ont consisté notamment en la construction de viaducs pour éviter des milieux sensibles, l’aménagement de couloirs pour le passage d’espèces protégées, ou encore la restauration de sites de reproduction et d’habitats de chasse. ■

DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE Entreprises

DÉSENCLAVER LES BASSINS D’EMPLOIS

© GUILLAUME BONNAUD

L

À Aire-sur-l’Adour, Potez Aéronautique, une PME spécialisée dans la sous-traitance aéronautique.

a première condition d’attrac tivité d’un territoire est son accessibilité. Avec l’autoroute A65 des villes comme Bazas, Aire-surl’Adour, Captieux ou Roquefort vont pouvoir se développer et permettre aux Aquitains de travailler à proximité de leur domicile. Car renforcer le dynamisme de ces territoires, c’est désenclaver les bassins d’emplois. Tout au long du tracé, plusieurs entreprises ont fait le choix d’investir massivement à proximité de l’A65 : • À Bazas, Sobomeca, une société soutenue à hauteur de 300 000 € par le conseil régional sur un investissement global de 1,5 M€, et spécialisée dans la découpe, le pliage, ainsi que la chaudronnerie va, grâce à l’A65, se rapprocher de ses donneurs d’ordres et sous-traitants et ainsi gagner en compétitivité. • À Captieux, un Écopole axé autour des métiers du développement durable est à

l’étude. De plus, sur l’aire d’autoroute, 28 emplois vont être créés pour promouvoir les produits du terroir aquitain ainsi que le parc régional des Landes de Gascogne. • À Roquefort, les industries du bois vont profiter de l’échangeur autoroutier pour développer leurs activités et plus précisément la scierie Labadie spécialisée dans la réalisation d’abris de jardin, d’auvents ou encore de charpentes en pin des Landes, va gagner en visibilité et ainsi prospecter de nouveaux marchés, notamment en Espagne. • À Aire-sur-l’Adour, Potez Aéronautique, une PME de 250 salariés spécialisée dans la sous-traitance aéronautique va profiter de cette nouvelle autoroute pour se rapprocher de ses donneurs d’ordres que sont Dassault Aviation, Airbus, Eurocopter, Safran, tous basés à Pau, Toulouse et Bordeaux. • Au Bassin de Lacq, dont la conversion dans la chimie fine est en cours. ■

_ d é c e m b re 2010 & jan vi e r 2011 _ n ° 39


4 À LA UNE LE TRACÉ DE L’A65

BORDEAUX-PAU EN MOINS ÉVÉNEMENT La mise en service de l’A65, c’est la promesse réussie d’une liaison rapide et sûre entre Bordeaux et Pau

qui tient compte des enjeux de sécurité, environnementaux et des grands équilibres économiques du territoire. Durant la construction de l’ouvrage, le conseil régional et l’État ont été attentifs à la protection de la biodiversité des zones traversées.

A’Liénor s’est engagé, à travers la signature d’une charte, à préserver la qualité et le cadre de vie des territoires traversés. Pour cela, des aménagements et des solutions techniques ont été réalisés en concertation avec le conseil régional : • Création de viaducs « écologiques » afin de protéger les espèces menacées, 350 au total, avec l’adaptation des ouvrages à la problématique de la petite faune semi-aquatique telle que le vison et la loutre d’Europe.

• Financement et suivi d’un programme de restauration du vison d’Europe en Aquitaine (voir page 7). • Réalisation d’un inventaire de l’ensemble des espèces animales et végétales et de leur habitat naturel. • Mise en œuvre de la démarche « 1 % paysage et développement » destinée à favoriser la bonne insertion de l’autoroute dans le paysage environnant et le développement économique des territoires traversés.

© PASCAL LE DOARÉ

PROTÉGER L’ENVIRONNEMENT, UN DÉFI MAJEUR

DES OUVRAGES D’ART DE GRANDE AMPLEUR

© BERTRAND CLÉMENT

La construction de l’A65 a permis de réaliser des travaux de grande ampleur pour limiter l’impact de l’ouvrage dans son environnement naturel, économique, et social. • La réalisation de 162 ouvrages d’art, dont 15 viaducs avec en particulier le viaduc du Gabas, le plus grand de tous les ouvrages d’art que comporte l’A65 avec un tablier unique de 21,50 mètres de large et 444 mètres de longueur sur une pente à 6%. Il comporte 6 piles dont la plus haute culmine à 26 mètres.

• La construction de la déviation d’Airesur-l’Adour financée dans le cadre d’un contrat État-Région-département des Landes. Elle a été mise en service en juillet 2009, et le concessionnaire A’Liénor s’est engagé à en assurer la gratuité pour tout le trafic local. • L’installation de protections phoniques avec la réalisation de buttes de terre paysagées adaptées afin de réduire l’impact visuel et sonore pour les habitations voisines.

L’A65, UN TRACÉ QUI RAPPROCHE LES AQUITAINS Échangeur

Périgueux Brive

Agen Montauban Toulouse

Diffuseur Aire de repos

Échangeur A65/A62

Aire de service XX km

Distance entre 2 diffuseurs

LANGON

10,8 km

Diffuseur de Captieux Diffuseur de Roquefort

BA ZA S

19,2 km Diffuseur de Bazas o

© IDÉ

A63

_ d é c e m bre 2010 & janvier 2011 _ n° 39

29,9 km Viaduc des Neuf Fontaines (Bostens)

A62

A10

BO RDE AUX

A65

nne

Ga

r

La Rochelle Poitiers Tours Paris

C AP T IEU X

Arcachon Bayonne Saint-Sébastien

Parc naturel régional des Landes de Gascogne


LE TRACÉ DE L’A65 À LA UNE

DE 2 HEURES

L’A65 EN CHIFFRES

10

150 2 1 500 1,2

diffuseurs : Bazas, Captieux, Roquefort, le Caloy, Arbouts, Aire-sur- l'Adour Nord, Aire-sur- l'Adour Sud, Garlin, Thèze, Uzein.

REDÉCOUVRIR DE NOMBREUSES DESTINATIONS TOURISTIQUES Landes de Gascogne, on peut observer en janvier et février le spectacle des grues cendrées venues d’Europe du Nord. À découvrir également, plus au sud, en sortant à Roquefort, le Bas-Armagnac et ses magnifiques bastides. Encore plus au sud, à la sortie d’Aire-sur-l’Adour, les thermes d’Eugénie-les-Bains. Que l’on aille dans les Pyrénées ou que l’on en vienne, les occasions de balades n’ont jamais été aussi nombreuses.

ouvrages d’art dont 14 viaducs ont été construits.

échangeurs construits, un à Lescar avec l’A64 et un à Langon avec l’A62.

ouvriers ont travaillé sur le chantier.

milliard d’euros, c’est le montant de l’investissement.

PLUS DE SÉCURITÉ, PLUS DE CONFORT

Pic du Midi d’Ossau et lac d’Ayous.

projet. La société a été créée pour diriger le chantier et est détenue à 65% par Eiffage et à 35% par Sanef. A’Liénor s’est engagé pour cinquante-cinq ans à bien entretenir cette autoroute.

© NICOLAS LE LIEVRE

L’autoroute c’est le choix d’un itinéraire sécurisé et confortable, avec des aires de repos et de services aménagés, qui permettra de réduire de manière significative les risques de collisions qui ont endeuillé l’Aquitaine de 1998 à 2002 (325 accidents ont été dénombrés entraînant 48 tués et 141 blessés graves sur les itinéraires reliant Bordeaux à Pau). • Une liaison plus rapide avec un gain de temps attendu d’une heure, soit un temps de Bordeaux à Pau ramené à 1h54 contre 2h45 en 2003. • Une autoroute plus sûre, longue de 150 kilomètres qui comporte de nombreux équipements : - 4 aires de repos, 2 aires de service, 1 centre d’entretien et d’exploitation au Caloy, 2 points d’appuis à Thèze et à Captieux; - 10 diffuseurs et 2 échangeurs autoroutiers desservant 52 communes et 3 départements : Gironde, Landes, Pyrénées-Atlantiques. • Un concessionnaire, A’Liénor, dédié à un grand

© ALAIN BENOIT/BURDIN

La mise en service de l’A65 va d’abord offrir aux Aquitains un meilleur accès aux Pyrénées. Il est désormais plus simple d’aller skier à La-Pierre-Saint-Martin ou à Gourette. Et tout au long de l’année, le massif d’Ossau ou le cirque de Lescun seront propices aux randonnées improvisées. L’occasion également de découvrir le patrimoine de l’Aquitaine « intérieure ». Ainsi, en sortant à Captieux dans le parc naturel régional des

5

E Toulouse

N

S

Adour

O LA BASTIDED’ARMAGNAC AIRE- SURL'ADOUR

R O QUEFORT

VILLENEUVEDE-MARSAN

Demi diffuseur d'Aire-surl'Adour Sud

28,3 km 6,2 km

11,4 km

Viaduc du Gabas

10,8 km

EUGÉN IELES-BAINS

A64 Vallée d’Ossau

Diffuseur de Thèze Vallée V aallée lllllée lé dd’Aspe d’Asp Aspe pe pe

13,6 km Diffuseur de Garlin

THÈZE

20 km

Diffuseur Le Caloy

Centre d'entretien Gendarmerie

MONT-DE-MARSAN

LARUNS

PAU

LA PIERRESAINTMARTIN

Échangeur A65/A64

Diffuseur d'Aire-surl'Adour Nord

OLORONSAINTEMARIE

ORTHEZ

Bayonne Saint-Sébastien

_ d é c e m b re 2010 & jan vi e r 2011 _ n ° 39


6 À LA UNE L’A65 ET LE DÉVELOPPEMENT TERRITORIAL

PLUS « POUR ALLERZAS. » À BA RAPIDEMENT

« BONNE NOUVELLE POUR MONTDE-MARSAN.»

Arnaud Barde

R AMISE UE. » N Y D VA TIQ « L’A65VITÉ TOURIS bier L’ACTI no ique Cam

Vér

« L’A ENFIN XE NORD-SU COMP ÉTITIF. D »

Jean-Cla ude Ganza

OTO © PH

/ JE STAGO S : MU

R OST/D RRE B AN-PIE

Thierry Blandinières

LES AQUITAINS ONT LA PAROLE

« AU NOR DE RÉELL D DE PAU DE DÉVEL ES PERSPECTIVES OPPEMEN T. »

L’A65 FAVORISE LE DÉVELOPPEMENT DE L’EMPLOI David Habib

Avec de nouvelles créations d'entreprises, la fixation des emplois et le développement du tourisme tout au long de son itinéraire, l'A65 se présente comme une garantie contre la délocalisation de l'activité économique hors de l'Aquitaine. Témoignages. VÉRONIQUE CAMBIER PROPRIÉTAIRE D’UNE MAISON D’HÔTES À BILHÈRES-EN-OSSAU (64) La mise en service de l’A65 est pour nous une aubaine. La plupart de nos clients viennent pour de courtes durées et ont tout intérêt à maximiser leur temps de séjour. Avec près d’une heure en moins depuis Bordeaux, nous devenons beaucoup plus accessibles. D’une façon générale, l’A65 va dynamiser l’activité touristique et permettre au plus grand nombre de découvrir les charmes de nos montagnes et de notre ruralité.

THIERRY BLANDINIÈRES PDG DE DELPEYRAT, DIRECTEUR GÉNÉRAL DE MAÏSADOUR À SAINT-PIERRE-DU-MONT (40) Je suis très favorable à l’ouverture de l’A65, c’est une bonne nouvelle pour Mont-de-Marsan qui se rapproche enfin de Pau et de Bordeaux. Ce gain de temps change tout, cela crée une bonne dynamique. Nous allons dès janvier 2011 commencer l’expansion de l’usine de Saint-Pierre-du-Mont, un investissement de l’ordre de 7M€ qui va permettre

de créer 150 emplois dans les deux ans qui viennent. Le désenclavement de Mont-de-Marsan induit par cette autoroute a compté dans notre décision de développer l’activité dans les Landes.

habitent à Bazas, cela va me permettre d’y aller beaucoup plus rapidement. Ma mère m’a même dit qu’elle était prête à acheter un appartement à Bazas pour le louer, car elle est persuadée que beaucoup de gens vont vouloir y habiter.

JEAN-CLAUDE GANZA PDG D’EXAMECA À SERRES-CASTETS (64)

DAVID HABIB

L’A65 est une opportunité inestimable pour Pau et une aubaine pour le Béarn. L’économie béarnaise a besoin de cette infrastructure pour retrouver de la croissance, notamment dans le secteur de la sous-traitance aéronautique où nos clients sont majoritairement basés en Midi-Pyrénées. Actuellement il faut une heure trente pour rejoindre Toulouse contre trois heures pour aller à Bordeaux. Avec cette nouvelle autoroute, l’axe de communication nord-sud va être enfin compétitif.

DÉPUTÉ DES PYRÉNÉES-ATLANTIQUES, MAIRE DE MOURENX, PRÉSIDENT DE LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DE LACQ

ARNAUD BARDE RESTAURATEUR À BORDEAUX (33) À titre personnel, je trouve l’arrivée de l’A65 vraiment géniale. Aujourd’hui cette route n’est pas facile pour les automobilistes, et comme mes parents

_ d é c e mbre 2010 & janvier 2011 _ n°39

Trente ans au moins que l’on attendait la réalisation d’une liaison autoroutière entre Pau et Bordeaux, le Béarn et la Gironde. Trente ans de renoncements, d’espoirs déçus, de difficultés administratives, et enfin en ce mois de décembre 2010, l’Aquitaine dispose d’une voie sécurisée qui relie ces deux principales métropoles. L’A65, c’est la victoire d’Alain Rousset, d’un conseil régional qui a compris que l’Aquitaine était composée de cinq départements et que Bordeaux gagnait à s’ouvrir sur son Sud. Député de la 3e circonscription, je ne peux que me réjouir des deux échangeurs de Thèze et de Garlin qui ouvrent au nord de Pau de réelles perspectives

de développement. Les élus de ces territoires ont compris les enjeux de l’A65. Ils réalisent parcs d’activités, pépinières d’entreprises, pôles de développement économique. Après avoir maîtrisé le foncier, ils veulent maîtriser leur développement. Pour le bassin industriel de Lacq, cette autoroute est également une formidable opportunité. Notre complexe chimique, c’est 8000 emplois, 25% de la richesse des Pyrénées-Atlantiques, des groupes leaders en Europe et dans le monde. Au moment où le gisement se tarit, alors que sans cesse nous devons rappeler à Total ses responsabilités régionales, il nous fallait démontrer notre volonté d’ouverture, notre capacité à lutter contre l’enclavement du Béarn : c’est aussi ça l’A65. Une autoroute qui montre la confiance des Aquitains, des Béarnais notamment, dans leur avenir. Certains vont nous parler d’environnement, de Grenelle. Moi, je sais que la première des pollutions, c’est le chômage. L’A65 comme demain la LGV sont des atouts indispensables à l’emploi et au développement de l’Aquitaine. ■


L’A65 ET L’ENVIRONNEMENT À LA UNE

7

en savoir + CONSTRUCTIONS A65

Bernard Uthurry, vice-président en charge des infrastructures et des transports

POUR LA PROTECTION DES ESPÈCES Cette infrastructure a su intégrer dès sa conception initiale le haut niveau d’exigence environnementale requis par le Grenelle de l’environnement, ainsi que le respect d’un cahier des charges inédit. A’Liénor s’est donc engagée pendant la construction du chantier et durant l’exploitation de l’autoroute à mettre en place : • des mesures d’évitement : les espèces animales et végétales ont toutes été inventoriées pour réduire au minimum les atteintes à des habitats naturels ; • des mesures d’atténuation : lorsque éviter un milieu identifié n’est pas possible, A’Liénor construit des ouvrages et équipements (150 au total, dont 15 viaducs), destinés à la circulation de la faune, petite et grande, et à la préservation de la flore ; • des mesures de compensation : l’A65 ayant une emprise de 1600 hectares, A’Liénor met en œuvre la restauration ou la sécurisation de 1400 hectares de zones d’habitats favorables au redéploiement des espèces. Les sites sont recherchés sur l’ensemble de la Région, et leur gestion sera assurée durant les cinquante-cinq ans de la concession.

• reconstituer un des deux milieux, par exemple une mare à côté de l’autre, et transférer des populations d’un seul côté de l’infrastructure lors de la période la plus propice pour ces espèces ; • implanter de petits passages à batraciens sous l’infrastructure, il s’agit de « batrachoducs » ou plus couramment appelés « crapauducs » canalisant les amphibiens vers un passage souterrain leur permettant de rejoindre leur site.

Des ouvrages respectueux des amphibiens

La réalisation de cette route à grande vitesse est susceptible d’engendrer au moins deux des principaux types d’impacts à l’origine du déclin du vison d’Europe : l’isolement des populations, et son corollaire, la mortalité due aux collisions routières. Afin d’y remédier A’Liénor a mis en place des mesures compensatoires pour cette espèce, l’un des mammifères carnivores les plus menacés, et dont la population est estimée à une centaine d’individus dans la Région. Il s’agit de préserver et/ou recréer des milieux favorables à cet animal et à les gérer dans la durée, en compensation des habitats détruits, altérés ou indirectement perdus pendant la construction. Pour cette seule espèce la compensation sera de l’ordre de 187 hectares, et leur gestion sera assurée pendant cinquante-cinq ans. Outre le vison d’Europe, certaines espèces de chauves-souris ou de libellules, la cistude d’Europe, le fadet des laîches, et l’écrevisse à pattes-blanches sont concernées par ces mesures afin de garantir le maintien des équilibres écologiques à l’échelle de la Région. Au total, l’ensemble de ces mesures représentera un engagement financier de 120 millions d’euros pris en charge par le concessionnaire. ■

© DAVID SAUTET

© GILLES MARTIN

Une autoroute aux « normes vison »

L’implantation d’une autoroute peut interrompre une liaison entre deux milieux (entre deux mares ou entre une mare et un bois) fréquentés par des batraciens comme le crapaud commun, la grenouille agile, la rainette méridionale, la rainette verte ou d’autres espèces. Afin d’y remédier, A’Liénor a mis en œuvre des mesures environnementales afin de :

Quelle est l’opportunité de ce nouvel axe autoroutier entre Bordeaux et Pau ? Je ne suis pas un partisan du tout-routier, bien au contraire. La Région travaille activement pour favoriser le report modal en privilégiant les transports ferrés de voyageurs et de marchandises. Néanmoins, l’A65 sera un véritable trait d’union entre deux éminents pôles aquitains : Bordeaux et Pau. Elle permettra de rapprocher le Nord et le Sud en désenclavant une grande partie de notre territoire, notamment l’Est aquitain. Et comment ne pas entendre les arguments en faveur de la sécurité! Chaque année de nombreux accidents surviennent sur cette nationale. Des accidents parfois mortels imputables à une circulation trop dense. Il fallait aussi pour cette raison construire cette nouvelle liaison rapide et sûre. L’A65 est-elle un gage de développement économique? Entre Langon et Pau, il n’est pas un seul territoire qui, dans la perspective de l’arrivée de l’autoroute, n’ait pas planifié ou réalisé une zone d’activités, un pôle commercial, ou une pépinière d’entreprises... L’A65 catalyse les énergies

et génère des projets portés collectivement par les élus et le monde de l’entreprise. Nous savons que les entreprises sont aujourd’hui soumises aux contraintes des flux tendus et ne veulent plus stocker. Or, il leur est difficile de résister à la concurrence quand elles sont implantées sur un territoire refermé sur lui-même, avec tous les dangers que cette situation comporte pour l’emploi. L’A65 va permettre de désenclaver, d’éviter la désertification, de valoriser l’offre touristique, notamment le tourisme vert et les stations de ski d’Aquitaine. La CCI PauBéarn a d’ailleurs chiffré les retombées économiques sur l’économie locale à 120 millions d’euros pas an. Quelles précautions environnementales ont été prises ? Le cahier des charges impose au concessionnaire

A’Liénor des contraintes environnementales : respect des zones sensibles, protection de la biodiversité, des espèces animales et végétales... La réalisation de l’A65 s’est faite sous contrôle, et nous avons été particulièrement attentifs à la « consommation » foncière, notamment dans les espaces ruraux où les activités agricoles sont importantes. Un objectif cohérent avec la logique poursuivie par la Région de soutenir son agriculture et le développement de filières courtes. L’A65 n’est pas la seule réalisation d’infrastructure de la Région, qui s’est aussi engagée sur le rail. Nous sommes effectivement engagés dans la réalisation d’un grand plan de développement du ferroviaire qui mobilisera près de 2,5 milliards d’euros à l’horizon 2020. Création de nouvelles dessertes, généralisation du cadencement, acquisition de nouveaux matériels roulants, régénération des voies, développement du fret ferroviaire et de la LGV : l’ambition est de conjuguer des objectifs de développement partagés par les Aquitains avec un bilan carbone honorable.

LA RÉGION INVESTIT AUSSI ET SURTOUT DANS LE FERROVIAIRE © ALBAN GILBERT

La mise en œuvre de l’A65 constitue un réel progrès en termes de sécurité et de désenclavement du territoire. Elle a été réalisée dans un respect maximal du paysage et des écosystèmes traversés.

© HERVÉ LEFEBVRE

UNE INFRASTRUCTURE AU SERVICE DES TERRITOIRES

Parallèlement à sa politique en matière d’infrastructures routières, la Région Aquitaine œuvre pour que le ferroviaire devienne l’épine dorsale des transports aquitains. La régénération des lignes ferroviaires La Région Aquitaine s’est engagée, en dehors du cadre de ses compétences, à investir massivement dans la régénération des lignes ferroviaires aux côtés de l’État et de Réseau ferré de France (RFF). Ceinture bordelaise, Bayonne – Cambo-les-Bains, Pau Oloron, Libourne – Bergerac-Sarlat : autant

de voies qui viennent d’être livrées ou qui le seront d’ici à 2013. Une meilleure offre de transport régional La Région a lancé en 2008 le cadencement des dessertes Ter Aquitaine, pour offrir aux usagers un mode de transport plus fluide et plus performant. Les horaires sont fixes et réguliers, les correspondances et l’intermodalité (TGV, bus, car, tram) améliorées. Effectif sur les lignes Arcachon – Bordeaux, Le Verdon – Lesparre Bordeaux, Mont-de-Marsan - Bordeaux, Hendaye -

Bordeaux et Pau - Bordeaux, le cadencement devrait s’appliquer d’ici à 2012 à l’ensemble du réseau Ter Aquitaine. L’Aquitaine à l’heure de la grande vitesse ferroviaire Le projet de LGV Sud Europe Atlantique insère l’Aquitaine dans le réseau européen de la grande vitesse. À l’horizon 2020, Bayonne ne sera plus qu’à troisheures de Paris et Bordeaux à deuxheures de Paris et trois heures trente de Madrid. Un projet qui contribuera aussi au développement de l’offre des Ter dans toute l’Aquitaine.

_ d é c e m b re 2010 & jan vi e r 2011 _ n ° 39


8 ACTUALITÉS EN DIRECT DU CRA POLYMEREXPERT A DIX ANS

LGV ACTU

Fondée en 2000, PolymerExpert est une so-

Le 26 novembre dernier, lors des Journées portes ouvertes, la Région Aquitaine organisait une conférence sur la mobilité à grande vitesse, notamment les expériences de TerGV. Les débats publics sur les lignes nouvelles Bordeaux– Toulouse et Bordeaux–Espagne ont confirmé la nécessité de profiter de ces deux projets pour développer les transports régionaux de voyageurs en Aquitaine. En effet, la mise en service des lignes nouvelles libèrerait des sillons sur les lignes existantes, sillons qui pourraient être utilisés pour y développer des services Ter supplémentaires. Par ailleurs, il pourrait être envisagé d’exploiter les lignes

nouvelles avec des trains régionaux de voyageurs pouvant circuler à grande vitesse (au moins 250 km/h). Un tel service régional à grande vitesse permettrait de desservir de nouveaux territoires et viendrait compléter l’offre Ter Aquitaine et TGV. La conférence du 26 novembre a été l’occasion de présenter les expériences de service régionaux à grande vitesse, notamment le TerGV dans le Nord-Pas-de-Calais, qui offre aux usagers régionaux le confort et la rapidité du TGV, ou encore le «Y basque» en Euskadi, projet de liaisons régionales à grande vitesse entre Bilbao, Vitoria-Gasteiz et Saint-Sébastien. ■

Plus d’info sur la LGV sur gpso.fr

MUSIQUES ACTUELLES EN AQUITAINE

© PIERRE-WETZEL TOUMS

UN RÉSEAU FOISONNANT

Dans le cadre de sa politique culturelle pour la cohésion des territoires, la Région Aquitaine soutient le Réseau aquitain des musiques actuelles (RAMA) qui depuis 2006 coordonne la concertation territoriale des musiques actuelles en Aquitaine. Fondée sur le principe de « co-construc-

tion » des politiques publiques, cette initiative a pour but de favoriser la structuration et le développement du secteur. La concertation territoriale a permis entre autres la création d’un dispositif de soutien aux labels indépendants, d’un groupement d’employeurs culturels ou du réseau Rockschool. À l’occasion de la présentation cet automne d’un premier bilan, musiciens amateurs ou professionnels, labels, techniciens, animateurs radio, organisateurs de concerts, ou simples passionnés de rock, rap, électro, world, etc. se sont réunis à l’Hôtel de Région. Un moment immortalisé par le photographe Pierre Wetzel. ■

le-rama.org

_ d é c e mbre 2010 & janvier 2011 _ n°39

© PHILIPPE BRAULT/AGENCE VU

UN SERVICE RÉGIONAL À GRANDE VITESSE

WEBSÉRIE TOURNÉE DANS LA CITÉ DES AUBIERS, VOUS ALLEZ ÊTRE ADDDICT ! L’histoire se passe dans la cité des Aubiers, à la périphérie de Bordeaux, avec pour thème principal l’addiction. Elle présente le parcours d’individus issus de milieux défavorisés face à un dilemme : un projet de réinsertion pour une nouvelle vie ou un casse pour un nouveau démarrage. Ce projet est né en janvier 2009 à Bordeaux, quartier des Aubiers, deux jeunes tout juste majeurs désireux de réaliser un court-métrage se présentent à Lydia Hervel, scénariste. Elle menait alors depuis plusieurs mois des ateliers d’écriture au sein de la cité. Accompagnée des jeunes, elle présente leur projet de fiction à la chaîne Arte, projet qui deviendra une «web-fiction». Mise en contact avec Mascaret Films, elle met en place un nouvel atelier d’écriture professionnel auquel l’auteur-réalisateur Vincent Ravalec participe. Il rencontre les jeunes du quartier des Aubiers, fait de leur vie un scénario, et d’eux, des acteurs. La websérie Addicts est coproduite par Mascaret Films, Arte TV en association avec K Prod. L’agence Internet bordelaise Websiteburo, chargée de concevoir le site, a travaillé en étroite collaboration avec les auteurs pour imaginer et semer les « empreintes numériques » des personnages sur le web : réseaux sociaux, vidéos, photos, chaînes de télévision, articles de presse, révélations, fuites, blogs, etc. Addicts est soutenue par la Région Aquitaine à hauteur de 156 000 € (100 000 € au titre des TIC et 56000 € dans le cadre du Fonds de soutien à la création et à la production). Cette série a été accompagnée par Écla Aquitaine très en amont, tout au long du processus d’écriture et de développement du projet. Une expérience numérique unique à voir depuis le 15 novembre ; tous les lundis, mercredis et vendredis, un nouvel épisode est mis en ligne. À suivre sur http://addicts.arte.tv/

ciété girondine de recherche et de développement dans le domaine des polymères, ensembles de grandes molécules de même nature chimique. Naturels ou synthétiques, solides ou liquides, les polymères forment une matière « intelligente » qui, sous l’effet de la chaleur, permet des applications utiles à la vie courante. Un pneumatique qui se perce et se bouche aussitôt, un médicament qui à 37° s’enrobe d’un gel pour mieux se diffuser dans le corps, un détecteur d’incendie qui se déforme sous l’effet de la chaleur et déclenche une alarme : autant d’exemples d’applications brevetées par PolymerExpert et qui font de l’entreprise un mètreétalon dans son domaine. Parallèlement au développement de ses propres technologies, PolymerExpert travaille sous contrat de recherche et propose à ses clients des projets de partenariats. Primée à de nombreuses reprises, l’entreprise est soutenue par la Région Aquitaine dans ses projets de recherche. ■

Plus d’infos : polymerexpert.fr

© HERRENECK - FOTOLIA.COM

LGV BORDEAUX-ESPAGNE ET BORDEAUX-TOULOUSE

ANALYSEZ LA CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE DE VOTRE LOGEMENT Le Conseil régional prend en charge 50% du coût du diagnostic énergétique de votre habitation. Il s’agit d’une analyse personnalisée, réalisée par un professionnel de l’énergie et du bâtiment, qui vous donne les clés pour engager des travaux d’isolation efficaces et l’assurance de réaliser des économies. Il faut compter à partir de 500 € environ pour une analyse complète et approfondie. Le montant varie selon la taille et les caractéristiques du logement considéré. La subvention régionale est plafonnée à 300 €. Une aide qui concerne tout propriétaire occupant d’un logement individuel achevé avant le 1er janvier 1990 et destiné à un usage de résidence principale. Pour prétendre à cette aide, prenez conseil auprès de l’Espace info énergie proche de chez vous et consultez la liste des professionnels habilités à réaliser le Bilan énergie soutenu par la Région Aquitaine. ■ Plus d’infos : artisanat-tpe@aquitaine.fr ou au 05 56 56 19 74.


EN DIRECT DU CRA ACTUALITÉS

9

BANQUE NUMÉRIQUE DU SAVOIR AQUITAIN © ALBAN GILBERT

UN PORTAIL UNIQUE L’ambition de la Banque numérique du savoir Aquitain (BnsA) est de mettre à disposition des internautes des ressources numériques relatives au patrimoine aquitain : patrimoine bâti, écrit mais aussi paysager ou immatériel, de la Préhistoire jusqu’aux cinquante dernières années. Pour assurer la diffusion de ces savoirs, le Portail Aquitaine Patrimoines donne aujourd’hui accès à plus de 90 000 ressources constituées par le réseau BnsA de professionnels. La BnsA est également présente sur de nouveaux outils de médiation comme les réseaux sociaux. Ainsi une page Facebook dédiée à la BnsA permet d’instaurer une interaction et un nouveau type de dialogue avec les internautes. La BnsA s’adresse au grand public sans distinction de qualification : chercheurs, scolaires, curieux du patrimoine régional, touristes.

Olympiades des Métiers

«ON EST EN FINALE!» Du 3 au 5 février 2011, 60 lauréats qualifiés aux Olympiades des Métiers régionales, apprentis, lycéens aquitains, ont rendez-vous au parc des Expositions de la Porte de Versailles à Paris pour concourir à la finale nationale des 41es Olympiades des Métiers. Organisée par la Région Île-de-France cette compétition va permettre aux médaillés d’or aquitains et aux cinq lauréats handicapés de démontrer tout leur savoir-faire. Pour la finale, cette équipe des métiers va représenter la Région Aquitaine après avoir suivi des entraînements intensifs à la fois physiques et psychologiques à l’image des sportifs de haut niveau. Ces stages visent à préparer les jeunes à la compétition nationale, à optimiser leurs performances, à valoriser et intégrer l’ensemble du groupe des candidats pour former une équipe solidaire et motivée. Un parcours intensif pour des jeunes qui concourent pour la plus grande compétition internationale de la formation professionnelle et de la jeunesse. ■

UN RÉSEAU OUVERT À D’AUTRES ADHÉSIONS

L’AQUITAINE A MILLE FACETTES La Région Aquitaine a inauguré sa web TV aux cours des Journées portes ouvertes les 25 et 26 novembre derniers. Cette plate-forme Internet est dédiée aux vidéos de reportages et d’actualités liées aux actions du conseil régional. Elle prévoit également la diffusion d’une émission hebdomadaire sous forme de journal vidéo retraçant l’actualité récente de l’institution. Enfin, une rubrique sera ouverte au concours participatif des internautes d’Aquitaine et d’ailleurs, afin qu’ils postent leurs « visions » de l’Aquitaine selon des thèmes précis.Retrouvez les différents visages de votre Région dans le site : http://tv.aquitaine.fr/

www.olympiades.aquitaine.fr

Recherche

LE LASER AQUITAIN MIS À L’HONNEUR

BRAVO LALOU!

Christophe Pecheyran vient de recevoir le

Région Aquitaine-Port-Médoc est l’outil idéal pour relever le défi des grandes courses transatlantiques ! Présents sur tous les circuits de la classe Multi 50, le skipper et son trimaran sont arrivés deuxième. La prochaine course en 2011 : le Tour du monde à l’envers en solitaire, une première en multicoque. ■

prix instrumentation en physique-chimie 2010 par les sociétés françaises de chimie et de physique. Cet ingénieur de recherche au CNRS mène ses activités au sein de l’Institut pluridisciplinaire de recherche sur l’environnement et les matériaux (IPREM), dans le cadre de l’université de Pau et des Pays de l’Adour. L’équipe du chercheur aquitain, originaire de Sarlat, est récompensée pour ses travaux qui ont permis de déterminer la toxicité de certains milieux ou les potentiels curatifs de certaines molécules, ainsi que la détection de métaux traces dans des échantillons solides avec un degré de finesse inégalé. Mise en œuvre dans le cadre du laser ALFAMET (1) avec les entreprises girondines, Amplitude Système et Novalase et labelisée par le pôle de compétitivité «Route des Lasers», cette technologie préfigure la concrétisation du projet de plate-forme mutualisée de recherche et de services PAMAL (2) prévue début 2011 à Pau. ■

Plus d’infos : www.lalou-multi.net ou www.lalou-multi.com

(1) Ablation laser femtoseconde pour l‘analyse des métaux traces. (2)Plate-forme d’analyse des métaux traces par ablation laser.

© PAUL ROBIN

En partenariat avec le ministère de la Culture, cette collaboration s’est enrichie de l’adhésion de collectivités territoriales et d’institutions. Le réseau des partenaires BnsA se compose aujourd’hui de 13 membres : les cinq conseils généraux d’Aquitaine, les villes de Pau, Bayonne et Sarlat, la communauté d’agglomération de PauPyrénées, le centre régional de documentation pédagogique Aquitaine et le pôle international de la Préhistoire. À travers ces institutions, de nombreux établissements et services patrimoniaux et culturels réalisent et mettent à disposition leurs ressources documentaires issues du service régional de l’inventaire, des musées, des bibliothèques et médiathèques, des services d’archive, mais aussi des centres de documentation, des sociétés savantes, des filières d’université d’Aquitaine… Cette multiplicité d’acteurs entraîne ainsi la mise à disposition d’une multiplicité des ressources, ce qui constitue une des grandes originalités de ce portail. En savoir plus : bnsa.patrimoines.aquitaine.fr facebook.com/BnsAquitaine

« Région Aquitaine - Port-Médoc »

LALOU ROUCAYROL, DEUXIÈME DE LA ROUTE DU RHUM Lalou Roucayrol a coupé la ligne d’arrivée vers 1h30, heure française, mardi 16 novembre à Pointe-à-Pitre. Un périple de 3 542 milles reliant Saint-Malo à Pointe-àPitre en Guadeloupe bouclé en 15 jours, 12 heures, 30 minutes, 14 secondes derrière Lionel Lemonchois. Le Multi 50 Région Aquitaine-Port-Médoc est l’aboutissement de vingt ans d’expertise de Lalou Roucayrol dans la conception navale.

_ d é c e m b re 2010 & jan vi e r 2011 _ n ° 39


10 ACTUALITÉS EN DIRECT DU CONSEIL RÉGIONAL

Yann Arthus-Bertrand et Alain Rousset, lors de la signature de la campagne 10:10, le 15 octobre dernier.

LA CAMPAGNE 10:10

L’AQUITAINE S’ENGAGE AUX CÔTÉS DE YANN ARTHUS-BERTRAND Alain Rousset, président du conseil régional d’Aquitaine, a signé l’engagement de la Région Aquitaine dans la campagne 10:10* de Yann Arthus-Bertrand et sa fondation Good Planet. 10:10 est une campagne lancée en France par la fondation GoodPlanet autour d’une idée simple : chacun porte en lui une partie de la solution. 10:10 invite toute entreprise ou collectivité à réduire volontairement de 10% ses émissions de gaz à effet de serre sur une période de douze mois débutant en 2010. L’Aquitaine est la première Région à s’engager dans cette campagne qui consiste

pour la collectivité à faire le maximum pour réduire de 10 % ses émissions de gaz à effet de serre en un an (en termes de fonctionnement). Un engagement naturel puisque Alain Rousset avait déjà pris un engagement fort en 2008 sur la maîtrise de l’énergie consommée dans le patrimoine régional et les émissions de gaz à effet de serre, en proposant de les réduire de 20 % d’ici à 2015. En outre, la Région Aquitaine a également fait bénéficier les Aquitains de prêts bonifiés. ■

Plus d’infos : http://www.1010.fr/

Dans le cadre de son action en faveur de l’insertion par l’activité économique, la Région Aquitaine renouvelle son soutien à Coop’Alpha, une jeune coopérative d’activités et d’emploi sous statut SCOP (société coopérative de production) installée à Lormont (33), dont l’objectif principal est d’aider les entrepreneurs à créer leur activité. En intégrant Coop’Alpha, ils testent la viabilité économique de leur projet et se forment aux compétences entrepreneuriales. Dans un contexte où l’entrepreneuriat individuel suscite un engouement, la démarche coopérative apporte un cadre sur la durée. Coop’Alpha donne à l’entrepreneur un statut de salariéentrepreneur qui lui confère des droits (protection sociale, droit du travail), tout en préservant son autonomie. La gestion collective offre également aux travailleurs indépendants un meilleur accès aux marchés : réponse aux appels d’offre, actions de communication, mutualisation de compétences. Autant d’outils indispensables qui sont souvent hors de portée de nombreux entrepreneurs. Par son action et sa philosophie, Coop’Alpha s’inscrit dans l’entrepreneuriat collectif, la responsabilisation individuelle et la démocratie d’entreprise. ■ Plus d’info sur coopalpha.fr

© ALBAN GILBERT

CONQUÉRIR DE NOUVEAUX MARCHÉS

RECHERCHE

Pier Vincenzo Piazza, directeur du Neurocentre Magendie.

LE NEUROCAMPUS AVANCE Le programme Neurocampus comporte un volet immobilier très important, d’un coût estimé à 70 M€, et dont 65 sont financés par la Région Aquitaine. S’articulant autour du Neurocentre Magendie, il consiste en la création de deux nouveaux instituts –l’Institut interdisciplinaire en neurosciences et l’Institut des maladies neurodégénératives–et d’un centre de formation international. À ce titre, la Région Aquitaine vient de débloquer 1,2 M€ d’euros pour la construction et l’aménagement de l’Institut des maladies neurodégénératives. Lancé en 2008, le programme Neurocampus est dédié à la recherche d’excel-

lence dans le domaine du système nerveux et de ses maladies, telles que l’Alzheimer, la maladie de Parkinson, la sclérose en plaques, la dépression ou la toxicomanie. Dans la continuité des actions déjà financées dans le cadre du Neuropôle et de l’Institut des neurosciences de Bordeaux, le programme Neurocampus vise à accroître considérablement les capacités et le rayonnement des neurosciences en Aquitaine, fondées sur une communauté de quelques 450 chercheurs et techniciens répartis entre l’Inserm, le CNRS et l’université de Bordeaux. ■

_ d é c e mbre 2010 & janvier 2011 _ n°39

Le conseil régional soutient à hauteur de 1 200 000 € les Fonderies et Ateliers du Bélier (FAB) à Vérac en Gironde, une société spécialisée dans la fonderie d’aluminium et l’usinage du freinage automobile. La stratégie du groupe mondial Le Belier, qui est spécialisé dans la fabrication de composants de sécurité moulés en aluminium pour l’automobile, consiste à faire de FAB l’acteur de référence de l’ouest de l’Europe au sein du groupe, qui représente 35 % du marché mondial et 50 % du marché européen du freinage automobile. Dans ce contexte et pour se relancer, la société a décidé de mettre en œuvre un programme d’investissements ambitieux de 2 555 000 € capable de permettre à l’entreprise de répondre à de nouveaux marchés. La Région s’est donc mobilisée pour aider l’entreprise qui a connu de grandes difficultés dans le passé. Elle s’est profondément restructurée depuis et elle compte aujourd’hui 283 salariés et prévoit d’en embaucher 20 d’ici à trois ans. ■ Plus d’infos : www.les-aides.aquitaine.fr

© NADET - FOTOLIA.COM

© PAUL ROBIN

ENTREPRENEURS SOLIDAIRES

ENVIRONNEMENT

DES ABEILLES SUR LE TOIT Le conseil régional a installé le 27 novembre dernier dans le cadre des Journées portes ouvertes, des ruches sur le toit de l’Hôtel de Région. Elle devient ainsi la première collectivité d’Aquitaine partenaire du programme national « Abeille, sentinelle de l’environnement ». Avec l’installation de ces six ruches au cœur du quartier Mériadeck à Bordeaux et la signature de la charte, la Région confirme son engagement pour la sauvegarde de l’abeille et le soutien à l’apiculture. Outre cet équipement, le conseil régional a choisit de consacrer en 2011, 10 M€ pour la gestion des espaces naturels, de la ressource en eau et des milieux aquatiques, la conservation de la faune et de la flore, dont la protection de l’abeille et des pollinisateurs sauvages, la gestion intégrée du littoral et l’éducation à l’environnement. La collectivité participe et coordonne ainsi six grands projets : le réseau Aquitaine nature et le réseau d’éducation à l’environnement, les contrats Aquitaine nature, les parcs naturels régionaux et réserves naturelles régionales, la Trame Verte et Bleue d’Aquitaine, et Reverse : un projet européen piloté par la Région pour une biodiversité préservée pour tous. ■

Plus d’infos : www.abeillesentinelle.net


© PHOTOS : HERVÉ LEFEBVRE

LA PAROLE AUX ÉLUS ACTUALITÉS

GROUPE PS, PRG ET APPARENTÉS STÉPHANE DELPEYRAT PRÉSIDENT

POUR UNE RÉGION OUVERTE ET ACCESSIBLE

N

otre groupe entend mener une politique solidaire dans tous les domaines pour le plus grand bénéfice des Aquitains, le développement des transports est emblématique de notre volonté. La Région Aquitaine est la troisième plus grande région de France. À ce titre, et compte tenu de l’étendue de ce territoire, le développement des transports figure parmi les priorités que nous nous sommes fixées. Si nous entendons privilégier le rail, l’intermodalité et les modes de circulation douce, il était cependant essentiel de favoriser une liaison rapide et sûre sur l’axe Bordeaux-Pau. Mont-deMarsan à une heure de l’entrée de Bordeaux et Pau à une heure et demie de la métropole régionale, c’est ce que permettra l’A65. Audelà du gain de temps incontestable dont bénéficieront le nord-est des Landes et le

Béarn, et sans tirer de conclusions hâtives, c’est un nouvel élan économique et touristique de ces territoires que nous attendons grâce à la réalisation de l’A65. Cette réalisation permettra également de sécuriser cette liaison. Une infrastructure de ce type manquait afin d’assurer l’indispensable cohésion de l’Aquitaine. Les liaisons ferroviaires et routières permettent et facilitent les échanges. Il s’agit pour notre Région d’une chance et d’un atout pour la réussite de nos politiques économiques et de nos entreprises. Nous ne souhaitons pas une Région repliée sur elle-même et de telles infrastructures sont indispensables afin de faciliter nos échanges en France et en Europe. Il est également de notre devoir de donner à chacun de nos territoires, et à chacun des Aquitains, les moyens de réussir. À travers la réalisation de l’A65, du cadencement des Ter régionaux et du projet de LGV, nous donnons à l’Aquitaine les moyens de se réaliser pleinement à travers l’espace européen.Le groupe PS, PRG et apparentés entend mener une politique solidaire dans tous les domaines pour le plus grand bénéfice des Aquitains, et le développement des transports est emblématique de notre volonté.Tel est le sens de notre engagement à votre service.

GROUPE FORCES AQUITAINE GENEVIÈVE DARRIEUSSECQ PRÉSIDENTE

LIAISONS ROUTIÈRES: UN LIEN DURABLE ENTRE LES HOMMES ET LES TERRITOIRES

L

es Aquitains ont cette année un cadeau de Noël qu’ils attendaient depuis longtemps : l’autoroute Bordeaux-Pau voit enfin le jour. On se rappelle que cette A65 avait pris beaucoup de retard à la fin des années 1990, sous le gouvernement JospinVoynet, notamment à cause des réticences des élus verts aquitains. Finalement, l’A65 a été financée par la

Stéphane Delpeyrat Président du groupe PS-PRG et apparentés. Vice-président au sport, à la jeunesse et à la vie associative Tél. : 05 57 57 80 96 groupe.socialiste@ps.aquitaine.fr

aux

FRONT DE GAUCHE

La parole

LUS

GROUPE MAJORITÉ PRÉSIDENTIELLE XAVIER DARCOS PRÉSIDENT

L’AUTOROUTE BORDEAUX-PAU, ENFIN! 17 ANS D’ATTENTE

L

ALAIN BACHÉ

e PS et les Verts sont toujours aussi divisés. Ne boudons pas notre plaisir. Cette autoroute si désirée sera enfin mise en service en 2011, excellente nouvelle pour notre Région, excellente nouvelle pour le Béarn qui, depuis longtemps, se tournait vers Toulouse plutôt que vers Bordeaux. Autre élément positif à souligner pour le contribuable en ces temps de crise : grâce à l’initiative du gouvernement Raffarin dès 2002, cette autoroute aura été réalisée sur fonds privés par le concessionnaire A’Liénor. Seule la déviation d’Aire-sur- l’Adour,

sur décision de la Région, a coûté 70 millions d’euros d’argent public. Cela aurait pu être évité. Comment un équipement, si indispensable pour le développement économique de l’Aquitaine, a t-il pu ainsi être retardé par la gauche pour de simples raisons idéologiques ? En 1994, le gouvernement Balladur a pris la décision de lancer le projet. En 1997, le gouvernement Jospin a annulé ce choix, au désarroi des Aquitains. La querelle entre le PS et les Verts atteint son paroxysme en 2000 : les écologistes refusent par idéologie tout projet autoroutier en Aquitaine. Bordeaux-Pau va pourtant renaître, après cinq années perdues : en 2002, après la défaite de la gauche, les études sont enfin relancées. Mais, il aura fallu dix-sept ans pour relier Bordeaux à Pau, un exploit inégalé. Pourtant, aujourd’hui, les mêmes causes produisent les mêmes effets : la cacophonie qui divise le PS et les Verts a trouvé une nouvelle cible : la LGV. Les Verts ont voté contre sa réalisation, cherchant de nouveau à retarder les infrastructures majeures pour l’Aquitaine.

Xavier Darcos, président du groupe Majorité présidentielle. > Tél. : 05 57 57 83 61 groupe.ump@ump.aquitaine.fr

PRÉSIDENT

GRENELLE DE L’ENVIRONNEMENT OÙ ES-TU?

V

ous allez enfin profiter de l’A65 ! Eh oui... merci Grenelle de l’Environnement ! Si du moins il vous reste quelques dizaines d’euros et si le niveau d’enneigement le permet ! Ah satané réchauffement climatique... Et avec un bon plein de carburant, vous paierez un peu de TIPP, et ainsi vous aiderez la région Aquitaine à financer de grands équipe-

EUROPE ÉCOLOGIE DAVID GROSCLAUDE CONSEILLER RÉGIONAL

ÇA COMMENCE À BIEN FAIRE !

L

’autoroute Bordeaux-Pau achevée, les arguments justifiant ce type d’aménagement reviennent : sécurité, emploi, confort et même protection de l’environnement. Si la loi du Grenelle de l’environnement avait été appliquée, jamais on n’aurait construit cette autoroute. Mais d’aucuns se sont battus pour qu’on en fasse une petite dernière. Ils se sont unis à ceux qui disent – et ceux qui pensent sans oser le dire – que : « l’environnement ça commence à

11

concession autoroutière. Seule la déviation d’Aire-sur-l’Adour s’est construite à la charge du conseil régional. Aujourd’hui, cette nouvelle autoroute va permettre de relier les deux premières villes de la région de manière rapide et sécurisée. Enfin! Cet axe va devenir le facteur numéro un de développement des liens humains et économiques entre Bordeaux et Pau via Mont-de-Marsan, et ainsi, renforcer la cohésion de notre Région. Les liaisons routières restent essentielles à l’aménagement du territoire, quoi qu’en dise une vision de l’écologie parfois loin des réalités du quotidien. Aussi, nous proposons aujourd’hui un «Pacte aquitain» nouvelle génération avec cofinancement par le conseil régional d’investissements sur des routes départementales structurantes associé à un grand « plan voitures propres ». Toute l’équipe Forces Aquitaine se joint à moi pour vous souhaiter, à vous et à vos proches, de bonnes fêtes de fin d’année.

Geneviève Darrieussecq et les élus du groupe Forces Aquitaine Tél. : 05 57 57 80 83 groupe@forces-aquitaine.fr

ments ferroviaires. Tout schuss ! Le diable se cache dans les détails. L’autoroute Langon-Pau existe, les Pyrénées se rapprochent de Bordeaux. Les objectifs du Grenelle s’éloignent, les voitures et les camions continueront de rouler à travers l’Aquitaine, et Juppé ne mangera pas de cerises en hiver... C’est promis... Le Front de gauche demande un plan rail national pour le développement du fret et des TER dans le cadre d’un service public des transports irriguant tout le territoire. Il faut en finir avec les vœux pieux. Il est temps de transformer les paroles en actes. Nous disons NON à la privatisation et à la mise à péage de la RN10. Plutôt que de penser profit à court terme, pensons aménagement du territoire.

Alain Baché, Gérard Boulanger, Stéphane Guthinger, groupe Front de Gauche. >Tél. : 05 57 57 72 14 frontdegauche@frontdegauche.aquitaine.fr

bien faire ! » Bien faire, justement ! C’était ça l’enjeu. Raté ! On aurait pu aménager la route existante à moindre coût en renforçant la sécurité et en réduisant les dégâts écologiques, les retombées économiques auraient été les mêmes. Comment 150 kilomètres de bitume peuvent-ils régler les problèmes d’emploi par miracle ? Finissons-en avec les vieilles recettes. Allons vers une reconversion de l’économie, vers des façons nouvelles de produire, de transporter, de se déplacer. L’Aquitaine n’est pas hors du monde. Mais derrière l’A65, il y a le vieux rêve d’un grand axe routier traversant les Pyrénées. Un projet de route nouvelle entre Pau et Oloron se dessine, prolongement de l’A65. Promis, juré : ce sera la dernière ! Quand ferons-nous ce que l’avenir nous commande ? Quand commencerons-nous à bien faire ?

David Grosclaude pour le groupe Europe Écologie - Les Verts. > Tél. : 05 57 57 80 95 groupe.vert@verts.aquitaine.fr

_ d é c e m b re 2010 & jan vi e r 2011 _ n ° 39


BIEN VIVRE

12 DÉCOUVERTE

LES PYRÉNÉES : UNE MONTAGNE D’ACTIVITÉS! Les stations pyrénéennes, Artouste, Gourette, La Pierre-Saint-Martin, Iraty, Issarbe, le Somport vous accueillent pour profiter des joies de la glisse et savourer des paysages féeriques. Tour d’horizon des idées de sorties ! ❄ SÉJOUR NEIGE EN VALLÉE D’OSSAU

❄ VTT SUR NEIGE

Envie de vous prélasser, de vous détendre ? l’office de tourisme propose un séjour dans un petit village de la vallée d’Ossau : convivialité chez vos hôtes, repas du terroir, randonnée raquettes, séance bien-être… Week-end de décembre à avril. Séjour 2 jours /1 nuit (en chambres d’hôtes) Tarif : 139 €/personne Contact : OT Laruns. Tél. : 05 59 05 48 94 Site : www.ossau-resa.com et www.ossau-pyrenees.com.

Toujours à Issarbe, la station propose du VTT sur neige, sur une piste spécialement dédiée. Équipés de roues crantées ces vélos semi-suspendus procurent des sensations de vitesse inoubliables. 17€ la journée, 12€ la demi-journée. Renseignements : 05 59 39 65 08

❄ VOTRE RÉVEILLON DANS UN IGLOO

❄ SKI DE RANDONNÉE AUTOUR

EN HAUTE VALLÉE D’ASPE

DE L’OSSAU AVEC UN GUIDE DE HAUTE MONTAGNE

© PHOTOS : GUILLAUME BONNAUD/D. PEYRUSQUE/OFFICE DE TOURISME D’ISSARBE

Pourquoi ne pas passer votre réveillon de la Saint-Sylvestre en haute vallée d’Aspe dans un lieu insolite : un igloo. Au programme de cette fin d’année surprenante : construction d’igloos, balade nocturne, nuit en igloo et randonnée raquette. du 31 décembre 2010 au 1er janvier 2011 Tarif : Séjour 2 jours/1 nuit : Adulte : 130€ - Enfant jusqu’à 18 ans : 75 € OT de la vallée d’Aspe, tél. : 05 59 34 57 57 Vous pouvez également dormir dans un igloo pendant le reste de l’hiver au cœur de la vallée d’Ossau. L’office de tourisme de Laruns propose des randonnées en raquettes, la construction de son abri pour la nuit (près d’une cabane), pour une découverte et un bivouac inoubliable au cœur de la vallée d’Ossau. du 31 décembre 2010 au 1er janvier 2011 Séjour 2 jours / 1 nuit : 115 € par personne (4 mini – 10 maxi) Matériel et encadrement fournis Contact : OT Laruns. Tél. : 05 59 05 48 94 Site : www.ossau-resa.com

Vous êtes bon skieur, osez le ski de randonnée en toute sécurité et partez deux jours avec un guide de haute montagne autour du pic du Midi d’Ossau : 2 jours de ski de randonnée, nuit en cabane en haute montagne. Séjour 2 jours/1 nuit : 140 € par personne (base 4 personnes avec encadrement spécialisé par un guide de haute montagne, dîner et petit-déjeuner). Contact : OT Laruns Tél. : 05 59 05 48 94 Site : www.ossau-resa.com

❄ BIVOUAC DANS UNE CABANE

AU CŒUR DU PARC NATIONAL DES PYRÉNÉES ❄ WEEK-END RAQUETTE-RACLETTE Deux jours pour rompre avec le quotidien… Une soirée raquette raclette dans un petit chalet de montagne, un nuit dans un petit hôtel de montagne, deux jours pour rompre avec le quotidien... Vous dînez au coin du feu de cheminée le samedi soir : raclette ossaloise et le dimanche midi, un repas du terroir vous est servi à l’hôtel. Week-end 2 jours/1 nuit (en hôtel) : 89 € (base 2 personnes). Contact : OT Laruns Tél. : 05 59 05 48 94 Site : www.ossau-resa.com

_ d é c e mbre 2010 & janvier 2011 _ n°39

Partir avec un accompagnateur pour découvrir le milieu montagnard, le parc national des Pyrénées et passer une nuit en cabane. 90 € par adulte / 70 € par enfant 300 € /pack famille– (4 mini – 8 maxi). Contact : OT Laruns. Tél. : 05 59 05 48 94 Site : www.ossau-resa.com


BIEN VIVRE

13

en savoir + ❄ BALADE EN TRAÎNEAU À CHIENS

Béarn-Pays basque : ski, randonnée, détente

Dans certaines contrées nordiques, les chiens de traîneau de course peuvent se déplacer jusqu’à une moyenne d’environ 30 km/h sur des trajets proches de 40 km ! La station d’Issarbe propose une immersion dans une ambiance Grand Nord avec un baptême ou une initiation à la conduite d’attelage. Renseignements : 05 59 39 65 08

SIX STATIONS POUR VOUS FAIRE PLAISIR ARTOUSTE Située au bord du lac de Fabrèges et en face du pic du Midi d’Ossau , la station offre 150 hectares dédiés à la glisse, dont 17 pistes, 10 remontées mécaniques, une zone free ride pour les snowboardeurs notamment, un kid parkpour les enfants ainsi qu’un restaurant d’altitude.

GOURETTE Tout juste rénovée la station offre des équipements très modernes et un domaine skiable ouvert à tous : 27 pistes, 16 remontées mécaniques, un happy place  (un secteur pour les débutants de 7 hectares, le plus important des Pyrénées), un snow park ou encore deux restaurants d’altitude. Contact : office municipal du tourisme Gourette - Les Eaux-Bonnes, tél. : 05 59 05 12 17 http://www.gourette.com/

❄ LA FALAISE AUX VAUTOURS

LA PIERRE-SAINT-MARTIN Avec 20 pistes de ski, 13 remontées mécaniques, un espace nouvelles glisses, un espace apprentissage et un espace «nordique » (25 km dédiés au ski de fond et aux raquettes !), le domaine skiable de la station est très étoffé. Les services sont aussi au rendez-vous : restaurant, garderie et mini-club pour les enfants, télépéage pour éviter les attentes en bas des pistes, etc. Enfin, le domaine est accessible aux personnes handicapées et des moniteurs sont spécialement formés pour leur enseigner la glisse. Contact : office de tourisme de La Pierre-Saint-Martin, tél. : 05 59 66 20 09 http://www.lapierrestmartin.com/

Au pied de la réserve naturelle d’Ossau, la Falaise aux Vautours est un observatoire unique pour découvrir le grand rapace pyrénéen et la vie de berger. Dans l’espace muséographique, dédié à la vie de montagne, un guide commente les images retransmises en direct par des caméras installées sur la falaise à proximité des nids des vautours et des percnoptères égyptiens. Envol garanti ! Groupes adultes et enfant. Tél. : 05 59 82 65 49 Site : falaise-aux-vautours.com

IRATY Sur les hauteurs du Pays basque, à moins de deux heures de l’océan, la station couvre 35 km, soit 4 pistes, des itinéraires raquettes, un espace luge et un restaurant d’altitude. Iraty est également le point de départ de nombreuses randonnées (de une à quatre heures), à pied ou en raquettes. Enfin, il est possible de séjourner dans un village de chalets, un site atypique situé au cœur de la plus vaste forêt de feuillus d’Europe occidentale (5000 hectares).

ISSARBE Situé en vallée de Barétous le domaine d’Issarbe offre un panorama exceptionnel sur le massif du pic d’Anie. 31 km de pistes dédiées au ski de fond, à la randonnée et à la raquette (de jour comme de nuit !). Plus original, des balades en traineau à chien, du VTT sur neige et des séjours en igloo.

LE SOMPORT

❄ RANDONNÉE EN RAQUETTE

EN VALLÉE D’ASPE La vallée d’Aspe offre une nature préservée où les hommes ont su garder une tradition d’élevage, de production fromagère et de gastronomie. Les balades accompagnées en raquettes restent accessibles à tous : le rythme y est régulier et adaptable, les arrêts fréquents, et le bol d’air assuré. Au programme : Jour 1 : dîner et nuit à l’hébergement. Jour 2 : journée de raquette avec un accompagnateur diplômé, le lieu est déterminé par le guide suivant l’enneigement. Dîner et nuit à l’hébergement. Jour 3 : journée de raquette accompagné. Hébergement : en chambre d’hôtes 3 épis, en hôtel 2 étoiles ou en gîte d’étape. Repas : en pension complète (panier repas le midi). Jusqu au 30 avril 2011 Office de tourisme de la vallée d’Aspe Tél. : +33 (0)5 59 34 57 57

© GUILLAUME BONNAUD

Au cœur du parc national des Pyrénées, la station est particulièrement appréciée des amateurs de ski de fond : 34 km et 9 pistes. Un itinéraire de 9 km est par ailleurs dédié aux randonnées en raquettes. Facile et panoramique, il se parcourt en famille. Contact : Tél. : 05 59 36 00.21 http://www.lesomport.com/

POUR EN SAVOIR PLUS LE COMITÉ DÉPARTEMENTAL DU TOURISME :

http://www.neige64.com et www.tourisme64.com LES OFFICES DE TOURISME Office de tourisme de la vallée d’Aspe Place François-Sarraillé 64490 Bedous Tél. : 05 59 34 57 57 http://www.tourisme-aspe.com/ Office de tourisme des Eaux-Bonnes-Gourette Tél. : 05 59 05 12 17 http://www.gourette.com/

Office de tourisme de la vallée de Barétous et de la Pierre-Saint-Martin Maison de la Pierre 64570 Arette Tél. : 05 59 66 20 09 http://www.lapierrestmartin.com/ Office de tourisme de Laruns Maison de la vallée d’Ossau 64440 Laruns Tél. : 05 59 05 31 41 Tél. : 05 59 05 48 94 http://www.ossau-pyrenees.com www.valleedossau-tourisme.com www.ossau-resa.com

_ d é c e m b re 2010 & jan vi e r 2011 _ n ° 39


14 BIEN VIVRE NOËL ET SES TRADITIONS

DORDOGNE

24

JEA N

CA ZA LS

Bordeaux

GIRONDE

©

On enflamme, lo Halha de Nadau (la gerbe de Noël) faite de paille et de feuilles de maïs, puis on fait le tour de la propriété en la tenant en main afin de faire fuir les esprits malins et de s’assurer de bonnes récoltes. Les habitants renouent avec cette tradition gasconne animée par les chants, la distribution de friandises et de vin chaud. Chaque année, il y a un défilé à la lueur des flambeaux accompagné de fifres et de tambours. À Bazas, le 19 décembre, rendez-vous place de la Cathédrale à partir de 17 heures Office de tourisme: 05 56 25 25 84 www.tourisme-bazadais.com À Saint-Sever le 24 décembre, rendez-vous à l’esplanade de Morlanne. Office de tourisme: 05 58 76 34 64 www.cc-capdegascogne.fr/Tourisme

© VINCENT MEYRANX

LO HALHA DE NADAU

33

Bazas

L’OLENTZERO DANS LE PAYS BASQUE

47

LANDES

40

Saint-Sever Bayonne Montfort-enChalosse Saint-JeanHendaye de-Luz PYRÉNÉESATLANTIQUES

64

© VILLE D’HENHAYE

Olentzero, dit la légende basque, est le charbonnier qui vit dans la montagne où il fabrique du charbon de bois. Une fois l’an, juste avant Noël, il va par villes et villages distribuer aux pauvres des bûches afin que nul ne souffre du froid la nuit de Noël. De nos jours encore, Olentzero, monté sur un pottok (le petit cheval sauvage du Pays basque), fait du porte à porte et distribue bonbons et friandises aux enfants qui ne manquent pas de lui faire cortège. À Bayonne les 18 et 19 décembre. Office de tourisme : 0820 42 64 64 À Saint-Jean-de-Luz, le 23 décembre. Office de tourisme : 05 59 26 03 16 www.saint-jean-de-luz.com À Hendaye, le 24 décembre. Office de tourisme : 05 59 20 00 34 www.hendaye-tourisme.fr

LOT-ETGARONNE

LE PIQUE HOÜ (LO PICAHÒU) Cette tradition landaise est restée vivante à Montforten-Chalosse. La fête de Noël, commémoration de la naissance de l’Enfant-Jésus, est l’occasion de fêter tous les nouveau-nés de l’année. Les enfants de la commune s’arrêtent devant chaque maison où un enfant est né au cours de l’année écoulée et entonnent en chœur la chanson de Pique-Hoü pour souhaiter la bienvenue aux petits. En échange, ils reçoivent des friandises, parfois même des pièces de monnaie. Autrefois, c’était des pommes, des noix et des châtaignes... À Montfort-en-Chalosse, le vendredi 24 décembre 2010. Office de tourisme : 05 58 98 58 50

À LIRE LE FESTIN FAIT SON CINÉMA Le numéro d’hiver du festin sera entièrement consacré au septième art en Aquitaine. Le festin propose de découvrir dans ce numéro ceux qui ont fait l’histoire du cinéma dans notre région et comment l’Aquitaine est devenue une terre de prédilection pour les tournages. En un peu plus d’un siècle d’existence, le cinéma aquitain, marqué par des personnalités telles que Max Linder, Rose Lacau, Émile Couzinet ou Jean Eustache, a accompagné toutes les évolutions, tant techniques que culturelles, de l’épopée cinématographique. L’Aquitaine a vu naître bien des talents. Cependant, de leur région natale à Paris, en passant par Hollywood pour certains, les destins des comédiens se suivent mais ne se ressemblent pas. Jean Eustache, André Téchiné, Catherine Breillat, et plus récemment Delphine Gleize, Thomas Bardinet ou encore Yves Caumon sont autant de cinéastes aquitains qui ont un jour livré des œuvres

clairement autobiographiques. Puisant leur inspiration dans leurs propres souvenirs et la nostalgie d’une enfance passée dans la région, ces films font souvent figure de quête d’un paradis perdu. L’Aquitaine, par la variété de ses paysages et de ses architectures, est depuis longtemps très prisée pour les tournages de cinéma. Qu’elle soit choisie pour elle-même ou qu’elle serve de cadre de substitution à un décor générique, la région se prête à toutes les envies des réalisateurs. le festin spécial cinéma, c’est également... un DVD offert. Ce numéro thématique s’accompagne d’un DVD offert. Intitulé Famille je vous aime!, celui-ci regroupe quatre courts-métrages réalisés par des auteurs aquitains ou ayant tourné en Aquitaine. Le festin #76 sera disponible en kiosque à partir du 15 décembre 2010 jusqu’au 15 mars 2011 www.lefestin.net

_ d é c e mbre 2010 & janvier 2011 _ n°39

TOURTIÈRE TOUT COURT

GASTRONOMIE Dessert emblématique dans l’Aquitaine

de l’intérieur, la tourtière est une appellation d’origine incontrôlée, qui fait l’objet d’un duel à fleurets mouchetés entre Landais et Lot-et-Garonnais.

C

hacune des deux parties belligérantes vous dira que la vraie tourtière est la leur et que celle de l’autre est en fait une croustade ; pour nourrir la confusion, certains parlent même de pastis gersois. Nonobstant ce casus belli, nous opterons exclusivement pour le qualificatif ethnocentriste de « tourtière », au nom de l’apaisement et de la limpidité de notre propos. Qu’elle soit du 40 ou du 47 donc, la tourtière exige la maîtrise d’un même et savant protocole, hérité du fond des âges. Après son pétrissage musclé et son repos mérité, la pâte est délicatement étirée (pastis estirat* en gascon) sur toute la surface d’une grande table, elle-même recouverte d’un drap. Une fois diaphane et « arachnéenne », comme dirait le chef Alain Dutournier, la pâte est badigeonnée en son centre à la graisse d’oie, au moyen d’une queue de dindon de préférence, car souple et large. La main toujours légère, on saupoudre de sucre la pâte ouvragée et l’humecte de quelques larmes d’armagnac. Puis on replie sur le centre la partie droite ou gauche de la pâte encore immaculée et l’on reprend le badigeon ; traditionnellement,

les fines couches de la pâte sont garnies de pruneaux ou de pommes. Et ainsi de suite, jusques à obtenir une pâte prête à enfourner. Les quelque vingt minutes de cuisson donnent naissance à un écheveau aérien de pâte croustillante, qu’une flambée à l’armagnac viendra parfumer encore un peu. Les deux produits sont intimement liés : la géographie de la tourtière épouse peu ou prou celle de l’Armagnac, un croissant allant de l’est des Landes au Lot-et-Garonne en passant par le Gers. À la différence de la tourtière landaise, large et fine, la tourtière lot-et-garonnaise est enlevée et rehaussée, coiffée d’un chapeau de feuilles craquantes. Pour découvrir les deux variantes, deux idées de sortie à consigner dans les agendas estivaux : en Lot-et-Garonne, les très belles communes de Penne-d’Agenais et Tournond’Agenais organisent une fête de la tourtière, respectivement en juillet et en août; dans les Landes, l’écomusée de Marquèze propose un atelier cuisine pour mettre la main à la pâte et la pâte à la bouche ! Insoutenable légèreté de la tourtière… ■ * À ne pas confondre avec pastis borrit, qui signifie « pâte bouillie » et désigne le traditionnel pastis landais (voir l’Aquitaine n°35)


BIEN VIVRE

15

LANGUES RÉGIONALES Cette page est consacrée à l’expression basque et occitane. BASQUE

MENDE ERDIA EUSKAL PEDAGOGIA SUSTATZEN

Un demi-siècle en faveur de la pédagogie basque Le centre pédagogique basque Ikas a célébré ses 50 ans l’année dernière. Et il a montré qu’il se trouve en excellente santé. Après l’organisation des premières journées pédagogiques basques, l’association a connu un grand essor. Durant toutes ces années, elle a assuré la création du matériel pédagogique

en langue basque, et est devenue une référence pour les ikastola et les écoles bilingues publiques et privées. Le centre dispose de milliers de livres et de publications dans ses locaux d’Ustaritz, en grande partie destinés aux professeurs. Le centre va bientôt déménager vers de nouveaux locaux. En dehors de la publication de livres et de matériel pédagogique, Ikas s’est lancé dans la numérisation des documents. Huit salariés assurent ce travail quotidien, et afin d’assurer le financement de ces salariés et de son activité, les subventions publiques sont indispensables. L’Office public de la langue basque a renouvelé l’accord avec Ikas, il y a quelques mois. Ainsi, le département des PyrénéesAtlantiques, la région Aquitaine et l’État participent à son financement. Le travail fourni par Ikas est précieux pour les professeurs et élèves de l’enseignement basque. Ikas publie chaque année entre quinze et vingt livres de qualité, à 200 exemplaires pour les professeurs,

et à 3000 pour les élèves. Ikas veut montrer ainsi que la langue basque a besoin de publications modernes et de qualité. ■

En savoir plus : http://www.ikas.org Tél. : 05 59 93 24 80

© IKAS

I

Erakunde Publikoarekin hitzarmena berritu zuten duela zenbait hilabete. Pirinio Atlantikoetako departamenduaren, Akitaniako eskualdearen eta Estatuaren diru iturriak ezinbestekoak dituzte. Euskarazko irakaskuntzan ari diren irakasle eta ikasleentzat lan preziatua egiten du. Urtero hamabost bat kalitateko liburu argitaratzen ditu Ikasek, berrehun aletan irakasleentzat baldin badira, eta 3.000 aletan ikasleentzat baldin badira. Hain zuzen, euskarazko irakaskuntzak kalitateko argitalpenak behar dituela aldarrikatzen dute Ikaseko arduradunek.

kas pedagogia zerbitzuak mende erdia bete zuen iaz. Eta osasuntsu dagoela erakutsi du. Euskal pedagogia egunak antolatzen hasi, eta geroztik garapen handia izan duen elkartea da. Euskarazko irakaskuntzarako ikasmateriala sortzen ibili da urte horietan guztietan, eta ikastoletako eta eskola elebidun publiko eta pribatuetarako erreferentzia bihurtua da. Uztaritzen daukan egoitzan milaka eta milaka liburu eta argitalpen biltzen ditu, hein handi batez, irakasleen zerbitzuko. Funtsean, laster egoitza berri batera joanen dira, lana baldintza hobeetan egin ahal izateko. Liburuen bilketa lanaz eta ikasmaterialaren produkzioaz gain, orain beste ildo batean hasiak dira: dokumentuen digitalizatzen ari dira, euskarri informatikoan eskuragarri izan daitezen. Lan hori guztia segurtatzeko, zortzi langile dituzte. Lan hori egin ahal izateko, langileak ordaintzeko eta gastuei aurre egiteko, diru laguntzak ezinbestekoak dituzte. Euskararen

Le centre pédagogique basque Ikas dispose de milliers de livres, en grande partie destinés aux professeurs.

OCCITAN

LA POËSIA DE MANCIET EN ÇÒ DE GALLIMARD

© JEAN-FRANÇOIS GROUSSET

E

n junh de 2005 Bernard Manciet l’un deus autors màgers de la literatura europèa se morí. Se l’òme nos deishè, son òbra demòra e l’actualitat nos balha l’escasença de la tornar visitar tostemps. Atau, desempuish dus ans, Ulisse au flume, comanda de la Companhia Tiberghien au poèta occitan dab lo quau tribalhè mei de 15 annadas, se pòt véder dab hèra de plaser sus l’empont. De mei, per la rentrada literara 2010, André Velter director de la colleccion Poësia en çò de Gallimard qu’avó una idea de las bonas en publicar L’enterrament a Sabres en edicion bilingüa. Qu’ei mei qu’ua reconeishença per la bohada epica de l’escrivan gascon, puish que sonque dus poètas de lenga minoritària avón aqueste privilegi : Bernard Manciet per l’occitan e Pasolini per lo friolan. E ací, qu’ei ua concecracion esperada e meritada. Quan vedem l’òbra de l’escrivan de Trensac, be sabem que de la novèla au roman, deu teatre a la poësia epica, e dinc a l’ensai, nat genre literari li escapè. Au centre de la soa epopèia com au còr de la soa inspiracion, se tròba aqueste poèma epic de 5000 vèrs qui vien de préner sa plaça dens la colleccion Poësia de Gallimard. Per’mor L’enterrament a Sabres qu’ei lo d’ua vielha hemna. Se pòt véder l’alegoria de la fin e de la disparicion de la civilizacion occitana. Totun, mercés a

Du local au global, du parler noir de ses landes natales jusqu’aux mythes antiques, c’est à un univers entier que nous invite le poète gascon.

la magia de la poësia, la lenga tròba dens aqueste ataüc ua arrevicolada, capvath un tèxte epic qui pertòca l’universau. Enter paganisme e bohada biblica la votz de Bernard Manciet li pòrta la paraula d’un pòple magnificada dinc au divin. E deu locau au globau, deu parlar negue de las soas lanas nataus taus mites antics, qu’ei un univèrs sancèr au quau nos convida lo poèta gascon. Qu’ei a jogar qu’aquera parucion çò de Gallimard que balharà a sa poësia capvath aus lectors un vam navèth.

La poésie de Manciet chez Gallimard En juin 2005 mourait Bernard Manciet, l’un des poètes majeurs de la littérature européenne. Mais si l’homme nous a quittés, son œuvre demeure et l’actualité nous donne régulièrement l’occasion de la revisiter. Ainsi, depuis deux ans on peut voir sur scène avec grand plaisir Ulysse au fleuve, une commande de la compagnie Tigerghien au poète occitan avec lequel elle travailla quinze années durant. De même, pour la rentrée littéraire 2010,

André Velter, directeur de la collection Poésie chez Gallimard, a eu la bonne idée de publier en édition bilingue l’Enterrement à Sabres. C’est là plus qu’une simple reconnaissance pour le souffle épique de l’écrivain gascon puisque seuls deux poètes de « langue minoritaire » eurent ce privilège : Bernard Manciet pour l’occitan et Pier-Paolo Pasolini pour le frioulan. C’est en fait une consécration espérée et méritée. Quand on connaît l’œuvre du poète de Trensacq, de la nouvelle au roman, du théâtre à la poésie épique, et jusqu’à l’essai, on sait qu’aucun genre littéraire ne lui échappa. Et au centre de son épopée comme au cœur de son inspiration, se trouve ce poème épique de cinq mille vers qui vient de prendre sa place dans la collection Poésie de Gallimard. Car l’Enterrement à Sabres, c’est celui d’une vieille femme. Et on peut y voir l’allégorie de la fin et de la disparition de la civilisation occitane. Cependant, grâce à la magie de la poésie, la langue trouve dans cette tombe une renaissance, au travers d’un texte épique qui touche à l’universel. Entre paganisme et souffle biblique, la voix de Bernard Manciet y porte la parole d’un peuple magnifiée jusqu’au divin. Et du local au global, du parler noir de ses landes natales jusqu’aux mythes antiques, c’est à un univers entier que nous invite le poète gascon. Il est à parier que cette parution au sein de Gallimard donnera à sa poésie un élan nouveau auprès des lecteurs. ■

_ d é c e m b re 2010 & jan vi e r 2011 _ n ° 39


Avec l’A65 Bordeaux-Pau,

c’est toute la région Aquitaine

Crédit photo : Alban Gilbert

qui se rassemble.

DÉCEMBRE 2010 mise en service

A65

Le Conseil régional d'Aquitaine a oeuvré sans discontinuer pour la réalisation de l’A65, une infrastructure qui apporte aujourd'hui de réelles opportunités d'aménagement du territoire : 1 heure gagnée entre Bordeaux et Pau (2 heures au lieu de 3) dans des conditions optimales de sécurité, le désenclavement des territoires et des vallées pyrénéennes ainsi que la création de nouvelles perspectives de développement économique.

Avec l'A65, c’est toute la région Aquitaine qui se rassemble.

Voir plus loin.

journal l'Aquitaine 39  

journal d'information du conseil régional d'Aquitaine

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you