Issuu on Google+

L’AQUITAINE A BESOIN DE SON TGV Transport. Alain Rousset et les grands élus d’Aquitaine interpellent François Fillon pour que le gouvernement respecte ses engagements. Ils viennent d’adresser

au Premier ministre une lettre au sujet du projet de LGV Sud–Europe–Atlantique, par laquelle ils demandent à François Fillon de lancer immédiatement la dernière

phase de mise en compétition des concessionnaires sur la LGV Tours–Bordeaux et de poursuivre les études sur la réalisation de la ligne dans le Pays basque. Page 10

N° 34 _ JUILLET, AOÛT & SEPTEMBRE 2009 _ LE JOURNAL D’INFORMATION DU CONSEIL RÉGIONAL D’AQUITAINE

FACE À LA CRISE,

LE PLAN DE RELANCE RÉGIONAL BUDGET. Le conseil régional vient d’adopter un plan de relance de l’économie, de solidarité avec les salariés et les sinistrés de la tempête Klaus. Il intensifie ses efforts pour soutenir l’activité des entreprises et renforcer la formation des salariés. À travers ce plan de relance régional,

BIEN VIVRE

ÉCLA. La nouvelle agence régionale pour l’écrit, le cinéma, le livre et l’audiovisuel en Aquitaine. Page 18

il dégage tous les moyens disponibles pour accélérer la reprise et préparer l’Aquitaine à rebondir. En décembre 2008 déjà, le budget primitif de l’année 2009 enregistrait une forte augmentation des engagements pour amortir les effets de la crise financière et économique. Page 2

MALAGAR. L’esprit d’équipe au programme des Vendanges avec Lilian Thuram.

ISVV. Une œuvre d’art de Pascal Convert pour l’Institut des Sciences de la Vigne et du Vin.

Page 21

Page 21

Les vidéos sont consultables sur le site

www.aquitaine.fr


2 SOMMAIRE

À LA UNE

À LA UNE. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 2 FACE À LA CRISE UN PLAN DE RELANCE RÉGIONAL Les grandes orientations du plan régional • Aider les entreprises • Former les salariés • Réparer les dégâts de la tempête

Des mesures concrètes pour la reprise • Écoconstruction, patrimoine, formation, Ter Aquitaine, LGV, reclassement, secteur industriel…

DOSSIER . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 6 AMÉNAGEMENT Le chantier de l’A65 avance à grands pas • Tracé de l’autoroute A65 • Le respect de la biodiversité • L’A65 vue par deux chefs d’entreprise landais

Ter Aquitaine . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 8 De grandes avancées pour un meilleur service • Convention Région Aquitaine–SNCF • Accessibilité handicap • Lignes routières régionales • Pau–Canfranc • Des tarifs pour tous

L’Aquitaine a besoin de son TGV . . . . . . . . . . page 10 • Lettre d’Alain Rousset à François Fillon

ACTUALITÉS. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 11 LA RÉGION APPORTE DES SOLUTIONS Logement, formation, emploi • Pour entrer dans une collectivité • Unis Cité : pour un engagement citoyen volontaire • La Région soutient la rénovation de la ZUP de Bayonne • Soutenir les dynamiques des acteurs du territoire • Le logement intergénérationnel

EN DIRECT . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 14 DU CONSEIL RÉGIONAL

Le plan de relance régional marche sur deux jambes. Il s’agit : • de maintenir l’activité des entreprises par des aides directes ou par la commande publique, (en particulier dans le secteur aéronautique) ; • de renforcer la compétitivité régionale et le niveau de

qualification des salariés aquitains par la formation professionnelle. Chaque fois que cela sera possible, en partenariat avec le monde industriel, la formation constituera un substitut au chômage. Ces actions constitueront des atouts lors de la sortie de crise.

• L’Aquitaine ouvre un bureau en Chine • La rentrée 2009 se prépare dès maintenant • Tribunes d’élus

BIEN VIVRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . page 18 ÉCLA : UNE NOUVELLE AGENCE POUR L’ÉCRIT, LE CINÉMA, LE LIVRE ET L’AUDIOVISUEL • La Région soutient les salles de proximité • Aquitaine, terre de tournage • Agorila, un label musical basque • Bordeaux, la ville la plus rock de France ? • Le 1% artistique à l’Institut des sciences de la Vigne et du Vin (ISVV) • Les vendanges de Malagar

LANGUES RÉGIONALES . . . . . . . . . page 23 • Les falaises de Socoa • Une formation en occitan

_ juillet, août & septembre 2009 _ n°34

LES ENTREPRISES AU CŒUR DU DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE Chaque année, la Région Aquitaine soutient en moyenne plus de 2 000 entreprises et permet la reprise et la transmission de 6 000 d’entre elles. Le maillage économique de notre territoire est constitué d’un important tissu de petites et moyennes entreprises qui font la réussite de l’Aquitaine. Certains secteurs d’activité, tels que l’aéronautique, sont particulièrement impactés par la

crise car tributaires des fluctuations de la demande mondiale. Dans le cadre de ses compétences en matière de développement économique et de son plan de relance, la Région Aquitaine met tout en œuvre pour maintenir l’activité des entreprises à un niveau compétitif et pérenniser les compétences de leurs salariés face aux aléas du marché.


À LA UNE

3

Alain Rousset, président du conseil régional d’Aquitaine

REBONDIR

FACE À LA CRISE,

RÉPARER, PRÉPARER

LE PLAN DE RELANCE RÉGIONAL

La Région dégage tous les moyens disponibles pour accélérer la reprise et préparer l’Aquitaine à rebondir. Grâce à un plan de relance de l’économie et de solidarité anticrise, elle intensifie ses efforts pour soutenir l’activité des entreprises et renforcer la formation des salariés. a Région vient d’adopter son budget supplémentaire aux couleurs d’un plan de relance de l’économie, de solidarité avec les salariés et les sinistrés de la tempête Klaus. En décembre 2008 déjà, le budget primitif de l’année 2009 enregistrait une forte augmentation des engagements pour amortir les effets de la crise financière et économique. Il prévoyait d’investir massivement pour l’emploi, la modernisation des entreprises, l’innovation, la formation et l’éducation. Un signal fort avait été donné aux entreprises grâce au doublement des autorisations de programmes, de 500 millions d’euros à plus d’un milliard d’euros.

Maintenir l’activité Ces orientations sont confortées par le budget supplémentaire adopté par la Région en juin 2009 : 34 millions d’euros supplémentaires ont été votés en faveur des entreprises et des emplois en Aquitaine et 12 millions spécifiquement dédiés aux conséquences de la tempête. Entraînée par l’ampleur de la crise mondiale, la France voit le nombre des demandeurs d’emploi augmenter chaque mois dans des proportions importantes et, chaque jour, de plus en plus d’entreprises régionales annoncent de nouvelles mesures de réduction d’effectif, de chômage partiel, de pertes de marchés. Et si l’Aquitaine souffre moins que d’autres, il n’en demeure pas moins que la situation est grave dans plusieurs bassins d’emplois.

Renforcer la compétitivité Dans ce contexte, les investissements régionaux dans les grandes infrastructures, la recherche, le développement économique, la formation sont plus que jamais détermi-

nants. Le plan de relance régional marche ainsi sur deux jambes. Il s’agit, d’une part, de maintenir l’activité des entreprises par des aides directes ou par la commande publique, afin d’amortir l’effondrement de certains marchés, en particulier dans le secteur de la sous-traitance aéronautique. D’autre part, il s’agit de renforcer la compétitivité régionale et le niveau de qualification des salariés aquitains par la formation pro34 MILLIONS fessionnelle, qui, auD’EUROS tant que faire se SUPPLÉMENTAIRES peut, doit être une réponse tournée vers ONT ÉTÉ VOTÉS l’avenir pour les salaEN FAVEUR riés au chômage ou DES ENTREPRISES qui risqueraient de ET DES EMPLOIS l’être : la formation EN AQUITAINE. chaque fois que cela sera possible constituera un substitut au chômage en partenariat avec le monde industriel. Ces actions constitueront des atouts lors de la sortie de crise. n

Le principe d’un plan de relance En économie, une action de « relance » consiste en une intensification des investissements publics, dont le but est de susciter une augmentation de l’activité économique et de réduire le chômage. Par un effet démultiplicateur, la hausse des investissements publics soutient l’activité des entreprises, lesquelles peuvent maintenir leur volume global de production. De ce fait, elles préservent l’emploi de leurs salariés et peuvent, à terme, envisager de nouvelles embauches. Tous les dispositifs que la Région Aquitaine met en place pour lutter contre la crise participent de cette logique.

© DR

© PHOTOS : GILBERT ALBAN

LA LETTRE AUX AQUITAINS

Une difficulté arrive rarement seule : nous subissons toujours, et pour combien de temps, la crise financière et économique, à quoi s’est ajoutée la grande tempête subie en janvier, quand nos pins avaient grandi depuis si longtemps. On connaît désormais précisément le bilan de Klaus. Celui de l’ouragan financier est loin d’être clos. C’est la mission prioritaire, l’ardente obligation de la Région que de faire face aux côtés de tous ceux qui sont blessés et fragiles: il nous faut agir juste, il nous faut agir vite, il nous faut organiser l’intervention publique sur le court et le moyen terme, articuler les besoins en financement de fonctionnement et les investissements. Moins d’un mois après la tempête, nous avons décidé des mesures de solidarité indispensables (31 millions d’euros au total). Aujourd’hui, c’est par le déploiement du budget supplémentaire que la Région Aquitaine va affronter conjointement les deux difficultés : 61,5 millions d’euros, seront intégralement utilisés pour être injectés dans l’économie aquitaine. Reconstruire après la tempête : « Il nous faut un programme opérationnel de trois ans est proposé à la agir juste et sylviculture. Un second, d’une vite, organiser l’interven- même durée, aux filières agricoles, tion publique la Région renforçant par ailleurs fortement sa capacité d’action sur le court au bénéfice de l’industrie et le moyen agroalimentaire. terme. » Affronter la crise : il faut à la fois réparer et préparer. Réparer, c’est aider les entreprises à affronter leurs difficultés de trésorerie, en ce moment où le système bancaire est meurtri et défaillant. C’est tout autant apporter des aides exceptionnelles aux entreprises en difficulté, en activant et amplifiant les dispositifs de soutien financier. Préparer, c’est améliorer encore l’outil de la formation professionnelle : pour qualifier et sécuriser les parcours des salariés, spécifiquement ceux qui sont les plus exposés. Préparer, c’est aussi contribuer au développement de l’économie verte en soutenant l’éco-innovation et l’écoconstruction qui feront fonction de leviers de croissance. Réparer tout en préparant, c’est enfin, avec la commande publique qui relève directement de la responsabilité de la Région et des autres collectivités locales, amplifier et accélérer l’engagement des ressources régionales sur les grands chantiers, ceux qui mobilisent puissamment les carnets de commandes des entreprises régionales, comme la construction des lycées ou le très haut débit. On aimerait avoir plus de bras encore, comme une Shivah décidée à bâtir, pour mieux contrer la crise, soutenir nos entreprises, solidifier notre territoire et fiabiliser nos emplois. Il faut réussir cette relance. Aquitains, nous avons beaucoup de bras. Avec tous les vôtres, faisons la chaîne. _ juillet, août & septembre 2009 _ n°34


4 À LA UNE PLAN DE RELANCE

LES GRANDES

REPÈRES

ORIENTATIONS DU PLAN RÉGIONAL

La Région intensifie son action en faveur de la trésorerie et du capital des entreprises, et accélère ses programmes d’investissement tout en œuvrant pour une relance verte.

Soutien à la trésorerie et au capital des entreprises Les pourcentages d’acomptes pour le paiement des subventions seront systématiquement relevés de 0 à 50 % pour les investissements matériels, de 40 à 60 % pour la recherche, le niveau des avances versées aux entreprises au titre de la commande publique passe de 5 % à 20-30 %. En outre, depuis le 1er juillet, un moratoire d’au moins un an est instauré sur le remboursement des avances accordées par la Région. Au total, ces mesures portent sur 12,3 M€. Le conseil régional facilite aussi l’octroi de prêts bancaires en augmentant son fonds de garantie(65 M€ supplémentaires, dans le cadre d’un partenariat avec Oséo). Il aide par ailleurs les moyennes entreprises industrielles à se restructurer financièrement en abondant un système d’aide exceptionnel doté de 3 M€. Enfin, il répond aux besoins de capitaux des jeunes entreprises en intensifiant sa participation à des fonds d’investissement ; le montant global de ces fonds s’élève à 430 M€.

Accélération des programmes d’investissement Afin d’apporter un soutien indirect au bâtiment et travaux publics, la Région intensifie ses investissements dans la construction d’infrastructures et de lycées. Ainsi, près de 7 M€ de crédits de paiement supplémentaires sont accordés pour finaliser des chantiers inscrits au contrat de projet État Région 2000-2006 ainsi que 10,7 M€ d’autorisations de programme supplémentaires pour les lycées.

Relance verte La construction durable et les énergies renouvelables comptent parmi les secteurs les plus porteurs d’emplois et sont le gage d’une relance verte. La Région promeut la professionnalisation de l’écoconstruction dans le bâtiment et crée cette année une société d’économie pour le développement des énergies renouvelables. Les prises de participations de cette SEM permettront de soutenir des projets d’un montant global de 200 M€.

2. Former les salariés Première compétence de la Région, la formation professionnelle est également mobilisée, à la fois pour éviter le recours aux licencie-

ments et pour préparer l’après-crise par le renforcement des compétences.

Accompagnement des publics fragiles La formation professionnelle est un outil de réponse à la crise. Elle cible plus particulièrement les jeunes, les adultes peu qualifiés, les personnes porteuses de handicap et les salariés des petites, moyennes et très petites entreprises (PME–TPE). Au total, près de 5 M€ de crédits supplémentaires seront affectés aux aides directes aux plans de formation d’entreprises, à des actions collectives pour les TPE–PME, au soutien aux congés individuels de formation, à l’augmentation des aides individuelles à la qualification, ainsi qu’à l’orientation.

LA PROMOTION DE L’ÉCOCONSTRUCTION En partenariat avec la chambre régionale des métiers, le conseil régional participe à la promotion de l’écoconstruction au sein de la filière artisanale du bâtiment afin de professionnaliser l’offre et de stimuler la demande dans le cadre d’une relance verte.

Création d’un fonds régional pour la formation Parmi l’ensemble des mesures de soutien à la formation figure la création d’un fonds régional doté de 3 M€. Il s’adresse aux PME qui souhaitent former leurs salariés, notamment dans les bassins d’emplois et les secteurs d’activité où la situation économique est la plus préoccupante. Ainsi, des plates-formes d’accompagnement aux mutations économiques vont être développées par territoire et par filière.

3. Réparer les dégâts de la tempête

© ROMAIN CINTRACT

1. Aider les entreprises

© ALBAN GILBERT

Le plan régional de relance, proposé dans des circonstances économiques exceptionnelles, vise à dégager tous les moyens disponibles pour lutter contre la crise, accélérer la relance et préparer l’Aquitaine à rebondir.

LE PATRIMOINE CRÉE AUSSI DE L’EMPLOI Le dispositif d’aides à la restauration et à la valorisation du patrimoine protégé sera généralisé à toutes les communes d’Aquitaine avec un soutien accru en faveur des édifices inscrits à l’inventaire des monuments historiques.

Dans le contexte actuel de crise économique, l’Aquitaine a la particularité d’être la région la plus touchée par la tempête de janvier. Sur les 31M€ octroyés sur trois ans pour le plan tempête, la Région débloque 12 millions au titre du budget supplémentaire 2009.

Soutien aux exploitants forestiers Les nouveaux moyens dégagés vont permettre d’honorer la première partie du plan triennal de soutien à la filière : adaptation du dispositif SODEF (prêts bonifiés pour les investissements des sylviculteurs), aides au stockage et au transport, aux industries de transformation du bois, études prospectives sur le devenir du massif forestier et actions d’animation et de commercialisation.

Aides d’urgence aux agriculteurs Le budget supplémentaire prévoit les moyens nécessaires pour couvrir le plan régional d’urgence en faveur de l’agriculture. Dans un premier temps 260 000 € sont attribués aux agriculteurs et ostréiculteurs sinistrés. Concernant la reconstruction de l’appareil de production agricole, 4 M€ vont être débloqués sous forme d’autorisations de programmes. n

_ juillet, août & septembre 2009 _ n°34

100000 EMPLOIS À LA CLÉ AVEC LA LGV Avec 100000 emplois par an pendant sa construction et 1000 emplois directs permanents, la ligne à grande vitesse Sud– Europe–Atlantique est un atout majeur pour la relance de l’économie aquitaine et un fabuleux outil pour une mobilité «verte».


À LA UNE PLAN DE RELANCE

5

34 M€ 12 M€ 3/4

DES MOYENS POUR RÉPARER LES DÉGÂTS DE LA TEMPÊTE La Région dégage des moyens significatifs (31 millions d’euros sur trois ans) pour réparer et accompagner la reprise des activités les plus touchées : 12 millions sont immédiatement engagés pour soutenir les exploitants forestiers, par des aides au stockage, au transport et à la transformation du bois.

© ALBAN GILBERT

© ALBAN GILBERT

pour les entreprises et les emplois.

UN NOUVEAU RÉGIME D’AIDE POUR LES MOYENNES ENTREPRISES DU SECTEUR INDUSTRIEL Jusqu’au 31 décembre 2010, la Région financera, en plus des crédits inscrits au budget primitif, un système d’aide exceptionnel doté de 3 millions d’euros, qui permet de porter l’équivalent subvention de 200000 à 500000 euros pour aider les moyennes entreprises à se restructurer financièrement.

d’aides immédiates aux sinistrés de la tempête.

du budget supplémentaire 2009 consacrés aux plans relance et tempête.

DES MESURES CONCRÈTES POUR LA

© PHOVOIR IMAGES

REPRISE

UN CHÈQUE «RECLASSEMENT» POUR LES SALARIÉS EN RECONVERSION Le conseil régional apporte une réponse concrète, à hauteur de 4000 euros pour chaque salarié amené à se reconvertir suite à un licenciement. Cette aide qui vise à sécuriser leur transition professionnelle est financée à hauteur de 4,67 millions d’euros au total pour l’année 2009.

TER AQUITAINE : DE GRANDS TRAVAUX DE RÉGÉNÉRATION DES VOIES FERRÉES La Région va accompagner Réseau ferré de France et l’État pour régénérer les voies ferrées, car faute de voies en bon état, nos trains roulent souvent au ralenti et les voyageurs subissent de trop nombreux de retards. La Région investit même au-delà de ses compétences dans le ferroviaire. Dans le CPER 2007-2013, elle finance à égalité avec l’État la régénération de plusieurs lignes comme Bayonne–Cambo, Libourne–Bergerac–Sarlat, Périgueux– Agen ou Bordeaux–Langon.

© GUILLAUME BONNAUD

© ALBAN GILBERT

© ALBAN GILBERT

© ALBAN GILBERT

RÉMUNÉRATION DES STAGIAIRES : LE REVENU SOCIAL DE FORMATION Le conseil régional vient de décider de prendre en charge la rémunération de 5000 stagiaires supplémentaires, ce qui fait 20000 au total. La rémunération des stagiaires joue un rôle capital dans la sécurisation des parcours qu’entreprennent les jeunes et adultes en demande d’emploi, notamment les jeunes accompagnés par les missions locales. Le montant consacré à cette prise en charge est de 30 millions d’euros.

3 MILLIONS D’EUROS POUR UN FONDS RÉGIONAL DESTINÉ À LA FORMATION Il s’agit d’apporter aux PME des financements pour la formation professionnelle de leurs salariés et de répondre ainsi à la mutation économique de certains bassins d’emplois (Landes, Fumelois) et de certains secteurs (aéronautique, chimie, nautisme). _ juillet, août & septembre 2009 _ n°34


6 DOSSIER AMÉNAGEMENT L’AUTOROUTE A65

LE CHANTIER

TRACÉ DE L’AUTOROUTE A65 Le Le chantier chantier de de la la liaison liaison autoroutière autoroutière entre en œuvre entre Pau Pau et et Langon Langon est est bien bien avancé, avancé, sa sa mise livraison devrait être effective courant devrait être effective courant 2010. 2010.

Langon Langon

A A6622

TOULOUSE TOULOUSE

525424 NN

DE LA BORDEAUX–PAU AVANCE À GRANDS PAS

BORDEAUX BORDEAUX

ne aronnne LLaa G Garo

D33 D

ède Cl Clède

D6 D655 55

CCiron iron

GIRONDE GIRONDE CCiron iron 525424 NN

LOT-ETLOT-ETGARONNE GARONNE

Ruisseau eau Ruiss ns Retio Retions

LANDES LANDES

Ru RRRibuiissssea ibaarroeauu rrouy uy D9D9 3333

Roquefort Roquefort D Doouuze ze

D9D9 3232

seau de Corbleu Ruis Ruisseau de Corbleu

Villeneuve Villeneuvede-Marsan de-Marsan

D9D39434

D30 D

30 Mont-de Mont-de-Marsan Marsan

LaLarcircis s

_ juillet, août & septembre 2009 _ n°34

dour A Adour

Sarron Sarron

BAYONNE BAYONNE BIARRITZ BIARRITZ

PYRÉNÉESPYRÉNÉESATLANTIQUES ATLANTIQUES

Thèze Thèze N1N313 44

Ce chantier gigantesque qui s’étend sur 150km, et qui relie Pau, deuxième ville d’Aquitaine à Bordeaux, devient ainsi un axe structurant pour tout le territoire traversé qui assure le rééquilibrage du territoire en favorisant le développement de l’Aquitaine de l’intérieur. Dès l’année prochaine, les usagers de l’A65 pourront relier Pau à la métropole girondine en 1h54 minutes contre 3 heures aujourd’hui. L’arrivée de cette liaison autoroutière est un facteur d’attractivité indéniable et un changement radical pour les particuliers, mais aussi pour les entreprises situées à proximité du tracé. En outre, l’A65 constitue un maillon important de la politique régionale de lutte contre le tout camion : les péages perçus sur cette infrastructure participeront au renforcement de l’attractivité du transport de marchandises par voies ferroviaires et maritimes que le conseil régional d’Aquitaine souhaite promouvoir. n

Aire-sur Aire-surl’Adour l’Adour

Déviation Déviation d’Aire sur d’Aire-surl’Adour. l’Adour. Ouverture Ouverture en en juin juin 2009 2009

N1N31434

Enfin, l’autoroute A65, c’est la garantie pour ses usagers de circuler sereinement: «Je pense à celles et ceux qui ont eu des accidents sur la vieille route », rappelle Alain Rousset, « de

Désenclaver l’est des Landes

4 N12 N124

ss baba GaGa

La sécurité en point de mire

1998 à 2008, 325 accidents ont fait 48 morts et 141 blessés. Grâce à l’autoroute, les gens rouleront en bien meilleure sécurité, et gagneront une heure entre Bordeaux et Pau. »

GERS GERS

yoyuou mma a RiRuiu

A65 prend forme, et sa livraison définitive à l’horizon 2010 est bien engagée. Premier ouvrage terminé, la déviation d’Aire-sur-l’Adour qui vient d’être livrée matérialise enfin l’arrivée de l’autoroute dans cette partie des Landes et fluidifie déjà cette partie de l’axe. Mais pour tenir les délais, le concessionnaire chargé des travaux, A’liénor, a doublé les effectifs sur le terrain. Aujourd’hui, ce sont près de 1 500 personnes qui travaillent sur le chantier où deux équipes se relaient de 6 heures à 22 heures. Pour répondre aux besoins du groupe Eiffage chargé des travaux, le conseil régional d’Aquitaine s’est mobilisé et a débloqué 250 000 € pour des formations liées au métiers du BTP. Par ailleurs 30 % des missions sont confiées à des entreprises sous-traitantes, et le recrutement local a été privilégié.

La Région a été particulièrement vigilante aux mesures compensatoires mises en œuvre tant vis-à-vis des espaces naturels que des propriétaires fonciers affectés par la réalisation de l’infrastructure.

LLud udoon n

Pau Pau

© XXXXXXXXXXXXXXX

© GUILLAUME BONNAUD

idou M Midou

A664 A 4

TOULOUSE TOULOUSE TARBES TARBES


L’A65 VUE

7

PAR DEUX CHEFS D’ENTREPRISE LANDAIS

REPÈRES JEAN-LOUIS CARRÈRE 1ER VICE-PRÉSIDENT DU CONSEIL RÉGIONAL EN CHARGE DES INFRASTRUCTURES, DES TRANSPORTS ET DE L’INTERMODALITÉ

© ALBAN GILBERT

La Région Aquitaine a adopté le schéma régional des infrastructures, des transports et de l’intermodalité (SRIT). Qu’apporte-t-il de plus ? J.-L. C. : Le SRIT sert d’abord la cohérence territoriale : nous avons travaillé avec les départements, les communautés de communes ou d’agglomération, autorités organisatrices de transports, pour améliorer le maillage de l’Aquitaine par les transports collectifs. Et nous

ENVIRONNEMENT

LE RESPECT DE LA

BIODIVERSITÉ La construction de l’A65 est conditionnée par de strictes exigences pour limiter les impacts de cette infrastructure sur la faune et la flore. En effet, A’liénor, le concessionnaire chargé des travaux, a érigé pour règle de respecter les espèces protégées vivant dans les zones traversées et la Région Aquitaine y a été particulièrement attentive. Autre impératif, la protection des rivières et des cours d’eau. L’objectif étant d’assurer la préservation des écosystèmes aquatiques, des zones humides, la protection et la restauration de la qualité des eaux. Des mesures qui visent à protéger cette ressource majeure et qui tiennent compte des recommandations du Conseil national de protection de la nature et obligent le concessionnaire à réaliser les compensations naturelles qui s’imposent. Comme sur le site des Neuf Fontaines à Bostens dans les Landes, où il a fallu revoir complètement certains aménagements et construire non pas un pont mais un viaduc de 70 mètres pour protéger les écrevisses à pattes blanches. Des mesures du même type ont été prises en faveur du vison et de la cistude d’Europe. n

PATRICK BOULOUISest le directeur général du groupe Cotrelec spécialiste des travaux publics et de l’électricité industrielle et tertiaire. En Aquitaine, ce sont près de 250 personnes qui travaillent dans la société et 150 d’entre elles sont rattachées au siège social de Mont-de-Marsan. Selon lui: «C’est une chance que cette autoroute arrive en Aquitaine, car c’est l’assurance de voir l’activité économique de Montde-Marsan augmenter d’ici dix ans. On peut également prévoir que les bases logistiques des enseignes de la grande distribution viendront s’installer à proximité de l’A65, et ainsi créer des emplois. » www.cotrelec.com

Le Ter Aquitaine est-il le fer de lance de cet engagement? J.-L. C. : Parce qu’il est de compétence régionale, le Ter Aquitaine est le moyen privilégié dont nous disposons pour matérialiser notre priorité absolue : celle d’un transport durable qui participe à l’aménagement solidaire des territoires et à la lutte contre les effets de serre. Le renouvellement de la convention qui nous

lie à la SNCF a été soumis au vote du conseil régional le10 juillet. Et puis nous discuterons à l’automne d’un plan ferroviaire très ambitieux pour les dix prochaines années : 400 M€ pour l’acquisition de nouveaux matériels, 500 M€ pour la régénération des voies et 600 M€ pour la LGV. En quoi le projet routier de l’A65 est-il cohérent avec la politique régionale ? J.-L. C. : La réalisation d’une liaison rapide et sûre entre Bordeaux et Pau, seconde ville de l’Aquitaine, relevait d’un rattrapage sur lequel nous ne pouvions pas transiger. Les retards de l’État nous ont conduits à accepter une liaison autoroutière pour ne pas différer encore cette infrastructure nécessaire à l’unité régionale. L’ouverture à la circulation se fera l’année prochaine. Et alors tous nos efforts porteront sur le report modal.

L’A65 EN CHIFFRES

© ALBAN GILBERT

Les aménagements de l’A65 tiennent compte de l’habitat du vison d’Europe et de l’écrevisse à pattes blanches.

constatons avec beaucoup de satisfaction que les départements calent désormais leur offre sur celle des Ter Aquitaine. Le SRIT doit nous aider aussi à aller vers la généralisation du titre de transport unique (bus, train, tram), à l’exemple de ce que nous avons fait avec Modalis sur la CUB. Enfin cette réflexion, qui va servir de référence pour les vingt ans à venir, scelle notre engagement de rompre avec le tout routier pour aller vers le ferroviaire et le maritime par le report modal.

17€ 150 2 1500 1,2 ce sera la coût d’un trajet entre Langon et Pau pour un véhicule léger. Les usagers réaliseront un gain de temps de 50 minutes pour relier Bordeaux à Pau et 30 minutes entre Mont-deMarsan et Bordeaux. La mise en service est prévue fin 2010.

ouvrages d’art dont 14 viaducs sont en construction.

ouvriers travaillent sur le chantier.

échangeurs sont prévus, un à Lescar avec l’A64 et un à Langon avec l’A62.

milliard d’euros, c’est le montant de l’investissement.

ÉCONOMIE

LE PORT DE BAYONNE OFFRE DES DÉBOUCHÉS AU BOIS-TEMPÊTE Avec 35 millions de m3 de bois à terre, soit 20 % de la production mondiale l’Aquitaine et sa forêt ont payé un lourd tribu à la tempête Klaus du 24 janvier dernier. Pour aider les sylviculteurs à trouver des débouchés aux peupliers et aux pins abattus, le port autonome de Bayonne a proposé de mettre son infrastructure au service des professionnels du bois aquitain. Une opération encouragée par le conseil régional d’Aquitaine et la CCI de Bayonne Pays basque, respectivement propriétaire et gestionnaire du port. Actuellement ce sont près de 3500 tonnes de bois qui sont

© CCI BAYONNE-PAYS BASQUE

Près de 1 500 personnes travaillent sur le chantier à la réalisation des 150 ouvrages d’art de l’A65.

PHILIPPE LABADIEà la tête d’une scierie du même nom, emploie 36 salariés sur la commune de Roquefort. Spécialisé dans la réalisation d’abris de jardins, d’auvents ou encore de charpentes en pin des Landes, ce chef d’entreprise estime que : « un échangeur autoroutier sur un territoire est synonyme d’attractivité économique pour les entreprises déjà installées comme pour celles qui souhaitent s’implanter dans une région. Pour l’activité de la scierie cette nouvelle autoroute est une bonne chose, elle va permettre de prospecter de nouveaux marchés en particulier en Espagne. » www.scierie-labadie.com

© G.MARTIN

© WWW.REMIMASSON.COM

© ALBAN GILBERT

© ALBAN GILBERT

AMÉLIORER LE MAILLAGE DE LA RÉGION

déposés sur des bateaux à destination de l’Europe du Nord, et du Maroc. Un navire chargé de bois tempête part ainsi tous les trois jours, essentiellement pour être transformé en bois de chauffage. Il est prévu d’évacuer 60 000 tonnes par mois jusqu’en 2011. Enfin, sur l’initiative de la Région Aquitaine,

les terrains dits « de Salinas » à Tarnos vont être utilisés pour exporter du boistempête. Cette zone de transit de 16,8 hectares va permettre de charger des bateaux jaugeant jusqu’à 15 000 tonnes, avant de laisser la place au groupe sidérurgique espagnol Celsa et à ses deux lamimoirs. www.cci.bayonne.fr

_ juillet, août & septembre _ n°34


8 DOSSIER AMÉNAGEMENT

TER AQUITAINE

DE GRANDES AVANCÉES POUR UN MEILLEUR SE CONVENTION RÉGION AQUITAINE-SNCF

DE NOUVELLES EXIGENCES POUR LE TER La convention pour l’exploitation du service public ferroviaire régional de transport de voyageurs signée en 2002 entre la Région et la SNCF vient d’être renouvelée. D’une durée de dix ans et pour un montant de 1,133 milliard d’euros, elle fixe les conditions d’exploitation et de financement des services relevant de la compétence régionale. Entamée en août 2008, la négociation entre les deux parties en amont de la signature a été longue et constructive. • L’usager au cœur de la convention La Région a réaffirmé des principes qui lui sont chers : maintenir un conducteur et un contrôleur dans chaque rame, assurer une présence humaine en gare et dans les trains pour informer et accompagner les usagers. Leurs attentes et leurs satisfactions seront désormais mesurées et prises en compte dans l’élaboration des actions à entreprendre. En cas de perturbation, les TGV pourront marquer un arrêt non prévu pour accueillir les voya-

© ALBAN GILBERT

Avec une hausse de 35 % du trafic voyageurs depuis 2002, le Ter Aquitaine connaît un succès populaire grandissant. Son ancrage dans le quotidien des Aquitains traduit la volonté de s’affranchir de la voiture et suppose, de la part de la Région, des efforts toujours plus importants pour satisfaire des usagers toujours plus nombreux. Depuis qu’elle est en charge de l’organisation des services de transports régionaux de voyageurs, la Région investit continûment et massivement pour doter le Ter Aquitaine de moyens à la hauteur de l’ambition affichée : offrir aux usagers aquitains le meilleur service de transport collectif possible. Malgré une nette amélioration, tant sur le plan des dessertes que sur celui du matériel, certaines difficultés d’exploitation rencontrées par la SNCF ont persisté, en termes de ponctualité des trains et de capacité des rames notamment. Cet état des lieux appelle des efforts supplémentaires qui trouvent leur traduction dans la nouvelle convention Région Aquitaine–SNCF. Au programme : de grandes avancées, qui commencent dès aujourd’hui. • Une nouvelle convention Région–SNCF À l’occasion de la signature avec la SNCF de la toute nouvelle convention d’exploitation, le conseil régional a intensifié ses exigences pour faire du Ter Aquitaine un service public de qualité et de proximité, géré d’une manière saine et dynamique. Sur dix ans, plus d’un milliard d’euros seront investis. • Une intensification du service Ter À l’horizon 2010, l’ensemble du matériel roulant aura été renouvelé, 125 dessertes créées et 40 % du réseau cadencé, c’est-à-dire qu’il offrira des trains à horaires fixes, réguliers et coordonnés entre eux, afin d’assurer de meilleures correspondances.

• Un Ter Aquitaine pour tous La Région souhaite que l’ensemble des Aquitains s’approprient le Ter, en proposant des tarifs pour tous, un schéma d’accessibilité en faveur des usagers en situation de handicap et, comme l’illustre la réouverture prochaine de la ligne ferroviaire Oloron–Bedous, en œuvrant pour que le réseau Ter Aquitaine couvre l’ensemble du territoire. n

Ter Aquitaine : qui fait quoi ? La Région Aquitaine est depuis 2002 l'autorité organisatrice du service public de transports ferroviaires des voyageurs. L'exploitation quotidienne du Ter Aquitaine est confiée à la SNCF. INFRASTRUCTURES FERROVIAIRES

ACCESSIBILITÉ HANDICAP

LIGNES ROUTIÈRES RÉGIONALES

LE TRAIN POUR TOUS !

LE RÉSEAU S’ÉTEND

L'amélioration du réseau et la création de nouvelles lignes sont gérées par RFF, aux côtés duquel la Région investit dans l'aménagement et la modernisation.

Le conseil régional d’Aquitaine a adopté un schéma directeur d’accessibilité afin d’offrir un accès sûr et confortable au réseau régional de transport aux voyageurs handicapés ou à mobilité réduite.

• Des trains à plancher bas À l’horizon 2015, 40 % des trains financés par la Région seront à plancher bas (90 % pour 2018), avec des aménagements intérieurs et des dispositifs sonores et visuels destinés aux malvoyants et aux malentendants. À partir de septembre 2009, tous les autocars circulant seront équipés de palettes élévatrices.

© DR

Une cinquantaine de gares et haltes Ter, et plus de 30 points d’arrêt d’autocars seront aménagés. Des investissements lourds pour lesquels la Région Aquitaine demande à ses partenaires de se mobiliser (particulièrement Réseau Ferré de France pour le franchissement des voies et le rehaussement des quais).

• La formation du personnel de gare Elle sera renforcée pour un véritable service d’accompagnement des voyageurs et d’assistance pour les personnes handicapées.n

© GUILLAUME BONNAUD

• Des gares aménagées

En 2007, la Région Aquitaine a adopté le projet de réseau de lignes routières régionales de transport de voyageurs. Après les deux lignes Pau–Agen et Pau–Mont-de-Marsan, cinq nouveaux itinéraires vont être proposés à partir de septembre : Agen– Villeneuve-sur-Lot, Mont-de-Marsan–Agen, Mont-de-Marsan– Marmande, Mauléon–Dax et Oloron–Canfranc. Le réseau de lignes routières régionales a comme vocation première la complémentarité et l’articulation avec le réseau ferroviaire Ter Aquitaine (achat de billets mixtes car + train). n

_ juillet, août & septembre 2009 _ n°34

DESSERTES TARIFS La Région met en place une gamme tarifaire pour tous les publics complétée par des offres commerciales de la SNCF.

La Région, qui généralise progressivement le cadencement des horaires, détermine les dessertes et la fréquence des trains avec la SNCF.


DOSSIER AMÉNAGEMENT

9

REPÈRES

TARIFS TER AQUITAINE : À CHACUN SON TRAIN LA RÉGION PROPOSE UNE GAMME TARIFAIRE ADAPTÉE À TOUS LES PUBLICS. DÉPLACEMENTS FRÉQUENTS Izy Pass

RVICE geurs Ter ; le service Ter Flash Trafic, qui permet à ceux qui s’abonnent de recevoir par SMS des informations sur le trafic de leur ligne, est étendu aux scolaires et aux étudiants. • Une gestion saine et dynamique Dans un souci de transparence et de suivi, la Région a fait procéder au deuxième semestre 2008 à un audit des comptes de la SNCF, laquelle s’est engagée à rendre compte plus régulièrement de son activité Ter Aquitaine. Par ailleurs, la nouvelle convention met en place un mécanisme financier innovant, le « compte qualité », qui sera abondé par des bonus-malus qualité et ponctualité, et dont les sommes seront réinvesties dans l’amélioration du service. • Développement durable et solidaire La convention Région Aquitaine–SNCF est la première à consacrer un titre entier aux objectifs de développement durable et solidaire. Plusieurs outils ont été mis en place pour répondre aux exigences d’efficacité énergétique (bilan annuel, installation de compteurs dans les rames, toitures végétalisées, etc. ), d’insertion par l’économie (généralisation des chantiers d’insertion et recours à ces chantiers dans les marchés de rénovation des gares) et d’accessibilité pour les personnes porteuses d’un handicap. n

NOM ........................... PRÉNOM .............................

LA CONVENTION RÉGION AQUITAINE–SNCF EST RENOUVELÉE POUR UN MONTANT DE 1,133 MILLIARD D’EUROS SUR DIX ANS.

Hebdomadaire, mensuel ou annuel 75 % de réduction sur un trajet de 1 à 300 km Trajets loisirs : 25% la semaine, 50% les weekends, jours fériés et tous les jours en juillet et août. Carte délivrée par la SNCF. Modalis

Modalis,

c’est une carte pour 3 moyens

DÉPLACEMENTS OCCASIONNELS Izy Air

NOM ........................... PRÉNOM .............................

Carte de 20€ offrant 25 % de réduction en semaine et 50% les week-ends, les jours fériés et tous les jours en juillet et août. Une à trois personnes accompagnant le titulaire de la carte bénéficient également de 50% de réduction en juillet et août. Carte délivrée par la SNCF. CARTE AQUITAINE ÉTUDIANTS

unique

de transport

Abonnement permettant de combiner la libre circulation sur le réseau Ter Aquitaine et sur le réseau tram et bus de l’agglomération bordelaise.

rt e ca aqu ita ine

etu dia nts

50 % de réduction pour les étudiants de moins

de 26 ans sur les voyages en Ter Aquitaine et sur les lignes routières régionales entre leur domicile et leur lieu d’études. Trajets loisirs : 25 % de réduction la semaine, 50 % les week-ends, jours fériés et tous les jours en juillet et août. Carte délivrée par le Centre information jeunesse Aquitaine, CIJA. Tél. : 05 56 56 00 41. CARTE SÉSAME dbsuf

Vingt-quatre trajets gratuits soit 12 allers-retours par an sur les liaisons ferroviaires et les lignes routières régionales pour les demandeurs d’emploi et les personnes les plus démunies. Carte et chéquier de 24 voyages gratuits délivrés par les conseils généraux.

LIGNE FERROVIAIRE PAU–CANFRANC

LA RÉGION ET LA SNCF SE MOBILISENT REGION AQUITAINE

TRAINS La SNCF gère le trafic, le bon fonctionnement et l'entretien des trains. La Région finance la modernisation et le renouvellement du matériel roulant.

SNCF

Au début du mois de mai, Alain Rousset et Guillaume Pépy se sont rendus ensemble en vallée d’Aspe sur la ligne Pau–Canfranc. Jamais un président de la SNCF n’était venu auparavant ; c’est dire l’importance stratégique de l’axe Pau–Canfranc, le moyen le plus direct de relier l’Aquitaine à Saragosse. Inaugurée en 1928, la Pau–Canfranc a été progressivement réduite

RFF Réseau ferré de France

GARES La SNCF assure le fonctionnement quotidien des gares, dont elle est propriétaire, ainsi que la billetterie. La Région finance la modernisation des gares avec la SNCF, RFF et les collectivités.

pour ne concerner aujourd’hui que le tronçon Pau–Oloron (36 km). Quatre raisons ont convaincu le conseil régional de s’engager pour sa réouverture : le développement du trafic voyageurs entre Bordeaux, Pau et l’Espagne, la lutte contre l’insécurité routière et la pollution dues au grand nombre de camions, les 3 millions de tonnes de marchandises qui seront

transportées annuellement de part et d’autre des Pyrénées (Saragosse possède la plus grande plate-forme ferroviaire d’Europe) et la valorisation du tourisme en vallée d’Aspe. La ligne ferroviaire sera prolongée jusqu’à Bedous en 2011. Quatre à cinq aller-retours Ter seront proposés quotidiennement.

Plus d’infos sur Aquitaine TV n° 9 : www.aquitaine.fr

LIGNES ROUTIÈRES RÉGIONALES La Région confie à des transporteurs l'exploitation des lignes routières régionales.

PERSONNEL La SNCF gère le personnel en gare et à bord du Ter.

VOIE FERRÉE RFF est propriétaire des voies ferrées, dont l'entretien est délégué à la SNCF.

© ALBAN GILBERT

e

Guillaume Pépy, président de la SNCF, et Alain Rousset, président du conseil régional dans la vallée d’Aspe en mai dernier, sur les rails de la Pau–Canfranc.

_ juillet, août & septembre 2009 _ n°34


10

DOSSIER AMÉNAGEMENT

Lettre ouverte au Premier ministre

© ALBAN GILBERT

L’AQUITAINE A BESOIN DE SON TGV Alain Rousset et les grands élus d’Aquitaine interpellent François Fillon pour que le gouvernement respecte ses engagements. Alain Rousset et 37 grands élus d’Aquitaine viennent d’adresser au Premier ministre une lettre au sujet du projet de LGV Sud–Europe–Atlantique, par laquelle ils demandent à François Fillon de lancer immédiatement la dernière phase de mise en compétition des concessionnaires sur la LGV Tours–Bordeaux et de poursuivre les études sur la réalisation de la ligne dans le Pays basque. Le blocage actuel sur ces deux points met en péril la réalisation d’une ligne indispensable pour le développement du sud-ouest de la France et de l’Europe : « Nous tenons à manifester notre totale incompréhension devant les blocages que la LGV SEA subit à la fois sur Bordeaux–Tours et sur Bordeaux–Espagne. (...) Nous vous demandons solennellement de tout mettre en œuvre pour que les engagements mutuels que nous avons pris, notamment en termes de calendrier, soient respectés (...). » Ces élus rappellent par ailleurs les fabuleux atouts de cette LGV sur le plan de réduction des gaz à effet de serre, de la sécurité, de la mobilité, et insistent sur « les précautions à prendre concernant la préservation de l’environnement ». n

La ligne à grande vitesse Sud–Europe–Atlantique revêt un intérêt majeur pour le développement du Sud-Ouest de la France et de l’Europe. Les atouts que rassemble la LGV SEA sur le plan de la réduction des gaz à effet de serre, de la cohésion territoriale et du développement économique du sud-ouest de l’Europe ne sont plus à démontrer, et ont permis à ce projet d’être conforté par son inscription comme projet prioritaire dans le cadre du Grenelle de l’environnement, et dans les Réseaux transeuropéens de transport (RTE-T) par l’Union européenne. Le débat public sur le projet Bordeaux–Espagne mené en 2006 a conduit RFF et l’État en mars 2007 à une décision confirmant la priorité à donner au transport ferroviaire dans une perspective de développement durable et de limitation des gaz à effet de serre, afin : • de permettre le transfert modal d’une partie du transport de marchandises vers le ferroviaire, • d’améliorer l’accessibilité du sud de l’Aquitaine et d’offrir une continuité entre les réseaux ferroviaires français et espagnol à grande vitesse, • de favoriser le développement des transports régionaux de voyageurs. Le débat a en outre permis de préciser la perspective de saturation de la ligne existante à deux voies, et de montrer la nécessité de prévoir deux voies supplémentaires entre Bordeaux et la frontière espagnole. Il a abouti à la décision de réaliser les travaux d’amélioration de la capacité de la ligne existante et de poursuivre les études pour pouvoir mettre en service, lorsque la ligne existante à deux voies sera saturée, une ligne nouvelle à deux voies entre Bordeaux et l’Espagne. Dès le débat public, les différents acteurs ont rappelé les précautions à prendre concernant la préservation de l’environnement, la concertation des populations et l’adaptation du dimensionnement des infrastructures aux besoins. Ces précautions ont été particulièrement réaffirmées pour la section Dax–frontière espagnole. Comme vous le savez, des projets de cette ampleur nécessitent de très nombreuses années d’études : il est donc indispensable d’anticiper et de lancer immédiatement les études jusqu’à un stade permettant une réservation de l’emprise, de façon que les travaux puissent être lancés lorsque les trafics seront confirmés, notamment pour la partie basque. Cette volonté de poursuivre les études a été clairement confirmée dans le « Protocole d’intention pour la réalisation de la ligne à grande vitesse Sud–Europe–Atlantique », qui rappelle les engagements pris par l’État et RFF le 25 janvier 2007 d’accélérer les études des Grands Projets du Sud-Ouest (GPSO) de manière à lancer l’enquête publique à l’horizon du printemps 2011 pour un début des travaux envisageables à l’horizon 2013 pour les liaisons Bordeaux–Espagne et Bordeaux–Toulouse. Aujourd’hui, le Gouvernement demande aux collectivités de délibérer à nouveau sur la base de ce même protocole sans émettre la moindre réserve, dans l’attente de quoi il suspend les procédures d’appel d’offres sur Bordeaux–Tours. Or, le plan de financement global de la LGV Tours Bordeaux ne pourra être finalisé qu’une fois connu le résultat de la mise en compétition des concessionnaires. Aujourd’hui, selon M. le secrétaire d’État au Transport, il manquerait moins de 200M€ sur les 1400M€ demandés soit moins de 15% sur les contributions des collectivités. La chute des prix dans le BTP, la possibilité d’optimiser le projet qui serait plus rentable que prévu ou encore l’enveloppe attendue sur les fonds européens dans le cadre du plan de relance doivent permettre d’arriver fin 2009 à un accord sur la convention de financement qui est, nous en sommes tous conscients, le préalable à toute signature du contrat de concession. Nous vous rappelons que jamais aucune collectivité en France n’a dû s’engager financièrement sur un projet comme GPSO au niveau d’études aussi sommaires que celles issues du débat public où ni le tracé, ni les dessertes en termes de localisation de gares TGV ou encore de fréquence de TGV, ni a fortiorile coût du projet et la part d’autofinancement n’est encore déterminée autrement « qu’à dire d’expert ». Et malgré ces incertitudes, afin de montrer leur totale détermination, la quasitotalité des collectivités d’Aquitaine ont répondu positivement à la demande de financement de la LGV Tours–Bordeaux, tout en se permettant d’émettre des réserves de bon sens sur la partie GPSO: ces réserves portent majoritairement sur les modalités de

_ juillet, août & septembre 2009 _ n°34

© DR

« Monsieur le Premier ministre,

desserte de leur territoire par la ligne nouvelle. Elles pourraient facilement être levées d’ici fin 2009, une fois connu le résultat des premières études de trafic et déterminé le fuseau de 1000 m, la localisation des gares, et les éléments nécessaires au lancement d’un débat public sur la desserte du Béarn et de la Bigorre. Bien évidemment, ceci ne pourra être possible que si les engagements pris en termes de délais sont respectés. À ce jour, les études et la concertation sur le périmètre d’étude ont débuté pour les tronçons Bordeaux–Agen, Bordeaux– Dax et Agen–Toulouse, alors qu’elles n’ont toujours pas débuté sur le tronçon Dax–frontière espagnole, contrairement aux engagements pris, mettant ainsi en péril toute la LGV Sud– Europe–Atlantique et notamment l’attribution de crédits RTE-T par la Commission européenne aussi bien sur la section Tours– Bordeaux que sur sa poursuite jusqu’en Espagne. Nous vous rappelons en effet que votre gouvernement s’est engagé à obtenir, dans le cadre du plan de relance européen, des crédits complémentaires sur le tronçon Tours–Bordeaux, obtention de financement conditionnée d’une part au démarrage des travaux au plus tard en 2010, d’autre part à l’assurance que ce projet est réellement transeuropéen et se raccordera à l’Y basque actuellement en construction côté espagnol. Dans le respect du calendrier sur lequel l’ensemble des parties s’est entendu, et alors que ce projet présente tous les atouts pour mobiliser des financements européens, nous tenons à manifester notre totale incompréhension devant les blocages que la LGV SEA subit à la fois sur Bordeaux–Tours et sur Bordeaux–Espagne. Aussi, Monsieur le Premier ministre, nous vous demandons solennellement de tout mettre en œuvre pour que les engagements mutuels que nous avons pris, notamment en termes de calendrier, soient respectés, que la dernière phase de mise en compétition des concessionnaires sur la LGV Tours– Bordeaux soit immédiatement lancée et que les études et la concertation soient poursuivies depuis Bordeaux jusqu’à la frontière espagnole. Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Premier Ministre, l’expression de nos sentiments distingués. Alain ROUSSET, président du conseil régional d’Aquitaine Jean-Louis CARRERE, premier vice-président du conseil régional d’Aquitaine, sénateur des Landes Pierre CAMANI, président du conseil général de Lot-et-Garonne Bernard CAZEAU, président du conseil général de la Dordogne Henri EMMANUELLI, président du conseil général des Landes Philippe MADRELLE, président du conseil général de la Gironde Jacques ANTHIAN, président de la communauté d’agglomération du Grand Dax Claude BERIT-DEBAT, président de la communauté d’agglomération Périgourdine, sénateur-maire de Chancelade Gilbert MITTERRAND, président de la communauté des communes du Libournais, maire de Libourne Vincent FELTESSE, président de la communauté urbaine de Bordeaux Jean-Pierre JULLIAN, président de la communauté d’agglomération du Marsan Béatrice PATRIE, députée européenne Gilles SAVARY, député européen Gabriel BELLOCQ, maire de Dax Geneviève DARRIEUSSECQ, maire de Mont-de-Marsan Jean ESPILONDO, maire d’Anglet Michel MOYRAND, maire de Périgueux Jérôme CAHUZAC, député-maire de Villeneuve-sur-Lot François DELUGA, député-maire du Teich Jean-Pierre DUFAU, député-maire de Capbreton Jean GRENET, député-maire de Bayonne David HABIB, député-maire de Mourenx Conchita LACUEY, députée-maire de Floirac Martine LIGNIERES-CASSOU, députée-maire de Pau Germinal PEIRO, député-maire de Castelnaud-la-Chapelle Philippe PLISSON, député-maire de Saint-Caprais de Blaye Michel SAINTE-MARIE, député-maire de Mérignac Pascal DEGUILHEM, député de la Dordogne Michèle DELAUNAY, députée de la Gironde Martine FAURE, députée de la Gironde Pascale GOT, députée de la Gironde Colette LANGLANDE, députée de la Dordogne Alain VIDALIES, député des Landes Didier BOROTRA, sénateur-maire de Biarritz Françoise CARTRON, sénatrice-maire d’Artigues-près-de-Bordeaux Alain ANZIANI, sénateur de la Gironde Annie JARRAUD-VERGNOLLE, sénatrice des Pyrénées-Atlantiques Philippe LABEYRIE, sénateur des Landes


11

ACTUALITÉS LOGEMENT, FORMATION, EMPLOI

LA RÉGION APPORTE DES SOLUTIONS es quartiers dits sensibles, les populations les plus fragiles en situation de demande d’emploi, victimes de discrimination à l’embauche souffrent particulièrement et plus qu’ailleurs. Trouver un logement quand on est étudiant, s’insérer professionnellement alors qu’on a « décroché » des études, tout cela peut devenir un véritable casse-tête par temps de crise. Cela peut parfois prendre un tour dramatique. C’est pourquoi la Région s’attache tout d’abord à ne laisser aucun jeune sans une solution qui lui soit particulièrement adaptée. Elle innove avec un dispositif de forma-

© ALBAN GILBERT

Se loger, s’insérer professionnellement, tout devient plus difficile en période de crise. La Région apporte son soutien aux sites aquitains fragilisés, en direction des jeunes en particulier. À travers tout le territoire, elle donne la priorité aux initiatives des habitants, en confortant les acteurs associatifs de terrain et encourage les projets de proximité.

Ce faisant, Catherine Veyssy, vice-présidente en charge de la politique de la ville, inscrit la Région dans une démarche « résolument dynamique et positive de la politique de la ville, loin des images stigmatisantes habituelles » (voir son interview en page 13). Ainsi dans le dossier des pages suivantes, vous découvrirez comment l’association Vivre Avec permet aux jeunes de trouver une solution à leur problème de logement pour peu qu’ils acceptent d’être hébergés chez une personne âgée. Vous serez frappé par l’opiniâtreté de ces jeunes demandeurs d’emploi en formation au sein d’Équinoxes et leur volonté d’intégrer la fonction publique territoriale. Vous seDes jeunes demandeurs d’emploi en formation avec Équinoxes. rez enfin étonné par l’implication des habitants de la ZUP de Bayonne dans la rétion calibré selon le parcours de chacun afin de sécuriser novation de leur quartier. « En ajustant nos interventions, le parcours de formation et d’insertion dans le milieu pro- liées aux compétences de la Région, nous devons avoir la fessionnel. capacité à encourager toutes sortes d’initiatives, poursuit Catherine Veyssy, de la création de microentreprises aux Une politique de la ville dynamique actions de formation spécialement adaptées aux besoins Par ailleurs, à travers tout le territoire, elle soutient acti- d’un territoire donné. » Dans tous ces projets-là, attentive vement des projets, des initiatives portés par les habitants à leur aboutissement, la Région est présente. Elle adapte de ces quartiers fragiles, par une politique de la ville axée son action, en souplesse, pour une plus grande solidarité sur le dialogue et l’écoute : c’est le gage de leur efficacité. avec ceux qui en ont besoin. n

© PHOTOS : ALBAN GILBERT

Pas un jeune sans une réponse de formation adaptée

PLUS DE QUALIFICATION Pour soutenir l’accompagnement des jeunes suivis par les missions locales, la Région a augmenté de 50 % son budget affecté aux qualifications individuelles des jeunes. PARCOURS «DÉCOUVERTE MÉTIERS» La Région investit dans le cadre de

son budget supplémentaire 2009 sur l’accueil de 1 500 jeunes dans des parcours de « découverte métiers » et d’orientation, en les reliant systématiquement à des parcours de formation donnant accès à une qualification reconnue.

la Région met en place un parcours préparatoire à l’apprentissage dit « PREPA » durant un à trois mois. Il permettra aux candidats volontaires de découvrir la voie de l’alternance et surtout la possibilité de se trouver un maître d’apprentissage.

les formations sanitaires et sociales des voies d’accès nouvelles par l’apprentissage.

LA SOLUTION APPRENTISSAGE En utilisant au maximum la capacité des centres de formation d’apprentis,

FORMATIONS SANITAIRES ET SOCIALES La Région innove en ouvrant pour

CHANTIERS ÉCOLES FORMATION La Région ouvre, plus particulièrement pour les jeunes en

difficulté d’insertion, une palette complète de « Chantiers écoles formation » à travers tout le territoire de l’Aquitaine. Chantiers construits sur des initiatives originales élaborées avec les territoires et accueillant en moyenne de 15 à 30 jeunes chacun. Une initiative porteuse d’espoir dans la mesure où elle amène chacun des participants à un premier niveau de qualification reconnu sur le marché du travail.

_ j u i l l e t , a o û t & s e p t e m b re 2 0 0 9 _ n ° 3 4


12

ACTUALITÉS LOGEMENT, FORMATION, EMPLOI

DEMANDEURS D’EMPLOI FORMATION EXPÉRIMENTALE DE LA RÉGION AQUITAINE

Ce travail a bénéficié de l’accord et du soutien financier de l’ACSE, du conseil régional, du conseil général de la Gironde, de la mission locale de Bordeaux, du CNFPT et du CDG de la Gironde. Équinoxes, 30, rue Paul-Bert, 33000 Bordeaux Tél. : 05 57 95 70 17 - equinoxes@wanadoo.fr

POUR SORTIR DE LA CRISE ET LUTTER CONTRE LE CHÔMAGE PARTIEL : ÉLEVER LE NIVEAU DES QUALIFICATIONS À travers la formation professionnelle, la Région investit sur la mise en place d’un « fond régional social de formation » visant à la sécurisation de l’emploi des salariés par la formation. Action forte à destination des salariés en situation de chômage partiel, pour leur permettre d’entrer en formation, d’accroître leur qualification et de

maintenir leur rémunération, cette option permet aussi aux entreprises d’élever leur niveau de compétence et par là même de relever leurs chances de compétitivité pour pouvoir sortir de la crise mieux et plus rapidement. Ainsi la Région s’engage à travers plusieurs contrats signés en partenariat avec les branches

professionnelles sur l’industrie du bois, la métallurgie, l’aéronautique, la chimie, le BTP, le textile… Pour déployer et démultiplier financièrement cet effort qui doit concerner près de 3 000 salariés, la Région, l’État et les OPCA (Organismes paritaires collecteurs agréés) coinvestissent près de 12 M€.

ASSOCIATION SERVICE CIVIL VOLONTAIRE

UNIS CITÉ : POUR UN ENGAGEMENT CITOYEN VOLONTAIRE Pionnière en matière d’engagement des jeunes pour des actions collectives solidaires, l’association Unis Cité mobilise des jeunes de 18 à 25 ans, dans plusieurs régions de France, afin de leur permettre d’effectuer un service civil volontaire. La Région Aquitaine soutient cette action et a attribué, en mars, une somme de 150 000 euros à la délégation régionale d’Unis Cité, créée en 2006 et comptant deux antennes, l’une à Bordeaux et l’autre à Pau. Le service civil volontaire permet aux jeunes qui souhaitent agir pour le bien commun de s’engager pour une période de six à neuf mois afin de vivre une expérience en servant l’intérêt général. L’objectif est de développer la citoyenneté active et l’esprit de responsabilité tout en favorisant un

brassage social dans la réalisation d’actions collectives. Il s’agit de mobiliser la jeunesse face aux besoins sociaux et environnementaux. Les volontaires agissent sur cinq domaines principaux : solidarité auprès des personnes âgées, environnement et développement durable, sport dans les quartiers, lutte contre les discriminations et lutte contre l’exclusion. Les animateurs d’Unis Cité veillent à ce que les jeunes bénévoles mènent à bien leurs missions et les accompagnent dans la réflexion autour de leur insertion professionnelle. Cette année, ils sont près d’une centaine de volontaires à s’être engagés avec Unis Cités Aquitaine dans divers projets citoyens. n

_ j u i l l e t , a o û t & s e p t e m b re 2 0 0 9 _ n ° 3 4

Plus d’infos sur www.uniscite.fr

QUARTIER DES HAUTS DE SAINTE-CROIX

LA RÉGION SOUTIENT LA RÉ La Région Aquitaine participe aux projets de rénovation urbaine du quartier des Hauts de SainteCroix, emblématique de la ville de Bayonne. La participation de la Région Aquitaine au projet de renouvellement urbain du quartier des Hauts de Sainte-Croix à Bayonne s’inscrit dans le cadre de sa politique de soutien aux territoires urbains fragilisés, composante indispen« L’OBJECTIF DU sable d’une politique régionale d’améCONSEIL RÉGIONAL nagement du territoire cohérente. EST DE RÉDUIRE Pour ce projet de requalification, l’aide régionale s’élève à plus de 8 milLE MONTANT DES CHARGES POUR lions d’euros. Elle intervient en particulier sur la réhabilitation énergétique des LES LOCATAIRES logements et finance le complexe sportif À LA FIN DU MOIS.» aquatique à hauteur de 904 000 euros. Catherine Veyssy, Au sein de ce quartier, la « zone urbaine vice-présidente sensible » compte plus de 8000 habitants et 72,8 % de logements sociaux. en charge de la politique Le projet urbain et social pour cette zone de la ville. recouvre deux grands enjeux : • promouvoir la diversification urbaine et sociale pour ce secteur, « En grande majorité, les habitants de la ZUP y sont extrêmement attachés », déclare Daniel Lozano, le conseiller municipal délégué au logement.

© PHOTOS : ALBAN GILBERT

de réorientation professionnelle pour certains : après avoir « galéré » dans la vente comme téléconseillère, Fahamia, 31 ans, a l’ambition de « passer le concours d’adjoint administratif» et a déjà trouvé «un point de chute » au service jeunesse du conseil général de la Gironde. Franchir les portes d’une collectivité, ça a de l’allure… n

© ALBAN GILBERT

Un stage organisé par Équinoxes, financé en partie par la Région permet à des jeunes demandeurs d’emploi et/ou bénéficiaires du RMI de découvrir les métiers de la fonction publique territoriale avec l’objectif de s’y insérer. Avant de faire ce stage, la plupart de ces jeunes n’avaient qu’une idée très floue des possibilités offertes par la fonction publique territoriale. Ce pan entier de l’activité économique et institutionnelle leur restait presque « interdit », comme s’ils avaient intériorisé l’idée qu’ils n’auraient « aucune chance d’y rentrer ». De fait, l’organisme de formation Équinoxes destine ce stage à des jeunes demandeurs d’emploi « potentiellement victimes de discrimination » : en clair, des jeunes issus de l’immigration, ou résidant dans des quartiers classés en zones urbaines sensibles (ZUS), ou dont les parents, eux-mêmes au chômage, n’ont jamais connu la sécurité de l’emploi de la fonction publique et la diversité des carrières qu’elle propose. Ce stage leur met le pied à l’étrier pour une première insertion : « J’ai appris qu’il existe trois fonctions publiques, la fonction publique d’État, celle des collectivités territoriales et la fonction publique hospitalière », dit Mickael. Il travaille son projet professionnel et se réjouit de trouver un stage à la mairie de Mérignac grâce à Équinoxes, et apprend avec bonheur qu’on « peut y rentrer à n’importe quel âge ». Les services DRH des principales collectivités interviennent dans la formation. La fonction publique territoriale offre un nouveau départ à ces stagiaires, après des parcours de formation interrompus, et le stage constitue une première étape

© ALBAN GILBERT

POUR ENTRER DANS UNE COLLECTIVITÉ


ACTUALITÉS

13

REPÈRES CATHERINE VEYSSY VICE-PRÉSIDENTE EN CHARGE DE LA POLITIQUE DE LA VILLE

Quelles sont les priorités de la politique de la ville du conseil régional ? Certains ont une approche de la politique de la ville très axée sur le volet urbain et la rénovation des bâtiments. Sans exclure cet aspect-là, la politique de la ville, pour le conseil régional, doit comporter un volet humain. Nous soutenons en priorité les projets portés par les habitants des quartiers, ce qui implique de rentrer dans une démarche collective, de travailler avec les élus locaux et leurs chefs de projet, avec les associations, les bailleurs, etc. Donc, intervenir sur le bâti et les constructions ne suffit pas… D’expérience, il n’y a qu’une seule démarche qui fonctionne, celle qui s’appuie sur les fondamentaux de la politique de la ville : la construction partagée d’un projet, sur un territoire, et qui engage par un contrat des acteurs qui ont envie d’y agir ensemble. La volonté de la Région est bien de soutenir les multiples opérateurs du territoire pour y créer du lien et favoriser l’émergence de

NOVATION DE LA ZUP DE BAYONNE Un travail important sera en particulier réalisé sur la ZUP des Hauts de Sainte-Croix (construite dans les années 1970 sur le projet de l’architecte urbaniste Marcel Bruer). Cette dernière réclamait un bon coup de jeune : vingt ans se sont en effet écoulés depuis la dernière réhabilitation. Daniel Lozano, le conseiller municipal délégué au logement, connaît ce quartier « de l’intérieur » puisqu’il y tient une pharmacie : « En grande majorité, les habitants de la ZUP ne veulent pas la quitter. Ils y sont extrêmement attachés pour la plupart ; tout ce que nous mettons en œuvre s’est décidé en concertation avec les habitants. » Sur la barre d’immeubles de la ZUP, sans toucher à l’armature du bâti, toutes les huisseries seront changées (fenêtres et volets en aluminium colorisé). Un aménagement des espaces verts côté

projets ambitieux et durables pour le développement des quartiers. Cela permet au conseil régional de revisiter ses politiques de droit commun en les adaptant aux quartiers, grâce à une approche transversale de la part des élus et des services. C’est le cas pour la formation professionnelle ou le développement économique. Vous avez des exemples d’actions concrètes? Le conseil régional s’est engagé à soutenir, grâce à une convention pluriannuelle, les associations structurantes qui agissent sur l’ensemble des quartiers sensibles aquitains. La Région agit aussi auprès des bailleurs HLM qui améliorent l’efficacité énergétique de leurs logements. L’objectif du conseil régional est de réduire le montant des charges pour le locataire à la fin du mois.

LOGEMENT ÉTUDIANT ASSOCIATION VIVRE AVEC

SOLUTION AU LOGEMENT © ALBAN GILBERT

Des habitants attachés à leur quartier

stationnement est également prévu. En contrebas, le centre aquatique entièrement conçu selon des normes HQE (haute qualité environnementale) comportera un toit végétalisé pour qu’il s’intègre au mieux dans les espaces verts de la cité. Ce complexe devrait ouvrir ses portes en 2012. La rénovation globale du quartier des Hauts de SainteCroix comprend aussi la construction de la cité en bois de l’architecte bordelais Bernard Bühler. En contrebas de la ZUP de Sainte Croix, ces pavillons proposent un parc de logements, du T3 au T5, en accession sociale à la propriété entre 120 000 et 180 000 euros. Cela permet d'acquérir un logement à des conditions avantageuses sur le secteur du BAB où le marché du logement est très tendu en location ou en accession à la propriété. Adaptée au handicap, juxtaposée sur pilotis ou posée à même le sol, la cité en bois du hameau du Plantoun satisfait aux doubles exigences des enjeux économiques et écologiques du logement à loyer modéré. Outre son originalité architecturale, ces pavillons ont été entièrement conçu selon des normes haute qualité environnementale. n

© XXXXXXXXXXXXXXXXXXX

• poursuivre la revalorisation de son image et de son attractivité résidentielle.

© DR

SOUTENIR LES DYNAMIQUES DES ACTEURS DU TERRITOIRE

Ils n’ont a priori rien en commun et pourtant, Mathilde, 18 ans, étudiante en médecine et Léopold Poupard, 95 ans, ancien commerçant, habitant au Bouscat, partagent le même toit depuis septembre 2008. «C’est vraiment dur de trouver un logement décent pour un prix raisonnable et je ne voulais pas forcément habiter toute seule», souligne la jeune étudiante. L’association Vivre Avec soutenue par la Région Aquitaine développe un service de mise en relation entre des personnes âgées disposant d’une chambre libre et des étudiants en recherche de logement. M. Poupard en est déjà à sa troisième expérience de colocation intergénérationnelle : « C’est une très bonne chose pour les personnes âgées qui habitent seules et qui

désirent rester chez elles plutôt que d’aller en maison de retraite. Je me sens en sécurité et rassuré par la présence de Mathilde. » Ce type de logement présente des avantages pour les deux parties : l’étudiant ne paie pas de loyer et n’est pas tenu par un bail. Seule une participation aux frais d’eau, de gaz et d’électricité lui est demandée. Cohabiter avec un jeune contribue à palier la solitude d’une personne âgée. Le logement solidaire se construit par une série d’étapes : inscription, entretien et rencontre avec une psychologuegérontologue pour le senior comme pour l’étudiant sont nécessaires afin de déterminer les motivations pour ce mode d’hébergement. Si cette mise en relation est concluante, une charte définissant des droits et des devoirs est signée par les deux parties. L’association recherche des personnes pouvant accueillir des jeunes, car la demande de logement étudiant est très forte. Renseignements : Tél. : 05 56 15 11 89

_ j u i l l e t , a o û t & s e p t e m b re 2 0 0 9 _ n ° 3 4


14

ACTUALITÉS INTERNATIONAL

LASER ET THÉRAPIE DU

L’AQUITAINE OUVRE UN BUREAU EN CHINE La Région Aquitaine a ouvert le 5 mai 2009 un bureau de représentation des PME à Wuhan, dans la province chinoise du Hubei (57 millions d’habitants). Cette initiative fait suite au protocole d’accord signé entre l’Aquitaine et le Hubei pour favoriser les coopérations entre entreprises des deux régions. Deux secteurs sont particulièrement ciblés : la viti-viniculture et le laser. Pour animer ces secteurs, deux VIE (volontaires internationaux en entreprise) ont été recrutés pour une durée de deux ans et ont pris leurs fonctions dans les nouveaux locaux, basés au sein de la mission économique française à Wuhan, capitale de la province du Hubei. Ce grand port fluvial est l’une des dix plus grandes villes de Chine. L’antenne a été inaugurée en présence de la délégation de la Région Aquitaine qui s’est rendue dans le Hubei du 2 au 8 mai 2009. Cette délégation comptait des élus et des équipes du conseil régional en charge de ces secteurs ainsi que 7 entrepreneurs de la filière laser et 5 entrepreneurs de la filière viti-vinicole. Ces chefs d’entreprise ont rencontré des dirigeants d’entreprises chinoises susceptibles de travailler avec les PME aquitaines. ■ En savoir plus : http://cooperation.aquitaine.fr/

ASSISES RÉGIONALES QUATRIÈME ÉDITION

© DR

COOPÉRATION DÉCENTRALISÉE ET DÉVELOPPEMENT SOLIDAIRE

Les nouvelles solidarités francophones dans l’éducation et la formation professionnelle sont au programme des 4es Assises régionales de la coopération décentralisée et du développement solidaire les 15 et 16 octobre prochains à l’Hôtel de Région. Ce moment de rencontres et d’échanges réunira près de 400 acteurs de la coopération internationale : acteurs locaux de la solidarité, mais aussi représentants d’autres régions françaises, partenaires du Sud (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Haïti, Mali, Mauritanie, Togo...), institutions européennes et internationales, avec deux partenaires particuliers cette année, l’Organisation internationale de la francophonie (OIF), l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) et l’université Laval de Québec. L’objectif final des Assises est d’initier des réponses de proximité aux besoins de formation des populations concernées, tout en s’inscrivant dans le cadre d’une francophonie active, véritable moteur d’un développement durable pour ces pays. ■ Les 15 et 16 octobre 2009 à l’Hôtel de Région. Inscription gratuite sur le site www.cooperation.aquitaine.fr

_ j u i l l e t , a o û t & s e p t e m b re 2 0 0 9 _ n ° 3 4

PARTENARIAT

© DR © DR

PROVINCE DU HUBEI COOPÉRATION INTER-ENTREPRISES

© DR

© DR

CANCER L’Aquitaine et le Land de Hesse s’associent dans la lutte contre le cancer en favorisant la coopération dans le domaine de l’hadronthérapie. Cette technique, alternative à la radiothérapie par rayons X, emploie des faisceaux de particules (les hadrons) très énergétiques et extrêmement précis pour détruire des tumeurs cancéreuses considérées comme « inopérables ». Le but est d’allier le savoirfaire du GSI (Gesellschaft für Schwerionenforschung), l’Institut hessois pionnier dans le traitement du cancer par hadronthérapie à l’aide d’un grand accélérateur de particules, à la compétence du laboratoire talençais CELIA (Centre lasers intenses et applications) en matière de laser de puissance. En effet, le couplage de ces deux technologies serait l’évolution majeure qui démocratiserait ces systèmes aujourd’hui très coûteux. Le partenariat entre nos deux régions prévoit des échanges de physiciens, médecins, biologistes, industriels et enseignants.

Le Lao Cai est une région rurale de 705 000 habitants, où 34 groupes ethniques sont présents.

VIETNAM COOPÉRATION INTERNATIONALE

PRIVILÉGIÉ L’AQUITAINE S’ENGAGE À NOUVEAU Un plan d’action entre la Région Aquitaine et la délégation générale du Québec vient d’être adopté par l’assemblée plénière du conseil régional. Cet accord conclu pour trois ans de 2009 à 2011 doit permettre de favoriser le développement économique, scientifique, social et culturel des deux collectivités élargi au développement durable, à l’économie sociale et solidaire et à la lutte contre les discriminations. Plusieurs programmes sont d’ores et déjà bien avancés comme la création de l’INAQ, l’Institut nutrition Aquitaine Québec, et la mise en place du projet Déficobois autour de la construction bois. Ce quatrième plan confirme la volonté des deux partenaires de coopérer de façon plus étroite dans un objectif de réciprocité.

La Région Aquitaine vient de signer un protocole d’accord de coopération décentralisée avec la province de Lao Cai au Vietnam. Cet engagement lie les deux régions pour la période de 2009 à 2012 et s’articule autour de quatre volets : le soutien à la production d’un plan d’urbanisme de l’extension de la ville de Sapa, l’appui au développement de l’écotorourisme et à la protection de la biodiversité dans la province de Lao Cai, l’assistance au développement de la vigne et de l’arboriculture et enfin l’aide à l’apprentissage du français. L’action du conseil régional vient conforter la volonté des autorités vietnamiennes de faire de cette région un lieu de passage pour les échanges commerciaux avec la Chine et de valoriser des zones rurales et leurs

populations encore à l’écart des richesses. Tout le savoirfaire aquitain, ainsi qu’un financement de 151 000 €, est ainsi mis à contribution pour aider les populations. Pendant quatre ans grâce à l’expertise aquitaine cette province montagneuse du nord du Vietnam va pouvoir diversifier ses productions agricoles et ainsi développer une arboriculture tempérée et une culture de la vigne en vue de l’élaboration ultérieure de vins. L’autre volet majeur de cette coopération concerne le développement touristique et la mise en place d’un nouveau plan d’urbanisme pour le district de Sapa qui, du fait de sa situation géographique à proximité de la province chinoise de Yunnan, possède un potentiel touristique et économique très élevé. ■


EN DIRECT DU CRA ACTUALITÉS AGROALIMENTAIRE RÉCOMPENSE

AÉRONAUTIQUE SALON DU BOURGET

LA GARIGUETTE ET LA CIFLORETTE, PREMIÈRES FRAISES LABEL ROUGE

UNE SEMAINE POUR ACCROCHER LES ÉTOILES Les Régions Aquitaine et Midi-Pyrénées ont participé conjoin-

© AAPRA

hectares sont réservés à cette exploitation dans le département aquitain. tonnes. C’est la production globale annuelle.

L’Association interprofessionnelle de la fraise du Lot-et-Garonne vient de voir son travail salué puisque le tant convoité label rouge, qui vient récompenser l’excellence dans le secteur agroalimentaire, a été décerné à deux variétés de fraises aquitaines, la gariguette et la ciflorette. Autant de bonnes raisons de déguster la reine des desserts sans modération. ■ www.fraiselabelrouge.fr

ÉCONOMIE FORÊT

© LA RÉSINIÈRE

LA RÉGION, PILIER DES MAISONS EN BOIS

La tempête du 24 janvier dernier a ravagé une grande partie de la forêt aquitaine entraînant avec elle la déstabilisation d’un secteur industriel déjà fragilisé. La Région Aquitaine immédiatement après le passage de Klaus a mis en place un dispositif de 22 millions d’euros pour aider la filière bois prioritairement dédiés au stockage du bois. Un soutien qui vient conforter la politique régionale qui depuis 2005 accompagne les mutations de ce secteur et contribue notamment à l’émergence d’une filière bois construction autour du pin maritime. Le conseil régional est signataire depuis le 1er novembre 2007 de la charte Aquitaine « bois construction environnement » 2006-2010 qui vise à développer le bois dans la construction. Cette démarche s’appuie sur le pôle de compétitivité Xylofutur labellisé par l’État en juillet 2005, et que le conseil régional accompagne à travers le financement de son association de gouvernance. De nombreux projets issus des travaux de recherche et développement de cette structure ont vu le jour comme la « maison passive » en pin maritime, illustration de la faisabilité d’une construction respectueuse de l’environnement et à très basse consommation d’énergie. Une prouesse technique rendue possible par des systèmes d’assemblages en pin maritime innovants et adaptés aux conditions climatiques du Sud-Ouest. Le conseil régional accompagne également les entreprises qui développent des projets industriels en pin maritime comme Gascogne Wood, FP Bois, Sippa ou bien encore l’entreprise Labadie à Roquefort. Mais l’action de la Région Aquitaine ne s’arrête pas là puisque des actions sont à l’étude pour poursuivre et amplifier le développement de cette filière. Elles concernent par exemple la promotion du bois dans la construction, la mise en œuvre d’opérations exemplaires utilisant la ressource forestière locale et la formation des opérateurs. ■ Salon Vivons Bois du 6 au 9 novembre 2009 à l’occasion de Conforexpo à Bordeaux. www.xylofutur.fr

JEAN-PIERRE DAULOUÈDE CITOYEN EUROPÉEN Il a reçu le 27 mai dernier le prix du « Citoyen européen » décerné par le Parlement européen, prix qui récompense 37 personnes ou associations pour leur action en faveur de l’intégration européenne et de la coopération transfrontalière. La remise du prix a eu lieu le 13 juin à Biarritz en présence du maire Didier Borotra et du viceprésident du Parlement européen Gérard Onesta. Premier Français à recevoir ce prix, ce psychiatre originaire du Pays basque est mis à l’honneur pour son action en direction des toxicomanes afin de les informer et les aider à réduire leur usage de substances illicites. En 2008, l’association Bizia qu’il préside a bénéficié d’une aide de 20 880 € de la Région Aquitaine au titre du fonds commun européen « Aquitaine-Euskadi » pour le projet « Recherche, prévention et réduction des risques liés à l’usage de drogues en milieu festif ». Cette structure pratique le testing, c’est-à-dire l’analyse chimique des drogues, sur les lieux de fête au Pays basque, elle prévient les jeunes des risques liés à leur consommation. Cet acquis de connaissance et d’expertise des toxicomanes, Bizia l’a partagé avec Médecins du Monde Espagne et d’autres associations ibériques. www.ths-biarritz.com

tement au salon du Bourget du 15 au 21 juin, sous la bannière commune d’Aerospace Valley, le pôle de compétitivité Aéronautique, Espace et Systèmes embarqués. Pendant une semaine, 97 entreprises des deux régions ont présenté leurs travaux et démontré leur expertise sur un stand de 1 300 m2 démontrant la vitalité du premier bassin d’emplois européen de ce secteur économique. Cela fait maintenant cinq ans que l’Aquitaine se déplace pour ce salon international de l’aéronautique et de l’espace qui fêtait cette année ses cent ans. L’objectif étant de promouvoir Aerospace Valley comme la réunion de deux territoires majeurs que sont la Région Aquitaine et la Région Midi-Pyrénées où de nombreuses PME et PMI se sont développées à l’abri de grands groupes tels que Airbus, Dassault, ATR, Latécoère, Thales, Safran, Alstom et EADS. Un pôle d’excellence qui représente plus de 37 000 emplois, 1 000 chercheurs et 42 laboratoires, rien qu’en Aquitaine. Cette 48e édition a été marquée par la journée de l’Aquitaine, pendant laquelle Aerospace Valley, l’État et les collectivités territoriales ont signé un contrat de performance dans lequel le pôle s’engage à mener les actions nécessaires à son développement sur la base de huit objectifs stratégiques, tels que son maintien à la première place mondiale en aéronautique civile, ou bien encore le renforcement de sa position dans les systèmes embarqués. ■ www.aerospace-valley.com

© ALBAN GILBERT

des fraises françaises sont produites dans le département.

© FRANCK LAHARRAGUE

28% 475 12000

15

ÉDUCATION SCIENCES-PO

«JE LE PEUX PARCE QUE JE LE VEUX» La Région Aquitaine vient de signer avec l’Institut d’études politiques de Bordeaux, une convention portant sur le renouvellement de l’opération « Je le veux parce que je le peux». Pendant quatre ans, de 2008 à 2012, le conseil régional s’engage auprès des lycéens, issus des 17 lycées partenaires, pour les aider à intégrer cette grande école. Cela passe par des cours gratuits de préparation au concours d’entrée, en langues, en histoire-géographie et en culture générale, mais aussi par un plan systématique d’information à destination des jeunes Aquitains. Mise en place en février 2004, cette opération a permis à 36 bacheliers issus de lycées partenaires d’intégrer Sciences Po Bordeaux. Cette action s’inscrit dans la continuité du principe d’égalité des chances voulue par la Région et qui entend favoriser la prise en compte des différentes trajectoires sociales et familiales des lycéens. ■ L’Aquitaine,le journal d’information du conseil régional d’Aquitaine. Hôtel de Région, direction de la communication 14, rue François-deSourdis 33000 Bordeaux – Tél. : 05 57 57 80 00. Directeur de la publication : Alain Rousset. Directeur de la communication : Jean-Pierre Miffurc – Rédactrice en chef : Mathilde Pradier – Responsable d’édition : Sébastien Blanquet-Rivière – Rédaction : Karine Lesfauries, Benjamin Barets, Eneko Bidegain, Martial Peyrouny, Yanick Casquette, Clémence Delord – Recherche iconographique : Jennifer Couteau – Conception graphique et réalisation : A noir, www.agence@anoir.fr – Photo une : Alban Gilbert, Laurent Theillet – Photographes : Guillaume Bonnaud, Alban Gilbert – Impression : Didier Mary – N°ISSN : 1634-2917.

_ j u i l l e t , a o û t & s e p t e m b re 2 0 0 9 _ n ° 3 4


16

ACTUALITÉS RENTRÉE UNIVERSITAIRE

LA RENTRÉE 2009 SE PRÉPARE DÈS MAINTENANT À l’heure où lycéens et étudiants profitent de leurs vacances, il est hors de question d’évoquer les cours d’histoire-géo, de maths ou de philo. Mais afin de démarrer l’année dans les meilleures conditions possibles, la Région propose différents dispositifs.

opération Coups d’Pouce, mise en place par le conseil régional Aquitaine depuis 2001, sera renouvelée pour la neuvième année consécutive. Ce dispositif a pour vocation d’apporter un complément financier aux familles qui en ont le plus besoin lors de la rentrée de leurs enfants au lycée. Nouveauté pour la rentrée 2009, un Coup d’Pouce à la culture viendra s’ajouter aux trois volets existants. L’objectif reste de conforter l’égalité des chances, en accordant aux nouveaux lycéens différentes allocations selon leurs profils.

néma de 4 euros). Ce chéquier sera accordé aux lycéens inscrits pour la première fois en première année dans un lycée aquitain et dont la famille est bénéficiaire de l’allocation de rentrée scolaire (ARS). À noter que les chèques librairie sont utilisables dans les librairies indépendantes installées en Aquitaine et quant aux chèques cinéma, ils sont utilisables dans les salles classées art et essai. Chaque année, c’est environ 30 500 lycéens qui bénéficient de ces allocations qui sont versées en une seule fois, lors de la première inscription au lycée, sur le compte bancaire ou postal de l’élève (s’il est majeur) ou de son représentant légal. Coup d’Pouce « aide à la scolarité » : destiné aux L’inscription pour avoir droit à ces différents lycéens s’inscrivant pour la première fois en Coups d’Pouce sur : 1re année dans un cycle d’enseignement gé- www.coupsdepouce.aquitaine.fr néral ou technologique. Elle s’adresse éga- Plus d’infos au 05 57 57 73 73 à partir lement aux élèves inscrits en 1re année de du 7 septembre CAP, de BEP, ou de bac pro. 170 euros sont alloués aux élèves dont la famille est bénéficiaire de l’allocation de rentrée scolaire (ARS) et 90 euros à tous les autres élèves.

© ALBAN GILBERT

LA RÉGION SE PORTE GARANT DE VOTRE LOGEMENT

TER: VOS TRAJETS À MOITIÉ PRIX! La carte Aquitaine Étudiants permet à chaque étudiant domicilié en Aquitaine de bénéficier : • de 50 % de réduction pour les étudiants de moins de 26 ans sur les voyages en Ter Aquitaine et sur les lignes routières régionales entre leur domicile et leur lieu d’études. • Trajets loisirs : 25 % de réduction la semaine, 50 % les weekend, jours fériés et tous les jours en juillet-août Carte délivrée par le Centre information jeunesse Aquitaine, CIJA Renseignements : www.info-jeune.net, Tél : 05 56 56 00 41

Coup d’Pouce Pro « aide au 1er équipement professionnel » : concerne tous les élèves inscrits

Coup d’Pouce à la mobilité : depuis la rentrée scolaire 2008, une aide à la mobilité est attribuée aux élèves inscrits dans les formations dites « rares », présentes moins de cinq fois sur le territoire régional et distantes de plus de 50 km de la commune de résidence du bénéficiaire. Ce troisième volet du dispositif aide les familles à supporter les contraintes financières liées au coût du transport.

Coup d’Pouce Culture : ce quatrième volet viendra compléter le dispositif à la rentrée 2009. Il s’agit ici de favoriser l’accès à la culture des lycéens issus de foyers à revenus modestes. Cette aide prendra la forme d’un chéquier d’une valeur totale de 40 euros à raison de sept titres (2 chèques livre-disque d’un montant de 10 euros et 5 chèques ci-

© DR

pour la première fois en 1ère année de certaines filières de formation professionnelle ou technologique. L’entrée dans ces classes (BEP, CAP, CAPA, BEPA, bac pro et techno...) oblige bien souvent les familles à des investissements coûteux comme l’outillage, les caisses d’outils, les trousseaux de couteaux, les vêtements spéciaux ou de sécurité. Cette allocation varie de 50 à 245 euros et n’est soumise à aucune condition de ressources.

LA CULTURE ACCESSIBLE À TOUS LES LYCÉENS Le conseil régional a créé un dispositif de mobilité culturelle qui met l’accent sur les déplacements pédagogiques, notamment les voyages culturels organisés par les lycées vers de grands musées français ou européens. La Région propose une aide attribuée aux établissements scolaires, destinée aux déplacements culturels des lycéens aquitains. Cette contribution facilite l’accès à la culture. Grâce à cette aide, l’an dernier, plus de 2 400 lycéens de la région ont pu visiter des musées français, tels que Le Louvre et le musée d’Orsay et des musées européens tels que le Guggenheim à Bilbao et la National Gallery de Londres, entre autres.

_ j u i l l e t , a o û t & s e p t e m b re 2 0 0 9 _ n ° 3 4

Trouver un logement lorsque l’on est étudiant reste un défi. La Région facilite l’accès au logement avec Clé Aquitaine. Ce dispositif facilite la location d’un logement en proposant de se porter garant pour les étudiants n’ayant pas de cautionnaire. CLE Aquitaine propose également une garantie de remboursement de prêt. Elle permet à un jeune d’obtenir un crédit bancaire plus facilement afin de financer le dépôt de garantie. Pour en savoir plus et en bénéficier, informations et inscriptions sur le site http://cle.aquitaine.fr

UN ESPACE POUR FACILITER VOS DÉMARCHES Le Pôle de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) de Bordeaux organise l’Espace Rentrée Étudiants afin de faciliter les nombreuses démarches de l’étudiant pour la rentrée. Cet espace de rencontre centralise des informations indispensables de la vie étudiante : habitat, déplacements, activités culturelles et sportives, santé et carte de séjour, etc. La Région Aquitaine y présente ses dispositifs : Clé Aquitaine pour le logement, Carte Aquitaine Étudiants pour les transports et aides à la mobilité internationale. Du 1er septembre au 9 octobre 2009, au restaurant universitaire le Cap’U à Bordeaux. Heures d’ouverture : De 11 heures à 18 heures du lundi au jeudi. De 11 heures à 16 heures le vendredi. Plus d’infos sur www.univ-bordeaux.fr ou au 05 56 33 80 80


PAU-CANFRANC : LA VOIE S’OUVRE

INQUIÉTUDE SUR LA LGV : LA RÉGION REFUSE DE FAIRE L’EFFORT FINANCIER

J’aime la constance en ture de la ligne. Enfin, c’est une première et, politique. Parce que les nous l’espérons, un tournant, le président socialistes ont toujours de la SNCF, Guillaume Pépy, est venu sur le défendu la réouverture de site nous apporter son soutien. Il croit au pola ligne ferroviaire Pau– tentiel touristique d’une ligne en vallée Canfranc*, Alain Rousset, d’Aspe, comme un point de départ vers de dès son élection à la pré- nouvelles liaisons avec les Pyrénées. sidence en 1998, a réafCar le grand enjeu, c’est le rétablissement Jean-Louis Carrère firmé l’importance d’un d’une ligne internationale pour développer dossier qui s’inscrit natu- le fret ferroviaire et le trafic voyageurs entre rellement dans notre engagement en faveur l’Aquitaine et l’Aragon. Nous y voyons la predu report modal et de la lutte contre les mière pierre d’une future traversée grand gaémissions de gaz à effet de serre. Début 2011, barit des Pyrénées, vers Saragosse et sa platela section Oloron–Bedous sera forme intermodale, la plus « Le grand rouverte aux voyageurs. La Réimportante d’Europe. enjeu, c’est le gion y a engagé 43 millions Il faut encore trouver 210 rétablissement millions d’euros pour ouvrir la d’euros tandis que l’État et RFF, d’une ligne sollicités dans le cadre du voie jusqu’à Canfranc. Les spéinternationale contrat de projet 2007-2013, cialistes s’accordent à dire que pour développer consentent ensemble un peu ce coût n’est pas exorbitant au le fret ferroviaire moins de 22 millions d’euros. et le trafic voyageurs regard du trafic estimé: 1,5 milC’est une première étape que entre l’Aquitaine lion de tonnes/an dans un prenous ne devons qu’à notre et l’Aragon, mier temps, avec un potentiel persévérance. Et peut-être au- première pierre de 3,2 millions de tonnes/an à rons-nous été des précur- d’une traversée plus long terme. seurs ? Le pétrole cher et les grand gabarit des Comme nous nous y étions dérèglements climatiques, en Pyrénées. » engagés, nous essayons de faisant évoluer durablement construire une réelle alternales consciences, soulignent la pertinence de tive au tout routier. Le développement des « notre bataille du rail ». Avec l’arrivée de la dessertes TER, le cadencement et la moderLGV côté Pays basque et les études en cours nisation des gares que nous conduisons avec pour des dessertes mixtes fret-TGV en Béarn mes collègues Philippe Buisson et Emmaet Bigorre, les acteurs économiques sont à nuel Espanol, y contribuent grandement. l’écoute. Un réseau de grandes villes fran- Les Aquitaines et les Aquitains y adhèrent. çaises et espagnoles, impulsé par Martine La constance finit toujours par payer. n Lignères-Cassou, députée maire de Pau, est * Interrompue depuis 1970 suite à l’effondrement prêt à relayer nos efforts. Et dans l’esprit du d’un pont. Grenelle de l’environnement, nous ne com- JEAN-LOUIS CARRÈRE, prendrions pas que l’État et l’Europe se dés- 1er VICE-PRÉSIDENT CHARGÉ DES INFRASTRUCTURES, DES TRANSPORTS ET DE intéressent du projet plus longtemps. La communauté autonome d’Aragon et L’INTERMODALITÉ - PRÉSIDENT DU GROUPE la région Aquitaine sont d’ailleurs associées SOCIALISTE, PRG ET APPARENTÉS avec les États français et espagnol dans un SÉNATEUR DES LANDES. groupe de travail quadripartite chargé d’éva- > Tél. : 05 57 57 80 96 luer les conditions nécessaires à la réouver- groupe.socialiste@ps.aquitaine.fr

© DR

GROUPE UMP

POUR UN PLAN RAIL RÉGIONAL AMBITIEUX

LES GRANDS PROJETS DU SUD-OUEST : NOTRE PRIORITÉ RÉGIONALE

En Aquitaine, depuis que leurs, il est anormal que la SNCF ne porte la compétence des Trains pas autant d’efforts sur la qualité du service express régionaux (TER) des trains régionaux qu’à celle du service a été confiée au conseil des TGV. Il en résulte un certain nombre régional, en d’insuffisances qui suscitent des « Le 2002, le service mouvements de protestation légroupe gitimes des usagers. Pour y reoffert est audes élus Verts jourd’hui sans médier et contribuer à assurer demande qu’un Michel Daverat commune meun maillage efficace du terriplan rail régional sure avec ce toire aquitain, le groupe des élus très ambitieux qu’il était auparavant. Les inves- soit mis Verts demande qu’un plan rail tissements importants dans le re- en œuvre. » régional très ambitieux soit mis nouvellement et la modernisaen œuvre avec des moyens fition du matériel roulant ont constitué un nanciers conséquents afin de répondre aux incontestable facteur d’attractivité car la enjeux cruciaux du report modal du transprogression du nombre d’usagers a été port des voyageurs et du fret de la route vers spectaculaire. le rail. n Néanmoins, beaucoup d’efforts restent POUR LE GROUPE LES VERTS, MICHEL DAVEencore à faire pour assurer le renouvellement RAT, PRÉSIDENT DU GROUPE LES VERTS complet de ce matériel, mais aussi pour la > Tél. : 05 57 57 80 95 régénération des voies secondaires. Par ail- groupe.vert@verts.aquitaine.fr

LE FRONT NATIONAL

LIBERTÉS ET DYNAMISME

© DR

Face à l’attitude du gou- vre sur l’Espagne et démontre notre capacité vernement relative aux de dépasser les lignes administratives. conditions de financeEn cohérence avec la loi sur le Grenelle ment de la ligne à grande de l’environnement et l’annonce d’un plan vitesse entre Tours et Bor- de relance, l’ensemble des grands projets du deaux, nous Sud-Ouest confortés par notre « Passer devons tous schéma régional est notre prioà l’acte nous mobilirité régionale. Jean-Charles Paris ser avec déter- est l’exigence Le rôle de l’opposition est que nous fixons au aussi de savoir dépasser les mination. L’Aquitaine a déjà fait la gouvernement. » pratiques archaïques et de repreuve de son volontarisme : bouchon fer- vendiquer une coresponsabilité face aux roviaire de Bordeaux, avances pour le finan- grands projets longuement débattus et dont cement des études et des acquisition fon- nous avons soutenu toutes les étapes. « Pasci��res… ser à l’acte » est l’exigence que nous fixons Cinquante-cinq collectivités locales ont au gouvernement.n réuni les conditions de leur part de finance- JEAN-CHARLES PARIS, ment à plus de 95 %. Toutes partagent l’im- PRÉSIDENT DU GROUPE DÉMOCRATE portance d’un Grand Sud-Ouest ferroviaire. > Tél. : 05 57 57 80 83 Il donne vie à un nouveau territoire, nous ou- contact@lesdemocrates-aquitaine.fr

Le grand chantier priori- pliées sans garantie de financement. Autaire pour notre région, jourd’hui, il est dans l’impasse Il n’a obtenu c’est la LGV Tours–Bor- aucun accord de participation. Nous perdons deaux et ses prolon- un temps précieux face à d’autres projets de gements vers LGV, comme en Bretagne ou « Nous l’Espagne et dans l’Est, mieux défendus par perdons Toulouse. Nous un temps précieux leurs Régions. Alors que le l’attendons de- face à d’autres conseil régional d’Aquitaine M. Ducassou puis vingt ans. projets de LGV, bloque sa participation à 36,40% Mais le dossier comme en de la part des collectivités s’embourbe, on prend du retard. Bretagne ou dans d’Aquitaine, le conseil régional Pourquoi ? Parce que les diverses l’Est, mieux de Bretagne financera 58% de la collectivités d’Aquitaine ne sont défendus par part des collectivités bretonnes toujours pas d’accord sur le plan leurs Régions. » et celui d’Alsace investira 50 % de financement. L’État, qui assume sa propre pour soulager les autres collectivités de son part, doit attendre leurs signatures pour va- territoire. L’entêtement d’Alain Rousset lider le projet. Pourtant, le président socialiste nous coûte cher. Il doit cesser de chercher de l’Aquitaine se faisait fort de fédérer les au- ailleurs les responsables. n tres collectivités, souvent de gauche. Il a laissé LES CONSEILLERS RÉGIONAUX UMP monter les surenchères, les demandes de > Tél. : 05 57 57 83 61 dessertes supplémentaires se sont multi- groupe.ump@ump.aquitaine.fr

LES VERTS

GROUPE DÉMOCRATE

© DR

17

GROUPE PS, PRG ET APPARENTÉS

© DR

© DR

LA PAROLES AUX ÉLUS TRIBUNES

Trente ans de régime l’économique et les déplacements. Au nom droite/gauche, ce sont des de la liberté de choix du mode de transport, chantiers intermile Front national a soutenu l’au« Loin des nables et des détoroute Bordeaux–Pau et le TGV. outrances ficits. Il a fallu Face à l’explosion du trafic poids écolos, du plus de vingt ans lourds, instaurons une taxe à l’enpour finaliser libéralisme sans trée du territoire pour les camions l’A89 Bordeaux– frein, concilions étrangers, développons le transJacques Colombier Clermont. Pour le un territoire port fluvial, le ferroutage et les préservé avec TGV Paris –Bor« autoroutes de la mer ». Loin des une économie deaux–Espagne, 59 collectivités doioutrances écolos et du libéralisme dynamique. » vent accepter de payer, à défaut sans frein, concilions un territoire d’État, sans parler de suspension de chantier préservé avec une économie dynamique. n pour éviter de déranger quelque scarabée LES ÉLUS DU GROUPE FRONT NATIONAL doré. Développer les modes de transports > Tél. : 05 57 57 80 86 / 87 c’est désenclaver l’Aquitaine donc favoriser groupe.fn@front-national.aquitaine.fr

_ j u i l l e t , a o û t e t s e p t e m b re 2 0 0 9 _ n ° 3 4


18

BIEN VIVRE ÉCLA: ÉCRIT, CINÉMA, LIVRE, AUDIOVISUEL

La nouvelle agence du cinéma et du livre ée de la fusion d’AIC et de l’ARPEL, Écla a pour objectif de devenir l’unique agence des industries culturelles de la Région Aquitaine.

Cette nouvelle entité agit prioritairement pour les spécialistes du monde de l’écrit et de la lecture, de l’audiovisuel et des labels musicaux, des médiateurs des secteurs culturels, artistiques et éducatifs, pour les lycéens et les apprentis, les jeunes adultes et le public carcéral, mais aussi dans le domaine des technologies de l’information et de la communication, du patrimoine écrit, audiovisuel et iconographique. Ses actions s’inscriront dans le cadre des coopérations interprofessionnelles afin de favoriser la rencontre entre des professionnels et les différents acteurs culturels, éducatifs et économiques aquitains.

Les domaines d’intervention

© FOTOLIA.COM

Écla intervient dans trois domaines. Tout d’abord pour le livre et la lecture, un secteur qui comprend l’économie du livre, le développement de la lecture, l’éducation artistique, les bibliothèques et la lecture publique, le patrimoine écrit et iconographique. Ensuite pour le cinéma et l’audiovisuel et à travers ce chapitre son économie (accueil de tournages, développement des structures audiovisuelles installées en région Aquitaine), sa création en participant notamment à la mise en œuvre du fonds de sou-

_ j u i l l e t , a o û t & s e p t e m b re 2 0 0 9 _ n ° 3 4

© FOTOLIA.COM

Au service des professionnels du livre et du cinéma

tien. Enfin, Écla s’engage auprès des labels musicaux, pour mettre en œuvre une politique d’aide à la diffusion et à la distribution.

Les missions de la nouvelle agence Écla agit prioritairement pour soutenir la création littéraire, l’édition et la distribution du livre, l’accueil de tournages, la promotion et la diffusion des œuvres. Ce qui lui permet d’as-

surer une mission d’expertise et d’ingénierie en vue de favoriser la création et la production d’œuvres littéraires, audiovisuelles et cinématographiques, et de veiller au développement des identités culturelles. L’agence Écla doit également participer à la conservation, la valorisation et la diffusion du patrimoine écrit et documentaire du cinéma et de l’audiovisuel, mais aussi à l’éducation artistique et culturelle des jeunes publics, notamment les lycéens et les apprentis, en renforçant les partenariats avec les institutions et les collectivités territoriales, les associations et les entreprises qui poursuivent des buts analogues ou convergents. Enfin, Écla s’attache à promouvoir les labels indépendants et à développer leurs circuits de diffusion et de distribution. n


BIEN VIVRE SILENCE… MOTEUR !

BANDE DESSINÉE DOCUMENTAIRE

Un tournage peut en cacher un autre

Des dessinateurs se racontent en DVD

sont aussi l’exemple réussi d’une rencontre entre un(e) réalisateur(trice) et un(e) dessinateur(trice) pour un nouveau mariage de l’écrit et de l’image, qui permettent de voir et d’entendre un auteur raconter son travail. Le premier film, Les Univers d’Alfred réalisé par Julie Saudubray explore le monde d’Alfred, un auteur installé à Bordeaux depuis quelques années et qui a adapté, entre autres, Café Panique, le roman de Roland Topor aux éditions Charrette. Ce jeune homme de 34 ans a été séduit de pouvoir expliquer son travail tout en étant filmé :

Pour la deuxième année consécutive, l’Aquitaine se classe à la quatrième place des régions françaises en termes de jours de tournage pour les longs métrages et les fictions télévisées, selon le classement Film France 2007. L’Aquitaine a accueilli 541 jours de tournage pour 15 films. Ce bon résultat est l’aboutissement d’un travail mené par Aquitaine Image Cinéma, l’agence régionale chargée du développement du cinéma et de l’audiovisuel, par le fonds régional de soutien à la création cinématographique et audiovisuelle de 2 millions d’euros géré par le conseil régional en partenariat avec le Centre national de la cinématographie. À ce titre le conseil régional peut aider les tournages de longs métrages de cinéma qui ont lieu sur le territoire régional jusqu’à 200 000 €. n

« Je suis super heureux d’avoir participé à ce film, ça m’a aidé à avancer sur des trucs à y voir plus clair. » On le suit dans ses balades bordelaises, on le voit dessiner, raconter l’origine de son inspiration liée en grande partie au cinéma et au théâtre. Le deuxième DVD, Désirs noirs, donne la parole à Emmanuel Moynot qui face à la caméra de Jean-Baptiste Béïs livre ses impressions sur Bordeaux qu’il habite depuis 2003, une ville dont le «rythme lent et les nouveaux décors » le font avancer. Cet auteur parisien s’est notamment illustré en reprenant le personnage de Léo Malet créé en bande dessinée par Tardi. Il se définit comme « un rebelle à contre-courant, qui préfère travailler avec des modelés, des gris... ». Enfin le tome III de cette collection nous donne quelques clés pour comprendre les Tropiques intérieurs de Jean-Denis Pendanx, filmé lui aussi par Jean-Baptiste Béïs. Cet auteur aquitain s’inspire de l’Afrique, de son enfance landaise, autant de terres contrastées qui viennent nourrir ses travaux d’illustrateur. n

© PANAMA PRODUCTIONS

© DR

L’agence régionale pour l’écrit et le livre édite une collection de DVD intitulée « Les petits univers de la bande dessinée en Aquitaine», une façon de promouvoir la richesse de la création dans notre région mais également de montrer l’univers créatif des artistes. Ces films

«DÉSOBÉIR»

« Les petits univers de la BD en Aquitaine » coproduit par l’Arpel (devenu Écla) et Mara Films, réservé aux professionnels du livre et de l’éducation.

Ce film de Joël Santoni avec Bernard Le Coq retrace le parcours d’Aristide de Sousa Mendès, consul portugais en poste à Bordeaux, qui en 1940 délivra près de 30000 visas d’entrée au Portugal permettant aux réfugiés de guerre de trouver, viaLisbonne, une voie d’accès à l’Angleterre et aux États-Unis. Le conseil régional a attribué une aide à la production d’un montant de 75000 € pour la réalisation de ce film.

CULTURE CINÉMA NUMÉRISATION

Mis en scène par Axelle Ropert, ce long métrage, dont les scènes d’extérieur ont été tournées à Mourenx l’hiver dernier, faisait partie de la sélection de «La Quinzaine des réalisateurs » lors du Festival de Cannes 2009.

(1) Association des cinémas de proximité d’Aquitaine. (2) Centre national de la cinématographie.

investissement personnel des auteurs, et des films peu vus, car produits et réalisés avec des moyens souvent précaires. C’est aussi l’occasion pour les spectateurs de participer à des débats, des rencontres autour de la création documentaire et de programmes thématiques.

Coordonné par l’ARPEL, aujourd’hui Écla, et l’ACPA, le Mois du film documentaire est devenu en quelques années une manifestation de référence permettant une visibilité et une large diffusion de cette production. www.moisdudoc.com

© MAGNIFICAT FILMS

www.acpaquitaine.com

LES DOCUMENTAIRES SONT À L’HONNEUR EN AQUITAINE Chaque année, le Mois du film documentaire permet à tous les Aquitains de découvrir des films dans les médiathèques et les cinémas soutenus par l’ACPA. Ce festival qui se déroule pendant tout le mois de novembre partout en Aquitaine programme des œuvres créatives qui témoignent d’un

«LA FAMILLE WOLBERG»

© FOTOLIA.COM

meilleurs réseaux de salles de cinéma indépendantes en France. Chaque année 3 à 4 millions de spectateurs les fréquentent confirmant le postulat selon lequel le cinéma reste le loisir favori des Français qui à 85 % vont préférer fréquenter une salle obscure plutôt qu’une autre sortie. Le conseil régional par le biais d’un financement à l’ACPA (1) et d’aides sélectives aux salles les soutient pour plus de 150 000 € chaque année et facilite ainsi leur mission de diversité culturelle et sociale, répondant à l’engouement du public pour un cinéma de qualité. Des cinémas de proximité souvent situés en milieu rural et équipés d’un seul écran. Aujourd’hui le conseil régional prépare en collaboration avec les professionnels et le CNC (2) le passage au numérique. Un plan

de conversion à la projection numérique des salles classées art et essai devrait être mis en place à partir de 2010 et révolutionner le milieu des exploitants de salles. Quelques lieux sont déjà équipés comme Le Royal à Mont-de-Marsan ou l’Utopia à Bordeaux.. Autant de mesures qui viennent conforter la position du conseil régional pour préserver l’exploitation des salles de cinémas indépendantes et de proximité et proposer à tous les Aquitains une offre culturelle de qualité sur l’ensemble du territoire. n

© DR

La Région soutient les salles de proximité L’Aquitaine avec 162 écrans répartis dans 83 salles classées art et essai dispose d’un des

19

«LES IRRÉDUCTIBLES» Ce long métrage réalisé par Renaud Bertrand et tourné en 2006 à Libourne suit le parcours de deux copains, Jacques Gamblin et Kad Merad, qui à 40 ans retournent sur les bancs du lycée pour passer le baccalauréat. _ j u i l l e t , a o û t & s e p t e m b re 2 0 0 9 _ n ° 3 4


20 BIEN VIVRE MUSIQUE LE LABEL AGORILA DIRIGÉ PAR LE BAYONNAIS MANEX MEYZENC FÊTE SES 60 ANS

Richard Millian, Victor Mendès, Enrique Ponce et César Rincon. Tandis que son catalogue s’enrichit encore de cette recherche, il tombe sur une perle, de celle qu’on ne rencontre pas deux fois dans la vie : Paquito Chocolatero, un pasodoble oublié, qui avait eu son heure de gloire dans les années 1970 à Pampelune, composé par Gustavo Pascual, un musicien d’Alicante. Amoureux de cet air scandé, joyeux, entraînant et festif, il l’édite et s’attelle à sa diffusion. C’est le premier jackpot de sa carrière. Paquito Chocolatero remporte un succès fulgurant : il quitte les arènes pour se répandre dans les bodegas et bientôt, les festayres lèvent leurs deux index au dessus de la tête et se balancent d’avant en arrière, dans toutes les fêtes et les troisièmes mi-temps du Sud-Ouest, au son du pasodoble ressuscité.

et l’enregistre immédiatement. Nouveau tube et deuxième jackpot : l’air est repris partout jusqu’à devenir l’hymne officiel des championnats du monde d’athlétisme au stade de France en 2002, puis l’un des morceaux officiel de la Coupe du monde du rugby et surtout… l’hymne de l’Aviron bayonnais ! Pour Agorila, de tels succès permettent de surmonter la crise que traversent tous les

labels musicaux : « À l’heure actuelle, il faut avoir des antécédents et les reins solides pour résister. Nous restons une petite structure, volontairement, et je me concentre sur mon métier de producteur, éditeur et distributeur dans un registre que je connais bien et qui est celui de la musique que j’aime. » n

www.agorila.com

Des hymnes au rock basque Un tel succès commercial au crédit du label Agorila aurait pu lui donner la folie des grandeurs. Mais Manex Meyzenc ne se laisse pas étourdir. Il reste fidèle à sa région tout en ouvrant son répertoire d’éditeur. Il diversifie les styles de musique, s’ouvre aux horizons du rock basque avec Sustraia. Parallèlement, Manex Meyzenc déniche une deuxième perle musicale : Vino Griego, un tube de 1974 d’Udo Jurgens, le Julio Iglesias des Allemands. Il commande des arrangements aux goûts des bandas du Sud-Ouest

LES RENCONTRES PROFESSIONNELLES MUSICALES EUSKADI/AQUITAINE

© DR

Manex Meyzenc garde la tête froide et la modestie souriante en dépit des succès d’éditions de son label Agorila : deux tubes presque mondiaux, le pasodoble Paquito Chocolatero, et Vino Griego, devenue l’hymne de l’Aviron bayonnais, morceau phare des ferias et des grandes rencontres sportives. Quel est donc le parcours d’un homme qui incarne aujourd’hui l’esprit de Bayonne et qui, sur sa personne, marie les mondes de la corrida, de la feria, des fêtes du rugby, du Pays basque et de la musique ? Dans ce coin de France où le bonheur fleurit, on a l’habitude de dire que tout finit par des chansons. Pour Manex Meyzenc, c’est par elles que tout a commencé. Son père qui tenait une boutique de hi-fi au cœur de Bayonne était déjà un bidouilleur de sons. Père et fils ont fait la tournée des villages du Pays basque et du Béarn pour enregistrer, dans les cours d’école ou au pied des frontons, un florilège des chansons folkloriques et traditionnelles. Manex Meyzenc fréquente aussi le milieu de la corrida, comme s’il faisait partie d’une grande famille. Outre Victor Mendès qui devient un ami intime, il se lie avec tous les chefs de musique taurine. Il exhume des airs taurins d’autrefois, il les remet au goût du jour grâce à la collaboration de leurs formations musicales. Il crée de nouvelles compositions pour ses matadors favoris, Nimeno,

© DR

Il porte partout fièrement son foulard bleu et blanc

Amaia Riouspeyrous éditée par Agorila.

Le réseau aquitain des Musiques Actuelles a organisé à la RockSchool Barbey, le 13 mai dernier, une rencontre des labels musicaux basques et aquitains situés de part et d’autre de la frontière sur le thème de la coopération

transfrontalière. L’objectif est de réunir des professionnels du secteur de la musique afin de développer les échanges entre l’Aquitaine et l’Euskadi, notamment par le biais de concerts, festivals, d’associations de salles, de labels.

Les Kid Bombardos, en haut, et Adam Kesher, en bas, deux des trois groupes qui composeront l’équipe bordelaise.

ROCK JOUTE MUSICALE BORDEAUX–CLERMONT-FERRAND

Bordeaux, ville la plus rock de France?

© DR

© DR

Le 31 juillet, sur les quais de la Seine, aura lieu la plus grande joute musicale pour élire la ville la plus rock de France. À travers un duel d’artistes bordelais et clermontois. Trois groupes et un parrain défendront les couleurs respectives de leur ville. L’équipe bordelaise sera emmenée par Eric Roux, directeur de la Rock School Barbey et sera composée des groupes Adam Kesher, Kid Bombardos et Magnetix. Ils tirent leur nom d’un personnage créé par David Lynch dans Mullholland Drive, Adam Kesher s’est forgé une identité sonore propre, quelque part entre l’électrorock et la pop. C’est du brut qui fascine par une justesse musicale bien équilibrée. En hommage à leur grand-père boxeur surnommé Kid Bombardos, trois jeunes accompagnés d’un ami d’enfance décident _ j u i l l e t , a o û t & s e p t e m b re 2 0 0 9 _ n ° 3 4

de troquer les gants de boxe contre une basse, deux guitares et une batterie. Au vu de leur parcours (Printemps de Bourges, Garorock, Francofolies...), leur jeune âge ne semble pas être un handicap. Sortis tout droit d’un comic books SF des années 1950, le duo Looch Vibrato et Aggy Sonora inventent le « monster rock » et forment le groupe Magnetix. L’homme est à la guitare et au chant et la femme à la batterie. Le principe de la joute se fera délibérément sur le ton de l’humour, à mi-chemin entre « Intervilles » et « le Tribunal des fragrants délires ». Tout le monde peut participer à cet événement et soutenir l’équipe bordelaise à Paris Plage en s’inscrivant par mail à :

Communication@rockschool-barbey.com


BIEN VIVRE

21

PASCAL CONVERT RÉALISE UNE ŒUVRE D’ART POUR L’INSTITUT DES SCIENCES DE LA VIGNE ET DU VIN

«Une région où même la nuit rêve de lumière» Le «1% artistique» à l’ISVV

© ALBAN GILBERT

L’Institut de la Vigne et du Vin (ISVV) s’est installé à Villenave-d’Ornon dans de nouveaux bâtiments ultramodernes dont le conseil régional d’Aquitaine a été le maître d’ouvrage, offrant aux étudiants un matériel à la pointe de la technologie pour perpétuer des savoirs ancestraux en matière de vins. Conformément à la politique du « 1% artistique », s’appliquant aux constructions publiques de l’État ou des collectivités territoriales qui sont tenus de réserver 1% du coût de la construction pour la commande d’une œuvre d’art faite spécialement pour le bâtiment concerné, l’ISVV a retenu Pascal Convert après un appel d’offres. Le 1% a pour idée phare la création d’œuvres destinées à des lieux de vie, permettant de sensibiliser le public à l’art contemporain, il donne aux artistes la possibilité de collaborer avec des architectes. Le bâtiment de l’Institut de la Vigne et du Vin se drape d’un reflet artistique grâce à l’artiste Pascal Convert qui s’est vu confier la réalisation de la façade dans le cadre du « 1% artistique ».

Vous avez voulu travailler pour l’ISVV, avez-vous un attachement particulier pour la région ?

Répondre à l’appel d’offres concernant le projet d’intervention plastique sur la façade en verre de l’ISVV me permettait de m’intéresser à un des enjeux économiques et culturels majeurs de la région, le vin. Le fait que le bâtiment soit un institut, un lieu de recherche et non un château participait à donner une nouvelle image du vin dans la région Aquitaine.

© FRÉDÉRIC DELPECH

Pascal Convert : Je suis en effet originaire de la région, du département des Landes plus précisément. C’est à Bordeaux que j’ai commencé à faire mes premières expositions, et c’est aussi la ville où j’ai eu par la suite l’occasion de réaliser deux œuvres publiques, le « 1 % artistique » du tribunal de grande instance de Bordeaux, ainsi que les grilles monumentales du jardin botanique. Ce n’est donc pas ma première création publique dans la région.

Quelles sont les techniques et les matériaux utilisés pour l’œuvre de l’ISVV ? P. C. : Pour la sérigraphie sur la façade de l’ISVV, un choix d’images de nuages et de mouvements d’eau traitées par ordinateur permet de créer un mouvement continu, une sorte de remous. Le choix de l’or a été déterminant pour donner une matérialité à la lumière si chère à Roland Barthes

lorsqu’il la nommait la « lumière du SudOuest », celle que l’on retrouve certainement, quelque part, dans la couleur des vins de Bordeaux.

Quels ont été vos choix et vos partis pris d’artiste dans cette œuvre? P. C. : Travailler sur l’ISVV, c’était aller audelà de la seule image commerciale du vin, même s’il ne faut pas oublier l’apport de ce secteur en termes économiques et médiatiques. J’ai essayé d’en révéler l’origine, une région ouverte, balayée par l’eau, la terre, le ciel, le soleil, une région où même la nuit rêve de lumière. n

Pascal Convert vit actuellement à Biarritz où il est conseiller artistique de la toute nouvelle école supérieure d’Art des rocailles et enseignant en BTS audiovisuel.

CENTRE FRANÇOIS-MAURIAC LES VENDANGES DE MALAGAR

© MICHEL DUFOUR

Tables rondes autour de l’esprit d’équipe

Lilian Thuram participera aux vendanges de Malagar sur le thème de l’esprit d’équipe.

Après avoir traité la thématique des plaisirs en 2008, l’édition des Vendanges de Malagar portera cette année sur l’esprit d’équipe. Pour cette onzième édition, de nombreux intellectuels et personnalités se retrouveront les 11 et 12 septembre prochains dans l’ancienne demeure du l’écrivain pour débattre et témoigner sur le sujet. Du haut de ses 142 sélections en équipe de France, qui font de lui le footballeur le plus capé de l’histoire, Lilian Thuram, l’ancien champion du monde, a confirmé sa présence aux Vendanges de Malagar afin de partager

son expérience autour de l’esprit d’équipe. Il retrouvera à ses côtés divers «coéquipiers», dont Jean Lacouture, Jean-Claude Casanova, Anne-Marie Cocula, Bernard Faivre d’Arcier, Éric Fottorino, Claire Gibault, le colonel Geoffroy de la Ronzière et Jean Touzot, entre autres, qui interviendront lors de ces deux journées. Avec ces rencontres symboliquement appelées «les Vendanges de Malagar » en référence à la période, le centre François-Mauriac a pour ambition que ces échanges autour du débat citoyen soient de véritables «vendanges de l’esprit ». n

11e édition des Vendanges de Malagar DATES :11 et 12 septembre 2009 LIEU :Domaine de Malagar, Saint-Maixant, Gironde RENSEIGNEMENTS : http://malagar.asso.fr/ Tél. : 05 57 98 17 17

_ j u i l l e t , a o û t & s e p t e m b re 2 0 0 9 _ n ° 3 4


22 BIEN VIVRE

Des ateliers pour les potiers en herbe.

Démonstrations sous vos yeux de savoir-faire ancestraux.

Les arts du feu sont à l'honneur cette année à La Bastide-Clairence.

ARTISANAT D’ART UN MARCHÉ DE SAVOIR-FAIRE AU PAYS BASQUE

Le marché Potier à La Bastide-Clairence Cela fait quinze ans que comme chaque année à cette époque le village de La Bastide-Clairence, au cœur du Pays basque, est en effervescence. Pendant deux jours le marché du Potier bat son plein, un marché qui a une histoire : c’est en 1985 que Leopold Darritchon, le maire du village, prend l’initiative de développer l’artisanat d’art : « Nous avons voulu trouver une idée originale pour redynamiser le village. » C’est chose faite, et La Bastide-Clairence regroupe aussi luthier, tisserands, sculpteurs... tous présents sur le marché. Des savoir-faire pratiqués en direct pour le plaisir des yeux, comme le souligne Jacques Pineau, maître verrier et président de l’Association des artisans d’art : « C’est une démonstration de savoir-faire qui permet de montrer que les objets ont aussi une histoire et sont l’œuvre de personnes. » Le marché ouvre ses portes les 12 et 13 septembre de 10 heures à 19 heures avec pour thème « Les arts du feu » (travail sur le fer forgé et le verre) et des activités toute la journée pour les enfants. n Plus d’infos sur : www.labastideclairence.com

_ j u i l l e t , a o û t & s e p t e m b re 2 0 0 9 _ n ° 3 4

Le doyen des couteaux de poche sort tout droit d’une légende des bois. Du Périgord vert, plus précisément. Une lame en acier forgé et un manche taillé dans le buis selon des gestes ancestraux, des symboles gravés jamais décryptés (une « mouche » en V inversé et trois points pyrogravés). Bref, une histoire de couteau qui ne raconte pas un fait divers mais l’épopée mystérieuse d’un savoir-faire local, qui a su rayonner comme scintille une lame d’orfèvre. Nontron est l’une des communes d’Aquitaine les plus septentrionales. Les Gaulois y exploitent le fer et dès le XIVe siècle son artisanat coutelier la rend fameuse. C’est ainsi que l’épée du roi Charles VII, dont les victoires successives contre les Anglais mirent fin à la guerre de Cent Ans, est forgée par les artisans nontronnais. Ce savoir-faire se cristallise en 1653 avec l’ouverture d’une forge et l’installation du premier maître-coutelier. Tout au long du XVIIIe siècle, au plus fort de l’activité, la Dordogne compte pas moins de trente-neuf coutelleries, dont les six meilleures sont à Nontron. Un artisanat foisonnant qui nourrit et fait vivre toute une région, mais qui périclite à partir de la révolution industrielle ; À LA FOIS CHAMPÊTRE il ne reste plus que deux entreET DESIGN, prises au début LE COUTEAU DE du XX e siècle, NONTRON PERPÉTUE une seule deUN SAVOIR-FAIRE puis les années ANCESTRAL trente. Rachetée par Forge de Laguiole en 1992, La Coutellerie Nontronnaise perpétue la tradition locale : toujours le même buis, qui met quarante à cinquante ans pour arriver à maturité et sèche ensuite pendant quatre ans. Toujours la même virole en laiton, les mystérieuses pyrogravures sur le manche, et toujours la même boutique, ouverte en 1780.

Amateurs du monde entier « Le couteau de Nontron a une âme », confie Maryline Allafort, responsable commerciale. « Il se transmet dans les familles, de génération en génération, et quand des touristes viennent des quatre coins du monde pour découvrir le Périgord vert, ils repartent toujours avec un couteau de Nontron. » Une popularité qui se vérifie également dans le registre plus moderne des arts de la table et des accessoires, qu’il s’agisse de la pelle à gâteau ou du tire-bouchon. « Nous avons des amateurs partout en Europe, en Amérique du Nord et même à Dubaï », ajoute Mme Allafort. Champêtre ou design, le cou-

© DR

© PHOTOS : OT LA BASTIDE CLAIRANCE PIERRE CAPPERON

LE COUTEAU DE NONTRON SORT DU BOIS

teau de Nontron a son fan club d’irréductibles et ses nouveaux adeptes. En somme, un bel ambassadeur de « l’aquitaine touch »…n

Fête du couteau à Nontron les 8 et 9 août 2009 Infos sur www.nontron.fr


BIEN VIVRE

23

LANGUES RÉGIONALES Cette page est consacrée à l’expression basque et occitane BASQUE

I

Itsas ezpondak indartzen

tsasoa ikusgarria da Euskal Herriko kostaldean. Uhin ederrak badira, nolaz ez, Frantziako sagailo azkarrenak bertan izaten direlako. Eta kostalde arrokatsu horretan are ikusgarriagoak dira. Hori da, besteak beste, Ziburuko kostaren arazoa. Uhinek eta euriak pixkanaka-pixkanaka arkaitzak jaten dituzte, eta arkaitzen konposizio ahulak fenomenoa areagotzen du. Ziburuko Zokoa auzoko itsas ezpondak segurtatzeko lanak hasiko dituzte laster, beraz. Denborarik ez dute galdu nahi, aurten berean zenbait tokitan lurra erori baita, eta beste zenbait gune mehatxupean daudelako. Euskal Herria 2007-2013 Lurralde Kontratuak lehentasunezko ardatzetan kokatu du kostaldearen egoera hori hobetzea eta erosioaren kontrako neurriak hartzea. 2000-2006ko hitzarmen berezian ere lan bat egina izan zen, erosioaren inguruan. Akitaniako erregioak, Pirinio Atlantikoetako departamenduak eta Euskal Herriko Hautetsien Kontseiluak galdeginik, neurketa lan zehatz bat egin zen. Obrak egiteko premia gorria zela ikusi zuten, eta ondorioz, orain, obrak hasiko dira, kostalde hori indartzeko. Zokoako zatiari dagokion aurrekontua 965.000 eurokoa da. Eskualde Kontseiluak aurrekontuaren %22 hartuko du bere gain, hala nola 213.000 euro emanen ditu, obra

© PHILIPPE LAPLACE

ITSAS BAZTERRA

Zokoako itsas bazter ikusgarria jaten ari da itsasoa. La côte spectaculaire de Socoa est victime de l’érosion. c’est là qu’il y a les plus fortes houles au niveau national. Et c’est bien cela le problème de la côte de Ciboure. Les vagues et la pluie ne cessent de ronger, peu à peu, les rochers et la falaise ; phénomène facilité par la composition fragile des roches. Les travaux de confortement et de sécurisation de la falaise du quartier de Socoa de Ciboure seront bientôt engagés. En effet, les collectivités territoriales ne veulent

horien finantziatzeko. Pirinio Atlantikoetako Kontseilu Nagusiak beste hainbeste diru emanen du. Estatuak, aldiz, 296.500 euro emanen ditu. Europak, Feder laguntzen bidez, 95.000 euro emanen ditu. Gainerako zatia autofinantzatua izanen da.

Renforcer les falaises La mer est spectaculaire sur la côte basque, avec de magnifiques vagues, et pour cause,

pas perdre de temps car, rien que cette année, la terre s’est effondrée en plusieurs endroits. Les mesures contre l’erosion font partie des priorités du contrat territorial 2007-2013. Le contrat spéfique de 2000-2006 comportait un volet sur l’analayse précise de l’érosion. À la demande de la Région Aquitaine, du département des Pyrénées-Atlantiques et du Conseil des élus du Pays basque des expertises réalisées par l’Observatoire de la côte aquitaine avaient mis en avant l’urgence des travaux de sécurisation. Le budget des travaux concernant Socoa s’élève à 965000 euros. Le conseil régional prendra en charge 22% du budget, c’est-àdire, 213000 euros. Le conseil général des Pyrénées-Atlantiques en financera autant. L’État financera ces travaux à hauteur de 296500 euros. Les subventions européennes seront de 95000 euros. Le reste sera autofinancé. n

OCCITAN

s que lo desvelopament de competenças en lenga e cultura occitanas se pòt portar una maivalença economica e sociala ? Quo es per respondre ad aquesta question que la comission ensenhament-formacion dau conselh de desvelopament de la lenga occitan en Aquitània, l’Amassada, botèt sus pès una accion novela e creativa dins queu domeni. Per aquò, sa chausida se portèt sus lo sector gerontologic de la Dordonha. Dins queu despartament dau nòrd de nòstra region, las personas atjadas presas en charja per los establissaments especialisats o ben tot los servicis en maison son dins lor majoritat daus locutors natius occitans. La recenta enquesta menada a la demanda de la Region Aquitània mostrèt tanben que es en Perigòrd que la lenga d’òc es la mai parlada e la mielhs entenduda. L’experiença serà donc una prumiera e la question es d’evaluar l’influença qu’aurà una formacion en lenga e cultura occitanas sus la pratica jornadiera daus personaus a vocacion gerontologica. Es que la relacion d’ajuda se’n trobarà conortada ? Es que los ancians se sentiràn estimulats per l’utilisacion de còdis enraiçats au prigond de lor identitat ? Nonmàs questa

formacion especifica se podrà respondre ad aquelas questions ligadas aus aises de nòstres reires. L’enjuec es important e los resultats seràn analisats au pus pres. Nombrós son ilhs que son desjà convençuts qu’una tala formacion portarà sas fruchas. Las praticas intiutivas sus lo terren an començat de mostrar la dralha. Màs tot parier una evaluacion metòdica que menarà a la creacion d’un grasilha seriosa d’una formacion concreta es obligatòria. Es la condicion per una possibla perseguida de l’experiença aupres d’autras estructuras coma las que son estachadas a l’enfança e la jovença o bentot las que son viradas chap au torisma.

Dans ce département du nord de notre région, les personnes âgées prises en charge par les établissements spécialisés ou par les services d’aide à domicile sont en majorité des locuteurs natifs occitans. La récente enquête menée à l’instigation de la Région Aquitaine a aussi montré que c’est en Périgord que la langue d’oc est la plus parlée et comprise. Cette expérience sera une première : la question est d’évaluer l’impact qu’aura sur la pratique quotidienne des personnels à vocation gérontologique une formation à la langue et à la culture occitanes. La relation d’aide s’en trouvera-t-elle confortée ? Les personnes âgées se sentiront-elles stimulées par l’utilisation de codes intimement liés à

leur identité ? Seule cette formation spécifique pourra répondre à ces questions liées au bien-être de nos anciens. L’enjeu est important et les résultats seront analysés de près. Nombreux sont ceux qui déjà sont convaincus qu’une telle formation portera ses fruits. Des pratiques intuitives de terrain ont commencé à montrer le chemin. Mais une évaluation méthodique qui mènera à la mise en place d’une grille concrète d’une formation pérenne est incontournable. C’est la condition à une poursuite possible de cette expérience auprès d’autres structures comme celles qui s’occupent des enfants et adolescents ou encore celles tournées vers le tourisme. n

Una presa en compte de l'identitat de las personas. Une prise en compte de l'identité des personnes.

Una relacion conortada. Une relation confortée.

L’occitan comme outil de développement Le développement de compétences en langue et culture occitanes peut-il apporter une plus-value économique et sociale ? C’est pour répondre à cette question que la commission enseignement-formation du conseil de développement de la langue occitane en Aquitaine, l ‘Amassada, met en place une action pilote et innovante en ce domaine. Pour cela, son choix s’est porté sur le secteur de gérontologie de la Dordogne.

© PHOVOIR- IMAGES

E

L’occitan, gatge de desvelopament

© PHOVOIR- IMAGES

FORMACION

_ j u i l l e t , a o û t & s e p t e m b re 2 0 0 9 _ n ° 3 4


juin-septembre 2009 Théâtre, musiques, danse, expositions, arts de la rue, de la parole et de l’écrit, cinéma…

parkeretparker.fr

Véritable agenda culturel, Aquitaine en scène vous propose de découvrir 129 festivals programmés cet été. 5 de ces festivals EpQpÀFLHQWGHWUDMHWV7HU Aquitaine à prix réduits.

Pour connaître toute la programmation :

www.festivals.aquitaine.fr


L'Aquitaine n°34