Issuu on Google+

XIX numero 3

Association Étudiante du Cégep de Sainte-Foy

Semaine du 22 octobre (IN THE PAST)  -  www.asso.cegep-ste-foy.qc.ca/

cette semaine

dans l’éclosion Baconneries p.1-2 Jaws p.3 Woodstock p.4 La fin d’une guerre p.5 Enfin l’Allemagne recommence à respirer p.6 La saison parfaite p.7 Le manifeste du FLQ p.7 Légaliser l’héroïne p.8

e u q i mat

Sküljagger : Revolt of the Westicans p.9 Horoscope p.10

S

é h t l a péci

j.leclositon@gmail.com


20 juillet 1969

� Baconneries Chronique 13 : Révélation Par Louis-Philippe Pleau

C’est une belle époque que la nôtre. La vie est joie, l’homme est libre, Led Zeppelin sort cinq albums en cinq ans et le bacon est illimité (pour ceux qui ont des contacts, bien sûr). C’est le temps d’en profiter, de faire des sorties entre amis, de câliner un arbre… Je dis ça parce que, comme il en restera toujours que rien ne dure éternellement, joyeux paradoxe, cette période de félicité touche à sa fin. Elle est proche, la fin. Les corbeaux croassent de nouveaux, les pies jacassent, les perroquets perfides noient leur inquiétude dans le moqueur écho de ma propre voix. Autant de façons pour la volière des sceptiques d’éclipser d’un préjudice mon élocution. La chorale des âmes décapitées n’est forte que de sa sournoiserie, un million de murmures enterrent vite le plus désespéré des cris. Je ne serais point surpris que la majorité s’entretienne dans un front commun et bouché contre toute idée si saugrenue, si désastreuse que celle de l’apocalypse. Raison et peur, ces rivales intemporelles, font équipe pour la dénier. Mais à qui osera garder l’esprit ouvert et la prudence aiguisée, qu’il considère la révélation que je m’apprête à lui octroyer. Le schéma narratif, ce bourreau de la créativité, me l’impose : je dois commencer par le début. Tout commença, donc, alors que j’étais en ligne devant le comptoir de mon boucher afin de réclamer mon bacon biquotidien. C’était il y a près d’une semaine, lors d’une journée magnifique sacrée par Apollon. La clémence du temps, il semblait, devait avoir béni l’esprit des hommes, et une file disparate de pèlerins avides marquait plusieurs mètres entre ma personne et le salut de mes papilles. L’attente était pénible, mais la fin n’en serait que plus désirable. C’est alors qu’une douce mélodie vint me chatouiller les narines. Un divin effluve, comme le chant d’une sirène, taquinait mes sens de promesses d’Eldorado et d’apogée de la saveur. Mû par une involontaire démence, je quittai la file vers la source de l’odeur : l’arrière-boutique. C’était un véritable monument à la gloire du Saint-Bacon: les étagères, les murs, le plafond étaient couverts des lardons les

plus diverses, de toutes les formes et les couleurs, des miettes synthétiques pour salade (homoncules impies!) aux languettes précuites. Et là, au milieu de la pièce, on avait dressé un autel, surmonté d’un plateau d’or, qui portait la plus grande tranche de bacon que j’avais vue de ma vie. Un rapide coup d’œil derrière moi me confirma que je n’avais pas été suivi. Mon regard se posa alors sur l’autel : l’odeur venait de là. Une délicieuse odeur de bacon en cuisson dans un poêlon. Quelle ne fut pas ma surprise, alors, de constater ce miracle : sur ce présentoir inerte, sans chaleur aucune, la grande tranche semblait frire sous mes yeux, libérant dans l’atmosphère son doux parfum. Je tendis la main vers elle, intrigué, lorsqu’une voix grave retentie : «Ne t’approche pas, ô pèlerin. Ôte tes souliers et ton t-shirt, car ceci est une terre sainte!» Subjugué, je m’exécutai. Alors la voix poursuivit : «J’ai vu la misère du monde, corrompu par le péché. Des peuples entiers se vouent à m’éviter, à vénérer d’autres dieux qui proscrivent ma consommation. Des pêcheurs affirmés se cachent sous un masque de bonnes intentions pour effectuer des rituels à base de tofu! Si l’homme ne se repent point, il deviendra nécessaire de montrer au monde comme ma saveur inouïe assure l’équilibre de la vie, l’alpha et l’oméga, le début et la fin. Prophète, je te nomme Louis-Philippe, et te fait don de la jeunesse éternelle. Entends mon avertissement, et répands-le sur la Terre, dans les sept grandes multinationales vendeuses de ma substance, afin que le genre humain saisisse sa dernière chance de survie. Réalise bien ce qu’il adviendra en cas d’échec : Je relâcherai d’abord mon premier cavalier, chevauchant un cochon noir. Une balance à la main, il augmentera dramatiquement le prix du bacon. Viendra ensuite mon second cavalier, montant un porc blanc. Je le couronnerai de l’ubiquité, et il parcourra le monde pour en retirer toute trace de bacon. En ces jours-là, les hommes chercheront la mort, mais la mort les fuira. Arrivera après le troisième cavalier, sur sa monture rousse. Il

002


20 juillet 1969

sera muni d’une longue épée, et aura le pouvoir d’enlever toute paix sur la Terre, ainsi que les hommes s’égorgeassent les uns les autres à la recherche de la denrée salutaire. Sur le cochon pâle, mon dernier cavalier se déchaînera enfin sur le monde. Il se nommera la mort, et fera périr le quart des hommes par la famine et des crises subites de cholestérol. Puis, il y aura un grand tremblement de terre. La lune deviendra rouge de sang, et le soleil sera éclipsé par des gras trans, et les étoiles tomberont comme les ongles du boucher imprudent. Et alors mes sept anges aux ailes de viande joueront tour à tour de leur trompette. Au son des six premières, la sainte armée umami couvrira la terre et la mer au nombre d’une myriade de myriades et étranglera les survivants dans ses tissus adipeux.

Lorsque la septième trompette sonnera, enfin, une grande tranche de bacon enveloppera le monde pour y asphyxier tout être encore apte à l’inspiration. Cette tranche marquera l’accomplissement de ma vengeance, et de sa chair pourront naître de nouveau des êtres capables d’évoluer et de coloniser la planète. Va, maintenant, et porte aux quatre vents mes sages paroles! Le sort de l’humanité en dépend!» C’est alors que le boucher et son assistant m’agrippèrent de force pour me jeter en dehors de la boucherie, moi et mon t-shirt. Il me faudrait dorénavant changer de boucher. Voilà ma tâche accomplie, et la sainte parole relayée. Guettez les signes, chers confrères, et repentez-vous, ou le siècle prochain pourrait bien être l’hôte de notre perte!

APOLLO XI : COMPLOT OU RÉALITÉ ?

003


18 juin 1975

Jaws : Une véritable avancée dans le monde du film d’horreur Par Sarah Tardif

Jeune réalisateur encore inconnu, Steven Spielberg a réussi à créer un film délicieusement effrayant qui changera probablement à tout jamais le film hollywoodien.

admettre que celui-ci a réussi à créer son propre style et il est possible qu’il devienne le prochain maître du film d’horreur. De plus, l’avancée de la technologie a permis au réalisateur de créer un requin étrangement réaliste, ce qui vient rendre l’histoire encore plus crédible, tout cela grâce au gros budget dont a bénéficié ce film. Du côté de l’histoire, on se doit d’avouer que rien n’est très nouveau. Par contre, Roy Scheider (dans le rôle du chef de police) ainsi que Richard Dreyfuss (dans le rôle du scientifique) offrent des performances très justes. Tout au long du film, les acteurs réussissent à faire augmenter le suspense au maximum, même si les personnages manquent de profondeur

Il y a de cela à peine une semaine, Jaws (V.O. de Les Dents de la Mer) a envahi les salles de cinéma ainsi que les ciné-parcs afin d’assouvir le besoin de suspense du public. Récit d’horreur racontant les ravages causés par un énorme requin blanc qui se régale des jeunes baigneurs d’une petite ville de l’État de New York, ce film est un véritable modèle d’avant-garde. Jamais Hollywood n’a connu ce type de film auparavant. Même si dernièrement le jeune Spielberg avouait s’être inspiré de la méthode d’Hitchcock, on doit tout de même

D’ailleurs, côté suspense, la musique joue également un rôle fort important, puisque la bande sonore que l’on entend lorsque l’on voit le terrible requin est uniquement composée de deux notes, ce qui est fort étonnant considérant à quel point celle-ci est efficacement terrifiante. Force est d’admettre que Hollywood vient d’accueillir un nouveau cinéaste rempli de talent. Steven Spielberg pourrait bien devenir le prochain Hitchcock, car à la manière dont son deuxième film a été accueilli par le public, il ne fait aucun doute que ce jeune américain a un véritable talent. Reste à savoir si ce dernier saura traverser les années.

004


18 août 1970

Woodstock : au pays du rêve Par Geneviève Dufour 18 août 1970 Un an déjà. L’idée avait été lancée naïvement autour du feu un vendredi soir comme les autres, vers la fin juillet 1969. Woodstock. Une occasion d’enfin concrétiser nos désirs d’évasion qui germaient depuis plusieurs mois déjà. Pèleriner avec nos guitares, nos histoires, nos têtes folles. Cheminer vers cette liberté qui paraissait tellement belle au cinéma. Peut-être même y goûter, à cette liberté, qui sait où la route de New York allait nous mener. C’est à partir de cette nuit-là que nous avons commencé à travailler sur le vieux Westfalia 1960 que mon père avait réussi à acheter avec nos fonds de tiroir.

des hommes presque nus qui déblatéraient le même discours selon lequel il fallait arrêter la guerre du Viêt Nam, qu’il s’agissait d’un crime contre l’humanité, qu’ils voyaient en cette histoire une apparition réelle du Diable. Dès les premières notes du chanteur Richie Havens, qui ouvrait le bal, la foule s’est levée et a vénéré le Soleil qui plombait et calcinait le dessus des têtes intoxiquées par l’euphorie. C’était beau, c’était un grand cri à l’unisson pour la liberté. La nuit tombée, plusieurs ont rejoint leurs véhicules pour goûter au plaisir de la chair, alors que d’autres s’en sont tout simplement donnés à cœur joie dans les quelques buissons entourant le site. L’homme sauvage réduit à sa plus simple expres-

Avec un peu d’alcool dans le sang, le signe de Volkswagen ressemblait vaguement au désormais célèbre signe de peace. Nous en avons fait notre emblème. C’était la mode, pour tout dire, on les voyait partout à la télévision ces symboles-là, surtout dans le coin de San Francisco où toutes les femmes portaient des bandeaux pour dénoncer je ne sais plus quel abus de multinationales ou défendre les droits de leurs poitrines. C’est avec le vent dans les cheveux et presqu’aucun vêtement sur le dos que nous sommes arrivés sur le site enfumé dans l’après-midi. Je dis enfumé, mais le mot est faible, car l’endroit était un véritable dôme de fumée opaque de cigarettes et autres substances parfois difficiles à décrire. Les organisateurs n’avaient absolument pas prévu qu’environ 450 000 hippies rêveurs allaient débarquer sur leur terrain improvisé, encore moins qu’ils allaient alors créer le plus gros embouteillage de voitures que nous avons connu à ce jour. Après plusieurs heures d’attente et quelques joints dans le corps, nous avons finalement réussi à gagner le site. Nombreux étaient les hommes aux cheveux longs portant leur instrument de musique en bandoulière et arborant les mêmes lunettes que John Lennon. Un vrai phénomène de rébellion. Une image frappante, écrasante. Une majorité d’humains rêvant du même projet, celui un peu fou de faire la paix dans le monde. Un plan pourtant inconcevable selon les dirigeants qui basaient leurs programmes électoraux sur les profits et le fameux, le célèbre, le grand appât du gain. Je me surpris à parler à plusieurs inconnus qui m’expliquèrent ce qu’étaient véritablement les cinq sens de l’homme. Ils me montrèrent à observer les couleurs sous toutes leurs formes, leurs nuances, leurs lumières. Ils m’apprirent à toucher un brin d’herbe et à vraiment en sentir les composantes entre mes doigts. J’entretenus des conversations impossibles avec

sion. Ce qui marquait dans ces 3 days of peace and music était l’ambiance de fête ou plutôt d’hommage à la simplicité qui régnait sur les 243 hectares de gazon et de poussière du site. C’était le nuage de fumée âcre mais également le nombre de sourires captés au hasard. L’apparition de Jimi Hendrix, au jour trois du festival, fut un des moments forts, chacun l’acclamant à sa façon alors qu’il entamait sa prestation musicale dont nous ne pouvions nous lasser. Nous avons finalement quitté l’endroit le 18 août vers midi, la fête ayant continué pendant la nuit malgré les revendications des organisateurs qui voulaient que leur événement se termine le 17 août au soir. Il faut dire qu’une masse d’un demi-million d’hippies utopistes était difficile à déplacer. On se souviendra du festival de Woodstock 1969 comme d’un événement historique unique en son genre. L’apogée de l’idéaliste moderne dans son élément de base : la nature.

005


28 janvier 1973

La fin d’une guerre

L’accord pour la paix au Viêtnam est signé à Paris Par An-Laurence Higgins C’est hier que la capitale française a été témoin de l’accord de paix signé entre les États-Unis, le Viêtnam du Sud et le Viêtnam du Nord. Persistant depuis près de 20 ans, cette guerre atroce ayant donné lieu à d’innombrables violences a finalement atteint son expiration. Le 31 janvier 1968, l’offensive de Têt menée par les combattants communistes du Viêtnam du Nord porta un coup dur à l’armée américaine, présente sur le territoire depuis 1961. Au bout de deux mois, l’armée de la République Démocratique (nord) fut lourdement défaite, mais pourtant, cet échec joua en leur faveur.

ouverture sur les négociations d’un traité de paix débutèrent. Toutefois, les contestations ne s’affaiblirent pas, au contraire. Le massacre de civils dans le hameau My Lai orchestré par l’armée états-unienne, dévoilé par le New York Times en 1969, causa un tollé dans le monde entier et, comme nous le savons, favorisa grandement l’émergence de mouvements pa-

Rapportés par les médias en Amérique du Nord, les évènements et les photographies des atrocités de la bataille attisèrent les sentiments d’hostilité des États-uniens envers la guerre. L’appui de l’opinion publique pour la poursuite de l’intervention au Viêtnam déclina. Huit mois après l’offensive, monsieur le président Johnson en étonna plus d’un en ordon-

cifistes et contestataires. Deux ans plus tard, ce furent 500 000 citoyens qui manifestaient à Washington leur désaccord envers la présence américaine au Viêtnam, ainsi que leur désir d’amour universel, qualifiant la guerre de «sale» et «impérialiste». Aujourd’hui, le calme et la paix sont enfin retrouvés. Effectivement, hier fut un grand jour qui marquera les pages de l’histoire. Les États-Unis ont laissé les Viêtnamiens, ayant conclu la paix entre eux, aux rennes de leur propre pays, dans la pleine capacité de choisir le meilleur pour eux-mêmes. Les bombardements, le sang, les massacres et la haine pourront désormais céder leur place à l’harmonie, l’épanouissement et la paix. nant l’arrêt des bombardements aériens sur une partie du Viêtnam du Nord. Le retrait des troupes américaines et une

L’avenir est pour le Viêtnam une page blanche sur laquelle nous espérons voir s’écrire des moments heureux dépourvus de souffrances.

006


10 novembre 1989

Enfin, l’Allemagne recommence à respirer Par Sara Lazzaroni 10 novembre 1989. Ça y est. Il est tombé. Le mur de la honte s’est finalement écroulé sous les acclamations du peuple. Les hommes hurlent de joie dans la rue, les femmes pleurent, les enfants sans trop savoir pourquoi comprennent que leur existence vient de basculer à tout jamais. On s’entasse désespérément vers cette brèche de lumière qui semble

s’ouvrir sur un monde nouveau. Dans la nuit du 9 au 10, les jeunes Allemands de l’Est et de l’Ouest ont enfin mis un terme à toutes ces années de persécution, toutes ces années de massacre, toutes ces années de peur, et ils gouttent à présent à pleine bouche cette nouvelle liberté qu’on leur propose de façon inespérée. À l’instar du dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev, les hommes politiques hongrois ont étés les tout premiers à soulever la chape de plomb communiste au mois de mai dernier, annonçant leur intention officielle d’ouvrir leur frontière avec l’Autriche. Aussitôt, des centaines d’Allemands de l’Est se précipitaient en Hongrie dans l’espoir de passer éventuellement à l’Ouest. En septembre, ils étaient plusieurs milliers à s’esquiver ainsi.

Les opposants ont quitté leur taverne sombre et poisseuse pour manifester dans la rue. Le 7 novembre, 1 million d’entre eux se rassemblaient à Berlin-Est, entraînant directement la démission collective du gouvernement communiste. Deux jours plus tard, le gouvernement de l’Ouest autorisait les habitants de l’Est à voyager à l’étranger, après plus de quarante années d’isolement. Inondés sous la foule, les douaniers n’ont eu d’autre choix que de laisser passer cette horde en délire. Du haut de son 3,6 mètres, le mur a triste mine désormais. Il ne veut plus rien dire. Cinquante années de séparation et d’oppression viennent de prendre fin. La Seconde Guerre mondiale est officiellement derrière nous. L’extinction de l’URSS ainsi que du communisme est imminente, ce n’est plus qu’une question de jours. Combien d’hommes ont perdu la vie pour avoir tenté d’enjamber ce mur ? Combien ont péri, fous de rage à l’idée de ne plus jamais revoir leur famille, demeurée de l’autre côté ? La Chute du Mur de Berlin marque la fin d’une ère, et le début d’une autre. Enfin, l’Allemagne recommence à respirer. Et le monde entier résonne en écho.

007


15 janvier 1973

La saison parfaite Par Maxime Pelletier

Hier soir, avec une victoire au VIIe Superbowl de 14 à 7 contre les Redskins de Washington, les Dolphins de Miami ont écrit un nouveau chapitre dans l’histoire du football : la perfection! Cette saison miraculeuse n’a pas étée sans effort : l’équipe a montré sa vraie valeur en produisant plusieurs remontées en fin de match. Ce sont de grands jeux individuels qui ont permis cet exploit lorsqu’il n’y avait plus d’espoir : un botté de placement de 51 verges par Garo Yepremian lors de la troisième semaine; un touché défensif de Manny Fernandez qui a volé le ballon des mains du quart-arrière lors d’une victoire de 24 à 23 en semaine six; et surtout une feinte de dégagement, exécutée par Larry Seiple, qui a étendu la possession des Dolphins leur permettant de marquer le touché de la victoire lors de la demi-finale! Il faut aussi noter la perte du quart arrière partant

de l’équipe, Bob Greise, durant la cinquième partie. Earl Morrall a ensuite pris les rênes jusqu’à cette fatidique demi-finale. Bref, ce fut une année difficile. Il faut quand même dire que ce championnat n’est pas une surprise : au terme de la saison régulière, l’équipe était semée première des deux côtés du ballon. Fait marquant : la défensive n’a alloué aucun point lors de trois rencontres cette année. Quant à l’unité offensive, elle est la première de l’histoire à mettre en vedette deux porteurs de ballon, Larry Csonka et Mercury Morris, ayant une saison de plus de 1000 verges chacun. La meilleure équipe de l’histoire, me diriez-vous? Certainement, vous répondrais-je! Avec 17 victoires et aucune défaite, le verdict est sans équivoque.

Le manifeste du FLQ Par Mylène Beuchée - 9 octobre 1970

Hier un évènement qui selon moi passera à l’histoire s’est produit. Une lecture du manifeste du FLQ, ce front de libération du Québec dont nous entendons tant parler dans les médias au cours de la dernière semaine, et ce, principalement à cause de l’enlèvement de Cross. Le FLQ est un mouvement totalement extrémiste, du moins, selon mon point de vue. Jamais ils n’auraient dû déclencher cette série de violences, jamais ils n’auraient dû se rendre jusqu’à l’enlèvement. Quand on commence comme cela, on finit toujours par dépasser une certaine limite. Et pourtant, quand on lit le manifeste en entier, quand je l’ai entendu hier, je n’ai pu m’empêcher d’être d’accord sur certains points amenés. Bien entendu, les mots et le moyen utilisés ne sont pourtant pas les plus pertinents pour amener ce genre d’idées.

Libération du Québec ne se laissera jamais distraire par les miettes électorales que les capitalistes anglo-saxons lancent dans la basse-cour québécoise à tous les quatre ans. Nombre de Québécois ont compris et ils vont agir. Bourassa dans l’année qui vient va prendre de la maturité: 100 000 travailleurs révolutionnaires organisés et armés! ». Pour changer les choses, des fois, la violence est de rigueur. Je n’irai pas jusqu’à tuer des gens pour faire passer mes idées, mais quand rien ne change, quand rien n’évolue, il arrive un jour où tout explose.

Même si vous n’êtes pas prêts à cautionner les actions du FLQ, ce que moi-même je ne puis faire, il faut tout de même avouer que certaines de leurs idées ne manquent pas de charme.

« Nous en avons soupé, et de plus en plus de Québécois également, d’un gouvernement de mitaines qui fait mille et une acrobaties pour charmer les millionnaires américains et les suppliant de venir investir au Québec, la Belle Province où des milliers de milles carrés de forêts remplies de gibiers et de lacs poissonneux sont la propriété de ces mêmes seigneurs tout-puissants du XXe siècle ».

« Nous avons cru un moment qu’il valait la peine de canaliser nos énergies, nos impatiences comme le dit si bien René Lévesque, dans le Parti québécois, mais la victoire libérale montre bien que ce qu’on appelle démocratie au Québec n’est en fait et depuis toujours que la «democracy» des riches. La victoire du Parti libéral en ce sens n’est en fait que la victoire des faiseurs d’élections Simard-Cotroni. En conséquence, le parlementarisme britannique, c’est bien fini, et le Front de

C’est vrai ! Tout cela est vrai ! Il faut que nous aspirions à quelque chose de mieux. Le peuple ne supporte plus toutes les inégalités et le gouvernement qui ne l’écoute pas. Il a des récriminations, et elles sont portées par le FLQ. Que vous soyez d’accord ou pas avec leur méthode, il faut avouer que le FLQ fait réagir. Et dans une société, il me semble que le bien le plus puissant que nous possédons, c’est bien de réagir à ce qui nous semble injuste.

008


22 décembre 1988

Légaliser l’héroïne Par Audray Langevin

Hier, le 21 décembre, c’était la Convention contre le trafic illicite de stupéfiants et de substances psychotropes… Ouais, les bureaucrates aiment bien donner de grands et longs noms aux choses pour faire croire aux gens qu’ils les connaissent. Je sais pas trop à quoi ça servait cette réunion de l’ONU. J’sais juste que c’était à Viennes, en Autriche, un pays que je connais même pas, l’autre côté de l’océan que j’connais pas plus, vraiment loin de tous mes petits problèmes d’héroïnomane. Les 177 signataires qui étaient là ont fini par pondre un traité. Ploc. Un beau p’tit traité de 2 livres et quart. Plac. Ils ont commencé par faire part de leur intelligence en apprenant au monde à quel point ça allait mal dans le monde. Ils ont dit que le monde était proie à une escalade incessante dans la guerre des drogues et que le monde ne réussissait pas à enrayer ce trafic, mais que le monde n’avait pas à avoir peur. Ça a pris 177 personnes appuyées de leurs grandes études, beaucoup d’argent et en masse de temps pour dire ce que moi, petit cerveau de Ste-Foy dowtown, aurait pu vous pondre en deux secondes et pour seulement trois grammes. Plouf. Ils en sont venus à la conclusion qu’il fallait collaborer entre pays pour renforcer la défense contre le crime organisé et le trafic illicite de drogues. Qu’il fallait renforcer les lois contre les stupéfiants et les psychotropes, qu’il fallait punir à coup de liasses de billets, de maillet en bois et de balance. Mon cher ONU. Mes chers bureaucrates. Il est déjà trop tard, le crime s’est installé.

en habit de ministre ! La seule solution pour venir en aide à votre économie, à votre sécurité pis en dernier lieu, au p’tit plouf que je suis, c’est de légalisez l’héroïne ! Légalisez l’héroïne ! LÉGALISEZ L’HÉROÏNE ! Enfin un vrai débat pour détruire les hypocrites… Légalisez l’héroïne… Est-ce qu’on pourrait pas se servir, pour une fois, des statistiques au lieu de construire des cellules et que l’opinion transforme des vies humaines en déchets publiques. Avec ses politiques, c’est l’État qui fabrique la misère. Légalisez l’héroïne… légalisez l’héroïne… LÉGALISEZ L’HÉROÏNE ! Enfin une option valide pour détruire les hypocrites… Légalisez l’héroïne… Combien de milliards mal investis ça va prendre pour qu’on admette que c’est une guerre sans fin, une tactique inutile. Y’aura toujours des ghettos, des recoins dans ma ville. J’ai pas envie de mettre le pied sur une aiguille… Légalisez l’héroïne… Légalisez l’héroïne : enfin un vrai débat pour détruire les hypocrites. Légalisez l’héroïne mes chers bureaucrates. Transformez donc Hydro-Québec en Héro-Québec, demandez à Robert Bourassa d’être notre dealer, demandez aux polices d’être nos protecteurs pour de vrai… Les gens meurent pour de vrai eux vous savez. J’ai froid, j’ai la peau moite. J’ai peut-être pris une ligne ou deux ou dix de trop. J’respire difficilement, j’sais pas trop si mon cœur bat encore ou si j’vous parle d’ailleurs. Ma peau est bleue on dirait… ma peur est morte on dirait bien.

Y’a pas de meilleur climat pour le crime que l’interdit, que l’ignorance. Pas de meilleur schéma qui existe pour la déchéance! Vous voulez faire comme si tout était sous contrôle? Comme si des mots allaient sauver les milliers de vies qui se perdent chaque année pour la guerre des drogues ou pour une ligne de trop? J’vais vous dire moi : y’a pas de faire ton cirque !

Au fond de moi, j’me dis que ça changera jamais. Y’aura toujours des bureaucrates qui pensent changer le monde à coup de ploc et de plac. Y’aura toujours des gens qui sniffent et qui slapent. Et y’aura toujours des gens qui vont crever en espérant qu’un jour, quelqu’un va se lever pour prendre en main la situation et essayer de changer les choses pour vrai.

Y’aura toujours des junkies, y’aura toujours des filles de rue, y’aura toujours des proxénètes ! Et surtout, y’aura toujours des mafieux en habit de police et des parasites

Texte inspiré et paroles copiées de la chanson Légaliser l’héroïne des Vulgaires Machins.

009


26 octobre 1992

Sküljagger: Revolt of the Westicans Par Félix Rivard

Bonjour chers amis, aujourd’hui dans votre chronique consacrée aux récentes sorties dans les jeux vidéos je vous parlerai du dernier bébé d’ASC Games sur la Super Nintendo: Skülljagger. Alors, par où commencer, ce jeu est mauvais, non mauvais ce n’est pas assez, je dirais dangereux pour l’état mental du joueur et pour la survie de sa faculté logique. L’histoire de Skülljagger se passe sur une île des Caraïbes où un méchant pirate a pris la population en otage et votre personnage, un jeune homme, enfin je crois, vient de voler l’épée magique du méchant pirate et veut s’en servir pour pousser son peuple à la révolte.

Ensuite viennent les fruits : les oranges vous permettent de lancer des oranges explosives par le nez, les cerises vous permettent de créer une énorme balloune rouge pour vous envoler dans les airs, les raisins vous enveloppent d’une sphère protectrice violette plus résistante que l’acier et qui est le seul moyen humain de tuer un boss, et finalement les melons vous entourent d’une boule, mais vous font voler dans tous les sens durant un certain temps... bref l’origina-

Bon d’accord, c’est assez flou, mais dans ce jeu, l’histoire vous est racontée à travers trois ou quatre phrases de dialogues écrites en orange sur un fond noir lors des écrans de chargements, ces phrases sont, évidemment, complètement incompréhensibles, car elles ne sont à la fois sorties de nulle part, mais surtout, c’est écrit si petit qu’à moins de jouer sur un écran de cinéma, il vous faudra vous déchirer la rétine pour pouvoir les lires.

lité ça n’a pas que du bon. Parlant d’originalité, parlons d’ennemis. Le bestiaire est diversifié pour une île des Caraïbes, vous affronterez des fourmis volantes géantes, des pirates, des rats, des statues mayas, des chevaliers en armure équipés de fusils d’assaut roses, des lézards géants et des ninjas... ah et comment oublier, Cerbère lui-même. Ensuite viennent les warps placés au hasard que rien n’indique et qui te téléportent dans un monde bizarre où il n’y a rien et quand tu as fini ce monde tu reviens à ton point de départ.

Pour ce qui est du jeu lui-même, c’est un jeu de plateformes comme il en existe des tas et dans lequel vous avancez en prenant des Power up, ou « puissanciers » pour ceux qui n’aiment pas l’anglais, qui sont soit des fruits ou des pierres précieuses. Alors c’est là que ça commence à devenir étrange. Les rubis vous permettent de tirer des balles de lave avec votre épée, les émeraudes, je n’ai pas trouvé, et les saphirs, c’est pareil, on ne sait pas, rien n’est dit dans ce jeu.

Vient finalement la musique véritable laxatif auditif vous obligeant à prendre des pauses de 5 minutes aux 15 minutes couplées au fait que l’image est tellement zoomée que quand vous sautez vous ne voyez pas plus loin que trois pieds en dessous de vous donc aucun moyen de savoir s’il y a une plateforme où non donc vous devez mourir dans chaque trou pour savoir si vous deviez aller là ou non. Il y aurait encore des tas de trucs à dire, mais juste écrire ces lignes me donne l’impression que mes cellules grises se suicident les unes après les autres. Je vais finir en vous disant de ne jamais au grand jamais essayer ce jeu par amour de votre santé.

0010


jours 335 de l’année 1984

Horoscope

Par Séléna Sereine et pas Didier Diderot

Mon co-divinateur m’ayant abandonnée (ce que j’avais prévu bien entendu), je me vois obligée de vous donner un aperçu de votre avenir cette année sans la collaboration du célèbre lecteur de feuilles de thé magiques, ce cher Didier Diderot. Que Belzébuth l’emporte avec lui en enfer! Aujourd’hui, jour 335 de l’année 1984 (petite référence littéraire), je vous prédis à l’aide de mes runes ancestrales que dans exactement 28 ans ces évènements vont arriver à ceux dont le personnage totem les représente bien.

Jigglypuff

Colonel Sanders (Ceux qui trouvent que le PFK est franchement dégueu, mais en mangent quand même)

(Ceux qui n’ont aucun talent avec la machine à laver et qui ont déjà « créé » un vêtement rose)

Inspiration : Vous trouverez des idées dans le nouveau milkshake offert chez Mc Donald (oui, ceci est un exemple de pub gratuite).

Inspiration : La pratique de la sculpture de guimauve devrait ouvrir votre esprit. Argent : Hum… l’absence de vision suggère que vous manquez de fonds en ce moment…

Argent : Vous le dépenserez dans quelque chose de tout à fait orange.

Évènement marquant : Vous allez recevoir en cadeau un objet rond.

Évènement marquant : La chance sera avec vous! Votre cellulaire devrait survivre une autre semaine au moins même après une chute vertigineuse!

Starchild du groupe Kiss Fifi Brindacier

(Ceux qui ont beaucoup trop de plaisir à faire du air guitar)

(Ceux qui admirent secrètement les roux)

Inspiration : Vous allez voir par la fenêtre un moineau se battre avec un écureuil pendant votre cours, et cela va vous inspirer une bonne blague.

Inspiration : Dansez la lambada. Il en va de votre capacité à écrire.

Argent : Je vois une entrée d’argent inopinée créée par la conjonction Terre-Mars-Étoile Perdue. C’est donc probablement maman et papa qui vont se sentir généreux.

Argent : Je vois… Une cenne chanceuse dans vos mains! Évènement marquant : Votre télécommande de télévision va se cacher mystiquement dans les coussins de votre divan.

Évènement marquant : Vous allez échapper votre cuillère par terre (sur une substance étrange) et serez forcé d’aller en acheter une autre.

Don Juan

Tigrou

(Ceux qui sont capables de rouler les « r » pendant une conversation entière)

(Ceux qui oublient toujours de dessiner des sourcils en crayonnant un visage)

Inspiration : Lotzo l’ours câlin qui sent la fraise dans Histoire de jouet 3 va vous inspirer de magnifiques vers.

Inspiration : Écoutez Radio Galilée et laissez-vous emporter. Argent : Si vous avez un chien, surveillez-le, car il risque de voler votre portefeuille. Le coquin!

Argent : Il serait peut-être temps d’investir dans une ampoule… Vous verrez pourquoi en temps et lieu.

Évènement marquant : Vous allez siffler sans raison apparente dans l’autobus.

Évènement marquant : Vous allez vous surprendre à fixer le cou de votre professeur pendant un bon moment en classe.

011


L’équipe du journal - 22/10 L’éclosion, la conscience d’une nation... (Albert Camus bis)

Anne Shirley Lebel

Mylène Beuchée Co-Cordinatrice

Co-Cordinatrice

Ann-Laurence Higgins

Lo u i s - P h i l l i p e Pleau

César Monchablon

Correctrice

Chroniqueur

Graphiste

Audrey Langevin

Sarah Lazzaroni

Félix Rivard

Rédactrice

Rédactrice

Chroniqueur

Jules André Laroute

Marie-ève Fortier

Sarah Tardif

Chroniqueur

Caricaturiste

Rédactrice

Geneviève Dufour

Maxime Pelletier

Rédactrice

Rédacteur

Vous ? Rédacteur, Chroniqueur, Dessinateur et tout autres brins de folie !!!

Dépôt légal : Bibliothèque Nationale du Québec et du Canada issn-0318-1710


L'Eclosion_22_Octobre