Issuu on Google+

Publireportage  pour  Opération  Nez  rouge    

par  :  Mireille  Dionne  Simard,  Audrey-­‐Ann  Maltais  et  Joris  Sylvie  

Fondé  en  1984  par  Jean  Marie  de   Koninck,  Opération  Nez  rouge   c’est  :    

-­  55  000  bénévoles  dont  41  000  au   Québec   -­  80  000  raccompagnements  dont  60   000  au  Québec   -­  1,3  million  de  $  reversés  à  101   organismes  au  Canada   -­  111  opérations  de  prévention  dont   66  au  Québec  

Pour  plus  d’informations,  visitez   le  www.operationnezrouge.com  


Plus  de  5000  raccompagnements  à  Québec    

Samedi   soir,   vous   sortez   de   votre   party   de   bureau   le   pas   chancelant  et  la  tête  qui  tourne.  En  vous  dirigeant  vers  votre   voiture  la  vue  embrouillée,  vous  vous  sentez  comme  le  Père   Noël   se   faufilant   à   travers   les   nuages   sur   son   traineau.   Ce   serait   bien   d’avoir   un   petit   rêne   au   nez   rouge   pour   vous   guider  en  toute  sécurité  vers  votre  domicile…  

 

Mais  oui,  Opération  Nez  rouge!  Que  vous  habitiez   à   Kamloops   en   Colombie-­‐Britannique   ou   à     Halifax   en   Nouvelle-­‐Écosse,   le   service   de   raccompagnement  d’Opération  Nez  rouge  guidera   votre  traineau  lorsque  vous  aurez  pris  un  coup  en   trop.     Ce   service   est   offert   durant   le   temps   des   fêtes   du   2   au   31   décembre   entre   19  h   et   3  h.   Depuis   maintenant   près   de   30   ans,   Opération   Nez   Rouge   contribue   à   rendre   nos   routes   les   plus   sécuritaires   possible   pour   que   l’on   puisse   continuer  à  célébrer  en  toute  sécurité.     Cette   année,   la   ville   de   Québec   est   la   grande   championne   au   niveau   du   nombre   de   raccompagnements   en   ayant   effectué   plus   de   5000,   soit   trois   fois   plus   que   toutes   les   autres   régions   de   la   province.   Les   gens   de   la   vieille   capitale   ont   décidément   à   cœur   la   sécurité   de   leurs  routes.     Le   tout   n’est   pourtant   pas   joué   ;   le   plus   gros   weekend   de   la   campagne     arrive   à   grands   pas.   «  Plusieurs   entreprises   en   profiteront   pour   tenir   leur   party   de   bureau.   L’Opération   Nez   rouge   anticipe   donc   son   plus   gros   week-­‐end   de   la   campagne   2011  »   note   David   Latouche,   coordinateur   aux   communications   chez   Nez   Rouge.      

En   prévision   de   cet   achalandage,   l’organisme   rappelle  à  la  population  qu’il  n’est  jamais  trop   tard  pour  remplir  son  formulaire  d’inscription   de   bénévole   dans   les   points   de   service   de   la   SAAQ  ou  dans  les  caisses  Desjardins.     Si   le   bénévolat   représente   un   engagement   trop   important,   il   existe   toutefois   d’autres   manières   de   manifester   votre   appui   pour   la   cause.   En   effet,   pour   sa   28e   campagne,   Nez   Rouge   a   pris   un   virage   2.0   notamment   en   créant   un   compte   Twitter   (@Onezrouge)   et   une  page  Facebook.  De  plus,  ils  ont  aussi  créé   une   application   pour   iPhone   qui   comprend   quatre  fonctionnalités  :  la  géolocalisation  pour   obtenir  les  coordonnées  de  l’opération  la  plus   près,   le   temps   d’attente   de   cinq   grandes   régions   du   Québec,   l’alerte   qui   rappelle   à   l’utilisateur   de   rentrer   à   la   maison   de   façon   sécuritaire   ainsi   que   la   possibilité   de   se   prendre  en  photo  avec  Nez  rouge.     Jusqu’au   31   décembre,   en   plus   des   options   habituelles  du  chauffeur  désigné,  du  taxi  ou  du   transport   en   commun,   les   citoyens   de   66   communautés  québécoises  peuvent  composer   le  1  866  DESJARDINS  pour  rentrer  à  la  maison   avec  leur  voiture.      


Champion  pour  la  cause     L’Opération  Nez  rouge  se  rapproche  un  peu  plus  du  concret   pour  sa  campagne  2011.  Après  avoir  choisi  des  humoristes   plusieurs   années   de   suite,   les   organisateurs   font   reposer   l’honneur   de   porte-­‐parole   sur   les   épaules   du   jeune   skieur   Alex  Harvey.     Alex   Harvey   est   un   personnage   reconnu   dans   le   paysage  sportif  du  Canada.  Natif  de  Québec,  il  est   très   apprécié   des   siens   et   des   jeunes   de   toute   la   province.   Lors   des   Championnats   du   monde   de   ski  à  Oslo  en  mars  2011,  Alex  Harvey  décroche  la   médaille   d’or   du   sprint   par   équipe.   Révélant   son   talent   au   monde   entier,   il   devient   une   icône   canadienne.     Cette   année,   il   sert   volontiers   de   porte-­‐parole   à   l’une   des   plus   grandes   réussites   québécoises,   l’Opération   Nez   rouge.   Grâce   à   cette   popularité,   Alex   souhaite   avant   tout   sensibiliser   les   Canadiens   qui   s’identifient   à   lui,   c'est-­‐à-­‐dire   les   16-­‐24  ans  et  pourquoi  pas  les  rallier  à  la  cause.  En   effet   cette   catégorie   d’âge,   comme   l’explique   Alex,   s’avère   être   la   plus   vulnérable   aux   dangers   de   l’alcool   au   volant   et   l’une   des   cibles   prioritaires   de  l’opération  nez  rouge.     Contacté  au  début  de  l’automne  par  Jean-­‐Marie  de   Koninck,  président  de  l’opération,  Alex  Harvey  fut   séduit   par   le   discours   et   par   les   causes   de   l’Opération   Nez   rouge.   Depuis,   Alex   fait   de   la   sécurité  routière  une  valeur  importante  de  sa  vie   et   veut   la   partager   avec   tous   les   Québécois   et   Canadiens  qui  le  soutiennent.  En  tant  que  sportif   de  haut  niveau,  une  autre  cause,  très  noble  à  ses   yeux,  l’a  aussi  poussé  à  se  lancer  dans  l’aventure.   Il   s’agit   des   dons   qu’offrent   les   utilisateurs   de   l’Opération  Nez  rouge  et  qui  sont  ensuite  reversés   à  des  organismes  locaux  de  sport  et  de  jeunesse.   Ces   dons   se   chiffrent   à   1,3   million   de   $   en   moyenne  par  année.    

 

  D’après   Alex,   l’organisation   et   la   couverture   médiatique   de   l’Opération   Nez   rouge,   ressemble   fortement   aux   siennes.   Il   se   prépare   toute   l’année   pour   être   fin   prêt   lors   des   manches   de   coupe   du   monde   qui   se   déroulent   entre   novembre   et   mars.   L’opération   nez   rouge,   forte   d’une   expérience   de   28   ans,   fait   de   même   afin   d’accomplir  sa  mission  pendant  les  périodes   de  fêtes.     Alex   Harvey   prend   très   au   sérieux   son   rôle   de  porte-­‐parole  et  s’implique  beaucoup  dans   la   promotion   de   l’évènement.   Après   s’être   revêtu  de  l’habit  d’acteur  afin  de  tourner  des   spots   publicitaires,   il   rechausse   les   skis   de   compétition,   direction   l’Europe.   Même   au-­‐ delà   des   frontières   canadiennes,   Alex   fait   passer   le   mot   sur   la   sécurité   routière   et   l’alcool   au   volant,   à   ceux   qu’il   côtoie.   Que   ce   soit  par  téléphone,  par  les  réseaux  sociaux  ou   dans   la   rue,   il   ne   manque   jamais   de   parler   de   l’Organisation  dont  il  est  fier  d’être  le  porte-­‐ parole,  l’Opération  Nez  rouge.              


Un  bénévole,  un  but  

  Joseph-­‐Marc  Goupil  participe  pour  une  2e  année  à  Opération   Nez   rouge.   Il   est   ce   qu’on   peut   appeler   le   partenaire,   dans   l’équipe   de   trois   personnes   qui   font   du   raccompagnement.   Sa  tâche  est  d’accompagner  le  chauffeur  et  le  client  dans  la   voiture   de   celui-­‐ci.   Il   s’assure   que   tout   se   déroule   sans   problèmes.   C’est   aussi   lui   qui   doit   remplir   la   demande   de   transport  et  le  reçu  du  client.         Est-­ce  que  ça  fonctionne  bien?   Depuis  quand  êtes-­vous  «partenaire»  pour   Oui,  le  service  est  fait  pour  qu’on  rencontre  le   Opération  Nez  rouge?   C’est   ma   deuxième   année,   j’ai   commencé   l’année   moins   de   problèmes   possible   durant   les   dernière   et   je   me   suis   réinscrit   cette   année,   car   raccompagnements.   Donc,   on   est   trois   j’ai   beaucoup   apprécié   mon   expérience.   C’est   accompagnateurs   par   équipe.   Il   y   a   deux   agréable  de  savoir  que  grâce  à  nous  quelqu’un  n’a   personnes  qui  prennent  place  dans  la  voiture   pas   conduit   avec   les   facultés   affaiblies,   ça   me   du   client   avec   celui-­‐ci,   soit   le   chauffeur   et   le   partenaire.   Le   troisième   nous   suit   dans   notre   donne  l’impression  d’accomplir  quelque  chose.     véhicule.   Ainsi,   on   est   pas   seul   avec   le   client     qui   étant   ivre,   n’est   pas   toujours   agréable,   ça   Pourquoi  avez-­vous  décidé  de  devenir   nous  fait  sentir  plus  en  sécurité.     bénévole?   En  fait,  c’est  une  histoire  assez  difficile  pour  moi.     J’ai   un   de   mes   meilleurs   amis   et   sa   copine   qui   ont   Y  a-­t-­il  beaucoup  de  clients?   tous   les   deux   été   tués   par   un   chauffard   ivre.   Il   Oui,   on   ne   s’ennuie   pas   lors   des   soirées   de   allait   à   une   vitesse   de   80   dans   une   zone   de   50   travail.   Surtout   que   pendant   le   mois   de   durant   la   nuit   et   il   y   avait   3   autres   personnes   décembre,   les   soirées   de   Noël   sont   dans  la  voiture  avec  lui.  Il  a  brûlé  la  lumière  rouge   nombreuses,   on   a   toujours   des   clients   à   et   leur   a   rentré   dedans.   Mon   ami   est   mort   sur   le   raccompagner.  Étant  donné  que  le  service  est   coup   et   sa   copine   est   décédée   à   l’hôpital   à   la   suite   offert   du   2   au   31   décembre,   ça   couvre   un   de  ses  blessures.  Le  chauffeur  de  l’autre  véhicule   temps  de  l’année  où  il  y  a  beaucoup  de  soirées   n’a   eu   que   quelques   blessures   mineures,   et   alcoolisées,  c’est  le  temps  des  fêtes!   personne   d’autre   n’a   été   blessé.   Vu   que   le     chauffeur   avait   17   ans   lors   de   l’accident,   il   a   été   Quelle  principale  qualité  ça  prend  pour  être   jugé   au   mineur   et   s’en   ait   sortie   avec   une   peine   chauffeur?   des   plus   faciles.   La   justice   est   mal   faite.   Mon   but   Honnêtement,  juste  de  la  patience,  tout  le   est  d’empêcher  que  ça  arrive  à  quelqu’un  d’autre.     monde  sait  que  quelqu’un  d’ivre  n’est  pas   toujours  agréable  ou  facilement     compréhensible,  il  faut  prendre  le  temps.     Qu’est-­ce  que  ça  vous  apporte       personnellement?   Je   ne   veux   pas   que   quelqu’un   subisse   la   même   chose   que   moi,   alors   je   me   suis   dit   que   ce   serait   une   bonne   idée   de   devenir   chauffeur   pour   Opération  Nez  rouge.  Ainsi,  je  rends  les  routes  de   Québec   un   peu   plus   sécuritaire   en   diminuant   le   nombre   de   chauffeurs   ivres.   Je   sens   que   j’accomplis   quelque   chose   de   bien   et   ça   m’aide   à   me  sentir  mieux.        


Dossier opération Nez Rouge