Issuu on Google+

no.

Carnet Chafik C’était quand les papiers, en 2006 ? Chafik : Oui, je suis beaucoup venu ici pour la procédure, pour le CPAS, pour rencontrer mon avocate, pour le logement, pour tout.

Ce sont toujours des rapports un peu passionnés qui sont entretenus avec le Palais de justice ? Chafik : C’est une très grande chose pour moi, une autre vie. Elle a changé ma vie des 20 dernières années. Je suis resté 20 ans ici sans papier, j’ai bougé dans toute l’Europe sans papier.


Mais quoi, on a peur tout le temps ? Chafik : Non mais ils m’ont attrapé en Hollande. Ils m’ont laissé 15 jours en prison. Après je suis passé en justice en Hollande. J’ai appelé une avocate ici, je lui ai dit «ah s’il vous plait, aidez-moi je suis en prison». Et la j’ai commencé à faire les procédures pour les papiers. Mais tu ne l’avais jamais fait avant ? Chafik: Si, j’avais essayé en

Hollande depuis 1990, mais rien. En Hollande, c’est très difficile.

venir jusqu’ici. Parce qu’en plus quand tu vas en prison 15 jours, tu paies 1290€.

Et là tu as commencé en 2006 ?

C’est pour ça que j’aime le Palais de Justice.

Chafik : Oui pour raisons humanitaires, médicales. Et il y a des lois pour les personnes malades et handicapées. Quand j’étais en Hollande en prison en janvier 2009, j’ai téléphoné à mon avocate, et le jour où je devais me faire emprisonner, elle m’a faxé le papier comme quoi j’avais un numéro d’identité et la Hollande m’a laissé partir pour

Le problème de Bruxelles, le logement, nous sommes dans une capitale européenne et tu vois les maisons comme ça sans fenêtre. //////////

Et l’ascenseur aussi j’aime bien , quand je suis monté avec l’ascenseur la première fois j’ai eu peur, comme si mon cœur va tomber – après j’ai resté et j’ai vu Bruxelles comme un autre monde… (Atelier – 29 mars 2009)

J’adore les dessins animés, Erik et Rick, j’aime bien l’enfance, Charly Chaplin //////////


Les vieilles portes comme chez nous là-bas en Tunisie. Il y a une place qu’on appelle Sidi Boussaid, toutes les fenêtres , toutes les portes sont comme ça, bleues, bleues marine, bleues ciel et les murs et les vitres blanches, avec le ciel, les maisons et la mer – si tu veux Sidi Boussaid, c’est une grande belle région. Et cette porte ressemble aux choses de là-bas... La crèche de Nativitas elle ressemble à une vieille maison. Il ya des sites en

Tunisie où il y a ce type de maisons, il y a des touristes là-bas à Tamerza, elles ne sont pas habitées. Moi je suis né à Sfax en, Tunisie cela me fait penser à Sfax, il y a la vieille ville, il ya des petits petits escaliers, des escaliers…. comme ça le temps, l’heure, le temps passé... J’ai travaillé dans les maisons de jeunes en Tunisie, et j’ai déjà eu un prix photo, je sais tout ça, comment on prend


les photos, les grandes et les petites. Tu vois ça c’est jolie ces choses il devrait pas les laisser dehors. Quoi le présentoir avec les coupes ? Oui pourquoi c’est dehors ? (Atelier – 01 mars 2009)

Il y a le vert et la rouille. Comment c’est possible ça ? C’est un bâtiment comme dans les années de guerre Comme en fer, le fer qui tu laisses rouiller. Comme si tu laisses quelque chose s’oxyder. Avec le vert, c’est la vie. Devant la nature... derrière l’inconnu. (Atelier – 22 mars 2009)



"Marolles: Trajectoires, identités, territoire" Livret 7