Page 46

Maude P. Hénaire paul-henaire.maude@courrier.uqam.ca

Zidane — des images qui démontenti Georges Didi-Huberman, « L’image-malice », in Devant le temps, Éditions de Minuit, Paris, 2000, p. 120. ii Douglas Gordon et Philippe Parreno, Zidane, portrait du 21e siècle, France, DVD, 2006, 90 min. iii Emmanuelle Lequeux, « Questionner ce qui survit à l’image. Philippe Parreno, artiste », Le Quotidien de l’Art, En ligne, nº 178, mercredi 27 juin 2012, p. 1. <http:// doc.airdeparis.com/docs/ press/PARRENO%20Philippe/ pp_12LeQuotidiendel’Art.pdf>. Consulté le 17 septembre 2012. iv Le match de soccer ainsi que le film durent chacun 90 min. v Walter Benjamin, « Thèses sur la philosophie de l’histoire » (1940), trad. Maurice de Gandillac, L’Homme, le langage et la culture, Paris, DenoëlGonthier, 1974, p. 184. vi Georges Didi-Huberman, op. cit., p. 106. i

Zidane, un portrait du 21e siècle Galerie de l’UQAM 1400, rue Berri, Pavillon Judith-Jasmin, Local J-R120, Montréal Du 28 février au 14 avril 2012

Il y a de ces réalisations cinématographiques qui stimulent nos réflexions sur les rapports que nous entretenons avec l’histoire. Présenté à la Galerie de l’UQAM au printemps dernier, le film documentaire intitulé Zidane, un portrait du 21e siècleii, réalisé par Douglas Gordon et Philippe Parreno, soulève plusieurs éléments qui transforment nos conceptions de l’histoire ainsi que notre rapport au temps. Les partisans de Zidane qui visionneront le film seront sans doute servis : toutefois, une analyse plus approfondie du portrait tend à démontrer qu’il s’agit d’une proposition parallèle au mode de consommation qui prévaut actuellement chez les férus du sport. Le film travaille la décomposition du mythe entourant le joueur de soccer Zinédine Zidane en s’attardant à la « relation symbiotique entre le sujet et sa représentationiii ». Ainsi, les réalisateurs déconstruisent, dans le fond comme dans la forme, le culte voué à la célébrité par une suggestion alternative au schème de représentation historique de l’épique. La réalisation du film a nécessité tout un attirail cinématographique. Au total, dix-sept caméras disposées à des endroits stratégiques à l’intérieur du stade espagnol Santiago Bernabéu lors du match du 23 avril 2005 ont permis au duo d’artistes d’immortaliser tout en nuances la figure de Zidane et de reporter ses actions en temps réeliv. Car ce n’est pas le match en tant que tel que les artistes exposent au spectateur, mais bien la figure de Zidane à travers ses actions, ses gestes et ses tics. Du très gros plan aux vues d’ensemble du terrain, chaque image présente le sportif sous un angle particulier à travers un langage qui diffère de celui développé par les médias sportifs. Les artistes ont, par exemple, fréquemment inséré des plans où les clairs-obscurs viennent modeler et esthétiser le visage de Zidane, suggérant alors certains traits de sa personnalité. Les moments où il attend la passe d’un confrère ou la reprise du jeu sont donc présentés avec le même intérêt que ceux durant lesquels il a le contrôle du ballon. La décentralisation de l’action et de l’histoire, c’est-à-dire le fait de présenter « les événements, sans distinction entre les grands et les petitsv », est révélée par le schème de monstration développé par les réalisateurs, qui diffère de l’habituel programme télévisuel sportif. Walter Benjamin explique que cette déhiérarchisation permet d’exhiber la « vérité d’un temps refoulé de l’histoirevi ». Ainsi, plutôt que de créer l’histoire sur le mode de l’épique, plutôt que de montrer un enchaînement rapide de passes et de tirs spectaculaires en plusieurs reprises consécutives, les réalisateurs présentent les moments les plus anodins qui tendent à faire de la figure de Zidane celle d’un antihéros. Ce qui tient du mythe cesse alors d’être monolithique et quasi impénétrable pour faire place à une figure profonde et plurielle, moins singulière — humaine, au fond.

46

Ex-Situ 22.indd 46

13-04-17 09:21

Ex situ 22  

La revue étudiante de la faculté des arts de l'UQAM Dossier art ancien, Dossier sujets d'actualités, In visu, et compte-rendus d'exposition...

Ex situ 22  

La revue étudiante de la faculté des arts de l'UQAM Dossier art ancien, Dossier sujets d'actualités, In visu, et compte-rendus d'exposition...

Advertisement