Issuu on Google+

MUSEE CONTINU J. FURIC

D. WERQUIN


MUSEE CONTINU J.FURIC

INTRODUCTION

D.WERQUIN

La réhabilitation du stade nécessitait d’abord de se poser une question à la fois basique mais fondamentale : quoi ? La question du «quoi» enveloppe à la fois le besoin selon le contexte, que la base présente. En l’occurrence, nous avions un stade dans lequel des milliers voir des millions de personnes ont vécu des moments inoubliables. Nous étions d’accord sur une chose : la réhabilitation devrait respecter la mémoire des gens. Elément qui devint rapidement fondamentale dans notre réflexion sur le projet. Quel programme non présent sur le site et dans ses alentours permettrait de respecter cette question de la mémoire ? La réponse vint d’abord sous forme de concepts architecturaux ou d’idées programmatiques restreintes... La Mémoire, le Musée et le Jardin sont devenu les trois éléments de réflexion vers lesquels nous nous sommes d’abord tournés. Le but était alors de réussir grâce à quelques recherches à définir un programme solide à partir duquel nous pourrions baser une composition ou décomposition de l’espace de façon à créer le projet. Nous nous sommes alors aperçu que les questions de la transition entre l’intérieur et l’extérieur et de l’entrée sont liées à ces concepts et à notre pensée architecturale. Il devenait nécessaire de mener le même type de recherche pour ces éléments afin d’être sûr de correctement interpréter et exploiter nos idées. Ainsi pouvait naître le programme : un musée qui en adoptant la forme du stade s’est rapidement transformé en musée continu auquel s’ajouteraient des éléments programmatiques. Ateliers d’artistes, cinéma, logements de fonction, bibliothèque, restaurant, commerces... autant d’élément destinés à se compléter les uns les autres et à créer une composition globale qui fasse vivre pleinement le bâtiment !

2


SOMMAIRE

LES PREMICES Mémoire Jardin Musée Intérieur-Extérieur Entrée LE PROGRAMME Composition simple Le parc et le temps Conséquences et bases LE PROJET Lancement de la 3D Les premiers rendus

4-5 6-7 8-9 10-11 12-13 14-15 16-17 18-19 20-21 22-23

LA MISE EN PAGE Assemblage de coupes Les mises en pages du rendu

24-25 26-29

LE RENDU Fiche de Synthèse Note explicative/conclusion

30-31 32-33

3


MUSEE CONTINU J.FURIC

I. LES PREMICES

D.WERQUIN

(parcoure)

Mémoire d’une ombre, mémoire d’un sentiment, mémoire d’une chaleur ou d’une musique. Elle s’inscrit, se grave et resurgit en surprise. On est alors comme touché par une balle de révolver qui crée une explosion de souvenirs éblouissants non seulement nos yeux, mais aussi nos oreilles, notre nez. Elle est étroitement liée à nos 5 sens, quand les doigts caressent une matière, c’est tout un paysage qui s’écrit et se fixe. L’encre est une matière qui s’altère avec le temps, et l’architecture, la lecture, la musique et tous les arts qui entourent notre quotidien sont là pour réveiller des souvenirs. L’encre voit alors son teint s’assombrir, puis disparaît à nouveau petit à petit… jusqu’au prochain souvenir. Si « la mémoire est la sentinelle de l’esprit », c’est notamment parce que Shakespeare savait se servir de ses sens !

4


MEMOIRE

De l’effacement progressif d’un souvenirs vers l’élément déclancheur qui le ravivera. La notion de temps est importante.

5


MUSEE CONTINU J.FURIC

I. LES PREMICES

D.WERQUIN

J’entends des bruits de pas, J’ouvre les yeux, Pour admirer la vue que tu m’offres, Pour observer les milliers de couleurs qui te composent, Pour courir pieds nus sur ton sol humide. Je ferme les yeux, Pour écouter le bruit du vent dans tes arbres, Pour frôler l’herbe entre mes doigts, Pour sentir le soleil sur ma peau.

6

Pour entendre les cris de joie, Pour sentir l’odeur des roses, Pour toucher les goutes sur mon visage Pour entendre les oiseaux jouer dans l’eau. J’entends des bruits des pas, Je sens l’air se refroidir J’ouvre les yeux, sur ce ciel sombre Sur ces silhouettes qui dansent devant moi Sur cette ville qui t’entoure d’étincelles, Mon jardin.


JARDIN

Un jardin guide, un jardin mystère, un jardin clair, un jardin lumière. Il crée l’ambiguïté, il appuie la continuité, entre l’intérieur et l’extérieur. Une promenade qui se poursuit d’un lieu à un autre, une transition douce.

7


MUSEE CONTINU J.FURIC

I. LES PREMICES

D.WERQUIN

L’homme prend le métro et voit les affiches pour une nouvelle exposition. Il se dit « chouette, je vais me cultiver un peu. » Il organise son dimanche matin pour aller à l’exposition. Il prend le métro pour se rendre devant le bâtiment, puis fait les 2 heures de queue pour acheter un billet. En rentrant dans la première salle, il se demande pourquoi il est venu alors il regarde les toiles exposées, observe de loin puis de prêt. Il écoute les autres personnes qui chuchotent, une œuvre l’interpelle soudain, elle l’intrigue !! Mais il ne sait pas pourquoi … Il s’avance de nouveau regarde les détails, interprète les gestes du peintre, observe les couleurs, les positions des corps, il imagine les modèles nu devant lui qui le regardent. Ses joues deviennent rouges, sa gorge devient sèche! Il regarde la date de l’œuvre, 1907. Il se dit que depuis cette époque la représentation du canon de beauté féminin à beaucoup changé. L’œuvre la touché, il n’est pas déçu de sa visite! Il vient de faire l’expérience de la peinture. Les demoiselles d’Avignon, 1907 de Picasso.

8


MUSEE

Mémorial aux juifs assassinés d’Europe - Berlin Des jeux d’ombres et de lumière, l’idée de la promenade, de la continuité, la multiplication des vues...

9


MUSEE CONTINU J.FURIC

I. LES PREMICES

D.WERQUIN

D’un point de vu humaniste et surtout selon Otto Rank, « ce que nous accomplissons à l’intérieur modifie la réalité extérieure ». Une conception moderne de l’architecture, où les 5 sens de l’être humain hiérarchisent un projet que je qualifierais d’explosif : l’homo sapiens comme épicentre qui va induire le projet suivant des cercles d’influence. Un déplacement, une pensée, un objet, un usage vont alors définir l’enveloppe. L'habit ne fait pas le moine, mais il est tout de même une représentation de la personne, ainsi que les allemands le mettent en avant : « Kleider machen Leute » (« les vêtements font les gens »).

10


INTERIEUR-EXTERIEUR

L’ambiguité d’une relation entre l’intérieur et l’extérieur par des jeux de parois de verre ou d’ouvertures. L’art de créer une continuité, de laisser passer la lumière. L’idée d’être couvert tout en étant dehors.

Photo du haut : Centre George Pompidou - Paris Photo du Bas : Hôtel-Dieu - Paris 11


MUSEE CONTINU J.FURIC

I. LES PREMICES

D.WERQUIN

Il suffit de lever la tête, et de regarder pour la voir. Elle est là, elle trône, elle t’appelle. Il est difficile de résister à l’envie de s’en approcher pour regarder. C’est la curiosité qui s’éveille. Elle te montre la voie sans te montrer où elle mène réellement. Tu t’en doutes pourtant mais c’est trop tard, tu as envie de voir de plus prêt. Et te voilà devant, elle s’ouvre à toi et tu n’as plus qu’à rentrer. Et dès le premier pas c’est la surprise : la découverte d’un monde que tu imaginais seulement.

12


ENTREE

Une entrée marquée ou une entrée qui se dessine petit à petit, l’idée d’un élargissement dans la perspective, soudain ou progressif. Une éventuelle continuité entre l’intérieur et l’extérieur.

13


MUSEE CONTINU J.FURIC

II. LE PROGRAMME

D.WERQUIN

14


COMPOSITION SIMPLE

Lors de l’élaboration du programme, la base qui ressortait particulièrement du travail de recherche résidait dans l’’idée de la mise en place d’un musée. Les formes du stade étaient alors utilisées tels qu’elles sans tenir compte de jeux de hauteurs. L’idée était alors la réalisation de blocs qui n’étaient absolument pas liés les uns avecc les autres. Il était alors question d’un musée qui prenait place autour du jardin central et complété par des logements et ateliers d’artiste. Une partie du stade était alors concervé en l’état pour réaliser un grand espace de spectacles tandis que le reste voyait ses gradins supprimés.

15


MUSEE CONTINU J.FURIC

II. LE PROGRAMME

D.WERQUIN

16

D’immenses baies vitrés faisaient la continuité entre l’intérieur et l’extérieur avec notamment l’utilisation de plantes grimpantes qui permettaient de réaliser une ambiguîté.


LE PARC ET LE TEMPS

La recherche d’une composition de jardin avait alors pour objet de restituer la mémoire et la question de l’Histoire du stade dans le temps. Plusieurs essais de composition autour de l’idée de jeux de hauteur et de l’apologie du temps qui passe. On retrouve l’eau comme métaphore du temps et la construction du monde : du naturel vers l’artificiel. Une transition lente mais marquée qui devait alors mener vers la construction d’une façade intérieure et vitrée au musée. Le jeu de hauteur et le problème de l’échelle sur l’ensemble du stade nous a finalement poussé à laisser de côté cette idée du jardin pour nous concentrer particulièrement sur les espaces et le programme de stade lui-même.

17


MUSEE CONTINU J.FURIC

II. LE PROGRAMME

D.WERQUIN

Programmes

Caractéristiques

Liaison

1

Circulation / Exposition

Continuité horizontale, association d'espace en enfilade, multiplication des entrées et sorties. Jeux de hauteurs selon l'espace disponible.

Tout

2

Concert

Mémoire, bâtiment original concervé (estrade), espace de spectacle (scène)

Cinéma, Parc, Loges, salles de réception

3

Parc / Jardin

Exposition, détente, nature et connection entre les éléments (continuité entre les espaces extérieur et intérieur). Apologie du temps qui passe.

Tout

4

Logements / Espaces privatifs

Orientation vers le Sud, Jardins et appartements privés en gradins.

Espaces d'exposition, Parking, Jardin, piscine

5

Cinéma

Espace fermé, quelque salles.

Accueil, restaurant, salle de reception, jardin, exposition.

6

Ateliers d'Artistes

Grandes ouvertures vers le Nord. Espaces privatifs en gradins (pas obligé au pire).

Espace d'expo, Jardins,

7

Piscine

Terrasse des logements, espace semi-privé, accessible à tous

Logements, espaces d'exposition.

8

Commerces

Espace en rez de chaussé en lien avec la rue et le parc.

Rue, Parc, Espace d'expo.

9

Restauration

Espace transitoire entre l'espace pour les concerts et celui de l'exposition, en terrasse, eventuellement sur plusieurs niveaux.

10

Reserve

Espace fermé, relatif aux espaces d'expo et au concert, peu ou pas de lumière, mais lié à une distribution verticale vers les différents espaces

11

Accueil

Espace vaste, ouvert et lumineux

Espace d'expo, concert, parc, salle de réception, piscine

12

Parking

Espace clos, fermé, et couvert voir en sous-sol.

Rue, parc, espace d'expo, logements, ateliers d'artistes

13

Loges

Espace fermé et à part

Concert.

14

Salles de réception

Ouvert, vaste et lumineux

salle d'expo, concert, parc, loges, piscine, cinéma

15

Toilettes

Element multiplié dans l'ensemble du projet selon une charte de design équivalent.

Tout

Espace d'Expo, concert, parc, salle de réception Espace d'Expo, concert, parc, salle de réception

La première approche liée à une programmation simple du projet était erronée dans le sens où les usages n’avaient aucune liaison les uns avec les autres. Ils se présentaient comme plusieurs bâtiments distincts, sans jeux de hauteur. Nous nous sommes ensuite tournés vers une idée d’un musée continu sur l’ensemble du bâtiment et surélevé. Le but était d’imbriquer les différents éléments programmatiques. Cette prise de conscience du projet dans son volume nous a permis de voir que nous disposions d’une place énorme sur l’ensemble du projet. Il était alors question d’ajouter d’autres éléments programmatiques liés aux idées de base, de façon à réaliser un ensemble à la fois complexe mais unis dans ses usages.

18


CONSEQUENCES ET BASES

Espace de représentation Espace d’exposition Jardins Logements de Fonction - loges Ateliers d’artistes

La base du projet s’agence naturellement selon la course du Soleil. Ici le bloc bleu qui ressort au Nord du bâtiment vient chercher la lumière du Sud pour des logements de fonction. Le bloc du Sud en revanche s’avance à la recherche de la lumière du Nord pour les ateliers d’artiste. On peut aussi remarquer que la position des gradins à l’Ouest/SudOuest répond aussi à une logique liée à la course du soleil. En effet il est plus probable d’avoir des spectacles le soir que le matin. A partir de cette idée, le soleil selon la saison se trouvera derrière les gradins et permettra même d’éclairer la scène.

19


VERTISSEMENT MUSEE CONTINU J.FURIC

D.WERQUIN

Complexe cinéma

Liaison

Tout

Ateliers d’artistes

Accueil

Logements piscine

néma, Parc, Loges, alles de réception

III. LE PROJET

Tout

Spectacle Loges Réserves

Commerces

paces d'exposition, rking, Jardin, piscine

ccueil, restaurant, alle de reception, ardin, exposition.

Espace d'expo, Jardins,

Espaces d’exposition

Parkings Parc

gements, espaces d'exposition.

ue, Parc, Espace d'expo.

Espace d'Expo, cert, parc, salle de réception Espace d'Expo, cert, parc, salle de réception

ace d'expo, concert, c, salle de réception, piscine

ue, parc, espace expo, logements, teliers d'artistes Concert.

e d'expo, concert, arc, loges, piscine, cinéma Tout

20

Le premier assemblage et quelques modélisations basiques nous ont permis d’expliciter les éléments programmatiques plus clairement et d’avoir une base pour réaliser une 3D globale. Ici à gauche on a les prémices de l’agencement entre les lieux d’exposition et des logements. Une bibliothèque viendra ensuite prendre la place de la piscine proposée initialement.


LANCEMENT DE LA 3D

L’utilisation de coupes perspective montre des espaces très larges et lumineux, qui rappelleraient presque des cathédrales. Et en même temps le programme du cinéma ici intrigue avec des boîtes fermées pour les lieux de projection. C’est à ce moment-là du projet que nous avons décidé de présenter l’ensemble sous forme de coupe perspectives, l’idée étant à la fois de montrer ces jeux de hauteurs et de coupes fermées, mais aussi la continuité et l’agencement des usages les uns avec les autres.

21


MUSEE CONTINU J.FURIC

III. LE PROJET

D.WERQUIN

22


LES PREMIERS RENDUS

De grandes lumières de grandes hauteurs sous plafond ou des espaces clos, restreints... Une composition d’éléments les uns avec les autres pour un ensemble homogène.

23


MUSEE CONTINU J.FURIC

IV. LA MISE EN PAGE

D.WERQUIN

24


ASSEMBLAGE DE COUPES

Premier agencement de planche... Les coupes sont mises en place les unes après les autres de façon à exprimer une continuité globale. Cette disposition des coupes en revanche impose une réflexion dans la lecture sur l’ensemble du projet, et manque d’un repérage sous forme de plan. Quelques autres essais d’agencement nous auront rapidement permis de trouver la mise 25 en page finale ci-après.


MUSテ右 CONTINU


197FWB-01

Marcher, déambuler, dans des lieux vastes et baignés de lumière. Observer, écouter un endroit où le présent côtoie le passé. Se laisser aller aux activités diverses proposées tout au long du parcours...


Logements (Sud) et espaces d’expositions (Nord)

Logements et espaces d’exposition

L’espace d’accueil extérieur

Les gradins de l’espace dédié aux spectacles.

Les cinémas, ateliers d’artistes et l’espace d’exposition

Les grands espaces d’exposition et une salle de

INTENSIONS ARCHITECTURALES Nous conservons le couloir arrière des ailes pour garder une continuité sur l’ensemble du stade. L’ouverture du couloir offre des espaces sous plafond avec une vue en hauteur sur le stade. Les ouvertures z��nithales apportent une certaine neutralité lumineuse pour la muséographie.

Nous conservons la couverture existante et la trame structurel pour porter des plateaux sur différentes hauteurs. La trame de poteaux donne un rythme régulier pour y installer différents programme.

Cette image montre une grande salle de réception. Elle est en double hauteurs offrant beaucoup de possibilités d’y installer des expositions à diverses échelles.

Sur cette image on peut voir la volonté de conserver une promenade au sol donnant un circuit rapide entre les extrémités de l’aile. Elle montre bien la complexité d’emboitement de programmes.

Chaque nivea grande quanti et ainsi faire dé surprenants pa de lumières.


197FWB-02

Association d’espaces d’exposition et de bibliothèque

e projection

au est relié pour offrir une ité de circuits dans le musée écouvrir au visiteur des lieux ar leurs jeux de hauteurs et

Les boxes d’exposition

La circulation dans les virages

Le grand hall de réception

Les grands espaces d’exposition plein Nord Sur cette image on peut admirer sur différentes hauteurs les voûtes de la couverture sous une douce lumière du nord. L’aile a été prolongée proposant un ensemble généreux sur deux niveaux.

Cette disposition propose une vis à vis entre deux niveaux ainsi qu’une lumière zénithale pour y installer une combinaison d’exposition sur deux hauteurs pour offrir deux points vus.

Sur cette image nous avons gardé la structure porteuse originelle pour y installer un espace d’accueil extérieur. Cette installation met en valeur les voûtes de la couverture qui servait à protéger les gradins.

L’idée est ici de proposer de casser le rythme de l’aile couverte intérieur offrant un espace d’accueil extérieur protégé et ouvert sur le parc. Cette installation crée un lien entre celui-ci et les espaces d’expositions.


MUSEE CONTINU J.FURIC

V. LE RENDU

D.WERQUIN

30


FICHE DE SYNTHESE

MUSEE CONTINU

Marcher, déambuler, dans des lieux vastes et baignés de lumière. Observer, écouter un endroit où le présent côtoie le passé. Se laisser aller aux activités diverses proposées tout au long du parcours... Ce projet est une promenade, c’est un parc surprenant, où la marche est bercée par les sentiments. Elle commence en extérieur, se poursuit à l’intérieur et se termine dans l’imaginaire, sous une lumière diffuse, ou dans un grand hall envahi par le soleil. Entre quiétude dans la nature d’un parc et la chaleur rassurante d’un lieu clos où des œuvres d’artistes vont s’exprimer. L’emprunte historique du sport vient rythmer les pas, pour le plaisir des rêveurs, des sportifs, des passants, des enfants…

31


MUSEE CONTINU J.FURIC

V. LE RENDU

D.WERQUIN

Il y a d’abord l’achat de la place, puis l’attente. On en parle autour de soi, on exhibe fièrement son billet, on cherche des gens parmi ses connaissance qui seront aussi présent. Et puis il y a l’attente, avant le grand jour J, la pression qui monte, on ne pense qu’à ça, on ne parle que de ça… jusqu’au moment où l’on fait la queue. Une heure, trois heures, cinq heures voir plus. C’est l’occasion de rencontrer des gens, des « fans ». Un sujet de discussion en commun, animée par ailleurs. Il y a aussi la course vers la meilleure place face à la scène ou au bord du terrain, la marche vers son siège, assurée, et toute cette pression qui monte dans le stade. Les gens qui chantent joyeusement des paroles bien connus, des milliers de personnes qui suivent, un savoureux ensemble d’une bonne ambiance palpable qui marque l’esprit durablement avant l’arrivée des joueurs, avant la montée du mythique groupe sur la scène installée à l’occasion… Le spectacle peut commencer sous les hurlements de joie, chacun ici contribue à la création d’un ensemble, quelque chose d’inoubliable. Alors certes, le stade était mal placé, il manquait sensiblement de place, quoi que, et puis il y avait un certain nombre de désavantages. Non, soyons claire, la construction d’un nouveau stade c’est génial !! Mais… mais ils ne vont quand même pas détruire l’ancien si ? Enfin je veux dire, tous ces souvenirs, tous ces bons moments… et puis il est plutôt beau comme stade en plus ! Non, ça serait dommage de le détruire. Je n’sais pas moi, il devrait pouvoir servir autrement non ? Alors oui… Elle est là notre idée, ce stade a laissé une empreinte, quelque chose de durable, dans la mémoire collective, mais aussi dans l’ensemble urbain. Il s’impose de lui-même comme un lieu de référence pour tout amoureux du football ou du rugby de la ville, et sans parler d’éventuels concerts. Voilà l’idée à partir de laquelle nous avons réfléchis pour aborder cet appel à idée : Comment respecter la mémoire collective, comment respecter la mémoire du lieu, tout en le réadaptant à un programme réactualisé. De quoi peut-on avoir besoin ? L’élément de base qui nous a ainsi inspiré est cette question de mémoire. Nous pensions dès le départ qu’il serait possible de réaliser une conversion sans détruire sa structure d’origine. L’idée d’un musée a pu alors naturellement germer : un lieu dédié à la mémoire du sport, un musée qui collectionnerait les plus belles photographies de matchs, de concerts, de spectacles, qui exposerait des statues de toutes tailles des personnalités qui auront fait vivre le stade. Un musée qui respecterait la mémoire du passé et inspirerait le futur. Pourquoi ne pas y exposer aussi des œuvres contemporaines qui trouvent leurs sources dans ce lieu, ou dans le sport en général ? Des ateliers d’artistes seraient alors nécessaires, ainsi d’ailleurs que des logements de fonction. C’est ainsi qu’aura pu débuter notre réflexion. Par la recherche de la question de la mémoire vint se greffer l’idée d’ateliers d’artiste, puis de logements, puis d’un véritable complexe de divertissement auquel on ajoutait des espaces de commerce, une piscine, des salles de cinéma, des lieux de réserve, un grand hall d’accueil, la possibilité d’installer un grand parc fleuri en son centre, et l’idée que le bâtiment peut-être extensible vers l’intérieur ou vers l’extérieur.

32


NOTE EXPLICATIVE

Nous disposions d’une base, d’un ovale, d’une structure intéressante qui offre une place immense dès lors qu’on retire le seul élément qui devient réellement inutile : les gradins. Seulement supprimer les gradins, c’était entacher partiellement la mémoire de ce stade, et il nous semblait important d’en garder au moins une partie. De là naquit l’idée de garder des gradins pour un espace de concert. 6000 place et de l’espace libre pour installer une scène occasionnellement. Pourquoi ne pas réaliser une véritable salle fermée par la suite aussi. L’agencement de tous ces éléments programmatique placés selon le besoin de lumière et la course du soleil nous a rapidement mené à penser que le musée serait l’élément structurant de l’ensemble et continu sur la totalité de l’ovale. L’ensemble devenait ainsi une promenade intérieure et extérieure, une grande ballade rythmée par des éléments de divertissement. Des espace en openspace pour disposer des sculptures, tourner autour, les admirer sous plusieurs angles. Des espaces plus fermés, cadrés de cimaises pour accrocher photographies ou tableaux. Et puis un cinéma, parce que tous les grands évènements sportifs sont filmés de nos jours. Pourquoi pas imaginer une retransmission en directe ou en rediffusion dans les salles sombres au-dessus desquels travaillent les artistes que l’on peut admirer depuis la passerelle haute. Un artiste qui réalise son œuvre sur place, peut aussi trouver logement le temps de réaliser son travail, et une bibliothèque à proximité pour ses recherches. Bibliothèque qui pourrait devenir un lieu de rencontre entre les artistes et les visiteurs en plus d’être ouvert à toute la population du quartier. L’idée bien sûr derrière cet ensemble c’est aussi de faire vivre le quartier. Une promenade dans un parc, qui débouche sur un grand escalier et une grande verrière… quelque pas, et le visiteur se trouve devant une grande statue de Zidane l’aire concentré sur l’action qu’il s’apprête à accomplir. Un soudain souvenir prend alors forme d’un match vu sur place, quelques années auparavant, et le désir d’en retrouver des photographies, des films… Quelque pas et voilà le spectateur au cœur des archives numériques de la bibliothèque, où il va découvrir qu’une diffusion en 3 dimensions est prévue dans la grande salle quelque semaine plus tard. Naturellement cet ensemble dispose d’un espace dédié à la restauration, d’un autre pour des commerces… de quoi faire vivre pleinement ce stade et l’ensemble du quartier tout en préservant la mémoire autant que possible !

33


Réhabilitation du stade Chaban Delmas Bordeaux 2012 2013