Issuu on Google+

Automne 2012 - Trimestriel

Belgique-Belgïe P.P.-P.B. 5670 Viroinval BC9630 N° agrégation P401059

n° 34

Sommaire Éditorial Le temps est à la fête Gestion Le Parc naturel régional des Ardennes Patrimoine naturel Le merle d’eau Ouverture Trans-formation du patrimoine Patrimoine culturel Le plantain Agenda - Bibliothèque Photo réalisée sur l’Eau Blanche par Laurent Colmant (Chouette Nature asbl) lors du stage nature PNVH d’août 2012

Maison du Parc naturel rue d’Avignon, 1 - 5670 Nismes Tél : +32(0)60 39 17 90 - Fax : +32(0)60 39 17 93 secretariat@pnvh.be - www.pnvh.be


Éditorial

Le temps est à la fête ! Voilà déjà l’automne, synonyme de chute des feuilles et de brouillards matinaux. Le bois est rentré pour l’hiver et les premières volutes s’échappent des cheminées. Au cœur des villages, on s’affaire. D’aucun scrutent leurs « places à champignons », d’autres préparent activement la saison de chasse. Dans les vergers, cette année, la récolte est loin d’être extraordinaire. Le coup de froid printanier, juste pendant la floraison de la plupart de nos fruitiers, se traduit par une pénurie de pommes et de poires. Prunes et cerises de chez nous se sont également avérées bien rares cet été. Mais certains vergers, bien exposés, ont heureusement été protégés et leurs fruits nous donnerons la matière nécessaire à notre 9e Fête du Parc naturel qui se déroulera les 20 et 21 octobre prochains. Fort de notre expérience de l’année dernière où vous étiez près de 3000 visiteurs à rejoindre le parc communal, l’équipe du Parc naturel a décuplé ses efforts pour vous présenter un programme fondé sur la découverte de notre territoire et encore plus copieux et alléchant qu’en 2011. Côté forêt, nous vous proposerons de nouveau des démonstrations d’élagage d’arbres dangereux, de débardage au cheval de trait, de fagotage à l’ancienne, le tout rehaussé par la présence d’artisans du bois, de jeux de piste, de contes et légendes... Cette année, une scierie mobile sera également installée sur le site et des excursions à la découverte des champignons et des lichens seront organisées sur réservation. Outre notre stand mettant en évidence le potentiel de valorisation touristique de la « Forêt du Pays de Chimay », nos collègues des massifs forestiers de Saint-Hubert et de la Forêt d’Anlier ont répondu positivement à notre invitation et vous dévoileront leurs ambitions pour le développement touristique

Par Joël Dath, Directeur PNVH

de leurs forêts. Autres invités de marque, nos voisins français du Parc naturel régional des Ardennes (PNRA) se feront un plaisir de vous présenter leur territoire et leurs actions. Toutes ces animations s’inscrivent naturellement dans le cadre du Weekend du bois organisé par nos partenaires de l’asbl Ressources Naturelles et Développement (RND). Côté verger, de nombreux producteurs artisanaux de produits de bouche côtoieront la désormais célèbre exposition de variétés régionales de pommes réalisée par nos amis de l’Albatros et du Plan Communal de Développement de la Nature de Viroinval. La Mobipresse sera également de la partie afin de transformer vos fruits en un jus délicieux. Cette année, les plus petits seront gâtés : les moutons de nos tiennes ainsi qu’une multitude de races régionales de basse-cour seront exposés au cœur même de nos chapiteaux. Bref, en un mot comme en cent, je ne peux que vous inviter à venir nous rejoindre, en toute convivialité, à cette grande fête automnale qui prend, d’année en année, de plus en plus d’ampleur dans notre belle commune. Bienvenue chez vous, et à très bientôt ! Vous trouverez le planning complet de la Fête du Parc en dernière page.

Les bons plans du Parc...

Promenez-vous en toute quiétude ! Chers amis promeneurs, les températures, moins clémentes en période hivernale, ne nous empêcheront pas de profiter de notre belle nature ! Tenez-vous informés des dates des battues de chasse 2012 afin de vous balader l’esprit tranquille. Rendez-vous sur : www.viroinval.be 2

JdP - Automne 2012

Quel numéro du Journal du Parc cherchez-vous ? Retrouvez tous les Journaux du Parc sur notre site www.pnvh.be, rubrique «Médias». Découvrez, tous les trois mois et en avant-première, le Journal du Parc en version numérique sur notre page www.facebook.com/parcnaturel


Gestion

Le Parc naturel régional des Ardennes, 47e PARC EN FRANCE !

Revin Revin

Au Nord des Ardennes, frontaliers avec la Belgique, règnent des paysages aussi inattendus qu’insolites : falaises abruptes de la Pointe de Givet, méandres boisés des Vallées de Meuse et de Semoy, landes tourbeuses du Plateau de Rocroi aux doux vallons bocagers de la Thiérache ardennaise… C’est pour valoriser ce patrimoine exceptionnel, développer durablement ce territoire et donner une image nouvelle des Ardennes grâce à un label de qualité, que les acteurs locaux se sont rassemblés afin de créer un Parc naturel régional.

Antheny

L’action du Parc repose sur une « Charte », rédigée et adoptée par les collectivités locales, qui fixe ses objectifs et ses moyens d’actions. Géré par les collectivités grâce à un « Syndicat mixte » qui lui est propre, le Parc ne réglemente pas, ne contraint pas, mais au contraire agit par engagement volontaire et par conviction. Au cours de l’élaboration de la Charte, les travaux menés par les commissions ont permis de dégager huit priorités pour le territoire, regroupées sous trois axes de développement et qui formeront la feuille de route du Parc pour les douze années à venir…

JdP - Automne 2012

3


QUELQUES CHIFFRES… 75 887 habitants, 116 000 hectares, 91 communes ; Point culminant situé à la Croix-Scaille : 502 m ; Un patrimoine culturel et architectural diversifié associé à l’histoire religieuse, militaire et industrielle du territoire : églises fortifiées, Citadelle de Rocroi, Fort Condé, château de Moncornet, cités ouvrières… Cinq unités paysagères : Thiérache ardennaise, Val de Sormonne, Plateau de Rocroi, Massif ardennais, Pointe de Givet. Des milieux naturels remarquables reconnus : 58 Zones Naturelles d’Intérêt Écologique, Faunistique et Floristique (ZNIEFF) de type 1, 3 ZNIEFF de type 2, 6 Arrêtés de Protection de Biotope, 6 SIC ou Zone Spéciale de Conservation, 1 Zone de Protection Spéciale (dont 61 000 ha sur le territoire), 1 Zone d’Importance pour la Conservation des Oiseaux, 2 Réserves Naturelles Nationales… Des espèces emblématiques par milieux naturels : - Forêt alluviale : Castor d’Europe, Saumon atlantique - Forêt : Cigogne noire, Gélinotte des bois, Chat forestier - Tourbières : Orchis des sphaignes, Cordulie arctique, Nacré de la canneberge - Bocage : Pie-grièche grise, Chevêche d’Athéna, Pie-grièche écorcheur - Escarpement rocheux : Grand-duc d’Europe, Faucon pèlerin Une économie diversifiée : 26% d’emplois industriels ; 33% emplois tertiaires ; 62 000 hectares de forêt (53% du territoire) ; 45 000 hectares de terres agricoles (39% du territoire) ; un artisanat développé avec plus de 2 000 entreprises.

AXE 1 - UNE DYNAMIQUE ÉCONOMIQUE BASÉE SUR LES RESSOURCES LOCALES

4

La mise en place d’un Parc est l’occasion privilégiée d’envisager de nouvelles perspectives économiques pour le territoire. Ainsi, le Parc fait une priorité de la valorisation des activités traditionnelles du territoire, qu’elles portent sur les ressources minérales, forestières ou agricoles, par le renforcement des activités de transformation sur le Parc et par la mise en valeur des savoir-faire spécifiques, ou porteurs de l’image des Ardennes. D’autre part, fort de son label, le Parc travaille en partenariat avec les structures locales pour la mise en œuvre des stratégies concertées de diversification économique. Le développement du tourisme durable est un des axes majeurs de cette diversification. JdP - Automne 2012

AXE 2 - UN PATRIMOINE NATUREL ET PAYSAGER À PRÉSERVER ET VALORISER Le territoire bénéficie d’un environnement exceptionnel, souvent méconnu. C’est à partir de ce constat que les acteurs locaux ont pris le parti de favoriser le maintien des paysages et la protection des ressources naturelles qui participent à forger l’identité et l’authenticité du territoire. Le maintien de cet environnement de qualité passe également par une gestion économe des ressources qui concerne aussi bien les particuliers que les entreprises et les collectivités, dans la consommation de l’énergie ou la gestion de l’eau et des déchets.


AXE 3 - IDENTITÉ ET QUALITÉ DE VIE : CONTRIBUER AU DÉVELOPPEMENT SOCIAL Le cadre de vie regroupe de nombreuses composantes : architecture et structuration de l’espace, accès aux services, au logement et vie culturelle et sociale. Maintenir un tissu urbain et rural cohérent à travers la confortation des services et affirmer la qualité de vie dans les Ardennes apparaît comme une priorité pour le Parc. Ce volet de la charte aborde également l’animation du territoire à travers la promotion des actions menées et la mise en place d’une politique de sensibilisation et d’éducation pour tous les publics. ▶ Charte du Parc disponible sur le site du PNR des Ardennes www.parc-naturel-ardennes.fr

Fumay

JEAN-MARIE MEUNIER, PRÉSIDENT DU PARC NATUREL RÉGIONAL DES ARDENNES

  47e Parc naturel régional en France, le PNR des Ardennes fait dorénavant «partie intégrante du paysage régional et national. Comme les 46 autres Parcs naturels régionaux de France, le PNR des Ardennes vient reconnaître l’intérêt et la diversité du patrimoine naturel, culturel et paysager de son territoire. Grâce au Parc, et avec ses partenaires, les Ardennes se sont dotées d’une dynamique et d’un support pour préserver, valoriser ce patrimoine et en faire un vecteur de développement économique.

À la fois projet commun et « boîte à outils » de développement durable, le Parc impulse ou mène des actions dans des domaines aussi divers que la protection de la faune et de la flore, la restauration du patrimoine rural, la valorisation des paysages, la promotion des économies d’énergie et des énergies renouvelables, l’éducation au territoire, la valorisation de la forêt et du bois, la promotion des savoir-faire et produits locaux, le tourisme durable... Le Parc naturel régional des Ardennes, à travers sa Charte, définit de quelle façon les habitants et les visiteurs vont vivre en bonne intelligence avec un territoire dont les richesses exceptionnelles leurs sont confiées. 

»

JdP - Automne 2012

5


Patrimoine

Le merle d’eau ou le cincle plongeur

Par Camille Cassimans, Chargé de communication PNVH

L

e long du Viroin ou de certains affluents rapides à fond caillouteux, vous pourriez être surpris de voir passer rapidement un oiseau brun noirâtre avec sa gorge et sa poitrine blanche. Sa corpulence vous fera penser immédiatement à un merle car il mesure environ 18 cm de long pour un poids allant de 50 à 75 grammes et une envergure proche des 30 cm. Souvent, il se poste sur des pierres qui émergent dans le cours d’eau et, avec un peu de chance, vous le verrez plonger dans l’eau pour pêcher ! Vous venez de découvrir le cincle plongeur, aussi parfois appelé merle d’eau.

Un plongeur intrépide Le cincle plonge d’abord sa tête dans l’eau et ensuite s’immerge complètement. Il va alors marcher sur le fond de la rivière, à contre-courant, le dos bombé et les ailes un peu écartées afin de rester un certain temps sous l’eau. Si l’eau est plus agitée ou profonde, il parvient même à utiliser sa queue et ses ailes pour progresser. Ses yeux sont protégés par une membrane nictitante qui est souvent visible lorsque l’oiseau est hors de l’eau car il cligne régulièrement des yeux. Une seconde membrane recouvre ses narines. Au niveau de son croupion, les glandes uropygiennes sont plus grosses que chez les autres oiseaux car son plumage a forcément besoin de plus de protection lors des séances de toilettage. 6

JdP - Automne 2012

Une vie de couple La formation des couples démarre en janvier, même si les parades nuptiales sont visibles à divers moments de l’année avec un pic en mars-avril. Le mâle va chanter en présence de la femelle, marcher ou nager autour d’elle. La femelle va adopter une posture de sollicitation de nourriture auprès du mâle. Lorsque les deux partenaires arrivent à s’échanger de la nourriture, on considère que le couple est formé. La construction d’un nid bombé avec une entrée vers le bas peut démarrer, le plus souvent dans des anfractuosités difficilement accessibles au-dessus de l’eau. La femelle va couver les quatre à six œufs durant environ seize jours et ensuite elle tiendra au chaud les oisillons durant près de deux semaines. C’est le mâle qui ravitaillera toute la famille durant cette période. L’hygiène du nid est très importante car les parents enlèvent tous les excréments des oisillons durant les dix premiers jours. Passée cette étape, les jeunes sont capables de déféquer en dehors du nid et les parents continueront à évacuer ces déchets afin de ne pas attirer l’attention des prédateurs.


Une vie de couple Arrivés à l’âge de cinq à sept semaines, les jeunes se verront chassés du territoire par les parents. Il ne leur restera plus qu’à apprendre à se nourrir de gros invertébrés tels les larves d’éphémères ou de phryganes, de petits mollusques, de petits poissons et de crevettes d’eau douce… et trouver un autre territoire pour passer l’hiver.

Pénurie de logements Comme les lieux de nidification doivent être situés à proximité de cours d’eau, il arrive que les populations de cincle plongeur régressent à cause des techniques modernes de construction (ponts et ouvrages d’art) ou des travaux de consolidation des berges. Un cincle nécessite un territoire de 1000 à 1200 m le long du cours d’eau. S’il arrive à trouver un pont comportant une cavité sous le tablier, un creux dans la maçonnerie de la culée ou de la voûte, des poutres en bois ou en métal de section en « i » voire des conduites d’eau, alors on peut espérer obtenir un nid construit bien à l’abri des prédateurs, situé de 1,30 à 3  m au-dessus de l’eau.

Neuf nichoirs furent accrochés sur divers ouvrages d’art. En 2012 il n’en reste qu’un seul, les huit autres ayant été vandalisés par des gens n’ayant aucune conscience de l’importance du cincle au niveau de la biodiversité de nos rivières. Dans le cadre de son volet « conservation de la nature – 2011 » le Parc naturel a commandé le placement de nouveaux nichoirs à cincle plongeur. C’est l’asbl « Les Bocages » de Cul-des-sarts, responsable de la rédaction d’un guide technique de la Région wallonne à ce sujet, qui a été choisie pour réaliser ce travail.

Si vous désirez réaliser des nichoirs pour le cincle, vous trouverez des plans de montage sur www.nichoirs.net

En 1995, une campagne de placement de nichoirs artificiels dédiés au cincle plongeur eut lieu sur le Viroin. JdP - Automne 2012

7


Ouverture

Par Aurélie SIVERY, chargée du projet

MOBILISATION TRANSFRONTALIÈRE AUTOUR DU BÂTI ANCIEN ET DE SES SAVOIR-FAIRE

V

oici maintenant deux ans que le projet INTERREG IV Trans-formation du patrimoine poursuit ses objectifs en matière de valorisation du bâti ancien et dans l’amélioration de sa préservation. Ce projet accepté et soutenu par le programme INTERREG IV France-Wallonie-Vlaanderen, réunit 6 partenaires belges et français : le Parc Naturel Régional de l’Avesnois, le Groupe d’Action Locale de la Botte du Hainaut, la Maison de l’Urbanisme de l’Arrondissement de Philippeville, le Conseil de l’Architecture d’Urbanisme et de l’Environnement du Nord ainsi que les Espaces Naturels Régionaux. Leur volonté de travailler conjointement est partie de constats communs sur la connaissance, la préservation et la valorisation du patrimoine bâti sur leurs territoires. À ce titre, les partenaires mettent en place un programme d’actions visant à sensibiliser et à former les acteurs du patrimoine, mais également à développer et promouvoir l’identité du territoire transfron-

talier que forment l’arrondissement de Philippeville, la Botte du Hainaut pour le versant wallon et l’Avesnois pour le versant français. Depuis 2010 et jusque fin 2013, plusieurs opérations sont réalisées sur le territoire. Dans son volet connaissance, les partenaires du projet se penchent sur l’acquisition d’une connaissance commune. Ce travail de terrain a pour but de réaliser une étude diagnostic du patrimoine bâti sur le territoire de la Fagnede-Solre afin de sensibiliser les acteurs locaux dans la valorisation et la prise en compte de nos entités paysagères et patrimoniales dans les documents d’urbanisme. L’étude sera présentée au mois d’octobre et sera suivie d’une exposition itinérante que chaque citoyen pourra venir découvrir dans les différentes communes. Le projet vise également à sensibiliser les acteurs locaux à la valeur et à la restauration du bâti ancien. Outre la participation du projet

Prochains rendez-vous : 2012 5 octobre : journée de sensibilisation « Les clés de lecture dans la trame urbaine », Hestrud (F) inscription jusqu’au 29/09/2012 Du 17 au 26 octobre : dernière session du chantier de Leval-chaudeville, avec les ouvriers de Beaumont, Doische et Froidchapelle. 23 novembre : journée de sensibilisation « la préservation du bâti ancien à l’échelle communale et intercommunale : quels outils ? » Lieu à déterminer sur le territoire belge, inscription en octobre.

2013 Toute l’année : exposition itinérante dans chaque commune du territoire belge de l’étude diagnostic de la Fagne-de-Solre. De mars à octobre : deux chantiers de formation sur le territoire de la Botte du Hainaut et sur le territoire de l’arrondissement de Philippeville. De février à novembre : journées de sensibilisation ayant pour thème : • La réutilisation du bâti ancien avec changement d’usage • La prise en compte du bâti ancien dans les projets d’urbanisme • Le bâti ancien/architecture contemporaine

8

Octobre 2013 : FORUM RESTAURE sur le territoire belge JdP - Automne 2012


aux journées du patrimoine en Wallonie, des journées de sensibilisation sont également organisées de manière transfrontalière et permettent aux acteurs de se rendre sur le terrain afin de constater et de réfléchir ensemble à une meilleure préservation du patrimoine. Comme en témoigne la journée du 23 septembre 2011 qui avait pour thème « le bâti comme élément du paysage » ou encore celle du 8 juin dernier sur « l’importance du diagnostic dans un projet de restauration ». Les participants, qu’ils soient élus ou citoyens ont pu apprécier les interventions de professionnels et établir des échanges constructifs pour l’avenir de la prise en charge de notre patrimoine bâti. En parallèle, deux salons, intitulés Forum Restaure, sont organisés dans le cadre du projet à destination des particuliers ayant un projet de rénovation de leur habitat. Ces forums réunissent l’ensemble des acteurs du bâti ancien afin de permettre aux auteurs de projet de recueillir les informations nécessaires pour mener à bien un projet de qualité. Un Espace Conseil et plusieurs tables-rondes sont éga-

lement proposés avec des intervenants professionnels en matière de réhabilitation du bâti ancien. La préservation du patrimoine passe par la sensibilisation mais aussi par la restauration de ce patrimoine. Pour cela, des formations aux techniques de restauration et d’entretien du bâti ancien sont organisées de façon transfrontalière (Trans-formation), avec

des formateurs et stagiaires belges et français. Elles ont pour objectif de former nos agents techniques communaux à certaines pratiques et savoir-faire. Ces formations sont proposés aux communes et sont l’occasion pour elles de candidater des édifices et de permettre à nos villages de se doter de personnel compétent pour une meilleure préservation et valorisation de notre patrimoine bâti.

Entre 2010 et 2012, 5 chantiers de formations ont vu le jour et ont permis la restauration d’édifices issus du petit patrimoine populaire : • Octobre 2010 à Chimay : formation « maçonnerie au mortier de chaux » sur la restauration du mur de soutènement de la place des Ormeaux, • En Mai 2011 à Grandrieu : formation « badigeon à la chaux » lors de la restauration de la chapelle Notre-Dame de Bon Secours, • En mars, mai, septembre et octobre 2011 à Vogenée : formation « maçonnerie au mortier de chaux » et taille de pierre lors de la restauration du four à chaux de Vogenée • En mai et juin 2012 à Matagne-la-petite : formation « maçonnerie à la chaux » lors de la restauration du lavoir du village • En mars, mai, septembre et octobre 2012 à Leval-chaudeville : formation « taille de pierre » lors de la restauration du portail du cimetière du village. Ce projet est une belle opportunité pour notre territoire car les partenaires mettent en réseau les différents acteurs afin de mener ensemble leurs réflexions et leurs actions, pour l’avenir de notre patrimoine bâti afin que chaque citoyen puisse se l’approprier et ensemble créer une dynamique territoriale transfrontalière. Pour plus de renseignement :

www.trans-formationdupatrimoine.eu aurelie.sivery@muap.be

JdP - Automne 2012

9


Patrimoine

Le plantain,

Par Émilie Hennot, aquascope de Virelles

L’herbe aux cinq coutures

S

ur nos trottoirs, dans nos pâtures, au bord des chemins… le plantain pousse partout, pour notre plus grand bien ! Pour ses nombreuses vertus, il a été utilisé de multiples façons par nos anciens : en interne, il soulage les inflammations des voies respiratoires, des muqueuses de la bouche et du pharynx. En externe, frais ou sous forme de baume ou cataplasme, il soigne l’eczéma, soulage les piqûres et cicatrise les blessures. Madame Josée Simon, de Petigny, nous explique comment elle prépare un cataplasme de plantain pour soigner les ulcères de la peau : « Lavez, séchez et hachez les feuilles de plantain, puis mettez-en un demi centimètre entre deux compresses stériles. Appliquez sur l’ulcère et changez de compresse tous les deux jours ». Pour le même usage, Michel Choel, de Couvin, prépare plutôt une décoction de feuilles et y trempe la compresse.

Olga Canivet se souvient : « On mettait les feuilles telles quelles entre nos cuisses quand on faisait les foins pour diminuer les démangeaisons »

Plantain majeur (pousse surtout dans les endroits piétinés)

Maurice Camby : « On écrasait les feuilles et on les frottait sur les piqûres de guêpes, de taons et d’orties »

Mais le Plantain a plus d’un tour dans sa rosette ! En plus d’être médicinal, il est aussi comestible : les jeunes feuilles du plantain (surtout le majeur) aromatisent agréablement les salades. Ses feuilles plus âgées peuvent être cuites comme légume et ses grappes de fruits grillées à la poêle. Testez-le ! Il a un surprenant goût de… champignon ! Vous utilisez ou avez utilisé le plantain ? Vous lui connaissez d’autres noms populaires, des recettes, des légendes ou anecdotes à son sujet ? Faites-nous part de votre savoir pour enrichir la mémoire collective !

Plantain lancéolé 10

JdP - Automne 2012

Contact : Émilie Hennot, rue du Lac, 42 - 6461 Virelles +32 (0)60 / 21 49 28 - centreethnobotanique@aquascope.be


Agenda Observations

Bibliothèque du ciel

(gratuit)

Samedi 20 octobre - Dourbes - à partir de 19h Nuit de l’obscurité : 19h – promenade nocturne, 20h – observation du ciel nocturne. Jeudi 13 décembre - Dourbes - à partir de 18h30

Observation des étoiles filantes Géminides, ciel nocturne d’hiver, Jupiter... Infos : Roland Boninsegna, +32 (0)60 39 99 25 roland.boninsegna@skynet.be http://users.skynet.be/boninsegna/index.htm Adresse : Rue de Mariembourg, 45 - 5670 Dourbes.

La

Disponibles à la Maison du Parc. Possibilité d’envoi postal, contactez-nous !

Amphibiens et reptiles de Wallonie éd. Aves - Raîne.

Salamandres, tritons, crapauds, grenouilles, lézards et serpents. Au total, 21 espèces indigènes confrontées à une dégradation de leur situation.

5 €

nature autour des vieux vergers à l’automne (gratuit)

Infos : Thierry Dewitte - +32 (0)476 75 25 37 viroinvol@skynet.be Organisation : Les scouts de Petigny, la cellule vergers du PCDN de Viroinval et les CNB. Adresse : rue des Archers, 1 - 5660 Couvin Prévoir de bonnes chaussures

Expo : Art &

arbre

(gratuit)

Du 23 nov. au 16 déc. - Nismes - de 9h à 17h (lu. au di.) Venez découvrir les œuvres de Cédric du Bois des Corbeaux et d’Isabelle Boey. Vernissage le vendredi 23 novembre à 18h

Ouvrage d’initiation à la biologie des fourmis, tout spécialement en ce qui concerne leur caractéristique la plus fondamentale : la vie sociale.

Les vergers traditionnels et les alignements d’arbres têtards 35 € par Jean-Claude Coppée et Claudy Noiret.

Histoire, répartition, biodiversité, mesures de sauvegarde, intérêt ornithologique des prés-vergers, etc.

20 €

Exposition organisée par l’Office du Tourisme de Viroinval en partenariat avec le Centre culturel régional Action Sud.

Infos : Office du Tourisme de Viroinval +32 (0)60 31 16 35 - tourisme.viroinval@skynet.be

Guide CPN, CNB. Les mares disparaissent ! Apprenez ce qu’il faut savoir pour créer, entretenir et gérer une mare.

6 €/p

Atlas du Karst Wallon - Bassin du Viroin La Haute Meuse constitue un territoire de grand intérêt paysager, biologique, hydrologique... Découvrez l’inventaire cartographique et descriptif des sites karstiques et des eaux souterraines.

Adresse : Maison des Baillis Rue d’Avignon, 1 - 5670 Nismes

Gérer une mare

Les fourmis de nos régions éd. D.I.R.E. - Les cahiers du Viroin

Dimanche 11 novembre - Couvin - de 9h45 à 12h Promenade aux alentours du vieux Couvin : approche de l’intérêt biologique des anciens vergers et de leur histoire régionale. Observation des oiseaux, fruits sauvages, haies… et les aspects horticoles liés à la création et à l’entretien d’un verger.

25 €

Randonnées en boucle dans les Parcs naturels de Wallonie

15 €

Des plateaux ardennais aux grandes plaines qui bordent l’Escaut, la Wallonie est riche de ses différences. Découvrez-les à travers 18 destinations référencées dans ce topo-guide. JdP - Automne 2012

11


Un sciage mobile à Viroinval Une première dans la région ! Venez faire scier vos grumes feuillues ou résineuses.

Sur le parking du château communal de Nismes, les 20 et 21 octobre, de 10h à 17h. 65€/heure de sciage, pièces de max. 5 m de long et 70 cm de diamètre. Inscriptions dès à présent, réservez votre heure de passage. Infos et réservations au Parc naturel Viroin-Hermeton : cassimans@pnvh.be ou via le 060/39 17 90

20 et 21 Restauration sur place - Entrée libre Élagage, débardage, fagotage, scierie mobile, artisanat, sculptures... Expo de variétés de pommes, Mobipresse, taille d’arbres fruitiers... Producteurs artisanaux, associations diverses. Excursions champignons et lichens, marche nordique, jeu de piste... Contes et légendes, jeux en bois, animations pour enfants... Moutons, basse-cour d’élevage... Pavillon du Climat (AWAC), exposition d’aquarelles. Buvette, restauration...

Samedi 20 11h • Inauguration, verre de l’amitié 11h à 17h • Démonstrations d’instruments d’optique (jumelles, longues-vues...) au stand CNB (remise de 15%)

14h • Visite d’un verger H-T à Nismes (S-St-Roch, rue de la Station)

Présence d’une presse mobile !

Infos :

10h • Marche nordique (gratuit)** 10h • Visite d’un verger B-T à Olloy (église)

10h30 • Verger : taille de restauration à 14h à 17h • Circuit à la découverte du patrimoine Nismes. (croisement de la N99 et de Nismes, RV au stand d’accueil de la rue St Joseph, vers Olloy) 14h à 18h • Parcours de légendes contées (30’) 14h30 et 16h • Démonstrations de fagotage

15h • Marche nordique (gratuit)**

Venez presser vos pommes, min. 100kg.Vous repartez avec des bag-in-box de 5 l, conservables 2 ans ou 60 jours après ouverture. 6,50 € / bag pressé. Jusqu’à 80% de rendement. Inscriptions dès à présent, réservez votre heure de passage au Parc naturel Viroin-Hermeton : cassimans@pnvh.be ou via le 060/39 17 90

En continu

Dimanche 21 9h30 à 12h30 • Excursion à la découverte des champignons (3€/p. gratuit pour - de 12 ans), RV au stand d’accueil*

10h à 12h • Excursion « lichens » (3€/p. gratuit pour - de 12 ans), RV au stand d’accueil*

14h à 18h • Animations sur les sobriquets locaux

14h30 et 16h • Démonstrations de fagotage

Au Parc communal de Nismes, les 20 et 21 octobre, de 10h à 17h.

• Présence de nombreux artisans et leurs produits (fromages, vins de fruits, miel, produits de bouche...) et d’associations œuvrant en faveur de l’environnement • Mobipresse*, scierie mobile* • Démonstrations d’élagage en hauteur • Démonstrations de débardage au cheval de trait • Races de moutons, basse-cour d’élevage • Pavillon du Climat (AWAC) • Expos : variétés de pommes, aquarelles, œuvres en bois • Animations pour enfants, jeux en bois, jeu de piste dans l’arboretum du Mousty • Buvette, restauration (sanglier à la broche, pain-saucisse...)

Réservations/rens. : * Parc naturel,+32 (0)60 39 17 90, cassimans@pnvh.be ou au stand d’accueil

** +32 (0)497 54 90 24

Le journal du Parc naturel est une publication de la Commission de gestion du Parc naturel Viroin-Hermeton. Comité de rédaction : Parc naturel Viroin-Hermeton. Conception graphique et mise en page : Cédric Kinif. Dépôt légal D./2012/11.731/45 - ISSN : 1782-1460. Crédits photographiques : Laurent Colmant - Chouette Nature asbl [cover], Camille Cassimans - PNVH [p.2], PNR des Ardennes [p.3, 4, 5], Thomas Kraft [p.6 (n°1) - LCC], Mark Medcalf [p.6 (n°2) - LCC, p.7 (n°2) - LCC], Andrew2606 [p.7 (n°1) - LCC], Barbara Walsh [p.7 (n°3) - LCC], Interreg IV [p.8, 9], Virelles Nature [p.10 (n°1,3,4)], Anne Lambert - PNVH [p.10 (n°2,5)]. Le journal du Parc naturel est distribué dans toutes les boîtes aux lettres de la commune de Viroinval. Il est également disponible sur simple demande à la Maison du Parc et est téléchargeable sur www.pnvh.be Éditeurs responsables : J.-P. Colin, président et É. Baudoux, secrétaire, rue d’Avignon, 1 - 5670 Nismes.

12

JdP - Automne 2012

Membre de l’Union des Éditeurs de la Presse Périodique


Journal du Parc n°34