Page 1

Hiver 2010/2011 - Trimestriel

Le Journal du Parc naturel 7 2 ° N Sommaire Éditorial Ne serait-il pas temps de réagir avec force ? Nature au quotidien Un projet-pilote « massif » au Parc naturel Artisans de chez nous Hurricane en piqué ! Jardin de nature Comment se portent nos genévriers ? Agenda des manifestations

Maison du Parc naturel rue d'Avignon, 1 - 5670 Nismes Tél.: +32(0)60 39 17 90 - Télécopie : +32(0)60 39 17 93 www.pnvh.be - Contacts : secretariat@pnvh.be


L

e mois de janvier est habituellement la période des bonnes résolutions. Pourquoi ne pas adapter notre mode de vie pour consommer moins d'énergie : économiser l'énergie, c'est produire moins de CO2, le principal gaz à effet de serre. Isoler sa maison, utiliser l'éclairage et les appareils électroménagers avec parcimonie, utiliser un peu moins sa voiture… vous connaissez tous ces conseils. Pourquoi ne pas aussi cultiver un potager, planter des arbres fruitiers, fabriquer son jus de pommes… En plus du plaisir de consommer ses propres légumes et ses propres fruits, cela permet d'éviter des importations coûteuses et polluantes. Lors d'actions menées par le Parc naturel, nous pouvons découvrir ou redécouvrir la manière d'entretenir un verger, de conserver ses légumes, de valoriser les produits que la nature nous offre. Tous ces ateliers pratiques, ces conférences, ces expositions, ces fêtes… sont autant d'occasions de rencontrer d'autres personnes qui partagent les mêmes passions. Des échanges et du bonheur en perspective. C'est ce que je vous souhaite pour 2011.

Merci !

D

epuis le 31 décembre dernier, Baudouin Schellen, alors Directeur du Parc naturel Viroin-Hermeton, a quitté ses fonctions afin de se mettre encore plus au service de la population de Viroinval en tant qu'Échevin des travaux. Pendant un peu plus de deux ans, Baudouin a insufflé, sans compter ses heures, un nouvel élan de dynamisme et de motivation au sein de l'équipe en place, ainsi qu'une multitude d'idées nouvelles afin de mettre en œuvre concrètement le plan de gestion du Parc. Par ce petit clin d'œil, nous tenions ici à le remercier pour le travail fourni et son dévouement à toute épreuve. L’équipe du Parc

3


Nature au quotidien Un projet-pilote « massif » au Parc naturel !

C

omme vous le savez certainement, 2011 a été proclamée année internationale de la forêt par l'Assemblée Générale des Nations-Unies. À cette occasion, le Parc naturel travaille sur un nouveau projet subsidié par la Région wallonne : la mise en valeur touristique de notre massif forestier. par Arielle Guillaume Chargée de projet PNVH

Les forêts à l’honneur

T

out commence en 2008, lorsque la Région wallonne, souhaitant exploiter au mieux le potentiel touristique de nos sous-bois, commandite au Professeur Daniel Bodson (UCL) une étude stratégique* sur le développement touristique de nos forêts (disponible sur le site internet du Parc naturel). Dans son étude, Daniel Bodson identifie huit grands massifs forestiers en Wallonie. Ces derniers se situent en Ardenne, mais le Parc naturel n'est pas laissé en reste puisque sont reprises aussi les forêts du sud de l'Entre-Sambre-et-Meuse sous l'appellation «massif de la Thiérache».

Les 8 massifs forestiers identifiés par l'étude du Professeur Daniel Bodson

1: massif de la Thiérache, 2: massif du pays de Famenne, 3: les forêts des Tailles, 4: les Hautes Fagnes, 5: la forêt d'Anlier, 6: la forêt gaumaise, 7: la vallée de la Semois, 8: la grande forêt de Saint-Hubert. En gras, apparaissent les quatre massifs sélectionnés pour développer un projet-pilote à l'aide d'une subvention.

© Tous droits réservés au Conseil général au Tourisme

* « Etude stratégique relative à la valorisation touristique des massifs forestiers en Région wallonne.» Daniel Bodson.

4


Multiples partenaires

L

'année dernière, à l'issue de cette étude, la Région wallonne lance un appel à candidatures à toute structure qui souhaite développer un projet pour le massif dans lequel elle se trouve. Le Parc naturel pressent là une véritable opportunité pour notre région et se jette à l'eau, avec l'aide de l'Office du Tourisme de Viroinval. Les communes concernées par le projet pilote

Froidchapelle

Cerfontaine

Sivry-Rance Philippeville

Doische

Viroinval Chimay

Couvin

Momignies

Limites du massif forestier Communes concernées

Province du Hainaut Province de Namur

© Tous droits réservés au Service public de Wallonie

Grâce à la mobilisation de nombreux acteurs, comme la plupart des administrations communales, la Maison du Tourisme de la Botte du Hainaut pour les communes hennuyères et celle des Vallées des Eaux Vives pour les communes namuroises, la candidature aboutit. Notre Parc reçoit alors une subvention de 75 000 € pour le lancement du projet et notamment pour l'emploi d'une personne qui s'occupe de la mission à temps plein. Au total, quatre des huit massifs sont sélectionnés. L'automne 2010 voit le projet se concrétiser avec l'engagement de chargés de mission pour chacun des massifs lauréats.

Concrètement, le projet recouvre 85 000 hectares dont plus de la moitié se trouve sous couvert forestier et s'étend sur le territoire de Viroinval, mais aussi sur huit autres communes : Cerfontaine, Chimay, Couvin, Doische, Froidchapelle, Momignies, Philippeville et Sivry-Rance.

Un tourisme doux en point de mire terme, c'est un véritable réseau touristique autour du thème de la forêt qui sera mis en place. Dans notre région, ce réseau sera essentiellement basé sur un tourisme doux et respectueux de la nature. Ce seront surtout les promenades balisées que l'on mettra en exergue, de même que les itinéraires du réseau RAVeL et les sentiers de grande randonnée. D'autre part, des séjours déclinant le thème de la forêt seront organisés. Toutefois, au préalable, un travail approfondi d'analyse du territoire et de cartographie doit être réalisé pour bien connaître les points forts de la région, mais aussi les points plus sensibles auxquels il faudra être attentif, comme les écosystèmes protégés. Cette étape nécessite l'implication de différents acteurs, dont le Département de la Nature et des Forêts (DNF), qui est le gestionnaire des bois publics. Il s'agit d'un acteur important puisque 63 % des forêts du massif sont publiques. De plus, les agents du DNF sont les mieux placés pour savoir où sont les zones les plus intéressantes ou les plus fragiles.

À

5


Réseau RAVeL présent sur le territoire

RAVel Barrage du Ry de Rome L109/2 : Biesme-sous-Thuin/ Robechies L523 : Olloy/Oignies RAVeL 2 : L156 Mariembourg/Hastière Lac de la Plate Taille Lacs de l’Eau d’Heure Forêts

Pré-RAVel Liaison Mariembourg/RAVeL 2 Véloroute des Lacs RAVeL du Lac de l’Eau d’Heure RAVeL du Lac de la Plate Taille Liaison Ligne 111/ Lac de l’Eau d’Heure Limites du massif forestier © Tous droits réservés au Service public de Wallonie

Le massif de la Thiérache

C

omme l'illustre la carte ci-dessous, notre région possède de magnifiques forêts majoritairement feuillues (plus de 70 % des peuplements) qui présentent une grande biodiversité. De belles chênaies-charmées colorent le paysage de leur feuillage changeant au fil des saisons. De nombreuses réserves naturelles ponctuent également le territoire, surtout en Calestienne et faut-il le préciser, surtout à Viroinval. Les différents peuplements de nos forêts

Plans d’eau Limites du massif forestier Forêts de feuillus Forêts de conifères Type non spécifié Forêts et végétation arbustive en mutation

© Tous droits réservés au Service public de Wallonie

Nous l'avons dit plus haut, le territoire concerné ici s'étend sur neuf communes et pas moins de 85 000 hectares. Il s'agit donc bien d'un projet qui se conçoit à une échelle supérieure à celle de l'aire de compétence des communes ou même des Maisons du Tourisme et qui va fédérer un grand nombre d'acteurs. Parmi eux, citons les administrations communales, les Offices et Maisons du Tourisme, les Syndicats d'Initiative, mais aussi les guides touristiques, les propriétaires de gîte ou de chambres d'hôtes pour l'organisation d'un séjour à thème, les restaurateurs et d'autres privés encore.

6


Pourquoi pas vous ?

T

ous les utilisateurs de la forêt sont donc partenaires du projet. Il est en effet important que tous les rôles (économique, écologique, social) de celle-ci soient respectés et pris en compte. En outre, les touristes ne peuvent pas être envoyés sur les sentiers si la chasse y est ouverte. C'est également à ce titre qu'interviennent les adeptes de la chasse et le DNF. Les associations de conservation de la nature et le Groupement d'Action Local (GAL) de la Botte du Hainaut sont d'autres exemples d'interlocuteurs. Toute personne ou association intéressée à prendre part au projet est d'ailleurs invitée à se manifester auprès du Parc naturel. Des réunions d'information seront programmées dans un avenir proche et serviront à décider, avec les différents acteurs, de la direction que nous voulons donner au projet et ses modalités d'exécution.

Les forêts publiques et privées du massif forestier

Plans d’eau Limites du massif forestier Propriétés publiques Propriétés privées

© Tous droits réservés au Service public de Wallonie

En conclusion, grâce à ce nouveau projet, nous espérons développer un autre type de tourisme et, par la même occasion, faire briller notre région aux yeux de toute la Belgique, voire, pourquoi pas, des régions transfrontalières…

Envie de donner un coup de pouce aux projets ? Depuis peu et après une longue procédure de contrôle, le Parc naturel a été agréé par le Ministre des Finances afin de permettre la déduction fiscale de certaines libéralités.En clair cela veut dire que si vous faites un don de 40 € minimum durant l'année 2011, vous recevrez en mars 2012 une attestation fiscale à joindre à votre déclaration d'impôt. Cette « libéralité » que vous faites au profit d'une institution qui s'attache à la conservation de la nature ou à la protection de l'environnement comme le Parc naturel, est déductible fiscalement. Votre geste, qu'il soit de 40 € minimum ou plus, aura pour conséquence directe de nous permettre plus d'actions, plus de projets, plus de réalisations toutes en faveur de la nature, de la biodiversité mais aussi et surtout pour les générations futures. Divers projets peuvent bénéficier de vos dons : arboretum du Mousti, sentier aux abeilles solitaires, vignoble du baillis, vergers conservatoires implantés dans le Parc naturel, les diverses cellules du PCDN de Viroinval (Eau, Batraciens, Vergers, Bryophytes, Enfants, Sensibilisation, etc…), carrières de Viroinval, Guides pour sentiers balisés… La liste n'est pas exhaustive. En faisant un don, vous boostez le Parc naturel. N’attendez plus, agissez dès maintenant !

Compte unique : 732-0072047-27 ouvert au nom de la Commission de gestion du Parc naturel Viroin-Hermeton.

7


Artisans de chez nous par Camille Cassimans et Joël Dath, PNVH

Hurricane en piqué !

E

mile Mathy est un personnage connu à Oignies et dans tout le Parc naturel. Passionné d'aéromodélisme, il consacra bon nombre d'heures à construire des maquettes d'avions à l'aide de caisses à fruits en bois dans les années '70. Passant devant son atelier, les jeunes de Oignies, à l'époque âgés d'une douzaine d'années, étaient captivés par le travail réalisé par Emile. Guy Lapaille, actuellement secrétaire communal, faisait partie de ceux-ci et le virus de l'aéronautique le gagna petit à petit.

La passion de l'histoire et des technologies de pointe

M

algré sa passion communicative, Guy doit bien constater qu'il est difficile de motiver des jeunes à construire une maquette durant des heures. Mais la patience seule ne suffit pas : c'est un équipement de pointe qui doit être utilisé pour réaliser ces avions plus vrais que nature. Ainsi, pour faire voler tous les modèles recensés dans sa caverne d'Ali baba, Guy a du acquérir une quantité de matériel plus que conséquente. Cela va des moteurs thermiques à quatre temps, véritables bijoux de mécanique munis de pot d'échappement d'une efficacité redoutable, au poste de pilotage recélant des fonctions électroniques et informatiques très poussées, sans compter les moteurs électriques très performants ou encore les jeux de batteries aux polymères, dernier cri de l'évolution de l'aéromodélisme.

8


« Il y a maquette et... maquette ! » Si des maquettes «prêtes à voler» existent dans le commerce, certaines «semi-maquettes» nécessitent quand même une centaine d'heures d'assemblage méticuleux, soit 3 à 4 mois de délai entre l'achat et le premier envol. De quoi rebuter les jeunes vivant dans un monde de plus en plus voué au « zapping ». Mais Guy va encore plus loin. C'est l'histoire complète de l'avion depuis sa sortie d'usine qui l'intéresse, le nom du pilote, la raison de son atterrissage forcé... Bref, la vie de l'avion, de sa conception à son démantèlement. Ce fin travail de limier va permettre, après plus ou moins 1000 heures de travail réparties sur 3 à 5 ans, de faire naître une maquette d'un réalisme incroyable.

Objectif F16

Sur le métier...

L

ctuellement, Guy doit finir une maquette d'avion Hurricane qui était atterrit en urgence à Ciney et dont il connaît le pilote et les circonstances de l'atterrissage. Le projet suivant sera la maquette du Spitfire du Colonel Raymond Lallemand qui a combattu en Angleterre avant de devenir le premier Chef de Corps de la Base de Florennes lors de la création, en 1947, de la Force Aérienne Belge.

'évolution technologique, suivie de près par Guy, va nous mener vers des modèles à moteurs électriques de plus en plus performants. Outre une facilité de réglage accrue, ces moteurs, plus faciles à construire, seront moins bruyants lors des vols et causeront moins de vibrations dégradantes. Imaginez une turbine électrique pouvant tourner à plusieurs dizaines de milliers de tours minutes pour entraîner une maquette de F16…

A

Cet appareil, magnifiquement restauré, est exposé sur la Base de Florennes, dans le Mémorial Spitfire, un endroit à visiter par tous les amoureux de cet avion mythique ! http://www.museespitfire.be/

Envie d’en savoir plus ?

G

uy fait partager sa passion : un terrain agréé situé rue de Vaucelles à Mazée accueille les modélistes de la région et vous y êtes également les bienvenus. Vous pouvez le contacter pour venir découvrir les séances de vols, suivre un stage de pilotage en été ou encore participer aux futurs stages de construction en hiver, pour apprendre à créer des maquettes de vos propres mains !

Infos : Guy Lapaille rue du Château, 23 - 5670 Mazée Tél. : +32(0)60 39 08 38 ou 0476/55 83 25 guy.lapaille@skynet.be www.aamodels.be http://les-petites-ailes.skynetblogs.be/aeromodelisme/

9


Jardin de nature Comment se portent nos genévriers ?

«Dans la charte aux Normands de 1315, le genévrier fait partie du mort-bois, c’est-à-dire tout bois qui, par sa mauvaise qualité, n’est propre qu’au feu»

L

e genévrier commun (Juniperus communis) et l’If (Taxus baccata) sont les deux seuls conifères indigènes de nos régions. Le genévrier est présent dans la liste des plantes menacées de Wallonie et est donc intégralement protégé par la loi de la conservation de la nature. Cette essence à un grand intérêt biologique car de nombreuses espèces de mammifères, d’oiseaux et d’insectes lui sont associés. Malgré cela, le genévrier ne bénéficie pas d’un intérêt de premier ordre car il n’a pas un rôle économique majeur dans le milieu forestier.

par Julien Miseur Stagiaire PNVH

La confirmation de nos craintes

U

n recensement à été effectué au Centre géo-physique de Dourbes sur une superficie de plus ou moins 1,5 hectares. Nous y avons répertorié 151 genévriers. Sur l’ensemble de ces individus, 31% sont morts et 84% des plants vivants sont en mauvais état. La vitalité des plants est calculée en fonction du pourcentage de leurs branches mortes, de la couleur et de la densité de leur feuillage. Plusieurs facteurs sont à l’origine de cette situation, l’un des principaux étant la recolonisation de leur milieu par d’autres essences. Le genévrier étant une essence à croissance lente et demandant un ensoleillement important, il se retrouve vite sous l’ombrage de ces autres plantes.

Genévrier, gastronomie et péquet ! Dans le milieu gastronomique, la galbule (baie) est utilisée pour parfumer la choucroute, le gibier, les poissons, les pâtés et bien d’autres préparations. Autrefois elle était couramment utilisée pour la fumaison de jambons ce qui leur donnait un fumet particulier. Dans le nord de l’Europe, la baie est utilisée dans certaines liqueurs qui portent plusieurs noms selon des pays, par exemple le péquet pour la Belgique, le genièvre en France, le gin en Angleterre ou encore le schiedam en Hollande.

10


Un important déséquilibre démographique

U

n problème encore plus préoccupant risque de causer la disparition du genévrier à long terme. Sur les 151 plants répertoriés au Centre géo-physique de Dourbes, seuls 28 plants femelles ont été identifiés. De plus, un seul individu possédait à son pied de jeunes plants issus de régénérations naturelles. Ce manque de régénération s’explique par le mode de développement du genévrier. En effet, certaines conditions doivent être respectées afin qu’une baie - que l’on appelle galbule - débute sa germination. Ainsi, la baie germera uniquement sur un sol nu et ensoleillé, dépourvu de plantes colonisatrices. Ces conditions ne sont malheureusement que très rarement rencontrées.

Un très bon répulsif contre... les sorcières ! Le genévrier est un arbre possédant différentes significations, symboles qui varient selon les régions. Ainsi, dans certaines contrées d’Europe, pendant la période du Moyen-âge, une branche de genévrier accrochée à une porte protégeait des sorcières. On raconte que celles-ci ne pouvaient pas utiliser leur pouvoir avant d’avoir compté toutes les aiguilles du rameau, au risque d’être surprises par leurs futures victimes.

De plus, lorsqu’une jeune plantule se développe, elle risque fort d’être la proie de la grande faune environnante... Vu cette situation critique, le parc naturel à décidé de répertorier toutes les zones où l’on retrouve le genévrier dans le but d’avoir une vue globale sur l’état sanitaire de celui-ci et d’y effectuer des aménagements appropriés (dégagement, étrépage, débroussaillement et protection). Pour nous permettre de répertorier précisément tous les genévriers, nous faisons appel à votre aide. Toute donnée de localisation sur Viroinval et toute information sur l’histoire locale de cette essence (utilisations...) sont les bienvenues afin de compléter nos recensements. N’hésitez pas à prendre contact avec le Parc naturel.

Un tout grand merci d’avance !

11


Agenda des manifestations Nuit de la chouette 2011: en route vers Le Mesnil La Nuit de la chouette est organisée tous les deux ans par deux associations françaises - la Ligue de protection des oiseaux (LPO) et la Fédération des Parcs naturels régionaux de France – qui confient les animations à des groupements locaux. La Nuit de la chouette a pour objectif de faire connaître et sensibiliser le public aux mœurs des chouettes et hiboux, aux dangers qui les menacent et aux gestes simples au quotidien pour les sauvegarder et plus globalement la richesse de la nature à la nuit tombée. La 8e édition de 2009 avait attiré plus de 26 000 participants.

Nuit de la chouette Samedi 19 mars - Le Mesnil - une soirée Cette soirée débutera par la projection d’un documentaire suivi d’une balade nocturne au cours de la laquelle nous espérons entre la chouette hulotte, la chouette effraie et le hibou moyen duc. La soirée se terminera par un verre de l’amitié. N’oublions pas les vêtements adaptés à la météo et de bonnes chaussures de marche. R.V. à 19h sur la Place de l’église. Organisation : asbl Chouette Nature et le Parc naturel Viroin-Hermeton Contact : Parc naturel - +32(0)60 39 17 90

L’asbl Chouette Nature, en collaboration avec le Parc naturel Viroin-Hermeton, avait relayé l’évènement dans notre région : en 2007, à Nismes et en 2009, à Dourbes avec, au total pour ces deux évènements, plus de 180 participants. Nous avions pu entendre plusieurs chouettes hulottes, des chouettes chevêches ainsi que la chouette effraie en se baladant à la nuit tombée dans les villages, à l’orée des bois et à proximité de vieux vergers. L’édition du 19 mars 2011 est de nouveau itinérante : elle se tiendra cette fois à Le Mesnil. Bienvenue à toutes et tous ! par Laurent Colmant, Administrateur de l’asbl Chouette Nature

La Fondation Bryologique Philippe De Zuttere Cette fondation a été créée le samedi 23 octobre 2010 par la volonté de Philipe De Zuttere, bryologue bien connu et habitant Vierves-sur-Viroin. Le but principal de la fondation est d’offrir un prix de 500 euros à tout étudiant, stagiaire, naturaliste… belge ou européen qui réaliserait un travail de bryologie de terrain (pas de génétique ni de phytochimie) et qui réussirait le concours supervisé par des spécialistes. Dès à présent, le concours 2011-2012 est lancé, l’appel à candidats est ouvert et le règlement du concours, ainsi que des informations complémentaires, peuvent être obtenus à l’adresse suivante : nowellia@skynet.be. Parmi les réalisations et activités déjà prévues : la réalisation d’un film en haute définition, dès le printemps 2011, sur la bryoflore du Parc naturel et le travail de Ph. De Zuttere, l’édition d’un ouvrage sur les bryophytes du Parc naturel, la participation aux Quatrièmes Rencontres Bryologiques Internationales, etc. Plus d’infos sur www.nowellia.be.

12

Le journal du Parc naturel est une publication de la Commission de gestion du Parc naturel Viroin-Hermeton. Comité de rédaction : Parc naturel Viroin-Hermeton. Conception graphique et mise en page : Joël Dath. Dépôt légal D./2010/11.731/28 - ISSN : 1782-1460. Crédits photographiques : Anonyme (p.7 et p.9 (n°3 et 4)), Biron J.-V. (OTV - p.3 (min. 2 et 4)), Cassimans (PNVH - p.3 (min. 1), p.8 (n°2), p.9 (n°1) et p.12), Constant F. (p.2 (min. 6)), Coulonval B. (p.2), Dath J. (PNVH - p.4 (min.) et p.10 (min.)), Grandmont J.-P. (p.4), Hirardot B. (couverture), Hubaut D. (CMV - p.5 et 6), Lapaille G. (p.8 (n°1) et p.9 (n°3 et n°4)), Miseur J. (p.10 (n°1, 3 et 4) et p.11), Rignol Padovani J.-P. (p.3 (min. 5)) et Schellen B. (p.3 (min. 3)). Le journal du Parc naturel est distribué dans toutes les boîtes aux lettres de la commune de Viroinval. Il est également disponible sur simple demande à la Maison du Parc et est téléchargeable sur www.pnvh.be Éditeurs responsables : J.-P. Colin, président et É. Baudoux, secrétaire, rue d'Avignon, 1 - 5670 Nismes.

Membre de l'Union des Editeurs de la Presse Périodique

Journal du Parc n°27  

Le journal du Parc naturel Viroin-Hermeton est une publication trimestrielle. Bonne lecture à toutes et tous !