Page 1

Le Journal du Parc naturel 8 1 ° N Sommaire Éditorial Trésors de dynamisme Nature au quotidien Les gardiens de la rivière Jardin de nature Mandibules et porte-sabre Artisans de chez nous Nismes - Nicole Fermeuse

Automne 2008 - Trimestriel

Agenda des manifestations

à

er t s o ” p l e r n u U t a n c ! r e a r P u h u c d o r s b e é a d l i h e c “Or au centre d r e h c a t é d

Maison du Parc naturel rue d'Avignon, 1 - 5670 Nismes Tél.: +32(0)60 39 17 90 - Télécopie : +32(0)60 39 17 93 www.pnvh.be - Contacts : secretariat@pnvh.be


Éditorial

Trésors de dynamisme ! L

PARC NATUREL VIROIN-HERMETON, reconnu pour sa biodiversité exceptionnelle, est aussi un espace de vie dans lequel le bénévolat s'exprime encore abondamment au travers de nombreuses associations. Ce tissu social si spécifique lui donne toute sa dimension humaine. Les nombreuses activités sportives et culturelles qui se sont déroulées pendant les mois d'été reflètent bien cette convivialité qui caractérise les habitants du Parc naturel. Cette générosité est aussi présente au sein de la Commission de gestion du Parc et transparaît dans toutes les activités organisées à la Maison du Parc naturel. E

Un PCDN, c’est... Ÿ une démarche participative : tous les citoyens de la commune sont appelés à s'investir dans la protection de leur milieu de vie ; Ÿ une démarche active : c'est par la mise en commun de toutes les bonnes volontés que des actions concrètes voient le jour au profit d'un meilleur cadre de vie plus respectueux de l'environnement ; Ÿ une démarche de partenariat : échanger plutôt que s'opposer, dialoguer plutôt que critiquer, réunir l'ensemble des acteurs du territoire dans des projets fédérateurs bénéfiques à la biodiversité ; Ÿ une démarche imaginative : toutes les idées de projets respectant le cadre général du PCDN sont les bienvenues. En s'appuyant sur ce tissu associatif, la commune de Viroinval a initié en 1995 un Plan communal de développement de la nature (PCDN). Ce plan est avant tout une démarche participative qui a pour vocation de rapprocher l'homme de la nature au quotidien. La Région wallonne apporte son soutien financier aux projets proposés par les différents acteurs du PCDN à concurrence de cinq milles euros par an. À ce jour, le dévouement d'une cinquantaine de personnes permet de poursuivre les activités du PCDN. En fonction de leurs affinités, les participants se retrouvent dans différents groupes de travail pour élaborer des projets concrets de sensibilisation et de protection de notre environnement. Depuis un an, la coordination de ce PCDN a été confiée à l'équipe du Parc naturel sous la responsabilité de Joël Dath.

2


Cette année, le conseil communal de Viroinval a accepté les quatorze fichesprojets élaborées par les membres actifs du PCDN, avec l'aide de l'équipe technique du Parc naturel. Vous trouverez, sur le site du Parc naturel (www.pnvh.be) le détail de ces fiches-projets qui devraient être mises en œuvre dans le courant de l'année 2009. Chaque habitant de Viroinval peut à tout moment rejoindre une des cellules actives du PCDN ou proposer la création d'une cellule sur une thématique nouvelle.

Les 5 cellules thématiques du PCDN de Viroinval - Cellule Eau Gestion des cours d'eau du Parc naturel -

- Cellule Vergers Sauvegarde du patrimoine fruitier - Cellule Herpétologie Sensibilisation et protection des batraciens et reptiles - Cellule Bryophytes Approche éducative du monde des mousses, sphaignes et hépatiques - Cellule Éducation Éveil à l'écologie et à la biodiversité du territoire.

Que tous les intervenants de ce PCDN soient remerciés pour leur dévouement à la préservation des richesses naturelles et à l'amélioration de notre cadre de vie sur le territoire de Viroinval.

Nos orchidées en poster

U

NE DES MISSIONS DU PCDN ET DU PARC NATUREL est la sensibilisation du public à la richesse du patrimoine culturel, du patrimoine bâti et du patrimoine naturel de notre région. C'est dans ce cadre que le Parc naturel a le plaisir de vous faire découvrir au centre de ce journal, le premier poster d'une longue série à venir qui illustrera les richesses de notre territoire.

Tout naturellement, le premier poster vous présente huit orchidées sauvages protégées présentes sur nos pelouses calcicoles. Ces fleurs remarquables sont réellement l'emblème du Parc naturel. Ce poster au format 50x70 cm est disponible à la Maison des Baillis au prix de 2 €. D'autres posters en préparation vous présenteront les plus beaux paysages du Parc, les plus belles bâtisses de nos villages, les sites remarquables de la région ou encore la biodiversité de notre territoire. Une belle collection en perspective pour les amoureux de notre région.

Rendez-vous à la fête duParc naturel

L

E POSTER «Orchidées sauvages du Parc naturel» sera aussi mis en vente durant le quatrième festival du Parc naturel qui se tiendra à Nismes le 18 et 19 octobre 2008. L'équipe du Parc naturel sera à votre disposition pour presser gratuitement vos pommes (inscription obligatoire au 060 39 17 90, maximum 50 kg par famille). Les produits du verger, les produits de la ruche ainsi que les vins de fruits seront une nouvelle fois à l'honneur. Ne manquez pas ce moment convivial à la rencontre de votre Parc naturel. Durant tout le week-end, l'exposition ludique «L'énergie est entre nos mains » organisée à la Maison des Baillis par la maison de l'urbanisme sera ouverte au public. Une conseillère en énergie répondra aux questions des visiteurs.

3


Nature au quotidien Les gardiens de la rivière par Frédéric Hallet, coordinateur cellule «Eau» Pcdn de Viroinval

P

our la troisième année consécutive, en ce début des vacances d'été, la cellule «Eau» du Plan communal de développement de la nature de Viroinval a organisé, en collaboration avec la Plate-Forme Jeunesse de Viroinval, un stage de pêche destiné aux enfants de l'entité. Une belle occasion de sensibiliser ces jeunes à la conservation de la nature tout en leur faisant découvrir un aspect bien souvent méconnu de notre patrimoine : les richesses de nos cours d'eau.

Petit poisson deviendra grand

D

URANT QUATRE JOURNÉ ES BIEN REMPLIES et sous une météo clémente, nos apprentis pêcheurs ont pu apprendre et tester plusieurs techniques comme le lancer, le toc ou encore le coup sur des sites de pêche variés, en eaux calmes ou plus rapides, toujours dans le respect de la nature environnante.

Grâce aux prises effectuées par ces différentes techniques, ils ont pu découvrir, pour certains, et identifier, pour les autres, les différentes espèces de poissons que l'on peut rencontrer dans nos rivières et en étangs.

Nœuds en pagaille

N

OS JEUNES PÊ CHEURS ont montré un intérêt certain aux conseils dispensés par les accompagnateurs tout au long du stage. En effet, le dernier jour ils devaient faire leurs preuves lors d'un concours organisé par équipe de deux où chaque participant devait permettre à son équipe de se distinguer en se débrouillant seul pour pêcher le plus grand nombre de poissons. Nœuds en pagaille, mauvais ferrage, casse de bas de ligne… La journée a eu son lot de rebondissements. Au total, quarante-huit truites et une dizaine de gardons composaient le tableau de pêche. Tous les participants ont été récompensés par de beaux lots grâce à la générosité de quelques sponsors locaux.

4


© S. Claerebout

© E. Steinert

© S. Claerebout

© S. Claerebout

© Bernd Haynold

© S. Claerebout © S. Claerebout

Bibliographie : Bournérias M., Prat D. et al. (collectif de la Société Française d’Orchidophilie), 2005 - Les Orchidées de France, Belgique et Luxembourg, deuxième édition, Biotope, Mèze, Collection Parthénope, 504 pages.


© S. Claerebout

© C. Cassimans

© S. Claerebout

© S. Claerebout

© S. Claerebout

© S. Claerebout

© S. Claerebout

© S. Claerebout

Bibliographie : Bournérias M., Prat D. et al. (collectif de la Société Française d’Orchidophilie), 2005 - Les Orchidées de France, Belgique et Luxembourg, deuxième édition, Biotope, Mèze, Collection Parthénope, 504 pages.


Jardin de nature F

in août dans les potagers du Parc naturel, les récoltes vont bon train. En cueillant vos haricots verts vous remarquez des feuilles largement dévorées. Vous reculez car votre main a failli être piquée par ce qui vous semble être un dard gigantesque. Rassurez-vous, l'insecte vert de grande taille et aux pattes échassières imposantes qui apparaît au regard est la grande sauterelle verte, parfaitement inoffensive.

par Camille Cassimans chargé de communication PNVH

Mandibules et porte-sabre L

A TEINTE GÉ NÉ RALE DE CETTE SAUTERELLE est verte avec une bande dorsale brune. Parfois, on rencontre un spécimen aux pattes plus jaunes. On remarque aussi deux longues antennes qui peuvent atteindre une fois et demie la longueur du corps. Les pattes arrières permettent à la sauterelle de sauter d'une plante à l'autre et de s'élancer pour prendre son envol. Mais malgré ses quatre ailes très longues, son vol est lourd. Le plus impressionnant est cet espèce de L'adulte apparaît vers la mi-juillet, d'où l'appellation «coq d'aousse». sabre pointu à l'arrière du corps de la femelle. On pourrait croire qu'il sert à piquer mortellement. Non, ce n'est qu'un oviscape ou ovipositeur, une sorte de tarière qui permet à la femelle de pondre ses œufs brun sombre dans le sol. Le développement de ceux-ci s'étale sur un an et demi voire parfois jusqu'à cinq ans, en passant par plusieurs phases. L'œuf éclôt et donne naissance à une larve qui ressemble assez fort à l'adulte mais sans ailes. Cette larve grossit, grandit et mue plusieurs fois de suite. Au coeur de l’été, c'est au moment de la dernière mue, lors du dernier passage de l'état larvaire à l'état adulte, que les ailes sont complètement formées. Les jeunes sauterelles, bien que ressemblant comme deux gouttes d’eau aux adultes, n’ont pas encore d’ailes. Grâce à sa tarière, la femelle de sauterelle creuse un trou dans lequel seront déposés les œufs brun foncé.

Insatiable dévoreuse

L

E RÉ GIME ALIMENTAIRE DE NOTRE JEUNE PORTE-SABRE est constitué essentiellement d'insectes adultes, dont des mouches mais également des chenilles et des larves de doryphores, tandis que la matière végétale suffit à l'adulte. Malgré les dégâts apparents causés par l'adulte sur vos légumes, il faut plutôt considérer la sauterelle comme un allié du potager, même si ses mandibules ressemblent à un véritable broyeur.

Un insecte familier dans le Parc

O

N PEUT RETROUVER NOTRE SAUTERELLE SUR LES ARBRES,

les arbustes, au sommet de hautes herbes. Effectivement, beaucoup de milieux lui conviennent dans le Parc naturel. On parle d'une espèce euryèce, c'est-à-dire à large amplitude écologique. Elle est commune dans toute l'Europe, de la Norvège à la Méditerranée mais pas en haute altitude. Jadis souvent capturée ou détruite à cause de la crainte qu'elle inspirait, la sauterelle verte est une des innombrables facettes du Parc. Pour s'en rendre compte il suffit de tendre l'oreille le soir venu…

9


Artisans de chez nous

Terres et oxydes, Alchimie de la céramique par Camille Cassimans chargé de communication PNVH

O

Nicole Fermeuse

RIGINAIRE DE LA RÉ GION DE CHARLEROI, Nicole Fermeuse orne son jardin nismois de poteries et céramiques. Elle débuta son apprentissage en 1995 dans l'atelier de Madame Jamart à Forges. C'est dans la grange qui servait de lieu d'enseignement qu'elle fit ses premiers pas dans cet art ancestral. Actuellement elle poursuit son perfectionnement à l'académie des Beaux-Arts de Charleroi car on ne devient pas céramiste en un jour. Il faut apprendre à concevoir une œuvre, appréhender les diverses difficultés qui se présenteront lors des différentes phases de mise en forme et aussi profiter des erreurs commises afin de s'améliorer encore.

« La première fois qu’une pièce se brise, on pleure. Les fois suivantes, on essaie de comprendre pourquoi»

P

OUR NICOLE, la céramique est un hobby qui a un coût car si le minerval de 150 € donne

accès aux matériels, aux fours, aux colorants et aux cours, l'élève doit se procurer une terre de son choix à un prix voisin de 5 € pour 10 kilos. Nicole a une préférence pour l'argilière de Saint-Aubin, exploitée par Roland Hins et son équipe de quatre personnes. Bien sûr, il y a terre et terre car une variation subtile dans la composition ou la finesse de la texture produira des résultats différents. La présence de granulés de terre cuite broyée, la chamotte, provoquera dans l’argile à travailler une certaine rugosité. Nicole apprécie cette terre qui n’a qu’un faible retrait au séchage et à la cuisson. On peut aussi employer de la terre rouge dite «à brique» qui donnera une céramique très ressemblante à la texture des pots de fleurs.

Petits boudins

N

ICOLE RÉ ALISE BEAUCOUP D'Œ UVRES par la technique des colombins, sorte de petits boudins de terre crue roulés à la main. Ces longs rouleaux sont collés les uns sur les autres à l'aide d'une barbotine faite de terre diluée dans l'eau. Les étages s'empilent et l'œuvre prend forme. Si le temps vient à manquer, il suffit d'un linge humide posé sur le travail et d'un sac plastique qui renferme le tout pour éviter un séchage prématuré. Vient alors la phase de séchage naturel ou accélérée par un sèche-cheveux , suivie d'une première cuisson à 980°C et d'une deuxième à 1200°C. L'ensemble dure plusieurs jours et le four au gaz nécessite une programmation spécifique.

10


Variations colorées L

formulés avec précision. Oxydes de cobalt, de fer, de cuivre, de nickel, de manganèse sont ajoutés à une base blanche formée de silice, kaolin et baryum. On peut aussi réaliser un jus d'oxyde en le mélangeant à parts égales avec de l'eau. Pour les émaux, brillants ou mats, il est nécessaire d'utiliser des qualités alimentaires puisqu'ils seront en contact avec les aliments. La température de cuisson fait varier aussi la coloration finale, une terre crue pouvant devenir brune ou noire après cuisson. ES COLORATIONS SONT RÉ ALISÉ ES PAR DE SAVANTS MÉ LANGES

Tourne le tour L

A DERNIÈ RE ACQUISITION : un tour électrique qui permet de produire des tasses, bols, vases… Là aussi le temps doit agir et l'expérience s'acquiert au fur et à mesure.

Souvenirs de plages N

apprécie les souvenirs que lui ramènent ses amies, surtout s'il s'agit de sables en provenance de l'étranger. Ils seront destinés à garnir les extérieurs des œuvres et finiront figés dans l'émail. ICOLE

Nicole expose Terre de lumière, Terre d’aujourd’hui du 24 octobre au 23 novembre 2008 Centre culturel régional Action-Sud Promenade au sud du 15 mai au 14 juin 2009 Centre culturel régional Action-Sud Infos : Nicole Fermeuse, rue des Mûriers, 8 à 5670 Nismes Michel.lemaitre@happymany.net

11


Agenda des manifestations

Les oiseaux d’Écosse et de Finlande Vendredi 7 novembre (1 soirée) Jean-Michel Charlier présente ses photos d’oiseaux prises tout au long de deux périples, l’un en Écosse en avril 2006, l’autre en Finlande. Dépaysement garanti. R-V. à 20h à la ferme de la Maladrerie (ou ferme du Petit Julien), rue St-Roch à Nismes. Organisation : CNB Viroinvol Infos : Thierry Dewitte (+32 (0)476 75 25 37) viroinvol@skynet.be

Excursion nature autour de Petigny Dimanche 9 novembre (1/2 journée) Dans le cadre des festivités autour de la pomme et du verger pendant tout ce week-end, excursion à la recherche des oiseaux sédentaires et migrateurs attirés par les baies des haies et les pommes non récoltées sur les vieux arbres fruitiers. Approche générale de l’intérêt du biotope verger. R-V. à 9h45, Place de Petigny, aux abords de l’Église. En collaboration avec les scouts de Petigny. Organisation : CNB Viroinvol - Infos : Thierry Dewitte (+32 (0)476 75 25 37) - viroinvol@skynet.be

Le journal du Parc naturel est une publication de la Commission de gestion du Parc naturel Viroin-Hermeton. Comité de rédaction : Parc naturel Viroin-Hermeton. Conception graphique et mise en page : Joël Dath. Dépôt légal D./2008/11.731/5 - ISSN : 1782-1460. Crédits photographiques : Anonyme (p.2 (bord. 1) et p.9 (n°3 et 4)), Antoine D. (PNVH - p.3 (bord. 5)), Bertrand A. (p.2 (n°1)), Biron J.-V. (OTV - p.3 (bord. 2)), Boisnard C. (PCDN - p.2 (n°2)), Cassimans C. (PNVH - couv., p.9 (n°1 et 2), p.10 et p.11), Claerebout S. (p.3), Dupond B. (p.3 (bord. 4)), Hallet F. (PCDN - p.4), Hubaut D. (CMV - p.2 (bord. 2, 3, 5 et 6) et p.3 (bord. 1, 3 et 6)), Scohy A. (p.2 (bord. 4)). Le journal du Parc naturel est distribué dans toutes les boîtes aux lettres de la commune de Viroinval. Il est également disponible sur simple demande à la Maison du Parc et est téléchargeable sur www.pnvh.be Éditeurs responsables : B. Schellen, président et É. Baudoux, secrétaire, rue d'Avignon, 1 - 5670 Nismes Réalisé avec le soutien financier du ministère de la Région wallonne.

12

Journal du Parc n°18