Issuu on Google+

PORTFOLIO / ARCHITECTURE JOANNIE QUIRION


PROJETS


01 // INTERSTICE - LOGEMENTS COLLECTIFS

4

02 // S'APPROPRIER LES BERGES - GRIFFINTOWN

8

03 // ARTICULER L'OPACITÉ

12

04 // BIBLIOTHÈQUE MARC-FAVREAU

16

05 // MAISON DU COLLLECTIONNEUR

20

06 // ARTÉFACT

23

07 // HABITER LE GÉNÉRIQUE

24

08 // PHOTOGRAPHIE EN AMÉNAGEMENT

26


01 // INTERSTICE

LOGEMENTS COLLECTIFS Développement de logements collectifs dans le quartier Rosemont Atelier d'architecture avancé (maîtrise - automne 2012) Réalisé avec en équipe de deux personnes sur 13 semaines Tuteur : GILLES PRUD'HOMME

En plein cœur d’un lieu marqué par la superposition des traces du passé, créant des interstices, des lieux particuliers et atypiques, le projet s’implante au milieu du parcours piétonnier entre le métro et le boulevard Saint-Laurent. La forme longitudinale de l’ilot agit comme lien entre un secteur industriel en friche, et le secteur résidentiel à basse densité du quartier Rosemont. La figure initiale provient du travail du sol en deux bandes (végétale et minérale): une allant de la rue Bellechasse au dessus du viaduc en dégageant le sol, et l’autre allant de la rue Bellechasse au dessous du viaduc. Celles-ci agissent comme lien entre des lieux à caractères totalement différents, et créent un axe de circulation traversant l’îlot à la jonction entre celles-ci. Cette jonction entre les deux bandes devient le cœur du projet : équipement sportif et espace public y prenne place, et deviennent le lien entre deux typologies, mais également un lieu appropriable à l’échelle du quartier.


VIADUC VAN-HORNE

RUE BELLECHASSE

AVENUE DE GASPÉ

1

AVENUE CASGRAIN

RÉFLEXION - VIADUC

ESPACE COLLECTIF

LOGEMENT TRAVERSANT ÉCRAN VÉGÉTAL TOIT VÉGÉTALISÉ

MIXITÉ DE LOGEMENTS

MIXITÉ PROGRAMATIQUE

TOIT VÉGÉTALISÉ PROXIMITÉ DU TRANSPORT EN COMMUN

Chacune de ces bandes organise un système d’habitation suivant leur forme et leur direction, pour obtenir deux typologies distinctes. Le premier système en est un à haute densité suivant la bande montant vers le viaduc (et dégageant le sol vers le viaduc pour également accueillir l’équipement), tandis que le deuxième suit la bande partant du sol, pour devenir le système à basse densité. Malgré leurs formes différentes, l’organisation générale découle des mêmes principes, basés sur l’idée traditionnelle de la ruelle typique montréalaise. Les problématiques sociales et environnementales actuelles ont également été abordées, Intégrant les principes écologiques allant de la mixité programmatique aux parois et toitures végétalisées, et ainsi venir agrémenter la vie d’un quartier en plein développement.


ESPACES COLLECTIFS REVÊTEMENT : BOIS

BANDE VÉGÉTALE

COUPE TRANSVERSALE

ESPACES COLLECTIFS PLIAGE

CONNECTION - VIADUC PARC LINÉAIRE

REVÊTEMENT : BOIS BOUCLIER REVÊTEMENT : VERRE + ACIER BASSE DENSITÉ ATELIER D’ARTISTE + COMMERCES REVÊTEMENT : BOIS

HAUTE DENSITÉ

CENTRE SPORTIF COMMERCIAL LOFTS/BUREAUX LOGEMENTS


02 // S'APPROPRIER

LES BERGES Travail à partir du paysage dans le quartier Griffintown Dans le cadre de l'atelier "Architecture, ville et arts médiatiques explorations sur un site transitoire à Griffintown" (hiver 2012) Réalisé avec en équipe de 2 personnes sur 12 semaines Tuteurs : IRENA LATEK / FANNY DUGUAY-LEFEBRE

Dans un lieu à caractère industriel, ce projet d'élaboration d'un espace public vient s'inscrire entre les artéfacts et infrastrucres constituant le paysage urbain. Situé sur le Bassin Peel, à un point de rupture de l'actuel Canal Lachine quant à son appropriation, les plages urbaines proposés s'intègrent dans ces strates de paysage au moyen d'un bâtiment topographique, permettant ainsi une appropriation des berges et l'utilisation de l'eau comme matière en constant mouvement et évolutive dans sa forme, au rythme des saisons. Le projet offre également d'unir les deux côtés des berges par deux parcours piétons s'accrochant aux infrastructures existantes, et faisant découvrir par la même occasion le site et ses artéfacts. Il vient également apporter une nouvelle vie au quartier Pointe-Saint-Charles. Le projet comprend une démarche paysagère développé avec l'analyse vidéo, incluant donc une dimension temporelle dans l'élaboration du concept et sa représentation.


PLAN_NIVEAU DE LA RUE MILL

PLAN_NIVEAU DES BERGES

sont


SCÉNARISATION - PARTIE JOUR

SCÉNARISATION - PARTIE NUIT


03// ARTICULER

L'OPACITÉ

Façade opaque articulée sous différentes matérialités Dans le cadre de l'atelier ARC 3015 (automne 2011) Réalisé avec en équipe de deux sur 12 semaines Tuteur : HAL INGBERG

Situé sur la rue Saint-Laurent, à l’angle de la rue Mont-Royal, le projet propose d’articuler une façade opaque au moyen de diverses matérialités. Venant s’intégrant aux façades commerciales de la rue, chacune des propositions travaille la matérialité en fonction de cette différence d’échelle entre l’échelle humaine (socle) et l’échelle de la rue. Étant donné l'opacité de cette façade opaque et la mitoyenneté avec les bâtiments avoisinants, une étude de la lumière a été réalisée afin d'optimiser l'apport en d'éclairage naturel. C'est pourquoi une volumétrie sculptée par des angles précis est développée, afin d'amener une plus grande luminosité dans le volume principal désservant l'atelier d'architecture, le loft et l'atelier d'artiste, et une plus indirecte pour la galerie d'art, située dans le second volume. Cette forme permet d’orienter les vues, et donc d’intérioriser les espaces vers l’intérieur du site, où est située la cour intérieure constituant le coeur du projet.


PLAN REZ-DE -CHAUSSÉ

PLAN NIVEAU 1

COUPE PERSPECTIVE

COUPE LONGITUDINALE - GALERIE ET COUR INTÉRIEURE


ELEVATION DE MÉTAL_COMBINAISON AVEC BÉTON COULÉ

ELEVATION EN PIERRE

ELE


EVATION EN BÉTON PRÉFABRIQUÉ

ELEVATION DE VERRE OPAQUE

ELEVATION DE BRIQUES

COUPE PERSPECTIVE


4 // BIBLIOTHÈQUE

MARC-FAVREAU

Le développement du projet s'est réalisé à partir d'une étude de la diversité et la densité du mouvement et de la circulation entourant le site. Situé sur le boulevard Rosemont, le site de la bibliothèque s'ouvre aux bruits et aux mouvements dans ce nouveau secteur en développement. L'implantation d'un mur autoporteur est donc réalisée pour pallier à cette seule percée vers le coeur de l'ilôt. De par son caractère de lieu public et de rencontres, le projet traite ce mur avec un caractère

Travail à partir de la matérialité du bois poreux, afin de faire pénétrer ce mouvement à l'intérieur même de la bibliothèque, en fonction de la privauté des espaces : des parcelles du mur suivant une trame rigide effectuent donc des Dans le cadre de l'atelier ARC 2012 (hiver 2011) Réalisé avec en équipe de deux personnes sur 10 semaines translations vers les espaces intérieurs et extérieurs de la bibliothèque, et viennent donc créer, en s'agençant à la trame structurale régulière, des parcours, du mobilier, de même que des éléments Tuteur : CARLO CARBONE structurants Une ambiguité entre les espaces intérieurs et extérieurs est également de ce fait fortement présente dans le projet par la relation particulière entre les différentes trames.


PLAN - REZ-DE-CHAUSSÉ

PLAN - NIVEAU SUPÉRIEUR

COUPE LONGITUDINALE


AXONOMÉTRIE ÉCLATÉE - COMPOSANTES DU PROJET

ÉLÉVATION - ROSEMONT

COUPE DE MUR - ENVELOPPE BOIS


5// MAISON DE VILLE:

COLLECTIONNEUR

D'ARCHITECTURE

COLLECTIONNEUR D'ARCHITECTURE JAPONAISE Dans le cadre de l'atelier ARC 2011 (automne 2010) Réalisé sur 3 semaines individuellement Tuteur : CECILE BAIRD


COUPE LONGITUDINALE

PLAN REZ-DE-CHAUSSÉE

ÉLÉVATION - FAÇADE PRINCIPALE

La maison de ville du collectionneur d'architecture, située rue Baile, face au Centre Canadien d'architecture, combine l'usage domestique avec l'exposition et le travail de la collection sous le thème de l'architecture japonaise. La thématique générale de la collection aura servi d'inspiration dans la conception de l'organisation spatiale. En effet, la trame de tatamis japonais a servi à la disposition des espaces Elle se retrouve également dans les lignes directrices de la façade avant, conjointement réalisée avec une volonté de reprendre les proportions des façades avoisinantes. La maison comprend trois volumes principaux. Le plus important est d’usage domestique, et est placé du côté de la rue. Un second volume servant à la documentation et au travail du collectionneur et placé du côté ruelle, de façon à faire pénétrer stratégiquement la lumière dans la cour intérieur formé à l’nterstice entre les deux volumes.. Un couloir de circulation, allant dans le même axe que la circulation verticale du volume de la maison, permet de faire le lien directement entre les deux usages, de même qu’à exposer la collection. Deux parcours sont donc suggérés dès l’entrée. PLAN NIVEAU 1


DIVISER

DÉFAIRE

COUPER

DÉCHIRER

ÉTIRER

ASSEMBLER

COLLER SUPERPOSER

6// ARTÉFACT

MATÉRIALITÉ : BOIS Travail du bois avec la verb list de Richard Serra Dans le cadre de l'atelier ARC 2012 (hiver 2011) Réalisé sur 3 semaines Tuteur : CARLO CARBONE

Les verbes d'action sélectionnés dans la verb list de Richard Serra permet un travail du bois dans toutes ses propriétés irrégulières (croissance, fibres). L'agencement des pièces de bois transformées montrent bien les caractéristiques du bois à l'état brut par la formation d'espaces et de passages .


3E NIVEAU

2E NIVEAU

REZ-DE-CHAUSSÉE

1ER NIVEAU

ENSEMBLE DES UNITÉS : EFFET DE PIXELISATION

COUPES GÉNÉRALES DU LOTISSEMENT D'HABITATIONS

7// HABITER LE

GÉNÉRIQUE Densification des espaces Dans le cadre de l'atelier ARC 1012 Réalisé sur 6 semaines Tuteur : DONALD POTVIN

La mise en place de la forme s'effectue par l'agencement de deux modules de base. La disposition générale de ceux-ci permet une circulation contitnue au rez-de-chaussée, des espaces verts, et propose une hiérarchie des espaces privés au sein même d'un territoire fortement densifié. Également, l'entrée de lumière naturelle se trouve optimisée. Un effet de pixellisation est créé par la disposition des modules : l'agencement des unités d'habitation permet donc une lecture différente et cohérante à plus grande échelle.


PLAN PREMIER NIVEAU : ESPACES JOURS

PLAN DERNIER NIVEAU : ESPACES NUITS

COUPE LONGITUDINALE

COUPE TRANSVERSALE

Le développement d'une unité d'habitation permet de transmettre les caractéristiques générale du projet à plus petite échelle, et donc de développer les espaces de vie en fonction de cette forte densification. L'organisation générale s'effectue autour d'un volume de circulation verticale, qui vient joindre les espaces entre eux à la suite de la rupture des module effectuée pour permettre les demi-niveaux.

UNITÉ DU LOT DÉVELOPPÉE

Le rez-de-chaussée et le premier niveau désservent les espaces de jour, et les deux niveaux suivant ceux de nuit. Deux terrasses sont aménagées au niveau du sol et du toît, proposant des usages en fonction du degré de privauté que ces espaces procurent.


8// PHOTOGRAPHIE EN

AMÉNAGEMENT Relevé photographique du monastère Saint-Albert-Le-Grand Dans le cadre du cours AME2340 - Photographie en Aménagement Chargé de cours : Alain Laforest



Portfolio Architecture _ 2013