Page 1

Chers amis,

Ce texte a pour but de vous présenter le projet de l'association " Axis Mundi " dont l'objectif concerne l'obtention d'ateliers au sein du 104 à Paris. Il s'agit de vous proposer de partager une réflexion aussi bien au niveau artistique, philosophique et également politique en lien avec l'ambition de cette démarche et ainsi de solliciter votre soutien et votre participation. Etant à l'origine de cette initiative, je souhaite m'exprimer à titre personnel pour vous expliquer les raisons qui motivent mon engagement et par quel moyen je pense cette ambition pourrait se concrétiser. Je m'intéresse particulièrement à la situation de cet établissement parce que je partage l'idée que la culture peut être un moyen pertinent d'apporter des progrès pour notre société. La pratique de l'art est notamment synonyme de recherche, d'une volonté de plus de compréhension, de liberté et d'épanouissement. Face à la situation du monde contemporain la culture représente essentiellement un investissement pour davantage d'intelligence et peut être également de solidarité. La question centrale pourrait se résumer à celle d'un projet de société ou de la conception d'un idéal. C'est la définition et éventuellement la réalisation de cet idéal que j'aimerais pouvoir partager et construire avec votre aide. Pour aborder ce sujet plus concrètement, il s'agit premièrement d'expliquer la situation actuelle de l'établissement le 104 au regard de l'ambition culturelle et sociale de la ville de paris, de rappeler que cette volonté de soutenir la création artistique représente une démarche tout à fait souhaitable mais toutefois que le 104 ne permet pas de façon satisfaisante d'atteindre cet objectif. Partant de ce constat il sera possible de proposer un fonctionnement pour différents ateliers de l'établissement souhaitant permettre de mieux répondre à cette ambition. Pour soutenir la création artistique et l'innovation le 104 se voulait d'être un lieu de travail, de fabrication d'oeuvres, de réalisation de nouveaux projets, pour ce faire il a été choisi par la ville de mettre en oeuvre le principe de résidences artistique, à savoir d'accueillir de façon un peu aléatoire différents artistes en résidence d'après les espaces prévus pour cela. Ce principe ne fonctionne pas, les artistes sélectionnés le sont d'après des critères totalement subjectifs, la plupart du temps leur travail n'est pas suivi par l'établissement, leur réalisation n'aboutissent pas à des présentations de travaux pour des expositions au sein du 104, et à vrai dire pour avoir visité en semaine la fréquentation des ateliers en questions la plupart des artistes en résidences ne sont même pas présents. Au final une grande partie des ateliers du 104 d'une superficie moyenne de env 200 m² sont soit totalement vides, ou seulement occupés par une ou 2 personnes qui passent occasionnellement ou stockent leur matériel. on peut en déduire d'un réel gâchis au regard de la demande d'espaces de la part de nombreux plasticiens pour développer leurs projets.


Ce même constat peut également s'appliquer aux ateliers de la halle Aubervilliers sensés accueillir des activités d'ordres associatives ou encore des présentation de travaux et ne sont occupés que env 30 % du temps, voire même quelques heures par semaine pour des réunions et demeurent vides le reste de la semaine. Les espaces d'expositions situés également dans la partie appelée les écuries par exemple ne sont utilisés que lors de quelques manifestations pour une période de 3 à 4 jours à raison d'un événement par mois, ou parfois même à des périodes plus espacées. On peut raisonnablement considérer que à titre d'exemple ces espaces prévus pour accueillir des expositions sont occupés environ 10 % du temps. D'une façon générale, sans trop rentrer dans les détails techniques, mais permettre d'avoir une vision d'ensemble de l'activité de cet établissement destiné à soutenir la création artistique à Paris, mon approche personnelle m'amène à la conclusion objective suivante : - Les ateliers destinés à accueillir des artistes en résidence sont inoccupés à environ 80 % - Les espaces destinés à accueillir des activités associatives ou présentation de travaux sont vides également à environ 80 % - Et de même au sujet des espaces d'exposition situés dans les écuries de la nef curial qui accueillent des manifestations à raison de quelques journées par mois et sont donc vides à peu près au même niveau que les autres espaces.

Globalement et de façon la plus objective possible alors que de nombreux artistes souhaiteraient profiter d'espaces pour travailler, et que la Mairie prétend soutenir la création artistique, cet établissement qui coûte un réel budget à la collectivité est vide en grande partie et ne fonctionne pour ainsi dire qu'à 20 ou 30 % de la capacité d'accueil que pourraient permettre les différents ateliers. Un établissement tel que le 104 représente un projet ambitieux de la part de la Mairie de Paris, aussi bien en terme d'engagement pour le secteur culturel que au regard de la superficie de cette structure ( 40 000 m² ). Depuis l'inauguration en 2009, 2 directions artistiques se sont succédés après un premier échec de la première direction de Frédéric Canterella et Robert Fisbach dont la vision artistique se portait davantage sur le spectacle vivant et n'ont pas été capables d'après les budgets attribués de rendre ce lieu suffisamment attractif. Cela fait bientôt 2 ans maintenant que le nouveau directeur M José Manuel Goncalvès a repris la direction artistique de cet établissement et y développe une production parfois assez originale, invitant notamment certains artistes contemporains assez connus et produit également de nombreux spectacles de théâtre via différentes collaborations, ainsi que des installations ou se mêlent l'art contemporain et le divertissement qui semblent amuser un certain public. Son bilan d'activité n'est donc pas totalement négatif puisque à l'instar de la direction précédente, il semble capable de proposer différentes prestations permettant à la Mairie de défendre contre toute raison une réussite incontestable du projet que représente le 104.


Des chiffres totalement farfelus pour estimer la fréquentation de cet établissement parlent de plusieurs milliers de personnes qui viendraient assister à des évènements. On peut effectivement considérer que pour certains concerts ou festivals le week-end le 104 est certes capable d'attirer un public assez nombreux, toutefois en dehors de ces évènements notamment en semaine le lieu est relativement déserté. une autre forme de déni consiste à expliquer de la part de la mairie et de la direction que des centaines d'artistes seraient passé en résidence depuis 2 ans, alors que on s'aperçoit qu'il n'y a officiellement sur le site internet seulement 6 artistes en résidence et que comme dit précédemment la plupart des ateliers sont totalement vides. La manière de comptabiliser les artistes qui viendraient y travailler parait réellement très étrange et semble plutôt se référer à tout ceux qui viennent exposer une oeuvre pour un festival tel que " jeunes créations ", ou peut-être des compagnies qui viennent présenter un spectacle avec plusieurs artistes, mais force est de considérer que ces artistes ne sont pas en résidence au 104 et ne travaillent donc pas sur leur projet au sein de cet établissement. Dès lors il serait aisé de comptabiliser bien davantage de créateurs ou d'artistes qui travailleraient au 104, cela devrait d'ailleurs s'élever beaucoup plus d'après cette manière de recenser les artistes et d'après le nombre d'ateliers et la superficie du lieu, mais la réalité est que concrètement seulement très peu travaillent réellement au sein de la structure. Actuellement seulement une dizaine d'artistes sont présentés officiellement en résidence via le site internet, et malheureusement il semble préférable de laisser des espaces vides pour prétendre à un bilan respectable que de permettre d'ouvrir l'accès à ces ateliers à davantage de créateurs. Alors que cet établissement dispose de nombreux espaces de travail pour toutes sortes d'activités et d'un réel potentiel de par sa superficie, il est surprenant de constater par exemple qu'aucun plasticien ne travaille au 104 régulièrement. Aucun peintre, aucun sculpteur, créateur de mode éventuellement, musiciens ... Si l'on voudrait un peu forcer le trait on pourrait même considérer que les artistes n'y ont pas réellement le droit de cité puisque par exemple les rares personnes qui viennent concrètement pratiquer une activité se résume essentiellement à des adolescents du quartiers qui viennent donc danser et pour ce faire se retrouvent non pas dans des ateliers prévus pour cela mais dans les coursives de l'établissement. Un artiste lambda qui souhaiterait venir travailler en peinture ou en sculpture actuellement pour construire une démarche ne peut être acceuilli au sein du 104 alors que beaucoup des espaces demeurent sans activité. L'orchestre national d'ile de france profite parfois des espaces pour quelques répétitions en collaboration avec radio-france, mais à nouveau pour tout les autres musiciens qui souhaiteraient trouver un atelier pour se réunir et travailler sur diverses projets, ou dj également qui souhaiteraient travailler sur des mixs cela est totalement impossible. D'une façon générale, la manière dont fonctionne cet établissement illustre une certaine déshumanisation de notre approche de l'art ou de la culture actuellement et témoigne d'un vide aussi bien idéologique que technique qui se traduit par un gâchis considérable. Un gâchis non seulement pour le fait qu'une structure de cette envergure ne puisse servir à quasiment personne ou seulement quelques spectacles qui intéressent relativement peu de monde, mais surtout un gâchis pour ne pas permettre d'aller au bout des moyens mis en oeuvre pour permettre qu'un établissement sensé soutenir la création contemporaine ne puisse concrètement accomplir sa mission et permettre d'apporter un réel dynamisme et renouveau pour notre paysage artistique actuel.


Le domaine de la culture est aujourd'hui sujet à diverses débats notamment concernant les programmes des différents candidats pour les prochaines élections présidentielles. La pratique de l'art semblerait représenter aujourd'hui un moyen d'apporter un progrès pour notre société, voire une manière de répondre à certains désordres. L'attrait pour des manifestations culturelles tel que la fiac, art-paris ou encore différentes expositions d'artistes démontre en effet que l'art suscite l'intérêt d'un large public. Les artistes qui créent généralement le plus grand intérêt sont pour la plupart des peintres, qu'il s'agisse de l'exposition matisse dernièrement à Beaubourg, des expositions consacrées à l'impressionnisme par exemple ou à la période cubiste. On peut penser que la peinture ne correspond plus à l'art de notre époque, mais au regard du succès de ces différentes expositions il semble assez paradoxal et plutôt surprenant de constater qu'un établissement comme le 104 destiné à soutenir la création contemporaine ne recense aucun artiste plasticien s'exprimant par le biais de la peinture. L'originalité et l'innovation d'un projet comme le 104 consistait à l'origine d'être un lieu de production. Mais alors pourquoi ne pas y accueillir concrètement de vrais artistes, des peintres amateurs ou plus confirmés, des sculpteurs, des plasticiens qui produisent réellement des oeuvres que le 104 aurait la possibilité d'accueillir et pourrait également promotionner le travail. Pourquoi ne pas s'intéresser de manière concrète à l'art, à ce qui représente les bases de la création artistique par la pratique simplement des domaines les plus basiques que sont le dessin, la peinture, la sculpture c'est à dire notamment les domaines les plus essentiels de l'art plastique ?

texte presentation - book  

texte presentation