Issuu on Google+

1

Màj : vu sur <knusperhex.de> transmis le 15-9-03 par <Coupigny.rene@wanadoo.fr> (trad. Tristan)

La colonne du ciel ou Axis Mundi «« L'image d'une colonne comme centre et axe (essieu) central du monde, l'Axis Mundi, est sans doute un archétype* commun à toutes les cultures de cette terre. Cependant, l'expression respective de ce symbole* que vint au grand jour, fut très diverse. Cette image d'une colonne qui pénètre tous les niveaux de la création, se retrouve dans beaucoup de cultures. Elle pénètre non seulement les sphères différentes de la création, les mondes d’en-bas et d’en-haut, le monde inférieur et tous ceux des cieux, mais ce qui est beaucoup plus important est que cette figure les relie. La colonne devient l’axe directeur du ciel, le couloir ou passage entre mondes d’en-haut et d’enbas. En ce sens, c’est le pal-centre du cosmos et il est aussi fréquemment assimilé à l'axe de la terre : il passe alors par le pôle Nord et atteint dans sa prolongation l'étoile polaire autour de laquelle, en apparence, tout le monde des étoiles tourne. Il est le “clou des dieux”, la lance d’Odhin/ Wotan* qui tient la voûte céleste et porte l'axe-essieu du monde. Dans la conception des chamans*, cette image de l'axe du milieu du monde qui lie le ciel, la terre et le monde inférieur ensemble, a une signification centrale. C'est, en effet, la capacité de passer volontairement de l'un de ces niveaux aux autres qui fait l'art du chaman. De son point de vue du monde, conformément à son expérience, cet axe médian est non seulement une colonne, mais elle est un trou, un canal qui peut aussi être utilisé par les Dieux et d'autres Essences du ciel et du monde inférieur pour se manifester sur la Terre. Dans son extase, le chaman peut à son tour emprunter ce canal que la colonne mondiale crée, pour voyager dans les mondes d’en haut et d’en bas, et y agir. Ainsi, nous retrouvons cette colonne du ciel précisément chez les peuples qui vivent encore leur Religion de la Nature, au niveau de leur microcosme. Chez les Esquimaux, le poteau médian de leurs maisons s’y rapporte symboliquement, ainsi que chez beaucoup de peuples nomades asiatiques. Ils considèrent la perche médianne de leur yourte comme la transposition symbolique de l'axe du ciel qui devient par là même objet de vénération. Les Lapons connaissent de telles colonnes libres (isolées), et le totem des Indiens nord-américains a son origine dans cette conception.

L'Irminsul Dans les temps passés, la plus connue de ces colonnes, tout au moins dans notre milieu culturel, était sûrement l'Irminsul* dont nous savons qu'elle fut détruite par Charlemagne, l'empereur des Francs au cours de sa christianisation sanglante des Germains* païens. Sur cette colonne des Irmines/ Irmiones/ Armanen, bien peu est connu 1.000


2

ans après. Il est même étonnant qu'on s'en souvienne encore, car tout fut entrepris par l'autorité régnante en commun avec l'Église* pour en détruire tout souvenir. Que cela n'ait pas réussi complètement est l’indication importante qu'il doit s'être agi là de l'un des objets les plus sacrés du vieux monde germanique. Rudolf von Fulda nous en informe : « Ils avaient dressé un tronc de bois d'une certaine grandeur et le respectaient sous le ciel libre (en plein air) ; ils l'appelaient dans leur langue natale Irminsul, la “Colonne totalité” ou “Colonne de l’Univers” qui porte pour ainsi dire tout. »

Les Externsteine près de Detmold

Dans les annales Franconiennes de 772 on dit : « Karl s'empara de l'Eresburg, arriva à l'Irminsul et détruisit lui-même le sanctuaire. Ce qu'il trouvait là d'or et d'argent, il l'emporta. » Il s'avère tout à fait certain qu'il y eut non seulement l'une de ces colonnes, mais il est aussi indubitable qu'elle fut trouvée dans toutes les tribus germaniques, et que leur diffusion remonte jusqu'à l'époque mythique* des anciens Indo-Européens*. Chez les peuples Egyptiens, Assyriens, Hittites, Romains et Grecs, elle était connue dans de vieux rapports comme la Colonne du Nord qui se trouve sous l'étoile polaire et porte le ciel. Platon nous informe dans son dialogue Critias que déjà dans la vieille Atlantis* environ 12.000 ans avant (en fait, 12.000 lunaisons)n. , dans le temple central de Poséidon qui était considéré comme l’image du ciel, une statue immense fut érigée qui atteignait le plafond et soutenait significativement le ciel. L'image de l'Irminsul a été restituée depuis ce relief authentique du XIIe s. qui montre la descente de croix du Christ qui se trouve aux Externsteine près de Detmold. Son rocher médian est considéré par beaucoup comme étant l'Irminsul* propre à la vieille Europe* d’avant l'ère chrétienne. Ce bas-relief fut sculpté comme commémoration chrétienne de la destruction de la vieille foi dans les Externsteine et montre l'Irminsul fané, ou faisant la révérence comme une personne voulant retirer le Christ de la croix. :


3

Le bas-relief de la “Descente de Croix”

On peut y reconnaître l'Irminsul comme un tronc d'arbre avec deux branches qui agissent comme des bras tendus. Cette illustration se retrouve de manière semblable comme un signe de salut qui se répand sur tout le monde. La forme abstraite du Tau grec T en proviendrait (lequel à d’ailleurs été repris comme symbole de L’Ordre de saint Antoine)n . Dans la mythologie*, c’est à dire l’enseignement des dieux* germanique, ce symbole* se retrouve dans Mjöllnir, le marteau du Dieu Thor* (le garant de l’équilibre du monde)n qui fait “trembler les géants" (repérésentant les forces brutales du chaos)n - Mythen-Lexikon. Les arbres* étaient respectés de tout temps comme de vivants axis mundi – ou l’Yggdrasil idéal – en tant que leurs représentants matériels, comme par exemple les tilleuls millénaires. (La mythologie biblique a repris ce symbole à son compte avec)n l'arbre de Sefiroth (ou “arbre de la connaissance” du bien et du mal) n , l'arbre de Bodhi (sous laquel le prince indo-européen Siddharta, futur Bouddha, acquit l’illumination à partir de laquelle fut fondée le Bouddhisme)n . (On retrouve encore ce symbole dans l’Inde védique avec)n l'arbre d'Açvattha, (arbre-colonne au centre de l’univers, qui aurait germé sous l’effet d’un éclair lumineux traversant le monde, éclair occasionné par la naissance du prince solaire Siddharta)n . Dans nos coutumes européennes, les arbres jouent encore un rôle important, avec l'Arbre de Noël*, l’Arbre qu’on plante pour la Naissance d’un enfant, ou avec notre magnifique Arbre de Mai. »» (…)n : NdT = notes du traducteur R&T…


les racines du ciel