Page 1

Contenus Articles Guide du vélo en ville

1

Guide du vélo en ville/Pourquoi faire du vélo en ville ?

2

Guide du vélo en ville/Une question d'équipement

4

Guide du vélo en ville/Démarrer, s’arrêter, virer : ça s'apprend aussi !

9

Guide du vélo en ville/Où se placer sur la route ?

12

Guide du vélo en ville/Que faire aux intersections ?

15

Guide du vélo en ville/Rouler sous la pluie, dans l'obscurité

18

Guide du vélo en ville/Comment se sortir de toutes les situations difficiles ?

22

Guide du vélo en ville/En savoir plus

27

Annexes Guide du vélo en ville/Annexe 1: prévenir le vol

29 29

Références Sources et contributeurs de l’article

31

Source des images, licences et contributeurs

32

Licence des articles Licence

33


Guide du vélo en ville

1

Guide du vélo en ville

Alfred Jarry à bicyclette

Présentation Économique, écologique, convivial et bon pour la santé, essayer le vélo pour ses déplacements en ville... c'est l'adopter ! Mais quand on débute à vélo dans une grande ville, on peut facilement se sentir devenir parano ! Pourtant, le vélo a sa place dans la circulation. C'est un droit, mais qui ne sera pas toujours respecté ! Pédaler en sécurité en ville ne repose pas sur la chance ou le seul comportement des automobilistes et autres usagers de la rue. Cela dépend d'abord de la manière de conduire son propre véhicule. En restant maître de sa trajectoire, attentif à tout ce qui pourrait survenir... L'objectif de ce guide, se voulant le plus concis possible, est de permettre de rouler en toute confiance dans la circulation urbaine, que l'on soit débutant ou déjà usager régulier.

Table des matières 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. 8. 9.

Pourquoi faire du vélo en ville ? Une question d'équipement Démarrer, s’arrêter, virer : ça s'apprend aussi ! Où se placer sur la route ? Que faire aux intersections ? Rouler sous la pluie, dans l'obscurité Comment se sortir de toutes les situations difficiles ? En savoir plus Annexe 1: prévenir le vol


Guide du vélo en ville

Livres en relation • Mécanique vélo, pour l'entretien et la réparation • Un wikilivre en anglais Guide du vélo en ville | Pourquoi faire du vélo en ville ? >>

Guide du vélo en ville/Pourquoi faire du vélo en ville ? Ce livre se veut la somme d'avis, d'expériences diverses. N'hésite donc pas à participer à sa rédaction collective en cliquant sur "modifier". Si certains conseils, points de vue paraissent inconciliables, opposés, merci de les ajouter en l'indiquant et d'en dire un peu plus en modifiant la page de "discussion" rattachée à cette page. La pratique du vélo est le plus souvent associée aux loisirs, au sport, aux promenades en plein air, aux jeux des enfants, mais plus rarement aux transports utilitaires des personnes (et encore moins des marchandises). Utilisé comme mode de transport, et spécialement en ville, le vélo serait beaucoup plus dangereux que les autres moyens de déplacement, plus fatigant (surtout si la ville dans laquelle on habite n'est pas plate), plus sujet au vol... Autant de défauts qui se révèlent vite infondés.

Arguments en faveur du vélo Économique, écologique, bon pour ton moral et ta santé : l'essayer, c'est l'adopter ! Pour un argumentaire complet, rendez-vous sur le site de la FUBicy : http://www.fubicy.org/rubrique.php3?id_rubrique=13

Rapide et accessible au plus grand nombre Pour la majorité des déplacements urbains dont les distances ne sont que de quelques kilomètres, le vélo est le moyen de transport le plus rapide, surtout aux heures de pointe ! Le vélo est le mode de déplacement utilisant la force physique le plus efficace : à distance parcourue égale, moitié moins d'énergie nécessaire qu'en marchant ! Si faire du vélo ne peut qu'être bon pour sa forme physique (comme tout exercice physique), il n'est pas nécessaire pour le vélo urbain d'avoir une condition physique particulière : pas besoin d'entraînement ! En roulant sans forcer, en utilisant bien les vitesses, on n'arrive pas en sueur et au bout du rouleau à destination.

Sûr La tendance actuelle est à la baisse des accidents impliquant un vélo : pas plus dangereux que la voiture en ville (alors qu'on compte les accidents concernant des enfants cyclistes dans les statistiques). Et puis grâce à la rupture avec la sédentarité que le vélo permet, les cyclistes sont en général en meilleure santé et vivent plus longtemps que les autres ! La plupart des accidents qu'encourent les cyclistes ont lieu sans voiture : le plus gros problème, c'est le mauvais revêtement de la voirie et leur manque d'expérience. Le non-respect des règles en usage sur les routes, autant par les automobilistes que par les cyclistes, est une cause plus fréquente d'accident. Mais avec un peu d'expérience, en anticipant les trajectoires et surtout en se ménageant une "sortie de secours", en réagissant rapidement, on peut le plus souvent éviter l'accident.

2


Guide du vélo en ville/Pourquoi faire du vélo en ville ? La peur de la collision par l'arrière : ce risque est généralement surestimé par les cyclistes qui, du coup, adoptent des pratiques vraiment risquées pour tenter de réduire ce risque. Être bien placé et visible, surtout la nuit avec l'éclairage, permet d'éviter ce type de collision. En ville, les accidents avec les voitures se produisent plutôt là où les trajectoires se coupent : aux intersections. Face au vol, de bonnes pratiques (antivol efficace, lieu de stationnement, marquage du vélo...) permettent de réduire considérablement le risque. La plupart des cyclistes urbains circulent sur les grands axes, mais on peut éviter leur circulation dense en choisissant un itinéraire privilégiant les plus petites rues ou les pistes cyclables existantes : il y a moins de monde et moins de pollution. Contrairement à ce qu'on peut penser, les cyclistes ne sont pas plus sujets à la pollution automobile que les autres usagers de la rue. Plusieurs études scientifiques ont même montré que les occupants d'une voiture respiraient un air plus pollué qu'un cycliste. Et en roulant à vélo, on contribue à diminuer la pollution de l'air en ville !

À vélo dans la circulation urbaine en toute confiance et en sécurité Quand on commence à rouler à vélo dans une grande ville, on peut facilement devenir parano... Mais c'est généralement mieux que ça en a l'air vu du trottoir. Le vélo a sa place dans la circulation : c'est un droit, mais qui ne sera pas toujours respecté. Il faut donc être plus prudent que les autres usagers. Pédaler en sécurité ne repose pas sur la chance ou sur le comportement des automobilistes, cela dépend aussi de l'attitude des cyclistes, de leur manière de conduire leur vélo, en restant maîtres de leur trajectoire, attentifs à tout ce qui pourrait survenir... L'objectif de ce texte, voulu le plus court et clair possible est d'augmenter la sécurité et le sentiment de confiance des cyclistes débutants, ou déjà expérimentés. Commencer par les conditions dans lesquelles on se sent le plus à l'aise, puis passer progressivement à celles qui sont plus difficiles à appréhender. On peut s'entraîner à rouler sur un espace sans voiture : parking désert, place piétonne. L'objectif est de se sentir totalement à l'aise, ne faire qu'un avec son vélo. Pour qu'une fois dans la circulation on n'ait plus qu'à se concentrer sur sa place par rapport aux autres usagers. Pour conduire en sécurité, il faut pouvoir analyser l'ensemble des informations sur les conditions de circulation à un moment donné. Ce n'est pas évident pour les enfants : leur apprentissage doit donc se faire sous la responsabilité d'un accompagnant.

Cinq principes de bases 1. Toujours circuler au milieu de la voie de circulation, jamais sur le côté gauche ni sur le trottoir ou l'accotement ; 2. À l'approche d'une route plus importante que celle sur laquelle on se trouve, ou sur laquelle il y a plus de circulation ou des véhicules circulant à vitesse importante, toujours regarder des deux côtés avant de s'engager pour vérifier que la voie est libre ; 3. quand on modifie sa trajectoire sur la droite ou la gauche, toujours regarder devant et derrière pour vérifier si c'est possible sans risque. Indiquer son intention, par un signe bien visible de la main, aux autres usagers ; 4. À l'approche d'une intersection, se positionner en fonction de la direction que l'on va prendre : à droite si on va à droite, à gauche si on va à gauche, proche du centre si on va tout droit ; 5. se positionner en fonction de sa vitesse relative à celle des autres usagers, entre les intersections : en stationnement, contre le bord, les lents à côté, les plus rapides sur la gauche, proche du centre. Un bon positionnement est la compétence la plus importante à acquérir. Rouler là où on a la meilleure vue, où l'on est le mieux vu par les autres et rendre ses intentions plus prévisibles augmente la marge de sécurité des cyclistes. Il ne faut pas hésiter à prendre sa place : aux endroits où 2 cyclistes peuvent rouler de front, se mettre à la place du deuxième cycliste à gauche ; sur une chaussée divisée en bandes de circulation (à condition qu'on roule à une vitesse

3


Guide du vélo en ville/Pourquoi faire du vélo en ville ? raisonnable), se placer tout près du milieu de sa bande de circulation pour obliger les automobilistes à changer de bande. Par peur de la circulation, de nombreux cyclistes l'ignorent et se mettent, paradoxalement, en danger. Mais cela ne suffit pas pour être totalement en sécurité : il faut également, comme tout usager, être vigilant par rapport aux comportements des autres, prévoir leurs erreurs, quand la visibilité est faible, aux intersections, ou quand un comportement paraît bizarre. Comme les piétons et contrairement aux automobilistes enfermés dans leurs voitures, les cyclistes ont l'avantage d'être en contact direct avec l'ensemble de leur environnement, et peuvent établir un contact visuel avec les autres usagers, indiquer leur intention avec un signe de la main, remercier un autre usager, attirer l'attention, etc... Cela permet de baisser le niveau d'agressivité entre usagers en humanisant les rapports, en signifiant à l'autre qu'on voit son comportement. La question du code de la route fait débat parmi les cyclistes. De nombreuses associations d'usagers le trouvent trop inadapté à l'usage du vélo sans pour autant appeler à ne pas le respecter, laissant à chacun le choix de le respecter ou non. La réflexion la plus intéressante actuellement est la proposition d'une refonte du code actuel qui ne prend que peu en compte les autres usagers de la route vers un code de la rue sur le modèle belge par exemple. << Guide du vélo en ville | Pourquoi faire du vélo en ville ? | Une question d'équipement >>

Guide du vélo en ville/Une question d'équipement Ce livre se veut la somme d'avis, d'expériences divers. N'hésite donc pas à participer à sa rédaction collective en cliquant sur "modifier". Si certains conseils, points de vue paraissent inconciliables, opposés, merci de les ajouter en l'indiquant et d'en dire un peu plus en modifiant la page de "discussion" rattachée à cette page. Avant toute chose, tu dois avoir la possibilité matérielle de mettre en pratique les conseils de ce livre. C'est-à-dire avoir un vélo qui t'assurera la meilleure conduite possible.

Le vélo Il doit être adapté à la manière de rouler ainsi qu'aux lieux fréquentés (montagne, plaine, campagne, agglomération urbaine...). Il existe une grande variété de vélos. On peut préférer pour la ville un vélo de ville au cadre lourd mais très solide (pouvant transporter des charges lourdes) ou au contraire un vélo hautement technologique, très léger et performant. Des vélos spéciaux répondront également aux besoins de chacun : vélos pliants, vélos dont le cadre intégre porte-bébé ou plateforme, etc... Pour une question de confort et d'efficacité, le vélo doit être adapté aux mensurations du cycliste :

Un cadre à la bonne taille • La hauteur du tube supérieur doit ne pas être trop importante : il est essentiel de pouvoir se * tenir debout à cheval sur le cadre, devant la selle. • La distance entre la selle et le guidon doit permettre de se placer droit sur le vélo. Les plus sportifs préféreront une position plus couchée sur le vélo, mais au prix d'une moindre visibilité tout autour d'eux. • Manivelles, potence, guidon, selle peuvent être changés pour une meilleure adaptation du vélo. • Selle : à niveau, centrée sur ses rails par rapport à la tige de selle. Hauteur de la selle : jamais assez haut ! La jambe doit pouvoir s'étendre mais sans provoquer de déhanchement. Pour régler la selle, il faut s'asseoir sur le vélo et placer le talon sur la pédale qui est au point-mort bas, la jambe doit être tendue. Pour rouler on place l'avant du pied sur la pédale.

4


Guide du vélo en ville/Une question d'équipement • Guidon : si l'on doit effectuer de longs parcours, un guidon permettant de changer la position des mains, en plus de gants, sera plus confortable.

En bon état de marche Récent ou très vieux, le vélo doit être en parfait état de marche : les vitesses doivent changer sans problème (danger en cas de saut de chaîne dû à un mauvais entretien de la transmission, chaîne+dérailleurs+pignons+plateaux), les freins fonctionner correctement et sans à-coup (vérifier patins et câbles). Vérifier serrage des boulons et attaches-rapides (pour roues notamment, mais aussi guidon, selle, freins), pneus bien gonflés (les regonfler régulièrement en respectant la pression donnée par le fabricant, indiquée sur le pneu), sans défaut. Le vélo doit être régulièrement lubrifié, regraissé : à faire faire par un professionnel si on ne sait pas comment faire. Surveiller freins (usure des patins), câbles et gaines ; resserrer régulièrement boulons et écrous.

Visible Des réflecteurs sont une bonne option mais ne remplacent pas des lumières Le vélo doit obligatoirement être équipé, de nuit ou dès que la visibilité est insuffisante : - d'un éclairage passif : des réflecteurs (ou catadioptres), un rouge à l'arrière, un blanc à l'avant, plus un visible latéralement (le plus souvent des "cataroues" orange dans les rayons, ou des pneus à flancs réfléchissants blancs), et de réflecteurs de pédale. - et d'un éclairage actif : un phare avant blanc, et un phare rouge à l'arrière. Voir Roulez sous la pluie, dans l'obscurité pour plus de détails.

Plusieurs vitesses Le dérailleur permet de changer de vitesse, quand le vélo en a plusieurs. Le meilleur indicateur, c'est la cadence du pédalage : elle ne doit jamais être trop basse. Il faut éviter de forcer, mieux vaut changer de vitesse (passer sur un pignon, sur roue arrière, plus grand ou un plateau, sur pédalier, plus petit). Sur les dérailleurs, au moment de changer de vitesse, il est préférable de relâcher l'effort (surtout pour le changement de plateau). Les vélos vraiment urbains peuvent avoir un changement de vitesse intégré dans le moyeu. Principal avantage : cela permet de changer de vitesse même à l'arrêt. Très confortable en ville, où l'on doit souvent marquer de petits arrêts ! Un autre avantage est qu'il est possible de caréner entièrement la chaîne, ce qui évite tout contact avec les habits.

5


Guide du vélo en ville/Une question d'équipement

Les accessoires indispensables pour votre sécurité Écart'auto Il est prévu pour inciter les voitures à respecter la distance de sécurité nécessaire au dépassement. Il faut choisir un écarteur souple, muni d'un catadioptre rouge vers l'arrière et blanc vers l'avant, placé sur le montant du porte bagage ou à défaut sur le hauban, à gauche, articulé pour se replier en cas de contact avec un véhicule. Un écarteur rigide fixe présenterait plus de danger que d'intérêt.

Sonnette, avertisseur sonore Pour se faire entendre, avertir les piétons principalement, mais aussi les automobilistes. La sonnette réglementaire convient bien pour annoncer son approche à un piéton distrait, mais n'est pas très audible dans le trafic automobile. Il existe des avertisseurs fonctionnant avec de l'air comprimé, ils se rechargent avec une pompe. On trouve aussi de petits klaxons électriques à pile. Se munir d'un sifflet d'arbitre de football permet de se faire mieux entendre aussi.

Écarteur de danger - Permet de maintenir une distance de sécurité - Effet psychologique très efficace.

Rétroviseur Il peut être très utile pour circuler en ville : monté sur le casque (réduit les vibrations et l'encombrement) ou sur le guidon (un rétro pour cyclomoteur fera l'affaire), ne doit pas dissuader de jeter des coups d’œil un peu partout. Il est conseillé d'en mettre des deux côtés du guidon, utile dans les changements de direction ou lors de dépassements de véhicules imposants (bus par exemple).

Clignotants Il existe des clignotants pour vélo, semblables à ceux d'une voiture, et s'actionnant facilement par un simple mouvement du pouce. Cet accessoire permet d'éviter de lâcher le guidon (et les freins!), ce qui est généralement dangereux dans une circulation dense, lorsque la chaussée est glissante, ou à vitesse importante. Les signes de bras sont de plus peu visibles de nuit, ce qui n'est pas le cas des clignotants. Attention, les clignotants pour vélo étant encore peu répandus, ils ne sont pas toujours compris des autres usagers de la route. Ils ne sont pas non plus reconnus légalement comme alternative au bras tendu.

Casque ou pas casque ? En ce qui concerne le vélo urbain, le casque n'est pas indispensable. En 2004, parmi les blessés dans un accident de la circulation, 17% des cyclistes, 24% des automobilistes et 26% des piétons étaient touchés au crâne (source : Sécurité Routière, étude sur un échantillon représentatif de 8000 accidentés, dossier de presse mars 2005). Si le casque peut réduire la gravité des blessure à la tête dans certaines configurations de chute, son efficacité est en général surestimée. Et dans des pays, comme l'Australie et la Nouvelle-Zélande, où le port du casque est devenu obligatoire, cette nouvelle contrainte a fait plus baisser le nombre

6


Guide du vélo en ville/Une question d'équipement de cyclistes que le nombre de traumatismes crâniens ! Il est conseillé pour les enfants, ceux qui ne sont pas totalement à l'aise dans leur pratique. Il est indispensable quand on est hors agglomération, sur pistes de VTT ou dans le contexte d'une pratique sportive du vélo. Le casque doit être bien ajusté. La sangle sous le menton doit laisser passer un doigt (attention à ne pas gêner la respiration !), couvrir le front. Choisissez-le bien aéré, une bonne ventilation permet une utilisation agréable l'été. Pour une utilisation par temps froid, il n'est pas prudent d'ajouter un bonnet en dessous du casque (même avec une taille supérieure) car le casque étant moins stable sur un bonnet, il ne sera sûrement pas en bonne position au moment de son utilisation ultime ! - Donc préférer un bonnet épais et le choisir très clair - tout comme le casque afin d'être vu de loin. Pour les cyclistes fragiles des oreilles, il existe des bandeaux en laine polaire ne couvrant que celles-ci et n'empéchant pas une bonne mise en place du casque.

Les accessoires pratiques Gants Des mitaines améliorent le confort pour de longs trajets en amortissant les chocs et la pression sur les paumes des mains. Elles sont également utiles en cas de chute en protégeant les paumes. L'hiver, de bons gants bien chauds sont indispensables !

Des lunettes Pour se protéger des insectes, des poussières en suspension, garder les yeux secs, éviter l'éblouissement par le soleil ou "les larmes aux yeux" à cause du froid : bref, continuer à bien voir.

Carter Pour protéger vêtements et mollets de la chaîne et des plateaux. Contribue également à la longévité de la chaîne en la protégeant des poussières de la route.

Garde-boue Quand il pleut, cela permet d'éviter les projections de gravillons ou autre venant de la roue arrière.

Pare-jupe Pour éviter que des vêtements longs se prennent dans la roue arrière, ce qui peut être dangereux.

Béquille Très pratique, pas la peine de chercher un endroit où poser le vélo. On aura soin de la choisir double si l'on veut transporter un enfant sur son vélo. Attention au coup de vent qui peut jeter le vélo à terre !

7


Guide du vélo en ville/Une question d'équipement

Des vêtements clairs, des bandeaux ou gilets avec réflecteurs... Les chasubles fluorescentes, même en pleine journée, sont très efficaces, elles sont très peu chères. On peut également se procurer des "serre pantalons" réfléchissants.

Outils Une pompe (mini ou fixée sur le cadre), un nécessaire à crevaison ou une chambre à air de rechange et un multi-outils, à condition de savoir comment faire, permettront de repartir rapidement en cas de crevaison. Dans ce cas, il faut deux démonte-pneu en plastique, des clés adaptées aux boulons des roues si la roue n'a pas d'attache rapide. Si on envisage une sortie assez longue en distance, il n'est pas inintéressant d'avoir un pneu de rechange en cas de déchirure. Pour éviter de se salir on peut emporter des gants en latex et des lingettes nettoyantes ainsi que des mouchoirs pour le cas où l'on devrait bricoler d'urgence.

Sacs-à-dos, porte-bagages, remorques Avec un système de fixation sur le guidon, sous la selle ou sur le porte-bagages arrière, pour ranger des outils ou des vêtements supplémentaires, un sac sur le vélo est pour certains un meilleur choix que le sac-à-dos : en effet, pourquoi porter les bagages quand le vélo peut le faire ? Mais augmenter l'inertie d'un vélo en l'alourdissant le rend moins maniable. Certains invoquent le manque de sécurité du sac-à-dos : problème d'équilibre, blessure possible selon ce qui est transporté. Par contre, il faut faire attention aux articles transportés sur le porte-bagage, dont des éléments, comme une lanière, peuvent se prendre dans les roues ou le pédalier, bloquer brutalement le vélo et provoquer l'éjection du cycliste par-dessus ledit vélo. Pour quelques kilos, ou pour transporter un fragile ordinateur portable par exemple, on pourrait dire que le sac-à-dos ou le sac-bandoulière de coursier reste l'option la plus simple. Pour faire ses courses, ou déplacer des charges plus volumineuses, la remorque est un excellent moyen. De différentes formes selon les besoins, elles permettent de transporter jusqu'à plus de 100 kg pour les plus robustes. Un apprentissage peut être nécessaire pour les manœuvres et la prise en compte des dimensions et poids du convoi (virages, freinage..).

Antivol Acheter un bon antivol en suivant les conseils donnés par les associations de cyclistes ayant mené des tests comparatifs [1]. Les antivols en U ont globalement le meilleur rapport solidité/poids. Les câbles souples ne résistent pas plus de quelques secondes à un voleur, même novice et équipé d'outils légers et bon marché. Si le vélo a des roues à attache rapide, prévoir un deuxième antivol pour attacher les roues au cadre ou mieux, des écrous spéciaux antivols avec leur clé spéciale à 5 pans (en vente chez les marchands de vélo). Attacher la selle ou remplacer l'attache rapide par un écrou, qui peut être à cinq pans lui aussi. Ne pas laisser les éclairages facilement amovibles sur le vélo en stationnement.

8


Guide du vélo en ville/Une question d'équipement

9

L'essentiel Avoir un vélo en bon état de marche, bien équipé et entretenu régulièrement. << Pourquoi faire du vélo en ville ? | Une question d'équipement | Démarrer, s’arrêter, virer : ça s'apprend aussi ! >>

Ecrou 5 pans et sa clé - Antivol de selle ou de roue

Références [1] http:/ / www. fubicycode. org/ html/ pg_htm/ antivols. htm

Guide du vélo en ville/Démarrer, s’arrêter, virer : ça s'apprend aussi ! Ce livre se veut la somme d'avis, d'expériences divers. N'hésite donc pas à participer à sa rédaction collective en cliquant sur "modifier". Si certains conseils, points de vue paraissent inconciliables, opposés, merci de les ajouter en l'indiquant et d'en dire un peu plus en modifiant la page de "discussion" rattachée à cette page.

un monument en Suède

Apprendre à démarrer ? Cela peut paraître une perte de temps, mais il est pourtant essentiel de revenir sur ce qui nous semble souvent le plus naturel, c'est-à-dire monter sur le vélo et démarrer. De la sûreté du démarrage dépendra la sécurité dans de nombreuses situations : un bon départ est rapide, sûr, confortable. C'est crucial en côte ou dans la circulation. L'objectif, c'est d'atteindre très rapidement la vitesse nécessaire à l'équilibre en limitant la période où on n'a qu'un contrôle partiel du vélo à cause de la faible vitesse.


Guide du vélo en ville/Démarrer, s’arrêter, virer : ça s'apprend aussi ! Pour monter sur le vélo, d'abord se placer à cheval sur le cadre, à l'avant de la selle, les deux pieds au sol (pour arriver à cette position, il faut balancer une jambe par dessus la selle ou par dessus le cadre quand il le permet, en inclinant le vélo sur le côté si nécessaire). Attention, ne pas tenter de s'asseoir sur la selle quand le vélo est à l'arrêt. D'ailleurs, ce n'est pas possible si la hauteur de la selle est bien réglée. Actionner les freins pour maintenir le vélo en place. Placer une pédale à deux heures : un peu en avant, en haut, en la tournant dans le sens contraire de la marche : ça peut ne pas le faire si la chaîne est trop lâche (il faut alors changer de vitesse) ou si le vélo est équipé d'un freinage par rétropédalage (on ne peut alors manœuvrer les pédales que dans le sens de la marche). Le pied sur la pédale, on est prêt à mouvoir le vélo. Desserrer les freins et pousser fort sur la pédale, ce qui permet d'avancer à bonne vitesse et de se hisser sur la selle. Dès que l'autre pédale vient en position haute, placer l'autre pied dessus. Quand on doit s'arrêter, glisser de la selle en prenant appui sur une pédale, pencher le vélo pour placer le pied qui ne sert pas au démarrage au sol (attention, seulement quand le vélo est à l'arrêt). Pour prévoir le redémarrage, placer le pied et la pédale dans la position de départ. Donc seulement un pied au sol à l'arrêt, l'autre attend sur sa pédale positionnée à deux heures, prêt pour un départ rapide. Quand on ralentit pour s'arrêter, changer la vitesse en plaçant la chaîne sur de plus grands pignons : le redémarrage sera plus facile. Attention, le changement de vitesse ne peut se faire que si l'on tourne les pédales, sauf si les vitesses sont dans le moyeu de la roue : le changement peut alors se faire à l'arrêt (un avantage quand on doit s'arrêter/démarrer souvent). L'usage de pédales automatiques ou de cale-pieds permet d'augmenter l'efficacité du pédalage et la sécurité, en évitant que le pied glisse de la pédale en pleine poussée, ce qui peut provoquer une chute. Apprendre à s'en servir nécessite un apprentissage : il faut bien assimiler la manière dont on dégage le pied. Au minimum, utiliser un cale-pied ouvert en plastique, sans aucun serrage, ne contraignant le pied que sur le haut. Erreurs à éviter : - essayer de s'asseoir sur la selle avec les deux pieds au sol avant de démarrer. Si vous pouvez le faire, votre selle est trop basse et peut provoquer une blessure au genou et rend le pédalage plus difficile ; - pousser le vélo avec un pied, comme sur un scooter, n'est pas une manière très sûre. Pour que cela devienne naturel, s'entraîner plusieurs fois. Monter la selle est souvent nécessaire. Bien utiliser les changements de vitesse, comme sur un véhicule motorisé : petites vitesses pour l'arrêt et le démarrage : ne pas caler au démarrage avec un trop gros développement à tirer (surtout en côte).

Savoir freiner en ville comme a la campagne Savoir bien freiner est essentiel : parfois vital, toujours utile. D'abord, avoir des freins en bon état de fonctionnement : ne pas hésiter à les faire réviser ou remplacer s'ils ne fonctionnent pas bien. Ensuite bien connaître leur comportement : temps de réponse en fonction de la pression de la poignée ...et aussi de l'humidité ambiante ! Si vous utilisez un vélo que vous ne connaissez pas, le mieux est de tester les freins en appuyant progressivement dessus afin de connaitre leur efficacité. - Demande habileté, expérience : pas aussi simple que d'actionner une pédale comme dans une voiture.

10


Guide du vélo en ville/Démarrer, s’arrêter, virer : ça s'apprend aussi !

frein avant, arrière, ou les deux ? Sur tous les vélos, on trouve deux freins : soit un pour chaque main, soit le frein avant à une main et le frein arrière par rétropédalage. Il faut savoir comment s'en servir, quand utiliser l'un ou l'autre ou les deux en même temps. Si on veut pouvoir freiner aussi sûrement que possible sur un vélo équipé de deux freins actionnés à la main, il faut apprendre à utiliser les deux simultanément, ce qui permet de freiner le plus rapidement possible. Quand on s'arrête (en voiture, à pied ou à vélo...), le poids se déplace vers l'avant. Quand on arrête son vélo, le poids se déplace sur la roue avant. Si, marchant à côté de son vélo, on ne freine fermement qu'avec le frein avant, le freinage est brusque et la roue arrière décolle légèrement. Si on ne freine qu'avec le frein arrière, le freinage est plus mou et la roue arrière peut zigzaguer ou déraper. C'est pareil quand on est sur le vélo : utiliser uniquement le frein arrière ne permet qu'un freinage lent et peut faire déraper le vélo, mais utiliser le frein avant trop durement peut faire passer par dessus le guidon. Cela prend un peu de temps aux cyclistes qui en ont peur, d'apprendre à moduler le frein avant. En cas de freinage dur, il est important d'utiliser ses bras pour éviter une telle éjection en mettant son corps en arrière, pour agir contre la décélération du vélo, . Le plus sûr et le plus efficace consiste donc à utiliser les deux freins simultanément. Mais il faut apprendre à doser les deux. Il ne faut jamais donner des "coups de freins". Le freinage se fait toujours de manière progressive et sensible. Sur route humide, le temps et la distance de freinage sont allongés si la jante est mouillée. Pour éviter cela, il faut assécher régulièrement les jantes, surtout avant un freinage éventuel (à l'approche d'une intersection par exemple), en pressant légèrement les freins.

Quand utiliser le frein arrière seul? Dans de très rares circonstances : Surfaces glissantes, dérapantes(gravillons, sable, feuilles mortes, eau, huile, verglas...) : où un dérapage de la roue avant est possible et peut entrainer facilement un étalement sur la chaussée. Pour éviter cela, il vaut mieux contrôler sa vitesse avec le frein arrière. Surfaces cahoteuses : où a priori les roues peuvent décoller du sol. Donc éviter le frein avant car si il est actionné alors que la roue a décollé, elle sera bloquée quand elle retouchera le sol, pouvant provoquer une perte brutale d'équilibre. Roue avant à plat : freiner de l'avant pourrait provoquer la sortie du pneu de la jante et un accident. Arrêtez-vous en utilisant le frein arrière. Si le frein avant est défaillant.

Virer de bord Faire tourner un vélo nécessite de se pencher latéralement du côté où on tourne. Pour un rayon de courbure équivalent, plus la vitesse est élevée, plus on doit se pencher. On n'a pas le choix ! C'est le centre de gravité qui se déplace pour permettre à l'ensemble vélo+cycliste de rester en équilibre. Là où on peut jouer, c'est si on penche le vélo plus ou moins ou pareil que son corps : ce qu'on peut conseiller, au-delà de toutes les techniques issues de la compétition, c'est de pencher le haut du corps et le vélo ensemble, en gardant l'ensemble en ligne droite, centré, comme quand on roule tout droit. Cette technique a l'avantage de permettre de conserver la manœuvrabilité du vélo, même en cas d'aspérités sur la route. Et surtout, les autres choix (pencher le haut du corps davantage que le vélo ou pencher le vélo en gardant le haut du corp droit) sont dangereux quand on freine : le vélo s'arrête mais pas le cycliste ! Quand on prend un virage, ne pas regarder l'extérieur de la trajectoire car c'est le meilleur moyen de s'y retrouver. Regarder plutôt là où on veut diriger le vélo, en tournant la tête.

11


Guide du vélo en ville/Démarrer, s’arrêter, virer : ça s'apprend aussi !

S'entraîner S'entraîner à rouler avec son vélo jusqu'à se sentir totalement à l'aise, ne faire qu'un avec lui : apprendre à changer les vitesses, démarrer ou freiner rapidement, tourner, tendre le bras, regarder par dessus l'épaule sans dévier... Pour pouvoir ensuite se consacrer entièrement à la circulation Le faire dans un espace hors circulation : rue ou parking désert par exemple. << Une question d'équipement | Démarrer, s’arrêter, virer : ça s'apprend aussi ! | Où se placer sur la route ? >>

Guide du vélo en ville/Où se placer sur la route ? Ce livre se veut la somme d'avis, d'expériences divers. N'hésite donc pas à participer à sa rédaction collective en cliquant sur "modifier". Si certains conseils, points de vue paraissent inconciliables, opposés, merci de les ajouter en l'indiquant et d'en dire un peu plus en modifiant la page de "discussion" rattachée à cette page.

Dans la circulation Que vaut-il mieux : éviter le plus possible les voitures en zigzagant du trottoir aux places de stationnement libres sans trajectoire clairement prévisible ? Ou s'insérer dans la circulation, en roulant à vitesse constante, à sa place parmi les autres usagers de la route ? Pour nous, il est clair que la deuxième solution est généralement la plus sûre : en se déplaçant avec l'ensemble du trafic routier, on va plus vite où on veut aller et on risque moins d'avoir un accident. On doit permettre aux autres usagers de la route de prévoir sa trajectoire, en se basant sur un ensemble de règles communes, le code de la route. Dans ce cadre, le vélo a autant de droits et de devoirs que les autres : s'il doit laisser passer dans certains cas d'autres usagers, d'autres fois c'est lui qu'on laissera passer. "Chercher à éviter l'espace occupé par les voitures nous rend plus vulnérable en tant que cyclistes"

12


Guide du vélo en ville/Où se placer sur la route ?

À droite Cela peut paraître évident, mais il vaut mieux le rappeler : il faut toujours rouler du côté droit de la route ! Si se placer à gauche est plus sûr pour les piétons sur les routes sans accôtement, ce n'est pas le cas en vélo. Le risque d'accident est en particulier important aux intersections : avant de s'engager, piétons et voitures regardent à gauche, d'où vient normalement le trafic, mais pas à droite.

À distance du bord de la route Cela permet d'éviter la partie la plus dangereuse de la chaussée : grilles d'égout, gravier, débris, nids de poule. Mieux vaut rouler plus au centre de la route, là où elle est propre. Attention aussi aux trottoirs qui débutent soudainement, aux murs très près de la route, aux barrières de chantiers : c'est important de prévoir ces obstacles à l'avance et d'en informer par un signe les vélos qui suivent : eux ne peuvent pas prévoir cet obstacle. Attention également aux voitures garées : leurs occupants peuvent sortir d'un moment à l'autre sans regarder, des enfants, animaux peuvent surgir d'entre deux voitures... En ville comme sur la route, on roule à droite se mettre à distance des portes de voiture : à un mètre au moins, et rester très vigilant. Car à une vitesse normale, il ne sera pas possible d'éviter une portière qui s'ouvre, au risque soit de la heurter, soit de se déporter rapidement sur sa gauche, peut-être contre une voiture... Rouler plus au centre permet d'avoir une meilleure vue sur toute la route et ses alentours, et d'être mieux vu des autres, notamment aux intersections, où on peut se mettre encore plus au centre de la voie. S'éloigner du trottoir, d'environ 1 m, c'est se créer un espace de manoeuvre si l'automobiliste cherche néanmoins à doubler ou à tourner à droite en doublant. En effet, à ce moment-là, quand la voiture tourne à droite en croisant sa trajectoire, on peut plus facilement s'écarter sur sa droite que si l'on est déjà contre le trottoir : toujours se ménager une possibilité d'évitement ! Ne pas se ranger à droite dès qu'il y a un espace libre entre deux voitures stationnées. On devient alors invisible pour les automobilistes : au moment de rentrer de nouveau dans la circulation pour éviter une voiture garée, vers le centre de la voie, on risque de se faire heurter par un véhicule. De plus, il vaut mieux toujours avoir une trajectoire droite, prévisible pour les autres usagers de la route, Dans un virage, après avoir regardé derrière si la voie était libre, se déplacer vers le milieu, afin d'être plus visible pour les conducteurs arrivant derrière. Par contre, après être passé au sommet d'un dos d'âne, se rapprocher du bord. Si la route est étroite, faire également attention aux véhicules venant d'en face quand il sont en train de dépasser un véhicule plus lent. Les cyclistes sont des usagers de la route avec le même droit d'usage que les automobilistes : si ces derniers ne peuvent doubler en toute sécurité, c'est-à-dire en laissant au minimum un mètre en agglomération (un mètre cinquante hors agglomération), ils doivent ralentir et rester derrière jusqu'à ce qu'ils puissent dépasser. Ils ne faut pas se sentir coupable de ralentir la circulation : de toute façon, le dépassement ne peut se faire en toute sécurité par faute

13


Guide du vélo en ville/Où se placer sur la route ? d'espace, de visibilité. Si, pour faciliter le dépassement, on se déplace tout à droite, on prend le risque d'être éjecté-e de la route. Il est nécessaire et légitime pour les cyclistes de contrôler le dépassement par des véhicules à moteur : rouler large, utiliser plus de place sur la voie et, quelquefois, toute la voie. faire ralentir les motorisés n'est pas interdit. Seuls de très rares usagers s'impatienteront, tenteront une intimidation, mais ne passeront pas aux actes ! Il ne faut jamais avoir peur de rouler à son rythme, car nous sommes aussi le trafic, nous en faisons partie intégrante ! La voiture n'est pas un moyen rapide de déplacement en ville. Ce ne sont pas les cyclistes qui ralentissent les voitures mais les embouteillages, les feux, les camions de livraisons, sans parler de la recherche d'une place de stationnement...

Quand plusieurs voies Quand il y a plusieurs voie dans la même direction, tu peux te placer au milieu de la voie de droite : les automobilistes désirant te dépasser devront le faire en utilisant une voie de gauche. Dans le cas inverse, en se serrant le plus à droite possible, tu encourages les automobilistes à te dépasser, surtout si les voies de gauche sont occupées. S'il y a une voie dessinée au sol pour les cyclistes, utilise-la mais en suivant également les conseils plus hauts qui s'appliquent qu'il y ait ou non une voie spéciale : si la voie est contre les voitures garées, garde tes distances, si elle est encombrée, semée de débris, ne l'utilise pas. Fais toujours attention aux piétons traversant, aux voitures tournant à droite, etc... Selon le code de la route, les voies cyclables ne sont pas obligatoires lorsqu'elles sont indiquées par un panneau carré. Seules celles indiquées par un panneau rond sont obligatoires. Mais comme avant il n'y avait que le panneau rond, de nombreuses pistes non obligatoires conservent ce panneau... Attention également surtout aux camions, bus, véhicules longs : éviter de les dépasser par la droite même sur la voie réservée : en tournant, ils n'ont aucune chance de te voir.

Quand on a une vitesse plus élevée que les autres usagers Quand tu vas aussi vite ou plus vite que les voitures : en descente, ou quand la circulation est dense, comporte-toi comme une voiture : place-toi dans la circulation comme les autres voitures, double celles qui sont devant toi par la gauche (les conducteurs s'attendent à être dépassés par la gauche, pas par la droite, et regardent généralement avant de se déplacer en conséquence). Un taxi, un bus, ou une simple voiture, doublée par la droite : danger car des personnes peuvent y entrer ou en sortir rapidement et, légitimement, sans surveiller si la voie est libre. Avant de doubler, vérifie par un coup d'oeil par dessus l'épaule et en face si la voie est libre. Attention en particulier aux deux-roues à moteur. Au feu rouge, remonter la file par la gauche et se placer devant la première voiture permet d’être bien visible et éventuellement de tourner à gauche plus facilement Pour remonter une voie de voitures, être très vigilant et avoir une vitesse réduite : une porte peut s'ouvrir ,un véhicule déboîter subitement, un piéton apparaître, sans que l'on puisse l'éviter faute de place. Ne pas dépasser les voitures à l'arrêt par la droite : les automobilistes ne regardent pas là car ils n'attendent personne de ce côté. Cela représente un danger quand les voitures redémarrent : elles peuvent soudainement tourner ou se déplacer sur la droite même sans prévenir. De plus, en roulant à droite, on s'expose aux portières de voitures et autres dangers pouvant surgir sur sa droite sans possibilité de s'écarter. Attention en doublant un camion ou un bus : le conducteur ne peut pas bien voir si on ne laisse pas un espacement assez important. De plus, devant un bus, un camion, des piétons peuvent déboucher par la droite. Lorsque la file de voitures redémarre, on se réinsère tranquillement derrière une voiture en signalant avec le bras si nécessaire et en contrôlant toujours avant de le faire.

14


Guide du vélo en ville/Où se placer sur la route ?

L'essentiel Certains cyclistes urbains ont tendance à chercher à se placer à l'extrême droite de la route par crainte d'être trop serrés par les automobilistes les dépassant ou d'impatienter les automobilistes. Mais cette position est la plus dangereuse : moins visibles, trop près des voitures en stationnement. Cela incite les automobilistes à les dépasser même s'il n'y a pas la place suffisante. et plus de place pour fuir un danger. Il ne faut pas être trop timide ou craintif : prendre la place qui nous revient, même si cela conduit à ralentir la circulation, se placer plutôt à droite quand on roule lentement, doubler par la gauche, garder ses distances avec le bord du trottoir et les véhicules en stationnement (au moins un mètre). << Démarrer, s’arrêter, virer : ça s'apprend aussi ! | Où se placer sur la route ? | Que faire aux intersections ? >>

Guide du vélo en ville/Que faire aux intersections ? Ce livre se veut la somme d'avis, d'expériences divers. N'hésite donc pas à participer à sa rédaction collective en cliquant sur "modifier". Si certains conseils, points de vue paraissent inconciliables, opposés, merci de les ajouter en l'indiquant et d'en dire un peu plus en modifiant la page de "discussion" rattachée à cette page.

Principes de base Être à la bonne place En approchant de l'intersection, il faut se positionner en fonction de sa destination : les tourne-à-gauche dans la partie gauche de la voie, les tourne-à-droite dans la partie droite, les autres entre les deux. Il faut suivre les indications au sol quand il y en a : il ne faut pas se retrouver dans la voie des tourne-à-droite si on va tout droit ! On doit suivre les indications du code de la route : feux, panneaux stop ou cédez-le-passage, priorité à droite...et ne pas oublier de laisser la priorité aux piétons qui s'engagent sur le passage piéton. Si à une intersection, on continue tout droit, il faut faire attention à se placer sur la bonne voie : il faut quitter la voie qui est indiquée pour ceux qui tournent à droite, en se déplaçant vers la gauche. Quand on change de voie, il faut regarder derrière soi, il ne faut pas se fier à ses oreilles ! Si un autre véhicule vous suit, il faut lui signaler avec le bras son futur changement de direction. Il faut même le faire si l'on est certain qu'il n'y a personne ! C'est le code de la route et deux précautions valent mieux qu'une. Si l'on n'a pas de rétroviseur, il faut savoir regarder en arrière sans perdre l'équilibre ou sans faire dévier le vélo : ce qui demande de l'adresse. Cela s'acquiert en s'entraînant, dans un parking vide par exemple : l'important est de garder les bras dans la même position, donc sans bouger le guidon. La meilleure solution est cependant de s'équiper d'un rétroviseur, accessoire peu coûteux et bien utile à la sécurité. Cependant même un bon rétroviseur ne permet pas de voir totalement derrière soi, il y a toujours un angle mort. Deux rétroviseurs peuvent être utiles.

15


Guide du vélo en ville/Que faire aux intersections ?

Donner les bonnes informations Quand on tourne, montrer son intention en se positionnant correctement et en faisant un signal de la main. Tourner à droite est simple : rester dans la voie de droite, ou sur la partie droite de la voie, vérifier l'état de la circulation et tourner. Pour éviter d'être coincé dans le coin, rouler vers le centre de la voie pour éviter qu'une voiture se retrouve à sa gauche et tourne en même temps. Une des principales causes d'accident à vélo est le tourne-à-gauche : le cycliste est obligé de couper la trajectoire des voitures qui le suivent et qui le croisent. Le tourne-à-gauche direct Après avoir bien vérifié qu'aucun véhicule ne s'apprête à dépasser, signaler sa volonté en tendant le bras gauche. Observer comment réagissent les automobilistes, en regardant à deux reprises : laissent-t-ils passer en ralentissant ou non ? Il faut toujours attendre la réaction du conducteur : le signal seul ne suffit pas à assurer le passage. Une fois ces précautions prises, se déporter progressivement sur la partie gauche de la voie, ou la voie la plus à gauche, ou la voie spéciale pour tourner à gauche. Il ne reste plus à s'occuper que de la circulation arrivant d'en face. Veiller à ce qu'il n'y ait pas de véhicule dans l'autre sens. Pour éviter de se retrouver coincé entre deux files de voitures au milieu de la route (position acceptée par le code de la route mais dangereuse pour les cyclistes), on peut se placer plutôt à droite en attendant que la voie se libère des deux côtés. Cette procédure impose de s'y prendre à l'avance pour un changement de direction : il faut anticiper pour avoir plus de chance de passer sans trop attendre, d'abord sur la partie gauche de la voie, puis de l'autre côté de la chaussée. Une autre technique est particulièrement adaptée aux tourne-à-gauche dans les villes où la circulation est dense, comme Paris. Il s'agit d'utiliser une "voiture ouvreuse". Se placer dans la voie la plus à gauche, immédiatement derrière une voiture qui manifeste son intention de tourner à gauche avec son clignotant. Dès que la voiture démarre pour tourner à gauche, la suivre de près. Plus la circulation est dense, plus la "voiture ouvreuse" est facile à trouver, et plus cette technique est utile car un vélo seul aura du mal à se faire céder le passage. Cette technique permet aussi d'éviter de se faire rentrer dedans lors de l'attente pour tourner, puisque la "voiture ouvreuse" rend le cycliste plus visible.

16


Guide du vélo en ville/Que faire aux intersections ?

17

Le tourne-à-gauche indirect On peut toujours tourner à gauche en deux temps, en se plaçant d'abord à droite, jusqu'à l'intersection où l'on désire tourner. On s'insère alors dans la circulation de la voie transversale, ou on traverse comme un piéton.

Traversée d'intersections peu courantes Où il faut redoubler d'attention, notamment en ce qui concerne notre placement, des fois, c'est un peu compliqué. S'introduire dans la circulation : éviter, même si c'est pour quelques mètres, d'être pas là où on ne vous attend pas (contre-sens, traversée de voies, etc).

Rampe d'entrée ou de sortie Vous roulez sur la route et une rampe d'entrée rejoint cette route devant vous : restez dans votre voie. La circulation qui arrive de la rampe passera devant puis derrière vous.

Un passage particulièrement délicat...

Une rampe de sortie est comme un tourne-à-droite, mais la vitesse des voitures qui s'y engage reste élevée. Si vous continuez tout droit et qu'une rampe de sortie est sur la droite, restez dans votre voie. Les usagers s'y engageant passeront devant puis derrière vous.

Rond-point À une voie : dans un petit giratoire (une seule voie circulaire et avec des branches d'approche également à une seule voie) le cycliste doit rouler au milieu de la voie. Le cycliste doit absolument prendre sa place et l'encombrer le plus possible de sa présence. En effet si sa trajectoire suit l'extérieur du giratoire, il invite les automobilistes à le dépasser, et il se trouvera en situation de conflit et de danger dès la branche suivante s'il doit poursuivre dans l'anneau. À plusieurs voies : Restez sur voie de droite en indiquant, à chaque nouvelle sortie que vous n'empruntez pas, votre intention avec votre bras gauche (la situation est dangereuse car les voitures sortant vous coupent la route), puis quand arrive votre sortie, signalez là avec votre bras droit. Ou faire comme les voitures : si vous ne sortez pas à la première sortie, placez-vous sur la voie centrale, où la circulation n'est pas plus rapide, puis, au moment de sortir, replacez-vous à droite puis engagez-vous dans la sortie, en l'indiquant à chaque fois. Dans un rond-point ayant une bande cyclable matérialisée : N'utilisez en aucun cas cette bande ou pire les damiers situés aux embranchements. Au contraire, roulez au milieu de la bande destinée aux voitures comme si vous étiez en automobile. Ces marquages scandaleux vous forcent à évoluer à l'extérieur du rond-point et perpendiculairement à la circulation des voitures sur les entrées et sorties. Dans les angles morts des automobilistes, venant de nulle part à une allure difficilement appréciable pour l'automobiliste, c'est l'accident assuré.


Guide du vélo en ville/Que faire aux intersections ?

Deux tourne-à-gauche à la volée Par exemple, à une intersection, vous prenez à gauche, puis quelques dizaines de mètres après, encore à gauche dans une voies secondaires : dans ce cas, ne revenez pas à droite une fois passée l'intersection, terminez votre premier tournez-à-gauche en vous positionnant à gauche ou sur voie de gauche, afin d'être bien placé pour le second tourne-à-gauche.

Intersection en Y Quand la route principale a un virage vers la gauche avec une intersection sur la droite ou en face, même si vous restez sur la voie principale, attention aux voitures qui pourraient vous doubler et tourner à droite, ou aux voitures arrivant de la droite et s'engageant devant vous : une bonne position sur la chaussée, voire une indication du bras, feront comprendre à l'automobiliste l'intention du cycliste.

L'essentiel Vous pouvez circuler en toute sécurité au passage de la plupart des intersections. Un positionnement sur la bonne voie est le plus important. Anticipez le changement de voie quand nécessaire, surtout quand vous tournez à gauche. Avant de changer de direction, regardez d'abord si la voie est libre (coup d'oeil derrière quand on change de file, sur les côtés quand on aborde une route plus importante, en face quand on tourne à gauche) puis signalez clairement vos intentions : bras tendu. Pouvoir contrôler facilement la circulation arrivant derrière vous est essentiel. Mais il faut toujours faire attention aux autres usagers n'indiquant pas leur changement de direction, ne regardant pas avant de s'engager, ou changeant d'avis en cours de route sur la direction adoptée. << Où se placer sur la route ? | Que faire aux intersections ? | Roulez sous la pluie, dans l'obscurité >>

Guide du vélo en ville/Rouler sous la pluie, dans l'obscurité Ce livre se veut la somme d'avis, d'expériences divers. N'hésite donc pas à participer à sa rédaction collective en cliquant sur "modifier". Si certains conseils, points de vue paraissent inconciliables, opposés, merci des les ajouter en l'indiquant et d'en dire un peu plus en modifiant la page de "discussion" rattachée à cette page. Si vous êtes adepte du vélo utilitaire, pour se rendre au travail par exemple, il vous arrivera de rouler la nuit ou sous la pluie. C'est la situation la plus dangereuse pour les cycliste en raison du manque de luminosité. Mais un comportement et un équipement adéquats permette d'aborder ces situations en toute confiance.

18


Guide du vélo en ville/Rouler sous la pluie, dans l'obscurité

La nuit Vous avez besoin de lumières, même si la route est éclairée par des lampadaires. Ne croyez pas que vous êtes vus simplement parce que vous y voyez assez pour rouler! Vous devez obligatoirement avoir phares + réflecteurs, blanc à l'avant et rouge à l'arrière. Le Code de la route vous impose également un dispositif réfléchissant visible latéralement, et des réflecteurs de pédale.[1]

Différentes solutions pour les phares • À petite batterie, suffisant dans environnement illuminé. Des piles rechargeables permettent de diminuer le coût de ces systèmes. Le phare avant doit être réglé sur une position haute, son intérêt étant d'être vu. Un éclairage amovible à piles peut être une bonne solution si vous utilisez un VTT à la fois en Tout-terrain et en ville, ou si vous voulez utiliser un même éclairage pour vos 2 vélos. • Les phares alimentés par "dynamo" : Avec une dynamo vous n'aurez plus le souci de rentrer dans le noir avec des piles à plat, et vous n'alimenterez pas les stocks de déchets toxiques. Une dynamo fournit une puissance standard de 3W sous une tension de 6V. En France l'ampoule avant a une puissance de 2,4W et l'ampoule arrière, une puissance de 0,6W. C'est donc un éclairage deux fois plus puissant que les systèmes à piles dont la puissance courante est de 1,2W. Les dynamos de moyeu sont plus coûteuses mais plus fiables, silencieuses et ont un meilleur rendement que la majorité des dynamos latérales - elles supportent des ampoules avant halogène 3W au lieu de 2,4W, ce qui fait une vraie différence. Si vous roulez régulièrement de nuit (par exemple matin et soir en hiver), l'investissement vaut le coup. Sur route mouillée certaines dynamos latérales peuvent patiner. Certains modèles de phare ont un condensateur qui permet de maintenir le phare allumé pendant environ 3 minutes à l'arrêt du vélo. • Ampoules : Les phares halogènes sont nettement plus lumineux que les ampoules classiques, mais nettement moins que les diodes électroluminescentes. • Diodes électroluminescentes : Durée de vie très supérieure aux ampoules, et nettement moins gourmandes en énergie, c'est la solution utilisée dans les Velib, car la plus fiable. Les diodes rouges sont courantes et conviennent bien, leur puissance peut aller jusqu'à 0,5W , ce qui les rend visible à plusieurs centaines de mètres. Les phares à diodes blanches commencent à devenir abordables et sont performants; à puissance équivalente, ils éclairent de 5 à 10 fois plus qu'une ampoule à incandescence. L'investissement vaut le coup, notamment hors agglomération. • Les piles : Si vous roulez régulièrement de nuit, surtout avec un phare halogène, vous aurez vite amorti des piles rechargeables. Mais attention, la tension baisse très vite en fin de cycle, qui plus est, le froid peu décharger les piles rechargeables. Partez avec un jeu de rechange si vous avez des trajets un peu longs à faire.

Réglages Bien régler la hauteur du phare avant, avec système puissant, de manière à éclairer la surface de la route et les possibles obstacles, avec un système moins puissant, de manière à être vu de face : Face à un mur, en déplaçant le vélo d'avant en arrière : le centre du halo doit rester à la même hauteur. Contrôler le bon fonctionnement des deux phares, en demandant à quelqu'un d'autre par exemple. N'oubliez-pas d'emporter ampoules et/ou piles de rechange, et même une petite lampe de poche, quand vous prévoyez de rouler de nuit.

19


Guide du vélo en ville/Rouler sous la pluie, dans l'obscurité

Réflecteurs Des réflecteurs en supplément (sur pédales, roues, pinces à pantalon, sacs et vêtements, sur cadre...) ne sont utiles que s'ils ne sont pas trop sales ou cachés. On trouve également des bandes adhésives réfléchissantes, pour garde-boue, cadre, ou casque. Le réflecteur arrière doit être assez grand et bien positionné : pas dirigé vers le haut ou le bas. Les réflecteurs ne remplacent en aucun cas des lumières : des piétons en face de vous ne les verront pas. Des voitures débouchant à droite ou à gauche au devant de vous non plus, leurs phares éclairant en face d'elles. Gilet réfléchissant Le gilet réfléchissant, souvent jaune ou orange fluo, se porte par dessus les vêtements. Il est équipé de bandes réfléchissant la lumière des phares des autos. Léger au porte-feuille (entre 5 et 10 €) comme sur le dos (une centaine de grammes), il est souvent plus visible, pour l'automobiliste, qu'un petit lumignon rouge à l'arrière de la bicyclette. C'est un élément de sécurité important, probablement au moins autant que le casque, même de jour. Son port est obligatoire hors agglomération, de nuit ou par faible visibilité.

Comment circuler la nuit ? Se servir de son phare avant pour attirer l'attention d'automobilistes, ceux arrivant d'une rue perpendiculaire par exemple. S'il n'y a pas d'éclairage public, ne pas rouler trop vite pour voir où l'on va, en descente principalement. Attention aux usagers saouls près sorties de bar, de discothèque... Un truc quand on est sur une route non-éclairée : regardez l'ombre portée du vélo sur la route quand une voiture arrive derrière : l'ombre se déplace vers la droite quand la voiture se déporte vers la gauche, pour vous doubler.

Comment circuler en temps humide ? Rester au sec : une question d'équipement Une capuche limitera le champ de vision, un imperméable deviendra aussi mouillé à l'intérieur qu'à l'extérieur à cause de la non évacuation de la transpiration, un poncho ou une veste trop longs pourront se prendre dans les roues. Le mieux est peut-être de s'équiper d'une cape de pluie pour cycliste, c'est-à-dire taillée pour être portée sur un vélo. On peut attacher l'avant au guidon pour faire comme un auvent couvrant les jambes. Une cape de couleur claire vous rendra plus visible. Cette cape augmente cependant la prise au vent. L'aération est possible par en dessous. Mais les garde-boue sont alors indispensables car la cape ne protège pas des projections venant du bas. Une veste imperméable et respirante, avec également une bonne aération pourra également faire l'affaire. Pour la tête un casque entièrement fermé (casque spécial vae), et pour le bas un pantalon, déperlant, respirant suffit (de la grande marque des sous vêtements chauds respirant O....) Pour protéger le bas des jambes et les pieds, il existe dans le commerce des guêtres type vélo, qui recouvrent totalement la chaussure et le bas de la jambe. Ces guêtres se fixent rapidement par un velcro ou une fermeture éclair sans enlever les chaussures. On peut également s'équiper d'un couvre-casque et installer une bavette sur le bas du garde-boue avant afin de protéger les pieds. Le port d'une casquette sous la capuche permet de tourner la tête en faisant suivre l'ouverture de la capuche, et limite grandement les gouttes dans les yeux. Les automobilistes sont moins attentifs et ont une moins bonne visibilité. Attention aux éclaboussures des véhicules vous dépassant : risque de déséquilibre.

20


Guide du vélo en ville/Rouler sous la pluie, dans l'obscurité

Freinage et pluie Le freinage d'un vélo est modifié par temps de pluie : les patins des freins adhérent moins à la jante si celle-ci est en acier. La distance de freinage est alors considérablement augmentée. Il faudra donc, avant d'avoir besoin de freiner, assécher les jantes en actionnant légèrement plusieurs fois de suite les freins. Les jantes en aluminium n'ont pas ce défaut. Un autre système de freinage (dans moyeu, à disque) pourra aussi améliorer la qualité du freinage.

Surfaces dangereuses Il faut faire particulièrement attention aux surfaces métalliques sur la route, telles que les plaques de chantier, les plaques d'égouts, et surtout les RAILS DE TRAM qui sont déja dangereux par temps sec mais encore pires sous la pluie. Il faut prendre garde également aux surfaces peintes (signalisation), aux feuilles, aux flaques d'huile ; celles-ci sont très glissantes. Il convient aussi de ne pas traverser des flaques dont on voit pas le fond : elles peuvent cacher des trous. Rentré à la maison, il est recommandé de sécher le vélo et de lubrifier les parties en mouvement, en particulier la chaîne, pour éviter l'oxydation.

L'essentiel Rouler la nuit est raisonnablement sûr si on est bien équipé : au moins phare avant et réflecteur arrière. Un feu arrière et des réflecteurs supplémentaires vous rendront bien plus visibles (de plus, requis par code de la route). Des vêtements clairs, des bandes réflectives sur le sac, le casque sont un plus. On peut même avoir des gants réflecteurs pour pouvoir signaler un changement de direction. On est généralement plus attentif quand on roule de nuit, cela limite les risques. Pour rouler confortablement sous la pluie, le vélo doit être équipé de garde-boue, le cycliste doit être couvert. Attention aux freins, moins efficaces, et en général le vélo lui-même adhère moins à la route. << Que faire aux intersections ? | Roulez sous la pluie, dans l'obscurité | Comment se sortir de toutes les situations difficiles ? >> [1] Extraits du code de la route par la FUBicy (http:/ / fubicy. org/ cdlr/ eclairage. htm)

21


Guide du vélo en ville/Comment se sortir de toutes les situations difficiles ?

Guide du vélo en ville/Comment se sortir de toutes les situations difficiles ? Ce livre se veut la somme d'avis, d'expériences divers. N'hésite donc pas à participer à sa rédaction collective en cliquant sur "modifier". Si certains conseils, points de vue paraissent inconciliables, opposés, merci des les ajouter en l'indiquant et d'en dire un peu plus en modifiant la page de "discussion" rattachée à cette page. Quand la circulation est dense, que les équipements ne sont pas adaptés, que des usagers enfreignent la loi, il faut pouvoir faire face à la situation et se sortir de celle-ci, savoir prendre l'initiative en restant prudent, se faire respecter et rester respectueux des autres usagers, Voir et être visible, prévoir et être prévisible.

Anticiper, analyser Faire preuve d'anticipation, observer, utiliser son ouïe.

Camions, bus Longs, larges, les camions, bus et autres véhicules de gros gabarit sont particulièrement dangereux pour les autres usagers de la route. Une collision avec un camion ou tout autre véhicule de gros gabarit, même si la vitesse est faible, aura des conséquences très graves : le risque de mortalité est 4 fois plus important si un poids-lourd est impliqué dans un accident avec un vélo (ONISR/DSCR, 2004) Quand tu es dépassé par ce genre de véhicule, attention au souffle qui peut te déséquilibrer. Quand un véhicule long tourne à droite ou à gauche il a besoin d'un espace supérieur à sa largeur : l'arrière se déporte à gauche s'il tourne à droite et à droite s'il tourne à gauche. En tournant à droite, l'avant se déporte d'abord à gauche puis leurs roues arrières passent très près du trottoir : tu peux alors te retrouver bloqué, surtout si des barrières barrent l'accès au trottoir, et le chauffeur ne verra rien. Ne les dépasse ni par la droite ni par la gauche quand ils manoeuvrent.

Champ de vision limité Le chauffeur ne te voit pas forcément si tu es sur les côtés, à cause des angles morts importants, et pas du tout si tu es derrière. Dans le cas de gros camion, le chauffeur ne te verra pas si tu es trop près de la cabine, devant ou sur les côtés. Se placer bien à l'avant. Chercher dans tous les cas à établir un contact visuel avec le chauffeur, soit directement, soit par l'intermédiaire des rétroviseurs. En bref, se positionner suffisamment devant ou derrière, mais jamais sur les côtés.

Le prix de la porte Souvent sous-estimé, le risque de collision avec une porte d'un véhicule en stationnement qui s'ouvre devant toi est sérieux et la collision peut avoir des conséquences graves. Il faut partir de l'hypothèse que toutes les portes des voitures garées et des taxis en stationnement peuvent s'ouvrir juste à ton passage ! On ne doit pas circuler à moins de la distance d'une porte des véhicules garés. Et même si ça empêche les voitures de te doubler par manque de place : ne laisse pas l'impatience (infantile ?) des autres te mettre en danger. A noter : l'ouvreur de portière est toujours responsable donc ne te laisse pas abuser par quelqu'un qui invoquerait un défaut de maîtrise de ton véhicule (valable par ailleurs, si tu rentres dans une voiture qui freine par exemple). Article R417-7 du Code de la Route: "Il est interdit à tout occupant d'un véhicule à l'arrêt ou en stationnement d'ouvrir une portière lorsque cette manoeuvre constitue un danger pour lui-même ou les autres usagers. Le fait de contrevenir aux dispositions du présent article est

22


Guide du vélo en ville/Comment se sortir de toutes les situations difficiles ? puni de l'amende prévue pour les contraventions de la première classe".

Obstacles Les défauts de la chaussée sont une cause de chute importante pour le cycliste. Il vaut toujours mieux les anticiper que de les subir. Ne roulez donc pas à la même vitesse selon que vous connaissez ou non le parcours (emplacement des plaques d'égout, etc..). Même si vous connaissez votre trajet, adaptez votre vitesse selon les conditions variables susceptibles de produire plus ou moins d'obstacles (météo, travaux, heure de pointe, heure de sortie d'école, etc). Apprendre à bien identifier et anticiper les situations qui peuvent provoquer une perte d'équilibre ou une chute et à les éviter vous permettront de rouler plus sûrement. • Les surfaces glissantes ou non-stabilisées peuvent être des plaques d'égout mouillées, des plaques de fer placées temporairement pour recouvrir une tranchée, des marques au sol (passage piéton). Des éléments additionnels peuvent rendre la chaussé plus glissante: gravillons, neige, verglas, feuilles, herbe coupée, tâches d'huile. Dans tous les cas, il faut éviter ces zones ou si ce n'est pas possible, les aborder avec précaution, c'est à dire sans tourner, freiner ou accélérer. • Les rails de tramways ou les rebords de trottoirs sont à prendre à angle droit. Il faut à tout prix éviter un angle d'attaque trop tangentiel. Pour les rails, vérifier toujours si la voie est libre avant de procéder (coup d'œil par dessus l'épaule). • Les grilles d'évacuation d'eau : mieux vaut les éviter. La roue avant peut se bloquer dedans et provoquer votre éjection du vélo. Les grilles repérées comme dangereuses doivent être signalées au service compétent de la mairie pour permettre leur changement. • Les cailloux, bosses ou nid de poule provoquent un choc et peuvent endommager les roues. Il faut les éviter en tournant rapidement le guidon juste avant l'obstacle, puis en rétablissant la trajectoire. Entrainez-vous à effectuer cette manœuvre dite d'évitement d'obstacle sur un espace dégagé en augmentant progressivement la vitesse. On peut aussi en dernier recours éviter ces obstacles en sautant (pédales à l'horizontal). Tirer sur le guidon pour faire passer la roue avant au-dessus de l'obstacle, la roue arrière passera tant bien que mal, mais le pire sera évité. • Avant de dépasser un véhicule plus lent ou d'éviter un obstacle situé sur le bord droit de la route (chantier, auto garée en double-file), jeter un coup d'œil en arrière pour s'assurer que l'on peut se déplacer vers le milieu de la chaussée sans être mis en danger par des véhicules qui suivent. Après cela, donner un signe de la main et effectuer la manœuvre. • Dans le cas d'une voiture qui arrive d'une rue à droite et qui vous coupe la route, une des solutions peut être de vous engouffrer dans cette rue en tournant rapidement sur la droite. S'il est trop tard pour effectuer cette manœuvre, vous pouvez aussi tourner à gauche parallèlement à la trajectoire de la voiture. Dans ce cas, attention au trafic venant d'en face. Pour tourner rapidement sur la droite, il faut d'abord donner un rapide coup de guidon vers la gauche pour amorcer votre trajectoire sur la droite : question d'équilibre : le vélo en dessous de vous se déplace vers la gauche tandis que votre corps aura tendance à pencher vers la droite, suivi rapidement par le vélo. Dans tous les cas, ne tentez qu'une manœuvre que vous maîtrisez. Il faut noter que même si vous n'arrivez pas à éviter la voiture, plus vous serez parallèle à elle, moins violent sera l'impact. Il peut être utile également dans un virage pris trop rapidement pour reprendre une trajectoire qui évite une sortie de route, de donner un petit coup de guidon vers l'extérieur de la courbe pour retrouver une trajectoire plus raide. Encore une fois, à tester par vous même.

23


Guide du vélo en ville/Comment se sortir de toutes les situations difficiles ?

Bouchons A vélo, on n'est généralement pas stoppé par les bouchons, un des avantages de ce mode de transport. Mais attention à rester prudent ! Les véhicules immobilisés dans un bouchon présentent les mêmes risques que ceux garés ou à l'arrêt sur le bord d'une voie : porte ouverte, angle mort, arrêt et démarrages non prévisibles. Donc remonter la circulation très prudemment, les mains sur les leviers de frein. Attention aux véhicules qui "déboîteraient" rapidement pour s'extraire du bouchon, en passant sur la voie de gauche, l'accotement, le trottoir ou des emplacements de stationnement. Regarder les roues avant des véhicules pour prévoir direction possible des véhicules. Si un doute, alertez les autres usagers de votre présence. Si le trafic est bloqué mais avec un espace entre les véhicules, d'autres usagers coupant la route peuvent s'y engouffrer : piétons, autres deux-roues, voitures. Attention donc, surtout si vous dépassez un camion ou bus sans aucune visibilité de ce qui se passe devant.

Trottoirs et pistes cyclables Les trottoirs ne sont pas des endroit sûrs (à cause de nombreux obstacles) et ils sont interdits aux cyclistes agés de plus de 8 ans. Les trottoirs sont souvent étroits donc peu de visibilité pour vous et les autres, surtout si arbres, voitures garées, portes cochères, kiosques, etc. Peu de place aussi pour éviter les obstacles. Les piétons et animaux, imprévisibles quant à leur trajectoire. Prévenir les usagers de votre présence : voix, sonnette, bruit du vélo, contact visuel. De plus, les voitures débordent souvent sur les trottoirs : quand allée, entrée de garage, voie privée. Quand vous descendez du trottoir pour traverser une rue, vous vous retrouvez également dans la circulation, sans être vraiment prévu par les autres usagers. Donc être très vigilant, rouler lentement quand vous êtes sur un trottoir. Il est bon de rappeler que le code de la route ne tolère les cyclistes sur les trottoirs que s'ils ont moins de 8 ans. Les cyclistes plus âgés ne sont pas autorisés, sauf signalisation positive en ce sens (trottoir cyclable, ...). Les voies cyclables ne sont pas sans dangers et leur absence n'est pas un signe de danger pour les cyclistes. Les pistes ou bandes cyclables ne sont pas obligatoires la plupart du temps. Le Code de la Route interdisait les vélos sur les voies de circulation automobile d'une route bordée par une bande ou une piste cyclable, mais la réforme du code de la route de 1998 a changé le statut par défaut des voies cyclables : sauf exception, elles sont recommandées, mais le cycliste conserve la possibilité de rouler sur la chaussée adjacente s’il préfère. Pour les pistes cyclables, attention aux autres usagers, autorisés ou non, aux voitures garées et surtout, aux intersections, où il faut bien vérifier que la voie est libre avant de s'engager.

Toujours faire en sorte que l'on te voit On est sûr d'être vu seulement quand on établit un contact visuel avec un conducteur ou qu'il réagit à votre présence. Si un automobiliste débouche d'une rue à ta droite, regarde-le à travers le pare-brise ou la vitre de la portière : s'il ne te regarde pas, redouble de prudence, même si tu as la priorité, même si sa voiture est à l'arrêt. Ralentir, signaler sa présence. Ne passer qu'en étant sûr que l'automobiliste vous ait vu.

Angle mort des autres usagers On domine généralement la circulation car la position haute du vélo permet de voir au-dessus des voitures. Mais attention aux véhicules plus hauts : 4x4, camionnette, bus, camion. Avec ces véhicules, vous avez une portion mouvante de l'espace qui vous est caché. Par exemple, vous voulez tourner à gauche, il y a deux voies venant de face à traverser. Indiquant votre intention, l'unique véhicule arrivant en face, sur voie la plus proche de vous, un camion, vous laisse le passage. Êtes-vous en sécurité pour tourner? Non! Derrière le camion, une voiture peut arriver rapidement sans que vous, ni elle, ne puissiez vous voir l'un l'autre.

24


Guide du vélo en ville/Comment se sortir de toutes les situations difficiles ?

Les feux de signalisation Pourquoi respecter les feux rouges ? • parce que la vie est belle ! • c'est la loi (Article R412-30 du Code de la Route) et l'amende peut être douloureuse. • c'est plus sûr : il y a toujours un risque à franchir un feux rouge : on peut mal évaluer la vitesse des voitures, ou bien être distrait et carrément ne pas les voir arriver ! • on augmente la bonne réputation de l'ensemble des cyclistes : on est vu comme un usager régulier de la route responsable et respectueux des autres. Même si devoir s'arrêter souvent en ville allonge significativement le temps des trajets, il est plus prudent de s'arrêter aux feux rouges surtout si l'on a peu d'expérience des déplacements à vélo. Il est aussi vivement conseillé d'être attentif même lorsque le feu est vert : si les cyclistes ne risquent que leurs propres vies en "brûlant" des feux, il existe des gens qui risquent la vie des autres en le faisant à bord de lourds engins motorisés !

Détecteur de véhicule Il peut arriver qu'un feu équipé d'un détecteur de véhicule ne détecte pas ton vélo : tu peux attendre qu'une voiture arrive pour déclencher le feu vert ou te positionner sur l'un des bords de la fissure ayant servi à enfouir la boucle de détection de métal (cela suffit en général pour que le métal du vélo produise le changement d'impédance signalant ta présence). Le plus important est de signaler ce dysfonctionnement aux associations et aux autorités : un bon système de détection doit prendre en compte tous les usagers de la route !

Chauffard Quand un automobiliste tente de couper votre priorité (arrivant en face et voulant tourner à sa gauche, arrivant de droite avec un stop ou un céder le passage) en vous intimidant : menaçant de le faire en avançant lentement ou bien en descendant de son véhicule et en gesticulant comme un pantin désarticulé. Généralement, pas un grand danger, à vélo, vous pouvez facilement vous arrêter en percutant le véhicule, en freinant fermement ou bien éviter une collision en changeant de trajectoire. Ainsi, dans ce cas, en restant vigilant, ne vous arrêter pas de pédaler, placez-vous bien dans la voie et continuez votre chemin. Jugez quand il vous serait nécessaire de vous arrêter au cas où l'automobiliste passe quand même, pour éviter sa trajectoire. Face à son bluff, bluffez-le à votre tour pour affirmer votre droit d'usager de la route au même titre que lui. Si un conducteur de véhicule immatriculé tente, par inadvertance ou intentionnellement, de vous mettre en danger, vous avez la possibilité de noter son numéro d'immatriculation, le type de véhicule, si c'est un véhicule commercial, l'entreprise employeur. Prendre une photo du véhicule ou de la plaque à l'aide de son téléphone portable peut aussi être très utile et impressionnera le chauffard. Ce sera utile pour déposer plainte, signaler à l'employeur ou au autorité le comportement dangereux du conducteur. Aux heures de fermeture des bars ou de sortie de boîte, attention aux conducteurs ivres.

À plusieurs Rappel code en France : à deux de front, c'est permis mais laisser la place quand la circulation l'exige. Avoir un rétro pour se rabattre dès qu'une voiture arrive. Ne jamais être à deux de front juste après haut de côte ou quand virage : un véhicule peut arriver rapidement en vous voyant au dernier moment. Distance pour doubler : valable quand on double un autre vélo (on peut dire bonjour en même temps !) et toujours par la gauche ! Doubler par la droite obligera l'autre vélo à se déporter rapidement sur la gauche et il se mettra en danger. Trajectoire droite, quand plusieurs vélos : pour éviter collisions. Plus distance de sécurité, de tous côtés. Pour carrefour, changement de voie,

25


Guide du vélo en ville/Comment se sortir de toutes les situations difficiles ? faire comme si on était seul, ne pas suivre aveuglément le vélo devant vous. Quand vous êtes plusieurs à la queue leu leu, le premier doit informer les autres des obstacles : surface de la route dangereuse, changement de l'accotement...

Que faire en cas d'accident ? La première chose à faire, pour vous et d'autres éventuelles victimes, c'est de prévenir un sur-accident, puis si nécessaire alerter les secours en précisant bien lieu de l'accident, de faire constater et diagnostiquer éventuelles blessures : attention, pas toujours visible tout de suite. Avant de reprendre le vélo, vérifier son état en détail : cadre, roues en particulier. Le plus souvent, vous serez le seul concerné par un accident à vélo : chute, glissade, choc, dû à perte d'équilibre, obstacle ou surface dangereuse sur la route : accidents le plus souvent évitables avec une meilleure habilité et vigilance de votre part. Mais si d'autres personnes sont concernées par l'accident, après s'être occupé des secours et des soins éventuels pour chacun, il faut rassembler le plus d'infos : noms, assurance des protagonistes, constat à l'amiable (pensez à en avoir toujours un sur vous, il a la même fonction que pour les automobilistes, noms et coordonnées de témoins. En cas de fuite d'un des protagonistes, ou de conflit, pensez à relevez les numéros d'immatriculation, relevez les identités et coordonnées de témoins. En tant que cyclistes, vous êtes couverts par votre assurance responsabilité civile, mais vous pouvez également souscrire une assurance spéciale en complément. En ce qui concerne les dommages tant physiques que matériels, gardez à l'esprit que vous le les découvrirez que plus tard. Si pas d'accord sur origine de la faute, demander l'aide des services de police ou de gendarmerie et vérifiez que votre version des faits est bien enregistrée. Défendez vos droits d'usagers de la route face à des policiers ou agents d'assurance peu sensibles à la cause des cyclistes : dans ce sens, ne jamais laisser entendre que vous pourriez être fautif, ne jamais dire que tout va bien pour vous et votre vélo (blessures et dommages peuvent n'être remarqués que plus tard. Si l'on vous fait tomber intentionnellement, c'est rare mais les barjos ça existe, vous pouvez porter plainte pour mise en danger délibérée de la vie d'autrui. Insistez lors du dépôt de plainte. C'est le procureur, après étude des services de police, qui décidera de la recevabilité de la plainte.

Comment améliorer les relations entre cyclistes et automobilistes ? Avoir une trajectoire prévisible pour les automobilistes, respecter code de la route, donner une image responsable, communiquer : signaler tout changement de direction, ses intentions, remercier d'un geste, établir contact visuel, sourire, faire la grimace... Il y aura toujours des chauffards décrétant que le vélo n'a rien a faire sur la route, surtout quand il est devant lui : coup de klaxon, accélération intimidatrice, doublement serré, insultes... Ne vous laissez pas intimider : gardez la place qui vous revient dans la circulation, ne répondez pas à la provocation inutilement mais faites preuve de pédagogie et de patience avec ces personnes si arriérées et souvent énervées par les difficultés de la circulation automobile en ville : montrez-leur que le vélo rend gai et détendu ! Plus il y aura de cyclistes, et de bonnes pratiques de leurs parts, plus les automobilistes comprendront qu'il faut partager la route. De bonnes pratiques, cela signifie qu'en vélo on doit respecter le code de la route, notamment aux intersections, avec les feux de circulation, les priorités. Être exemplaire : chacun agit pour l'image de l'ensemble des cyclistes. Plus il y aura de vélo, plus la circulation sera fluide (un vélo prend beaucoup moins de place qu'une voiture) pour le bénéfice... des voitures restantes. Bien connaître les situations à risque pour pouvoir les anticiper, réagir rapidement. Rester courtois et respectueux des autres usagers de la route, pour éviter les tensions, mais revendiquer votre place comme la loi l'autorise et les règles de sécurité le préconisent.

26


Guide du vélo en ville/Comment se sortir de toutes les situations difficiles ?

L'essentiel Toujours prévoir une trajectoire alternative utilisable en cas de difficulté. Faire preuve d'anticipation pour éviter l'accident. Être sûr qu'on t'a vu en établissant un contact visuel (regarder dans les yeux) avec les autres usagers. << Roulez sous la pluie, dans l'obscurité | Comment se sortir de toutes les situations difficiles ? | En savoir plus >>

Guide du vélo en ville/En savoir plus Ce livre se veut la somme d'avis, d'expériences divers. N'hésite donc pas à participer à sa rédaction collective en cliquant sur "modifier". Si certains conseils, points de vue paraissent inconciliables, opposés, merci de les ajouter en l'indiquant et d'en dire un peu plus en modifiant la page de "discussion" rattachée à cette page.

Des livres • ALLEN, John S., Bicycling Street Smarts (texte intégral en ligne : http://bikexprt.com/streetsmarts/usa/index. htm) • • • • • • •

Guide du cycliste urbain, FUBicy, 2007 Guide du cycliste urbain, 2ème édition, FUB, 2010 Argumentaire pour le vélo en ville, Les dossiers du vélo urbain, FUBicy/IFRESI-CNRS Guide juridique pour les cyclistes verbalisés, Les dossiers du vélo urbain, FUBicy revue Vélocité, bimestrielle, éditée par la FUBicy revue Roue Libre, bimestrielle, éditée par MDB Le Manuel pour la Ville à Vélo (assoc vélo à Lyon)

Sur la Toile • http://www.fubicy.org/rubrique.php3?id_rubrique=18 sur le site de la Fubicy, pages ressources sur le vélo en ville • http://www.weelz.fr/fr/Weelz, Le web magazine du vélo urbain. La référence en France ! • http://www.pignonsurrue.org site de la maison du vélo de Lyon où on trouve de nombreux articles consacrés à la sécurité des cyclistes • http://www.lavilleavelo.org site de l'association du même nom à Lyon • http://www.mdb-idf.org/pratique/dix_conseils, comme son nom l'indique • http://www.velorution.org • Article [1] Le vélo en ville : incongru ou salutaire ?, par l'Association pour la Prévention de la Pollution Atmosphérique • http://perso.orange.fr/velo : un site plein de ressources pour parler de sécurité en vélo • Ma ville à vélo, l'expérience Vélo'v à Lyon [2] • Sur le site d'un amoureux du vélo sous toute ses formes, une page consacrée aux problèmes de sécurité : http:// www.kenkifer.com/bikepages/traffic • http://www.camdencyclists.org.uk/info/tips/ridingsafely/innercity • John Franklin's Cycling Digest (http://www.cyclecraft.co.uk/): site de l'auteur de Cyclecraft, manuel d'apprentissage de la conduite à vélo (non disponible en ligne) • http://www.humantransport.org/bicycledriving/roadvogue de Wayne Pein, guide en ligne, très clair et simple

27


Guide du vélo en ville/En savoir plus • http://bicyclesafe.com • http://probicycle.com/mainedu.html • http://www.bikeleague.org/resources/better/beginningcycling.php

Sur le code de la route français • • • •

http://fubicy.org/cdlr/ http://www.fubicy.org/ancien_site/velocite/62/code.html (adresse temporaire) http://www.mdb-idf.org/dossiers/securite/code-route-en-bref http://www.prefecture-police-paris.interieur.gouv.fr/circuler/cyclistes/cyclistes.htm : le point de vue officiel

Des associations, organismes Les conseils donnés dans ce livre te permettront de rouler en sécurité, mais le plaidoyer des associations pour des rues mieux adaptées à l'ensemble des usagers est plus que nécessaire. FUBicy, Fédération française des Usagers de la bicyclette, 12 rue des Bouchers, 67000 Strasbourg www.fubicy.org fubicy(@)fubicy.org Créée en 1980, fédération réunissant les associations françaises de cyclistes urbains Pro vélo, association bruxelloise, Maison des cyclistes, 15 rue de Londres 1050 Bruxelles www.provelo.org info(@)provelo.org Pignon sur rue, 10 rue St-Polycarpe, 69001 Lyon : avec un Centre de documentation, des rencontres, www.pignonsurrue.org documentation(@)pignonsurrue.org AF3V : Association Française de développement des véloroutes et voies vertes

Vélo-école Développée par des associations de cyclistes, les vélo-écoles peuvent prendre différentes formes et s'adressent aux cyclistes qui désirent renforcer leur capacité à rouler dans la circulation urbaine donner confiance, rassurer ceux qui veulent se lancer mais ont encore une appréhension. Lyon, par l'association La Ville à vélo, veloecole(@)pignonsurrue.org << Comment se sortir de toutes les situations difficiles ? | En savoir plus | Annexe 1: prévenir le vol >>

Références [1] http:/ / www. appanpc. fr/ Dossiers/ Velo. asp [2] http:/ / www. mavilleavelo. com

28


29

Annexes Guide du vélo en ville/Annexe 1: prévenir le vol Ce livre se veut la somme d'avis, d'expériences divers. N'hésite donc pas à participer à sa rédaction collective en cliquant sur "modifier". Si certains conseils, points de vue paraissent inconciliables, opposés, merci des les ajouter en l'indiquant et d'en dire un peu plus en modifiant la page de "discussion" rattachée à cette page. Rien de plus désagréable de se faire voler son vélo. Mais contrairement à ce qu'on entend souvent, ce n'est pas une fatalité : voici quelques conseils pour grandement limiter les risques.

Avoir un antivol efficace En raison de la limite du poids, un bon antivol pour vélo ne sera pas indestructible mais donnera du fil à retordre à l'éventuel voleur : il lui faudra des outils adéquats et au moins dix minutes pour en venir à bout. De quoi décourager la plupart des candidats-voleurs. On peut généralement davantage faire confiance aux antivols en U de qualité, le mieux est de se reporter aux tests régulièrement menés par les associations : Tests d'antivols par la Fubicy : http://www.fubicycode.org/html/pg_htm/antivols.htm Dans tous les cas, il ne faut pas hésiter à investir dans un bon antivol (30 € paraît un minimum), ce n'est généralement pas de l'argent gaspillé.

Faire graver son vélo avec Bicycode Pour donner une chance à ton vélo de te retrouver en cas de vol, offre lui un "tatouage" ! Il s'agit de graver le vélo avec un numéro unique. Le marquage des vélos est une solution éprouvée dans d'autres pays d'Europe (Danemark et Allemagne) où les chances de récupérer son vélo après un vol peuvent dépasser 40%. De plus, le vol et la revente sont plus risqués si la police ou un acheteur peuvent contrôler rapidement si un vélo est volé. Qu'attendons-nous ? C'est parti, avec les associations membres de la FUBicy. Tout est expliqué ici : http://www.fubicycode.org/Et en particulier la Foire aux questions : http://www.fubicycode.org/html/pg_htm/faq.htm

cadre marqué


Guide du vélo en ville/Annexe 1: prévenir le vol

30

Prendre de bonnes habitudes Toujours attacher son vélo, même si on en a pour deux minutes et qu'on reste peu éloigné. Pour les stationnements minute, une bonne solution est le cadenas intégré, généralement sur la roue arrière, très rapide à verrouiller/déverrouiller. Même dans une cage d'escalier ou un local à vélos, le vélo doit être attaché à un point fixe sûr. On peut trouver un "anneau mural" dans les magasins de deux roues motorisés qui se fixe au sol ou au mur et qui permet d'accrocher un anti-vol en U à ce point fixe. Toujours prendre le cadre dans le cadenas et si possible la roue avant ou arrière. Si les roues sont coûteuses, utiliser deux cadenas.

Un vélo bien attaché... mais démonté !

Dans la rue, ne pas laisser son vélo dans un endroit désert ni trop longtemps. Enlever les parties du vélo facilement démontables et qui sont chères : selle ou roue à blocage rapide ou utiliser des écrous antivols. Éviter que l'antivol ne traîne par terre ou sur une surface dure : le travail de destruction de l'antivol est alors facilité.

Assurances Il existe quelques assurances, mais celles-ci ont des critères très strictes qui rendent caduques le remboursement du vélo s'il a été volé la nuit par exemple, ou s'il a été volé sans effraction. Il est donc plus prudent d'investir dans un système anti-vol que dans une police d'assurance. << En savoir plus | Annexe 1: prévenir le vol | Guide du vélo en ville >>


Sources et contributeurs de l’article

Sources et contributeurs de l’article Guide du vélo en ville Source: http://fr.wikibooks.org/w/index.php?oldid=247259  Contributeurs: Alvaro, DavidL, Emmanuel legrand, Fabrice, Savant-fou, Sub, Tavernier, 8 modifications anonymes Guide du vélo en ville/Pourquoi faire du vélo en ville ?  Source: http://fr.wikibooks.org/w/index.php?oldid=304376  Contributeurs: DavidL, Fabrice, Tavernier, 26 modifications anonymes Guide du vélo en ville/Une question d'équipement  Source: http://fr.wikibooks.org/w/index.php?oldid=304391  Contributeurs: DavidL, Fabrice, MREN, Miscanellous, Sub, Sylenius, Tavernier, Yves.brenner, 83 modifications anonymes Guide du vélo en ville/Démarrer, s’arrêter, virer : ça s'apprend aussi !  Source: http://fr.wikibooks.org/w/index.php?oldid=304393  Contributeurs: Alvaro, Atarico, Chevassu, DavidL, Fabrice, Fred.th, Marc, Miscanellous, Tavernier, Yves.brenner, 31 modifications anonymes Guide du vélo en ville/Où se placer sur la route ?  Source: http://fr.wikibooks.org/w/index.php?oldid=296875  Contributeurs: Alvaro, Fabrice, Fred.th, Grasyop, JackPotte, Sub, Tavernier, 20 modifications anonymes Guide du vélo en ville/Que faire aux intersections ?  Source: http://fr.wikibooks.org/w/index.php?oldid=296535  Contributeurs: Fabrice, Fred.th, P-e, Sub, Tavernier, 35 modifications anonymes Guide du vélo en ville/Rouler sous la pluie, dans l'obscurité  Source: http://fr.wikibooks.org/w/index.php?oldid=307394  Contributeurs: Alvaro, Fabrice, Marc, Nl5n, Sub, Tavernier, Yves.brenner, 31 modifications anonymes Guide du vélo en ville/Comment se sortir de toutes les situations difficiles ?  Source: http://fr.wikibooks.org/w/index.php?oldid=304537  Contributeurs: Cron ge, DavidL, Fabrice, MaxLanar, Nl5n, Savant-fou, Sub, Tavernier, Yves.brenner, 56 modifications anonymes Guide du vélo en ville/En savoir plus  Source: http://fr.wikibooks.org/w/index.php?oldid=296552  Contributeurs: Fabrice, Sub, Tavernier, 13 modifications anonymes Guide du vélo en ville/Annexe 1: prévenir le vol  Source: http://fr.wikibooks.org/w/index.php?oldid=259929  Contributeurs: DavidL, Fabrice, Fred.th, Tavernier, 7 modifications anonymes

31


Source des images, licences et contributeurs

Source des images, licences et contributeurs Image:Jarry_velo.jpg Source: http://fr.wikibooks.org/w/index.php?title=Fichier:Jarry_velo.jpg  Licence: Public Domain  Contributeurs: Bohème, Man vyi, Mu, Uhrwerk (kei), Waldir, Wst, 2 modifications anonymes File:Ecarteur_velo.jpg  Source: http://fr.wikibooks.org/w/index.php?title=Fichier:Ecarteur_velo.jpg  Licence: Creative Commons Attribution-Sharealike 3.0  Contributeurs: Yves Brenner File:Ecrou_5_pans_et_clé.JPG  Source: http://fr.wikibooks.org/w/index.php?title=Fichier:Ecrou_5_pans_et_clé.JPG  Licence: Creative Commons Attribution-Sharealike 3.0  Contributeurs: Yves Brenner Image:Aseastrommen.jpg  Source: http://fr.wikibooks.org/w/index.php?title=Fichier:Aseastrommen.jpg  Licence: Creative Commons Attribution-Sharealike 2.5  Contributeurs: me, Per Erik Strandberg Image:Cycliste Suisse.jpg  Source: http://fr.wikibooks.org/w/index.php?title=Fichier:Cycliste_Suisse.jpg  Licence: Public Domain  Contributeurs: François Haffner, Wst Image:Acosta Bridge northbound end.jpg  Source: http://fr.wikibooks.org/w/index.php?title=Fichier:Acosta_Bridge_northbound_end.jpg  Licence: inconnu  Contributeurs: User:SPUI Image:ManifVelo2003.JPG  Source: http://fr.wikibooks.org/w/index.php?title=Fichier:ManifVelo2003.JPG  Licence: Creative Commons Attribution 2.5  Contributeurs: http://fr.wikipedia.org/wiki/Utilisateur:Manuguf Image:Bicycode.jpg  Source: http://fr.wikibooks.org/w/index.php?title=Fichier:Bicycode.jpg  Licence: Creative Commons Attribution-Sharealike 2.5  Contributeurs: Michèle Célestin (SaBiNe Le Havre) ou Thomas Fichter (FUBicy) ou Monique Giroud (ADTC Grenoble) ou Jan Konold (CADR Strasbourg) ou Yann Laval (Roue Libre Chambéry) ou Nicolas Martin (REVV Valence) ou Christophe Raverdy (PAV Nantes) ou Christian de Valence (Vélo-Cité Orléans) Image:Deconstructed Bike.JPG  Source: http://fr.wikibooks.org/w/index.php?title=Fichier:Deconstructed_Bike.JPG  Licence: Creative Commons Attribution-Sharealike 2.5  Contributeurs: Trainspotter

32


Licence

Licence Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0 Unported http:/ / creativecommons. org/ licenses/ by-sa/ 3. 0/

33

Guide du Vélo en ville  

Se déplacer en toute sécurité en milieu urbain - vélotaff ou loisir. Les bons conseils.

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you