Page 1

avril - mai 2012

n° 15

premier magazine de sport des Alpes-maritimes & monaco

GOLF Terre Blanche Ladies Open Patinage Artistique Des Mondiaux de feu à Nice

TENDANCE SPORT

70

e Grand

prix de monaco

masters 1000 monte-carlo L’année Djokovic ?

3€ 98009 - 15 - F : 3,00 €

Code Sport Côte d’Azur • n°15 • avril - mai 2012

Nos pages mode, horlogerie, high tech auto-moto, musique et jeux vidéo


INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI

les p lu s belles li gnes sont des cou rbes

INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI

INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI

INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI

INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI

INFINITI INFINITI INFINITI

INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI

INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI

centre inFiniti cAnnes 50 Avenue du CAmpon 06110 Le CAnneT T : 04.92.18.62.18 www.infiniti.fr

Graphiste Concept / markucc@gmail.com

INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI

INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI

INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI

INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI

Harmonie parfaite entre vitesse et élégance, équilibre subtil entre puissance et précision, l’Infiniti FX est un crossover d’exception. Pour en juger par vous-même, réservez votre essai et venez profiter de son offre. Consommations officielles pour l’Infiniti FX30d, exprimées en L/100 km : urbaine 11,2 ; extra-urbaine 7,8 ; mixte 9,0. Emissions de CO2 : 238 g/km.

INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI

INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI

INFINITI INFINITI INFINITI

INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI

INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI

INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI


INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI

INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI

INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI

INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI

INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI

INFINITI INFINITI INFINITI

INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI

INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI

centre inFiniti cAnnes 50 Avenue du CAmpon 06110 Le CAnneT T : 04.92.18.62.18 www.infiniti.fr

Graphiste Concept / markucc@gmail.com

INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI

INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI

INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI

INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI

INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI

INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI

INFINITI INFINITI INFINITI

INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI

INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI

INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI INFINITI


e

qU i n U

Les Chalets d’Auron

Dans les Alpes du Sud, à 1h30 de Cannes, Nice et Monaco, au pied d’un domaine skiable de 133 kms, découvrez un domaine fermé de 4 chalets individuels. Constructions traditionnelles. Chalet neuf d’une superficie de 220 m², accès aux pistes à ski. Composé d’un séjour de 60 m² avec cheminée ; Une cuisine équipée ; 5 chambres, 10 couchages ; 4 salles de bains ; Toilettes ; Hammam, Jacuzzi ; Parking et Garage.

Southern Alps, 1h30 from Cannes, Nice and Monaco, on a skiing domain of 133 kms, new development of a gated estate with 4 detached and chalets of traditional construction. Brand new chalet, 220 m², direct access to the slopes. Made up of a living room 60 m² with f ireplace ; A f itted kitchen ; 5 bedrooms, 10 beds ; 4 bathrooms ; Toilets ; Hammam, Jacuzzi ; Parking, Garage.

Prix : 2 200 000 €

Price : 2 200 000 €


auron - Quartier la Savonnette

Contact 06.63.921.921 promo@groupemonnier.com

auron - le K2, un Chalet de Six GrandS appartementS de preStiGe

Idéalement situé au cœur de la station, le K2 offrira 6 Appartements luxueux et spacieux du 3 pièces ( 69 m2) au 5 pièces ( 145 m2) en duplex, avec de vastes espaces de vie. L’alliance des matériaux nobles et des dernières technologies (domotique, climatisation) permettra de vivre l’exception. Chaque appartement disposera d’une ou plusieurs cheminées et d’une terrasse avec vue panoramique sur les montagnes et la station. Un monte bagages permettra aux résidents du chalet de transporter aussi bien le bois pour la cheminée que les bagages. Toutes les chambres possèderont une salle de bain Possibilité de Jaccuzzi et hamman - Parkings et garages en sous-sol - Livraison Hivers 2012/2013 - Frais réduits

contact@k2-auron.com - www.k2-auron.com 135, Boulevard J.F Kennedy - 06160 Cap d’Antibes Tél (33) (0)4 93 61 36 41 - Fax (33) (0)4 93 67 45 72 e-mail : agencap@aol.com - www.agenceducapdantibes.com

LE TRANSFO / MARTIN-RICCI, Architectes & Associés

Construction de deux chalets comprenant quatre appartements chacun, 3 pièces de 80 m² et 4 pièces de 120 m², double box fermés. Réhabilitation de deux granges anciennes en chalets individuels de 235 et 250 m². Livraison saison 2013. Prix sur demande.


s o m m a i r e 8

10 p.26

14 20

p.46

80

Edito

Paris-Nice

Plein cadre

Nos images grand format pour voir le sport sous un autre angle

Equitation

En attendant le Jumping de Cannes…

24

Les mots du sport

Cultivez votre corps mais aussi votre esprit

98

Golf

nouveau

35

Automobile

Dossier spécial cabriolets 65

Raphaël Jacquelin numéro 2 français

Horlogerie

Chronographes d'un autre temps et d'aujourd'hui

Tennis

Masters 1000 de Monte-Carlo

Pluie d'étoiles sur le Rocher

91

Deux-roues

Dossier spécial maxi-scooters

Portraits

Novak Djokovic Rafael Nadal Andy Murray Jo-Wilfried Tsonga et Ivan Ljubicic

p.65

60

107 Mode Focus sur les tendances printemps/été 112

Une troisième marche à gravir

p.112

116

High tech

Les objets de la tentation

formule 1

Grand Prix de Monaco

118

Button et Hamilton,

Le retour des frenchies

120

Portrait

Musique

Les sorties à ne pas manquer

Les joyaux de la couronne

p.116

saga

Façonnable, le sportswear chic made in Côte d'Azur

Tennis

Open de Nice Côte d'Azur

70

Voile

Primo cup à Monaco

tendance sport

Interview

p.35

Retour sur une semaine riche en émotions

Agnel, Muffat et Landier primés aux Victoires du sport

Tremplin européen

46

Patinage artistique

Le vent l'a emporté

Terre Blanche ladies open p.70

84

L'actu sportive azuréenne en bref

Récompenses

26

Une fusée nommée Wiggins

Mondiaux à Nice

Les news

22

p.60

Cyclisme

Jeux vidéo

Notre sélection du mois

Sebastian Vettel 6


C S C dA R U Z ' ode

port

ôte

Edito

Le sprint est lancé

Que vous soyez acteur ou spectateur, le constat est le même : les semaines à venir s'annoncent très sportives. Pour tout suivre, tout vivre, il vous faudra certainement rivaliser d'ingéniosité. Et accepter de faire une croix sur une partie (ou plus) de votre vie sociale. Comme l'avait clamé un ex-premier ministre : "Il va falloir faire des sacrifices". Car mine de rien, agiter le poing derrière sa télé et faire la ola en tribune, ce n'est pas de la tarte. A quelques mois des Jeux olympiques, où les représentants azuréens devraient être très nombreux, et d'un Euro de football qui passionnera les foules, mieux vaut se préparer à fond pour ne pas être pris de court. Côté court, justement, les tennismen seront dans leur jardin. Masters 1000 de Monte-Carlo, Open féminin de Cagnes-sur-Mer, ATP 250 de Nice, tournoi Future de Grasse, ITF juniors à Beausoleil et Cap d'Ail : la petite balle jaune n'arrêtera jamais de rebondir. Ajoutez à ce programme copieux un rendez-vous mythique (le Grand prix de Formule 1 à Monaco), des rassemblements de jeunes pour Pâques, le 1er mai ou encore la Pentecôte, les multiples courses à pied et vous aurez un agenda aussi fourni qu'un annuaire. Mais que voulez-vous, l'appel du sport est toujours trop fort… 

Jimmy Boursicot

CODE SPORT COTE D'AZUR • Edité par SAM EDICOM – "Le Roqueville" Bat C – 20 Bd Princesse Charlotte - 98000 MONACO – Tél. : (+377) 97 97 06 27 – Fax : (+377) 97 97 06 28 – E-mail : contact@codesportmonaco.com

• Editeur : JM MORENO – E-mail : contact@codesportmonaco.

com • Directeur de la publication : Jean-Marc MORENO – E-mail : moreno@sam-edicom.com • Journalistes : Jimmy Boursicot, Eric Luci, L.S. E-mail : redac@codesportmonaco.com •  Comité de rédaction : Sabine TOESCA, Marc TOESCA, Jean-Marc MORENO • Secrétaire de rédaction : Cathy MORENO – E-mail : contact@codesportmonaco.com • Publicité : Jean-Marc MORENO – E-mail : moreno@sam-edicom. com & Dominika Szczypkowska - E-mail : commercial@codesportmonaco.com • Graphisme & illustrations : Anthony HOUAL • Impression : Imprimerie de Monaco • Reproduction, même partielle, interdite sans autorisation de CODE SPORT COTE D'AZUR • Photo de couverture : Gianni Ciaccia • ISSN 2079-4789

8


L’EXCELLENCE & L’ART DE VIVRE EN PROVENCE “Peyrassol” commanderie templière 83340 FLASSANS/ISSOLE (04 94 69 71 02) Dégustation, table d’hôtes, visite des caves et du parc de sculptures (7/7 jours) “Un jour à Peyrassol” à Paris (13 rue Vivienne - 75002 PARIS) à Saint-Tropez (17 av. du Général Leclerc - 83990 SAINT-TROPEZ)

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.


fortes Sensations Les meilleurs trialistes du monde à Nikaïa Habilité, équilibre, courage. Il faut au moins ça à ces pilotes intrépides pour réaliser de telles prouesses et faire le spectacle à chaque passage. Le 6 avril, les dix meilleurs spécialistes de X trial (la nouvelle appellation du trial indoor) se retrouveront dans l'enceinte de la salle Nikaïa. Parmi les concurrents, on retrouvera notamment l'Espagnol Toni Bou (notre photo), qui vient de rentrer dans l'histoire en devenant le premier concurrent à décrocher six fois le titre mondial en salle, et son compatriote Adam Raga, déjà titré à quatre reprises en indoor. Côte Français, le public pourra soutenir Loris Gubian et Alexandre Ferrer. Pendant toute la soirée, l'ambiance restera bouillante grâce à de nombreuses démonstrations et une mise en scène spectaculaire. Locations dans les réseaux habituels (Ticketnet, Fnac, France billet…)

© FIM/Good-shot


belles Echappées Rallye Aïcha des gazelles l'aventure au tournant En 4x4, à moto, sur un quad, en camion : peu importe le moyen de locomotion tant que l'aventure est belle. Pour la vingt-deuxième année, le Rallye Aïcha des gazelles propose à celles qui ont des envies d'ailleurs un formidable dépaysement à travers le désert marocain. Dans ce rallye-raid exclusivement féminin, on trouvait plusieurs équipages azuréens, qui ont activé leurs réseaux et présenté leur démarche à de nombreux sponsors. Une fois toutes les conditions réunies, les élégantes baroudeuses se sont retrouvées devant un véritable défi. Pour l'emporter, elles devaient rallier l'arrivée en parcourant le moins de kilomètres possible, sans GPS ni aide extérieure. Du 17 au 31 mars, ces gazelles de tous âges, venues de 33 pays différents, ont pu découvrir de splendides paysages et partager des moments inoubliables.


© DR


BrEves

news

Basket-ball

Le "All-star game N3" revient à Golfe-Juan

Samedi 14 avril à 19 heures, les meilleurs basketteurs de Nationale 3 s'affronteront lors d'un match de gala. Concours de dunks, de shoots à trois points et autres animations jalonneront la soirée organisée au gymnase Allinéi. Mis sur pied par l'Azuréa Golfe-Juan et plus précisément Gary Guillard, l'événement devrait faire le plein. Renseignement sur www.golfebasket.com.

Football

40e édition du tournoi féminin de Menton

Du 7 au 9 avril, le stade Lucien-Rhein accueillera les rencontres du 40 e tournoi féminin organisé par l'Etoile sportive de Menton. Les Espagnoles d'Oviedo viendront défendre leur titre face à des formations de Russie, de Bulgarie, d'Italie ou encore de Croatie. Le dimanche 8, un match de l'amitié réunira les joueuses ayant participé au tournoi par le passé.

Volley-ball

Les Cannoises échouent en finale de la Champions league Dans l'Hexagone, le RC Cannes règne sans partage depuis de longues années, ne laissant personne lui piquer le rôle de l'ogre insatiable. Sur la scène européenne, en revanche, les filles de la présidente Annie Courtade doivent faire face à des écuries nettement plus riches et mieux armées pour les grandes conquêtes. Mais à force de talent et de détermination, les Cannoises ont failli déjouer tous les pronostics. Qualifiées pour le Final four à Bakou (Azerbaïdjan), elles avaient gagné le droit de disputer la quatrième finale de leur histoire (pour deux sacres, en 2002 et 2003) après avoir battu les Italiennes de Villa Cortese (3-1). La dernière était en revanche beaucoup trop haute. Face aux redoutables Turques de Fenerbahçe, les troupes de Yan Fang n'ont pas pu lutter (3-0).

Beach-volley

La crème européenne réunie à Monaco Du 19 au 21 avril, les meilleures joueuses de beach-volley du continent se retrouveront sur la plage du Larvotto afin d'y disputer l'une des étapes du circuit mis sur pied par la Fédération internationale. Le Fx Pro Monte-Carlo beach volley débutera en douceur, avec un cocktail de bienvenue pour les équipes, en marge d'un tournoi des partenaires. Dès le vendredi 20, la compétition démarrera avec des rencontres de groupe. Le lendemain, place aux parties décisives. Le public pourra assister gratuitement à ces oppositions de haut niveau, mais également profiter de distributions de cadeaux et de spectacles de danse. Renseignements sur www.montecarlobeachvolley.com

Infrastructures

Une salle multisports à la place du Ray en 2015

Durant une interview accordée au quotidien Nice-Matin, le maire de Nice, Christian Estrosi, a affirmé sa volonté de construire une "belle salle omnisports de 2 000 places, pour les grandes rencontres de basket et de volley. (…) La population sera de toute façon associée à notre réflexion, avant une sortie de terre prévue en 2015.".

Volley-ball

Le site de l'AS Cannes fait peau neuve

Le club masculin de volley-ball, qui fête sa 70 e année d'existence, vient d'offrir un coup de jeune à son site internet. Sur www.ascannesvolley.com, vous retrouverez les résultats des pros et des amateurs, une boutique en ligne, une galerie photo et vidéo, une web TV, des liens vers les principaux réseaux sociaux et bien d'autres informations vous permettant de suivre l'actualité des volleyeurs cannois.

Course à pied

Dernière ligne droite pour le semi-marathon de Nice

Plusieurs milliers de coureurs prendront le départ de la 21e édition du semi-marathon de Nice, le 29 avril prochain. Athlètes endurcis ou amateurs qui ont envie de se dépasser, tous peaufinent actuellement leur condition physique. Dans cette optique, Azur sport organisation, qui est à la baguette de l'événement, propose des séances d'entraînement le samedi matin. Les 7, 14 et 21 avril, ceux qui le souhaitent pourront bénéficier des conseils d'un coureur professionnel pour améliorer leur technique et leur gestion de l'effort. Le rendez-vous est prévu à 10 heures, au numéro 11 de la promenade des Anglais, devant le bar Sports 11. Renseignements et inscriptions aux différentes épreuves (semi-marathon, 10 km, 2,5 km marche…) sur www.nicesemimarathon.com


Choisissez votre ciel.

Gamme de cabriolets Audi.

CAB / 23A EXPERIENCE

CAB / 23B EXPERIENCE

CAB / 23C EXPERIENCE

CAB / 23D EXPERIENCE

CAB / 23E EXPERIENCE

CAB / 24A EXPERIENCE

CAB / 24B EXPERIENCE

CAB / 24C EXPERIENCE

CAB / 24D EXPERIENCE

CAB / 24E EXPERIENCE

CAB / 25A EXPERIENCE

CAB / 25B EXPERIENCE

CAB / 25C EXPERIENCE

CAB / 25D EXPERIENCE

CAB / 25E EXPERIENCE

CAB / 26A EXPERIENCE

CAB / 26B EXPERIENCE

CAB / 26C EXPERIENCE

CAB / 26D EXPERIENCE

CAB / 26E EXPERIENCE

Modèles présentés : Audi A3 Cabriolet 1.6 TDI 105 ch BVM 5 Attraction Pack Streamline au prix conseillé de 32 200 € TTC (tarif au 08/12/11). Consommations en cycle urbain/routier/mixte (l/100 km) : 5,2/3,9/4,3. Émissions massiques de CO2 en cycle mixte (g/km) : 114. Audi A5 Cabriolet 2.0 TDI 177 ch quattro BVM6 Ambition Luxe au prix de 54 730 € TTC (tarif au 08/12/11), avec options peinture métallisée (910 € TTC) et adaptive cruise control (1 240  € TTC) non incluses. Consommations en cycle urbain/routier/mixte (l/100 km) : 6,5/4,9/5,4. É Émissions massiques de CO2 en cycle mixte (g/km) : 142. Volkswagen Group France S.A. – RC Soissons B 602 025 538 CASTROL EDGE Professional.

Car

La Plaine 1 - Contre Allée RN 202 Nice La Plaine - Tél. 04 89 08 44 05

Cariviera

45 Rue de la Buffa Nice - Tél. 04 93 88 24 24

Riviera Technic

Bretelle Montante Autoroute Cannes-Mougins - Tél. 04 93 45 73 12


BrEves

Handball

Nationale 1 : une bouffée d'air pour Villeneuve-Loubet

Battus à domicile dans le derby face au Cavigal mi-février (24-29), les joueurs de Sylvain Fresu ont réussi à rebondir et même à enchaîner quatre succès de rang. Longtemps dans la zone rouge, les handballeurs de l'ESVL occupent désormais la huitième place (sur 14) en Nationale 1. Pas question de relâcher sa concentration quand on sait que quatre formations seront reléguées en fin de saison.

Tennis de table

Le Nice CPC subit son cinquième revers en Pro B

Opposés à l'équipe francilienne d'Issy-les-Moulineaux, qui occupe la deuxième place du classement de Pro B, les pongistes niçois n'ont pas réussi à créer la sensation. Dans la salle Raoul-Dufy, ils ont concédé leur cinquième defaite de la saison, après treize rencontres. Actuellement sixième, le CPC Nice affrontera le TT Saint-Louis, le 3 avril.

Tennis

Les grands de demain attendus à Beaulieu-sur-Mer

C'est un rendez-vous que les puristes ne manqueraient pour rien au monde. Du 23 au 29 avril, le tournoi ITF de Beaulieusur-Mer mettra aux prises les meilleurs jeunes tennismen et tenniswomen de la planète. Lors de la dix-septième édition, organisée dans un cadre splendide, on aura peut-être l'occasion de voir évoluer l'un des futurs grands de la planète tennis. Deuxième tournoi français après Roland-Garros et dixième dans la hiérarchie mondiale, l'ITF de Beaulieu a autrefois accueilli la Belge Justine Hénin et l'Espagnol Juan Carlos Ferrero sur ses courts en terre battue. Des noms prestigieux du tennis accompagnent également l'événement. L'an dernier, le mythique Ilie Nastase était ainsi le parrain de la compétition.

16


Créditées d'apparitions remarquées au plus haut niveau international, les skieuses des Alpes-Maritimes avaient à cœur de briller lors des championnats de France, qui se sont déroulés du 26 mars au 1er avril à l'Alpe d'Huez. En slalom, Nastasia Noens (Inter-club Nice) a devancé Marion Bertrand (Club des sports d'Auron). Le lendemain, cette dernière a réussi à conquérir à son tour un titre national, lors de l'épreuve de géant, durant laquelle elle a décroché la première place devant Tessa Worley. Chez les jeunes, cela s'est idéalement passé pour deux autres sociétaires de l'Interclub Nice, Mathieu Bailet, nouveau champion de France cadets, et Karen Smadja-Clément, lauréate en benjamines.

Judo

Sofiane Milous prépare l'Euro en Asie

Licencié à l'Olympic Nice judo, Sofiane Milous a pris part aux deux stages de l'équipe de France organisés sur le continent asiatique. La première partie de la session d'entraînement s'est déroulée en Mongolie, pays que découvraient les compétiteurs de l'Hexagone. En préparation pour les championnats d'Europe (fin avril en Russie), Milous et ses partenaires se sont ensuite rendus au Japon.

Football

Bientôt un centre Urban football à Villeneuve-Loubet Les centres de foot à 5 connaissent un véritable succès dans le département, ce qui justifie certainement la décision d'Urban football de créer 12 terrains (indoor et outdoor) à VilleneuveLoubet. Le site, installé au 2284, route de Grasse, sera ouvert à partir du mois de mai. Un bon moyen de se dépenser de manière ludique.

www.lomac.it

Athlétisme

La marcheuse Inès Pastorino sur de bons rails

A seulement 19 ans, Inès Pastorino est en train de se faire un nom parmi les grandes spécialistes de sa discipline. Celle qui porte les couleurs de Nice Côte d'Azur athlétisme a fait des débuts remarqués sur 20 km lors du meeting de Lugano (Suisse). Son chrono, 1 h 39' 05'', devrait lui permettre d'être sélectionnée pour la coupe du monde chez les seniors.

BrEves

Ski alpin

Des titres nationaux pour les Azuréens


BrEves

news

VTT

Karim Amour fait le triplé à la Bigreen

Déjà vainqueur des deux éditions précédentes, Karim Amour n'a laissé personne le déloger de sa première place à Mandelieu. Pourtant, pas moins de 400 pilotes avaient fait le déplacement pour participer à la Grand'descente, qui réunissait de nombreux compétiteurs de premier plan. Dans le massif du Tanneron, la 24e édition de la Bigreen a tenu toutes ses promesses.

Aviron de mer

400 rameurs au Challenge Albert-II

La huitième édition du Challenge Albert-II, organisée par la Société nautique de Monaco, a connu un grand succès. Un plateau international composé de jeunes, de seniors et de vétérans, a arpenté la Méditerrannée pendant deux jours. Au final, la victoire est une nouvelle fois revenue au club de Cassis, classé devant Marseille, San Michele (Italie) et Thonon.

Tennis handisport

Christine Schoenn jouera la coupe du monde par équipes

La joueuse de tennis-fauteuil de l'US Cagnes a remporté le tournoi qualificatif de la zone Europe pour la coupe du monde par équipes (l'équivalent de la coupe Davis en tennis handisport). Avec la sélection nationale, elle se rendra à Séoul, en Corée du Sud, afin de disputer l'épreuve finale. Une belle satisfaction pour Christine, qui rêve de disputer les Jeux paralympiques de Londres.

Basket-ball

Le Cavigal retombe en Ligue 2

Toute la saison, elles auront tenté de lutter pour échapper à une relégation que les observateurs leurs promettaient dès les premières semaines de compétition. Mais malgré leur courage, les filles du Cavigal Nice basket n'ont pas réussi à sauver leur tête en Ligue féminine, le plus haut niveau français. Promues au terme d'une superbe saison, les protégées d'Olga Tarasenko n'ont jamais réussi à surnager en dehors de la zone rouge. Jeune et peu expérimenté à ce niveau, le collectif azuréen a laissé ses dernières chances de maintien sur le parquet de Lyon, lors de la 24e journée (67-66). Fin mars, les Niçoises ont également dit adieu à la coupe de France, après une défaite en quarts de finale face à une solide formation de Challes-les-Eaux (65-79).

Rugby

Un millier d'enfants sur la pelouse du Stade laurentin

Quand le printemps fait son retour, les tournois Aureliano-Castillo et OctaveMayen au Stade laurentin l'accompagnent invariablement. Plus que d'aimables sorties dominicales, ces deux rendezvous rassemblent les passionnés dans la bonne humeur. Un millier d’enfants s’y sont joyeusement affrontés pendant deux journées. 22 formations de U14 et U15 ont pris part au 3e challenge Castillo (nom donné en hommage à un joueur laurentin disparu trop tôt), tandis que 60 équipes de l'école de rugby se sont rencontrées lors du 14e tournoi Mayen. En définitive, les classements importaient, la convivialité et l'amitié l'ayant emporté à plates coutures.

Water-polo

Les filles de l'ONN en tête

Grâce à leur dernier succès en date, un cinglant 15-7 infligé à Lille dans sa piscine, les filles de l'ONN water-polo ont pris les commandes du championnat de Nationale 1. A trois journées de la fin de la saison régulière, les Niçoises sont dans leurs temps de passage habituels et gardent toutes leurs chances de conserver une couronne nationale qui leur appartient depuis 2009. Pour l'instant, le tableau est plus dégagé que pour les hommes, calés en troisième position de leur poule Elite.

Institutions

Le CNOSF associé au lancement de la BMW Serie 3 Lié au constructeur allemand par un partenariat, le Comité national olympique et sportif (CNOSF) a accompagné la soirée organisée à l'occasion du lancement de la BMW Serie 3, à Sophia-Antipolis. Pour l'occasion, Denis Masseglia, président du CNOSF, avait fait le déplacement avec Victoria Ravva. La volleyeuse aux quinze titres de championne de France a pris place derrière le volant du luxueux véhicule pour le présenter aux 400 invités. Lors de cet événément proposé par BMW Cannes, Denis Masseglia en a profité pour présenter le "Club ambition sport", un dispositif destiné à fédérer les entreprises françaises à travers le sport. 18


Votre Distributeur AbArtH exclusif DAns les Alpes MAritiMes abarth.fr

cAnnes/le cAnnet - bretelle descendante de l’Autoroute - 04 92 18 63 63

1er Distributeur du Groupe Fiat - www.motorvillagefrance.fr


équitation

Ju m p ing d e Ca n n e s

Edwina Alexander vise le triplé La 31e édition du Jumping de Cannes, l'une des épreuves d'équitation les plus prestigieuses du monde, pourrait être marquée par une performance de haut vol. Lauréate en 2010 et 2011, Edwina Alexander voudra devenir la première cavalière à s'imposer à trois reprises sur la Croisette. Par Jimmy Boursicot. Photo : RB Presse.

Enjeux multiples

A quelques mois des Jeux olympiques, la cinquième étape du Global champions tour aura une saveur particulière, puisque tous les sélectionneurs nationaux y observeront le comportement de ceux et celles qui sont encore en balance pour un ticket pour Londres. Tout en pensant à ce précieux sésame, les cavaliers tenteront de récolter la part la plus généreuse d'une dotation s'élevant à 285 000 euros pour le seul Grand Prix (435 000 euros en prenant en compte la somme allouée aux concours amateurs). Une victoire sur le sol cannois permettrait également à son auteur de bien se positionner au classement général du GCT, qui compte douze autres manches (Doha, Valence, Hambourg, Wiesbaden, Monte-Carlo, Estoril, Chantilly, Valkenswaard, Lausanne, Vienne, Shanghai et Abu Dhabi).

Edwina-"Itôt du Château" duo inarrêtable ?

L

'an dernier, le Jumping de Cannes avait fêté ses trente ans. Un anniversaire célébré dignement, si l'on en croit François Bourey, le directeur de l'épreuve. "Je pense que l'on a connu l'une de nos plus belles éditions. D'autant plus que la soirée de gala que nous avons organisée était superbe. Le port Canto nous a offert le cadre idéal pour cette occasion." En s'attardant un peu sur le programme à venir, on se dit que le millésime 2012 devrait aussi avoir de l'allure. Partie intégrante du Global champions tour (GCT), le circuit qui rassemble les épreuves les plus relevées de la planète équitation, le Jumping de Cannes, qui se déroulera du 14 au 16 juin, accueillera les trente meilleurs cavaliers du monde.

"Jouer la carte féminine à fond"

Parmi ceux-là, une élégante Australienne sort invariablement du lot depuis 2010. Edwina Alexander, mariée à l'organisateur du GCT (Jan Tops, un ancien champion olympique hollandais qui est également son entraîneur), tentera de remporter son troisième sacre consécutif lors du Grand prix, du jamais vu à Cannes. Comme une évidence, François Bourey et son équipe l'ont choisie pour figurer sur les affiches de la compétition. "Nous avons décidé de jouer la carte féminine à fond. La Fédération française d'équitation est la troisième du pays concernant le nombre de licenciés (650 000). Et elle a la particularité de compter plus de 80 % de femmes dans ses rangs", détaille le directeur, qui prévoit de communiquer dans plusieurs magazines féminins.

Le public, toujours fidèle au rendez-vous, suivra sûrement avec passion le challenge qu'Edwina Alexander tentera de remporter. Son cheval, "Itôt du Château", fera office de compagnon idéal pour ce défi. Formé en 2008, ce couple a déjà participé aux Jeux de Pékin (neuvième place). Visiblement faits pour s'entendre, l'alezan d'1,57 m et sa cavalière, âgée de 38 ans, avaient rapidement trouvé leurs marques sur la Croisette (deuxième place pour leur première participation). En réussissant un inédit "coup du chapeau", ils se feraient définitivement une place à part sous le soleil cannois.

Jumping de Cannes les 14, 15 et 16 juin au stade des Hespérides. Entrée : de 25 à 30 euros selon les jours. Tarifs réduits : de 20 à 27 euros. Entrée libre chaque après-midi de 13 heures à 17 heures, pour les trois épreuves amateurs. Renseignements sur www.jumpingcannes.com


AMAROK

Élu pick-up de l’année 2011 au trophée Européen

• 2.01 TDI Bi-Turbo 163 ch avec une consommation mixte de 7,6l/100 km • Transmission 4 roues motrices

Consommation mixte (l/100km) : de 7,2 à 8,3 . Emission de CO2 (g/km) de 192 à 219

VOLKSWAGEN UTILITAIRES Nice Est 140 Route de Turin - 06300 Nice 04.92.00.35.35

VOLKSWAGEN UTILITAIRES Mandelieu Avenue Jean Mermoz – 06210 Mandelieu 04.93.90.28.70

www.cariviera.com

20 21


RecompenseS

Vic to ir e s d u s p o r t

Muffat et Agnel, évidemment Lors de la 4e édition des Victoires du sport, une cérémonie destinée à mettre en lumière les meilleurs représentants du sport niçois, les deux nageurs ont été plébiscités. A Acropolis, le cycliste et triathlète handisport Benjamin Landier a également été primé. Par Jimmy Boursicot. Photo : Ville de Nice/Priscilla Talon.

Jean-Pierre Dick et Loïc Pietri sur le podium Chez les hommes, les poursuivants de Yannick Agnel au classement affichent également de solides références. Jean-Pierre Dick, deuxième, a inscrit de nouvelles lignes à son CV déjà très prestigieux. Le skipper de Virbac-Paprec 3 a remporté la Transat Jacques-Vabre pour la troisième fois et la Barcelona World Race pour la deuxième fois. Des morceaux de bravoure qui lui avaient déjà permis de rafler le titre de "marin de l'année" décerné par la Fédération française de voile. Dans le sillage du voileux, il y a Loïc Pietri. A 22 ans, ce judoka poursuit sa route en espérant être du voyage à Londres. L'an passé, celui qui avait décroché le titre de champion du monde juniors en 2009 a terminé troisième d'une manche de coupe de du monde à Liverpool et cinquième des Mondiaux de Bercy.

Benjamin Landier sur tous les tableaux

O

n dit que nul n'est prophète en son pays. Bien que l'adage se vérifie régulièrement, il n'a plus de sens lorsque l'on se penche sur le cas de Camille Muffat et Yannick Agnel. Les deux sociétaires de l'Olympic Nice natation, qui sont désormais les patrons incontestés de leur discipline, bénéficient d'une sacrée côte du côté de la promenade des Anglais. Comme l'année précédente, ils sont tous deux montés sur la plus haute marche du podium des Victoires du sport. Devant plusieurs dizaines d'associations, quelques milliers de passionnés et bon nombre d'élus, ils ont été récompensés pour leur constance au plus haut niveau et les espoirs de médaille qu'ils ont fait naître à quelques mois des Jeux olympiques. Double médaillée de bronze aux Mondiaux 2011 en grand bassin, bardée de titres et de records nationaux, Camille était largement favorite. Le public et le jury de journalistes n'ont pas hésité une seconde à la placer en

tête de leur vote. Son partenaire d'entraînement était incontournable, comme l'ont confirmé les récents championnats de France, où Yannick a frappé fort (titres sur 100 m et 200 m, record de france sur 200 m). Dans la lignée de sa médaille d'argent obtenue lors des championnats du monde avec le relais 4x200 m.

Nastasia Noens et Adeline May sur le podium Dans le tableau d'honneur féminin, Muffat a devancé la skieuse Nastasia Noens (Inter-club Nice), qui a continué sa progression en coupe du monde de slalom, avec une huitième place au général. Derrière ces deux représentantes qui font désormais partie de l'élite du sport hexagonal, on retrouve une compétitrice en devenir. En 2011, Adeline May a remporté les championnats du monde juniors en boxe française. Une jeune athlète qui a de qui tenir puisque son père, Franck, fut un combattant de niveau international.

Souvent laissés à l'écart, les athlètes handisport ne l'ont pas été lors de la cérémonie présentée par le journaliste Christophe Josse. Les licenciés valides des clubs niçois (qui évoluent dans plus de 60 disciplines différentes) ont pu découvrir de valeureux sportifs handicapés. Parmi eux, Benjamin Landier, membre de l'Anices (Association niçoise d'initiatives culturelles et sportives), est celui qui a réussi la saison la plus impressionnante. Avant d'être victime d'une amputation de la moitié du pied gauche, conséquence d'un grave accident de moto, Benjamin évoluait au plus haut niveau en triathlon. Peu à peu, il a retrouvé ses sensations et a repris goût au triple effort. En 2011, il a été sacré champion du monde de triathlon et de paratriathlon. En prime ? Un maillot de champion de France de cyclisme sur route. Sylvie Alleva, engagée en sport adapté sous les couleurs de l'ACSA 06, a fait preuve d'une belle polyvalence en obtenant l'or aux championnats de France de natation (avec le relais 4x50 m nage libre) et de ski de fond, sur 3 km. Robert Sellem, champion de France de fleuret, déficient visuel et licencié de l'OGC Nice escrime, complète le palmarès.


OPEN DE NICE CÔTE D’AZUR NICE LAWN TENNIS CLUB


Les mots du sport "Le dico du parler sport"

"Les plus belles Ferrari"

De Larry Edsall, photos de Dennis Adler. 29, 90 euros, 240 pages. Editions E-T-A-I. Monza, Testa Rosssa, Daytona… Des modèles qui ont fait de Ferrari l'un des constructeurs automobiles les plus mythiques de l'histoire. Dans cet ouvrage, l'auteur et son photographe se penchent sur le capot de soixante belles frappées du cheval cabré. Performances détaillées, anecdotes, illustrations : passionnés de la marque et amateurs d'auto prendront un réel plaisir à (re) découvrir ces bolides façonnés du côté de l'Italie, avec la même application et la même exigeance qu'il y a plusieurs décennies.

"Formula 1, the roaring 70's" De Rainer W. Schlegelmilch. 65 euros

De Jean-Damien Lesay et Baptiste Blanchet. 19 euros, 624 pages. Editions Fetjaine. Drôle et instructif, ce dictionnaire rassemble toutes ces expressions qui fleurissent dans la bouche des commentateurs et des spécialistes, pour le meilleur et pour le pire. Entre inventions imagées et jargon technique, il est parfois facile de se perdre. Vous voulez savoir ce qu'est une "sorcière aux dents vertes", ce que signifie "se payer une tranche", "appeler Raoul" ou encore "aller à la corne" ? Plongez dans ce livre sans "avaler la trompette" (expression chère à Jean-Michel Larqué, utilisée lorsqu'un joueur est hors d'haleine).

216 pages. Editions teNeues. Ils roulaient vite, ils vivaient à la même cadence, de peur que la mort ne les rattrape. Dans les années 70, les pilotes de F1 étaient totalement en phase avec la légèreté et le parfum de liberté qui flottaient dans l'air à cette époque. Beaux gosses, forts en gueule, éblouissants, ils virevoltaient comme des rock stars dans une discipline qui échappait

"Le sport barbare critique d'un fléau mondial"

De Marc Perelman. 16 euros, 208 pages. Editions Michalon. Tout en vibrant à longueur d'années pour le sport, on peut parfois avoir besoin d'un peu de recul pour observer ce phénomène qui occupe toujours plus de place dans nos vies. L'auteur opère un démontage en règle de ce qu'il dépeint comme "un rouleau compresseur de la modernité décadente". Son regard se porte également sur les grandes institutions, dont il déplore "le fonctionnement opaque", et l'hyperpuissance du sport-spectacle "qui lamine tout sur son passage".

encore au conformisme, à l'aseptisation générale et à une pression toujours plus forte. Le prolongement d'un âge d'or immortalisé par Rainer W. Schlegelmilch, qui arpente les circuits les plus prestigieux depuis un demi-siècle et promène son objectif dans les coulisses clinquantes de cet univers qui fascine encore toujours. 24

"Cadrages et débordements"

De Marc Lièvremont et Pierre Ballester. 18 euros, 250 pages. Editions de La Martinière. (Bénéfices reversées à la fondation Mouvement pour les villages d'enfants) Qu'est-ce que ça fait d'être l'homme à abattre ? Qu'est-ce qu'on ressent quand la seule issue semble être le mur où tout le monde vous voit déjà atterir ? Ne serait-ce que pour avoir une idée de ce qui a traversé l'esprit de Marc Lièvremont durant la dernière coupe du monde de rugby en Nouvelle-Zélande, la lecture de ce livre vaut le détour. Lui à qui les médias prévoyaient une sortie à la Domenech a failli réussir un pied de nez à la Jacquet. Le désormais ex-sélectionneur du XV de France revient sur ces moments, forts, beaux et durs à la fois. Sans vouloir se donner le rôle du chevalier blanc, Lièvremont évoque cette tranche de vie avec franchise.


DETROIT MOTORS Contre Allée - RN 202 - 04 93 72 78 00 NICE LA PLAINE

DETROIT MOTORS 3, Bd de l’Armée des Alpes - 04 92 00 05 00 NICE EST

www.opel-nice.fr et SON RESEAU D’AGENTS : Antibes, Cagnes-sur-Mer, Drap, Monaco


Terre Blanche Ladies Open

au bonheur

des dames Pendant trois jours (du 14 au 16 mars), les joueuses du Ladies european tour access series, le deuxième échelon continental, se sont affrontées dans le cadre splendide du golf de Terre Blanche, à Tourrettes, dans le Var. Au terme d'un dernier tour parfaitement maîtrisé, la Française Marion Ricordeau a été sacrée.

Par Jimmy Boursicot. Photos : Alexis Orloff et Golf de Terre Blanche.


Golf

S

i ce n'est pas le bonheur, ça y ressemble fortement. Un vendredi de mars, alors que le printemps n'a pas encore officiellement repointé le bout de son nez, le temps semble s'être arrêté de ce côté-ci du Var. Non loin du lac de Saint-Cassien, on atterrit à Tourrettes. Pas un bruit, si ce n'est celui des feuillages effleurés par un léger vent. Derrière les barrières que nous nous apprêtons à franchir, un véritable paradis pour tout amoureux de golf. Nous voilà à Terre Blanche, un somptueux site entièrement dédié à la petite balle blanche et aux plaisirs qui l'entourent.

Une référence mondiale en matière de préparation Sur cette étendue de 300 hectares, tout invite à la décontraction : un spa proprement hallucinant, un hôtel cinq étoiles, des installations raffinées. Certains ont même choisi d'acquérir une maison sur le site. "Terre Blanche, terre d'inspiration." C'est ce qu'affirme le dossier de présentation du complexe bâti par le milliardaire allemand Dietmar Hopp, fondateur de la société informatique SAP et président du club de football d'Hoffenheim. Pour les golfeurs aguerris qui s'y rendent, c'est aussi le creuset de leurs futurs succès. De ce côtéci de la Provence, on se presse pour bénéficier des structures de l'Albatros golf performance center, une entité qui regroupe absolument tout ce que peut réclamer un sportif de haut niveau. Practice sur deux étages, deux parcours de championnat,

une académie de renommé internationale, des salles de préparation physique, des outils vidéo dernier cri, la possibilité d'obtenir des clubs et des chaussures sur mesure… Récemment, ce centre d'entraînement est même devenu le premier à recevoir le label "European tour performance institute". En mai, ce sera au tour de l'équipe d'Allemagne de football de venir profiter des conditions exceptionnelles proposées par Terre Blanche. Juste avant l'Euro, les troupes de Joachim Low poseront leurs valises ici. Pour l'occasion, le propriétaire a donc décidé de construire un stade (avec la même pelouse qu'au Nou Camp, à Barcelone), qu'il cèdera ensuite à la commune.

A l'assaut du Riou

Epatant, comme auront pu le constater les joueuses venues disputer la première étape du Generali ladies tour, une série de trois tournois français inscrits au calendrier du Ladies european tour access series (LETAS). Le LETAS ? C'est l'antichambre du Ladies european tour (LET), le plus haut niveau du Vieux continent. On espère que vous suivez… Pour ces demoiselles et ces dames, il n'était pas question de se reposer ni d'admirer outre mesure le paysage. Car en fin de saison, seulement trois d'entre elles obtiendront le droit d'évoluer à l'étage supérieur. Au départ, on trouvait 76 joueuses représentant une vingtaine de pays. Après deux jours de compétition sur le parcours du Riou. Dans ce casting, plusieurs participantes du LET, désireuses de peaufiner leurs derniers réglages avant de retourner sur le circuit principal. C'était notamment le cas de 26 27

Marion Ricordeau : "Rien ne pouvait m'arriver" "C'est ma deuxième victoire, j'avais déjà gagné l'an dernier sur le Banesto tour, en Espagne. Aujourd' hui, c' était de la folie, rien ne pouvait m'arriver. Je crois que c'est de la chance, j'en ai eu suffisamment pour que tout se passe bien. Les premiers jours, je tapais bien. Mais en tapant "seulement" bien, on ne finit pas l'aller à -5. Je m' étais déjà entraînée ici, je connaissais le parcours mais ça n'avait jamais vraiment marché pour moi ! J'ai eu beaucoup de réussite. Il y avait plein de joueuses du LET, c'est intéressant de voir que je ne suis pas si loin d'elles. J' étais vraiment en confiance, dès que je tentais un truc, ça passait. J'ai continué à être offensive et ça s'est enchaîné, je n'arrive pas à l'expliquer. D'autant plus que je ne suis pas très sûre de moi en règle générale. Vers la fin, j'essayais de pas trop regarder le score. Au trou 18, je savais quand même que j'avais de l'avance. Quand ma balle est tombée dans l'eau, je ne me suis pas énervée. Le cadre est fabuleux, le parcours est magnifiquement entretenu. Même en ayant joué un peu partout, je vous assure que n'ai pas l' habitude de voir des choses pareilles. Je suis contente d'avoir gagné ici. En 2011, j'avais joué à Terre Blanche, avec nettement moins de réussite. La saison sera hyper longue, mais je ne pouvais pas mieux commencer, je vais me sentir mieux maintenant. Mon objectif ? C'est d'obtenir l'une des trois places qui donneront accès au LET."


l'Australienne Rebecca Flood ou des Françaises Virginie Lagoutte-Clément, Caroline Afonso (tenante du titre) ou Jade Schaeffer (26e, 27e et 53e du ranking européen en 2011). Contrairement à ce que laissaient penser les mines détendues et souriantes des engagées, l'épisode varois leur donnait du fil à retordre. Au terme de la première journée, les fairways vallonnés de Terre Blanche s'avéraient piégeux pour une bonne partie de celles qui souhaitaient préserver leurs chances en vue du "cut". Un trio parvenait néanmoins à trouver ses repères sur le Riou. Valentine Derrey, qui rêve de rejoindre le circuit américain, Marion Ricordeau, pourtant amoindrie par une entorse de la cheville, et la Suédoise Viva Schlasberg, jamais vue à un tel niveau, rendaient une carte de 70 (soit trois coups sous le par). Le lendemain, la lecture des cartes de scores rappelait combien le Riou pouvait se montrer difficile à apprivoiser. En fin de journée, seules six filles avaient réussi à jouer sous le par.

un bilan plutôt positif en marge de la remise des récompenses : "C'était mon premier tournoi de l'année, je viens de finir une grosse période de préparation, avec deux à trois heures de physique, six jours par semaine. J'ai pu travailler sur quelques petits détails, d'autant plus que j'adore ce parcours. Evidemment, l'objectif est toujours de gagner. Mais je finis à -4 sans avoir réussi beaucoup de putt." Sur sa lancée, la brune à l'ambition débordante espère bien intégrer le top 20 européen et faire partie des cent meilleures joueuses du monde.

Ricordeau sur son nuage

Pour les deux tiers des noms couchés sur la liste de départ, le tournoi s'arrêtait ici. Au moment d'aborder l'ultime journée, décisive, Rebecca Flood menait la danse. La lauréate du Generali ladies tour, Julie Maisongrosse, restait toujours dans la course, en retrait par rapport à Marion Ricordeau et Caroline Afonso. En résumé, trois protagonistes rompues aux joutes du LET et une quatrième (Marion Ricordeau) qui se démène pour intégrer l'étage supérieur. Sur le papier, cette dernière ne semblait pas totalement en mesure de disputer la victoire au reste de la troupe. Sur les greens, ce fut une autre histoire… Devant les caméras de l'Equipe TV et de Sport+, celle qui fut tout de même championne du monde universitaire en 2008 et championne de France l'année suivante, allait bousculer la hiérachie avec la manière. Suivie par de nombreux curieux, qui se satisfaisaient autant de la dextérité des golfeuses que du climat printanier, Marion Ricordeau effectuait une première moitié de parcours sublime (-5). Le retour n'était qu'une formalité pour la native de Laon, en état de grâce.

Jean-Marie Casella, directeur du golf de Terre Blanche, Oliver Hopp, vice-président de Terre Blanche, Marion Ricordeau, François Vaugoude, président de la SAS Dietmar Hopp et Philippe Vonruft, responsable sponsoring de Générali.

Classement final (après trois tours)

1. M  arion Ricordeau -8 2. Rebecca Flood (Australie) -5 3. Caroline Afonso -4 4. Julie Maisongrosse -2 5. M  arieke Nivard (Pays-Bas) et Lien Willems (Belgique) -1 Première amateur : Pamela Prestwell (Ecosse) +1

Afonso vise le top 20 européen

Deuxième Française et quatrième au général, Caroline Afonso connaissait bien les lieux, puisqu'elle travaille ponctuellement avec JeanJacques Rivet, directeur du centre Biomecaswing. La jeune femme de 25 ans, qui entame sa cinquième saison sur le LET, dressait 28


Golf

R a ph aël Jacqu el i n

mister swing Par Jimmy Boursicot. Photos : Pascale Bayle - Golf de Terre Blanche

A

ctuellement numéro deux français, Raphaël Jacquelin est le "touring pro" du golf de Terre Blanche. C'est lui qui est chargé de représenter officiellement le club sur les greens du circuit européen, où il a engrangé quatre succès depuis ses débuts. Entre deux tournois, le Lyonnais a évoqué ses méthodes de préparation, ses convictions et ses ambitions.

Vous fêterez vos 38 ans en mai. On dit que c'est l'âge de la maturité pour un golfeur… Oui, on dit généralement qu'un joueur exprime tout son potentiel entre 35 et 40 ans. Personnellement, j'ai obtenu pas mal de bons résultats sur le circuit européen et j'espère que ça ira encore mieux durant les deux-trois prochaines années. On ne sait jamais quel va être le résultat mais il faut tout donner pour arriver à quelque chose. Bien que vous pratiquiez un sport individuel, vous dites aimer l'esprit d'équipe. Comment expliquez-vous cela ? Quand j'étais enfant, je jouais beaucoup au football, ça doit venir de là. J'ai dû arrêter à 13 ans, à cause d'une blessure au genou, alors que j'allais passer en cadets nationaux. Le golf, j'y suis venu un peu par hasard, en testant un petit parcours près de chez mes parents. Il fallait que je fasse un autre sport, la compétition m'a toujours attiré. Par rapport à vos débuts professionnels, en 1995, avez-vous constaté une évolution du niveau général ? Bien sûr, tout le monde se professionnalise. Avec l'avénement de Tiger Woods, la dimension physique a pris de l'ampleur, les joueurs travaillent plus cet aspect. On rentre de plus en plus dans le détail. Quand j'ai commencé, j'étais l'un des premiers à m'appuyer sur un staff élargi. J'ai toujours été quelqu'un de cadré. C'est devenu la norme, mais à l'époque, c'était assez nouveau. De quelle manière vous préparez-vous ? Alain Alberti est mon coach technique, Jean 30 31

Jacques Rivet intervient en tant que biomécanicien et Guillaume Chaubron gère la préparation physique. J'ai voulu former un petit groupe, recréer ce que j'avais connu dans le foot. On cherche toujours à être encadré par les meilleurs.

Comment résister à une certaine forme de lassitude quand on s'entraîne parfois huit heures par jour ? Au fil des années, on teste des choses, on essaye d'autres méthodes. Aujourd'hui, les outils informatiques nous permettent tout de suite de savoir quand on fait fausse route, on gagne du temps. Quoi qu'il en soit, il ne faut pas oublier de rester focalisé sur son jeu et ses scores. Ça restera toujours la base… En quoi consiste votre travail physique ? C'est assez complet. Je ne fais pas de vitesse, j'insiste sur l'endurance. L'hiver, c'est du ski de fond, de la randonnée. Le reste de l'année, je fais beaucoup de vélo. En salle, Guillaume me propose des exercices variés pour éviter la routine. Il pioche un peu dans toutes les disciplines. Pour durer dans le golf, il faut faire beaucoup de prévention pour éviter les blessures. Le dos et les poignets sont très sollicités, alors on fait du gainage, de la musculation ou du stretching. J'ai environ cinq séances par semaine, qui durent entre 45 minutes et une heure.


Dans une bonne semaine, je me sens capable d'évoluer au niveau des meilleurs joueurs

Cela fait plusieurs années que vous vous entraînez au Golf de Terre blanche. Pourquoi avoir choisi ce lieu ? J'ai joué un peu partout à travers le monde et ici, il y a des infrastructures de très haut niveau, que ce soit au niveau des parcours ou du practice. Alain, mon coach, dirige l'académie Leadbetter, qui est basée à Terre Blanche. Jean-Jacques y a également implanté son centre Biomecaswing. Je suis souvent ailleurs, car je vis près de Genève et je dispute environ trente tournois par an. Mais j'essaye de passer quatre à cinq semaines ici. La Fédération française vient de lancer son projet "Quatres atouts dans le jeu", qui consiste à faire ponctuellement appel à des pointures du coaching pour épauler les meilleurs Tricolores. Que pensez-vous de cette initiative ? Ce n'est pas nouveau pour moi, j'ai toujours fonctionné ainsi. En 1992, je demandais déjà des conseils à David Leadbetter. Ceci dit, c'est toujours positif d'avoir un regard extérieur, d'autant plus quand il s'agit de personnes très compétentes. Je fais partie du groupe de joueurs associés au projet de la Fédé et même si ce ne sera pas évident à mettre en place par rapport au calendrier, mon etraîneur a déjà commencé à échanger avec Peter Cowen (entraîneur à succès, cet Anglais a notamment envoyé trois de ses protégés sur le podium du British open en 2010, ndlr).

Quel état des lieux pouvez-vous dresser à propos du golf français ? Il y a une bonne dynamique en ce moment. Avec la perspective des JO 2016 (absent du programme olympique depuis 1904, le golf fera son retour à Rio) et de la Ryder cup 2018, qui se déroulera en France, la Fédé se réoriente vers le haut niveau professionnel. Dans le même temps, elle a pour ambition de doubler le nombre de licenciés (la FFG compte 410 00 licenciés actuellement). La formation des jeunes se développe avec plusieurs pôles espoirs, dont celui d'Antibes. Pendant l'Open de France, on sent aussi un soutien plus fort du public, qui devient plus connaisseur. Les choses s'améliorent aussi du côté de la couverture médiatique. Suivez-vous votre évolution dans le ranking mondial à la loupe ? Non, non. (On lui souffle qu'il pointe à la 114e place le jour de notre entretien). Voilà, ça doit être ça. Mon classement, ce n'est pas une finalité. Ce qui est important, c'est les performances que je peux réaliser. Je ne me fixe pas d'objectif précis en terme de résultat. Forcément, il y a un écart entre les joueurs qui visent la victoire lors de chaque majeur et moi. Mais dans une bonne semaine, je me sens capable d'évoluer à leur niveau.

Il s'est écoulé quatre ans entre vos deux dernières victoires (en 2007, à Shanghai, puis en 2011, en Sicile). Est-ce que cela a entamé votre capital confiance ? Ça ne m'a jamais posé de problème particulier. Dans notre sport, on sait qu'on ne peut pas toujours gagner. Ce qui est primordial, c'est de voir qu'on progresse, que les choses évoluent dans le bon sens. La première fois où je suis rentré dans le top 10 au British open, c'était quelque chose de fort. C'est pour vivre des moments comme ça qu'on joue.

Rétro 8 mai 1974 Naissance à Lyon

1988 Découvre le golf à Civrieux (01)

1995 Obtient le statut professionnel

2002 Termine l'année en tête du ranking français

2005 Première victoire sur le Tour européen à Madrid

2011 Décroche son quatrième succès en Sicile

32


LEASING FRANÇAIS OU ITALIEN PAVILLONS FRANÇAIS, ITALIEN, ANGLAIS, MONÉGASQUE OU ESPAGNOL

METTONS LE CAP SUR VOTRE PASSION Tél. 04 93 21 57 41 - www.marineazur.fr

BANQUE POPULAIRE CÔTE D’AZUR www.cotedazur.banquepopulaire.fr


Cabriolets

Les bolides de l’été reviennent sur la Côte

Sportifs, luxueux, urbains, les cabriolets adoptent des profils différents tout en conservant un même but : offrir un maximum de plaisir et de sensations à leur conducteur. Par Jimmy Boursicot.

Présentée au salon de Genève en mars, la version «restylée» de l’Aston Martin V8 Vantage embarque toujours un moteur 4,7 l de 426 ch. Son pare-chocs avant rabaissé lui donne une allure encore plus volontaire et dynamique. A partir de 109 300 euros


Cabriolet

bmw m6

L’éloge de la puissance La BMW M6, qui sera officiellement présentée à New York courant avril, symbolise le mariage réussi entre hédonisme et vélocité grâce à son musculeux moteur V8. Sensations garanties.

A

vec son profil de squale, cette BMW M6 annonce la couleur d’entrée. A bord de ce modèle classieux et racé, la balade sera menée à un train d’enfer. Propulsée par 560 chevaux, dotée d’une boîte de vitesses à double embrayage, la dernière née de la gamme M est encore plus véloce que ses aînées. Capable de bondir de 0 à 100 km/h en 4,3 secondes, la M6 cabriolet file comme une torpille. Passionnément sportive, la M6 sait également se faire accueillante et sécurisante, avec un large espace à l’arrière, des sièges chauffants en cuir Merino et des arceaux anti-retournement en aluminium. Prix non communiqué


Cabriolet

Audi A5

Un lifting réussi Moins gourmande en carburant, équipée d’un bouclier avant et d’optiques au look plus expressif, l’A5 a opéré sa mue. Elle en profite pour revenir avec une multitude d’options supplémentaires.

O

n dit des classiques qu’ils sont indémodables. Ce qui n’empêche pas de leur apporter la touche de modernité nécessaire pour leur faire traverser les générations. Les ingénieurs et designers de chez Audi ont donc œuvré pour transformer en douceur l’A5. Le résultat ? Un véhicule racé qui arbore une calandre plus géométrique et des prises d’air plus creusées. Sous le capot, il y a également du changement. Trois blocs essence (du 1.8 TFSI 170 ch au V6 3.0 TFSI 272 ch) et quatre motorisations diesel (du 2.0 TDI 143 ch au 3.0 TDI 245 ch). Assistance électronique renforcée et systèmes d’infodivertissement embarqués (connexion Internet, bluetooth, lecteur CD avec huit haut-parleurs…) complètent le tableau. A partir de 42 280 € et 72 100 € (version S5, V6 3.0 333 ch)

36 37


Cabriolet

Volkswagen Golf

Populaire un jour… Vendue à plus de 680 000 exemplaires entre 1979 et 2002, la Golf cabriolet fait son retour sur le marché. Avec de solides arguments à faire valoir.

S

éduisante, agréable à vivre, sûre et polyvalente. Comme ses devancières, la nouvelle Golf cabriolet peut se voir attribuer ces qualificatifs. Absente depuis plusieurs années des showrooms, elle revient avec des lignes adoucies et un niveau de sécurité accru grâce à un renforcement du cadre du pare-brise et de la structure de la carrosserie. Ludique et véloce sans être surpuissante (six motorisations, du 1.2 TSI 105 ch au 2.0 TSI 210 ch), la Golf se veut polyvalente avec sa capote souple (qui s’ouvre en 9 secondes jusqu’à 30 km/h) et son coffre de 250 litres. Une recette qui lui permettra sans doute de figurer parmi les bestsellers du genre. A partir 24 390 €


CAR Contre Allée RN 202 – La Plaine 1 06200 Nice - Tel : 04 93 18 22 18

CARIVIERA 140. Route de Turin 06300 Nice - Tel : 04 92 00 35 35

www.cariviera.com

RIVIERA TECHNIC Bretelle Montante Autoroute 06250 Cannes Mougins - Tel : 04 93 45 73 12


Cabriolet

Infiniti G37 Cabrio AT

Emporté par la fougue Présente en France depuis quatre ans, Infiniti, la marque premium de l’alliance Renault-Nissan, a imaginé un modèle fougueux et raffiné.

A

vec un V6 à essence de 3,7 litres développant 320 ch, le G37 est une véritable flèche capable de faire passer l’aiguille de 0 à 100 km/h en 6,2 secondes. Conçue pour se tailler la part du lion dans le segment des voitures haut de gamme, cette Infiniti cherche à mettre toutes les chances de son côté. Parmi les équipement luxueux que l’on retrouve sur le modèle GT, des sièges avant électriques et chauffants, la climatisation à zones ajustables, un puissant système audio muni de sept haut-parleurs et même une peinture dite… auto-cicatrisante. Japonaise à l’origine, la marque penche pour un design évoquant les Etats-Unis, le premier marché sur lequel elle s’était lancée au début des années 90. Alors, c’est parti pour un road trip très chic. A partir de 59 700 €


Cabriolet

Abarth 500C

Vintage et fun Son look inimitable a traversé les époques sans encombre. Aujourd’hui, ce modèle dérivé de la mythique Fiat 500 débarque dans une version plus sportive et toujours aussi ludique.

C

’est un fait, la 500 est entrée dans l’histoire de l’automobile. Autrefois comparée à un pot de yaourt, l’intrépide a su gagner ses lettres de noblesse, au point de devenir un objet de culte. Abarth, la branche sportive du groupe Fiat, espère écrire quelques lignes de plus dans la légende avec cette 500C vitaminée. Palette de vitesses au volant, 135 à 140 chevaux sous le capot, un moteur qui sait faire entendre sa «mélodie» : la petite Italienne est taillée pour les échappées belles. Disponibles dans de nombreux coloris, elle se présente avec de nombreux équipements qui peuvent faire oublier la modeste taille du coffre (jantes alu 16 pouces, volant en cuir, phares bi-Xenon…) A partir de 20 150 €

40 41


Cabriolet

Mercedes sl 350 & sl 500

Alu total La gamme SL, qui vient de fêter son soixantième anniversaire, s’enrichit de deux modèles plus légers que ses devanciers. Le constructeur allemand a également mis l’accent sur les options.

Q

ui a dit qu’on ne pouvait pas prendre de plaisir avec un produit allégé ? Sûrement quelqu’un qui n’a pas encore eu entre les mains le nouveau roadster luxueux de chez Mercedes. Avec son chassis entièrement en aluminium, le SL 350 a en effet subi une sérieuse cure d’amincissement, qui lui permet d’afficher 140 kilos de moins sur la balance par rapport à son prédecesseur. Côté équipement, ce bolide allemand propulsé par un V6 de 306 chevaux (et un V8 de 435 chevaux pour le SL 500) fait largement le poids avec une multitude de détails raffinés. Doté d’un meilleur couple moteur que l’ancienne version, le SL 350 des émissions de CO2 et une consommation en baisse de 30 %. A partir de 99 990 € - (124 900 € pour le SL 500)


RCS Paris B 418 243 416

No uv ell e Col l eCt i oN laNCi a. u Ne hi stoi r e q ui vo us r essemble.

nouvelle delta. Ce qu’il faut de grandeur. nouvelle gaMMe. nouvelle MotoriSation. nouvelle Calandre. 7 Airbags • Projecteurs antibrouillard • VIP Service inclus • Systeme Blue&MeTM Volant gainé de Cuir • Direction assistée Dualdrive TM • Hill Holder Direction active Driving Steering Control • Feux AV et AR à LED

nouvelle gaMMe lanCia delta a Partir de 18.500 €

Delta Silver 1,4 T-Jet 120 ch, 18 500 € offre Lancia déduite

Modèle présenté Delta Gold 1.4 T-Jet 120 ch ; Peinture Vintage à 350 € et options Jantes Alliage 17’’ Elégante à 500 €, soit 21.850 € offre Lancia déduite

CANNES/LE CANNET - Bretelle descendante de l’Autoroute - 04 92 18 63 63

1er Distributeur du Groupe Fiat - www.motorvillagefrance.fr


Peugeot 308 cc

Figure de style

La version «restylée» du cabriolet de la marque au lion présente une apparence plus douce, avec une partie avant moins agressive qu’auparavant. N’allez cependant pas croire que vous vous retrouverez en face d’une belle endormie. Le moteur 2.0 HDI 163 chevaux, à la fois sobre et performant, fait son apparition dans la gamme. Il offre des reprises très convenables. La calandre de la 308 CC, traversée par une bande noire, est empruntée à la 508. Les feux de jour à LED en forme de boomerangs viennent renforcer le caractère audacieux de cette nouvelle venue. A partir de 25 450 €

Porsche Boxster Type 981

L’histoire continue

Sortie des usines de Stuttgart pour la première fois en 1996, la Boxster compte désormais une troisième édition, après celle de 2005. Le modèle dit d’entrée de gamme de la firme Porsche sera commercialisé dès la mi-avril. Doté d’une carrosserie entièrement en aluminium, il bénéficie d’un joli coup de jeune. Phares avant placés à la verticale, arrière totalement redessiné et prises d’air qui remplacent les grilles sur les côtés font de la Type 981 plus qu’une simple évolution. Le moteur 6 cylindres à plat 2,7 litres de 265 chevaux permet à la Boxster de passer de 0 à 100 km/h en 5,2 secondes (et seulement 4,8 secondes pour la version S équipée d’une boîte robotisée PDK à sept rapports). A partir de 49 372 € (et 60 435 € pour la version S)


peugeot 308 CC mini cabrio highgate

Cabriolet

Porsche boxSter 981 maserati grancabrio

Maserati GranCabrio Sport

Furieusement chic

Rapide comme l’éclair, racée, la GranCabrio Sport s’inscrit pleinement dans la tradition de la marque au trident. Hautement désirable, cette Italienne au V8 sonore arrache le bitume malgré un poids flirtant avec les deux tonnes. Dessiné par Pininfarina, le cabriolet Maserati, qui comporte quatre "vraies" places, est capable d’atteindre les 285 km/h en vitesse de pointe. Par rapport à la GranCabrio classique, la version sport hérite de quelques modifications au niveau de la carrosserie, destinées à accroître son aspect dynamique, mais aussi d’une augmentation du couple moteur. Pour contenir la fougue des 450 chevaux, le système de freinage a également été modifié. A partir de 140 848 €

mini cabrio highgate

Maxi plaisir

En ce début de printemps, Mini aura encore l’occasion de vérifier sa côte d’amour avec l’arrivée du Cabrio HighGate sur les routes ensoleillées. Les amateurs de conduite cheveux au vent se laisseront sans doute tenter par ce modèle au nom inspiré d’un quartier du nord londonien. Elégante, cette série spéciale ne dit pas non à une touche d’audace avec deux lignes bleues qui viennent dynamiser sa peinture "chocolat glacé", détail que l’on retrouve également sur les sièges en cuir. Avec ses jantes 17 pouces et son impressionnante palette de détails, le Cabrio HighGate fera tourner quelques têtes sur son passage. A partir de 28 250 €

44 45


Tous à la poursuite de Nadal Amateurs de paris, sachez que miser sur un éventuel succès de Rafael Nadal vous rapporterait à peine de quoi vous payer un sandwich. Déjà titré à sept reprises, l'Espagnol est le plus grand favori à sa propre sucession. Cependant, le moindre coup de mou du Taureau de Manacor pourrait profiter à Novak Djokovic, contraint de faire l'impasse sur Monte-Carlo l'an dernier. Désormais numéro un mondial, celui-ci aimerait s'imposer à quelques centaines de mètres de son lieu de résidence. Dans son sillage, d'autres terriens tenteront de faire vaciller l'indéboulonnable statue de Nadal. Roger Federer ne se mêlera pas à la meute. Il sera le grand absent de l'édition 2012. Finaliste malheureux en 2011, David Ferrer aimerait avoir l'occasion de retenter sa chance face à son compatriote. Andy Murray, auteur d'une très bonne saison sur ocre l'an passé, aura une carte à jouer. En demi-teinte à l'occasion de leur dernière visite en principauté, les membres du clan tricolore se présenteront avec l'ambition de jouer les trouble-fête. Gilles Simon, Gaël Monfils et Richard Gasquet, avaient atteint les quarts en 2011, tandis que Jo-Wilfried Tsonga avait calé au deuxième tour.

M o n t e - Ca r l o R o l e x M as ters

Pluie d'étoiles Un rayonnement planétaire Le Monte-Carlo Rolex Masters, qui fait office de rentrée des classes sur terre battue, bénéficie d'une forte expositions médiatique. Classé parmi les Masters 1000, la catégorie qui vient juste après les épreuves du Grand Chelem dans la hiérarchie des compétitions de l'ATP, le tournoi monégasque rassemble chaque année plus de trois cents journalistes. En 2011, pas moins de 4 800 heures de retransmissions télé lui ont été consacrées sur les chaînes de 70 pays. Un volume de diffusion en nette hausse (+75% par rapport à 2010) qui laisse miroiter de nouvelles perspectives aux organisateurs. Lié par contrat à plusieurs grandes marques, le tournoi monégasque semble avoir trouvé son modèle économique, ne subissant apparemment pas les effets de la crise financière.


tennis

Des tribunes copieusement garnies C'est désormais une constante : grâce à leur travail de promotion de l'événement, la qualité du plateau réuni et des conditions d'accueil, l'enceinte du Monte-Carlo Country Club fait régulièrement le plein. Le directeur du tournoi, Zeljko Franulovic, espère à nouveau atteindre le chiffre record de 125 000 spectateurs en 2012. Lors de la 105e édition, les 272 loges VIP avaient trouvé preneur et le taux de réservations en ligne avait grimpé de 10%. Les prix restent relativement accessibles, avec des tarifs démarrant à 15 euros (premier jour, sur le court des Princes) et des billets pour la finale à partir de 49 euros. A noter que les enfants seront particulièrement chouchoutés, puisqu'une nouvelle zone d'animations, dotée d'un court de tennis, a été créée pour eux.

Une histoire centenaire

sur le Rocher Du 14 au 22 avril, les meilleurs joueurs de la planète vont débarquer sur le Rocher pour tenter de remporter un tournoi historique, qui connaîtra sa 106e édition. Plébiscitée par les tennismen, la compétition devrait une nouvelle fois afficher complet dans les tribunes. Dossier réalisé par Jimmy Boursicot. Photos : Gianni Ciaccia, M.B. et J.B.

L'accueil des joueurs soigné Quiconque a un jour pénétré dans l'enceinte du Monte-Carlo Country Club (MCCC) pourra le confirmer. Avec sa vue époustouflante et ses installations du même acabit, le site est un formidable écrin pour les amoureux de la petite balle jaune. En dehors de la période dédiée au Masters 1000, de nombreux joueurs de haut niveau (c'est notamment le cas de Novak Djokovic) et d'importantes personnalités viennent même s'y entraîner. Pendant le tournoi, les joueurs pourront constater que tout a été fait pour les mettre dans les meilleures conditions : en plus d'élégants vestiaires, d'un service médical et d'une salle de gym, ils auront désormais la possibilité de reprendre des forces dans un restaurant qui leur sera entièrement dédié. A noter également, la 20e édition de la Grande nuit du tennis avec le spectacle intitulé "Rock the Ballet", dansé par la compagnie "The Bad Boys of Dance". 46 47

Que de changement depuis le lancement de l'épreuve, en 1897, sur des terrains jouxtant le mythique Hôtel de Paris. Dans les années 20, la compétition se déroulait… sur le toit d'un garage, à Beausoleil (mais avec Suzanne Lenglen pour inaugurer le site, s'il vous plaît). En 1928, le dernier déménagement sera le bon. Décennie après décennie, le tournoi prend de l'ampleur, oppose les plus grands noms du moment. En 1969, on bascule dans l'ère Open et le Hollandais Tom Okker rafle la mise. Un an plus tard, l'actuel directeur du tournoi, Zeljko Franulovic, inscrit son nom au palmarès. Sous l'impulsion de la princesse Antoinette et Bernard Noat, l'Open de Monte-Carlo devient un incontournable du calendrier international, réussissant à intégrer le club fermé des "Super 9" et "Master Series" d'alors, avant de devenir "Masters 1000". Avant le phénomène Nadal, les tennismen de l'ère moderne les plus titrés se nommaient Ilie Nastase, Bjorn Borg et Thomas Muster (trois victoires chacun).


Animations et petites attentions pour chacun Ceux qui auront déjà eu l'occasion de faire un crochet du côté de Roquebrune Cap-Martin (la commune où sont érigées les installations du MCCC) remarqueront plusieurs innovations et améliorations qui les concerneront directement. Dans l'hypothèse très plausible où le court central afficherait complet, les organisateurs ont décidé d'installer un écran géant sur le court des Princes, afin de permettre aux spectateurs qui n'auraient pas pu trouver de place de suivre les dernières rencontres. Par ailleurs, une restructuration des espaces de restauration a été effectuée. Les deux journées spéciales, celle des enfants (le dimanche 15) et celle des femmes, le lendemain, sont maintenues. Les jeunes auront l'opportunité de participer à des ateliers techniques, des animations et des séances d'autographe. Concernant ces dames, une attention particulière leur sera portée le lundi… 48


Touché au genou, le Serbe avait dû renoncer au tournoi de Monte-Carlo l'an dernier. Actuellement dans une forme éblouissante, le résident monégasque tentera d'inscrire son nom pour la première fois au palmarès de l'une des rares épreuves où il ne s'est pas encore imposé. Par Jimmy Boursicot. Photos : Gianni Ciaccia.

A

Enfin Nova k Dj o kov i c

chez lui ?

bien y réfléchir, Novak Djokovic semble arpenter les courts du monde entier depuis une éternité. Dans une discipline où les lignes bougent à une vitesse ahurissante, cela fait un bail que "Nole" a imprimé son visage et son style dans l'imaginaire collectif. A tel point qu'il est parfois difficile de lui donner un âge. Ses papiers d'identités mentionnent une naissance en 1987, le 22 mai. C'est donc un jeune gaillard de 24 ans qui a réussi à mettre la main sur cinq titres du Grand Chelem (Wimbledon et US Open en 2011, Open d'Australie en 2008, 2011 et 2012). Celui qui fut un temps cantonné au rôle de troisième homme derrière les stratosphériques Nadal et Federer (qui comptent respectivement 10 et 16 victoires en Grand Chelem) est désormais la référence, le roi à déloger de son trône de n°1, qu'il occupe depuis le 4 juillet 2011. Une prise de pouvoir qui a mis fin à sept ans de règne alterné entre l'Espagnol et le Suisse. Toujours plus impressionnant, embarqué dans une dynamique victorieuse qui ne connaît presque jamais de coup de mou, "Djoko" est devenu l'un de ces champions qui transpirent le talent, la maîtrise et l'assurance.

83 % C'est le ratio victoires-défaites de Djokovic en Grand Chelem. Avec 117 victoires pour 24 défaites, il pointe au sixième rang de tous les temps (89,8% pour Borg, 87,6% pour Nadal, 86,9% pour Federer, 85,7% pour Rod Laver et 84,2% pour Pete Sampras).


tennis

35 343 050 $

C'est la somme accumulée sur les courts par le Serbe depuis ses débuts pros. En 2011, avec 12 619 803 $, il a battu le record de gains empochés en une seule saison.

2007

C'est cette année-là que "Nole" a fait sa première entrée dans le top 10. Entré dans ce cercle fermé un 17 mars, il n'en est évidemment plus jamais ressorti. Et depuis le 19 octobre 2010, il a toujours occupé l'un des trois premières places du ranking ATP.

et Dorde) se rapproche chaque jour un peu plus de son rêve. Srdjan, le père, estime également que les épreuves difficiles ont aidé Djokovic à devenir celui qu'il est aujourd'hui. "Pendant la guerre, Novak avait peur. Mais il ne le montrait jamais. C'est de là que lui vient sa force sur le court."

Quand "jeunesse" rime avec "prouesses"

Des montagnes de Kopaonik aux sommets Sa réussite, le Serbe l'a bâtie à force de travail, de détermination et de choix courageux. Sa trajectoire ? Sans doute moins rectiligne que celles des prodiges en herbe qui arpentent les prestigieuses académies dès leur sortie du berceau. Son enfance est marquée par les alertes à la bombe et les sirènes stridentes qui rythment le quotidien d'une nation au bord de l'implosion. Né à Belgrade, capitale de ce pays qu'on appelait encore Yougoslavie, Novak Djokovic grandit à 250 kilomètres de là, au Sud. Le père, Srdjan, ancien skieur, tient une crèperie-pizzeria au pied des montagnes de Kopaonik, avec Dijana, sa femme. La rencontre de Novak avec le tennis ? Un concours de circonstances. Ou un sacré clin d'œil du destin, c'est selon. Juste en face de la cuisine des Djokovic, des courts vont bientôt sortir de terre. Le futur eldorado du gamin, qui dévore les matches de Sampras et Agassi à la télé. Pour ne rien gâcher, Jelena Gencic, qui a découvert les pépites Monica Seles et Goran Ivanisevic, s'y installera quelque temps plus tard.

La technicienne a raconté sa première rencontre avec "Nole" au site welovetennis.fr : "Lorsque le petit Novak (4 ans à l'époque) était venu me voir, j'ai seulement eu besoin d'une semaine pour être certaine de son potentiel". Gencic, à qui le jeune écolier, déjà capable de préparer son sac comme un pro aguerri, avait immédiatemment clamé son envie de devenir numéro un mondial un jour. Dire que le contexte n'était pourtant pas propice pour démarrer une progression sereine relève de l'euphémisme. "Les autres joueurs serbes de ma génération et moi, nous ne nous sommes pas développés dans des conditions normales. Mais cela nous a rendus plus forts. Parfois ce n'est pas forcément négatif de ne pas avoir des conditions idéales, parce qu'on est obligé de se battre", exposait Novak Djokovic avant la finale de la coupe Davis 2010, remportée face à la France. A 12 ans, le pré-ado quitte un territoire ravagé par un conflit toujours plus sanglant. Direction Munich et l'académie Niki Pilic. Loin de ses siens, qui ont tout sacrifié pour que l'aîné de la famille (Novak a deux petits frères, Marko 50 51

Toujours pressé, toujours guidé par une ambition débordante, freiné par aucun complexe, le Serbe impressionne chez les jeunes et intègre le circuit pro à 16 ans, en 2003. Deux ans plus tard, il a son rond de serviette parmi les membres du top 100 (94e). En 2006, il remporte son premier titre devant le Chilien Nicolas Massu, sur la terre battue d'Amersfoot, aux Pays-Bas. Avant de fêter ses 19 ans, "Djoko" ramène pour la première fois sa bobine en Mondovision. A Roland-Garros, il fait tomber trois têtes de série et dispute un quart de finale face à Rafael Nadal. Malgré son abandon sur blessure, le nouveau venu marque les esprits. Et de précieux points : en fin d'année, il pointe au 19e rang à l'ATP. La belle mécanique ne s'enrayera jamais et le public se prendra rapidement d'affection pour ce grand échalas qui multiplie alors les facéties, imitant avec gourmandise ses petits camarades de jeu. Peu à peu, le Belgradois prend du coffre, résout des problèmes respiratoires qui l'empêchaient parfois d'aller souffler encore plus fort dans les bronches des cadors. L'année 2008 est synonyme d'ascension express pour Djokovic, qui fait de moins en moins sourire ses adversaires sur les courts. Intouchable, injouable à Melbourne, il remporte le premier tournoi du Grand Chelem de sa carrière. Durant toute l'épreuve, il n'aura concédé qu'un seul set, au cours de la finale qui


l'opposait à Jo-Wilfried Tsonga. Le radar médiatique se rapproche de ce personnage tellement moins lisse que la moyenne, à la fois détaché et animé par une insatiable rage de vaincre. Un jour, son entraîneur, le Tchèque Marian Vajda, avait résumé l'état d'esprit de son protégé par cette formule : "C'est simple, il croit qu'il peut battre tout le monde." Un journaliste du quotidien l'Equipe se chargeait de compléter la réplique par le biais d'une jolie trouvaille : "Le jour où les économistes se mettront à calculer l'ambition, Djokovic aura sa place dans les pages saumon du Figaro." Roger Federer et Rafael Nadal, qui ont outrageusement dominé la planète tennis depuis le début du troisième millénaire, comprennent qu'ils vont devoir s'habituer à ferrailler avec ce troisième larron, constamment suivi par un clan tapageur en tribunes.

2011 entrée dans une autre dimension Pour autant, le duo, qui tient à laisser une trace encore plus visible au Panthéon de leur sport, ne baisse pas les armes. Souvent placé, rarement gagnant, "Nole" ne parvient à rafler que deux titres, lors des ATP 500 de Pékin et Dubaï. Sa saison 2010 se finira néanmoins sur un épisode très positif, avec le sacre de la Serbie face aux Tricolores en coupe Davis. Sur ses terres, Djokovic, asseoit encore un peu plus son statut d'idole nationale, lui qui n'hésite pas à afficher son patriotisme. D'héros du peuple, le jeune homme va peu à peu glisser dans le rôle du cyborg invincible. Au sommet de sa forme, il ravage tout et tout le monde sur son passage avec une constance presque irréelle. Rendez-vous compte : au moment de pénétrer sur le central de Roland-Garros, Novak Djokovic avait la possi-

bilité d'égaler le vieux record de John McEnroe, qui avait remporté 42 matches consécutifs en 1984. Ecarté ce jour-là par l'impeccable Helvète, il n'avait pas vraiment accusé le coup, repartant de plus belle à la chasse aux trophées. Déjà titré en Australie, il avait ensuite raflé Wimbledon et l'US Open, plus cinq Masters 1000 (un record), "son" tournoi de Belgrade (le joueur a racheté les droits d'une épreuve néerlandaise pour la remplacer par cette compétition en Serbie) et Dubai. Tout bonnement épatant. Voire stupéfiant, selon ses détracteurs.

Tracas et ambitions

A l'image de Rafael Nadal, Djokovic n'a pas échappé aux soupçons de dopage. En septembre dernier, le Wall Street journal avait révélé que le tennisman utilisait un caisson hyperbare servant à "booster les performances sportives en améliorant la circulation du sang, en augmentant le nombre de globules rouges, en diminuant l'acide lactique et même en stimulant la biogenèse des mitochondries et la production des cellules souches." Actuellement, le procédé n'est pas

prohibé par l'Agence mondiale de lutte contre le dopage, qui le juge seulement "contraire à l'esprit du sport". Auteur d'un début de saison dans la lignée de la précédent en dépit de quelques accrocs, Novak Djokovic, qui réside à Monte-Carlo, compte bien mettre fin à l'incroyable série de Nadal. Les yeux rivés sur "Roland", premier Graal à aller chercher avant les JO, il tentera de s'imposer pour la première fois en principauté. Pour le moment, son meilleur résultat est une place de finaliste face à Nadal en 2009.

21 11 Comme nombre de matches sans défaites du "Djoker" en Grand Chelem. Sacré à Wimbledon, à l'US Open puis en Australie, il n'a plus été battu depuis sa demi-finale perdue face à Roger Federer, à Roland-Garros.

Novak Djokovic s'est déjà imposé à onze reprises en Masters 1000. Trois fois titré à Miami, deux fois à Montréal, Indian Wells et Rome, il a également soulevé le trophée à Rome (2008) et Paris-Bercy (2009)

286

En semaines, c'est la durée pendant laquelle Pete Sampras, son idole de jeunesse, a squatté la première place du classement mondial. Une incroyable longévité qui doit faire rêver "Djoko".

52


Shopping Center MĂŠtropole Monaco TĂŠl : (00 377) 93 50 22 05


Rafa e l N a da l

Force 8 sur le Rocher ? Maître absolu de la terre battue, l'Espagnol a fait des courts du Monte-Carlo Country Club son jardin. Ici, il a déjà triomphé sept fois consécutives, du jamais vu. Durant une semaine, il tentera de reprendre de la hauteur pour réaliser la passe de huit dans son tournoi fétiche.

1

Depuis sa première victoire en 2005 à Monaco, "Rafa" n'a laissé qu'un seul joueur lui dérober un set. L'événement s'est produit l'an dernier en demi-finales et l'auteur du larcin se nommait Andy Murray.

rang mondial durant 160 semaines successives). Tanné sur le sujet par les médias présents dans le désert d'Indian Wells, le Taureau de Manacor a répliqué sans ruer dans les brancards : "Novak a mis le tennis à un autre niveau mais personne n'est éternel. Il y aura quelqu'un meilleur que lui un jour." Nadal, armé de son célèbre coup droit "lasso", hérite à nouveau de la position du chasseur, de l'ambitieux aux dents longues qui doit faire chuter le leader de son piédestal. La situation semble lui convenir, pour le moment. "Même si je préfère figurer au sommet, c'est un peu plus facile d'être derrière."

A Monte-Carlo, sept extra

29

C'est le nombre de sets concédés par l'Espagnol depuis 2003 sur sa surface de prédilection. Roger Federer est le joueur qui lui a opposé la plus farouche résistance, avec neuf manches remportées.

O

n ne sait pas si Rafael Nadal est plus superstitieux qu'un autre, mais on aimerait vraiment lui demander ce que lui évoque le chiffre 7. Dans un bon jour, le Majorquin ferait peutêtre instantanément le lien avec son nombre de succès en principauté. Un matin où son regard serait encore plus sombre que de coutume ? Ce satané chiffre lui sauterait à la figure, lui rappelant la série de camouflets infligés par Novak Djokovic. Lors de leurs sept dernières confrontations au cours d'une finale (quatre en Masters 1000, trois en Grand Chelem), "Rafa" a toujours quitté l'arène dans la peau de la bête blessée. Suffisant pour créer une psychose ? Nadal jure qu'il

754

Comme les jours durant lesquels Rafael Nadal a réussi à préserver son invincibilité sur terre battue, entre un revers à Roland-Garros contre Robin Söderling en seizièmes (le 25 mai 2009) et un autre en finale du Masters 1000 de Madrid, face à Novak Djokovic (le 1er mai 2011). Une semaine plus tard, le "Djoker" faisait à nouveau plier Nadal à Rome.

n'en est rien. "Quand je me réveille le matin et que je vais m'entraîner, je ne pense pas à Novak. Je pense à progresser, et pas pour le battre lui, Roger (Federer) ou un autre." Dont acte. En serait-il autrement si le "Djoker" venait à lui jouer un nouveau tour, en s'imposant sur des terres qui lui appartiennent depuis 2005 ? Rien n'est moins sûr.

Chassé devenu chasseur

En juillet 2011, Rafael Nadal avait déjà dû s'écarter de la plus haute marche du podium pour laisser la place au Serbe, retrouvant un rôle de dauphin qui lui avait longtemps été destiné (dans le passé, l'Espagnol avait occupé le deuxième

Affirmer que Nadal est plus à l'aise que quiconque sur terre battue est une évidence. Une science de l'ocre qui ne s'exprime jamais mieux qu'à Monte-Carlo, où "Rafa" démarre sa montée en régime, avec Roland-Garros dans le viseur. Sans vraiment développer son meilleur tennis, il avait réussi à s'emparer de sa septième couronne en 2011 (Nadal était déjà devenu le premier joueur à remporter six fois d'affilée le même tournoi ATP l'année précédente) malgré les efforts de son compatriote David Ferrer pour l'en déposséder (6-4, 7-5). Fortement chahuté sur d'autres surfaces, l'Espagnol a équilibré le bilan d'un saison contrastée grâce à sa surface de prédilection, la seule où il a réussi à s'imposer (en coupe Davis, à Roland-Garros, à Barcelone et à Monaco). Avec 32 titres au compteur, Nadal est devenu le troisième joueur ayant remporté le plus de tournois sur terre battue, derrière Guillermo Vilas (45) et Thomas Muster (40). A Monaco, il est l'homme de tous les superlatifs. Sa seule défaite dans l'enceinte du Monte-Carlo Country club ? Elle remonte à sa première venue, en 2003. Alors âgé de 16 ans, le puncheur avait été mis au tapis par l'Argentin Guillermo Coria en seizièmes de finale. L'année suivante, l'Ibére retrouvait "El Mago" et lui faisait un sort en finale. Roger Federer (trois fois), Novak Djokovic, Fernando Verdasco et Ferrer subirent ensuite la loi de Nadal. A qui le tour ?


tennis

Andy M ur r ay

L'heure du déclic ? Il est l'un des membre du "Big four", ce quatuor qui fait la pluie et le beau temps sur la planète tennis. Mais malgré sa réussite en Masters 1000, l'Ecossais court toujours après un sacre majeur.

754 308

C'est le nombre de personnes qui suivent Murray sur Twitter. Mieux que Djokovic (720 334) mais moins bien qu'Andy Roddick (889 526) et surtour Rafael Nadal (1 766 105). absent de ce réseau social, Roger Federer est en revanche le "boss" sur Facebook (10 177 624 fans).

jamais trouver les ressources nécessaires pour mettre un terme à des décennies de disette. Andy Murray, âgé de 24 ans, connaîtra-t-il le même sort ? Finaliste malheureux à l'US Open en 2008 puis à Melbourne (2010 et 2011), il lui arrive de ressembler à ces élèves doués qui calent le jour de l'examen. Interrogé sur le sujet, Murray a tenté de relativiser cette pression. "Je pense que la Grande-Bretagne vit le sport de manière très ou trop passionnée, peut-être à cause d’un certain manque de résultats."

Ivan Lendl à la rescousse

1996

Cette année-là, Andy, âgé de 9 ans, survit au massacre de Dunblane. Un homme avait fait irruption dans la classe du futur tennisman et avait tué dixsept personnes avant de se donner la mort.

L

e sport est parfois (souvent ?) un univers étrange, où l'idée que l'on se fait d'un homme peut se révéler déroutante. Actuellement numéro 4 mondial, Andy Murray en sait quelque chose. Car lorsque les médias brossent son portrait, il lui arrive d'être qualifié de "beautiful loser". Très vite, les débats portent sur l'incapacité du joueur à aller jusqu'au bout en Grand Chelem. Suivi par une cohorte de journalistes durant tous ses déplacements, il semble constamment évoluer avec cette encombrante attention. Passablement assagi, il parvient peu à peu à se défaire de l'un des surnoms dont il a hérité en raison de son côté tumultueux ("Angry Murray", soit "Murray le colérique). John McEn-

22

Depuis ses débuts professionnels, en 2005, Murray a remporté 22 tournois. Dans ce décompte, on distingue six victoires en Masters 1000 et deux en Masters Series.

roe, légende aux coups de sang non moins légendaires, est un fan de Murray. "Ce que j'aime le plus chez lui, c'est son incroyable faculté à bouger sur le court. Il est capable de trouver des angles incroyables."

Une île entière sur le dos

Un bagage complété par une grande finesse tactique et un potentiel physique à l'avenant qui, pour le moment, ne lui ont pas permis de succéder au dernier Britannique vainqueur d'un tournoi majeur. Il s'agissait de Fred Perry et cela remonte à 1936. Autant dire une éternité, vu de l'autre côté du Channel. En son temps, l'Anglais Tim Henman avait connu pareille situation, sans 54 55

Abonné à la quatrième place depuis 2008, le natif de Dunblane pourrait renoncer, se dire qu'il a juste eu la malchance d'être au mauvais endroit, au mauvais moment. Vainqueur de cinq titres en 2011 (dont les Masters 1000 de Shanghaï et Cincinnati), sans entraîneur pendant huit mois, Murray a décidé de s'adjoindre les services d'un coach nommé Ivan Lendl. Comme lui, avant d'accumuler six victoires en Grand Chelem, le Tchèque avait laissé filer trois finales. Début janvier, Andy Murray expliquait pourquoi il avait fait appel à Lendl : "Ivan a eu un impact indéniable sur le tennis et il amène une expérience et des connaissances peu communes, surtout lors de tournois majeurs."

Et maintenant ?

Au premier trimestre, le Britannique a présenté un bilan contrasté, peu évident à déchiffrer. Vainqueur d'entrée à Brisbane, il avait lutté jusqu'au bout en demi-finale à l'Open d'Australie avant de céder contre Djokovic. A Dubaï, il avait réussi à mettre un terme à l'invincibilité du Serbe, perdant ensuite la finale face à Federer. A Indian Wells, en mars, Murray subissait son premier coup d'arrêt. Dès le deuxième tour, il mordait la poussière face à l'Espagnol Garcia Lopez. En cinq participations au Monte-Carlo Rolex Masters, l'Ecossais a connu des fortunes diverses sur une surface qui n'a pas sa préférence. A deux reprises, en 2006 et en 2010, il avait été écarté d'entrée (par Jean-René Lisnard et Philipp Kolschreiber). Sorti au troisième tour par Novak Djokovic en 2008, il a réussi ses meilleures prestations en 2009, où il avait à chaque fois eu la lourde tâche d'affronter Rafael Nadal.


Dav id Fe r r e r

Sans faire de bruit… Discret, l'Espagnol s'est frayé un chemin jusqu'au top 5, dans l'ombre de son compatriote Rafael Nadal, qui l'a battu en finale à Monte-Carlo l'an dernier. Expert de la terre battue, il tentera à nouveau de viser la victoire sur le Rocher.

4

En huit participations à MonteCarlo, l'Espagnol s'est arrêté quatre fois au stade des quarts de finale. Les deux dernières années, il a fait mieux avant de tomber sur l'invincible Nadal (en demies en 2010, en finale l'an passé)

8

Sur quatorze titres, Ferrer en a décroché huit sur terre battue. Sur cette surface, Acapulco est son tournoi fétiche (trois victoires), mais il s'est également imposé à trois reprises sur dur à Auckland.

à la conquête du troisième saladier d'argent (en quatre ans) de l'Espagne.

Pas conforme aux standards en vigueur Infatigable, l'homme de Javea, un petit village situé entre Alicante et Valence, ne correspond pourtant pas au profil-type du joueur du XXIe siècle. Son gabarit quelconque (1,75 m pour 73 kg) lui fait rendre une voire deux dizaines de centimètres à la plupart de ses opposants. Et là où d'autres usent invariablement de leur puissance pour parvenir à leurs fins, Ferrer est obligé d'employer d'autres armes. "Mon jeu, c'est de fatiguer mes adversaires. Je ne peux pas m'appuyer sur un coup qui fait mouche à chaque fois, je n'ai pas un service qui me donne des points gratuits", analyse "Ferru".

Fidèle à son coach

0

David Ferrer n'a jamais réussi à remporter une épreuve du Grand Chelem. Un zéro pointé à relativiser : depuis la victoire de Marat Safin à l'Open d'Australie en 2005, seul Juan Martin del Potro (vainqueur de l'US Open 2009) a réussi à freiner l'hégémonie du trio Nadal-FedererDjokovic

U

n tour dans les coulisses de la dernière édition des Masters de Monte-Carlo suffisait pour se rendre compte de l'étendue du fossé médiatique qui sépare David Ferrer de ses devanciers au classement. Tandis que les caméras prenaient d'assaut Nadal (pourtant pas le plus disert de la bande), que les curieux guettaient la première apparition de Roger Federer et que les journalistes français tombaient sur le râble d'un Gilles Simon pas encore bien réveillé, l'"autre" Espagnol créait nettement moins d'effervescence autour de sa personne. Un détail ? Peut-être. Sauf qu'en dépit de son niveau sportif, le numéro cinq mondial a du mal à exister.

Un véritable marathonien

Ce n'est pas faute d'avoir multiplié les apparitions sur les courts. En 2011, il a disputé la bagatelle de 78 rencontres. Seul Nadal, avec 84 matches au compteur, a affiché un tableau de route plus chargé. A la fin de ce dense programme, il estimait avoir réalisé "la meilleure saison de (sa) carrière". A son actif, deux succès (à Auckland et Acapulco) et surtout une impressionnante faculté à se glisser dans le dernier carré (dix demi-finales atteintes, trois finales perdues en Masters 1000). Côté coupe Davis, c'était presque la routine. Début décembre, David Ferrer remportait son premier simple face à l'Argentin Juan Martin del Potro et participait

Auteur d'un début 2012 canon, ponctué par trois victoires à Auckland, Buenos Aires et Acapulco, le blond au regard bleu azur ne compte pas lever le pied. Sous la conduite de son coach, Javier Piles, ce serait totalement inenvisageable. Entre les deux hommes, qui forment l'un des duos joueur-entraîneur les plus anciens du circuit, le climat a parfois été orageux, comme l'indiquait Piles sur le site officiel de RollandGarros : "A 19 ans, c'était une sacrée tête de mule, il venait s'entraîner en traînant les pieds. Alors pour le faire réagir, il m'est arrivé, deux ou trois fois, de l'enfermer dans le local où l'on entreposait le matériel. J'ai été dur avec lui, mais c'était pour son bien." La "Mobylette" a depuis retenue la leçon, jusqu'à se transformer en bourreau de travail. Des efforts qui ont permis à Ferrer, excellent sur terre battue, de progresser sur d'autres surfaces. Ce qui n'empêche pas Javier Piles de pointer les limites actuelles de son protégé. "Il manque encore un peu de confiance en lui. Contre Nadal, Djokovic ou Federer, David a un petit complexe d'infériorité. On travaille sur ce point-là, car il a tout dans son jeu pour pouvoir les battre et enfin remporter un grand titre. Il faut juste qu'il s'en persuade…"


tennis

Jo - W il f r i e d T s o n g a

Second souffle

Vainqueur en Masters 1000, en 2008 à Paris, le numéro 1 français court après un nouveau titre à ce niveau. Puissant et robuste, le Tricolore ne s'est par ailleurs jamais imposé sur terre battue. Son état d'esprit et sa sérénité actuelle lui permettent cependant d'afficher plus d'ambition. trop mal... J'étais parfois au bord des larmes. Je ne pouvais rien faire, j'étais impuissant. Je me donnais à fond. Mais c'était comme si je me torturais moi-même", déclarait-il l'été dernier. Sans entraîneur depuis un an, date la séparation avec Winogradsky, qu'il considérait comme un "tuteur, un second père", le Manceau a gagné en maturité, a retrouvé la sérénité qui lui manquait cruellement les saisons précédentes.

Agassi : "Il a un potentiel énorme"

13

Le Sarthois a disputé treize finales depuis le début de sa carrière professionnelle. Son bilan est plutôt positif, puisqu'il en a remporté huit.

104

C'est le nombre de semaines durant lesquelles Tsonga a figuré dans le top 10 mondial. Seuls deux Français ont fait mieux : Yannick Noah (270) et Sébastien Grosjean (111).

P

our le grand public, il est ce grand garçon un peu gauche qui refuse de partager son dernier Kinder Bueno avec une souriante demoiselle, avant de finir par céder. Sur le court, ses adversaires aimeraient bien que le Sarthois fasse preuve d'autant de clémence à leur égard. Car, même s'il n'est encore jamais parvenu à franchir les dernières étapes qui l'auraient rapproché d'un titre majeur (une finale perdue en 2008 à l'Open d'Australie), Jo-Wilfried Tsonga continue inlassablement de se faire une place parmi les grands de ce monde où la petite balle jaune est reine. Actuellement sixième à l'ATP, le Tricolore semble être en mesure de se stabiliser à ce

3

En 2008, 2009 et 2011, Jo-Wilfried a terminé la saison au rang de numéro 1 français. C'est Gaël Monfils qui a réussi à interrompre sa série (en 2010, ce dernier était douzième mondial, une place devant Tsonga).

niveau, lui qui fut si souvent interrompu dans sa marche en avant par une kyrielle de pépins physiques (genou, épaules, dos…).

Rupture, usure et renouveau

Une gageure, quand on sait que la régularité n'a pas toujours été son point fort. Désormais bien calé dans ce top 10 dans lequel il était apparu pour la première fois en novembre 2008, Tsonga a réussi à retrouver un second souffle. Longtemps, ses blessures l'ont miné, jusqu'à user sa résistance et mettre à mal sa détermination. "J'en étais arrivé à un point où je disais parfois à Éric (Winogradsky, son ancien coach) : "A quoi ça rime tout ça ? J'en ai marre, je vais arrêter." J'avais 56 57

En 2011, Jo-Wilfried a remporté trois épreuves (Vienne, Metz et Doha), disputé trois finales et intégré le dernier carré à Wimbledon. Encourageant. L'intéressé reconnaît sans ambage qu'il a changé son approche des événéments, sa façon d'être. "J'étais arrivé à un stade où je croyais tout connaître, alors qu'en fait, je ne connaissais rien. J'ai vu que mentalement, il y avait encore des choses à faire." Les conseils d'André Agassi, auquel il était allé rendre visite du côté de Las Vegas, lui ont certainement donné de l'allant. Tout comme les déclarations du mythique Américain à son sujet : "C’est l’un des meilleurs athlètes que j’aie jamais vus. Il est spectaculaire et enthousiasmant à voir jouer. Il a pour moi un potentiel énorme et peut encore progresser et tirer son jeu vers le haut."

Le retour d'un coach ?

Rasséréné, Tsonga est tout de même conscient qu'il doit encore donner un coup de collier pour se rapprocher de l'exigence de mise dans les hautes sphères et éviter les contre-performances (comme son élimination prématurée à Melbourne par le Japonais Kei Nishikori). Titré à Doha, il a eu le temps de poursuivre sa réflexion dans le calme. Et au moment où nous écrivions ces lignes, le Français évoquait l'hypothèse de trouver un nouvel entraîneur. Un technicien qui ne serait finalement pas si nouveau que cela, si l'on s'en tient à ses propos à Indian Wells : "Honnêtement, j'avoue que si je reprends un coach très prochainement, Eric fera partie des premières personnes avec qui j'irai discuter. On repartirait forcément sur une base très différente…"


Iva n Lj ub i c i c

Fin de service

Âgé de 33 ans, le Croate a affirmé début mars sa volonté de mettre un terme à sa carrière. Ils'apprête à vivre ses dernières heures de tennisman lors du Monte-Carlo Rolex Masters. Très respecté sur le circuit, il s'était hissé jusqu'au troisième rang mondial en 2006. coupe Davis de sa jeune histoire. Une compétition que Ljubicic avait marqué de son empreinte, même si l'ultime point avait été ramené par son coéquipier Mario Ancic. Impeccable durant le parcours de sa sélection, il avait réussi la prouesse d'enchaîner onze succès de rang, en simple et en double, avant de s'incliner face au Slovaque Dominik Hrbaty. En 2004, les Jeux olympiques d'Athènes lui avaient permis de faire flotter une première fois le drapeau croate. Associé à Ancic, il avait obtenu la médaille de bronze en double. Au rayon Grand Chelem, sa meilleure performance restera une demi-finale perdue contre Nadal en 2006.

30

Comme le nombre de fois où le Croate à joué à Monte-Carlo. Ses visites sur le Rocher, démarrées en 1999, ne lui ont jamais permis de dépasser le stade des quarts de finale (contre le Chilien Fernando Gonzalez en 2006 puis Nadal en 2009 et 2011)

"Impatient de vivre la deuxième étape de ma vie"

233

En km/h, c'est la vitesse du service le plus rapide décoché par Ljubicic. La "roquette" avait traversé le court d'Indian Wells en 2007. Impressionnant, mais tout de même assez éloigné du record détenu par son compatriote Ivo Karlovic, "flashé" à 251 km/h.

i

l a été un merveilleux ami sur le tour et il a été également très bénéfique pour le tennis. C'est triste de le voir s'en aller mais il a eu une carrière formidable." L'hommage est signé Roger Federer. Quand il faudra fouiller dans les archives poussiéreuses afin d'en exhumer quelques souvenirs des années 2000, le nom d'Ivan Ljubicic ne sera pas celui qui ressurgira en premier. Pas le plus impressionnant, pas le plus élégant ni le plus titré, il laissera à d'autres les premiers rôles. Pourtant, le grand Croate ne partira pas dans l'indifférence générale. Au milieu de nulle part, à Indian Wells, l'annonce de son départ en retraite a suscité de nombreuses réactions. Ljubicic, qui

8027

C'est le nombre d'aces réussis par Ljubicic au cours de sa carrière. Un total qui lui permet de figurer parmi les plus grands spécialistes de l'histoire. Lors des 718 matches qu'il a disputés jusqu'à présent, cela lui fait une moyenne de 11,2 services gagnants infligés à son adversaire.

fut président du Comité des joueurs de 2002 à 2008, est apprécié depuis de longues années pour son sérieux et sa détermination.

La coupe Davis et Indian Wells dans son escarcelle Au cours de ses quatorzes années au plus haut niveau, le Croate a glané dix titres. Son heure de gloire sonnera en 2010. A Indian Wells, il écarte successivement Djokovic et Nadal, avant de battre à l'arrachée Andy Roddick en finale (7-6, 7-6). Cinq auparavant, le divin chauve (à qui son entraîneur, Riccardo Piatti, embrassait parfois le sommet du crâne après une victoire), avait permis à son pays de décrocher la première 58

Ivan Ljubicic, qui déplorait "la disparition des véritables attaquants sur le circuit" et qui éprouvait le besoin de "voir des gens qui proposent des approches différentes du jeu", a toujours pu compter sur un service canon pour mettre en application ses préceptes offensifs. Ce n'est évidemment pas un hasard si tous les tournois qu'il a réussi à accrocher à son palmarès se disputaient sur des surface rapides. Souvent blessé, le Croate a tout de même réussi à durer dans un contexte toujours plus concurrentiel. "La dimension physique est devenue beaucoup plus importante. Je me rappelle qu'en 1998, lorsque je suis arrivé sur le circuit, une vingtaine de joueurs seulement voyageaient avec leur préparateur physique et leur kiné. Aujourd’hui, on dispose tous d’une telle équipe", expliquait-il l'automne dernier aux auteurs du livre "Grand Chelem, mon amour". Au crépuscule de sa carrière, cet homme réfléchi semble avoir entendu la voix de la sagesse. Qui lui indiquait de ne pas faire, comme tant d'autres avant, la saison de trop (16e en mars 2011, il est actuellement 40e à l'ATP). "Se retirer n'est jamais une décision facile pour un athlète professionel. Le tennis m'a apporté tellement, je veux continuer à rester impliqué et à contribuer d'une manière ou d'une autre", a t-il précisé au moment de l'annonce de sa retraite. Désormais père d'un deuxième enfant, il se dit aussi "impatient de vivre la deuxième étape de ma vie".


Meubles luminaires accessoires tapis rideaux linge de maison 137, Boulevard J.F Kennedy, 06160 Cap d’Antibes tel. : +33(0) 4 92 90 25 25 - fax : +33(0) 4 93 67 20 85 e-mail: contact@home-capdantibes.com - www.home-capdantibes.com


Ope n de N i c e C ô t e d ' A z u r

Une troisième marche à gravir Après deux éditions du "renouveau", l'épreuve azuréenne va tenter de poursuivre un développement déjà bien avancé. Du 20 au 26 mai, le public du Parc Impérial pourra voir s'affronter des joueurs de premier plan, comme l'Espagnol David Ferrer, l'Américain John Isner et le Français Gilles Simon.

Par Jimmy Boursicot. Photos A.D. et D.R.


tennis

gens auraient misé en début de parcours. En finale, Almagro voyait ses certitudes ébranlées face à un adversaire également à son aise sur terre battue. Après avoir concédé la première manche (5-7), il passait la vitesse supérieure et s'adjugeait les deux sets suivants (6-3, 6-3). Dans le tableau principal, les noms de David Ferrer, Thomas Berdych ou encore Alexander Dolgopolov donnaient du relief à l'événement. Présenté comme la star du tournoi, l'Américain Andy Roddick avait dû déclarer forfait en raison d'une blessure à l'épaule.

Du beau monde de sortie La iste des engagés, encore en chantier, a déjà fière allure. L'Espagnol David Ferrer, numéro 5 mondial, sera la tête de série numéro 1. Un autre membre du top 10 devrait également être de la partie. Il s'agit de l'immense Américain John Isner (2,06 m, 111 kg), réputé pour ses services fulgurants et sa victoire lors du match le plus long de l'histoire à Wimbledon contre Nicolas Mahut. Du côté des Français le "régional de l'étape", Gilles

Marathonien des courts, l'Espagnol David Ferrer sera la tête de série numéro un lors de l'Open de Nice.

En progression constante Créé en 1971, l'Open de Nice avait disparu des calendriers en 1995. Durant plus de deux décennies, Nastase, Borg, Noah, Leconte ou Rosset inscrivirent leur nom au palmarès. Relancé en 2010, le tournoi devait faire face à un sacré challenge : réussir à se faire une place dans un circuit qui avait beaucoup changé. Classé en ATP 250 series (catégorie qui compte 42 épreuves), l'Open de Nice Côte d'Azur progresse chaque année. Le nombre de spectateurs est ainsi passé de 24 000 à 27 000 en 2011. Pierre Albuixech, co-directeur de l'Open de Nice Côte d'Azur avec Jean-François Caujolle, estime que l'étape azuréenne "fait partie des cinq ou six meilleurs tournois ATP 250. Le tissu économique régional nous fait confiance et les 800 places en loges sont très prisées." Avec 13 matches en direct sur Sport, 30 millions de téléspectateurs et une diffusion dans 40 pays, l'Open a bénéficié d'une large exposition.

Bernard Tomic fera partie des jeunes talents en lice.

Déjà présent l'an dernier, le fantasque Ukrainien Alexandr Dolgopolov se glissera parmi les outsiders.

Ça s'est passé l'an dernier… Nicolas Almagro, jamais plus à l'aise que sur l'ocre, avait succédé à Richard Gasquet, lauréat en 2010. Alors numéro 7 mondial (il est actuellement 12e à l'ATP), l'Espagnol avait réussi à disposer du Roumain Victor Hanescu (60 e mondial en mai 2011), sur qui peu de 60 61

Simon, jouera les ambassadeurs du tournoi. Richard Gasquet, lauréat en 2010, n'a pour le moment pas confirmé sa venue. Tsonga et Monfils n'en seront pas. Le co-directeur a également fait part de la volonté des organisateurs d'offrir un tremplin à de futurs grands comme l'Ukrainien Alexandr Dolgopolov, l'Américain Donald Young ou l'Australien Bernard Tomic.


Devenir un "éco-tournoi"

Les enfants seront rois

Le dispositif est sufisamment étoffé pour qu'on ne le qualifie pas, comme trop souvent, de gadget vert. Les organisateurs ont décidé de réduire l'empreinte carbone de la manifestation en appliquant une série de mesures. "90 % des rejets de CO2 proviennent des déplacements. On va inciter les gens à utiliser les transports en commun, en leur proposant par exemple des réductions à la buvette ou un petit cadeau s'ils présentent un ticket de bus. On veut aussi limiter les déplacements inutiles des joueurs", indique Lionel Maltese, conseiller en développement. L'accent sera également mis sur les systèmes de covoiturage, qui avaient connu peu de succès l'an dernier. Parking gratuit pour ceux qui viendront en Auto bleue, tri des déchets, recyclage des balles, plus grand usage de produits locaux dans les restaurants et sensibilisation complèteront le volet écologique. "On peut parfois avoir l'impression de faire des économies de bouts de chandelles, mais au final, cela peut avoir un impact", plaide Lionel Maltese.

Par rapport à d'autres grosses machines, Nice a la possibilité de conserver sa dimension humaine au cœur des installations du Nice LTC. Rencontres avec les joueurs, "clinics" dirigés par des pointures, séance de dédicace, participation aux conférences de presse : les scolaires et les jeunes, nombreux durant la semaine, sont particulièrement choyés. "On va également essayer de mettre en place des ateliers pédagogiques, sur la nutrition et les bienfaits du sport. Quand un joueur comme Ferrer, qui est l'un des plus pros du circuit, vous donne des conseils dans ce domaine, vous l'écoutez forcément", glisse Lionel Maltese. "L'idée, c'est de proposer une sorte de parc d'attractions autour du tennis tout en jouant un rôle social et éducatif.

Du spectacle jour et nuit Après avoir testé les matches en toute fin d'aprèsmidi, l'Open de Nice proposera cette fois une affiche en nocturne afin de conquérir un nouveau public, qui pourra assister à une rencontre phare après être sorti du travail. Les espaces de restauration resteront en service et des navettes seront mises en place pour acheminer le public vers la gare SNCF ou un parking-relais. Un bon moyen de créer l'événement durant les premiers tours, où les tribunes ne sont pas encore entièrement remplies. "Il y aura trois billetteries. Celle de la journée, celle du soir ou les deux à la fois. Evidemment, le tarif sera plus bas pour le seul match du soir", détaille Pierre Albuixech

Réputé pour ses services surpuissants, le géant américain John Isner fera le spectacle. 62


Le Golf

CountRy Club

de Cannes-Mougins s’ouvre à vous

A

seulement 20 minutes de l’aéroport de Nice et quelques encablures de la célèbre Croisette, un oasis de calme, de verdure et de détente dans un monde trépidant… le Golf Country Club de Cannes-Mougins s’ouvre à vous. Dans un cadre chargé d’histoire, vous y trouverez toutes les prestations d’un golf moderne. Toute l’équipe sera à votre disposition pour vous accueillir et faire de cette journée golfique un moment d’exception sur un parcours des plus soignés. Niché au cœur d’un écrin de verdure, la forêt de la Valmasque, le golf vous offrira l’opportunité d’un grand moment de quiétude et de plaisir, à l’ombre de ses arbres centenaires. Après avoir arpenté les superbes fairways, laissez-vous tenter par une pause gourmande ou rafraichissante au Restaurant « Le 175 ». N’hésitez plus, que ce soit en famille, entre amis, avec vos clients ou tout simplement en solo, choisissez la qualité et l’excellence.

Renseignements et réservations au 04.93.75.79.13/ reservation@golf-cannes-mougins.com


En 1963, Rolex lançait le cosmographe Daytona, un chronographe permettant de mesurer des intervalles de temps et de calculer une vitesse moyenne grâce à sa lunette tachymétrique graduée.

Histoire de

Chronométrage

Les amateurs de montres comme les adeptes de sport se posent un jour la question de savoir comment, dans le passé, les sportifs évaluaient leurs performances. Il faut en convenir, il est aujourd’hui inimaginable d'organiser des compétitions sportives sans chronométrage. Et pourtant, longtemps, la mesure des performances n’a pas été, loin s’en faut, au centre des considérations des sportifs. Autrefois, le moyen de départager les compétiteurs se limitait à l’observation visuelle. De nos jours, il en va autrement. Au centre d’enjeux considérables, la retransmission impartiale du temps permet à certaines marques horlogères de trouver dans l’équipement de disciplines à risques comme la plongée, les moyens d’une puissante communication, tout en servant la cause du sport. Analyse d’une histoire où le temps s’écrit… Top Chrono !

Conçu à l’origine pour les courses automobiles en 1957, le chronographe Omega Speedmaster sera adopté par la NASA huit ans plus tard. Rebabtisée Speedmaster Professionnal dès 1966, cette montre accompagnera les astronautes américains à sept reprises sur la Lune.

Breitling navitimer

Durant la première moitié du XXe siècle, Breitling acquiert ses lettres de noblesses en équipant les pionniers de l’aviation. La maison installée dans le Jura suisse invente le premier poussoir de chronographe indépendant en 1915 et poursuit sa quête de l’excellence. En 1952, elle lance la Navitimer, avec sa règle à calcul circulaire indispensable pour la navigation aérienne. 60 ans plus tard, le modèle est devenu le doyen des chronographes sur le marché.

TAG Heuer Monaco

Lors de sa présentation à Bâle en 1969, la Monaco n’était déjà pas passée inaperçue. Il s’agissait alors du premier chronographe mécanique à remontage mécanique et sa forme carrée suscitait la curiosité. Un an plus tard, elle entrera définitivement dans la légende au poignet du non moins légendaire Steve McQueen, dans le film "Le Mans".


Histoire L’idée de mesurer la durée d’un événement n’est pas nouvelle. Dans l’Egypte antique, on employait des cadrans solaires et des clepsydres (des horloges à eau), pour mesurer de courtes durées, sans viser une précision extrême. Longtemps, même après l’invention des premières pendules au XIIIe siècle, la mesure des temps brefs est restée une donnée artificielle. Une évolution majeure verra le jour, en 1675, avec l’invention de la première montre à ressort spiral par le mathématicien hollandais Christiaan Huygens.

Améliorations successives Audemars Piguet Royal Oak Diamètre du boîtier : 41 mm. En acier et or rose. Bracelet en crocodile, cadran noir motif «Grande tapisserie». Calibre 2385 à remontage automatique.

Hublot King Power Unico GMT Diamètre du boîtier : 48 mm. En céramique noire microbillée ou en or 18 carats. Bracelet réglable en caoutchouc noir articulé. Cadran à quatre disques tournants en aluminium.

Une fois fiables, les garde-temps portatifs furent dotés par les horlogers anglais d’une aiguille de minute et quelques décennies plus tard d’une trotteuse de seconde. Ces montres n’avaient d’autre destination que de servir la cause des bookmakers et des éleveurs du XVIIIe siècle qui s’en servaient pour relever les performances des chevaux de course. L’histoire horlogère attribue souvent à l’Anglais George Graham l’invention du chronographe. Ce n’est pas tout à fait juste. Vers 1720, il mit au point une horloge disposant d’un mécanisme rudimentaire permettant d’arrêter le pendule sur un arc de cercle finement gradué. Cette machine s’apparentait à ce que l’on appellerait actuellement un compteur. Un siècle plus tard, en 1821 exactement, le Français Nicolas Rieussec élabora un instrument mécanique reportant directement le temps mesuré sur un cadran en émail, à l’aide d’une goutte d’encre contenue dans un petit réservoir placé au bout de l’aiguille de seconde. Un procédé récemment remis au goût du jour par la maison Montblanc. En 1862, ce fut au tour d’Adolphe Nicole d’innover. Son système disposait d’une aiguille de seconde pouvant être arrêtée pour la lecture du temps affiché, puis remise à zéro en appuyant sur un poussoir pour recommencer un comptage.

Rolex Oyster Chronographe Antimagnetique

Démarée en 1926, la saga Oyster se poursuit à travers le XXIe siècle avec la même exigence. Ce modèle (réf. 3181) qui date des années 40 fait le bonheur des riches collectionneurs. On remarque que son diamètre (29 mm) est éloigné des standards actuels.

Blancpain X Fathoms Diamètre du boîtier : 55 mm. Modèle de plongée etanche jusqu’à 30 bar, en titane satiné. Mesure de la profondeur jusqu’à 90 mètres.

Glasshütte Senator Sixties Diamètre du boîtier : 42 mm. En acier inoxydable, verre saphir convex anti-reflets. Aiguilles et appliques en or rose sur le modèle cadran argenté. Bracelet en peau d’alligator.

Breguet No. 4100

La maison Bréguet, qui a notamment compté Sir Winston Churchill ou le pianiste Arthur Rubinstein parmi ses clients, connaît une période moins faste après la crise de 1929. Au début des années 50, elle parvient à renouer avec le monde du luxe, pour ne plus le quitter.


Alpina Startimer Pilot Diamètre du boîtier : 44 mm, en acier inoxydable finition satin. Bracelet en cuir noir. Série limitée à 8 888 exemplaires. Etanche à 100 mètres.

Breitling GMT V8

Girard-Perregaux

xGMT V8

WWTC

Diamètre du boîtier : 49 mm. Cadran en acier, bracelet métallique ou en caoutchouc. Affichage multiple des fuseaux horaires. Série limitée à 250 exemplaires en hommage à la nouvelle Bentley Continental GT V8.

Diamètre du boîtier : 43 mm. Cadran noir mat avec affichage simultané de tous les fuseaux horaires. Mouvement mécanique à remontage automatique.

Histoire

Douteux avant de devenir infaillibles

Bréguet Type XXII 3880 ST Diamètre du boîtier : 44 mm. Fréquence de 10 Hz, soit 72 000 alternances par heure. Cadran noir oxydé, bracelet en alligator surpiqué. Fonction flyback.

Baume et Mercier Capeland Diamètre du boîtier : 44 mm. Cadran noir finition opalin, bracelet en alligator surpiqué. Fonctions tachymètre, télémètre et flyback. Glace en saphir inrayable.

Dès les premiers Jeux Olympiques de l’ère moderne, à Athènes en 1896, le chronométrage mécanique sera néanmoins remis en cause. Les premiers chronographes montraient vite leurs limites lors de l’épreuve du 100 mètres. L’impartialité de mesures réalisées au 1/5e de seconde avec les garde-temps dont les juges étaient alors les propriétaires était sujette à caution. Ce n’était qu’un début. Pour réduire l’imprécision dans l’opération, les marques horlogères ont tâché de limiter l’incidence humaine lors d’une action de chronométrage, car l’œil est incapable de déterminer un mouvement en dessous du cinquième de seconde. Un chronométreur "humain" enclenche son chrono avec 24 centièmes de retard par rapport au coup de feu du starter. En raison de cette imprécision, ce type de mesure a définitivement disparu après les Jeux de Tokyo, en 1964. Quand on sait qu’un millième de seconde est une durée quarante fois inférieure à celle d’un battement de paupière, on comprend combien il peut s’avérer difficile de départager des concurrents. Partant de ce constat, de nombreuses marques se sont engagées sur la voie de la recherche fondamentale. La maison Heuer, devenue en 1982 TAG Heuer, proposait dès 1916 un instrument donnant le temps au centième de seconde (le Micrograph). En 1932, à l’occasion des Jeux de Los Angeles, Omega mettait au point la photo-finish. Immédiatement, la technique permettait d’annoncer sans ciller la victoire sur 100 mètres à l’Américain Ralph Metcalfe, qui avait terminé au coude à coude avec son compatriote


Rolex

Chopard

Oyster Perpetual Yacht-Master II

Mille Miglia GT XL Rosso Corsa

Diamètre du boîtier : 44 mm, en or 18 carats. Compte à rebours programmable à mémoire mécanique et synchronisable. Etanche jusquà 100 mètres.

Diamètre du boîtier : 44 mm, en titane. Bracelet en barénia noir ajouré avec coutures rouges. Edition limitée à mille pièces rendant hommage à la mythique course auto.

omega TAG Heuer

Zenith

MikroGirder

El Primero Chronomaster

Diamètre du boîtier : NC. Montre concept, précise au 1/2 000e de seconde et insensible à la pesanteur. 7,2 millions d’alternance par heure, organe réglant mécanique inédit.

Diamètre du boîtier : 42 mm. Or rose 18 carats, acier ou bicolore. Cadran argent ou noir. Bracelet en alligator marron ou noir. Ouverture sur le cœur du mouvement El Primero.

Edox Chronorally WRC Diamètre du boîtier : 48 mm, en acier inoxydable. Bracelet en caoutchouc. Modèle dédié au championnat du monde des rallyes. Chronométrage des spéciales, temps accumulés et répétés.

Speedmaster Moonwatch co-axial Diamètre du boîtier : 44 mm, en or orange 18 carats. Cadran en émail noir, bracelet en cuir noir. Mouvement équipé d’un balancierspiral en silicium qui n’est pas influencé par les champs magnétiques.

Eberhard Chrono 4 Géant Diamètre du boîtier : 46 mm, en titane. Bracelet noir en gomme. Edition dixième anniversaire, série limitée à 500 exemplaires. Compteurs avec finition azurée.


Histoire Eddie Tolan. Au fil des décennies, les instruments électroniques n’ont cessé de se perfectionner, permettant souvent de rendre des jugments indiscutables.

Chacun son univers

IWC

Montblanc

Big Top Gun Miramar

Nicolas Rieussec Open hometime

Diamètre du boîtier : 48 mm, anthracite, en céramique et titane. Réserve de marche de 7 jours. Bracelet textile kaki. Logo Top Gun sur le fond du boîtier.

Diamètre du boîtier : 43 mm, en or rouge 18 carats. Réserve de marche de 72 heures, chronographe commandée par une roue à colonnes. Bracelet en alligator noir.

Jaeger-Lecoultre Deep Sea Vintage Diamètre du boîtier : 40,5 mm. Cadran noir mat, lunette en plexiglas. Grand balancier à inertie variable. Etanche jusqu'à 10 bar. Bracelet en cuir noir.

Même si l’électronique s’est imposée dans le domaine du chronométrage professionnel, le marché de l’horlogerie n’est pas démuni en matière de modèles spécialisés. Concernant la course auto, Rolex (avec sa Daytona) et TAG Heuer (et sa Monaco) font figure de référence depuis de nombreuses années. L’automobile de collection est également bien servie, avec Audemars-Piguet et son "Royal Oak Tour Auto". La maison Chopard a créé le chrono Mille Miglia édité en série limitée pour rendre hommage à la mythique course de voitures ancienne. Chez Richard Mille, on voyage dans le temps, en imaginant des montres futuristes et en sponsporisant des bolides d’époque. Les passionnés de voile ne sont pas en reste. Du côté de chez Rolex, on trouve l’incroyable Oyster Yacht-Master II. Un chronographe mécanique à remontage automatique comprenant une fonction de compte à rebours programmable en fonction du type de régate à laquelle le skipper s’est inscrit. Louis Vuitton propose toujours à son catalogue le chrono automatique Tambour Regate LV Cup, pour les hommes et le Lovely Cup, pour les dames. Panerai développe aussi des produits très appréciés comme la Luinor 1950 Regatta Rattrapante. Le secteur de l’aviation est, lui aussi, très prisé des horlogers. Breitling tient le haut du pavé dans ce segment de produit avec l’incontournable Navitimer. Cartier avec la Santos a également son mot à dire puisque ce modèle était initialement celui porté par Alberto Santos Dumont, l’un des pionniers de l’aviation. On pense également à la manufacture IWC avec la gamme Saint-Exupéry. La maison Bell & Ross avec collection BR01-94 chrono. Dans cet univers de l’extrême, on ne saurait oublier des modèles mythiques comme le célèbre Breguet Type XX ayant équipé l’armée de l’air française ou encore les chronos Auricoste.

Richard Mille RM 050 Tourbillon Split Seconds Competition FM Diamètre du boîtier : 50 mm, en nanotubes de carbone. Mouvement tourbillon à remontage manuel. Série limitée à dix exemplaires, en hommage à Felipe Massa.

Valbray / V.01 chrono Diamètre du boîtier : 47 mm, en or rose et acier PVD noir. Mécanisme de double affichage, système d’obturation commandé par une lunette tournante. Edition limitée à 250 exemplaires.


Palmarès récent 2002 : David Coulthard (Grande-Bretagne, McLaren-Mercedes) 2003 : Juan Pablo Montoya (Colombie, Williams-BMW) 2004 : Jarno Trulli (Italie, Renault) 2005 : Kimi Raikkonen (Finlande, McLaren-Mercedes) 2006 : Fernando Alonso (Espagne, Renault) 2007 : Fernando Alonso (McLaren-Mercedes) 2008 : Lewis Hamilton (Grande-Bretagne, McLaren-Mercedes) 2009 : Jenson Button (Grande-Bretagne, Brawn GP) 2010 : Mark Webber (Australie, Red Bull-Renault) 2011 : Sebastian Vettel (Allemagne, Red Bull-Renault)


Formule 1

Dans

l'antre monaco Dossier réalisé par Jimmy Boursicot. Photos : McLaren, Red Bull, Toro Rosso, Force India, Lotus, Jean-Marc Folleté, J.B. et D.R.

de

C

ertains l'attendent en trépignant, d'autres le redoutent fortement. Tous s'accordent sur un point : gagner à Monaco, ça change la vie. Ça fait de vous l'un de ces héros qui a réussi à braver tous les pièges de cet enfer urbain, devenu le jardin d'Eden d'une poignée de cracks, Ayrton Senna en tête (six victoires, dont cinq consécutives de 1989 à 1993). Petites histoires, grosses frayeurs, immenses joies, chacun garde en tête

une image de cette épreuve qui connaîtra sa 70e édition, du 24 au 26 mai. Quelques jours avant l'arrivée du plateau du championnat du monde de F1, avec ses flèches toujours plus performantes, on replongera plusieurs décennies en arrière avec le Grand prix historique (les 11, 12 et 13 mai). Raconter Monaco, c'est forcément se rapprocher d'un mythe. La dimension sportive, essentielle, créé autant d'effervescence que tous les fastes

qui l'accompagnent. Du monde partout. Des fans accrochés pendant des journées entières aux grillages qui les séparent de leurs idoles, des beautés sculpturales tous les deux mètres et au moins autant de VIP embarqués dans un incontournable marathon de la hype débuté avec le Festival de Cannes. L'espace de quelques jours, le Rocher devient le centre d'un monde fantasmagorique. Sur le port, les splendides yachts s'encastrent pour être aux premières loges.


7(bis)

3,340

Plus qu'ailleurs, réaliser un temps canon lors des qualifications est indispensable pour espérer accrocher le maximum de points. Sur un circuit où les dépassements ne sont pas légion, celui qui avait signé la pole position s'est imposé lors des sept dernières éditions.

En kilomètres, c'est la taille du tracé monégasque, le plus court du programme du championnat du monde. Les deux autres courses disputées en ville, à Singapour et Valence, proposent des boucles mesurant respectivement 5, 073 km et 5,419 km.

7

4150

Sur la grille de départ, on retrouvera sept concurrents ayant triomphé au moins une fois en principauté. Avec cinq succès (1994, 1995, 1997, 1999 et 2001), Michael Schumacher domine largement un classement où figurent également Fernando Alonso (deux victoires), Lewis Hamilton, Jenson Button, Kimi Raikkonen, Mark Webber et Sebastian Vettel.

C'est le nombre moyen de changements de rapports effectués par un pilote durant les 78 tours. En septième vitesse à Beau Rivage (253 km/h), dans le tunnel (289 km/h) et dans la dernière ligne droite (269 km/h), il passe en première devant Mirabeau (79 km/h), le Fairmont (47 km/h), la Rascasse (63 km/h) et le virage Anthony-Noghès (95 km/h).

Ceux qui n'ont pas le pied marin sont prêts à payer des fortunes pour un coin de balcon surplombant l'asphalte brûlant, tandis que les grandes marques multiplient les opérations somptuaires.

sur le reste du peloton. En principauté, il avait décroché son cinquième succès en six manches de championnat. Pas vraiment connu pour son exubérance, l'Allemand était allé sabrer le champagne sur l'imposant espace d'hospitalité installé sur le port par la firme de boissons énergétiques. Devant les photographes du monde entier, il avait ensuite plongé dans une piscine avec entrain. On vous l'a dit, Monaco fait tourner toutes les têtes. Dans quelques semaines, ils seront nombreux à vouloir empêcher les hommes en bleu et rouge de s'offrir une nouvelle baignade.

Red Bull, épisode III ?

Depuis deux ans, l'une d'entre elles est particulièrement à la fête. Il s'agit évidemment de Red Bull qui a réussi à envoyer l'un de ses pilotes sur la plus haute marche du podium en 2010 et 2011. Le premier à porter haut les couleurs de l'écurie autrichienne fut l'Australien Mark Webber. L'an passé, Sebastian Vettel avait assis son écrasante domination 72


L es joyaux de la Lewis Hamilton-jenson button

couronne Les Britanniques forment le seul ĂŠquipage de pilotes champions du monde. A bord de leur McLaren MP4-27, ils ambitionnent de mettre un terme Ă la domination de l'ĂŠcurie Red Bull. Zoom sur un tandem chic et choc.


Formule 1

Leurs débuts

Né en 1980, Jenson Button a vingt ans quand il démarre en F1. Remarqué dans les rangs de l'écurie française de F3 Promatecme en 1999, il effectue des tests pour Prost Grand prix à Barcelone. Il roule plus vite que les titulaires, Jean Alesi et Nick Heidfeld. C'est finalement Williams qui le recrute, pour l'aligner aux côtés de Ralf Schumacher. Il termine sixième dès sa deuxième course et devient alors le plus jeune pilote à marquer des points en Grand prix. Lewis Hamilton, lui, fait ses premiers pas chez McLaren, en 2007. Ron Dennis, qui le suivait de longue date, a misé sur ce garçon plein d'aplomb. Âgé de 22 ans, celui qui remporta le championnat de F3 Euroseries en 2005 et celui de GP2 l'année suivante n'a aucun complexe. Il décroche son premier succès au Canada (6e manche) et monte sur le podium lors de ses neuf premières courses. En fin de saison, il est vice-champion du monde, à un point de Kimi Raïkkonen.

Leur sacre mondial

En dépit du potentiel qu'il laisse régulièrement apercevoir, Button va connaître une progression plus lente que prévu. Passé par Benetton, Renault, BAR Honda puis Honda racing, il doit attendre son 113e départ pour s'imposer enfin (en Hongrie). En 2009, sous la bannière de Brawn GP, propriété de Ross Brawn, il coupe

l'herbe sous le pied du jeune Vettel et du vétéran Barrichello. Avec cinq victoires et onze points d'avance sur son dauphin, il décroche la timbale. Pour Hamilton, tout ira beaucoup plus vite. Après un coup d'essai à deux doigts de devenir un coup de maître, il va atteindre le Graal un an avant son futur coéquipier. Dans le style impétueux et offensif qui le caractérise déjà, l'Anglais doit lutter jusqu'au bout (au Brésil) avec Felipe Massa. Dans le dernier virage, il double Glock et termine cinquième. Suffisant pour devenir le plus jeune champion du monde de l'histoire (record battu ensuite par Vettel).

Leur relation

Dans la foulée de son sacre avec Brawn GP, Jenson Button rejoint Lewis Hamilton chez McLaren en 2010. Aligner deux hommes ayant déjà obtenu la consécration ne semble pas effrayer l'équipe anglo-saxonne, qui avait pourtant pu constater par le passé qu'une telle association peut être périlleuse (Prost-Senna à la fin des années 80, Hamilton-Alonso en 2007). La version officielle veut que les deux hommes se respectent et s'entendent parfaitement. Quelques accrochages sur la piste ont un peu semé le trouble, sans que cela atteigne des proportions inimaginables. Interrogé sur ses rapports avec Hamilton durant la trêve, Button a résumé la situation ainsi : "On ne se voit jamais hors de la piste. On va dans différents endroits, on a différents groupes d'amis. Mais on partage tout pour l'équipe. Il n'y a pas eu un seul moment cette année où ça ne s'est pas produit. Je le sais. Les visages ne mentent pas. J'en ai eu des relations professionnelles de qualité égale, mais jamais de meilleures." 74 75

Leurs Grand prix de Monaco

Bien qu'il compte une participation de moins que son aîné, Lewis Hamilton affiche un bilan un peu plus positif à Monte-Carlo (2e en 2007, vainqueur en 2008, 12e en 2009, 5e en 2010 et 6 e en 2011 pour Lewis ; 11e place en 2006, 2007 et 2008, victoire en 2009, abandon en 2010 et 3e place en 2011 pour Jenson). Hamilton, devenu résident monégasque il y a peu, apprécie le tracé urbain et ultra-technique de la principauté. "Les circuits les plus anciens du calendrier ont ce caractère incroyable. Des endroits comme Silverstone, Spa ou Monza sont les meilleurs où nous allons. Monaco a toujours une place à part dans mon coeur."Button apprécie également ce rendez-vous mythique. "J’ai gagné le GP de Monaco et j’aimerais m’y imposer de nouveau. Mais il y a trois choses qu’un pilote de F1 rêve de remporter : le championnat du monde, Monaco et sa course à domicile. Si j'avais à choisir, j'opterais pour Silverstone (l'élégant blond n'a jamais gagné en Grande-Bretagne)".


Jean-Eric Vergne, Romain Grosjean, Charles Pic et Jules Bianchi

des Français dans la cour

des grands Romain Grosjean (Lotus) La persévérance a payé Par rapport aux autres Français, Romain Grosjean, 25 ans, fait presque office d'ancien. La F1 ? Il connaît déjà bien le sujet. Pilote d'essai pour le team Renault dès 2008, son baptême du feu allait intervenir l'année suivante. Appelé pour remplacer Nelson Piquet Jr., indésirable après le Singaporegate (le Brésilien serait volontairement sorti de piste afin de faciliter la victoire de son coéquipier, Fernando Alonso), le jeune homme à la crinière folle avait rapidement déchanté. Sans avoir pu effectuer de séance d'essai en début de saison, il était jeté dans la gueule du loup durant sept courses, toutes décevantes. Sans abdiquer, il retournait faire ses gammes en AutoGP, en GT puis en GP2 Series, catégorie dans laquelle il a été titré en 2011. Promu chez Lotus durant l'hiver, où il pourra se jauger par rapport au champion du monde 2007, Kimi Raïkkonen, Grosjean semble être le Frenchie le mieux loti. En Australie et en Malaisie, en dépit de deux abandons, il avait laissé une bonne impression, notamment grâce à ses chronos en qualifications (il était troisième sur la grille de départ à Melbourne).

Trois Français sur grille de départ d'une épreuve de championnat du monde ? Cela ne s'était plus vu depuis 1999. Lancés dans le grand bain, Vergne, Grosjean et Pic auront l'occasion, à des degrés divers, de se mettre en avant cette saison. Bianchi, lui, reste en retrait.


Formule 1

Jean-Eric Vergne (Toro rosso) Un tremplin à ne pas manquer En Australie, Jean-Eric Vergnes est devenu le plus jeune Tricolore de l'histoire à disputer un Grand Prix. A 21 ans, ce Francilien compose un attelage très juvénile avec l'Australien Daniel Ricciardo (22 ans) chez Toro Rosso. Au sein de cette écurie qui est supposée faire office de passerelle vers la maison-mère, Red Bull, Vergne a une belle carte à jouer. Car l'an prochain, le baquet du vieillissant Mark Webber devrait être à pourvoir. Chapeauté par la marque de boisson énergétique depuis sa majorité, il a fait des étincelles en Formule Renault 3.5 (vice-champion en 2011). Déterminé, tenace et doué sont les adjectifs régulièrement utilisés pour qualifier ce "rookie". Helmut Marko, le dénicheur de talents maison, lui accorde un certain crédit. Intéressant, même si le vent peut rapidement tourner. Pas forcément très en vue l'an dernier avec Toro Rosso, Alguersuari et Buemi ont dû faire place nette à de nouveaux espoirs du volant. Le dernier en date à avoir profité de cette rampe de lancement ? Sebastian Vettel, vainqueur de son premier Grand prix en 2008 sous les couleurs du taureau rouge.

Jules Bianchi (troisième pilote chez Force India)

Un Niçois en salle d'attente Certains observateurs voient en lui le réprésentant de l'Hexagone le plus doué. Pourtant, Jules Bianchi est le seul membre du quatuor qui visait l'entrée en F1 à être resté (momentanément ?) à quai. Déjà pilote de réserve pour Ferrari depuis l'an dernier, il espérait connaître un avenir en vitesse accélérée. Pour l'heure, il doit ronger son frein et continuer son apprentissage dans l'ombre. Cette saison, Force India a décidé de l'engager comme troisième pilote. Les semaines de l'Azuréen sont particulièrement chargées, puisqu'il participe également aux Renault world series avec l'équipe française Tech 1 racing.

Charles Pic (Marussia Virgin) Une étiquette à décoller Au volant d'une des deux monoplaces de Marussia Virgin, Charles Pic sait que les week-ends ne ressembleront pas à une aimable partie de campagne. Abonnée aux batailles de fond de grille, l'écurie russe compte sur ce nouveau venu de 22 ans pour poursuivre sa progression. Cela dit, avant même les premiers tours de roue, le natif de Montélimar, conseillé par Olivier Panis (dernier vainqueur français à Monaco, en 1996), devait se justifier. Très vite, son statut de pilote "payant" a pris le pas sur les éventuelles qualités de celui qui a terminé quatrième de la dernière saison de GP2. Lagardère aurait misé 15 millions d'euros (sur trois ans) pour faciliter l'arrivée de Charles Pic en F1, Total versant également 3 millions au pot. "Chacun a un soutien : Grosjean a celui de son écurie, Lotus et Jean-Eric celui de Red Bull. En F1, on ne peut pas y arriver sans cela. Bien sûr, j’ai envie de prouver à tout le monde que j’ai le talent pour être ici et je vais travailler dur pour le montrer", clame le jeune homme. 76 77


Se ba stia n V e t t e l

Le roi discret

Patience, temps d'adaptation, pression. Aucun de ces termes ne fait partie du vocabulaire du pilote Red Bull, qui vole de succès en succès. Déjà double champion du monde et en lice pour un troisième sacre consécutif, il tentera également de se succéder à lui-même à Monaco.

A

ux antipodes, lorsque le contact a été remis, il y eut quelques sourires sur les lèvres de ceux qui espéraient ouvertement voir l'hégémonie des Red Bull freinée, voire stoppée. Nous n'en sommes pas encore là. Toujours est-il que le moindre signe de fléchissement des flèches bleu et jaune est observé avec attention par le reste du peloton et les fans des autres pilotes. Pour ceux qui ont raté la première levée de la saison, à Melbourne, il est tout de même bon de rappeler que Sebastian Vettel a terminé à la deuxième place de la course, seulement devancé par Jenson Button. Mais pour les suiveurs, habitués à voir triompher si régulièrement l'Allemand, il fallait y voir un signe.

L'homme de tous les records ?

L'an passé, il avait fallu attendre le quatrième round pour voir quelqu'un d'autre que lui monter sur la première marche (Lewis Hamilton s'était imposé en Chine). Et le deuxième titre mondial du prodige n'a jamais semblé pouvoir lui échapper : victorieux de dix Grand prix, il n'a fini que deux fois hors du podium (quatrième en Allemagne, abandon aux Emirats). Son sacre ?

Il avait pu le fêter à Suzuka, alors qu'il restait encore quatre épreuves au programme. A 24 ans, le blondinet a déjà réussi à marquer l'histoire de sa discipline. Depuis ses débuts, le natif d'Heppenheim s'est affiché comme un garçon d'une extrême précocité. Plus jeune concurrent à mener une course, plus jeune poleman, plus jeune vainqueur d'un Grand Prix, plus jeune champion puis double champion du monde : colossal. Très rapidement comparé à Michael Schumacher, étiqueté "Baby Schumi", Vettel est en train d'écrire sa propre légende. S'il parvenait à prolonger sa domination, le leader de l'écurie autrichienne rentrerait dans un club encore plus fermé, à la hauteur de Jack Brabham, Patrick Stewart, Nikki Lauda, Nelson Piquet et Ayrton Senna. Trois titres consécutifs ? Seuls Juan Manuel Fangio (cinq au total) et Michael Schumacher (sept) en ont été capables.

"Je suis un mec normal je ne joue pas de rôle" Sebastian a tenté de calmer le jeu : "En tant que numéro un mondial, il est naturel que je sois le favori cette année. Maintenant, cela ne veut pas dire que je suis assuré de rééditer le

championnat de rêve de l'an dernier." La modération, c'est un trait de caractère qui l'accompagne toujours. S'il n'hésite pas à faire preuve d'ironie de temps à autre (c'est notamment un fan des Monthy Python), le boss de la F1 n'est pas un adepte des déclarations fracassantes et autres fanfaronnades. Pas aussi carnassier que Schumi, infiniment moins iconique que Senna ? Vettel n'en prend pas ombrage et ne porte que peu d'attention à ces remarques acerbes qui lui reviennent aux oreilles. "Je suis un type normal. Je n’essaie pas de jouer un rôle. Je ne sais pas si j’ai un truc en plus", résume-t-il. Plus accessible que bon nombre de ses voisins de paddock, ce fils de charpentier construit sa carrière sur du solide, sans ostentation. Ses plaisirs ? La randonnée, les matches de foot de l'Eintracht Francfort et… les pâtes, son plat préféré. Quand d'autres collectionnent les montres prestigieuses ou les œuvres d'art, lui se contente d'empiler les vinyles. Sa petite amie ? Une fille tout aussi "normale" que lui. Il l'a rencontrée au lycée, et souhaite qu'elle ne le suive pas sur les circuits.

Le meilleur, mais pas le plus payé

Ainsi, malgré son statut incontestable de numéro un, Sebastian Vettel ne fait paradoxalement pas partie des pilotes les mieux payés. Il a perçu 8 millions d'euros en 2011, soit le même montant que son coéquipier chez Red Bull. Sa rémunération est passée à 10 millions cette saison, ce qui ne lui permet pas de s'approcher du sommet de la hiérarchie, où trônent Fernando Alonso (30 millions) et Lewis Hamilton (16 millions). Si l'on intègre les primes diverses et les contrats publicitaires, notre homme est encore à la traîne (tout est relatif). Avec 35 millions au compteur, Alonso conserve son leadership, poursuivi par le toujours très "bankable" Schumacher (31 millions) et Hamilton, plébiscité par de grandes marques (29,5 millions). En définitive, comme l'a calculé le site internet tomorrownewsf1.com, "Baby Schumi" est le pilote le plus rentable du plateau. Chaque point qu'il a inscrit a coûté 20 408 euros à son équipe, contre 37 037 euros pour son dauphin, le Britannique Jenson Button.


Au service de votre voiture

Magasin • Batterie • Freinage • Eclairage • Electronique • Equipement divers

Atelier • Injection : essence & diesel • Electricité • Turbo • Kit distribution • Révision

Z.A.C. de Saint-Martin nord Téléphone : 04 92 28 21 29 B.P. 1306 06253 MOUGINS www.canneselectrodiesel.fr


Cyclisme

Par is- N ice

Une fusée nommée

Wiggins

Classé parmi les favoris du prochain Tour de France, le Britannique Bradley Wiggins a inscrit son nom tout en haut du palmarès de l'édition 2012 du Paris-Nice (disputée du 4 au 11 mars). En prime, le triple champion olympique a terminé la semaine à toute allure, en réalisant un chrono record au col d'Eze. Par Jimmy Boursicot. Photos : Bartholomew Roberts.

S

isteron, ville natale du poète Paul Arène, est une séductrice qui peut se targuer de bénéficier d'un taux d'ensoleillement de trois cent jours par an. C'est aussi une gourmande qui, grâce à ses produits du terroir, dont la douceur de ses agneaux et le sucré de ses pommes, sait se faire apprécier des gastronomes." Voilà ce que disait la plaquette touristique. A son grand dam, le peloton du Paris-Nice n'a pas pu vérifier si tout cela était exact. Car pour les coureurs, cette commune des Alpes-deHaute-Provence, perchée à 485 mètres d'altitude, allait seulement faire office de halte, en préambule de la journée la plus longue de la semaine. Vendredi après-midi, toute la troupe avait atterri ici, après une "balade" démarrée quelques heures plus tôt à Suze-la-Rousse (Drôme). Le premier à poser ses valises au pied de la citadelle se nommait Luis Leon Sanchez. Avec une demi-roue d'avance sur l'Allemand Jens Voigt (41 ans), l'Espagnol de la Rabobank enlevait la quatrième victoire de sa carrière durant Paris-Nice. Vainqueur de l'épreuve en 2009, il avait néanmoins déjà abandonné tout espoir de doublé dès la deuxième étape. Après une nuit de repos, tout le monde remettait le nez dans le programme. Celui d'une septième étape qui allait les conduire jusqu'à Nice, au terme de 219,5 kilomètres. Soit la portion la plus copieuse (mais sans agneau) de l'épreuve. A un peu plus de cinquante bornes de l'arrivée, l'ascension du col de Vence (première catégorie) faisait office de plat de résistance.

Les Vacansoleil ne chôment pas

Avant cela, plusieurs protagonistes avaient déjà demandé l'addition. Ni Andy Schleck ni Ivan Bassi ou encore Sandy Casar, qui avaient abandonné au cours de la semaine, n'allaient avoir l'occasion de respirer l'air marin de Nice. Auteur d'un joli numéro l'an passé sur la Prom', Thomas Vœckler s'élançait cette fois avec moins d'entrain, déjà semé au général. Même cas de figure pour l'autre Schleck (Frank), Andreas Klöden et surtout Tony Martin, lauréat 2011. Ceux qui restaient encore en lice pour la gagne, pour un maillot ou tout simplement en quête d'un moment de gloire, allaient-ils se jeter à corps perdu ? Rien n'était moins sûr, tant le chrono de l'ultime étape semblait canaliser toute l'attention. Dans cet environnement où chacun ménageait sa monture et se regardait en chiens de faïence, certains n'allaient pas tarder à réclamer leur bon de sortie. Sur le qui-vive, le peloton reprenait de volée tous les hommes qui avaient une réelle carte à jouer au général. Respectivement 65e et 96e, Thomas de Gendt et Rein Taaramae, ne collaient pas avec cette description. Alors, quand le duo prenait la fuite après un peu moins d'une heure de course, la meute décidait de le laisser ouvrir la route. "Selon que serez puissant ou misérable…" disait La Fontaine. Pendant leurs 170 kilomètres d'échappée, le Belge et l'Estonien n'en ont a priori pas profité pour réviser leurs classiques. Pire, le tandem se prenait même le bec. "Dans l’ascension vers le col de Vence, j’ai demandé à Taaramae de prendre un relais, et il n’a pas voulu. Alors j’étais un peu énervé, et ça m’a placé dans les bonnes 80 81

dispositions pour attaquer", racontait De Gendt. Membre de l'équipe Vacansoleil, il avait l'occasion d'offrir sa troisième victoire en sept jours à la formation néerlandaise. Touché lors d'une chute en début de parcours, Rein Taaramae (Cofidis) cédait peu à peu sous les coups de boutoir du Flamand.

Leipheimer le maudit

Tandis que les coureurs de tête partaient à l'assaut du col de Vence, la foule se dirigeait tranquillement vers la Promenade des Anglais, en quête d'une place de choix le long de la dernière ligne droite. Les plus curieux passaient la tête à l'intérieur des bus des équipes, les moins impatients s'accordaient un crochet par la plage. La grande roue installée devant les jardins Albert Ier tournait au ralenti. Le nez en l'air, on se disait que si les cyclistes pros avaient la folle idée d'adopter la même cadence, il nous faudrait installer la tente… Dans les rues adjacentes, c'était la traditionnelle cohue du samedi. Ruée vers les boutiques, café en terrasse, discussions animées sur le pavé. L'hiver n'était plus qu'un lointain souvenir et de réconfortants rayons de soleil attendaient le peloton. Pour Levi Leipheimer, sérieux prétendant au maillot jaune au matin de la septième étape (troisième avec seulement dix secondes de retard sur Wiggins), cet accueil de choix n'allait pas être superflu. L'ancien lieutenant d'Armstrong, déjà tombé à deux reprises samedi, se faisait une nouvelle frayeur vers Gattières. Alors qu'il tentait de revenir sur le gros des troupes, l'Américain heurtait une moto de la gendarmerie venue signaler la présence d'un coureur de la Lampre sur la chaussée. Blessé physiquement et moralement, Leipheimer en terminait avec son calvaire quelques interminables minutes plus tard. "Je ne sais pas quoi dire, je suis tellement déçu, notamment pour mes coéquipiers qui ont travaillé toute la semaine…"

De Gendt le superstitieux

Du côté de Thomas de Gendt, aucune raison de broyer du noir. A 25 ans, le Belge volait vers sa deuxième victoire d'étape dans Paris-Nice (il s'était imposé en ouverture, en 2011). Taaramae ne parvenait pas à suivre, si bien que de Gendt disposait d'un matelas de plus en plus confortable. A 20 kilomètres de la ligne d'arrivée, il comptait pas moins de 3'05'' d'avance. Une fois à Nice, 6'18'' séparaient le vainqueur de son plus proche poursuivant. "Aujourd'hui est une très belle journée, c''est un rêve. L'équipe marche très


Auteur d'un chrono époustouflant (19'12''), le Britannique Bradley Wiggins a battu le record du contre-la-montre dans la montée du col d'Eze.

bien, c'est peut-être la meilleure du monde en ce moment", s'enthousiasmait de Gendt. Dans la foulée, celui-ci remarquait avec amusement qu'il portait le même numéro de dossard que l'an dernier, le 103. Ce bon Thomas, qui aime visiblement les chiffres, a prévu de se marier le 30 juin, son jour de naissance mais aussi celui de sa future femme. Un détail "people" sans importance ? On vous le concède sans rechigner. Sauf que le 30 juin, c'est aussi le jour choisi par Amaury sport organisation pour donner le départ du Tour de France 2012 (à Liège). Le Flandrien sait déjà qu'il manquera le rendez-vous et a aménagé son programme en conséquence. Ok pour le Giro et la Vuelta, niet pour les grandes classiques qui font pourtant vibrer nombre de ses compatriotes.

Wiggins l'atypique

Quoi qu'il en soit, voir Thomas de Gendt lever les bras sur la Prom' ne défrisait pas Bradley Wiggins. L'Anglais, triple champion olympique, abordait le contre-la-montre final dans un fauteuil. La veille, il avait zappé la conférence de presse, se contentant de lâcher qu'il lui restait "à faire 20 minutes à bloc". La tunique de leader semblait lui allait parfaitement et le coureur longiligne allait tout faire pour la conserver jusqu'au bout. A Eze, le Français Jean-Christophe Péraud donnait tout et réalisait un temps d'enfer (19'45'', comme Sean Kelly en 1986, mais sur une distance plus

courte cette fois). Obligés de patienter avant de se livrer une dernière bataille, Bradley Wiggins et son dauphin, le Néerlandais Lieuwe Westra, prenaient bonne note. Westra, spécialiste du genre, devait rattraper six secondes de retard pour remporter Paris-Nice. Simple… et difficile à la fois. Ce dernier remplissait sa part du contrat et avalait les 9,6 kilomètres (avec une pente moyenne de 4,6 %) en 19'14''. Impeccable. Mais toujours pas suffisant. Wiggins se mettait au diapason et, au prix d'un effort colossal, ralliait Eze en 19'12''. "Je connais l'histoire du vélo. Gagner Paris-Nice vraiment, excusez-moi ce langage, un putain de truc énorme. Mon idole dans le vélo, Tom Simpson, a gagné ici." Tout juste, Brad. C'était en 1967, et depuis cette date, aucun autre Britannique n'avait réussi à lui succéder, laissant les plus grosses parts du gâteau aux Irlandais (Sean Kelly détient le record de victoires avec sept sacres, Stephen Roche s'est imposé une fois). Une distinction de plus pour ce coureur hors-normes, assez atypique dans un milieu où l'extravagance est souvent mise au ban. Avec sa dégaine de rockeur british, son verbe haut (il s'exprime dans un français quasi-parfait) et ses excès (à une époque, il flirtait avec les 90 kilos), Wiggins ne rentre dans aucune case. Lui, il aimerait simplement appartenir à la caste des vainqueurs du Tour. 82

Christian Prudhomme "Du suspense jusqu'au bout"

Directeur du Tour de France et de l'ensemble des épreuves cyclistes gérées par Amaury sport organisation (ASO), a dressé un bilan plutôt positif du Paris-Nice. Il a notamment évoqué la présence de plusieurs Tricolores dans le groupe de tête. "Cette année, l'épreuve est retournée sur des routes qui ont fait sa légende, notamment avec le col d'Eze. On peut dire qu'il y a eu du suspense jusqu'au bout. Bradley Wiggins a décroché sa victoire au terme d'un très beau final. Sa performance nous projette déjà vers le mois de juillet et le Tour de France. L'an passé, Wiggins avait gagné le Dauphiné. En accrochant Paris-Nice à son palmarès, il se place encore un peu plus parmi les favoris, bien sûr. D'autant plus que le Tour comprendra plusieurs épreuves contre-la-montre. Concernant le comportement des Français, on a pu constater que certains ont réussi à confirmer leur potentiel. C'est le cas d'Arnold Jeannesson, qui termine septième. Il a été présent dans les côtes, dans les bordures et au sprint : il était partout. Sylvain Chavanel se classe huitième, Bouet et Coppel sont dans le top 15. Le bilan est bon, même s'il n'y a pas eu ce coup d'éclat qu'on pouvait espérer. Il y a quelques années, il y avait des victoires françaises, mais tout le monde était dans les choux au général. Aujourd'hui, on remarque qu'il y a des jeunes dans le lot, c'est prometteur."


Il y a toujours quelqu’un de bien dans une Skoda

Consommations mixtes de la gamme Fabia (l/100 km) : 4,2 à 5,2. Émissions de CO2 (g/km) : 109 à 121. Consommations mixtes de la gamme Octavia (l/100 km) : 3,8 à 7,7. Émissions de CO2 (g/km) : 99 à 180. Consommations mixtes de la gamme Roomster (l/100 km) : 4,2 à 5,7. Émissions de CO2 (g/km) : 109 à 134. Consommations mixtes de la gamme Superb (l/100 km) : 4,4 à 10,2. Émissions de CO2 (g/km) : 114 à 237. Consommations mixtes de la gamme Yeti (l/100 km) : 4,6 à 8. Émissions de CO2 (g/km) : 119 à 189. Simply Clever : Simplement Évident. Volkswagen Group France - Division Škoda - 02600 Villers-Cotterêts - RCS Soissons B 602 025 538. www.skoda.fr

Assistance 24h/24 pendant 7 ans**, garantie 2 ans kilométrage illimité

CAR Contre Allée RN 202 – La Plaine 1 06200 Nice Tel : 04 89 08 44 18 et 04 89 08 44 19

200 Points Service Škoda partout en France

www.cariviera.com

Renseignements : 0 969 390 904 (appel non surtaxé)

RIVIERA TECHNIC Bretelle Montante Autoroute 06250 Cannes - Mougins Tel : 04 93 45 73 12


M o n d i au x 2 0 1 2 à Ni ce

Spectacle de feu

sur la glace Du 26 mars au 1er avril, tous les fans de patinage artistique avaient le regard tourné vers le Palais des expositions de Nice, théâtre des championnats du monde. Douze ans après avoir accueilli l'événement pour la première fois, la capitale azuréenne s'est passionnée pour ces prodiges de la glace.

Par Jimmy Boursicot.


Patinage artistique

T

oute la semaine, Marina Anissina et Gwendal Peizerat ont déambulé dans les travées du Palais des expositions. Immédiatement identifiables grâce à leurs cheveux (roux flamboyant pour madame, blond filasse pour monsieur), les médaillés d'or de 2000 sont revenus dans la patinoire où ils avaient obtenu leur sacre en danse sur glace. "L'ambiance était inimaginable ! Dans les gradins, ça tapait tellement fort du pied qu’avec Marina, on n’avait pas pu se parler à l’échauffement. C’était stressant, on avait dû se donner nos consignes du regard", racontait le grand Gwendal. Douze ans plus tard, la ferveur n'a pas baissé d'intensité. Parfois clairsemées les premiers jours, les tribunes étaient copieusement garnies pour les temps forts de ces Mondiaux. Des drapeaux de toutes les couleurs, des banderoles fièrement déroulées, d'interminables salves d'applaudissements… Même pour les plus réfractaires, ceux qui tancent le patinage pour son côté vieillot et son atmosphère compassée seraient amenés à

revoir leur jugement. Oui, les tenues des uns et des autres sont parfois atroces. Non, l'originalité et l'audace ne sont pas toujours au rendezvous. Mais l'aisance technique, l'adrénaline de la compétition et toutes ces petites histoires qui finissent par en écrire une grande parviennent à captiver le public.

Logique respectée chez les hommes et les couples Patrick Chan, 21 ans, connaissait déjà la saveur d'une médaille d'or aux championnats du monde. Titré l'an dernier, le Canadien d'origine chinoise était à nouveau favori. Un rôle qu'il a parfaitement assumé sur la Côte. Malgré une chute sur un double axel, Chan a su contenir une horde de poursuivants survoltés. Quelques instants avant lui, les Français Florent Amodio et Brian Joubert avaient électrisé la foule (lire par ailleurs). Encore un peu plus tôt dans l'après-midi, un gamin de 17 ans nommé Yuzuru Hanyu s'était offert un moment de grâce, partagé avec des milliers de spectateurs. Sur la musique du 84 85

L'Italienne Carolina Kostner a été sacrée pour la première fois de sa carrière.


Pendant toute la semaine, les tribunes du Palais des expositions ont vibré au rythme des exploits des patineurs. L'édition 2012 aura été d'une rare intensité.

film "Roméo et Juliette", il a enchaîné huit triples sauts et un quadruple boucle piqué. "J'ai donné tout ce que j'avais, je n'avais aucune pression. Toutes mes émotions ont été pour mes compatriotes, qui tentent toujours de se remettre de la catastrophe (originaire de Sendai, sa maison et la patinoire où il s'entraînait ont été détruites par le tsunami de mars 2011, ndlr). Ils m'ont donné tant d'énergie et d'envie", expliquait le frêle adolescent. Dans la tribune de presse, deux journalistes japonaises ne pouvaient contenir leurs larmes. Un autre représentant de l'archipel nippon, Daisuke Takahashi (champion du monde 2010), avait placé la barre sufisamment haut pour mettre Patrick Chan sous pression. "J'étais vraiment nerveux parce que les Japonais avaient très bien patiné. Ca n'a pas été aussi brillant que Yuzuru mais j'ai été capable de garder ma concentration. C'était élégant et j'ai fini tout en haut." A l'annonce du résultat, des sifflets, presque aussi vifs que les encouragements ont tout de même résonné dans la salle. Un verdict mitigé, à l'inverse de celui qu'ont connu les Allemands Aliona Savchenko et Robin Szolkowy, qui ont obtenu le quatrième titre mondial de leur carrière. Le duo est parvenu à conserver une infime avance (0.11 point) sur le couple russe Tatiana Volosozhar-Maxim Trankov, auteur d'un époustouflant programme libre sur la

musique du film "Black swan" qui lui a rapporté huit points de plus que ses rivaux germaniques. Du côté des filles, c'est Carolina Kostner qui s'est imposée. Dans une tenue argentée qui mettait en lumière son corps de liane, l'Italienne a fait la différence par sa finesse et sa fluidité. Après avoir connu une carrière en dents de scie, dont un naufrage aux Jeux de Vancouver (16e), elle a mis fin au monopole asiatique, qui aura duré cinq saisons. On retrouve cependant une Japonaise, Akiko Suzuki, sur la troisième marche du podium. La Russe Alena Leonova, âgée de 21 ans, a récolté sa première médaille internationale.

Péchalat et Bourzat évitent un zéro pointé à la France Le couple tricolore Nathalie Péchalat-Fabian Bourzat a également obtenu sa première breloque au niveau mondial en danse sur glace. Doubles champions d'Europe en titre, ils n'ont pas déçu. Eux qui présentaient les plus grandes chances françaises de podium ont gagné leur pari. Fortement soutenus par le public niçois, Péchalat et Bourzat ont déroulé leur programme libre inspiré par l'Egypte ancienne et "La Momie" avec brio. Ecartés des débats à cause d'une chute en 2010, les deux patineurs ont tenu bon cette fois, malgré la fracture du nez de Nathalie Péchalat mi-mars. Une blessure qui avait failli les empêcher de disputer ces Mondiaux. "Nous avons fait 86

Malgré une chute, le Canadien Patrick Chan était trop fort pour la concurrence.


Patinage artistique

Nathalie PĂŠchalat et Fabian Bourzat ont obtenu une belle mĂŠdaille de bronze en danse sur glace.


la plus belle compétition de notre carrière. On prouve que le travail paye. Etre sur le podium, à côtés des Canadiens (Tessa Virtue-Scott Moir, titrés) et des Américains (Meryl Davis-Charlie Wihite, deuxièmes), c'est un grand honneur et une grande référence pour nous", assurait Nathalie, la plus loquace des deux. Pour l'heure, les Français ne sont pas en mesure de talonner ceux qui se trouvent régulièrement devant eux. Mais ils font tout pour réduire l'écart, dans la perspective des JO de Sotchi, en 2014. Une olympiade durant laquelle ils devraient à nouveau porter seuls les espoirs de médaille. A Nice, les représentants de l'Hexagone ont pu constater que le fossé entre eux et les meilleurs se creuse invariablement. Le couple Vanessa James-Morgan Ciprès, treizième, n'a rien à espérer dans un contexte toujours plus concurrentiel. Impossible encore de demander monts et merveilles à la très jeune Yretha Silete (17 ans), qui a fini douzième pour sa première apparition à un tel niveau.

critiques concernant son degré d'implication à l'entraînement a su réagir à temps. "Réaliser des performances comme ça et être cinquième mondial, à ce niveau là, c’est merveilleux. Je veux atteindre le niveau des meilleurs, je sais ce qui me manque pour ça : un autre quadruple saut, des transitions. C'est le plus gros chantier, mais j'ai encore une marge de progression". Le pétillant Amodio aura peut-être l'occasion d'exprimer son potentiel sur ses terres : le président de la Fédération, Didier Gailhaguet, a annoncé que la France allait se porter candidate pour accueillir à nouveau les Mondiaux en 2015. Montpellier, Lille ou encore Orléans pourraient recevoirl'événement.

Joubert et Amodio s'en contentent Pour Brian Joubert et Florent Amodio, respectivement quatrième et cinquième, l'absence de podium n'apparaissait pas comme un échec. Le premier, qui ressassait ses multiples échecs aux Jeux et glissait comme une âme en peine, la semaine niçoise aura eu l'effet d'une thérapie. Ovationné par le public, le Poitevin a embrassé une glace qui semblait à nouveau lui procurer du bonheur. Brian le boudeur aurait retrouvé le sourire. Le fait que la grande majorité des observateurs le considère comme "fini" ? Un soulagement pour Joubert, débarrassé d'une énorme pression. Au terme de sa prestation sur "Matrix", un vieux thème ressorti du placard pour se rassurer, se retrouver, il nous livrait le fond de sa pensée. "C'est sans doute un des plus beaux championnats du monde que j'ai faits. En terme de sensations, c'était exceptionnel. Même quand j'étais au top, je n'ai jamais abordé une compétition de cette manière. J'ai passé un cap. Il y avait une ambiance de folie, je n'entendais même pas la musique quand je patinais. J'ai l'impression de revivre, d'être le jeune gamin qui recommence tout. Il y a eu des mauvaises langues, mais je ne pouvais pas empêcher des personnes de penser que j'étais mort. Au fond de moi-même, je savais que je pouvais revenir." Florent Amodio, dans un style radicalement différent, a emporté le Palais des expositions avec ses rythmes brésiliens. Celui qui avait essuyé des

Kim Lucine, du lac d'Annecy au Rocher monégasque Âgé de 23 ans, Kim Lucine défend les couleurs de la principauté depuis 2010. Le natif d'Annecy, très performant chez les jeunes (il fut quatre fois champion de France, trois fois en novice, une fois en juniors), avait subi un coup d'arrêt à cause d'une grave blessure au genou. Classé 13e aux championnats d'Europe, en janvier, Kim a pris part aux deuxièmes Mondiaux de sa carrière. A Nice, il a pu compter sur le soutien de la princesse Caroline, présente dans les gradins en compagnie de sa fille, Alexandra (qui est également patineuse), tout comme le prince Albert II. Sur la glace, Kim Lucine a réussi à obtenir sa qualification pour la finale, où il a terminé au même rang qu'en 2011, à Moscou (23e). Entraîné par ses parents, Didier et Claudie, il a également une sœur championne du monde de ski nautique. Lors du programme court, il a évolue sur "Summertime", de George Gershwin. Son programme libre était pour sa part basé sur le thème du "Livre de la jungle". Avec un total de 181.37 points, Lucine a battu son record personnel au Palais des expositions.


Maxi scooters

En pleine expansion, le marché des maxi-scooters s’enrichit de nouveaux modèles alliant confort, souplesse et performances de premier plan. Gros plan.

Par Jimmy Boursicot


Maxi scooter

Honda Integra 700

Mariage de raison ? Attention, innovation : avec l’Integra, Honda entend concilier les performances d’une moto et le caractère pratique d’un scooter. Un pari audacieux tenté par la firme japonaise.

L

a frontière qui se dresse entre les motards et les scooteristes n’est pas près de disparaître, question de principe. Ce qui n’empêche pas Honda de vouloir jeter des ponts entre deux mondes supposément très opposés. Dans cette bataille pour faire changer les mentalités, son cheval de Troie se nomme Integra 700. Stable et dynamique grâce à un chassis et un moteur similaires à ceux que l’on retrouve sur les NC700S et NC700X, ce deux-roues ne mégote pas sur le confort de son pilote, comme l’atteste la large selle. Le carénage taillé en pointe, dépourvu de vis de fixation sur les côtés, donne une belle allure à cette "moto-scooter" originale. A partir de 8 490 €


Maxi scooter

Piaggio X10 500

Tradition et modernité Le constructeur italien a levé le voile sur sa nouvelle gamme de maxi-scooters lors du salon de Milan. Dans quelques semaines, ce sera aux amateurs français de deux-roues de découvrir le X10.

S

ur le devant de la scène avec son scooter à trois roues, le MP3, Piaggio va injecter du sang neuf dans sa gamme "traditionnelle". Mi-2012, la marque proposera notamment le X10 500 aux acheteurs de l’Hexagone. Un nouveau venu qui misera sur la fluidité de ses lignes et un couple confort-sécurité pour s’imposer. Port USB, ordinateur de bord à écran LCD, selle étagée réglable en profondeur, amortisseurs hydrauliques figurent ainsi au menu des équipements. Doté d’un centre de gravité assez bas, le X10 embarque un moteur monocylindre quatre temps à refroidissement liquide. A même de séduire une clientèle exigeante, ce Piaggio est également muni de freins avant à deux disques 280 mm avec étrier à double piston. Prix non communiqué

92 93


Maxi scooter

Yamaha T-max 530

Encore plus musclé Le T-Max, qui est l’un des best-sellers de son segment, accentue encore sa dimension sportive. Avec plusieurs améliorations notables, Yamaha entend bien conserver son leadership.

M

ême quand tout va bien, il n’est pas question de s’endormir en chemin. Yamaha le sait bien et a donc décidé de mettre en vente une évolution plus dynamique de son T-Max, déjà très "vitaminé". Le moteur quatre temps à refroidissement liquide passe à 530 cm3, le cadre en aluminium est plus léger que le précédent et le couple moteur a été amélioré. Sur le plan esthétique, le nouveau T-Max hérite d’un tableau de bord new look. Des phares lenticulaires font également leur apparition à l’avant, qui sera surplombé par un parebrise à hauteur réglable. Agile et doté de reprises fulgurantes, le T-Max trouvera assurément son public. A partir de 10 499 €


Maxi scooter

BMW C600 & C650

Entrée en scène L’Allemand BMW Motorrad arrive dans le secteur concurrentiel des maxi-scooters avec deux modèles équipés d’accessoires technologiques haut de gamme.

C

omme leur nom ne l’indique pas, le BMW C600 et le C650 GT partagent le même moteur, un bi-cylindre en ligne de 647cm3. Au niveau esthétique, le C600 est résolument sport (vitesse maxi : 175 km/h), avec sa partie arrière élancée. Le C650 GT, lui, met avant en ses attributs synonymes de confort : élements de carénage plus généreux, protection contre le vent et la pluie… Equipés en série du freinage ABS et d’un frein de parking dédié, les deux "frères" de chez BMW Motorrad tenteront de partir à l’assaut d’un univers où Yamaha (avec son T-Max) et Suzuki (avec son Burgman 650) sont déjà solidement installés. A noter, sur la version GT, la présence d’une selle plus profondément dessinée et de plus larges rétroviseurs. A partir de 11 110 € pour le C600 et 11 450 € pour le C650 GT

94 95


Maxi scooter

Aprilia SRV 850

Concentré de puissance Les fervents admirateurs de la marque italienne ne rateront pas la sortie de ce scooter présenté comme le plus rapide et le plus puissant du monde par ses ingénieurs.

C

et Aprilia SRV 850, qui reprend la base du Gilera 800 (deux manufactures appartenant au groupe Piaggio), lancera sûrement un message fort à tous ceux qui ont une image mollassonne et peu fun des scooters. Doté d’un moteur bicylindre en V développant 76 chevaux, le SRV 850 allie énergie débordante et maniabilité (il peut atteindre les 200 km/h en vitesse de pointe). L’avant du bolide s’inspire de celui de la RSV4, moto championne du monde 2010 en Superbike, tandis qu’un véritable ordinateur de bord est à la disposition du pilote. Par rapport à son "grand frère", le Gilera 800, le SRV gagne en stabilité de freinage dans les virages et bénéficie d’une diminution de son poids. Lors de sa présentation au public français au du salon de Paris, certains ont regretté que le modèle ne soit pas novateur. Quoi qu’il en soit, d’autres se laisseront tenter par ses performances hors-normes. Prix non communiqué


JOUEZ COMME VOUS ÊTES… CHANCEUSE OBSERVATEUR

RÊVEUSE

GAGNANT

ENTREPRENANTE

PERPLEXE

www.obut.com


Voile

Le vent

Primo Cup - Trophée Crédit suisse

l'a emporté

98 99

Une fois de plus, les régatiers européens ont lancé leur saison lors de la 28e édition de la Primo cup, l'épreuve emblématique organisée par le Yacht club de Monaco (YCM). Contrairement à l'année précédente, les 109 équipages ont dû faire face à des conditions météo compliquées. Par Jimmy Boursicot. Photos : Carlo Borlenghi et Stefano Gattini


I

ls avaient pris l'habitude de démarrer l'année en pente douce, de profiter de ces rayons de soleil agréables qui vous transforment une longue journée d'hiver en parenthèse enchantée. L'idée que l'on se fait d'une escapade en Méditerranée, cette mer qui a le don d'exaspérer certains navigateurs, qui la jugent trop plate, pas vraiment trépidante. Cette année, tous ces clichés ont eu la vie dure. Car, pour une fois, le mois de février a été rude. Le long des quais du port Hercule, le froid cinglait les visages et engourdissait les mains des 65 équipages engagés lors du premier week-end de compétition. En guise de bienvenue, un vent soutenu les attendait, avec des rafales atteignant 18 nœuds. Une entrée en matière radicalement différente de ce qu'avaient connu les participants de 2011, qui avaient longuement attendu un souffle divin pour prendre le départ. Dès le premier jour, les cinq séries monotypes en lice (Star, Surprise, Platu 25, Dragon et J24) disputaient trois manches.

Sous pression jusqu'au bout

Le lendemain, la situation allait encore évoluer, offrant des conditions encore plus délicates aux régatiers. Tellement corsées que le programme s'en retrouvait chamboulé. Avec 30 nœuds de vent et des creux de près de 2,5 mètres, la mer prenait des allures de mon-

tagnes russes. "Pour des raisons de sécurité évidentes, il n'était pas raisonnable d'enchaîner plusieurs manches. Le froid additionné au vent tétanisait même les plus expérimentés. Certains équipiers sont passés par-dessus bord", exposait Thierry Leret, le président du comité de course. Remis de leurs émotions, les voileux repartaient à l'abordage avec conviction. Dans la majorité des séries, tout restait encore à faire, ce qui promettait quelques sensations fortes. Seule la catégorie des Platu 25 avait déjà trouvé son vainqueur en la personne de l'Allemand Jens Ahlgrimm, qui avait déjà remporté quatre succès avant la dernière journée (durant laquelle il allait à nouveau s'imposer à deux reprises). Chez les Dragon, un trio russe imposait une domination sans partage aux huit autres nations représentées dans cette classe. Pour son baptême en Primo cup, Dmitry Samokhin s'est offert le titre grâce à une deuxième partie de compétition tonitruante. Au coude-àcoude avec son compatriote Anatoly Loginov, il menait "Strange little girl" en tête grace à une victoire lors de l'ultime manche.

Un championnat d'Europe des J24 à Monaco en 2013 Scenarios identiques chez les bien nommés Surprise, où Alexa Bezel (sur "CER 3 Apro-


Ensemble, agissons durablement

www.miti.mc / photo © Craig Tuttle/CORBIS

L’électricité, la vie !

SMEG 10 avenue de Fontvieille BP 633 - MC 98013 Monaco Cedex +377 92 05 05 00 smeg@smeg.mc www.smeg.mc

Vert, un monde réfléchi


Voile

La lutte des classes

En lisant un classement de regates, sans un être un grand spécialiste, il n'est pas toujours évident de s'y retrouver. Longtze premier, Smeralda 888, Dragon : autant d'appellations qui servent à désigner les différentes classes de monotype (bateaux strictement identiques). Allez, on fait les présentations… Smeralda 888 : Dessiné par German Frers, ce bateau de 8,88 mètres a été créé en 1995 pour dynamiser l'activité sportive au sein du Yacht club Smeralda, en Italie. Longtze premier : Long de 6,80 mètres (pour une largeur de 2,50 mètres), le Longtze est un quillard de sport fabriqué en Chine, lancé par l'équipe Le Défi pour la coupe de l'America en 2007.

tec") s'installait sur la plus haute marche d'un podium 100 % suisse, mais aussi en Star (première place au finish pour le sociétaire monégasque Filippo Orlando) et chez les J24. Remportée par le local François Brenac (un tacticien bardé de titres internationaux) sur "St Andrews security", cette série, qui fait partie des plus développées au sein du Yacht club de Monaco, va bénéficier d'une exposition sans précédent. La principauté a en effet obtenu l'organisations du championnat d'Europe 2013 (du 6 au 12 octobre). "Cela fait sept ou huit ans que je participe à la Primo cup. C'est un formidable rendez-vous qui permet de préparer les autres grandes compétitions de la saison", assurait Marianne Schoke, la présidente de la European class association. Une dirigeante qui sait de quoi elle parle, comme l'atteste sa deuxième place en J24.

Doublé pour Brenac

Après quelques jours de repos, les soixante bénévoles du YCM repartaient pour un tour afin d'assurer le bon déroulement du deuxième week-end de compétition. D'emblée, les Longtze Premier, Smeralda 888 et IRC avaient l'occasion de se jauger durant pas moins de quatre manches, avec un vent toujours soutenu. Déjà primé la semaine précédente, François Brenac n'était néanmoins pas

rassasié. Associé à des équipiers français et anglais, il est parvenu à mener "Bear essentials" vers les sommets en Smeralda 888. Parmi les prétendants à la victoire chez les Longtze Premier, on retrouvait un autre spécialiste de la Primo cup. Sacré à six reprises à Monaco, Alain Marchand faisait ses débuts dans cette série. Le coup d'essai fut presque un coup de maître, "Ettocinque" terminant à la deuxième place derrière le Marseillais Laurent Abignoli. "Je suis très content de gagner enfin une étape du championnat européen, ça récompense un travail de plusieurs", indiquait le leader de "Tendrisse".

Les Pajot, famille à succès

Salués par S.A.S. le prince Albert, les marins avaient à cœur de s'imposer lors des cette étape particulière, auréolée d'un prestige certain. C'était évidemment le cas des sociétaires du Yacht club de Monaco, qui évoluaient sur leur plan d'eau fétiche. Basé à Saint-Tropez, Marc Pajot fait partie des cadors qui défendent les couleurs du Rocher. Accompagné de ses trois filles, le skipper au CV épatant (équipier de Tabarly, médaillé d'argent aux JO de Munich à dix-neuf ans, lauréat de la Route du Rhum, multi-médaillés au niveau mondial dans différentes séries etc.) a dominé la classe IRC sur "Midivoiles". 102

Dragon : Imaginé par le Norvégien Johan Anker en 1929, ce voilier de 8,90 mètres à gréément de sloop faisait partie des séries olympiques entre 1948 et 1972. Il jouit toujours d'un grand prestige. J24 : Avec plus de 5 400 exemplaires qui voguent sur toutes les mers du monde, ce quillard de sport (7,32 mètres) bénéficie d'une grosse côte d'amour ches les régatiers, qui apprécient sa polyvalence et sa qualité de fabrication. Surprise : Construit depuis 1977 par Archambault, le Surprise est reconnaissable au point d'interrogation qui orne sa grand voile. Ce modèle de 7,65 mètres compte de nombreux adeptes en Suisse. Platu 25 : Depuis 1995, la flotte des Platu 25 connaît une croissance régulière. Cette embarcation est plébiscitée dans le sud de l'Europe. Bénéteau en est un des principaux fabricants. Star : Sur l'eau depuis plus d'un siècle (1910), le Star est utilisé aux Jeux olympiques depuis 1932. Gréé en sloop, on l'aperçoit souvent en Méditerranée, entre Nice et Hyères. IRC : Le terme désigne un système international de jauge qui permet à des bateaux de tailles et conceptions différentes de concourir ensemble. Des calculs permettent de convertir le temps réel en "temps compensé".


Les participants ont été encouragés par S.A.S. le prince Albert durant la compétition. 104

S'ils ont laissé filer les honneurs en Smeralda 888, les équipiers de "Vamos", trois fois titrés en principauté, ont rapidement retrouvé le sourire. Lors de la cérémonie des récompenses, ces derniers ont remporté un lingot d'or mis en jeu par le Crédit suisse, par le biais d'un tirage au sort. Les dates de l'édition 2013 sont déjà connues : les régatiers du Vieux continent seront présents du 1 au 3 et du 8 au 10 février. A noter que l'an prochain, la Primo cup servira de support aux championnats de Méditerranée IRC. D'ici là, d'autres épreuves viendront garnir l'agenda du YCM. Les 14 et 15 avril, place au championnat monégasque de J24. Du 19 au 24 avril, l'emblématique "Tuiga", propriété du prince Albert, prendra le départ de l'Antigua Classic Yacht Regatta.


DETROIT MOTORS Contre Allée - RN 202 - 04 93 72 78 00 NICE LA PLAINE

DETROIT MOTORS 3, Bd de l’Armée des Alpes - 04 92 00 05 00 NICE EST

www.opel-nice.fr et SON RESEAU D’AGENTS : Antibes, Cagnes-sur-Mer, Drap, Monaco


AUDEMARS PIGUET* I CHAUMET** I CHOPARD I DAVID MORRIS I GIRARD PERREGAUX* I DE GRISOGONO I HERMÈS** I JAEGER-LECOULTRE MESSIKA I MONTBLANC* I PÉQUIGNET I PERRELET I PORSCHE DESIGN I ROLEX I TAG HEUER** I TUDOR I VACHERON CONSTANTIN* I ZENITH**


e Mod

Un

printemps

ElEgant & dEcontractE Qu’il soit question d'arpenter sur le macadam des grandes métropoles ou de se mouvoir nonchalamment sur une plage de sable fin, la tendance se veut chic et confortable à la fois. En piochant dans l’inépuisable vestiaire preppy et en lorgnant sur les créations audacieuses des marques emblématiques, vous serez rhabillé pour… le printemps.

Collection Boss Selection

Tissus impeccables, détails travaillés et dessins inspirés de l’esprit "Club Riviera" : la griffe Hugo Boss réinterprète les classiques marins avec fraîcheur et élégance. Chemise en coton et lin, pantalon en coton blanc, ceinture en cuir bleu marine, chaussures Hugo Boss.


1

Le sourire du printemps

2

Tandis qu’à leurs oeuvres perverses

Tons indémodables (beige, bleu marine, blanc), couleurs acidulées et coupes ajustées : un trio qui vous permettra d’éviter tous les faux-pas.

Les hommes courent haletants, Mars qui rit, malgré les averses, Prépare en secret le printemps. Pour les petites pâquerettes, Sournoisement lorsque tout dort, Il repasse des collerettes Et cisèle des boutons d’or. Dans le verger et dans la vigne, Il s’en va, furtif perruquier, Avec une houppe de cygne, Poudrer à frimas l’amandier. La nature au lit se repose ;

Premiers sourires

3

4

5 6

1- Veste, pantalon et écharpe Malo

4- Costume Strellson

2- Cardigan en soie, top, chapeau et chaussures Malo

5- Trench, pantalon, lunettes et montre Burberry Sport

3- Polo Fred Perry

6- Teddy et polo Lacoste Live


8

7

9

du printemps

e d o M

Lui descend au jardin désert,

10

Et lace les boutons de rose Dans leur corset de velours vert. Tout en composant des solfèges, Qu’aux merles il siffle à mi-voix, Il sème aux prés les perce-neiges Et les violettes aux bois. Sur le cresson de la fontaine Où le cerf boit, l’oreille au guet, De sa main cachée il égrène Les grelots d’argent du muguet.

Sous l’herbe, pour que tu la cueilles,

12 11

Il met la fraise au teint vermeil, Et te tresse un chapeau de feuilles Pour te garantir du soleil.

Puis, lorsque sa besogne est faite, Et que son règne va finir, Au seuil d’avril tournant la tête, Il dit : « Printemps, tu peux venir ! « Théophile Gautier

7- Veste, pantalon, pochette et chaussures Ralph Lauren

10- Veste et pantalon Stone Island

8- Cardigan, chemise, pantalon et chaussures IKKS

11- Veste imperméable, gilet zippé, t-shirt et pantalon Lacoste Live

9- Jean Diesel

12- Chaussures Bikkembergs


1 3

2

4

Sous les pavĂŠs

5

7

6

1- Polo Lacoste 2- Short de bain Lacoste 3- Lunettes de soleil Givenchy 4- Maillot de bain Eres

5- Sac Hackett 6- Polo, pull, ceinture et short Ralph Lauren 7- Bikini Banana Moon


la plage

e Mod 8 9

10

11

Aube 15

12

J’ai embrassé l’aube d’été. Rien ne bougeait encore au front des palais. L’eau était morte. Les camps d’ombres ne quittaient pas la route du bois. J’ai marché, réveillant les haleines vives et tièdes, et les pierreries regardèrent, et les ailes se levèrent sans bruit. La première entreprise fut, dans le sentier déjà empli de frais et blêmes éclats, une fleur qui me dit son nom.

13

Je ris au wasserfall blond qui s’échevela à travers les sapins : à la cime argentée je reconnus la déesse. Alors je levai un à un les voiles. Dans l’allée, en agitant les bras. Par la plaine, où je l’ai dénoncée au coq. A la grand’ville elle fuyait parmi les clochers et les dômes, et courant comme un mendiant sur les quais de marbre, je la chassais. En haut de la route, près d’un bois de lauriers, je l’ai entourée avec ses voiles amassés, et j’ai senti un peu son immense corps. L’aube et l’enfant tombèrent au bas du bois.

14

Au réveil il était midi. Arthur Rimbaud

8- Short de bain Villebrequin

12- Tennis Le Coq Sportif

9- Panama Stetson

13- Pull, chemise et short Ralph Lauren

10- Pull, short et chaussures Malo

14- T-shirt marinière G-Star

11- Sac à dos Eastpak Kris Van Assche

15- Chino Freeman Porter


façonnable

Créée en 1951 à Nice, la griffe Façonnable a traversé les décennies en gardant le même leitmotiv : imaginer des pièces teintées d’élégance et de décontraction.

Façonnable

Un style et un savoir-faire au service du sportwear chic Cinq cent points de vente, une notoriété mondiale et une empreinte indélébile dans l'univers de la mode. Lorsque l’aventure a commencé, dans un atelier de la rue Paradis, Jean Goldberg ne s’imaginait peut-être pas que la marque qu’il venait de lancer atteindrait de tels sommets. Au commencement, Façonnable s’est forgé une réputation en présentant des costumes classiques et des chemises rayées. Pressentant que la mode, comme la société, allait arriver à un tournant de son histoire, Albert, le fils du fondateur, élaborait le concept de "sportswear chic". au début des années 60. Une idée lumineuse qui allait lui ouvrir les portes de la Belgique, du Portugal, puis de la classieuse principauté de Monaco. Présente dans le vestiaire de bon nombre d’hommes distingués mais surtout pas guindés, la marque est en plein essor. A partir du milieu des années 80, elle se lance dans la fabrication de lunettes, de montres et de parfum, s’inspirant régulièrement de cette Côte d’Azur qui fait tant rêver à travers le monde. Façonnable commence alors à se glisser sur le marché américain, ouvre des boutiques à New York ou encore Beverly Hills. En 1995, la première ligne pour femmes sort des ateliers niçois et la première collection de chaussures verra le jour deux ans plus tard.


En 2000, Albert Goldberg prend sa retraite et la marque est vendue au distributeur américain Nordstrom, qui ouvre une boutique sur la 5e avenue, à New York. L’histoire se poursuit ainsi jusqu’en 2007, date du rachat de Façonnable par le groupe libanais M1. Tout en développant le marché au Moyen-Orient, celui-ci créé cinq nouvelles enseignes aux USA. Ancrée dans le XXIe siècle, Façonnable tente de préserver sa tradition et son savoir-faire pour faire de ses modèles intemporels des classiques d’aujourd’hui.


1

2

4

3 5

6 7

1- Montre Garmin S1W Approach pour le golf, avec les tracés de 7 000 parcours européens intégrés 2- Platine vinyle manuelle Thorens TD 2035 dotée d’un système anti-vibratoire, socle en acrylique transparent et plateau en aluminium massif 3- iPad 3, tablette tactile à écran Retina (3,1 millions de pixels), appareil photo 5 millions de pixels et vidéos 1080 p 4- Enceinte airplay Bang & Olufsen Beolit 12. Enceinte sans fil compatible iPad, iPod, iPhone, Mac et PC. Puissance : 120 watts. Autonomie : 8 heures 5- Lunettes-caméra Camsports coach HD (1280x720 p), grand angle (135°), écrans solaires anti-UV 6- Smartphone Vertu Constellation Quest Ferrari. Cuir de veau, cristal poli, titane, céramique noire. Service concierge et informations exclusives Ferrari 7- Appareil photo bridge Nikon P510, zoom 42x stabilisé, capteur 16 millions de pixels, écran lcd 3 pouces orientable


High-tech

8

10 9 13

11

12

8- Casque audio Bluetooth Sennheiser MM 450-X, technologie NoiseGard 2.0 qui élimine 90 % des bruits environnants, microphone intégré 9- Téléviseur 3D à LED 70 pouces Sharp LC 70 LE835, technologie Quattron (1920 x 1080 x 4), full HD 10- Enceinte mobile sans fil Bose Soundlink avec connexion Bluetooth, autonomie de 8 heures, cache intégré transformable en socle 11- Smartphone Panasonic Eluga étanche, écran Oled 4,3’’. Fonctionne sous Android, 1 Go de Ram, appareil photo 8 millions de pixels 12- Casque 3D Sony HMZ-T1 à micro-écrans Oled 720 p, compatibilité HDMI, télécommande intégrée 13- Amplicateur intégré Devialet D-Premier, 2x240 watts. Système hi-fi sans fil, 32 mm d’épaisseur pour son boîtier.


musique Bruce Springsteen

Le boss revient aux affaires

Une crise économique, un monde en plein bouleversement et des inégalités toujours plus frappantes. C’est dans ce contexte propice à l’insurrection que Springsteen jette son regard aiguisé sur le mythe d’un rêve américain taillé en pièces. "Wrecking ball" pourrait être la bande-son du mouvement "Occupy Wall Street". L’hymne officiel des indignés, de ceux qui s’élèvent contre les diktats des grandes places fnancières. Dans son nouvel opus, le songwriter trempe sa plume dans une encre acide et noire. Le trait n’est pas toujours léger, mais il décrit avec réalisme le tourment de notre époque. Le "Boss", que l’on pouvait croire usé, en panne de révolte voire même embourgeoisé (un best of, un recyclage en règle des chutes de "Darkness on the edge of time" sur "The promise", des cachets atteignant parfois le million de dollars), retrouve du punch. Sur son dix-septième album studio, le rockeur du New Jersey a laissé en retrait son E-Street band pour faire appel à d’autres musiciens, comme Tom Morello, de Rage against the machine. "Wrecking ball" n’est peut-être pas aussi percutant que le fut "Nebraska", en 1982. Il démontre tout de même que Springsteen est encore capable de lever le poing. Jimmy Boursicot

wrecking ball/ Bruce springsteen

blunderbuss/ jack white

En solitaire Devenu célèbre sous la bannière des White Stripes, dont il était le cœur battant, Jack White a multiplié les collaborations et les incursions avec d’autres groupes (The Raconteurs, The Dead Weather). Le 24 avril, il présentera un premier album solo très attendu par la planète rock. Le musicien au teint blafard a déjà divulgué deux morceaux, "Love interruption" et "Sixteen saltines" qui créé une certaine frénésie sur le web.

Odd Future / The of tape vol.2

Le côté sombre du hip hop Les productions gavées à la testotérone ont vécu, le combo grosses voituresbombes sexuelles aussi. Avec le collectif Odd Future, emmené par les talentueux Tyler the creator et Frank Ocean, le monde du hip hop glisse dans un autre décor, inquiétant, dérangeant et entêtant. Les petits gars de Los Angeles, adeptes du DIY (do it yourself), gèrent leur production, leur distribution, leur communication… A seulement 20 ans, le monde leur appartient.


En live

Coldplay à nice le 22 mai 2012 Déferlante pop sur la Côte Dans quelques semaines au stade Charles-Ehrmann, Coldplay va créer l’événement dans le Sud. La formation anglaise, dont la tournée dans l’Hexagone passera uniquement par le stade de France et Nice, est assurée de faire un carton avec les titres de son nouvel album "Mylo Xyloto". Plus de 50 000 personnes sont attendues à cette grand-messe pop qui, à défaut de faire l’unanimité, est toujours suivie par une cohorte de fans fidèles.

Madonna/ MDNA

Retour stupéfiant

Laurent Garnier/ Timeless EP

Electro libre

La cinquantaine passée, Madonna prend toujours un malin plaisir à semer le trouble dans les parages. Le titre de son album est à la fois une abréviation de son nom de scène et une référence pas vraiment déguisée au MDMA, le principe actif de l’ecstasy. En guise d’euphorisant (et de cure de jouvence), la Madone a fait appel à Nicki Minaj et M.I.A., mais aussi au Frenchie Martin Solveig pour la production.

Sébastien Tellier / My god is blue

Ce rêve bleu… Insaississable et tout aussi inclassable, Sébastien Tellier est l’un des secrets les mieux gardés de la musique française. Si le grand public ne l’a entraperçu qu’à… l’Eurovision, en 2008, le dandy barbu a table ouverte dans tous les repères "hype" du pays. Après son album hédoniste "Sexuality", il bascule dans sa période bleue. Epaulé par Mr. Flash, il assume sa grandiloquence et son extravagance.

A l’âge où les oiseaux de nuit ont déjà replié leurs ailes (46 ans), Laurent Garnier n’a pas l’intention de ranger les platines. Pionnier de la house et de la techno à la fin des années 80, il a participé au changement de regard sur un genre longtemps considéré comme "du bruit", allant même jusqu’à jouer entre les murs de la salle Pleyel. Garnier, toujours pas largué, revient sur le label Ed Banger (Justice, M. Oizo, Sebastian…), qui domine actuellement la planète electro.

L'ALBUM À (re)découvrir rocket juice and the moon/ (éponyme)

Gil Scott-Heron/ Winter in America Une bouteille à l’amer Association de bienfaiteurs Damon Albarn, l’ancien leader de Blur, continue de défricher les terrains musicaux. Pour "Rocket juice and the moon", il a fait appel à Flea, le bassiste des Red Hot Chili Peppers et à Tony Allen, qui a longtemps été le batteur de Fela Kuti. Un projet audacieux quand on sait combien les initiatives des "supergroupes" sont souvent vaines. Ensemble, le trio s’éclate sur des rythmes rock, funk et afrobeat, invitant même la chanteuse Erykah Badu à leur fiesta.

Agitateur de conscience, chroniqueur de son époque et figure de proue des luttes menées par la communauté afro-américaine, Gil Scott-Heron adopte dans cet album (sorti en 1974) des sonorités jazz, sans artifice. Inventeur du "spoken word", un débit verbal précurseur du phrasé des rappeurs, il y étale ses doutes, son mal-être, le quotidien des Etats-Unis de Nixon (guerre du Vietnam, crise pétrolière…) et l’envie de retourner à ses racines, en attente de lendemains plus ensoleillés. Sur "Winter in America", on retrouve "The Bottle", le titre le plus célèbre de Scott-Heron, disparu en 2011 au terme d’une vie marquée par les excès et l'infortune.


Street fighter x Tekken Un crossover percutant Comme en matière de cinéma, les castings garnis de superstars sont parfois périlleux dans l’univers du jeu vidéo. Que les fans de baston virtuelle se rassurent : "Street Fighter x Tekken" réunit avec brio les personnages des deux titres mythiques. Des heures de confrontations acharnées et de nombreuses manettes maltraitées : voilà ce qui attend les acheteurs du titre édité par Capcom, où l’on retrouve les héros de "Street fighter", qui avaient fait les beaux jours des consoles 16-bit et ceux de "Tekken", apparus pour la première fois en 3D sur Playstation. Jouabilité au rendez-vous, coups spéciaux à foison, graphismes léchés et colorés sont les principaux atouts de ce titre très attendu par les gamers. La quarantaine de personnages embarquée offre une durée de vie intéressante, que l’on pourra étendre en achetant (pour tout de même 20 euros) douze combattants supplémentaires en ligne. Le spectaculaire mode «deux contre deux» devrait faire son effet lors des soirées entre potes. Egalement disponible sur Xbox 360, PS Vita et PC.

PS3/xbox/vita


de code sport

la sélec’

ps3

vita

wii

pc

xbox

PS Vita Fifa football Un stade dans la poche Les inconditionnels du titre emblématique d’EA ne pourront pas s’en passer. Sur la nouvelle console portable de Sony, "Fifa football" fait déjà office de référence. Reprenant les bonnes recettes maison, il intégre une série de commandes tactiles, judicieuses ou déroutantes, c’est selon. La qualité de la réalisation et de l’animation permettent de retrouver une part des sensations de la version PS3.

WII

xbox 360

Mario party 9 La moustache toujours vaillante Les années passent et Mario reste toujours un héros capable de vous faire passer de grands moments, même lorsque votre âge ne vous permet plus de l’avouer en public. Dans ce nouvel opus de "Mario Party", le deuxième sur Wii, pas moins de 80 mini-jeux vous attendent. Autant de défis à la fois ludiques et simples d’accès qui seront propices à des rassemblement familiaux devant le petit écran.

PC

PS3/XBOX

Mass effect 3 (PC) Sur une autre galaxie Classé parmi les jeux les plus attendus… de l’année 2011, le troisième volet de la saga "Mass effect" vient de sortir, avec un scénario encore plus poussé que dans les épisodes précédents, où, au XXe siècle, le commandant Shepard essayait déjà de sauver la galaxie des Moissonneurs. Ce jeu d’action-RPG se démarque par son aspect hautement immersif et le soin apporté aux multiples détails qui rendent cette odyssée trépidante.

Pack Xbox 360 édition limitée Star Wars Une console qui rappelle R2-D2 (notamment grâce à des sons intégrés), une manette or inspirée de C-3PO et un Kinect évoquant un Stormtrooper : il n’en faudra certainement pas plus pour faire succomber les amateurs hardcore de "Star wars". Dévoilée l’an dernier, cette série limitée (320 Go) arrivera sur le marché français le 3 avril, au prix de 399 euros. Le jeu "Kinect Star Wars", faisant partie du pack, vous proposera de revivre les temps forts de la saga imaginée par George Lucas. Grâce au système de détection de mouvements élaboré par Microsoft, vous pourrez jouer les Jedi dans votre salon, pantoufles au pied. Et ça, n’a pas de prix (même si les premiers échos font état d’un jeu pas entièrement réussi).


Code Sport Côte d'Azur 15  
Code Sport Côte d'Azur 15  

Premier magazine de sport des Alpes-Maritimes et Monaco

Advertisement