Page 1

Sable Mouvant Marlène Jedynak

Roman Boy’s love


Marlène Jedynak

Chapitre 1 Été 2009, Paris 4 h du matin à l’Addicted . La foule se bousculait ce soir-là à l’Addicted, ce club privé réservé à une clientèle exclusivement gay. Des hommes, il y en avait pour tous les goûts : des grands, des petits, des gros, des maigres, des beaux, des moches, des blancs, des noirs, des beurs… mais ils avaient tous un point commun : la distinction et l’argent ! L’établissement disposait d’un étage où se situait une boite de nuit. Pierrick le barman y jouait les acrobates et assurait le spectacle sur une musique entraînante. Pour ceux qui désiraient boire sans forcément se trémousser, un bar se trouvait au rez-de-chaussée avec plusieurs petites salles adjacentes. Jeremy officiait au comptoir avec dextérité, offrant de délicieux cocktails aux consommateurs, des habitués pour la plupart. Terminant d’essuyer ses verres, Jeremy leva les yeux pour faire face à son nouveau client. Le barman déglutit. Le regard de braise lui paraissait familier. Nombre de ses clients le dévisageaient avec cette même lueur de convoitise. Sachant que Jeremy refuserait les invitations, ces derniers venaient ne serait-ce que pour discuter. Jeremy était le minet. Beau, au regard intelligent et clair, les cheveux sombres aux mèches indisciplinées donnant des envies d’y plonger ses doigts, au corps svelte et finement musclé que l’on désirait caresser, à l’allure fière que l’on souhaite domestiquer. Jeremy en faisait fantasmer plus d’un. Le barman était tout à fait conscient de 2


Sable Mouvant l’envie qu’il provoquait et s’en réjouissait intérieurement. Il faut dire qu’il en passait des heures à s’entretenir. Oui, mais… l’homme qui venait de s’asseoir en face de lui, lui causât un choc. Son regard sombre le tétanisait. La trentaine, il n’était pas spécialement beau, pourtant, il était sûr qu’au sex-appeal, ce type devait le battre à plate couture. D’ailleurs, vu le nombre de regards dévorant ses larges épaules où sa chemise se tendait sur les muscles puissants qu’elle cachait, ses soupçons furent vite confirmés. L’inconnu lui demanda d’une voix profonde et sensuelle. — Un baiser de feu1 , s’il vous plaît. Jeremy lui adressa un sourire commercial tout en essayant de paraître sûr de lui. En fait, jamais il n’avait été aussi troublé par une présence… par la vibration d’un timbre rauque. Pourtant, le brouhaha environnant lui cachait certainement la vraie tessiture de sa voix… Ses mains habituées à manipuler des bouteilles volèrent sur le comptoir, composant la boisson de son client. Jeremy était nerveux. Sans à avoir à lever les yeux, il était sûr que ce type observait chacun de ses mouvements. Lorsqu’il présenta la boisson devant son client, ce dernier voulu lui adresser la parole mais Jeremy avait repéré des habitués qui l’interpellaient discrètement. Il préférait battre en retraite, abasourdi par l’effet que lui procurait cet homme. Après une excuse et un 1 Baiser de feu : cocktail à base de cognac, triple sec, sirop de fraise et de crème fraîche.

3


Marlène Jedynak sourire poli, très professionnel, le jeune homme s’activa autour de ses nouveaux cocktails. Même s’il évitait de croiser le regard qui le couvait depuis le coin du bar, Jeremy était sûr que ce type ne le quittait pas des yeux. Loin de ressentir l’indifférence usuelle, son cœur battait comme un fou, ses mains étaient étrangement moites. Il devait se reprendre. Au bout d’une heure, Jeremy remarqua l’appel de l’inconnu et se dirigea vers lui. À présent un peu plus détendu, il s’avança naturellement vers cet homme au charme envoûtant. —

Souhaitez-vous un nouveau cocktail, Monsieur ?

Non… sourit lentement l’inconnu.

— Désirez-vous autre chose ? proposa le barman en serrant un peu plus fort son torchon. —

Ton numéro de téléphone.

Jérémy ouvrit de grands yeux stupéfaits et accusa le coup. Un peu trop direct à son goût. Le regard sombre et chaud comme de la braise le fixait calmement. Ce type était un peu trop sûr de lui. La lueur de désir y était nettement imprimée : quiconque les dévisageraient alors, ne pouvait pas ignorer l’intérêt de cet homme ni son agitation, lui si serein habituellement. — Je crois que vous n’avez pas bien compris ma fonction dans ce bar… Je ne suis pas un prostitué. — Rien ne vous empêche de voir des clients en dehors du bar ? Je peux payer… 4


Sable Mouvant —

Garder votre argent ! répliqua sèchement Jérémy.

Une pipe ? Allez cinq cent euros ? C’est bien payé non ?

Le regard polaire, le barman fixa son interlocuteur en colère cette fois-ci. Ce n’était pas la proposition qui le choquait, il en avait eu beaucoup de semblables, quoique moins cher la passe. Non, c’était l’arrogance et l’ironie dans son attitude ; ce regard qui le détaillait comme un vulgaire morceau de viande, ces lèvres pleines qui affichaient une moue suggestive. Jeremy fronça légèrement les sourcils. Quelque chose… —

Comme tu veux… bonne soirée.

Et l’homme quitta les lieux, comme ça, après avoir jeté un dernier regard à sa montre. Jeremy s’aperçu qu’il faisait de l’apnée depuis un petit moment. Reprenant de l’air, il remarqua Bastien un amoureux transit de la première heure, le dévisager moqueur. — Eh bien… moi qui pensais que tu étais un monceau d’indifférence… Il te plaît ! —

Ne raconte pas n’importe quoi…

— Lui aussi, tu lui plais… S’il avait pu, je pense que tu aurais fini les cuisses écartées sur le comptoir ! —

Imbécile !

Jeremy se détourna pour débarrasser. Les clients commençaient à quitter les lieux et Bastien toqua sur le comptoir avant de partir. —

Fais attention à toi… 5


Marlène Jedynak Le barman haussa les épaules et ne prit pas la peine de répondre. Rapidement, il fit le tour du bar et rangea la salle avant de fermer. Son esprit revenait malgré lui sur ce drôle de type qui l’observait sans rien dire, sauf que… cette proposition… Elle avait tout gâché ! Jeremy n’y pouvait rien. C’était un indécrottable romantique. Des hommes qui le désiraient, il en avait vu des tas. Des propositions… il ne les comptait plus. Mais rien n’y faisait… Il adorait Dirty Dancing, Titanic, Quand Harry rencontre Sally, le Goût de la Vie… Jeremy pouvait citer des centaines de titres. Merde ! Pourquoi ce privilège était-il réservé aux filles ? Lui aussi aimerait rencontrer le prince charmant. Au lieu de ça, systématiquement, on lui proposait de payer ses services. Un soupir passa ses lèvres. Fatigué ! Voilà… fatigué de tous ces mecs qui ne voyaient en lui qu’un « trou à fourrer » pour parler vulgairement. En rentrant chez lui sur son vieux scooter, aux heures où les autres se levaient, Jeremy zigzaguait sur la route et songeait que la vie était mal fichue. Le regard noir l’obséda encore un long moment avant qu’il ne tombe dans les bras de Morphée. °°0o0°° Le bar était presque vide ce soir là. Le milieu de semaine était de toute façon très calme et Jeremy ne faisait pas beaucoup d’extra. Son regard fouilla inconsciemment les lieux. Pas là ! Cela faisait presque deux semaines que cet inconnu venait tous les soirs, mais là, il brillait par son absence. Pourtant, c’est ce qu’il avait souhaité durant la dizaine de nuits où cet homme était assis là, toujours à la même place au coin du bar, non 6


Sable Mouvant loin des pompes à bières. Une impression de grand vide et de froid le tenaillait. Pourquoi n’était-il pas là ? S’était-il lassé ? Il était vrai que depuis le premier soir, ce type ne lui avait fait aucune autre proposition. Toujours assis, à siroter un cocktail, jamais le même d’ailleurs, à le dévisager en silence. Depuis l’arrivé de Stan (c’était ainsi que l’avait surnommé Jeremy dans son imaginaire), plus aucun clients ne l’abordaient. Comme si ce dernier avait marqué son territoire. Ou bien, était-ce que les clients remarquaient son intérêt voilé pour Stan ? La soirée lui parut interminable. Ses yeux se posaient invariablement soit sur le siège laissé vide au coin du bar, soit vers la porte d’entrée double battant ouverte en grand, guettant inconsciemment son arrivé. Peut-être avait-il eu un accident ? À moins que ce type ne soit retourné quelque part en province et que son voyage d’affaires ne soit fini ? Jeremy se fit une montagne de scénarios. Certains vraisemblables, d’autres complètement stupides… mais il évitait d’envisager le pire, enfin essayait. Son cœur cognait douloureusement dans sa poitrine. Oh… son cœur tambourinait comme jamais auparavant. Finalement, il en était au point de regretter de ne pas avoir accepté la proposition. Après tout, combien de types l’attiraient comme son charismatique inconnu ? Jeremy rentra déprimer une nouvelle fois… comme on dit « demain est un autre jour » ! L’espoir faisait vivre après tout…

°°0o0°°

7


Marlène Jedynak Penché sur son scooter, Jeremy tentait de comprendre ce qui clochait chez lui. Sa casquette en arrière, une sucette à la fraise coincée au coin de sa bouche, une barre soucieuse plissait son front. La mécanique et lui, normalement ça collait bien… mais là, il séchait ! Et le soir même, il devait manger chez son grand-père pour un repas de famille… pas question d’appeler un taxi ! Ses doigts jouaient inconsciemment avec une clef, alors que sa langue déplaçait la sucette dans sa bouche. Peut-être que son vieil engin, malgré tous ses soins, avait rendu l’âme ? C’était la poisse si c’était vraiment le cas ! Ses moyens financiers étaient maigres, voir inexistant actuellement. Ses économies étaient passées dans un écran plat avec home vidéo, assorti d’une nouvelle console de jeu. Certes, il avait songé à se mettre de l’argent de côté pour le remplacement de son scooter mais Jeremy était persuadé qu’il tiendrait encore un an ! Quel gâchis… songea-t-il, dépité. — Ce n’est pas en fixant le moteur que tu vas faire démarrer ta machine… Surpris, le jeune homme se tourna vers… Stan ! Ce type se tenait à quelques mètres de lui, en costume trois pièces sombre. Sa chemise étincelante faisait ressortir sa peau légèrement bronzée. Il était beau… pas de cette beauté lisse des publicités mais de celle que l’on acquiert au fil des années. Stan respirait la force tranquille et l’argent. Que faisait-il ici ? Son interrogation devait passer sur ses traits car l’homme sourit et s’approcha — Je suis venu pour affaires dans le quartier. Je ne m’attendais pas à te rencontrer. 8


Sable Mouvant —

Et moi donc…, murmura Jeremy toujours sous le choc.

L’homme se mit accroupi à ses côtés et Jeremy senti une délicieuse odeur boisée et musquée lui titiller délicieusement l’odorat. Son cœur battait comme un fou. Le jeune homme, mal à l’aise, tentait de cacher son trouble… Comme Stan lui avait manqué. Il remercia la providence qui le replaçait sur sa route. Jeremy remarqua brusquement que son interlocuteur lui parlait. Il rougit, il n’avait rien entendu. —

Hum… Excusez-moi… murmura-t-il au comble de la gêne.

Tu ne m’écoutais pas ?

Je… je suis tellement surpris de vous revoir que…

L’homme sourit et Jeremy se redressa gêné. — Tu fais vraiment gamin, lorsque l’on te voit de prêt… et dans cette tenue. — Je n’allais pas mettre un costume pour réparer mon scooter ! protesta Jeremy aigrement. Le barman replaça sa sucette dans sa bouche. L’inconnu avait suivi son geste du coin de l’œil, le troublant un peu plus au passage. Et puis, se faire appeler gamin par lui… c’était la fin du monde. Apparemment, cela l’amusait. —

Mais tu es toujours aussi séduisant, si cela peut te rassurer.

Jeremy le foudroya du regard. Cette foutue arrogance ! —

Je suis heureux de te rencontrer à nouveau. 9


Marlène Jedynak Cette déclaration ferma la bouche de Jeremy qui ne s’y attendait pas. Il haussa les sourcils interrogateurs. En fait, il était désarmé. Stan avait l’air sérieux, et la lueur ironique qu’il avait vue au cours de leur première rencontre avait disparu. Des chatouillis vinrent caresser le creux de son estomac. Le jeune homme respira doucement. Tendant brusquement la main, il déclara abruptement —

Je m’appelle Jeremy…

L’homme observa sa main un instant, avant d’y glisser la sienne. Le barman frissonna. L’étreinte était chaude et enveloppante. Totalement déconcertante. Son regard envoûté par celui de son interlocuteur qui lui souriait sincèrement. — Ce prénom m’est familier… Je m’appelle Absalon, et je suis vraiment heureux de pouvoir te parler en dehors du bar. —

Absalon ? s’étonna Jeremy

Peu courant, hein ?

Le sourire dont il gratifia Jeremy, lui fit battre le cœur. La musique d’un portable résonna. Absalon chercha dans sa poche intérieure de veste et récupéra son téléphone pour lire son message. — Oh… je vais devoir te laisser. J’ai un rendez-vous ce soir, grimaça l’homme visiblement contrarié, mais j’aimerai te rencontrer à nouveau… —

Pour une passe ? demanda Jeremy, ironique malgré lui.

À sa grande surprise, Stan… il ne pouvait pas s’empêcher d’utiliser ce prénom, l’autre était trop exotique à son goût, caressa sa joue d’un 10


Sable Mouvant revers de main avec tendresse. Jeremy déglutit, hypnotisé par son interlocuteur. — Je m’excuse pour cela. Inutile de le cacher… dès que je t’ai vu, j’ai eu envie de toi. Tu brillais tel un joyau derrière ton bar… — Ne me prenez pas pour un imbécile… Ses paroles réserver-les pour un autre. —

Pourquoi… tu ne le ressens pas Jeremy ?

Qu…

— Ce trouble à chaque fois que tu poses les yeux sur moi ? coupa Absalon très sérieusement. J’éprouve la même chose. Je ne peux pas m’empêcher de te regarder. J’ai envie de te toucher. C’est un peu comme si… comme si je te connaissais déjà. Jeremy s’aperçu d’un mouvement sur le côté et constata que la main de cet homme avait glissé contre sa nuque avec douceur. Ce geste intime ne passait pas inaperçu. Ils étaient le point de mire de toute la petite place sur laquelle ils se trouvaient. Le barman repoussa la main d’un geste maladroit, ses doigts s’attardant une fraction de seconde sur cette peau. —

On nous regarde…, marmonna Jeremy au comble de la gêne.

Je voudrai t’embrasser…, chuchota Absalon.

Jeremy se pencha à nouveau pour reprendre contenance et ramassa toutes ses affaires, en faisant abstraction de son vis-à-vis. Il jeta son bâton de sucette dans sa caisse à outils. La fièvre qui s’était emparée de lui redescendait trop lentement à son goût. 11


Marlène Jedynak —

Non ?

Cette question lui fit relever la tête. Un blanc s’opéra dans la tête du jeune homme. Son estomac se tordait à nouveau. L’envie d’une étreinte le surprenant avec force. —

Ecoutez… je… je…

Jeremy détourna le regard et termina de ranger ses outils. Se redressant, il murmura sans oser dévisager Stan. —

Un seul baiser ?

Juste un… sourit l’homme.

Suivez-moi…

Jeremy se dirigea vers son immeuble Haussmannien et traversa le porche refermé par deux grandes portes. Le jeune homme traversa la cours intérieure pour entrer dans son appartement. La porte refermée sur sa petite serre, où s’entassaient de nombreuses plantes variées et fleuries pour certaines, il se tourna vers Absalon qui l’enlaça sans tarder. Le corps athlétique qui se pressait contre le sien et la bosse en bas du pantalon identique à la sienne, le fit soupirer. Le barman se mordit la lèvre, alors qu’Absalon souriait. —

Tu en as autant envie que moi… Jeremy.

La bouche de l’homme se ferma sur la sienne. Le barman attrapa les revers de la veste et les serra entre ses doigts. Ces lèvres douces et exigeantes à la fois. Jeremy ferma les yeux. Il avait l’impression de vivre une scène de roman ou de film… il ne savait plus très bien et il 12


Sable Mouvant s’en fichait. Ces doigts qui caressaient son corps, l’exaltaient. C’était si bon. Lorsque la langue d’Absalon demanda de franchir le passage de ses lèvres, Jeremy accéda à ses désirs. Sa tête lui tournait. Que lui arrivait-il ? Jamais il n’avait cédé ou avait eu ce type de relation. Tout ce qu’il connaissait de lui, c’était son prénom : Absalon. Ses sens s’enflammaient au moindre regard. Entre les halètements qu’ils poussaient, fou de désir, le léger chuintement que produisit la fermeture éclair de son pantalon ne l’alerta pas. Jeremy ne voulait pas être en reste, il s’attaqua à la boucle de pantalon et à la fermeture éclair qui se montra quelque peu récalcitrante. Ou bien était-ce lui qui était trop pressé ? Un rire bas et grave vibra contre son oreille, suivi d’une langue qui lécha le coin de celle-ci. —

Jeremy…

Cet appel étrange entre ses lèvres le bouleversa. Lui n’osait pas parler. La morsure légère sur son lobe d’oreille le fit frissonner davantage, alors que sa main serra le membre brûlant d’Absalon. Caché derrière des plantes hautes dans cette véranda où il n’y avait presque pas de place, le jeune homme se laissait aller au désir brut. Les lèvres d’Absalon léchaient son buste découvert tout en soulevant son t-shirt. Lui se laissait aller contre son épaule, sa main caressant toujours le sexe de cet homme. —

Jeremy…

Une nouvelle fois son nom. C’était grisant, plus que n’importe quel cocktail. La main du jeune homme dévala vers la nuque d’Absalon, ses 13


Marlène Jedynak phalanges découvraient les mèches courtes, jouèrent avec elles, les tirant par instant de manière plus forte. Jeremy lécha sa lèvre inférieure lentement, alors qu’une bouche se saisissait de son sexe, suçotant son gland, léchant sa hampe droite comme un I. Jeremy glissa un coup d’œil vers son partenaire qui le fixait d’un regard assombri par la passion. Le jeune homme eut un petit sourire et glissa son index dans la bouche. Ses paupières se fermèrent à demi, laissant filtrer un regard lourd. Lentement et suggestivement, en émettant un bruit léger de succions, le barman alluma son amant. Ce dernier approcha son index. Jeremy se pencha et le goba, le lubrifiant de salive. Les deux hommes se dévisageaient avec la même fièvre. Le cœur de Jeremy battait si lourdement dans sa cage thoracique. Il ne savait pas vers quel genre de relation il dérivait mais il se laissait emporter par les bourrasques qui secouaient son corps et son cœur. Lorsqu’Absalon récupéra son index, il le fourra entre ses fesses. Jeremy émit un léger hoquet de surprise. —

Tu aimes ? Jeremy… Regarde-moi…

Le barman observa son amant, qui lui souriait toujours accroupi devant sa verge, qu’il lécha à nouveau avec gourmandise. Être pris là… caché par quelques plantes à peine, cela l’excita. Si un jour on lui avait dit, il aurait farouchement défendu son honneur. Mais là… ses repères avaient été balayés un soir, une dizaine de jours auparavant. Oubliant toute retenu Jeremy haleta plus fort. Cette langue humide qui descendait toujours plus bas, qui léchait à présent ses bourses, l’affolait. Les yeux du jeune homme se plissèrent sous le plaisir procuré par la caresse. 14


Sable Mouvant Prenant appui sur une chaise de jardin toute proche, alors qu’Absalon se déplaçait toujours accroupi vers l’arrière de son anatomie ; ses doigts se crispèrent sur le montant du mobilier. Les mains de son amant n’avaient pas coupé le contact en le frôlant avec sensualité. A présent, Absalon lui dévora littéralement le cul, l’humidifiant, le lubrifiant, lui donnant des vapeurs au passage. Emporté par ses sensations, le jeune homme se caressait le corps avec volupté, ses dents s’enfonçant dans sa lèvre inférieure. Son partenaire n’était clairement pas un novice. Tenu fermement aux hanches par son partenaire, le rendant stable dans sa position, Jeremy s’abandonna à un va et vient sur son sexe, augmentant son plaisir. À moitié déshabillé, ne restant qu’en T-shirt, le pantalon aux chevilles, il attendait… espérait… désirait qu’Absalon le prenne enfin. La langue lascive remonta le long de son épine dorsale, pour taquiner sa nuque ; ses dents prenant le relai pour le mordre, laissant certainement son emprunte dans sa chair. Le corps de son amant recouvrait maintenant le sien, l’enveloppant de sa chaleur et son parfum boisé et musqué tout à la fois, l’envouta. Une queue se blottit entre ses fesses. Cette dernière était enserrée dans un préservatif. Quand l’avait-il mit ? Le jeune homme fut gentiment poussé en avant, alors que la verge tendue d’Absalon le pénétrait lentement. Un soupir de soulagement le traversa. —

Plus fort… chuchota le jeune homme. 15


Marlène Jedynak Les mouvements de va et vient se firent intense dès le début, arrachant des gémissements de douleurs et de plaisirs mêlés. Jeremy se redressa et se cambra, tournant son visage vers son amant qui s’empara de sa bouche avec passion. Les mains du jeune homme se calèrent derrière la nuque d’Absalon. C’était si bon que son excitation portée à son comble le fit jouir plus vite qu’il ne l’aurait aimé. Il eut un soupir de frustration. —

Je vais venir aussi… Moi aussi, je suis excité…

Le souffle court contre sa nuque, le raidissement du corps derrière lui confirma les dires d’Absalon qui se laissa choir contre son corps. Jeremy eut un sourire et laissa les mains de son amant lui entourer la taille, se rejoignant autour de son ventre plat. —

Tu es si mignon, Jeremy…

Le jeune homme remarqua soudainement l’endroit où il se trouvait et se racla le fond de gorge. Ses joues étaient écarlates. Mince, jamais il n’avait songé se retrouver en pareille situation. Que lui avait-il pris ? Se rendant compte de son changement d’humeur, Absalon le libéra. — Euh… commença maladroitement Jeremy… voulez-vous boire un verre ? — Non… j’ai un rendez-vous ce soir. Mais, une prochaine fois avec grand plaisir. Jeremy, qui avait enfilé ses vêtements promptement et se tourna pour la première fois vers Absalon. Celui-ci le dévisageait chaleureusement, le déroutant, en même temps que s’insinuait en 16


Sable Mouvant Jeremy une agréable sensation d’euphorie. L’amour et la passion pouvaient-ils cohabiter ? Absalon réajusta sa cravate et replaça sa veste, tandis que le jeune homme suivait ses gestes, songeur. Son amant avait un rendez-vous… Rendez-vous galant ? Comme s’il lisait en lui comme dans un livre ouvert, Absalon lui caressa la joue avec tendresse. — Ne t’inquiète pas… si je peux, je me dégagerai pour venir te voir. En attendant, soit sage… Absalon l’embrassa rapidement et quitta les lieux après un dernier geste d’adieu. Jeremy resta immobile, stupéfait. Que venait-il de lui arriver ? Il ne connaissait pas son nom et n’avait pas son numéro de téléphone. Il devrait attendre le bon vouloir de cet homme. Jeremy songea brusquement à sa propre réunion de famille. Et c’était pour fêter l’anniversaire de son grand-père donc inutile d’imaginer de ne pas y aller. Le jeune homme regagna sa salle de bain et remarqua les traces de suçons sur sa peau lorsqu’il se déshabilla. Ses doigts effleurèrent la marque laissée sur sa nuque. Mis à part la morsure, il n’avait rien remarqué… Jeremy se frotta partout, tout en se remémorant cette étreinte passionnée. Le temps avait cessé d’exister. Sortant de la douche, complètement assommé de se découvrir une facette aussi lascive et ardente, Jeremy se prépara lentement. Tant pis, finalement il appellerait un taxi. Son courage l’abandonnait. °°0o0°°

17


Marlène Jedynak Sonnant à la porte de la maison de campagne de son grand-père, Jeremy scrutait les alentours. Il y avait foule apparemment ce soir. Certainement des gens qu’il ne connaîtrait pas. La porte s’ouvrit sur sa grand-mère, Marie-Claude, qui l’accueilli avec un grand sourire. — moi.

Jeremy ! Nous n’attendions plus que toi… Tu es en retard dis-

— J’ai été coincé dans un embouteillage. marmonna le jeune homme mécontent après avoir payé la facture du taxi. — Enfin, le principal c’est que tu sois arrivé. Tu as pris un taxi ? s’étonna Marie-Claude. —

Mon scooter est mort.

Ah… Entre ! Ne reste pas sur le seuil.

Le jeune homme reconnu sa belle-mère dans le couloir. Cette dernière lui accorda un sourire chaleureux. Ils s’entendaient plutôt bien. Il l’a salua et Gaëtan vint les rejoindre. —

Qu’est-ce que tu foutais ? grogna-t-il.

— Gaétan ! Ne parle pas comme ça à ton frère… et il n’a pas de compte à te rendre. — Alors pourquoi tu me demandes toujours des comptes quand je suis en retard ? —

Du calme, du calme les enfants.

18


Sable Mouvant Etonné, Jeremy se tourna vers son père. Ce dernier paraissait vraiment très joyeux. Ce qui était rare ses derniers temps. Il haussa les sourcils, en une interrogation muette. — Oh Jeremy… Je suis vraiment heureux de te voir. Tiens, tu vas revoir quelqu’un que tu n’as pas vu depuis au moins dix-sept ans… Hein Absalon ? Depuis combien de temps as-tu quitté la maison ? Jeremy leva lentement le visage vers l’homme qui se tenait auprès de son père. Le regard qu’il rencontra était aussi hagard que le sien. —

Jeremy… Voici ton oncle !

Le jeune homme fixait Absalon, hébété. Ce dernier lui rendait son regard. Son père s’extasiait sur le retour du petit frère prodige. Enfin, il n’en était pas sûr… Il ne captait plus rien. Jeremy eut l’impression que son esprit s’engloutissait dans un trou noir sans fond. Il ouvrit la bouche mais il ne fut pas très sûr du son qui en sorti.

19

Sable mouvant  

Chapitre I, roman boy's love. Jeremy fait un soir une rencontre troublante avec un inconnu au regard de braise...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you