Page 1

Rencontre(s) avec

Edouard Molinaro

VENDREDI 28 ET SAMEDI 29 MAI 2010

CINÉ REX LA RÉOLE 1


Sommaire : Présentation La Leçon de Cinéma d'Édouard Molinaro

pages 1 à 5

page 5

Édouard Molinaro présente « Mon oncle Benjamin »

pages 5 et 6

« Intérieur Soir », dédicaces

page 6 et 7

Carte Blanche à Édouard Molinaro

page 7

2


Le vendredi 30 mars 1990, L'Ecran Réolais, association de militants cinéphiles nouvellement créée, rouvrait les portes du Cinéma Rex à La Réole avec une avant-première du film "Un jeu d'enfant" en présence de son réalisateur Pascal Kané et du cinéaste Edouard Molinaro... L'Ecran Réolais fête en 2010 ses 20 ans de « bons et loyaux services ». 20 années faites de joies, de challenges, de hauts, de bas, de moments de fêtes, d'autres plus laborieux, de nombreuses évolutions, de nombreuses rencontres, échanges, expériences. Tout ce qui fait que cette association « débutante » en 1990 a su au fil des ans se faire une place importante dans le paysage culturel en Réolais, ainsi que dans le maillage des salles de la région. Jusqu'à aujourd'hui, où forte de ce développement, elle peut proposer au public de nombreuses soirées au Ciné Rex, discussions-débats, sélection Art&Essai, nombreux Ciné-Goûters, avant-premières, découvertes de films du répertoire, Ciné-Concerts, Nuits du Doc, et des rencontres avec des professionnels du cinéma...

Nous sommes heureux de vous convier à des rencontres exceptionnelles avec un grand réalisateur français, connu, et reconnu, et par la même occasion un enfant du pays...

EDOUARD MOLINARO Réalisateur, scénariste et acteur Édouard Molinaro est né le 13 mai 1928 à Bordeaux (33). Très tôt cinéphile, il réalise de nombreux court métrages amateurs dans sa jeunesse, qu'il passe en Gironde, entre Bordeaux et La Réole. Il entre dans le monde du cinéma par l'assistanat (André Berthomieu, Maurice de Canonge). En même temps, il continue à perfectionner sa technique grâce aux films industriels, puis à des petits films de fiction. Son premier long-métrage sort en 1957 et reçoit un accueil positif de la critique. Contemporain de la Nouvelle Vague, il en restera toujours en marge. Après plusieurs films policiers qui rencontrent le succès, il devient un réalisateur de premier plan au début des années 1960. En 1961, il fut membre du Jury à Cannes. Il confirme son statut avec plusieurs comédies à succès dont deux films successifs avec la vedette des années 1960, Louis de Funès (« Oscar » et « Hibernatus »). Malgré son implication dans un cinéma classé plutôt « commercial », il affirme son style dans quelques films plus originaux. Ainsi, parmi ses œuvres marquantes, ressort « Mon oncle Benjamin » avec Jacques Brel en 1969. Une collaboration artistique d'une part, mais aussi une forte amitié qui le motivera à travailler de nouveau avec Brel dans « L'emmerdeur » en 1973. Au début des années 1970, fort de son statut, il se tourne vers des œuvres plus personnelles. On lui doit à cette époque également une œuvre méconnue et intelligente sur le destin, « L'Ironie du sort » (1974). Il a néanmoins du mal à se défaire de l'image de réalisateur de comédies. Il en réalisera d'ailleurs trois, parmi les films français les plus 3


connus : « La cage aux folles » (1978), sa suite (1980), après « L'emmerdeur » (1973). Dans les années 1980, il tournera trois films avec Daniel Auteuil dont « L'amour en douce » où il révèle Emmanuelle Béart. Dans les années 1990, il obtint sur le tard un début de reconnaissance publique et critique grâce à l'adaptation de la pièce « Le Souper » (1992) et « Beaumarchais, l'insolent » (1996) avec Fabrice Luchini dans le rôle du célèbre écrivain, tournée à partir d'un scénario inachevé de Sacha Guitry. Il reçoit la même année le Prix René Clair, récompensant plus de quarante années de carrière. Il est plus présent à la télévision dans les années 1990 et 2000, avec quelques téléfilms (« Au bon beurre », « La femme abandonnée », ...) et la réalisation de plusieurs épisodes de séries telles que « Le tuteur » avec Roland Madgane, ou « H » avec Eric, Ramzy et Jamel Debbouze, chez qui il décèle un grand talent en devenir. En 2009, une éditrice le convainc d'écrire son autobiographie. Il choisit de relater sa vie sous forme de souvenirs, qui divisent l'œuvre en chapitres : des rencontres, des expériences, des femmes, des films. « Intérieur Soir » paraît en décembre 2009.

Filmographie long-métrages cinéma (comme réalisateur) • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

1958 1959 1959 1960 1961 1962 1962 1962 1964 1964 1965 1967 1967 1969 1969 1970 1971 1972 1973 1973 1974 1975 1976 1977 1978 1979 1980 1980 1982 1984 1985 1985

: : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : : :

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Le Dos au mur » Des femmes disparaissent » Un témoin dans la ville » Une fille pour l'été » La Mort de Belle » Les Ennemis » Les Sept Péchés capitaux » Arsène Lupin contre Arsène Lupin » Une ravissante idiote » La Chasse à l'homme » Quand passent les faisans » Peau d'espion » Oscar » Hibernatus » Mon oncle Benjamin » La Liberté en croupe » Les Aveux les plus doux » La Mandarine » Le Gang des otages » L'Emmerdeur » L'Ironie du sort » Le Téléphone rose » Dracula père et fils » L'Homme pressé » La Cage aux folles » Cause toujours... tu m'intéresses ! » Les Séducteurs » (Sunday Lovers) La Cage aux folles 2 » Pour 100 briques t'as plus rien... » Just the Way You Are » Palace » L'Amour en douce » 4


• 1988 : « À gauche en sortant de l'ascenseur » • 1992 : « Le Souper » • 1996 : « Beaumarchais, l'insolent » (sources : Wikipedia, Allociné, « Intérieur Soir » chez Anne Carrière Editions)

---

Rencontre(s) avec Édouard Molinaro LA LEÇON DE CINÉMA D'ÉDOUARD MOLINARO Vendredi 28 mai 2010 15h00 Cinéma Rex La Réole (33) Au travers d'extraits de ses films, de citations, d'anecdotes, le cinéaste Edouard Molinaro reviendra sur sa riche carrière et répondra aux questions des spectateurs participants (événement gratuit ouvert au public - priorité aux lycéens et aux collégiens dès la 5ème). Gratuit – Sur réservation auprès de L'Ecran Réolais et avant le 24 mai 2010. Contact : ecran@cinerex-lareole.com / Fax : 05 56 71 02 60 / Tél. : 06 84 34 72 49 (Jérôme)

Nous vous recontacterons très vite pour vous informer de la prise en compte de votre pré-inscription. Attention : le nombre de places étant limité à 235, nous donnons la priorité à ceux qui répondront le plus rapidement ! ---

ÉDOUARD MOLINARO PRÉSENTE « MON ONCLE BENJAMIN » Vendredi 28 mai 2010 20h30 Cinéma Rex La Réole (33) MON ONCLE BENJAMIN Comédie de Édouard Molinaro (Fr, It, 1969) avec Jacques Brel, Claude Jade, ... Le scénario s'inspire du roman du clamecycois Claude Tillier (1801-1844), Mon oncle Benjamin, publié en 1843. Sous le règne de Louis XV, Benjamin Rathery (Jacques Brel) est médecin de campagne, principalement des pauvres de la région. C'est également un ripailleur perpétuel et un coureur de jupons invétéré, mais une seule fille, dont il est follement amoureux, lui résiste : Manette (Claude Jade), la fille de l'aubergiste. 5


Mais celle-ci n'entend céder au médecin qu'au prix d'un contrat de mariage en poche. Manette est surveillée par son père, qui fait tout pour protéger la virginité de sa fille, qu'il appelle son "petit capital". Sa jolie frimousse, son espièglerie, ses sourires font fondre Benjamin ; mais, loin d'être une écervelée, Manette est une fille qui a du caractère et qui sait ce qu'elle veut et cela se voit. Le franc-parler de Benjamin, et son sentiment d'être égal aux nobles, vont valoir au roturier quelques petits ennuis. Un film auquel Édouard Molinaro tient beaucoup, avec son ami Jacques Brel. Un pamphlet au temps des Lumières, libre, joyeux et libertin. Il le présentera lui-même lors de cette soirée, et sera présent en fin de séance pour répondre aux questions du public. Tarifs habituels du Ciné Rex – 5,50 € / réduit 4,50 € pour les moins de 18 ans, étudiants et sans profession. Achat des places possible à partir du lundi 24 mai (horaires de permanences communiqués prochainement). ---

« INTÉRIEUR SOIR » SÉANCE DE DÉDICACES Samedi 29 mai 2010 de 10h00 à 12h30 Librairie-Papeterie du Réolais – La Réole (33) Le récit d’un cinéaste hors du commun par Elsa Menanteau, lundi 4 janvier 2010 – toutpourlesfemmes.com

Avec "Intérieur soir" qu’Edouard Molinaro vient de publier (éditons Anne Carrière), le cinéaste revient sur une carrière commencée il y a cinquante ans. Lui qui a connu des succès commerciaux énormes et fait tourner les plus grandes vedettes de la seconde moitié du XXe siècle, porte un regard mesuré et non dénué d’humour, sur un itinéraire exceptionnel. Brigitte Bardot, Alain Delon, Annie Girardot, Louis de Funès, Claude Brasseur, Emmanuelle Béart… et tant d’autres auront rythmé la carrière d’Edouard Molinaro. Ce cinéaste qui vient de publier ses mémoires « Intérieur soir » (éditons Anne Carrière), n’est jamais là où il pourrait être attendu. A voir sa filmographie, on pourrait l’imaginer sûr de lui-même, voire un tantinet arrogant, comme cela se pratique volontiers dans le monde du show biz. N’a-t’il pas réalisé près d’une quarantaine de films qui ont, pour beaucoup, marqué leur temps ? Il n’en est rien. Edouard Molinaro, tout en réserve, sourire, voix douce donne l’impression d’être presque étonné. « Intérieur soir » le titre de l’ouvrage qui rappelle les indications formulées dans les tournages, est aussi révélatrice de l’homme : intériorisé… et puis cumulant quelque 50 années derrière la caméra. Ce cinéaste qui a réalisé des films considérés comme des sommets du rire, dit ne jamais rire. « Mais cela ne veut pas dire ne pas m’amuser » précise-t’il. Edouard Molinaro parle de son « rire intérieur ». D’ailleurs de ses grands succès commerciaux – « Oscar » avec Louis de Funès, ou « La Cage aux folles » avec Michel Serrault et Ugo Tognazzi, il ne garde que des souvenirs mitigés, voire franchement désagréables. De Funès a suspendu 6


le tournage. Explication : « Reproche suprême ! Je ne riais pas quand il jouait la comédie ». Quant à Tognazzi il a endossé le rôle de la diva. « Il refusait de parler français comme son contrat le prévoyait. Il n’apprenait plus son texte et inventait des répliques. » A la fin des années 1950 le cinéma s’entiche de la « nouvelle vague », Molinaro continue sur sa lancée. « J’espérais me rapprocher du modèle américain de cette époque, dans la veine du polar. Les réalisateurs de la nouvelle vague venaient de la critique, de l’écriture. Je venais de la technique ». De même, dans les années 1970, il tourne pour la télé, au grand dam de ses producteurs. « J’aime les beaux textes. Et seule la télévision était en mesure de donner une place à Colette, Balzac, ou Stephan Zweig ». Ses plus beaux souvenirs, ses films préférés restent « Mon oncle Benjamin » l’histoire de ce médecin du XVIIIe siècle, un brin libertin, incarné par Jacques Brel ; plus récemment « Le Souper » et « Beaumarchais, l'insolent » auquel Luchini prête sa voix et sa diction si particulières. « Ces trois films sont liés à l’esprit des Lumières. C’est là ma culture et mon goût. » Gratuit – Livres « Intérieur Soir » en vente sur place à la librairie ---

CARTE BLANCHE À ÉDOUARD MOLINARO Samedi 29 mai 2010 20h00 Cinéma Rex La Réole (33) CITIZEN KANE Drame, polar de et avec Orson Welles (USA, NB, 1940) et aussi Everett Sloane, Joseph Cotten, ... Film en version originale sous-titrée Au début des années 1940, Charles Foster Kane meurt dans son manoir de Xanadu, en prononçant dans un dernier souffle « Rosebud » (« bouton de rose »). Ce dernier mot énigmatique attire la curiosité de la presse. Le journaliste Thompson est chargé de l'enquête, et va rencontrer différentes personnes ayant côtoyé Kane. Ces rencontres sont accompagnées à chaque fois de flashbacks qui lèvent toujours un peu plus le voile sur sa vie. Édouard Molinaro a choisi de vous présenter un de ses films préférés (qui est pas la même occasion un des plus grands films de tous les temps), le chef d'œuvre d'Orson Welles : « Citizen Kane ». La vision et la critique d'un grand cinéaste sur un film mythique d'un auteur génial et désinvolte qui a marqué pour toujours l'Histoire du Cinéma. En première partie : concert 'spécial musiques de films' par « Entre 2 Sons » (orchestre de la Communauté de Communes du Réolais). Tarifs habituels du Ciné Rex – 5,50 € / réduit 4,50 € pour les moins de 18 ans, étudiants et sans profession. Achat des places possible à partir du lundi 24 mai (horaires de permanences communiqués prochainement). 7

Rencontre(s) avec Edouard Molinaro a La Reole (33)  

Le programme complet des Rencontre(s) avec Edouard Molinaro a La Reole (33) les 28 et 29 mai 2010 a l'occasion des 20 ans de L'Ecran Reolais...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you