Issuu on Google+

VINCENT PARONNAUD

Les suppléments du quotidien

Supplément gratuit au journal du samedi 6 octobre 2012. Ne peut être vendu séparément


2-2 Sup_642 17e Festival international des jeunes réalisateurs

SAMEDI 6OCTOBRE 2012 WWW.SUDOUE ST.FR

Mélanie Laurent, Zabou Breitman, Michel Piccoli ou encore Maïwenn qui a fait un triomphe l’an dernier avec « Polisse » sont passés par le festival. PHOTOS ARCHIVES « SO »

Leurs premiers pas ici DÉNICHEUR En repérant et en sélectionnant les talents naissants de la réalisation, en pariant sur ceux qui pourraient compter demain, le Festival contribue à écrire l’histoire de beaux succès RAPHAËLLE GOURIN r.gourin@sudouest.fr

tre aux prémices de beaux parcours. Être des débuts de ceux qui compteront demain. Encourager par une sélection et, coup de pouce non négligeable, décerner un ou plusieurs Chisteras, lors de la cérémonie de clôture. Dénicheurdetalents,leFestival international des jeunes réalisateursdeSaint-Jean-de-Luzquimet souslalumièredepuisdix-septans maintenant des premiers et seconds films, l’est assurément. De quoi ne pas cacher sa fierté d’avoirdonnésachanceici,parmi tant d’autres au Guillaume Canet d’avant le gigantesque succès des «Petitsmouchoirs».LeJean-Pierre Améris d’avant « Les Émotifs anonymes»oùIsabelleCarréetBenoît Poelvoorde dessinaient joliment l’histoired’amourdedeuxgrands

E

timides en fut aussi. « Il était dans la sélection du tout premier festival avec son second film, “Les Aveuxdel’innocent”,etdepuisila eu de très beaux succès », liste PatrickFabre,ledéléguéartistiquedu festival.

Leflairluzien MichelPiccoli,ZabouBreitmanou encoreJonathanNossitersontpassés par Saint-Jean-de-Luz. Ce dernierétaitlà,repérébienavantson «Mondovino». «Deshistoiresdebellescarrières, ilyenaplein.Jepenseparexemple àArmandoIannucci,leréalisateur de“Intheloop”.En2009,sonfilm avait eu le Chistera du meilleur film et celui du meilleur réalisateur. Aujourd’hui, il travaille aux États-Unis. Il a créé “Veep”, une sériepourlatélé,etvientd’êtrenommé aux Emmy Awards. » Le jury du festival, en 2006,

n’étaitpaspasséàcôténonplusde Maïwenn. Elle était repartie avec deux Chisteras pour « Pardonnezmoi » projeté pour la toute première fois en public à Saint-Jeande-Luz. Et depuis, quel parcours ! Le film fut deux fois césarisé. Suivi «Lebaldesactrices»,puisletriomphe, l’an dernier, de «Polisse».

« Valérie Donzelli, on a été le tout premier festival à sélectionner son film. Elle, c’est vraiment un talent qu’on a vu éclore » Le flair luzien a fonctionné aussi avecValérieDonzelli,laréalisatrice de«Laguerreestdéclarée».«Ona été le tout premier festival en Franceàsélectionnersonpremier

film, “La reine des pommes”, en 2009. D’autres nous ont emboîté lepasaprès.Elle,c’estvraimentun talent qu’on a vu éclore ici.» Dans les coulisses, avant, pendantlaprojection,l’équipedufestival soutien, scrute les appréhensions des débutants. Ils ont forcément, « si ce n’est une angoisse, du moins une grande attente. » Dans leur film, ils mettent leurstripes,leurâme,leurcœur.Et tant d’espoir. Au point, parfois, de manquer défaillir.

Stressetmalaise Comme la comédienne Mélanie Laurent l’an dernier, en lice avec «LesAdoptés».«Ellen’apasbesoin deréaliserpourexister.Maisc’était sa première projection publique, elleétaitextrêmementstressée,se souvient Patrick Fabre. Un direct pour la télé était prévu avant le film. Elle a fait un petit malaise.»

Remportantaufinal,leChistera du public et celui du jury des jeunes, l’actrice en plein doute s’est muée pour la première fois sous lesyeuxdesLuziensenréalisatrice assumée. Si les critiques dans la presseontétéensuiteplutôtréservées,lesspectateurs,eux,ontaimé son film. De quoi repartir sur un second projet de long-métrage ? Ce n’est jamaissimple.«Ledeuxième,c’est même sans doute le plus difficile, assure le directeur artistique. On est attendu au tournant.» C’estpourquoilefestivaldonne aussi leur chance aux seconds films et continue souvent de soutenir le travail des jeunes pousses delaréalisationsélectionnéesune premièrefois.Lapreuve:IditCebula, Atiq Rahimi ou encore Olivier Baroux, primés pour leurs coups d’essaisréussisàSaint-Jean-de-Luz seront encore là cette année.


SAMEDI 6 OCTOBRE 2012 WWW.SUDOUEST.FR

17e Festival international des jeunes réalisateurs Sup_642 2-3

Touchée par le concept AUDREY FLEUROT L’actrice, découverte à la télé et au cinéma dans « Intouchables », préside le jury 2012 lle est en pleine ascension. Elle est de celles, prédit le directeur artistique Patrick Fabre, qui vont exploser demain. D’ailleurs, elle est déjà en train. SéduiteparleprincipeduFestivalinternationaldesjeunesréalisateurs, entre le tournage des nouveaux épisodesdelasérie«Unvillagefrançais»etuncarnetdebalcinématographique très rempli pour les mois à venir, l’actrice Audrey Fleurot,seralaprésidentedujury2012.

E

« Sud Ouest ». Que connaissezvous du Festival international des jeunes réalisateurs ? Audrey Fleurot. Je l’avoue, je n’en avais jamais entendu parler. Quandonm’aproposéd’yparticiper,jemesuisbiensûrrenseignée etj’aitrouvéleconceptformidable, ça m’a touchée. Qu’on me donne laprésidencedujuryenplus,c’est un honneur. Ça ne se refuse pas. Êtreacteur,c’estunmétierextraordinaire, mais nous ne sommes qu’acteurs. Je veux dire par là que nous ne sommes qu’en bout de chaîne. Là, juger des films, va me permettre de m’inscrire dans le monde du cinéma d’une autre façon.J’aimecetteidée. Peut-on imaginer, dans quelques années, Audrey Fleurot, jeune réalisatrice ? Ah oui ! La réalisation m’attire de plus en plus. C’est aussi parce que j’aiçadansuncoindelatêtequeje suis aussi enthousiaste à l’idée de venir à Saint-Jean-de-Luz. Même si l’envie est forte, ce ne sera quand même pas pour toute de suite. Parce qu’il faut prendre le temps.

CV EXPRESS COMÉDIENNE Audrey Fleurot vient du théâtre. Le grand public l’a découverte à la télévision. Elle était la Dame du Lac dans Kaamelott, elle est actuellement Joséphine Karlsson, l’avocate sans scrupule dans Engrenages, et Hortense Larcher, la femme du maire, dans Un village français. Au cinéma, en 2011 joue dans Intouchables et dans Les femmes du 6e étage. Depuis, elle enchaîne les tournages. On la verra notamment dans le film d’Olivier Baroux et Kad Mérad, présenté en clôture du Festival, Mais qui a (re) tué Pamela Rose ? Elle y campe la présidente… des États-Unis.

Audrey Fleurot prend son rôle de présidente très au sérieux. Elle rêve de débats intenses autour des films avec les autres membres du jury. PHOTO DR

Etpourl’instant,jenel’aipasparce quej’ailachancedetournerbeaucoup. Je touche du bois, mais disons que je réserve ça pour les annéesdechômage!

toussurlamêmelongueurd’onde, ça n’a pas d’intérêt. Je veux qu’on se retrouve à défendre becs et ongles des films que certains ont moinsaimés.Jeveuxquelesargumentsdesautrespuissentm’ame-

« Je veux que les arguments des autres puissent m’amener à changer d’avis » Comment imaginez-vous votre rôle de présidente ? À vrai dire, ça m’impressionne. Je préfère me voir d’abord comme membre du jury, et présidente en plusparcequ’ilenfautbienune.Je débute en la matière alors je ne peux qu’imaginer. Je vois des débriefings, de longs débats avec les autres membres du jury. Si on est

neràchangerd’avis.C’esttrèsexcitant. Vous tournez pour la télévision, vous êtes passée au cinéma et on va vous y voir de plus en plus.

Le jury du cru 2012 ■ MICHAEL COHEN, comédien, réalisateur, auteur, (« Ca commence par la fin », « L’art d’aimer »), nommé aux Molières de la meilleure révélation théâtrale en 2003. JULIEN COURBEY, comédien (« Le ciel, les oiseaux et ta mère », « Faubourg 36 », « Beur sur la ville », la série « Section de recherches »). PAULINE ÉTIENNE, comédienne

(« Le bel âge », « Qu’un seul tienne et les autres suivront »), Chistera de la meilleure actrice en 2009, prix Lu-

mière et nomination au César du meilleur espoir féminin en 2010. CYRIL MENNEGUN, réalisateur (« Louise Wimmer »), sélectionné à Saint-Jean-de-Luz en 2011. ÉLODIE NAVARRE, comédienne

(« Philibert », « L’art d’aimer », la série « Reporters »). THIERRY NEUVIC, comédien (« Ne le dis à personne », « Derrière les murs », « Tanguy et Laverdure », « Code inconnu », les séries « Clara Scheller » et « Mafiosa »).

Pourtant en France, on parle toujours d’une barrière entre petit et grand écran. C’est en train de changer ? Ça commence, oui. Parce qu’il y a aujourd’hui une vraie télé de qualité, qui parle de sujets qu’elle n’osaitpasaborderavant.J’aieula chance de jouer dans de très bonnesséries,j’adoreça.Onpeutfaire grandirsonpersonnagesurlelong terme,lechargerdecequ’ilavécu danslesprécédentsépisodes.Lafaçondontvouslejouezinfluenceles auteurs, ce qui suscite un va-etviententrevousetl’écriture.Çava au-delà du fait d’être acteur. Au cinéma,c’estdifférent,ilyaquelque chosedetrèscourtmaisd’extrêmement intense pour un acteur. À la fin d’un tournage, il faut faire son deuildupersonnage,c’estaussice quienfaitlesel. Recueilli par Raphaëlle Gourin


17e Festival international des jeunes réalisateurs 2-4 Sup_642

SAMEDI 6 OCTOBRE 2012 WWW.SUDOUE ST.FR

SAMEDI 6 OCTOBRE 2012 WWW.SUDOUEST.FR

17e Festival international des jeunes réalisateurs Sup_642 2-5


2-6 Sup_642 17e Festival international des jeunes réalisateurs

SAMEDI 6OCTOBRE 2012 WWW.SUDOUE ST.FR

Olivier Baroux le fidèle RENCONTRE Le réalisateur et son complice Kad Mérad présenteront « Mais qui a (re)tué Pamela Rose ? » en clôture du Festival samedi prochain. Baroux a de fortes attaches familiales au Pays basque CHRISTOPHE BERLIOCCHI c.berliocchi@sudouest.fr

livier Baroux, le Normand, est un peu ici chez lui. Sa femme est native d’Anglet, oùhabitetoujourssabelle-maman. EtleurfilsDorisestnéà…Bayonne. «JesuistrèsattachéauPaysbasque, nousyrevenonsaumoinsunefois parmois»,confieleréalisateur,qui yad’ailleursprésentéenavant-premièresesprécédentsfilms«Safari» (2009)et«L’Italien»(2010). Alors, quand la direction du festival luzien l’a invité pour présentersonnouveaufilm(1),«Maisqui a(re)tuéPamelaRose»,réaliséavec soncompliceKadMerad(sortienationale le 5 décembre), Olivier Barouxn’apashésité:«C’esttoujours unplaisirdereveniràSaint-Jean-deLuz où j’avais présenté en 2007 mon tout premier long-métrage («Cesoir,jedorscheztoi»),quiavait reçu le prix du meilleur film. C’est un ‘‘petit’’ festival qui compte, ‘‘Le FilsàJo’’et‘‘Intouchables’’yontété présentésenavant-première,avant lesuccèsquel’onconnaîtpources films…»

O

RiperetBullittontvieilli Kad et O, qui cartonnaient à l’époquesurlachaîneComédie,ontété révélésaugrandpublicpar«Quia tué Pamela Rose ? » (2003). Ils ont pris leur temps pour tourner une suite:«Onypensaitdansnostêtes, maisoncherchaitlabonneidée,dit Olivier. Onl’atrouvéeilyadeuxans, avec Kad et Julien Rappeneau (le producteur):l’idée,c’estderetrouver dix ans après nos deux flics du FBI, Riper et Bullitt, qui ont vieilli, grossi,etsontducoupencoreplus pathétiques pour mener cette enquête après la profanation de la tombedePamelaRose…» La suite du premier film, aux répliquescultes,esttrèsattendue,par les fans de la première heure, notammentceuxdelachaîneComédie.«Nousaimerionsaussiséduire lanouvellegénération,cellequin’a pasconnucefilmàsasortie,ditOlivier Baroux. On ne se fixe pas vraiment d’objectif chiffré, mais si on peut dépasser le cap du million d’entrées, nous serons très contents.» OlivierBarouxestdésormaisun réalisateur qui compte dans le registre de la comédie. Il tourne un filmparan.Après«LesTuche»,sor-

Kad et O sont inséparables comme ici lors d’un précédent passage au Pays basque, à Bayonne… ARCHIVES PATRICK BERNIÈRE

tien2011,letome2dePamelaRose serasoncinquièmelongmétrage. Desoncôté,KadMerad,quiatourné«MonsieurPapa»,estencoreun débutant à la réalisation. « J’ai toujourspréféréêtrederrièrelacaméra, alors que Kad a très vite trouvé sesmarquesdecomédien,aprèsle cartondesCht’is,iln’apasarrêtéde tourner ! Pour ce film, on s’est super bien entendu, comme d’hab (sourire).Quandl’untournait,l’autreledirigeait,etvice-versa.» Le casting est une nouvelle fois costaud, avec Omar Sy ou Laurent Lafitte.ÀcôtédufidèleGuyLecluyse, on retrouve également la plantureuse Audrey Fleurot (lire page 3). « Elle sera présidente du jury à Saint-Jean-de-Luz, on va se croiser, ceserasympa.D’autantqu’onvase revoirl’annéeprochaine…»

TournageàBangkok OlivierBaroux,en2013,retrouvera eneffetKadetdoncAudreyFleurot souslahouletteduproducteurangloy,luiaussiunfidèledelabande, RichardGrandpierre,pourtourner son nouveau film, au titre évocateur:«OnamarchésurBangkok». « Ce sera un film d’aventures, un

Ou au Festival de Cognac...

filmdeduo,genre‘’LesSpécialistes’’. Je ne peux pas en dire plus, ce sera la surprise », sourit Olivier Baroux, quiseprépareàvivreunpetitweekend, « chez lui », au Pays basque, commeillesaime.Entourédesafamille,desesprochesetdesesamis, nombreuxsurlacôte… (1) Avant-première du film au festival samedi 13 octobre à partir de 19 h 30, en présence des réalisateurs, Kad et O.

Ou bien encore sur les plateaux de télévision. PHOTO PASCAL BARIL

« QUI A (RE)TUÉ PAMELA ROSE ? » SYNOPSIS Quand il reçoit un appel

du shérif de Bornsville lui annonçant que le cercueil de Pamela Rose a été volé, l’agent Douglas Riper voit là une occasion de renouer les liens avec son ancien coéquipier Richard Bullit. Un ex-ami avec lequel il est brouillé, depuis des années. Les deux anciennes gloires du FBI, devenus des purs

has been, se retrouvent donc pour enquêter sur cette profanation, sans savoir qu’ils sont en réalité attirés dans un piège par un homme qui leur en veut beaucoup. Sans se douter non plus qu’ils seront bientôt les seuls à être au courant que la présidente des États-Unis est sur le point d’être assassinée. Rien que ça…


17e Festival international des jeunes réalisateurs Sup_642 2-7

SAMEDI 6 OCTOBRE 2012 WWW.SUDOUEST.FR

LE PALMARÈS

SACHEZ-LE

Du jazz au Select

2011

Le Cinéma Le Sélect organise quatre concerts de jazz pendant le festival dans le cadre du ciné-café. Mardi et jeudi à 22 heures : Duo de jazz Pascale Baldi et Nicholas Marcelin. Mercredi à 21 h 45 : Pauline Atlan (voix) et le Labastrio. Vendredi à 21 h 45 : Pablo Campos Trio.

Chistera du meilleur réalisateur : Michaël R.Roskam pour «Bullhead». Meilleur film : «Une bouteille à la mer » de Thierry Benisti. Chistera du public: «Les adoptés» de Mélanie Laurent. Présidente du jury: Catherine Jacob.

Musiques de films

Chistera du meilleur réalisateur : Sam Taylor-Wood pour «Nowhere boy». Meilleur film et Chistéra du public: « Nowhere boy ». Président du jury : Claude Brasseur.

2010

Samedi à 17 heures, place LouisXIV : concert de musiques de films du Festival avec l’orchestre d’Harmonies intercommunal.

2009

Rencontres Des rencontres informelles avec les équipes de film présentes sont proposées au Sélect chaque soir en présence de Patrick Fabre, délégué artistique du Festival.

Pour les enfants L’entrée à la projection de « Ernest et Célestine », samedi 13 octobre à 15 heures, sera gratuite pour les enfants scolarisés à Saint-Jean-deLuz et pour leurs parents accompagnants. Billets à retirer à l’office de tourisme.

Courts-métrages 12 courts-métrages sont en compétition cette année. À voir le samedi 13 octobre à 10 h 30.

Le réalisateur était dans la sélection l’an dernier avec « Poulet aux prunes ». PHOTO ARCHIVES A. D.

Sous l’affiche, une pointure VISUEL L’affiche 2012 a été offerte par Vincent Paronnaud, réalisateur de « Persépolis » et grand nom de la BD

Dimanche

Une aubaine car ce talentueux touche-à-tout n’est pas n’importe qui. Découvert par le public non bédéphile comme coréalisateur, avecMarjaneSatrapi,de«Persépolis » (1), Vincent Paronnaud était dans la sélection luzienne 2011 pourleursecondfilm,«Pouletaux prunes ». Pointure de la BD donc, sonalbum«Pinocchio»aétésacré meilleur album à Angoulême en 2009.

Dimanche, le festival continue avec, à 11 heures et 20 heures, de nouvelles projections des films primés la vielle et une séance publique gratuite de formation d’acteurs de cinéma avec Fanny Vallon à 11 heures.

Billetterie Du lundi au vendredi de 14 heures à 19 heures jusqu’au 9 octobre et 45 minutes avant chaque séance pendant le festival au Sélect. Projection : 5 euros/4 euros. Cérémonie ouverture ou cérémonie clôture : 8 euros/7 euros. Supplément gratuit au journal du 6 octobre 2012 Président du Directoire : Olivier Gerolami Directeur de la publication : Patrick Venries N° commission paritaire : 0410 C 86477 Chef de projet : Raphaëlle Gourin Illustration de Une : Vincent Paronnaud Secrétariat de rédaction : Christophe Berliocchi Rédaction : Raphaëlle Gourin, Christophe Berliocchi Publicité : Lionel Lajoinie Siège social : Journal Sud Ouest 23, quai des Queyries, CS 20001, 33094 Bordeaux Cedex Tél. 05 35 31 31 31 www.sudouest.fr

RAPHAËLLE GOURIN r.gourin@sudouest.fr

Ç

a s’est passé à une heure avancée de la nuit festivalière,bienaprèslafermeture des salles obscures du Sélect. Une de ces heures propices aux grandes idées qui s’évaporent avec la gueule de bois du réveil. Le dessinateur Vincent Paronnaud, grande figure de la BD sous le pseudo « Winchluss », papotait avecPatrickFabre.«Ilm’adit:“Votre affiche, elle est moche. Si tu veux je te la fais” », raconte le déléguéartistiquedufestival.Etgratuitement.

Onirique,poétique En se marrant, l’artiste confirme peu ou prou la version de Patrick Fabre. « Oui, c’est à peu près comme ça que ça s’est passé. Heureusement,jemesuissouvenude mapromesse,parcej’avaisquand même bu quelques verres… Sérieusement, mon jugement sur l’ancienneafficheestunequestion degoûtpersonnel.»Sansdouteles bobines de films jaillissant sur fond de maison typique basque étaient-elles un peu surannées à l’heure du numérique. Or,«c’estimportantpourunfestival de bien recevoir. L’affiche, les visuels y participent, donnent un ton,c’esttoutsauf anodin»,estime

le dessinateur. Ces lignes sobres, ces beaux tons bleutés, ce graphisme,cecyclopegéantposésur un rocher, le phare-projecteur, l’océan: l’idée lui est venue « assez naturellement ». Onirique, poétique, troublant. « La permanence rétinienne, le rapport à la lumière… J’ai joué sur des notions qui parlent plus ou moins consciemment à tout le monde.» Il a évidemment eu carte blanche. « C’était le deal. Cette affiche, c’estmavisionàmoiducinéma.Il ne s’agissait pas de faire dans le consensuel parce que ça ne mène àrien.Jevoulaisquel’imageinterroge, suscite des réactions », analyse-t-il. Vincent Paronnaud souhaite donner, avec sa proposition, une impulsion nouvelle. « Dans ma tête,l’afficheestfaitepourcetteannée.Quantàl’avenir,ilyapleinde dessinateurstalentueuxdanslarégioncapablesàdefairepartagerà leur tour leur vision du cinéma. J’espèrequeçadonneradesidées.» (1) « Persépolis », Prix du jury à Cannes, nominé aux Oscar, deux César (meilleur premier film et meilleure adaptation).

Chistera du meilleur réalisateur : Armando Iannucci pour « In the loop». Meilleur film et Chistera du public: « Adam» de Max Mayer. Présidente du jury: Anne Parillaud.

2008 Chistera du meilleur réalisateur : Arash Riahi avec «Pour un instant, la liberté». Meilleur film et Chistera du public: «Le Chant des mariées » de Karin Albou. Président du jury: Ariel Zeitoun.

2007 Chistera du meilleur réalisateur : Idit Cebula pour «Deux vies plus une». Meilleur film et Chistera du public: « Ce soir, je dors chez toi» d’Olivier Baroux. Président du jury: Gabriel Aghion.

2006 Chistera du meilleur réalisateur : Luc Picard, pour « L’Audition». Meilleur film et Chistera du public: « Mauvaise foi » de Roschdy Zem. Présidente du jury: Sandrine Bonnaire.

2005 Chistera du meilleur réalisateur : Atiq Rahimi, pour « Terre et cendres». Meilleur film : «Amazone forever» de Jean-Pierre Dutilleux. Président du jury: Philippe Harel.



Sud Ouest supplément spécial Festival