Page 1

SOMMAIRE  NUMERO  IV  :  TRAQUER  L’IMPUNITE     Articles  à  renvoyer  avant  le  31  octobre  à  redaction@jeunerepublique.fr.  Les  abstracts  sont   donnés  à  titre  conditionnel,  et  il  est  possible  de  proposer  de  nouveaux  sujets.  Longueur   moyenne  :  3500  mots.  Prenez  soin  de  demander  une  pré-­‐‑validation.    

I. Créer  une  communauté  de  valeurs  universelles:  une   utopie  proche?    

1. La  Cour  pénale  internationale  est-­‐‑elle  une  nouvelle  SDN?  

Alors que   de   nombreuses   critiques   s’élèvent   face   à   une   institution   dont   on   conteste   l’efficacité   et   qu’approche  le  dixième  anniversaire  de  sa  création,  l’heure  d’un  premier  bilan  sonne.  Un  premier   procès  qui  va  de  complications  en  complications,  trois  autres  qui  ne  veulent  commencer,  et  surtout   les  principaux  accusés  en  fuite.  Sans  oublier  l’impuissance  à  arrêter  la  guerre  d’Irak  et  à  juger  les   responsables  des  crimes  en  Afghanistan.  La  CPI  est-­‐‑elle  une  institution  impuissante  ?   1.1  Faut-­‐‑il  préférer  les  juridictions  ad-­‐‑hoc  à  une  Cour  pénale  permanente?   Face   aux   difficultés   et   aux   craintes   provoquées   par   la   CPI,   faut-­‐‑il   privilégier   la   généralisation  de  tribunaux  ad-­‐‑hoc  agissant  après  ou  pendant  la  commission  des  crimes  et   situés   dans   les   régions   concernées  ?   Décryptage   d’une   solution   qui   pourrait   constituer   un   véritable   pas   en   arrière,   et   des   alternatives   possibles   faces   aux   principaux   problèmes   posés   par   la   CPI,   notamment   en   ce   qui   concerne   son   image   d’institution   au   service   du   Nord.   Pourront   être   étudiées   la   combinaison   de   l’action   d’institutions   temporaires   chargées   de   juger   la   base   et   la   hiérarchie   intermédiaire   à   la   CPI,   cette   dernière   ne   s’occupant   que   des   principaux  commanditaires,  ou  la  délocalisation  de  certains  procès  sur  les  lieux  des  crimes.     1.2  Faut-­‐‑il  privilégier  la  justice  universelle  à  la  justice  internationale?   La   justice   universelle   est   née   avec   l’arrestation   du   dictateur   chilien   Augusto   Pinochet   à   Londres   par   un   juge   espagnol   en   1998,   mais   ne   semble   avoir   guère   progressé   depuis.   Son   développement   est   pourtant   l’un   des   objectifs   implicites   du   Statut   de   Rome   instituant   la   CPI.   Comment   développer   la   justice   universelle   tout   en   limitant   les   risques   d’ingérence   et   d’utilisation  de  la  justice  comme  un  outil  politique  et  diplomatique  destructeur  ?     1.3  Les  Gacacas  en  questions   Les  Gacacas  ont  été  instaurés  au  Rwanda  pour  désengorger  les  tribunaux  chargés  de  juger   les  génocidaires  et  les  prisons  où  demeuraient  près  de  100.000  accusés  d’avoir  participé  aux   massacres   de   1994.   Forme   évoluée   de   justice   populaire   garantissant   un   respect   procédural   minimum,   les   gacacas   ont   longtemps   été   érigés   en   exemple   d’efficacité   et   de   réalisme.   Pourtant  le  modèle  commence  à  trouver  ses  limites,  alors  qu’un  million  de  personnes  sont   suspectés  d’avoir  participé  aux  crimes  de  1994  et  que  seuls  4.000  personnes  ont  jusqu’ici  été   condamnés.   Véritable   outil   pour   la   mémoire   et   la   réconciliation,   le   mécanisme   est-­‐‑il   exportable,  et  sous  quelles  conditions  ?    


1.4 Les   commissions   vérité   et   réconciliation   comme   alternatives   à   la   justice   pénale   Autre  alternative  à  la  justice  internationale  souvent  brandie  comme  solution  pour  éviter  les   risques   d’une   déstabilisation   sociale   et   de   comportements   vindicatifs   faisant   suite   à   des   accords  de  paix  ou  à  un  changement  de  régime,  les  commissions  vérité  et  réconciliation  sont   souvent  synonymes  de  larges  amnisties  qui  permettent  d’élaborer  des  transitions  en  douceur   mais  qui  ne  suffisent  parfois  pas  à  guérir  les  blessures  les  plus  profondes,  toujours  prêtes  à   resurgir.   Le   bilan   des   transitions   espagnoles   et   sud-­‐‑africaines,   s’il   reste   globalement   très   positif,  n’en  a  pas  moins  été  terni  à  mesure  que  le  temps  passait  et  que  ressurgissaient  les   fantômes  du  passé.  La  réconciliation  est-­‐‑elle  possible  sans  justice  ?   1.5  Doit-­‐‑on  doter  la  CPI  d'ʹune  force  armée?     Dans  le  sillage  de  l’article  précédent,  il  s’agit  de  se  pencher  sur  les  potentialités  non-­‐‑ exploitées  de  la  justice  internationale.  Face  à  l’incapacité  des  Etats  à  mettre  en  application   les  décisions  d’une  institution  dont  ils  ont  pourtant  souhaité  l’existence,  faut-­‐‑il  inventer  des   mécanismes  permettant  de  s’affranchir  des  limites  et  lenteurs  qu’ils  imposent  ?  La  création   d’une  force  armée  internationale,  liée  à  l’ONU,  a  été  refusée  en  son  temps.  Quels  problèmes   poserait-­‐‑elle,  pour  quels  avantages  ?   1.6  Les  forces  de  l'ʹONU  doivent-­‐‑elles  inclure  dans  leur  mandat  l'ʹarrestation  des   inculpés    de  la  CPI  ?   Alternativement   à   la   création   d’une   nouvelle   force,   difficilement   réalisable   du   fait   de   la   prééminence  des  Etats  comme  uniques  sujets  du  droit  international,  l’extension  du  mandat   des   forces   existantes   de   l’ONU   est-­‐‑elle   envisageable  ?   Il   sera   possible   de   s’appuyer   sur   l’exemple   de   la   collaboration   entre   le   TPIY   et   les   forces   de   l’OTAN   et   de   la   KFOR   pour   l’arrestation  des  inculpés  de  l’ex-­‐‑Yougoslavie.   1.  7  L’échec  de  la  SDN     En   revenant   sur   la   création   et   le   développement   de   cette   institution   avortée,   il   s’agira   de   prendre  appui  sur  l’histoire  pour  mieux  comprendre  les  difficultés  actuelles  de  ses  héritières,   à   commencer   par   la   CPI.   Toutes   deux   avaient   pour   objectif   de   créer   un   nouvel   ordre   et   se   heurtent  aux  résistances  d’un  monde  qui  n’est  pas  encore  prêt  à  les  accepter,  et  qui  ne  les  a   pas   doter   de   l’arsenal   suffisant   pour   s’imposer.   Qu’a   manqué   à   la   SDN   pour   éviter   les   drames  majeurs  de  ce  siècle  ?      

2. De   la   Commission   au   Conseil   des   droits   de   l'ʹhomme   au   de   l'ʹONU:   réalités  et  controverses  d'ʹune  institution  contestée   La  commission  des  droits  de  l’Homme  des  Nations  Unies  a  été  supprimée  en  2006  après  d’intenses   polémiques  qui  avaient  fini  par  lui  retirer  toute  légitimité.  Les  limites  de  la  gouvernance  mondiale   démocratique   s’y   étaient   trouvées   exemplifiées,   ses   membres   les   plus   actifs   étant   pour   certains   les   régimes  les  moins  aptes  à  parler  de  respect  des  droits  de  l’homme.  Le  Conseil  des  droits  de  l’homme   qui   l’a   remplacée   semble   avoir   des   difficultés   à   l’heure   de   se   démarquer   de   son   prédécesseur.   Pourtant  les  premières  années  semblent  enthousiasmantes,  l’institution  ayant  gagné  en  pouvoir  et   ayant  initié  des  mécanismes  comme  l’EPU  pour  le  moins  prometteurs.    

3. La  décision  de  la  Cour  internationale  de  justice  sur  le  Kosovo   En  se  prononçant  sur  la  création  d’un  nouvel  Etat  avec  la  participation  de  l’ensemble  des  parties,  la    


Cour Internationale   de   Justice   semble   avoir   franchi   un   pallier   d’importance,   bien   que   sa   décision   n’ait   pas   été   (encore  ?)   reconnue   par   la   Serbie.   Faut-­‐‑il   pourtant   y   voir   une   évolution   tangible   du   droit  international,  qui  donnerait  enfin  sa  légitimité  à  cette  institution  et  lui  permettrait  de  s’ériger   comme  alternative  au  conflit  armé  pour  résoudre  des  disputes  interétatiques  ?      

4. Le   TPIR   et   la   «  démission  »   de   Carla   Del   Ponte:   une   justice   pénale   internationale  non-­‐‑politisée  est-­‐‑elle  possible?   Carla   Del   Ponte,   Procureure   Générale   du   Tribunal   Pénal   International   pour   l’Ex-­‐‑Yougoslavie   et   pour  le  Rwanda,  a  été  forcée  à  la  démission  de  ce  dernier  alors  qu’elle  s’apprêtait  à  enquêter  sur  les   massacres  commis  par  les  forces  du  Président  du  Rwanda  Kagamé  contre  les  Hutus,  et  que  certains   considèrent   comme   étant   le   deuxième   génocide   rwandais.   Cet   épisode   marquait   les   limites   d’une   justice   internationale   toujours   soumise   à   la   raison   d’Etat   et   aux   diktats   des   vainqueurs,   dans   la   droite   lignée   de   Nuremberg   et   de   Tokyo.   Comment   sortir   de   cette   justice   de   vainqueurs,   perçue   comme   une   prime   à   celui   qui   gagnerait   le   pouvoir,   quelques   fussent   ses   crimes,   et   réduisant   largement  son  impact  dissuasif  ?    

II. De  l'ʹefficacité  des  institutions  internationales    

5. Actions  et  inactions  des  forces  internationales  de  maintien  de  la  paix   Les  forces  de  maintien  de  la  paix  de  l’ONU,  actuellement  dirigées  par  le  diplomate  français  Alain   Leroy,   sont   en   permanence   sous   le   feu   des   critiques.   Le   dernier   exemple   en   date   concerne   la   MONUC,  dont  la  base  militaire  se  situe  a  une  poignée  de  kilomètres  d’un  village  où  des  miliciens   du  FDLR  violèrent  500  femmes  en  toute  impunité  et  sans  être  inquiétés.  L’impuissance  qui  marqua   l’opinion  mondiale  lors  du  génocide  rwandais,  illustrée  dans  le  film  Hotel  Rwanda,  où  des  milliers   de  casques  bleus  laissèrent  courir  le  massacre  de  800  000  tutsis,  ne  semble  donc  avoir  été  dépassé.   Face  aux  accusations  récurrentes  de  crimes  commis  par  ces  mêmes  forces,  certains  pays  nordiques   s’opposent   désormais   frontalement   à   tout   nouveau   déploiement.   Dans   quelle   mesure   peut-­‐‑on   déployer  une  armée  pour  préserver  la  paix  ?  Quelles  conclusions  tirer  d’un  demi-­‐‑siècle  d’existence   des  casques  bleus  ?    

6. Quels  coûts  pour  quels  résultats  pour  les  missions  de  maintien  de  la  paix   de  l’ONU?  Et  quelles  alternatives?   Il  s’agira  ici  de  traiter  plus  spécifiquement  une  critique  récurrente  adressée  à  ces  mêmes  dispositifs,   au-­‐‑delà   de   la   question   de   l’efficacité  :   le   coût.   Destinataires   de   fonds   se   chiffrant   en   milliards   de   dollars   annuels,   les   casques   bleus   sont   un   symbole   extrêmement   couteux.   Le   sont-­‐‑ils   pour   autant   particulièrement  ?  Peut-­‐‑on  envisager  de  les  remplacer  par  d’autres  mécanismes  de  prévention  et  de   maintien  de  la  paix,  en  renforçant  notamment  la  lutte  contre  l’impunité,  voir  simplement  améliorer   leurs   interactions   mutuelles  ?   Ici   se   pose   notamment   la   question   de   l’évaluation   des   effets   de   ces   processus  et  institutions.   6.1  La  MONUC  face  au  défi  congolais   La  MONUC,  mission  de  maintien  de  la  paix  la  plus  coûteuse  au  monde  déployée  au  Congo   et  renommée  en  juillet  MONUSCO,  est  sous  le  feu  des  critiques  depuis  qu’elle  a  été  créée.  Le   secrétaire   général   adjoint   des   Nations   Unies   aux   opérations   de   maintien   de   la   paix   Alain    


Leroy lui-­‐‑même   a   publiquement   acté   de   son   inefficacité,   plaidant   en   faveur   de   son   renforcement   drastique   de   ses   moyens   afin   de   lui   donner   une   chance   d’être   véritablement   effective   dans   ce   pays-­‐‑continent   où   seuls   17   000   casques   bleus   sont   déployés   Quelles   perspectives  pour  une  institution  décrédibilisée  où  d’anciens  criminels  de  guerre  poursuivis   par  les  tribunaux  internationaux  agissent  en  toute  impunité  et  qui  a  été  impliquée  dans  des   centaines   de   cas   d’exploitation   sexuelle,   sans   jamais   avoir   été   capable   de   prévenir   les   massacres  qui  continuent  de  sévir  quotidiennement  dans  la  région  ?     6.1.1  L'ʹerreur  Bosco  Ntaganda   Bosco  Ntaganda,  ancien  adjoint  du  chef  de  guerre  Laurent  Nkunda,  est  actuellement   sous   le   coup   d’un   mandat   d’arrêt   international   émis   par   la   Cour   pénale   internationale  pour  multiples  crimes  de  guerre.  Il  a  cependant  été  aperçu  a  la  terrasse   de   l’un   des   plus   grands   hôtels   congolais,   aux   côtés   de   nombreux   responsables   de   l’ONU  et  de  la  MONUC,  en  toute  impunité.  Retour  sur  une  affaire  invraisemblable   qui  pointe  les  faiblesses  et  limitations  de  la  communauté  internationale.     6.2  Peut-­‐‑on  privilégier  le  droit  aux  armes?     La  Cour  internationale  de  justice,  la  Cour  pénale  internationale  et  leurs  dérivés  peuvent-­‐‑ils   devenir   à   terme   une   alternative   à   la   guerre,   achevant   ainsi   le   rêve   kantien   d’une   paix   universelle  ?  Le  long  apprentissage  de  l’utilisation  de  la  raison  plutôt  que  de  la  violence  est   souvent   considéré   comme   l’une   des   caractéristiques   principales   du   passage   de   l’état   de   nature  à  la  vie  en  société,  et  est  au  centre  du  processus  d’apprentissage  et  d’éducation  des   enfants.  Est-­‐‑il  légitime  de  croire  que  ce  même  processus  est  en  œuvre  au  niveau  étatique  ?      

7. Les  relations  internationales  peuvent-­‐‑elles  être  régulées?     Si   de   nombreuses   institutions   internationales   ayant   pour   objectif   de   réguler   les   relations   interétatiques   ont   vu   le   jour   avec   la   bénédiction   des   Etats,   les   relations   internationales   restent   encore   marquées   par   le   règne   de   l’impulsif   et   de   la   conflictualité.   Quelles   institutions   ont-­‐‑elles   réussi   à   se   démarquer   et   à   introduire   un   certain   ordre   de   façon   équitable  ?   L’avenir   est-­‐‑il   aux   organisations   régionales   de   type   Union   Européenne,   marquées   par   une   forte   communauté   de   valeurs  et  une  ambition  avant  tout  économique  ?     7.1  L’OMC  est-­‐‑elle  un  modèle  ?     L’OMC,  malgré  l’échec  de  ses  dernières  négociations,  a  longtemps  été  considéré  comme  un   modèle   de   pacification   des   relations   interétatiques   amenant   à   une   sorte   de   régulations   mondiale   et   progressive   des   échanges   économiques.   Mais   n’a-­‐‑t-­‐‑elle   plutôt   fait   qu’acter   l’ordre  imposé  par  les  Etats  les  plus  puissants  ?    Quelles  perspectives  pour  l’organisation,  et   quelles  lignes  à  suivre  a-­‐‑t-­‐‑elle  tracé  pour  les  autres  organisations  internationales  ?    

8. La  guerre  en  Irak  a  bien  eu  lieu:  le  Conseil  de  sécurité  a-­‐‑t-­‐‑il  encore  une   utilité?   Février  2003.  Des  dizaines  de  millions  de  personnes  manifestent  dans  le  monde  entier  contre  ce  qui   n’est   encore   qu’une   hypothétique   intervention   américaine   en   Irak.   La   France   par   le   biais   de   son   Ministre  des  Affaires  étrangères,  et  appuyée  par  la  majorité  du  Conseil  de  Sécurité,  mène  au  sein  de   l’ONU   une   bataille   diplomatique   de   tous   les   instants   pour   empêcher   l’inéluctable.   Pourtant,   la   décision   a   été   prise   dès   janvier   au   sein   de   la   Maison   Blanche,   et   rien   n’empêchera   l’intervention   américaine,   malgré   l’absence   de   résolution   du   Conseil   de   Sécurité   en   sa   faveur.   Mis   face   à   son    


impuissance, le   Conseil   de   Sécurité   a-­‐‑t-­‐‑il   montré   définitivement   son   inutilité   intrinsèque,   se   montrant   incapable   quelque   soit   le   contexte   géopolitique   d’établir   un   semblant   d’ordre   mondial  et   d’influencer  les  événements  ?  Un  espoir  réside-­‐‑t-­‐‑il  dans  sa  réforme  hypothétique  ?    

9. Pourquoi  l'ʹAfghanistan  n'ʹest-­‐‑il  pas  sous  enquête  de  la  CPI  ?   Etat   membre   du   Statut   de   Rome,   l’Afghanistan   a   connu   d’innombrables   violations   des   droits   de   l’homme   et   très   certainement   de   crimes   de   guerre   depuis   son   invasion.   Alors   que   la   Cour   pénale   internationale   est   compétente   depuis   2002,   qu’est-­‐‑ce-­‐‑qui   aujourd’hui   l’empêche   d’agir   dans   cette   zone  ?  Les  considérations  politiques  priment-­‐‑elles  sur  la  réalité  juridique  ?     9.1  Juger  Tony  Blair  :  une  utopie  bientôt  réalisée  ?   Dans   la   continuité   de   l’article   précédent,   l’on   interrogera   l’impunité   dont   bénéficie   actuellement   Tony   Blair   malgré   les   nombreuses   accusations   dont   il   est   l’objet   en   rapport   avec  les  guerres  en  Afghanistan,  en  Irak  et  les  prisons  secrètes  de  la  CIA.  Alors  que  le  film   Ghost   Writer   met   en   fiction   la   traque   de   l’ancien   Premier   ministre   (interprété   par   Pierce   Brosnan)  suite  à  l’émission  d’un  mandat  d’arrêt  de  la  CPI  à  son  encontre,  quelles  sont  les   chances  que  ce  scénario  se  réalise  ?  Doit-­‐‑on  s’attendre  à  des  poursuites  au  niveau  national  ?      

III. La  justice  internationale  et  universelle  en  questions     10.   De   la   prééminence   des   droits   fondamentaux   sur   les   souverainetés   étatiques   Comment   s’est   progressivement   effectué   le   transfert   de   souveraineté   des   Etats   envers   les   institutions   nationales   et   internationales   ayant   pour   charge   la   mise   en   conformité   des   droits   nationaux   et   internationaux   à   des   règles   fondamentales   constituant   l’Etat   de   droit  ?   Cette   acceptation  peut-­‐‑elle  être  remise  en  cause,  ou  conduira-­‐‑t-­‐‑elle  inexorablement  à  un  contrôle  étendu   de   l’action   politique   au   regard   de   ces   normes  ?   La   crainte   du   gouvernement   des   juges   et   de   la   technocratie,   après   avoir   été   apaisée,   revient   en   force   alors   que   de   nombreuses   forces   politiques   renouent  avec  le  populisme.  Les  avancées  ayant  suivi  la  Deuxième  guerre  mondiale  courent-­‐‑elles  un   véritable  risque  ?     L’article  offrira  l’opportunité  d’un  prolongement  sur  la  querelle  philosophique  entre  anciens   et  modernes  à  propos  des  espaces  respectifs  du  juge  et  du  politique,  voir  au  sein  même  des   anciens   sur   les   différences   de   conception   entre   Aristote   et   Platon   et   au   sein   des   modernes   entre  les  lumières  françaises,  révolutionnaires  et  Kant,  Hobbes  et  Locke.   10.1   Peut-­‐‑on,   et   doit-­‐‑on   arrêter   un   chef   d'ʹEtat?   Implications   du   mandat   d'ʹarrêt   contre  le  Président  Beshir   A   la   surprise   générale,   la   Cour   pénale   internationale   émettait   en   2008   un   mandat   d’arrêt   international  contre  le  Président  de  la  République  du  Soudan  Omar  Al  Beshir,  pour  crimes   contre  l’humanité  et  génocide.  Celui-­‐‑ci  est  devenu  le  premier  président  en  exercice  d’un  Etat   souverain   à   être   inculpé   par   un   juridiction   compétente   pour   des   crimes   aussi   graves,   et   à   devenir  de  facto  un  fugitif.  Une  rupture  avec  des  siècles  de  tradition  diplomatique  qui  n’est   pas  encore  acceptée  par  ceux  qui  ont  pourtant  donné  mandat  à  la  CPI  d’agir  au  Darfour,  et   qui  explique  le  statut  quo  actuel.  Isolé  diplomatiquement,  Al  Beshir  n’a  cependant  toujours   pas   été   arrêté   et   tente   de   riposter   en   jouant   de   la   gêne   des   diplomaties   occidentales   et   en    


renforçant sa  dictature.  Quels  moyens  mettre  en  œuvre  pour  l’arrêter  et  le  juger  sans  se  voir   accuser  d’ingérence  ni  déstabiliser  la  région  ?   10.2  De  la  régulation  du  souverain  droit  à  la  guerre:  évolutions  de  la  Convention   de  Genève  au  Statut  de  Rome   L’art  de  la  guerre  a  toujours  été  extrêmement  codifié.    Comment  la  massification  de  celle-­‐‑ci   au  cours  des  XVIIIe  et  XIXe  siècles  a-­‐‑t-­‐‑elle  transformé  cette  même  codification  et  permis  la   naissance  des  conventions  de  Genève,  étendant  le  droit  de  la  guerre  aux  populations  civiles   et  à  la  protection  de  celles-­‐‑ci?  Quels  ont  été  les  effets  pratiques  de  la  définition  des  crimes  de   guerre   et   contre   l’humanité,   et   de   la   signature   des   conventions   de   Genève   visant   à   les   prévenir  ?  Quels  processus  ont  ils  poussés  les  Etats  souverains  à  s’accorder  sur  un  certain   nombre   de   limitations,   bien   que   peu   respectées,   de   leur   droit   suprême   à   la   guerre  ?   La   pression   démocratique   a-­‐‑t-­‐‑elle   joué   un   rôle   dans   le   développement   de   ces   systèmes   protecteurs  pour  les  populations  et  les  militaires  ?     10.2.1  Enjeux  de  la  définition  du  crime  d'ʹagression     Comment   est-­‐‑on   passés   d’un   système   où   la   guerre   était   le   principal   outil   de   résolution   des   conflits   entre   des   entités   à   qui   elle   permettait   d’affirmer   leur   pleine   souveraineté,  le  système  de  Westphalie,  à  un  monde  où  le  crime  suprême  est  devenu   l’atteinte   contre   la   paix   et   qui   s’apprête   à   adopter   une   disposition   permettant   la   poursuite  pénale  imprescriptible  de  quiconque  aurait  œuvré  dans  ce  sens  ?  Mise  en   perspective   de   l’importance   de   l’adoption   du   Crime   d’agression   dans   le   statut   de   la   Cour   pénale   internationale,   et   du   changement   de   paradigme   définitif   qu’il   impliquerait.    

11. L’invention  du  crime  de  génocide  

Comment un  terme  inventé  de  toutes  pièces  par  un  universitaire  américain  s’est-­‐‑il  imposé  comme  la   définition  du  crime  ultime  contre  l’humanité  en  quelques  mois  ?  Réflexion  sur  les  sens  d’un  terme  à   l’utilisation  souvent  contestée  du  fait  de  l’ampleur  du  référentiel  de  la  deuxième  guerre  mondiale.     11.1  Qu'ʹont  en  commun  Srebrenica  et  Auschwitz?   Le   terme   de   génocide   est   utilisé   pour   décrire   des   crimes   qui   semblent   à   l’œil   profane   radicalement   différentes.   Qu’ont   en   commun   les   massacres   de   Srebrenica   et   d’Auschwitz,   dont  la  différence  d’échelle  est  de  1  à  1000,  et  pourquoi  est-­‐‑il  important  de  leur  appliquer  le   même   terme  ?   Faut-­‐‑il   craindre   une   relativisation   du   génocide  a   force   de   l’appliquer   à   des   situations  différentes  ?       11.2  Peut-­‐‑on  parler  de  génocide  au  Darfour?   Dans  le  prolongement  des  deux  articles  précédents,  étude  des  implications  et  de  la  réalité  de   l’accusation   de   génocide   commis   au   Darfour   par   le   Procureur   de   la   CPI.   L’article   pourra   s’appuyer   sur   l’ouvrage   de   John   Hagan   «  Darfur   and   the   crime   of   Genocide  »   (Cambridge   University  Press,  2009).     11.3  Etude  de  cas:  Le  procès  Eichmann  et  la  banalité  du  mal   Jusqu’où   la   responsabilité   peut-­‐‑elle   être   partagée   hiérarchiquement   dans   l’accomplissement   d’un  génocide?  Retour  sur  un  procès  historique  et  son  analyse,  violemment  accueillie  en  son   temps,  par  Hannah  Arendt    

 


IV. La  France  et  la  lutte  contre  l’impunité     12.  La  France  face  au  génocide  Rwandais:  ambigüités  de  l'ʹinaction  

Retour sur   le   rôle   complexe   de   la   France   pendant   le   génocide   rwandais   et   sur   sa   responsabilité   présumée  lors  de  celui-­‐‑ci.     12.1  Etude  de  cas:  l'ʹaction  du  juge  Bruguière   Manipulation  politique  visant  à  minorer  le  rôle  joué  par  la  France  dans  le  génocide  rwandais   ou   véritable   volonté   d’établir   une   vérité   juridique   plus   complète   que   celle   du   TPIR   et   des   Gacacas  ?   La   controverse   continue   encore   aujourd’hui   vis-­‐‑à-­‐‑vis   de   l’action   du   juge   Bruguière,  depuis  engagé  à  l’UMP,  qui  s’est  attaqué  au  rôle  de  Kagamé  et  de  ses  forces  dans   le   déclenchement   du   génocide   rwandais   et   la   répression   qui   s’en   est   suivie.   Après   un   flottement   et   finalement   le   retrait   de   Bruguière,   l’enquête   a   été   reprise   par   deux   juges   d’instruction   «  acceptés  »   par   le   gouvernement   rwandais.   Chronique   d’une   épopée   qui   a   rompu  les  relations  diplomatiques  entre  les  deux  pays  et  sur  laquelle  il  reste  à  faire  toute  la   lumière.    

13. Les  crimes  de  la  décolonisation  resteront-­‐‑ils  impunis?   Alors   que   la   France   s’engage   chaque   jour   un   peu   plus   clairement   en   faveur   de   la   justice   internationale  et  de  la  lutte  contre  l’impunité,  son  passé  reste  tabou.  Si  l’expérience  de  Vichy  a  plus   ou  moins  fait  l’objet  de  procédures  ou  du  moins  d’une  reconnaissance  de  la  responsabilité  de  l’Etat,   celle  des  crimes  commis  durant  la  décolonisation  est  restée  lettre  morte.  Dirigée  pendant  un  demi-­‐‑ siècle  par  une  élite  qui  comme  Jacques  Chirac  avait  fait  ses  armes  dans  l’Algérie  française,  la  France   n’a   jamais   fait   la   lumière   sur   son   action   pendant   la   décolonisation   et   les   nombreux   crimes   qui   furent   instigués   ou   couverts   par   les   plus   hautes   autorités   de   l’Etat.   Le   travail   doit-­‐‑il   être   maintenant  laissé  aux  historiens,  avec  l’appui  de  l’Etat,  ou  l’ouverture  de  procédures,  judiciaires  ou   non,  est-­‐‑elle  encore  opportune  ?    

14. Le   rejet   de   la   justice   universelle   en   France:   une   victoire   pour   la   raison   d'ʹétat,  une  défaite  pour  les  droits  de  l'ʹhomme   En  adaptant  son  droit  au  Statut  de  Rome  de  la  Cour  pénale  internationale,  la  France  confirmait  son   rejet   explicite   des   mécanismes   de   justice   universelle   et   décevait   par   là   même   nombre   d’ONG   et   d’organisations   de   défense   des   droits   de   l’homme.   Simple   pragmatisme   ou   véritable   défaite   d’un   idéal  pourtant  réalisable  ?  En  s’appuyant  sur  les  exemples  de  l’Espagne  et  de  la  Belgique,  qui  ont   connu  des  modèles  de  justice  universelle  étendus  avant  de  les  réduire,  l’article  interrogera  la  difficile   recherche   de   mécanismes   judiciaires   suffisamment   forts   pour   poursuivre   les   criminels   contre   l’humanité   et   suffisamment   malléables   pour   ne   pas   interférer   avec   les   besoins   des   diplomaties   étatiques.     14.1  Etude  de  cas:  la  loi  d'ʹadaptation  du  Statut  de  Rome   La  loi  d’adaptation  du  droit  interne  aux  dispositions  du  Statut  de  Rome  instituant  la  Cour   pénale   internationale   a   mis   en   place   un   certain   nombre   de   mécanismes   très   restrictifs   la   dotant  de  moyens  pour  s’attaquer  à  certains  criminels  de  guerre  et  contre  l’humanité  dans   un  cadre  délimité.  Quels  en  sont  les  détails  et  les  limites  ?    

Sommaire Numéro IV  

Jeune République: Justice internationale, justice universelle

Advertisement