Issuu on Google+

P O R TFOLIO 2

0

1

0

-

2

0

1

5

travaux étudiants et professionels

JEREMY BRIDGE


SOMMAiRE


>

E

É C O L E D ’ A R T D R A M AT I Q U E D E L A C O M É D I E , Sa int - É t ie nn e P r o j e t , m a s t e r 1

>

K U LT U U R C E N T R U M , Amst e r da m

13

Projet, master 2

>

R E F E R T I L I S E R L E C E N T R E - B O U R G , L a ur e - Mine r vo is

21

C o n c o u r s d ’ i d é e s , C AU E d e l ’ A u d e

>

T O B E B U I LT P r o ce s s

27

R a p p o r t d e s t a g e , M i n t Ya c h t s

>

GT O 3 9 ’ , Mo no co qu e

31

Stage de fin d’étude, Mint Ya c h t s

>

5

C O A S T 5 0 ’ , Ca t a ma r a n

37

CDD, Mint Ya c h t s

>

CV

43


ARCHiTECTURE


E

É C O L E D ’ A R T D R A M AT I Q U E D E L A C O M É D I E S A I N T- É T I E N N E


N

6

plan de stuation (1 : 5 000)


Le déménagement de l’Ecole d’Art Dramatique de la Comédie du quartier Beaubrun, en centre ville, vers les abords du parc François Mittérand s’inscrit dans la continuité du projet urbain dessiné par A. Chemetov. Il consiste essentiellement en une concentration des équipements publics de la plaine Achille qui baignent dans un espace vert dont l’absence de clôtures, de limites franches lui enlève le qualificatif de «parc». L’école doit s’implanter sur une frange séparée de ce projet urbain par la voie ferrée à l’est, qui ici reprend le tracé de la première ligne de chemin de fer en France. A l’ouest, La manufacture d’armes témoigne du passé industriel stéphanois et constitue aujourd’hui une limite hermétique. L’enjeu majeur est de retrouver une transversalité des parcours entre le centre et le parc dans une ville qui s’est développée selon l’axe nordsud.

première ligne de chemin de fer St Etienne / Bouthéon

état actuel du chemin de fer et des gares

Dans un premier temps le projet à l’echelle urbaine propose de prolonger la ligne de tramway de la gare de Châteaucreux vers La Terrasse via la Plaine Achille, définissant une nouvelle porte d’entrée du parc. Dans un deuxième, l’analyse critique de l’espace François Miterrand engage à revaloriser les constructions existantes et à économiser les sols. Le projet s’implante donc en limite de parcelle, à l’angle sud-est de la manufacture, et offre une réserve foncière utile à la ville. Les éléments programmatiques du projet sont lisibles de l’extérieur ; au sud, les espaces pédagogiques, au nord, la salle de spectacle. Entre les deux, la scène fait le lien : entre le spectateur et l’acteur dans les étages. Au sol, elle fonctionne comme une porte sous laquelle on passe pour accéder au parc d’un côté, et à la cité du design de l’autre.

tracé de la ligne de tramway Bellevue / la Terrasse

tracé de la ligne de tramway T3 Peuple (T1, T2) / Châteaucreux

évolution projetée du T3 vers la Terrasse via Plaine Achille

7


plan r+2 : administration (1 : 2000)

AL

plan r+3 : salle de répétition et loges

8

L

plan du rez de chaussée : en haut, l’acceuil du public, en bas, l’acceuil des artistes et l’entrée de l’école, entre les deux, le hall commun traversant. (1 : 500)

A'

N


la parcelle, une frange contenue entre la voie ferrée et la manufacture

réouverture de la ruelle de la manufacture et percement d’un passage sous la voie ferrée

le volume bâti tient la nouvelle ruelle et définie une porte

le parcours clairement lisible relie entre eux les éléments de la plaine Achille

9


plan r+4 : salle de répétiton et salles de cours ( 1 : 2000 )

plan r+5 : toit terrasse et cafeteria

10

coupe AA’ : espaces de pédagogie (1 : 500)


KU LT U U R C E N T R U M

AMSTERDAM


N

14

plan de stuation (1 : 20 000)


Le site où doit s’implanter le centre culturel d’Amsterdam est emprunt de l’Histoire de la Hollande : Java Eiland (dont le nom est issu de l’île de l’ancienne colonie des Indes orientales néerlandaises), un polder construit pour recevoir les navires marchands en réfection. Situé à l’est du coeur de la ville, l’île est longiligne, orientée vers le vieux port, aujourd’hui enfoui. A son extrémité, la distance tenue par les larges canaux libère un recul, une profondeur de champs rarement observable dans la ville très dense. Le ciel s’étale dans ce paysage aux lignes d’horizons basses et se reflète dans l’eau. L’espace majeur du programme, la grande halle, est conçu comme une place publique en plus, qui n’entravera pas les usages actuels du lieu (concerts, spectacles, manifestations...). Sur un plan carré, une travée s’ouvrant sur le ciel et la ville organise les espaces intérieurs. Un pont roulant le long de l’axe permet l’acheminement des objets exposés au delà de la limite du gabarit imposée par les deux ponts reliant l’île au continent. Le programme est hiérarchisé verticalement : le rez-de-chaussée est entièrement public (espace d’exposition temporaire, bibliothèque, caféteria), au premier niveau se trouvent l’espace d’exposition permanente et l’auditorium aux accès controlés, le dernier étage regroupe les ateliers de travail ouverts sur cinq de ses faces. La structure composée de demi-portiques en acier est habillée d’une enveloppe en pierre sédimentaire agraffée. Le projet monolithique et stable dialogue avec l’eau et le ciel en perpetuel mouvement.

les frontières du pays sont définies par les limites du delta du Rhin (Waal et IJssel)

le bassin sédimentaire est structuré, on «découvre» peu à peu de nouvelles terres

des infrastructures lourdes sécurisent le rapport terre - mer

des structures légères définissent des usages temporaires

Java Eiland un après midi d’hiver

et le 30 avril, le Jour de la Reine

15


maquette en carton      gris et blanc ( 1 : 500)

 le portique orientĂŠ vers le coeur de la ville

16

      le grand hall, l’espace public en plus, gagnĂŠ sur la mer plan des masses (1 : 5 000)


AL

Au premier niveau, l’auditorium et la salle d’exposition

L

A'

Au dernier niveau, les ateliers de travail

plan du rez de chaussée (1 : 1 000)

Les évènements sur le site trouvent de nouveaux usages

coupe A A’ (1 : 1 000)

au nord-est, la médiathèque, au nord-ouest, le petit hall, au sud-est, la grande halle, au sud-ouest, l’espace d’accueil et la cafétaria

17


le grand hall, l’espace public en plus, pendant le salon du nautisme au dernier étage, les ateliers de travail surplombent l’ensemble

coupe et élévation de la façade sud ( 1 : 100 )


AL

L

A'

BL

L

B'

N

plan du R+1 ( 1 : 1 000 )

coupe A A’ ( 1 : 1 000 ) sur l’auditorium, la librairie (en dessous), les ateliers de travail (en haut à droite) et le petit hall

coupe B B’ ( 1 : 1 000 ) sur le grand hall, la salle d’exposition permanente (en haut à droite) et la caféteria (en dessous)

19


R E F E R T I L I S E R L E C E N T R E- B O U R G L AU R E - M I N E R V O I S

c o n c o u r s d ’ i d é e s e n c o l l a b o r a t i o n a v e c S . G a rd e n t , N . G o u b i e r e t P. B o u i l h o l


N plan du centre-bourg ( 1 : 5000 )

vue de la petite place centrale

22


Laure-Minervois est une commune de l’Aude typiquement représentative du phénomène de désertification du centre des villages français. Issu d’un tissu médiéval, le bourg s’est densément développé selon un modèle concentrique. Aujourd’hui, la majorité des habitants occupe des pavillons qui consomment des terres pourtant réputées pour leur fertilité. La réponse proposée est consensuelle et consiste principalement en l’organisation de réunions publiques présidées par les élus locaux, un marché publique de l’immobilier. Ses transactions sont motivées par un constat clair : des parcelles étroites, fragmentée, manquant d’accessibilité et d’ouvertures. Ces réunions s’organiseront en trois phases.

espace privé

espace privé

espace privé

espace public

espace public

espace privé

espace public temporaire

espace privé

coupe schématique ( 1 : 500 ) intervention en coeur d’îlot et sur la rue par le traitement des façades, leur épaisseur, le frontage.

23


rachat et démolition de logements vacants à fort potentiel d’urbanité par la municipalité

La municipalité choisit de racheter et de démolir 9 logements vacants afin de redonner de l’espace public aux habitants. Cette première étape, point de départ du projet communal, s’accompagne de la mise en place d’une maison du projet afin de diffuser et récolter les projets immobiliers des habitants. Des logements vacants ont été ciblé. Les habitants sont conseillés par un architecte sur l’interêt d’une démolition pour offrir des jardins et une nouvelle orientation à leurs logements. La fabrique du projet de dédensification se fait en collaboration avec les habitants.

proposition de rachat aux habitants des parcelles en pleine terre

- Si rachat par l’habitant, la parcelle devient un jardin application du règlement sur la parcelle : possibilité de construire de petites extensions de logements d’une hauteur de 3,50m maximum, interdiction de construire une clôture aveugle sur rue à plus de 1,20m de hauteur, possibilité de créer des ouvertures sur façades aveugles, possibilité de créer maximum deux stationnements par jardin - Si pas de rachat, la parcelle de pleine terre reste un espace public temporaire (à court et moyen terme) avec réserve foncière en vue de revente à un habitant.

la refertilisation des rues, support de nouveaux usages

Depuis la création de la maison du projet dans un logement vacant du centrebourg, les habitants et visiteurs ont été de plus en plus nombreux à s’interesser à l’évolution de leur cadre de vie. Les stationnements ont été géré en périphérie, notamment sur la place de l’église pour les visiteurs, et sur les parcelles de pleine terre créées par dédensification pour les habitants. De nouveaux commerces, un restaurant et un café se sont installés pour satisfaire les besoins des habitants et des touristes. Deux chambres d’hôte se sont aussi créées. 24


vue de la petite place centrale des percements en coeur d’îlot permettent l’ouverture de certaines façades sur l’extérieur. Les espaces libérés au sol deviennent des lieux privés (jardin, stationnement) / publics (traversée piétonne des îlots) des espaces publics, organisés en chapelet et respectant le tissu médiéval, créent des temps de respiration dans la traversée du bourg

25


ARCHiTECTURE

NAVALE


E


1 COMMUNICATION

Les images de rendu facilitent la relation avec le client qui visualise son projet.

.jpg

.pdf

2 PRODUCTION

Les éléments du modèle sont déployés et assemblés en 2D sur les gabarits. Le tracé de la découpe est envoyé au robot.

.dxf

28

3 AUTOCONSTRUCTION

Les plans, les détails d’assemblages et des axonométries éclatées sont compilés dans un manuel livré au client avec l’ensemble des pièces des intérieurs de son bateau.


T O B E B U I LT P R O C E S S

working on Rhinoceros 3D products

M I N T YA C H T S

Le stage de master validé chez Mint Yachts (chantier naval situé à Tarifa, Espagne) aura été l’occasion de développer un processus de fabrication assistée par ordinateur. L’aéronautisme utilise les technologies de pointe pour calculer et donner forme aux coques et aux voiles des bateaux. Ces formes complexes sont modélisées puis déployées et divisées. Içi, le matériau détermine selon sa maléabilité le nombre de lames qui remises en forme, constitueront le plan courbe transversalement et longitudinalement. Du modèle 3D sont extraites les intersections (les couples), qui forment la structure. Tout sera découpé par un robot commandé numériquement, donc tout sera modélisé. L’objectif est d’appliquer ce procédé industriel à l’autoconstruction. L’armateur qui entreprend l’aménagement des intérieurs de son bateau s’engage souvent dans un chantier long et laborieux. L’outil informatique, dans ce cas Rhinoceros 3D, permet la modélisation jusqu’au détail de l’ensemble du projet. On en tire des images plus ou moins photoréalistes, les fichiers de découpe lisibles sur AutoCad, et les géométraux nécessaires à la nomenclature et à l’assemblage des pièces. L’armateur se fait livrer son projet en kit, avec sa notice de montage. Il aura collaboré à un projet composé suivant son propre programme.

29


GT O 3 9 ’

M I N T YA C H T S


Le GTO est un voilier en aluminium de 39 pieds dessiné par Pierre Roland. Il est le petit frère d’une version 46 pieds construite par le même chantier quelques mois plus tôt. Le projet est un investissement de Mint Yachts. Après avoir acheté l’exclusivité des plans à l’architecte naval le chantier a financé la construction de la coque nue. L’objectif était de le vendre clé en main.

Mission

Conception et modélisation des aménagements intérieurs d’un voilier.

Bilan

Approche de la forme complexe maîtrise du logiciel rhino 3D appréhension de la gîte par la pratique de la voile en régate

Il fallait concevoir des exemples d’aménagements intérieurs établis suivant différents programmes. Le premier était celui de Grégory Arnold, chef de l’entreprise. La devise de Mint Yachts aluminium made efficient (l’aluminium rendu performant) montre la volonté de construire léger et solide. Sa coque en forme, à bouchain évolutif montre des lignes planantes au portant et stables au près. Son large cockpit facilite des manoeuvres rapides. A l’intérieur donc, un espace ouvert, peu de cloisons, un mobilier simple et léger, une table à carte et un poste de quart confortable. Le GTO 39’ est fait pour les régates hauturières ou pour une pratique sportive du day-sailing.

Caractéristiques techniques Longueur : 11,90 m Maître bau : 3,90 m Tirant d’eau : 1,00m/2,80 m Lest plomb : 1800 kgs Déplacement : 5500 kgs Voilure au près : 85 m2 Voilure au portant : 225 m2 Grand voile : 45 m2 Génois : 40 m2 Spi asymétrique : 140 m2 Motorisation : 30 cv Architecte : Pierre Rolland Intérieurs : Mint Yachts

32

plan des interieurs ( 1 : 100 )


ĂŠlĂŠvation tribord plan de pont ( 1 : 100 )

33


Détails de la liaison verticale / horizontale intérieure ( 1 : 2 ) pierre pelliculaire 6 mm pierre pelliculaire 6 mm contre-plaqué marine 22 mm fargue cocobolo 2 par section 40x60 mm joint congé sikka

contre-plaqué marine 18 mm joint congé sikka contre-plaqué marine 18 mm fargue cocobolo 8 mm

profil L aluminium 20x40x2 mm panneau sandwich type alubond 3 mm

Version 1, pour la course Pour des questions de poids et d’unité structurelle, les intérieurs sont pensés en aluminium. Les éléments de mobilier sont montés sur une structure en T ou L inclinée à 45° boulonnée à la strucutre de la coque. Un profilé supporte deux panneaux (aluminium/uréthane/aluminium) rendus inertes par le pli. Ils sont découpés et fraisés par commande numérique alors que les profilés sont usinés en atelier. Les chanfreins ainsi formés assurent le confort à bord et dessinent les lignes structurant l’espace intérieur. Les finitions en bois et pierre garantissent la pérénité des usages sans alourdir le projet. (voir images page 37)

34

Version 2, pour l’auto-construction Pour une mise à l’eau rapide, une version simple, économique et facile à mettre en oeuvre est projetée. Des panneaux de contre-plaqués marine découpés par commande numérique sont vissés entre eux et liés à la structure par l’intermédiaire de sabots en bois calés dans la structure de la coque. L’attention est portée sur la finesse des lignes dessinées par les fargues.


détail d’assemblage, dans la cuisine

vue du carré et de la table à carte depuis la descente


COAST 50’

M I N T YA C H T S


Le Coast 50’ est un catamaran de 15 mètres dessiné par Philippe Renaudeau pour un particulier. Après un rejet des plans de structure par le bureau Veritas, le projet est passé entre les mains d’un duo d’ingénieurs sous-traitant pour Mint Yachts, le constructeur. Le chantier avait donc du retard, avant les premières découpes. L’objectif était d’abord d’optimiser la durée du chantier.

.pdf

Mission

Redessin du catamaran à partir de plans d’ingénieur - Production de fichiers de découpe numérique Coordination de l’assemblage en atelier - Conception d’aménagements particuliers en collaboration avec le client.

Bilan

Appréhension des rapports entre les différents acteurs du projet : directives (en espagnol) en atelier, conseil au client (en anglais).

38

Il fallait assembler en 3D les plans de couples en 2D que nous faisaient parvenir petit à petit les ingénieurs. En retraçant les lisses, on vérifiait leurs alignements et renvoyait en cas d’erreurs le dessin correspondant aux ingénieurs. Eclater le modèle 3D, trier les pièces par épaisseur, les numéroter, assembler les éléments de manière à économiser le matériau, puis réceptionner sont les étapes consécutives. Le modèle sert enfin au réassemblage et au positionnement de la structure dans l’espace. Après le chantier débuté, nous recevons le client avec qui nous travaillons deux semaines à la définition de cotes relevées sur lui, afin de préciser des points particuliers comme la visibilité lors des manoeuvres, la disposition des appareils électroniques ou les rangements de la cuisine. (voir page 42)


réception des pièces découpées par commande numérique répertorisation et tri des éléments

assemblage et alignement des couples fermeture de la coque


vue depuis la barre retournement d’une coque

vue de la cuisine depuis le carré


AL

Caractéristiques techniques Longueur : 14,99 m Maître bau : 7,81 m Tirant d’eau : 0,70m/2,86 m Tirant d’air : 23,44 Déplacement : 12300 kgs Voilure au près : 157 m2 Voilure au portant : 224 m2 Grand voile : 96 m2 Génois : 61 m2 Spi asymétrique : 128 m2 Architecte : Philippe Renaudeau Construction : Mint Yachts

L

A' plan de section plan en bayonette des interieurs ( 1 : 100 )

coupe AA’ ( 1 : 500 )


CV


Formation 2008 - 2015

Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Saint Etienne. Master 1 2005 - 2008 Lycée Jeanne D’Arc, Paray-le-Monial. Baccalauréat scientifique

Expériences professionnelles 2014

Assistant coordinateur de chantier, Mintyachts, Tarifa (Espagne). CDD 4 mois redessin du lot chaudronnerie du catamaran Coast 50’. distribution et nomenclatures des fichiers de découpe numérique. conception d‘aménagements particuliers en relation directe avec le client. 2013 - 2014 Dessinateur, modélisateur, Mintyachts, Tarifa. Stage 9 mois conception des plans d’aménagements intérieurs du voilier monocoque GTO 39’. dessin, redessin de pièces liées à l’aéronautisme. 2008 - 2013 Assistant coordinateur de chantier, ouvrier de la construction, Alison archi. Saint-Rémy (71). CDD 6 mois participation au chantier de restructuration complète d’une grange en logements et bureaux. couverture, planchers, isolation, peinture. 2010 Dessinateur, Martinchich archi. Carmelo (Uruguay). Stage 2 mois relevés, redessin et modélisation de la “Calera de las Huérfanas”. 2009 Dessinateur, Alison archi. Saint-Rémy. Stage 15 jours relevés, permis de construire. 2004 - 2008 Ouvrier de la construction, Morais maconnerie, Tradifiaçades, Paray-le-Monial (71). CDD 6 mois manoeuvre maçon, façadiste, peintre, plaquiste.

Informatique

Microsoft Office, Adobe Suite (Ps-Ind-Ai), AutoCad, Sketch’up Pro, Artlantis, Rhino 3D.

Langues

Anglais et espagnol courant, italien scolaire.


PORTFOLIO

Jeremy BRIDGE 06 89 45 08 35 j.bridge@hotmail.fr www.cargocollective.com/jeremybridge


portfolio_BRIDGE