Issuu on Google+

portfolio

Margot Jeanjean

Diplômé d’état en Architecture et Urbanisme


RÉFÉRENCES Margot JEANJEAN 8, rue de la fidélité 75010 PARIS

Permis B Née le 17/06/1988 Téléphone : 06 76 79 67 70 mail : margotjeanjean@gmail.com

FORMATIONS ET DIPLÔMES 2013/2014

Diplôme de Spécialisation et d’ Approfondissement (DSA) en architecture et urbanisme à l’ École d’architecture et du territoire de Marne-la-Vallée Réalisation de deux études pour des commanditaires publics

Juil. 2013

Diplôme d’architecte d’ État à l’ École d’Architecture de Paris LaVillette PFE «Recherche sur la mitoyenneté entre institutionnel et résidentiel» dans le cadre du master densification et mutations en tissu péri-urbain par Jean Harari

Fèvr. 2013

Mémoire «Intégration des enjeux de l’étalement urbain dans le processus du projet urbain» dans le cadre du séminaire Architecture Environnement et Développement Durable à l’École d’Architecture de Paris LaVillette

2007/2010

Licence à l’École d’Architecture de Bordeaux

2006/2007

École Préparatoire en BCPST (Biologie) au Lycée M.Montaigne, Bordeaux

Juin 2006

Baccalauréat S mention AB, option art plastique, Lycée A.Malraux, Biarritz


expériences professionnelles / stages Sept. 2013/ Févr. 2014

DSA « Mise en cohérence des plateaux nord de Melun », étude en cours, projet d’espace public autour d’un nouveau boulevard urbain entre un écoquartier, un hôpital et des quartiers de grands ensembles, superivisée par Fréderic Bonnet.

Févr. 2014/ Juin. 2014

DSA « Quel avenir pour le centre-ville de Brétigny-Sur-Orge ? », étude prospective pour la mairie de Brétigny, définition d’une étude urbaine, mise en place d’une stratégie territoriale, élaboration d’un projet urbain et proposition d’espace public, supervisée par Fréderic Bonnet.

Juil. 2012/ Sept. 2012

Agence Nadau Lavergne architecture urbanisme à Paris, coordination d’un concours de logement à Bayonne, responsable des appels d’offres

Janv. 2011/ Juin 2011

Agence Christian Larroque architecte à Bordeaux, élaboration PC pour un appartement, un dojo, un hangar communal, dessin technique comme plan d’elec pour un logement, étude de faisabilité pour un hôtel, maquette pour un club-house, calcul de surface d’immeuble de logement

Sept 2009

Agence Patrick Arotcharen architecture à Anglet, aide au suivi de chantier du siège social Quiksilver à Saint-Jean-de-Luz

expériences diverses Févr.. 2014

Workshop «Acercarse del Maipo» avec UDP Escuela de Architectura Santiago de Chili et l’ENSAVT, Santiago Chili

Avr. 2008

Workshop avec l’architecte Hans Walter Muller et ENSAPBx pour la biennale d’architecture Agora 2008 à Bordeaux.

Déc. 2007

Menuiserie industrielle EUROTECH à Saint-Pée-sur-Nivelle, immersion dans une entreprise de création de meubles en bois, observation de l’étape du dessin jusqu’à sa réalisation

3


4


6 Projets p.06

à la croisée de l’économie et du paysage, Etude urbaine, DSA, Février 2014

p.12

Multiples opportunités de la route des centres, Projet d’urbanisme, PFE, Février 2013

p.18

Mitoyenneté entre institutionnel et résidentiel, Projet d’architecture, PFE, Juillet 2013

p.24

L’enseignement comme passerelle du projet urbain, Projet d’architecture, Juillet 2012

p.28

Trois fortes têtes, Projet d’urbanisme, Février 2010

p.32

Tailler dans un bloc, Projet d’architecture, Juin 2009

5


^ Restructuration du centre-ville en conciliant l’axe urbain est-ouest et la relation avec le grand territoire de l’Orge.

à la croisée de l’économie et du paysage Étude urbaine pour le DSA, Brétigny-Sur-Orge, 2013 avec Guillaume Baillard, Alessandra Marcon et Ksenia Tolkacheva dirigé par Fréderic Bonnet, Éric Alonzo, Christophe Delmar


Brétigny-sur-Orge, ville francilienne de 25.000 habitants, est aujourd’hui à un moment crucial de son développement urbain. De grandes opérations y sont en effet projetées ou voient le jour : l’écoquartier Clauses Bois-Badeau, la reconversion de la Base aérienne 217,  la densification des franges de la gare RER et l’arrivée d’un multiplexe dans sa zone d’activité. Pourtant le centre-ville peine à faire centralité. Il est constitué de polarités éparpillées qui s’insèrent dans un contexte d’urbanisation non maitrisée et d’hégémonie de grandes opérations commerciales qui l’appauvrissent.

Comment réussir à repenser le centre-ville de Brétigny-sur-Orge face aux grandes dynamiques en cours ? Deux grandes entités pourraient permettre de fédérer les polarités dispersées du centre. Il s’agit de renforcer la relation du cœur de la ville avec son territoire : consolider l’axe dynamique est-ouest et rétablir la relation perdue avec la vallée de l’Orge. Dans ce sens, l’étude explore l’outil du plan guide « détaillé » qui s’éloigne de la logique du plan-masse. Cela permet d’aboutir à différents projets sans renoncer à sa cohérence d’ensemble. 7


^

^ Stratégie d’intensification urbaine sur l’axe est-ouest Isométrie du nouveau centre-ville, entre «le plan guide» et le schéma directeur ^ Rétablir la continuité paysagère au cœur du centre-ville

8


9


^ Projet de la place centrale de la ville, un lieu séquencé en halle du marché, aire urbaine publique et terrasse calme de café ^ Projet de la réhabilitation de l’école communale en un lieu associatif, et une école d’enseignement supérieur

Place du 11 Novembre

Terrasses Jaurès

Patio commun

Rue Stalingrad

10


Dessin d’Alessandra Marcon

^Principe de densification d’îlots de centre-ville en remaillant tout en conservant une partie de l’existant ^ Proposition de passage entre les morceaux de villes séparés par la ligne de chemin de fer par des jeux de lumière et de niveaux

11


Multiples opportunités de la route des centres PFE 1/2 à ENSAPLV, 2nd méandre de la Seine, 2012 avec Fanny Dorelli, Cyprien Leger, Élisa Pelliard Le Gall, Stavros Mavrakis, Chloé Perrot, Bérengère Krenk, Camille Morvan dirigé par J.Harari, AG.Cohen, V.Cornu, B.Gaudin, G.Gribé, V.Lavergne Le projet de PFE s’est réalisé sur une période de deux semestres. Dans un premier temps une approche urbaine, à 45 étudiants afin, de définir une stratégie générale sur le 2nd méandre de la Seine en aval de Paris. Puis, par groupe de 8, nous avons mené une étude urbaine et un projet sur un territoire allant de Saint-Denis à Gennevilliers. Ce territoire a un caractère composite et faiblement structuré : strié par de lourdes infrastructures de transport le traversant sans réellement le connecter, il est majoritairement constitué de noyaux monofonctionnels s’insérant entre les lignes d’infrastructures. Cette juxtaposition par « joints creux » de zones d’activités, de zones portuaires, de grands ensembles et de quartiers pavillonnaires peine à fabriquer un tissu de ville. Le projet réintègre les grands ensembles et la zone d’activité dans un tissu de ville dense. Pour conserver l’identité et l’usage majeur du sol, nous avons travaillé sur le développement d’un tissu mixte logement/activité et conservé le caractère résidentiel des grands ensembles en travaillant sur la densification résidentielle via l’apport de mixité typologique.

13


Colombes

Gennevilliers

Villeneuve-la-Garenne

Parc des Chanteraines, respiration métropolitaine inexploitée

Le quartier du Luth : Un grand ensemble adossé au port

Colombes, rue dans un tissu dense.

?

Les Courtilles : Un grand ensemble centre-ville

La « traversée du désert » : Le parc d’un côté, la zone d’activité de l’autre avec ses palissades et ses grillages à l’alignement.

^ Analyse des «plaques» du territoire fédérées par la route des centres afin de dégager des réponses urbaines situées

14

La Zone d’activités, enclave dan identité du lieu


Un territoire en «plaques» juxtaposées

Saint Denis

L’ile St Denis

Centre-ville ancien de Gennevilliers

Confluence, projet urbain médiatisé

La «traversée du désert»

L’autoroute A86, entre fracture et liant du grand Paris

Les grands ensembles de la Caravelle et des Quartiers Sud, un ailleurs à repenser Le parc des Chanteraines, un trésor caché

ns le tissu et

Zone d’activité de Gennevilliers, un patrimoine en déclin

15

Grands ensembles de Villeneuve, un espace sans public


EXI

EXI

Un parcellaire excessivement contrasté

Bâti démoli ou déplacé stratégiquement

pro

pro

Permettre une mutabilité parcellaire

Densité poussée ici à son extrême

16


pro

Remailler un réseau insuffisant et saccadé

pro

Un maillage hiérarchisé afin de maintenir l’usage des sols

17


RETRAIT DE 6 M DE LA LIMITE PARCELLAIRE POUR AVOIR UNE VUE PRINCIPALE ET CRÉER UN PATIO

RETRAIT DE 6 M DE LA LIMITE PARCELLAIRE ET RETRAIT DE 4 M POUR AVOIR DES VUES SECONDAIRES. DECALLAGE POUR BÉNÉFICIER D’UNE LUMIÈRE ZÉNITHALE

RETRAIT DE 6 M DANS L’ÉPAISSEUR DU LOGEMENT POUR AVOIR DE LA LUMIÈRE ZÉNITHALE ET CRÉER UN RETRAIT POUR ÉCLAIRER LES DEUX LOGEMENTS

LUMIERE ZÉNITHALE SUR DEUX ÉTAGES GRÂCE AUX ESCALIERS ACCOLES AU MUR MITOYEN

MAISON EN DUPLEX AVEC PATIO CENTRAL QUI PERMET D’ÉCLAIRER TOUTES LES FACES DE LA MAISON

RETRAIT DE 6 M DE LA LIMITE PARCELLAIRE ET DÉGAGEMENT EN SOUS FACE POUR AMENAGER UN JARDIN PROFOND

ADOSSEMENT À LA LIMITE ET DEUX PROCÉDÉS POUR AVOIR DE LA LUMIÈRE ZÉNITHALE

MAISON EN DUPLEX À PLOT AFIN D’AVOIR DE LA LUMIÈRE ZÉNITHALE ET UNE OUVERTURE SUR SA PROPRE PARCELLE

LUMIÈRE ZÉNITHALE ET RECUL DE 4 M POUR AVOIR DES VUES SECONDAIRES

MAISON EN DUPLEX TRIPLEX AVEC LES ESCALIERS AU CENTRE, AVEC DES PALIERS DECALES, LUMIERE ZÉNITHALE QUI ÉCLAIRE LE CENTRE DE LA MAISON

MAISON MITOYENNE DE TOUTE PART, PREND DE LA LUMIÈRE AVEC UN RETRAIT POUR CRÉER DES PATIOS ET DE LA LUMIÈRE EN ZÉNITHAL


Recherche sur la mitoyenneté entre institutionnel et résidentiel 2/2 PFE à ENSAPLV, Gennevilliers, 2013 avec Chloé Perrot dirigé par J.Harari, AG.Cohen, V.Cornu, B.Gaudin, G.Gribé, V.Lavergne

L’ objectif du premier semestre a été de constituer des hypothèses de développement du site en requalifiant l’espace public, en proposant de nouvelles formes urbaines et en réorganisant le territoire. L’ objectif de notre PFE est de faire cohabiter un tissu résidentiel et institutionnel dans le contexte critique des périphéries urbaines denses. Nous avons déterminé un programme composé d’un groupe scolaire, maternelle et élémentaire, ainsi que du logement et de l’activité. L’îlot étant dans un lieu entièrement remodelé, nous avons élaboré un cahier des charges composé d’enjeux actuels afin d’anticiper une situation urbaine future. Nous nous sommes imposé des contraintes maximum engendrées par la mitoyenneté entre ces deux types de tissus afin de prévenir une situation urbaine courante. Ces fortes contraintes peuvent ainsi nous permettre de penser des solutions architecturales multiples.

19


^ Vue d’ensemble du projet Coupe transversale sur les logements et l’école ^

20


21


^

^ Plan de rez-de-chaussĂŠe Plan R+1

22


23


ol

uri tA

en

inc eV

Ru

ce ran eF

d Av. ZAC Tolbiac Massena Halle Freysinet ^ Un learning center, point final de la Zac Tolbiac et une universitĂŠ, pont entre boulevard urbain et patrimoine


Université de Chimie

Learning Centrer

L’enseignement comme passerelle d’un projet urbain Projet d’architecture à ENSAPLV, ZAC Tolbiac Paris, 2012 dirigé par Norbert Laurent et Laurent Berger Ce projet est un learning center et une université de chimie sur le site de la ZAC tolbiac Massena, en face de la bibliothèque François Mitterand à Paris. L’idée générale est simple: des éléments d’architecture primaire comme la façade ou le rez-de-chaussée deviennent de véritables lieux de vies desservant ainsi tous les éléments des projets. Le learning center prend place dans le gabarit incité par les îlots de la ZAC. Son rez-de-chaussée est un espace ouvert, dialoguant entre l’avant sur l’avenue de France et l’arrière sur la promenade plantée. La façade nord entièrement vitrée sur la place permet d’accéder à tous les niveaux en animant l’espace extérieur. L’institut de chimie est un pavé rectangulaire, plié à la topographie des rails d’Austerlitz, dont émergent des volumes qui représentent les différents corps de l’université.

25


^ Les lieux communs sont amenés sur socle du bâtiment permettant un véritable dialogue avec l’extérieur.

26


^Fin de la coulée verte d’un des derniers projets urbains de la capitale

^ Le hall, vitrine de l’université et lieu de rencontre

^ Le projet accompagne l’espace public extérieur

^ Dialogue entre patrimoine ferroviaire et équipement métropolitain

^ Depuis l’avenue de France, le bâtiment amorce la descente vers la halle

27


^ Réunir autour de la baie de la Bidassoa deux villes espagnoles, Irún et Fontarabie et une Française, Hendaye


Trois fortes têtes Projet d’architecture et d’urbanisme à ENSAPBx, Irún/Fontarabie/ Hendaye, 2009 avec Julie Mazière et Sonia Leglise dirigé par J.Augier Le projet est un territoire entre l’Espagne et la France de trois communes basques, Irún, Fontarabie et Hendaye. L’idée est de donner à la fois une identité à chaque morceau de ville et une unité commune aux quartiers de la baie de Txingudi. Les sites de projet ont leurs propres singularités. Ils exploitent les qualités liées aux territoires choisis  : une piste d’atterrissage d’avion, des friches ferroviaires et une réserve naturelle. Par le biais d’outils communs sur l’ensemble du territoire, du logement, des équipements et un parc, le projet cherche à établir un lien entre la ville existante et les nouveaux quartiers . Les projets s’attachent à révéler les potentiels de l’existant: un musée pour Hendaye, une gare multimodale pour Irún et un belvédère touristique pour Fontarabie.

29


^^ Plan d’ensemble des 3 sites, exploités les potentiels La baie de Txingudi, entre océan et Pyrénées

30


^ Fontarabie, des séquences d’habitat au fil de l’eau

^ Hendaye, un parc botanique pour la ville et un belvédère habité

^ Irún, un pôle multimodal surplombant une réserve naturelle

31


Tailler dans un bloc Projet d’architecture à ENSAPBx, Talence, 2008 dirigé par P. Leitner Le sujet d’étude est une maison de quartier sur une parcelle d’un parc public d’une commune périphérique de Bordeaux. Pour cela, deux envies se sont dégagées: établir un lien entre privé et public et travailler sur les vues. Je suis partie d’un bloc que j’ai façonné au fur et à mesure des intentions. Cette idée du travail des vues est poursuivie à l’intérieur du projet. L’idée est d’exploiter le paysage du parc jusqu’à la coursive de desserte des bureaux. Enfin, quelques perturbations viennent dynamiser ce prisme. La cassure est également matérialisée par une utilisation particulière des matières avec du béton pour l’ensemble du projet et du bois pour l’intérieur du passage.

33


34


^

^Comme un pavĂŠ naturel ĂŠmergent du parc Objet simple de vie du quartier Travail en coupe des vues vers le parc ^

35


margotjeanjean@gmail.com 06 76 79 67 70


Portfolio