Page 1

PORTFOLIO

Architecture

JEAN DUQUESNE


2


Chaque projet présenté ci-après est le reflet de réflexions, de manières de concevoir et de représenter qui ont mûri sans cesse, au gré des problématiques rencontrées durant cinq années d’études en architecture.

3


4


SOMMAIRE 5 CURRICULUM VITAE TRAVAIL DE FIN D’ÉTUDES Renconversion industrielle et renouvellement urbain Roubaix - Tourcoing La reconversion du peignage de la Tossée PROJETS ÉTUDIANTS Culture2, La ville en transition, Ottignies - Belgique Lieu d’émergence des idées, Gdansk - Pologne Le paysage urbain, Stockholm - Suède Centre d’accueil, Tournai - Belgique Abri de travail, Tessékré - Sénégal Fondation Banksy, site fictif

7 11 12 16 23 24 28 32 36 40 42


6


CURRICULUM VITAE


Jean Duquesne 26/12/1995 53 la Maisonneraie 62143 Angres, France jjean.duquesne@hotmail.fr +33 6 48 01 60 29, permis B

9

Formation 2013 - 2018 - Faculté d’architecture, d’ingénierie architecturale, d’urbanisme LOCI Tournai - Université Catholique de Louvain, diplômé avec distinction 2010 - 2013 - Lycée St Paul de Lens, France Obtention du baccalauréat scientifique-mention bien Expériences professionnelles 2018 - Organisateur de la Journée et nuit de l’architecture 2018 Conception et fabrication d’un skatepark éphémère, chantier, accueil du public, gestion des artistes. Juillet 2017 - Stage en agence chez BplusB architectures à Lille Visites et réunions de chantier, préparation de documents pour la conduite du projet, maquettisme, mise à jour du book de l’agence. Juillet 2015 - Stage ouvrier chez Holbat (BTP) à Wambrechies Ferraillage, sécurisation du chantier, coulage de béton (banches, fondations). Juillet 2012 et 2013 - Employé à la pharmacie du Centre de Sains-en-gohelle Saisie de commandes, rangement de médicaments. Compétences - Langues : Anglais ++++ Espagnol ++++ - Informatique : autocad, photoshop, indesign, sketchup 3ds max, Revit

++++ ++++

Centres d’intéret - Sport : athlétisme, vtt, ski alpin - Loisirs : maquettisme, dessin, jeux vidéos - Voyages (Etats-Unis, Espagne, France, Angleterre, Suisse, ...)


10


TRAVAIL DE FIN D’ETUDES


RECONVERSION INDUSTRIELLE ET RENOUVELLEMENT URBAIN Roubaix - Tourcoing

12

Les villes industrielles sont marquées par leur activité passée, Roubaix et Tourcoing sont représentatives de ce phénomène : par l’empreinte paysagère et architecturale générée par près de deux siècles d’activité textile, l’industrie a laissé des traces imprégnées dans le territoire. Mais au lendemain de la crise industrielle, l’ensemble des constituants de ce territoire sont en perte de sens. De l’obsolescence du tissu urbain nait alors une complexité du rapport entretenu entre contexte et ancienses usines. Redonner une fonction viable aux bâtiments industriels devient nécessaire pour le développement des villes. Dans cette situation particulière, les transformations doivent prendre place autour d’une réinterprétation globale du lieu. C’est ce vers quoi ce travail a tendu, il a fait émerger peu à peu la nécessité de refaire lien entre architecture et contexte, entre patrimoine et paysage, et ce en se basant sur ce qui compose la friche de l’Union. Le concept de renouvellement urbain s’est révélé être une manière d’agir entrant en corrélation avec les problématiques soulevées par le site étudié. En utilisant les caractéristiques paysagères (topographie, trame bleue, ...), tout est mis en œuvre pour faire avec le déjà là. Les éléments de réponse à la restructuration du site sont donc en lui, entre toutes les couches qui le composent, imprégnées dans son paysage. Par le remaniement paysager mais aussi programmatique, le renouvellement urbain de l’Union propose donc d’introduire une mixité, gage d’attractivité du site, qui s’organise selon les trames du passé. La reconversion du peignage de la Tossée entre alors dans la logique urbaine mise en place et illustre la capacité qu’ont les usines à se réinventer.


13


L’évolution urbaine et l’influence de l’industrie

14


Les traces de l’industrie textile - du paysage à l’architecture

15


LA RECONVERSION DU PEIGNAGE DE LA TOSSEE Roubaix - Tourcoing

16

Trame piétonne : tertiarisation programme

Trame bleue : lien au territoire

Trame verte : paysage de l’industrie

Master plan : Logique globale

Territoire industriel

A l’interface entre les villes de Roubaix et Tourcoing, l’Union, une zone de 80 hectares ayant subi la désindustrialisation, est aujourd’hui le lieu d’un projet de renouvellement urbain majeur. Il est destiné à accueillir un grand pôle d’excellence dédié au textile et à l’image. L’histoire du site étant fortement marquée par la pr sence du canal, c’est suivant ce lien territorial fort que le Master Plan de l’Union puise toute son énergie. En retrouvant les fondements de ce dernier, le projet à l’échelle du paysage s’attache à renouer un lien fort avec le canal. La nouvelle trame paysagère créée se met en connexion avec la trame bleue, elle s’immisce entre les nouvelles fonctions de logements et services tout en intégrant le bâti historique du site. Des éléments emblématiques, des trames piétonnières ou trames paysagères secondaires viennent ensuite se poser sur le paysage. Ainsi, une cohérence est redonnée à la friche en mettant en avant le canal, élément paysager majeur, caractéristique du site et de son histoire. A l’échelle architecturale, le projet propose la reconversion du peignage de la Tossée en lieu multifonctionnel, lieu de rencontre entre les différents acteurs du site de l’Union (entreprises textiles, habitants, étudiants, …). L’ancienne usine occupe une place de choix au sein de l’Union, bordée par de grands axes urbains et à l’interface entre des programmes divers. La reconversion veille au respect de l’existant, à révéler les particularités du bâtiment. Par ajout d’une extension, l’ensemble permet de structurer l’espace public et de s’intégrer à la logique de l’urbanisme développé. L’extension se propage ensuite à l’intérieur de l’enveloppe existante dans le respect de la structure. On lit ainsi une unité dans l’intervention, une clarté entre l’ancien et le nouveau. Du paysage à l’architecture, le projet veille à respecter les ambitions liées au renouvellement urbain de l’Union, en montrant la capacité du site, des formes urbaines et architecturales à se réinventer.


17


18


19


20


21


22


PROJETS ETUDIANTS


CULTURE2 - LA VILLE EN TRANSITION Ottignies - Belgique (Master 2, 2017)

24

L’organisation urbaine d’Ottignies se caractérise par une linéarité conditionnée par la topographie du site. Ainsi la ville s’est développée parallèlement aux axes naturels est artificiels tels que la rivière de la Dyle, ou encore les voies ferrées qui scindent le paysage. L’urbanisme mis en place vise à apporter une nouvelle porosité au centre-ville par la création de liens paysagers et viaires entre les deux centres historiques mais aussi entre les deux versants de la vallée. Un axe particulier s’élance perpendiculairement à l’organisation historique de la ville, il génère des poches urbaines successives. Cette percée trouve sa finalité sur une île posée au milieu de cultures, un programme lié la recherche et la transmission du savoir en lien avec la nature y prennent place. Ces fonctions s’articulent de part et d’autre d’une masse creusée sur laquelle se déposent des volumes légers et mutables. Les espaces se projettent vers les cultures, le bâti s’ouvre vers le paysage. Matérialité et volumétrie amplifient ce phénomène par une dissociation claire entre un socle massif et une volumétrie légère en lévitation au-dessus du sol. Ainsi, l’intervention répond aux besoins actuels mais aussi futurs de Ottignies par une réflexion sur la mobilité préparant la ville à l’évolution des moyens de transport, mais aussi par l’implantation d’un bâtiment amorçant une transition vers la ville durable.


25


26


27


LIEU D’EMERGENCE DES IDEES Gdansk - Pologne (Master 1, 2016)

28

A l’interface formé par le chantier naval et la ville de Gdansk prend place une masse végétale, elle témoigne de l’ancienne présence des fortifications. L’urbanisme vise à stucturer cette masse végétale, faisant naitre une réaction sur l’ensemble de la ville. Ce mouvement va s’installer dans la logique du chantier naval pour développer la ville dans un souci écologique. Il sera symbolisé par un point de repère au coeur de ce système : un bâtiment qui catalyse et provoque une réaction d’ensemble. Le bâtiment a comme objectif de se placer comme un lieu qui nourrit et partage la connaissance, de lui peuvent émerger les idées. L’architecture mise en place questionne le visiteur, elle le met en éveil par sa volumétrie, sa structure ou encore ses espaces entre le dehors et le dedans. Elle génère aussi de l’espace public, favorisant l’interaction entre le port et la ville. L’objectif de ce bâtiment est donc de mettre à disposition tout ce qui est nécessaire à la mise en place d’une idée, de sa naissance à sa concrétisation. En ce sens, il permet de découvrir, étudier et rassembler pour apprendre par le partage et la méditation.


29


30


31


LE PAYSAGE URBAIN

Stockholm - Suède (Master 1, 2017, professeur : Mia Hagg)

32

Dans le but de réactiver l’espace public délaissé par la tabula rasa moderniste au profit de l’automobile, le projet recrée un relief artificiel habitable en centre-ville de Stockholm. Ce nouveau paysage urbain redonne une identité au quartier des cinq tours emblêmatiques. Contrairement à la relation que la ville de Stockholm entretient avec l’esker (topographie naturelle traversant la ville), le relief vient ici s’affirmer, tout en s’adaptant à l’existant, il ne le domine pas et n’est pas dominé. Ce paysage artificiel est un clin d’oeil au paysage naturel, il entre en lien avec l’histoire de la ville par sa signification et son implantation. Le paysage est laissé libre pour générer de l’espace public, il connecte et dynamise les alentours. On peut donc vivre sous et sur le relief, il est à la fois protection et ouverture sur la ville, une grande diversité programmatique devient possible. La structre et le travail en strates de bois (marches générant l’espace public) permettent de prendre conscience de l’épaisseur du paysage. Ce matériau est aussi en raisonnance avec l’artisanat, le savoir faire propre à la Suède et son histoire. En venant recréer un relief artificiel, on vient rappeler l’ancien paysage urbain de Stockholm. Le projet dialogue avec l’architecture moderne, en respectant la trame de la ville. Le paysage peut être pleinement vécu et habité, il n’est plus obstacle mais lien.


33


34


35


CENTRE D’ACCUEIL

Tournai - Belgique (Bac 3, 2016)

36

Le projet de centre d’accueil pour migrants s’implante dans une vaste plaine de Tournai intramuros. Il vise, malgré son ampleur, à bénéficier d’une grande porosité s’ouvrant sur cette plaine et sur l’Escaut. La particularité de ce type de programme est qu’il impose une seule entrée pour le contrôle des accès, l’enjeu est donc de laisser une grande ouverture sur le site évitant de donner une impression de bâtiment clos. L’ensemble des espaces communs du rez-de chaussée s’ouvrent donc largement sur un jardin fermé et sont répartis suivant cinq blocs reliés par une coursive vitrée côté plaine comme côté jardin. Les étages sont composés de chambres pour l’’accueil de familles et personnes seules d’une capacité de 530 personnes. Chaque étage dispose d’un espace commun qui lui est propre favorisant la rencontre entre les occupants. Malgré une organisation divisée en cinq éléments distincts, le centre d’accueil propose une variété dans les lieux de rencontre, ces derniers se mettent en place de l’échelle du logement à celle du parc par une grande relation à l’extérieur. Le projet répond ainsi au besoin d’intégration sociale des occupants.


37


38


39


ABRI DE TRAVAIL

Tessékré, Sénégal (Master 1, option structure, 2016)

40

En réponse à la lutte contre l’avancée du désert du Sahara, le projet propose un abri de travail pour agriculteurs dans le but de rendre le travail de la terre possible dans des zones isolées. Ce refuge utilise les ressources locales fournies par les plantations au coeur de la future grande muraille verte, bande végétale traversant l’Afrique d’Est en Ouest. Ainsi, l’ensemble du projet est réalisé avec des matériaux présents dur le site. Il est pensé comme une structure déplaçable au gré des cultures. C’est un lieu de repos et de stockage au coeur des plantations. Les caractéristiques architecturales de l’abri sont en lien direct avec les problématiques du site : la ventillation naturelle de l’espace intérieur pour parer à la chaleur désertique, la surélévation du plancher pour protéger les vivres des rampants et de la terre. La forme circulaire du projet rappelle les cases traditionnelles africaines : en s’inspirant de l’architecture locale, tant par la forme que par les matériaux, le projet s’intègre au contexte. La structure est travaillée selon des portiques reposant les uns sur les autres, pour des raisons pratiques de construction en zone reculée, tous les assemblages sont réalisés avec des chevilles en bois. La simplicité et la légèreté structurelle sont au coeur du projet.


41


FONDATION BANKSY (Bac 3, 2016)

42

«Le mur a toujours été le meilleur endroit pour faire connaitre vos oeuvres. C’est l’arme de choix pour riposter.» Banksy Comme mélangé au contexte, le projet se fond dans la masse afin d’en préserver la continuité. Cette continuité est rendue possible par l’extrusion et la reprise des formes simples du site. La densité de la ville se fait ressentir par la présence de ces volumes géométriques remplissant la pacelle jusqu’à venir étouffer l’arbre. La lumière zénithale, diffuse ou directe, se plonge dans les volumes pour en révéler les caractéristiques. Lumière et matière s’associent pour mettre en valeur le mur, élément essentiel du graffiti.


43


jean duquesne architecture portfolio  
jean duquesne architecture portfolio  
Advertisement