Issuu on Google+

ARIDE LAND


ARIDE LAND


04

aride land


.54


C

Z E F FA


28. machiiine


machiiine .29


C

Z E F FA

C

Z


Z E F FA


C

Z E F FA


C

Z E F FA


JOHNNY À LʼUSINE

Bleu, jaune, rouge, vert, il y a des couleurs qui préviennent et deviennent des cadres spécifiques comme dans un conte: Il était une fois. Machine de volume de X,Y,Z mètre avec retrait de A centimètre + un bouton rouge et pleins d’autres complexités géométriques dans une salle blanche, entièrement blanche avec juste une bande verticale bleu froid qui traverse le mur, un ballon géant blanc de X(TRÈS GRAND) diamètre et de Y(TRÈS GRANDE) longueur pour maintenir une température X(EMENT) froide. Des stocks de cartons qui se font et se défont 1+1+1+... structurent certains espaces. Machines à coté de machines, machines dans machines, machines et machines aux formes qui demandent des corps de correction, des corps d’aide, des corps de chaire qui appliquent des mouvements précis à l’intérieur de chaîne de production. Le climat exotique Il était une fois Johnny qui travaille par intérim. Aujourd’hui, il va à l’usine à viande. Il y travaillera pendant trois semaines. Travailler pendant trois semaines à l’usine ce n’est pas vraiment y passer sa vie, cela ressemble un peu à du tourisme. Le cadre supérieur de l’usine habillé en blanc, charlotte sur la tête, gants, bottes lui fait visiter l’ensemble des pièces: -Lavons nous les bottes lui dit-il, et ainsi chaque fois que tu rentreras ici tu devras laver tes bottes blanches. (Le lave-bottes est une machine au sol, pas très haute mais qui mesure 6 mètres de longueur) . Tu monteras dessus et des fibres frotterons tes bottes délicatement, du savon est injecté sur les fibres régulièrement. Sur le lave-botte, tu n’auras pas à marcher, tu te laisseras juste entraîner par le tapis roulant jusqu’au bout. C’est le protocole obligatoire pour rentrer dans la chaîne de production. Dans son voyage, Johnny voit des machines et des machines. Il n’a pas rencontré de boucher. Il a vu des atendrisseuses de viande, des lardonneuses, des plieuses... Et encore plein d’autres machines (dont il ne connaît pas les noms). La plupart sont en inox et brillent dans toutes leurs géométries. Elles forment toutes une très grande chaîne d’activités. Johnny trouve cela finalement très exotique. Les activités Aujourd’hui dans cette grande chaîne, Johnny est seul dans la pièce avec l’empacteuse de lardon. Il a remarqué que chaque machine sur


JOHNNY À LʼUSINE

laquelle il travaille lui demande de produire des gestes très particuliers qu’il n’aurait plus à reproduire au cours de sa vie. La machine remplie de ladons douze barquettes en même temps si bien qu’elle en met aussi un peu partout autour. Johnny est là pour aider la machine, il doit remettre les lardons qui traînent sur la jonction des barquettes dans la barquette. Ainsi il aide la machine, en caressant doucement la surface des barquettes remplies de lardons. Pendant 7 heures, il caresse les lardons. Comme Johnny a vite compris le geste à appliquer, il peut penser à autre chose.

Alors il se souvient avoir vu des Japonais travaillant à l’usine qui essayaient de perfectionner leurs gestes pour moins se fatiguer et pour produire plus, un peu comme un footballeur essaie d’allier la beauté et l’efficacité du geste. Cela le fascine mais Johnny se dit que ce n’est pas la peine de penser à ces histoires parce que son geste ne peut pas être perfectionné de beaucoup, ce n’est juste que 40 millions de caresses à appliquer pour aujourd’hui, cela est suffisamment sexy comme cela. la rencontre Dans la trame vectorisée de l’usine, entre les lignes mobiles, Johnny rencontre Alice. le panoramique Il y a aussi une salle de nettoyage, dans l’usine avec un joli et gros tuyau bleu. Johnny peut avoir selon les heures jusqu’à 20 ou parfois même 30 chariots carénés inoxydables à laver en même temps. Alors, la salle devient très belle. Johnny ouvre le robinet et projette de la mousse blanche parfumée. La mousse est projetée très fort, et recouvre le sol de toute la salle. Tout devient blanc, le son du rafraîchisseur d’air s’étouffe dans l’épaisseur de la mousse, il y a juste quelques filets de sang qui coulent du chariot au début. Comme Johnny trouve cela assez beau, des fois quand il a beaucoup de temps, il essaie de bien recouvrir la salle de mousse et il fait des tas blancs. Quelle splendeur!


C

.56

Z E F FA


12. Villeurbanne


C

Z E F FA


C

Z E F FA

C

Z E F FA


couteau


74 . corner story


C

.58

Z E F FA


.59


cĂŠlery-rave

63


satellite

02


cĂŠlery-rave


62 . rutilante washer


.60


.61


C

Z E F FA


.62


69. tobbogan


.64


crédits photographiques: ZEFFA (pas de droits achetés, aucune utilisation commercial pour le moment) Zeffa est une banque d’image. Il produise des images génériques Papiers découpés dans des magazines publicitaires et scannés Mélanie cleyet-Marrel Jean-Alain Corre

print at chicago MARS 2008

ccp



aridland