Page 1

R6CULFOZ, "î^eculefoz", fei^e de C'esf au Xlème siècle que les moines défricheurs effectuèrent les premiers "essartements" dans les forêts de la Haute-Chaîne jurassienne, à proximité de la Source du Doubs. Ainsi naquît l'ermitage de Mouthe, qui devint au Xllème siècle un prieuré, et auquel reste attaché le nom de Simon de Crépy. Il fallut encore près de deux siècles pour que s'ouvrent de larges clairières de peuplement autour du prieuré et que se constituent les neuf villages de la Seigneurerie de Mouthe. Le Titre primitif de l'Abergement des Prieurs et Seigneurs de Mouthe de 1296 rappelle cette colonisation, lorsqu'en son article 12, il énonce que "les albergeurs défricheront et essarteronts les Joux du bas tant il leur plaira desquels ils auront pleine propriété,aux charges, cens et redevances énoncées aud titre". (A C. les Pontets).

Le Crouzet, Reculefoz, les Pontets, Rondefontaine et Bougeons formèrent ainsi "la Combe derrière", Petite-Chaux, Mouthe, Sarrageois et Gellin, "la Combe devant".

L\n tem'toi^e aux fWwfiè^es

Les plans les plus anciens ne font apparaître aucune limite au sud-est de Reculfoz, à travers les vastes parcours et bois communaux, et cette situation se prolongera jusqu'à la difficile délimitation de 1832. Mouthe et d'autres villages ont toujours prétendu que les communaux des neuf communes de la seigneurerie étaient indivis. Ceci posa d'ailleurs un sérieux problème lors du vote de la loi du 10 juin 1793 relative au partage des communaux. Une assemblée générale des neuf communes fut convoquée à Mouthe le 14 pluviôse an II proposant que "les biens communaux des neuf villages soient remis en masse et soumis à un partage général entre tous les individus qui composent ces différentes communes". L'opposition des communes de "la Combe derrière" fut vive, celles-ci revendiquant "une possession respective et respectée par chacune d'elles qui remonte a des temps immémorial et une jouissance paisible et tranquille".(A. C. les Pontets) Finalement le vote eu lieu commune par commune, les communaux de Reculfoz comme ceux de Mouthe étant soumis à un partage par tête, et mis en culture pendant près de 10 ans, avant de retourner au pâturage. Cependant en 1842 un procès courait encore concernant la prétendue indivision des communaux de la Seigneurerie de Mouthe, la Commune de Sarrageois "s"étant pourvue par voie d'appel contre le jugement par devant la Cour royale de Besançon". (A. c. le crouzet et Reculfoz)

Reculfoz Histoire A  

Le Crouzet, Reculefoz, les Pontets, Rondefontaine et Bougeons formèrent ainsi "la Combe derrière", Petite-Chaux, Mouthe, Sarrageois et Gelli...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you