Issuu on Google+

Célébration de l’excellence haïtienne Première édition du

Programme national des Prix d’excellence

2012

Présentation des 16 lauréats

Jeudi 4 octobre 2012  Port-au-Prince, Haïti

Prix Exc.indd 1

12-11-16 14:39


Tous droits réservés © GRAHN-Monde

Prix Exc.indd 2

12-11-16 14:39


Table des matières

Préambule. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 Présentation des lauréats 2012 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1. Pri Aksyon Sitwayen. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 2. Prix de l’agriculteur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 3. Prix de l’artisan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11 4. Prix de la collaboration et de l’entraide. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 5. Prix de l’éducateur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 15 6. Pri Antreprenarya « Madan Sara » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 7. Prix de l’environnement et de l’aménagement. . . . . . . . . . . . . . 19 8. Prix du jeune entrepreneur. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 21 9. Prix du leadership. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23 10. Pri pou lang ak literati kreyòl. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25 11. Prix de littérature d’expression française . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 12. Prix de l’organisme. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 13. Prix de la ruralité. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 14. Prix du scientifique. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 33 15. Prix Groupe Jean Vorbe du sportif féminin . . . . . . . . . . . . . . . . 35 16. Prix Groupe Jean Vorbe du sportif masculin. . . . . . . . . . . . . . . . 37

Propos de circonstance du lauréat Dr Jean-William Pape. . . . . . . . 39 Réactions du frère Francklin Armand. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 41

C élébration de l’excellence haïtienne

Prix Exc.indd 1

1

12-11-16 14:39


Prix Exc.indd 2

12-11-16 14:39


Préambule

Le Groupe de réflexion et d’action pour une Haïti nouvelle (GRAHN) fonde sa réflexion et son action sur six principes qui constituent ses valeurs :

• Justice sociale et participation citoyenne : reconstruire une citoyenneté partagée

qui permet à chaque Haïtien de jouir pleinement de ses droits, sans aucune forme de discrimination, tout en assumant pleinement ses devoirs envers la société ;

• Droit et accessibilité aux services de base : reconnaître le droit de tout citoyen à des

services de base tels l’éducation, la santé, l’alimentation, l’eau potable, le logement, et entreprendre les actions nécessaires visant à terme l’accessibilité de ces services de base à tous les Haïtiens, sans exclusive ;

• Continuité des actions positives : identifier, valoriser et poursuivre les bonnes

initiatives qui ont cours dans le pays, en évitant de faire table rase des expériences édifiantes ;

• Arrimage avec le pays intérieur comme manifestation de la solidarité nationale : prendre en compte les aspirations et les préoccupations de la société civile haïtienne afin de contribuer à la réalisation de celles-ci et de les porter au-devant de la scène internationale ;

C élébration de l’excellence haïtienne

Prix Exc.indd 3

3

12-11-16 14:39


• Urgence compatible avec le long terme : régler les problèmes urgents d’aujourd’hui

en ayant recours à des solutions intelligentes et responsables qui n’hypothèquent pas l’avenir du pays ;

• Développement durable : privilégier les choix de reconstruction et de développement qui préservent les générations futures.

Pour promouvoir ces valeurs au sein de la société haïtienne et dans toutes les régions du pays, le GRAHN a instauré en 2011 un programme de Prix d’excellence visant à reconnaître et à présenter en exemple les individus ou les organismes qui incarnent ces valeurs à l’échelle nationale. C’est aussi pour perpétuer la mémoire des centaines de milliers de personnes emportées par le séisme du 12 janvier 2010 que le GRAHN a institué ce programme. C’est, enfin, pour rendre hommage aux milliers d’anonymes de tous les coins du pays qui travaillent dans l’ombre à améliorer la vie et à entretenir l’espoir dans leur environnement immédiat et bien au-delà. Dans cette démarche, le GRAHN cherche à renforcer au pays une culture d’excellence dans toutes les sphères d’activité, en mettant l’accent sur la réussite collective et le souci du bien commun. Cette culture de l’excellence réfère à ce réflexe naturel qui caractérise tout être humain normalement constitué de se retourner vers ce qu’il y a de mieux pour guérir ses êtres chers, panser ses blessures profondes, calmer ses douleurs intenses, satisfaire ses besoins urgents, résoudre ses problèmes complexes, etc. L’excellence correspond donc à cet idéal que doit poursuivre toute société désireuse de progrès et de bien-être, à cette nécessité de viser toujours plus haut pour éviter la stagnation, les dérives et la descente aux enfers. La démarche du GRAHN s’inscrit donc dans cette quête de progrès social par la valorisation et la stimulation des personnes qui incarnent le goût du travail bien fait, la persévérance dans la quête d’un monde meilleur, le dépassement de soi et le sens de l’éthique. Dans cette brochure, nous présentons les 16 lauréats de la première édition de ce programme.

4

Prix Exc.indd 4

C élébration de l’excellence haïtienne

12-11-16 14:39


Présentation des lauréats 2012

Prix Exc.indd 5

12-11-16 14:39


Prix Exc.indd 6

12-11-16 14:39


1.

Pri Aksyon Sitwayen

Objektif prensipal pri sa a se pou rekonèt ak rann omaj a yon moun (gason, fanm oswa timoun) ki, kòm sitwayen oubyen kòm sitwayèn, manifeste yon konpòtman egzanplè lè li poze yonn oubyen plizyè aksyon ki ede amelyore condisyon lavi nan yonn oubyen nan plizyè kominote peyi Dayiti, ou ankò ki fè moun remake l pandan l ap defann byennèt sosyete a, ak pandan l ap akonpli devwa sitwayen ou sitwayèn li. Pou yon kandida kapab elijib pou l resevwa pri sa a, fò l satisfè de kondisyon sa yo : 

• se pou l poze yonn oubyen plizyè aksyon (ke l touche pou sa ou non) ki ta frape imajinasyon tout moun e ki ta benefisye yon moun, yon kominote, yon lokalite, yon rejyon, peyi Dayiti toutantye oubyen tout moun sou latè ;

• se pou l dispoze yon prèv konvenkan ansamb avèk temwayay kredib ki demontre ke aksyon sa yo te fèt tout bon vre.

Pou ane 2012 lan, se Frè Franklin Armand ki gen lonè sa a. Frè Franklin Armand se yon misyoné katolik ki te pran nesans en 1948 e ki mete lavi li nan sèvis moun pòv k ap viv nan peyi Dayiti, sitou nan zòn andeyò yo. Depi lane 1976 Frè Franklin Armand kreye yon òganizasyon relijye ki é par ses qualités de gestionnaire de l’environnement naturel et son niveau d’implication drele Ti Frè Enkanasyon –les Petits Frères de l’Incarnation. Apresa, li vin kreye Ti Sè Enkanasyon. Misyon de kongregasyon sa yo se pou fè youn avèk peyizan yo. Se anndan estrikti sa yo ke Frè Franklin Armand akonpli tout zèv byenfezans li anfavè zòn peyi Dayiti yo rele andeyò yo. Li kreye plizyè lekòl nan peyi a, pami yo nou kapab nonmen Lekòl Ti Pòs Gazo a ak lekòl ki nan Pandyasou a. Li kreye klinik medikal, klinik pou matènite, dispansè elatriye. Li kreye yon lekòl pwofesyonèl ki fòme agwonòm ak moun k ap aprann kondui traktè. Lekòl agwonomi sa a gen plis pase 100 etidyan ki C élébration de l’excellence haïtienne

Prix Exc.indd 7

7

12-11-16 14:39


sot nan tout peyi a. Pou yon etidyan diplome, fò l posede yon moso tè epi fò l pase w egzamen. Frè Franklin Armand fè devlope lak atifisyèl pou fè elvay pwason. Li travay nan devlòpman agrikilti nan peyi a, epi tou li travay nan fè elvay poul, kabrit, kochon elatriye. Li mete sou pye yon bouchri. Sou direksyon administratif Frè Franklin kongregasyon yo travay pou pwodui plis pase 53 mètkib dlo potab chak jou pou moun nan zòn Pandyasou. Tout reyalizasyon sa yo ak lòt ankò ke Frè Franklin mete sou pye pèmèt anpil timoun jwenn pen lenstriksyon. Apre tranbleman de tè a, òfelina kongregasyon yo bay yon bann timoun bon kote pou yo rete pandan yo trete yo byen epi fè yo al lekòl. Reyalizasyon yo pèmèt tou amelyore devlopman ekonomik nan zòn kote yo fèt yo. Tretman dlo pèmèt moun yo jwenn dlo pwòp pou yo bwè epi sa ede yo viv an sante. Klinik matènite yo pèmèt timoun nan zòn lan fèt san tèt chaje epi tou yo ede sove lavi manman yo ak tout tibebe ki fenk fèt yo. Elvay ak lagrikilti pèmèt moun nan zòn ki benefisye pwojè sa yo jwenn manje pou yo manje epi fè yon ti kòb lè yo vann yon pati nan rekòt yo.

8

Prix Exc.indd 8

C élébration de l’excellence haïtienne

12-11-16 14:39


2.

Prix de l’agriculteur

Frè Franklin se yon kretyen ekstraòdinè ki rann anpil sè l ak frè l nan peyi Dayiti anpil sèvis. Li se yon byenfetè limanite. E se pou sa, ansanm avèk tout lòt rezon nou sot enimere yo, ke n ap desène Pri Aksyon Sitwayen pou ane 2012 la a Frè Franklin Armand. L’objectif principal de ce prix est de reconnaître et de récompenser publiquement un agriculteur talentueux qui excelle dans les pratiques des cultures ou de l’élevage du bétail. Pour être admissible à ce prix, un candidat doit : être un chef d’exploitation familiale, un couple de producteurs ou une entreprise agricole familiale œuvrant en Haïti ;

• s’être illustré dans sa communauté ; • avoir fait progresser des initiatives permettant de faire connaître sa région, en

plus d’amener ses pairs à adopter des pratiques exemplaires pour l’avancement de l’agriculture et du développement rural en Haïti ;

• joindre à son dossier de candidature, au moment du dépôt, l’attestation de pratique agricole fournie par la direction départementale agricole pour l’année écoulée.

Pour l’année 2012, cet honneur revient à M. Ronald Labranche. Né à Port-de-Paix le 5 mai 1966, Ronald Labranche a fait ses études primaires à l’École Saint-Joseph, ses études secondaires au Collège Notre-Dame-de-Lourdes et ses études universitaires à la Universidad de la Sabana à Bogota (Colombie). Il est président-fondateur de plusieurs entreprises qui créent des emplois dans la région du Nord-Ouest et rendent disponibles certains produits de première nécessité : C élébration de l’excellence haïtienne

Prix Exc.indd 9

9

12-11-16 14:39


• président-fondateur des Entreprises agro-industrielles du Nord-Ouest S.A., entreprise qui œuvre dans les cultures maraîchères, dans l’élevage de bovins-porcins, dans la production de bananes, citrons, oranges, papayes, échalotes et autres ;

• président-fondateur des Entreprises La Pointe Ouest Provisions Alimentaires, qui assurent la distribution de produits alimentaires ;

• président-fondateur de Chamat Matériaux de construction, entreprise très active dans le secteur de la construction.

En plus de ses réalisations dans les domaines industriel, agroalimentaire et économique, Ronald Labranche est aussi très connu pour son implication sociale :

• Il est directeur-fondateur de la Fondation Ernest Labranche qui soutient une école

primaire dans la section communale Paulin Lacorne. Par cette fondation, 47 élèves de la localité ont pu avoir accès gratuitement à l’éducation.

• Il est le trésorier de la Chambre de commerce, d’industrie et des professions du Nord-Ouest.

Ses initiatives remarquables dans le domaine agroalimentaire contribuent à une augmentation de la production agricole dans la zone, ce qui est de nature non négligeable compte tenu des besoins urgents du pays dans ce domaine. Son implication socioéconomique est appréciée dans le milieu. Pour toutes ces raisons, le Prix de l’agriculteur de l’année 2012 est décerné à M. Ronald Labranche.

10

Prix Exc.indd 10

C élébration de l’excellence haïtienne

12-11-16 14:39


3.

Prix de l’artisan

L’objectif principal de ce prix est de reconnaître et de récompenser publiquement l’excellence d’un artisan qui s’est distingué par son travail, valorisant ainsi les hommes et les femmes qui pratiquent les métiers au pays. Dans le contexte de ce prix, le terme « artisan » désigne toute personne qui pratique l›artisanat, c’est-à-dire un travail manuel qui se réalise typiquement sans aide automatisée, entretenant ainsi une tradition de savoir-faire et un patrimoine fait de différentes catégories de métiers : métiers du bois, de la pierre, du cuir et des métaux ; métiers de bouche ; construction et travaux publics ; automobile et transport ; fabrication, réparation et maintenance ; image, édition et imprimerie ; mode et beauté. L’artisan exerce une technique traditionnelle à son propre compte, aidé souvent de sa famille et d’apprentis qu’il forme. Pour être admissible à ce prix, un candidat doit : 

• avoir exercé un métier d’art comme activité principale et de façon continue au cours des cinq dernières années ;

• avoir fait une contribution exceptionnelle en tant qu’artisan, participant ainsi à la valorisation des ressources locales et du patrimoine national.

Pour l’année 2012, cet honneur revient à M. Jean Eddy Rémy. Né en 1976 dans le village de Noailles, une ancienne propriété sucrière située à Croixdes-Bouquets, Jean Eddy Rémy apprend, très jeune, le métier de « boss métal » en tant qu’apprenti du maître Gary Darius, héritier de Georges Liautaud. Il se spécialise dans la sculpture sur fer découpé et y développe une écriture graphique qui porte sa marque distinctive. En 2004, M. Rémy participe en tant que formateur aux diverses activités de la Fondation AfricAméricA ciblant les jeunes et les enfants, dont « Ti Moun Kè Kontan », « Ti C élébration de l’excellence haïtienne

Prix Exc.indd 11

11

12-11-16 14:39


Lekòl Dwa Moun », « Dwa Ti moun ». Il est le leader de la communauté des sculpteurs de Noailles à Croix-des-Bouquets. Au contact de Philippe Dodart d’Haïti et du maître sculpteur-designer togolais Kossi Assou avec lequel il participe, en 2006, à un atelier de création lors de la 5e édition du Forum transculturel d’art contemporain, M. Rémy remet en question la tradition du fer découpé et valorise désormais la tôle de récupération à l’état brut. D’autres formes, d’autres volumes pour exprimer ses propres sensibilités émergent. La tôle qui se laisse travailler, par ses couleurs tantôt métalliques, tantôt houille et ocre, par son aspect tantôt lisse, tantôt rugueux, anime les habiles doigts de ce jeune sculpteur haïtien. En 2008, M. Rémy bénéficie d’une résidence artistique en Guadeloupe et au Panama. En 2009, il représente son pays dans le domaine des arts à Beyrouth (Liban) à l’occasion de la 6e édition des Jeux de la Francophonie et se distingue en remportant le Prix de l’Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) pour son travail exceptionnel. À cette occasion, le secrétaire général de l’APF, Jacques Legendre, affirme que Jean Eddy Rémy est un artiste qui incarne une orientation nouvelle dans la création artistique de son pays. M.��Rémy est aussi très impliqué dans des projets de développement communautaire. Il est le président de l’Association des artistes et artisans de la Croix-des-Bouquets (ADAAC), un membre actif de la Fondation AfricAméricA et un membre fondateur du centre culturel CELIDE à Croix-des-Bouquets, qui regroupe des artistes de toutes tendances : plasticiens, musiciens, gens de théâtre et de danse. Pour toutes ces raisons, le Prix de l’artisan de l’année 2012 est décerné à M. Jean Eddy Rémy.

12

Prix Exc.indd 12

C élébration de l’excellence haïtienne

12-11-16 14:39


4.

Prix de la collaboration et de l’entraide

L’objectif principal de ce prix est de reconnaître et de récompenser publiquement l’apport exceptionnel d’un citoyen haïtien, d’une citoyenne haïtienne ou d’un groupe de citoyens, de citoyennes d’origine ou d’ascendance haïtienne s’étant distingué par la qualité de son engagement et la pertinence de ses actions dans la recherche commune de solutions aux problèmes qui entravent le développement organisationnel, institutionnel ou social. De manière plus spécifique, ce prix vise :

• à promouvoir l’entraide et la collaboration dans les organisations, les institutions, les communautés ;

• à susciter le travail d’équipe et la réussite collective au sein des groupes et des collectivités ;

• à créer ou à renforcer des liens professionnels et sociaux, à échanger ou à partager

des informations, des connaissances, à articuler une vision commune, une direction pour atteindre un but fixé.

Pour être admissible à ce prix, un candidat (individu ou groupe) doit : 

• avoir travaillé de manière à augmenter l’efficience de la tâche à accomplir en vue du développement d’une relation mutuellement bénéfique ;

• s’être distingué par des actions novatrices dans la recherche de solutions pour

décloisonner les expertises, mettre en place les conditions favorables à l’intégration des nouvelles connaissances, à l’engagement mutuel dans un effort coordonné pour résoudre ensemble des problèmes.

Pour l’année 2012, cet honneur revient à Mme Odette Roy Fombrun. Née à Port-au-Prince le 13 juin 1917, Odette Roy Fombrun est diplômée de l’École normale d’institutrices en 1935. Après avoir suivi des cours à la Nursery Training School C élébration de l’excellence haïtienne

Prix Exc.indd 13

13

12-11-16 14:39


de Boston, aux États-Unis, elle fonde la première école préscolaire haïtienne en 1946. Durant son séjour à Cuba (1953), elle suit des cours d’arrangements floraux et ouvre à son retour au pays la première boutique de fleurs : Tabou, fleurs et parfums. Puis, elle retourne à ses amours : l’éducation. Auteure prolifique, elle publie des études sur l’éducation, sur l’histoire, de très nombreux livres scolaires, des contes et des romans policiers. Membre de la Société haïtienne d’histoire et de géographie, elle publie des études et des travaux ayant trait à l›histoire dont : Le drapeau et les armes de la République, L’Ayiti des Indiens et Résumé de Description… de Saint-Domingue de Moreau de Saint-Méry. Après de longues années passées en exil sous François Duvalier, dont 10 ans aux ÉtatsUnis d’Amérique et 17 ans en Afrique, elle retourne au pays natal à la fin du règne des Duvalier en 1986. En mars de la même année, s’inspirant d’une coutume paysanne, Mme Fombrun présente le konbitisme, base d’un contrat social national unificateur. La nation doit s’unir pour combattre la misère et produire de la richesse. Odette Roy Fombrun a milité toute sa vie dans le domaine de l’éducation, surtout en faveur de l’éducation civique et de l’éducation préscolaire. Elle a été présidente du Business & Professional Women’s Club de Port-au-Prince de 1996 à 2000, présidente de la Fondation 91 et responsable de la section culturelle de la Fondation 92. Pour son konbitisme, elle reçoit un prix de la Boston Konbit Clinic (23 mai 1993). À maintes reprises, elle a été ainsi honorée pour son engagement éducatif et civique ; en 2009, elle est déclarée « Trésor national vivant » en Haïti pour son « tempérament combatif de citoyenne concernée qui ose dire tout haut le « konbitisme », l’effort national possible à travers un civisme réfléchi, responsable et enseigné à l’échelle nationale ». Odette Roy Fombrun a créé le Fonds éducatif Roy-Fombrun comportant trois volets : Éducation préscolaire, Éducation civique et Promotion de la lecture par la distribution de mini-bibliothèques. En 2007, à l’occasion de ses 90 ans, ce fonds est devenu la Fondation Odette Roy Fombrun pour l’éducation (FORF). Pour avoir consacré une vie entière à la recherche de solutions novatrices aux problèmes du pays, pour avoir mené une croisade pacifique en faveur d’une Haïti meilleure, pour avoir articulé et partagé une vision généreuse de la société haïtienne, pour avoir entrepris des actions soutenues en faveur de la réalisation de cette vision, le Prix de la collaboration et de l’entraide de l’année 2012 est décerné à Mme Odette Roy Fombrun.

14

Prix Exc.indd 14

C élébration de l’excellence haïtienne

12-11-16 14:39


5.

Prix de l’éducateur

L’objectif principal de ce prix est de reconnaître et de récompenser publiquement l’excellence d’un éducateur qui s’est distingué par son travail, valorisant ainsi les hommes et les femmes qui pratiquent ce métier noble, malheureusement de moins en moins reconnu au pays. Pour être admissible à ce prix, un candidat doit : 

• avoir exercé la profession au pays au cours des cinq dernières années ; • avoir obtenu l’appui d’une personnalité reconnue du monde de l’éducation ou d’une association issue du secteur de l’éducation ;

• avoir contribué de façon exceptionnelle à l’avancement de l’éducation sur le plan pédagogique ;

• avoir contribué par sa réputation et ses actions dans le milieu à la valorisation de la profession d’éducateur.

Pour l’année 2012, cet honneur revient au professeur Fritz De La Fuente. Né au Cap-Haïtien le 3 décembre 1934, Fritz De La Fuente a fait ses études primaires et une partie de ses études secondaires au Collège Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours situé dans sa ville natale, établissement dirigé par les Pères de Sainte-Croix. Il a terminé ses études classiques à Port-au-Prince au Centre d’études secondaires. Ses études secondaires terminées, il fut admis à la Faculté de médecine et de pharmacie de l’Université d’État d’Haïti, où il obtint son diplôme en pharmacie. Éducateur de carrière et de cœur, le professeur De La Fuente a passé plus de 50 années de sa vie essentiellement à former la jeunesse d’Haïti, que ce soit dans les lycées et collèges d’Haïti ou dans les établissements universitaires comme l’Université d’État d’Haïti et l’Université Notre-Dame d’Haïti. Jeune diplômé en pharmacie, il est entré à la Pharmacie C élébration de l’excellence haïtienne

Prix Exc.indd 15

15

12-11-16 14:39


Séjourné comme pharmacien chimiste, où il a œuvré pendant près de 16 ans, soit de 1958 à 1974. Il n’y a aucun doute que certains médicaments qui nous ont été prescrits et qui ont contribué à notre bien-être ont été élaborés avec la collaboration de M. De La Fuente. À la même période, M. De La Fuente a commencé sa carrière d’éducateur, enseignant tour à tour la chimie minérale et la chimie organique dans la plupart des écoles secondaires de la capitale : Lycée Toussaint-Louverture, Petit Séminaire Collège Saint-Martial, Collège Marie-Anne, Cours Privés Roger Anglade, Collège Georges-Marc, Centre d’études secondaires, Collège Jean-Price-Mars, pour ne citer que celles-là. Depuis l’année 1966, M. De La Fuente enseigne également la chimie organique et la chimie analytique à la Faculté de médecine et de pharmacie où il a été chef du département de chimie. En 2007, il est devenu vice-doyen de la section pharmacie de la Faculté. Le professeur De La Fuente est membre fondateur de la Faculté de médecine de l’Université Notre-Dame d’Haïti, où il enseigne la chimie depuis son inauguration en novembre 1996. Au cours des 50 dernières années, le professeur De La Fuente a formé plusieurs générations d’élèves du secondaire et d’étudiants universitaires qui sont devenus aujourd’hui des professionnels accomplis, éparpillés aux quatre coins du monde. Il a fait tout cela avec compétence, intégrité, humanisme et sens du devoir. Pour toutes ces raisons, le Prix de l’éducateur de l’année 2012 est décerné au professeur Fritz De La Fuente.

16

Prix Exc.indd 16

C élébration de l’excellence haïtienne

12-11-16 14:39


6.

Pri Antreprenarya « Madan Sara »

Objektif prensipal pri sa a se pou rekonèt ak rekonpanse piblikman talan pou fè biznis ak pran initiativ tout fanm kap fè biznis nan peyi Dayiti, ke yo rele « Madan Sara » e ki, nan dè condisyon difisil, reyisi kreye larichès avèk travay, epi tou ki kontribye nan devlòpman ekonomik lokal ak pwosperite diferan rejyon nan peyi a. Pou w kandida kapab elijib pou pri sa a, fò l satisfè de kondisyon sa yo : 

• se pou l yon fanm ki genyen omwen 18 lane, epi fò l ap fè komès san rete ; • se pou l pwopryetè yon antrepriz komèsyal ki peye taks li, ki gen pa plis de 2

anplwaye, ki gen 24 mwa depi l ap fonktyone, e ki fè biznis pou yon valè verifyab de 2 a 4 milyon goud.

Pou ane 2012 lan, se Madàm Rosemène Charles ki gen lonè sa a. Madàm Rosemène Charles te pran nesans nan dat 30 desanm 1956 nan yon seksyon riral vil Pilat ki rele Rivyè Lapòt, nan Depatman Dinò. Non jèn fi li se Rosemène Joseph. Li marye ak Mesieu Raymond Charles, yon kiltivatè nan Pilat. Madàm Rosemène Charles se manman 10 pitit, e gen 7 ki vivan jodi a, 2 gason ak 5 fanm. Gen yonn nan medàm yo ki se enfimyè nan Pòtoprens e gen yon lòt ki enstititris nan vil Kap Ayisyen. Kat timoun ki pi jèn li yo nan klas segondè toujou. Madàm Charles gen 5 pitit pitit. Madàm Rosemène Charles ap egzèse pwofesyon Madan Sara depi plis pase 35 lane. Gras a aktivite sa a, li elve epi fè edikasyon tout pitit li yo an kolaborasyon avèk mari l. Chak semèn Bondye mete Madàm Charles fè 2 vwayaj ale-retou ant Pilat ak Pòtoprens. Li kontinye fè sa jis jounen jodi a, malgre li gen 55 rekòt kafe byen konte. Nan chak vwayaj li te konn fè lontan, li te chaje 50 ou 60 sak pwovizyon divès sou kamyon. Jodi a li vwayaje ak 25 ou 30 sak danre tout kalite, selon sezon an : yanm, bannann, zoranj,

C élébration de l’excellence haïtienne

Prix Exc.indd 17

17

12-11-16 14:39


mango elatrye. Tout danre sa yo vann nan mache Kwadèbosal nan Potòprens. Mari l ak pitit li ede l nan aktivite sa a lè yo patisipe nan achte pwovizyon yo epi mete yo nan sak. Chak fwa Madàm Charles ap retounen nan Pilat soti Pòtoprens, li achte kèk sak diri enpòte, kèk kès spageti, lwil elatrye, pou l al vann kliantèl li nan Pilat. Gras a pwofesyon li, epi ak sipò mari li, jodi a Madàm Charles posede yon kay nan mitan vil Pilat e l ap konstwi yon lòt kay nan banlye Pilat. Li trè koni nan vil Pilat, epi tou nan Kwadèbosal nan Pòtoprens. Chofè kamyon yo konnen l byen e yo respekte l anpil. Madàm Charles gen yon trè bòn repitasyon nan tout mache Pilat ak tout anviron yo, e repitasyon sa a solid kay founisè l yo nan capital la tou. Li popilè anpil nan Pilat. Lè w moun sonje enpòtans fanm nan sosyete peyi Dayiti, lavil kòm andeyò ; lè w moun konsidere ke se medàm yo ki reprezante zo rèl do ekonomi peyi a ; lè w moun raple yo ke Madan Sara yo se w kategori ekzanplè nan devouman yo ak kapasite yo pou travay di, lè w moun gade tout sa, wa konprann ke madanm sa a ke nap onore jodi a se yon fanm vanyan, yon gran fanm. E se pou tout rezon sa yo ke n pa desène Pri Antreprenarya « Madan Sara » pou ane 2012 la a Madàm Rosemène Charles.

18

Prix Exc.indd 18

C élébration de l’excellence haïtienne

12-11-16 14:39


7.

Prix de l’environnement et de l’aménagement

L’objectif principal de ce prix est de reconnaître et de récompenser publiquement un service ou une entreprise pour ses réalisations exceptionnelles qui ont contribué à l’amélioration de la qualité de l’habitat en Haïti, dans les domaines de l’aménagement urbain, de la gestion environnementale, de l’éducation relative à l’environnement, des énergies propres, etc. Pour être admissible à ce prix, un candidat doit : 

• s’être distingué par sa viabilité financière, son approche d’utilisation ingénieuse

des sites, la qualité de ses aménagements et le respect témoigné à la communauté et à l’environnement ;

• s’être illustré par les qualités de son système de management environnemental, son potentiel de rayonnement sur le territoire haïtien ainsi que son engagement pour le développement durable.

Pour l’année 2012, cet honneur revient à M. William Cinéa et au Jardin botanique des Cayes. William Cinéa est ingénieur forestier de profession. Il a fait ses études forestières en République dominicaine, complétant une maîtrise en biodiversité en 2000. Par la suite, il a obtenu un diplôme international en gestion de jardins botaniques à Londres, en Angleterre, puis effectué une spécialisation en gestion des ressources naturelles à la Cornell University de New York, aux États-Unis. William Cinéa est un entrepreneur-né qui ne cesse d’enrichir ses connaissances dans le domaine. Il a d’ailleurs suivi diverses formations en entrepreneuriat et en environnement en Israël, en Inde, au Canada, en Irlande, en Angleterre, aux États-Unis et en République dominicaine. Après ses études, il a fondé Green Haïti, société dotée d’un capital de lancement de 1 250 gourdes seulement. Les objectifs principaux de l’entreprise C élébration de l’excellence haïtienne

Prix Exc.indd 19

19

12-11-16 14:39


visaient le reboisement, la conservation et la protection de la biodiversité. En plus de vendre des plantes, des fruits, des graines, du matériel de jardinage et d’offrir des services de paysagisme, l’entreprise partageait son savoir en offrant des formations. M. Cinéa a reçu en 2007 le Prix de la Jeune Chambre internationale et en 2010, il était lauréat de Digicel entrepreneur. Depuis près de 10 ans, il plaide pour la création de jardins botaniques dans le pays et c’est en septembre 2003 qu’il finit par fonder le premier jardin botanique en Haïti, aux Cayes, avec ses propres moyens. Ce jardin couvre une superficie de huit hectares et est situé entre les deux réserves biologiques les plus importantes du pays, dans la zone de Bergeau. Le Jardin botanique des Cayes, qui est aussi lauréat du prix, est un modèle de conservation de la biodiversité. Il comporte plusieurs sections, dont une pour la culture des plantes maraîchères et médicinales, une autre pour les plantes endémiques et natives, ainsi qu’un arboretum pour la culture des arbres fruitiers complété par un espace d’attraction aménagé spécialement pour les mariages. Le fondateur a pris soin d’aménager une zone d’éducation et de recherche pour tout ce qui a rapport avec les plantes et une section pour la préparation et la production de pépinières avec un système d’irrigation. De plus, ce jardin, en plus de contribuer à l’amélioration de la qualité de l’habitat et de promouvoir la protection de l’environnement, est un succès entrepreneurial. C’est le site touristique le plus visité au pays avec un nombre de visiteurs payants en constante augmentation, de 30 000 en 2007 à 40 000 en 2008, puis à plus de 60 000 en 2009. Pour toutes ces raisons, le Prix de l’environnement et de l’aménagement de l’année 2012 est décerné à M. William Cinéa et au Jardin botanique des Cayes.

20

Prix Exc.indd 20

C élébration de l’excellence haïtienne

12-11-16 14:39


8.

Prix du jeune entrepreneur

L’objectif principal de ce prix est de promouvoir l���esprit d’entrepreneuriat chez les jeunes Haïtiens en récompensant publiquement un jeune entrepreneur et en mettant en valeur tant ses capacités de gestion que sa contribution au développement socioéconomique du pays. C’est donc là une façon d’attirer l’attention sur le profil d’un bon chef d’entreprise et les conditions de succès d’une entreprise, tout en sensibilisant le milieu à l’importance de l’entrepreneuriat dans la création d’emplois et de richesse. Pour être admissible à ce prix, un candidat doit : 

• être âgé entre 20 et 35 ans ; • être propriétaire d’une entreprise fiscalement responsable, ayant au maximum 2 employés, 24 mois d’opération et un chiffre d’affaires vérifiable compris entre 1 million et 3 millions de gourdes.

Pour l’année 2012, cet honneur revient à M. Daniel Loriston. Âgé de 28 ans, Daniel Loriston a décidé, il y a deux ans, de se lancer en affaires en créant son entreprise, Del Papeterie/Services d’imprimerie, à Port-de-Paix, dans le Nord-Ouest. Grâce au respect de son plan d’affaires, à une gestion rigoureuse, à une bonne stratégie de prix et de marketing et surtout à la qualité des services offerts, son entreprise a connu une rapide croissance et en moins de deux ans, elle ouvrait une succursale à Saint Louis du Nord, la ville voisine. Voulant augmenter encore plus sa part de marché, habile gestionnaire, Daniel Loriston a préféré réduire sa marge de profit et adapter ses prix en fonction du pouvoir d’achat de la clientèle régionale, tout en maintenant la qualité de ses services. Cette stratégie a été très profitable et l’entreprise s’est taillé rapidement une place enviable, car même les ONG et les ministères localisés à Port-de-Paix lui confient désormais leurs travaux d’impression, qui étaient réalisés auparavant par des entreprises de Port-au-Prince. C élébration de l’excellence haïtienne

Prix Exc.indd 21

21

12-11-16 14:39


En peu de temps, Daniel Loriston, en créant son entreprise, a provoqué de grands changements à Port-de-Paix et à Saint Louis du Nord avec la création de 13 nouveaux emplois pour les jeunes, ce qui a eu une incidence certaine sur les activités économiques et le développement régional. Daniel Loriston est un chef d’entreprise avisé, un leader régional qui joue un rôle social et économique important dans le Nord-Ouest. Il est un agent de progrès. Pour toutes ces raisons, le Prix du jeune entrepreneur de l’année 2012 est décerné à M. Daniel Loriston.

22

Prix Exc.indd 22

C élébration de l’excellence haïtienne

12-11-16 14:39


9.

Prix du leadership

L’objectif principal de ce prix est de reconnaître la capacité d’une personne à mobiliser son environnement et à le guider dans la réalisation d’un projet personnel ou collectif, profitable à la société, en mettant en relief l’importance d’un bon leadership ou d’une bonne gouvernance dans une organisation, une localité ou une région. C’est donc là une façon d’amener les citoyens haïtiens à apprécier l’excellence de façon générale et la réussite de leurs compatriotes en particulier. Pour être admissible à ce prix, un candidat doit : 

• avoir à son actif des réalisations prouvant sa capacité à relever des défis et à atteindre les objectifs fixés en mobilisant une équipe ;

• être en mesure de montrer l’impact positif de son action sur le milieu et son influence sur un segment de la société ou une organisation.

Pour l’année 2012, cet honneur revient au Dr Jean-William Pape. Il est de ces hommes exceptionnels qui, par leurs idées et leurs actions, contribuent au bien-être de leurs semblables. Le professeur Jean-William Pape, de renommée interna­ tionale, un des plus grands spécialistes haïtiens du sida, fait partie de ce groupe. Depuis plus de 40 ans, il mène un dur combat en faveur de ses compatriotes sidéens et a contribué à une nette amélioration de leurs soins. Grâce à ses efforts, la mortalité infantile a de beaucoup diminué en Haïti à la suite de l’utilisation du « sérum oral ». Après ses études de médecine dans de prestigieuses universités américaines, Jean-William Pape aurait pu s’établir aux États-Unis, mais, soucieux de prolonger son action contre le sida en Haïti, il rentre au pays. Homme d’équipe, avec un groupe de collègues haïtiens, il fonde en 1982 les centres GHESKIO (Groupe haïtien d’étude du sarcome de Kaposi et des infections opportunistes) ayant pour mission de fournir de l’aide médicale et humanitaire aux malades. Des milliers de patients en ont largement profité. Depuis C élébration de l’excellence haïtienne

Prix Exc.indd 23

23

12-11-16 14:39


2001, ces centres expérimentent sur des volontaires des vaccins qui ont donné des résultats tellement satisfaisants que l’expérience a été considérée par un comité de contrôle scientifique international comme la meilleure performance réalisée dans le domaine. Gestion et animation des centres GHESKIO, recherche scientifique, enseignement, traitement et suivi de malades, participation à des conférences, voyages à l’étranger, recherche de financement pour la pérennisation des centres, le professeur Pape a fait preuve de sens d’organisation, de beaucoup de détermination et surtout de leadership pour relever si bien tous ces défis. Son action étant connue bien au-delà des frontières nationales, il n’est donc pas étonnant qu’il ait reçu de prestigieux prix pour ses multiples recherches et ses interventions. L’ambassadeur de France, lors de la remise, au nom du gouvernement français, de la Légion d’honneur au professeur Pape, en Haïti, a eu raison de le qualifier de « bienfaiteur de l’humanité ». C’est à ce grand patriote, à ce grand humaniste, le professeur JeanWilliam Pape, que GRAHN-Monde a l’honneur de décerner son Prix du leadership de l’année 2012.

24

Prix Exc.indd 24

C élébration de l’excellence haïtienne

12-11-16 14:39


10.

Pri pou lang ak literati kreyòl

Prensipal objektif pri sa a, se bay lonè epi rekonpanse piblikman pou sipèb travay yon atis osnon yon atizan nan domèn literati kreyòl Ayiti. Moun sa a dwe rantre nan yon kategori espesyal apati travay li fè nan sèvi ak lang lan, nan defann li, epi nan fè pwomosyon li. Pou yo aksepte aksepte kandidati yon moun pou Pri sa a, fòk :

• li kreye sipèb zèv an kreyòl ki koresponn ak kalite travay nou mansyone pi wo yo ; • li poko janm genyen yon pri pou travay li nan lang kreyòl la ; • li gen yon moun rekoni nan literati kreyòl oubyen yon asosyasyon ki ap travay nan sektè sa a ki aksepte prezante li ;

• li kontribye yon fason espesyal nan avansman literati kreyòl ayisyen an sou plan pedagojik, syantifik epi literè.

Pou ane 2012 la, moun ki genyen pri pou lang ak literati kreyòl la se Pwofesè Jocelyne Lévy-Trouillot. Jocelyne Lévy-Trouillot fèt 21 avril 1948 nan vil Pòtoprens. Li fè tout klas primè li ak yon pati nan klas segondè li kay Sè Lasajès yo nan Pòtoprens epi li fini etid segondè li nan Lycée des Jeunes filles, ki nan menm vil la. Apre li fin fè etid segondè li, Li te ale Lekòl Nòmal Siperyè nan Pòtoprens kote li te diplôme nan branch sikoloji ak filozofi. Apresa, li te vwayaje nan peyi kou Lafrans ak Etazini kote li te kontinye etidye nan domèn sikoloji, edikasyon ak literati. Pwofesè Jocelyne Lévy-Trouillot genyen yon metriz nan domèn edikasyon. Se nan Long Island University li te fè metriz li. Apresa, li te al suiv yon pwogram doktora nan Florida Atlantic University. Jounen jodi a Jocelyne Levy-Trouillot se pwofesè epi Ko-responsab Inivèsite Karayib.

C élébration de l’excellence haïtienne

Prix Exc.indd 25

25

12-11-16 14:39


Nan domèn literati Jocelyne Lévy-Trouillot ekri plis pase 15 liv istwa-kout pou timoun, de (2) woman epi yon liv lèt. Woman yo se : Betsi, Edisyon KIK, 2006 epi Yo bay kanè, Edisyon KIK, 2008. Liv lèt la rele : 126 lèt damou, Edisyon KIK, 2011. Pami liv istwa-kout Jocelyne Lévy-Trouillot ekri yo, nou kab nonmen : Fifi pè peny (san dat), Gougou (san dat), Gougou pè chen (san dat), Jennjan debyen (san dat), Pòpòl yon nèg Chanzòl, (2009). Tout liv nou fenk site la yo ak anpil lòt ankò soti nan Edisyon KIK. Anplis liv ki nan kategori literati yo, Jocelyne Lévy-Trouillot pibliye plizyè lòt liv ki se liv referans, Men kèk ladan yo : Premye diksyonè mwen ; Diksyonè kreyòl Karayib, Diksyonè kreyòl-franse. Liv Jocelyne Lévy-Trouillot yo rantre nan plizyè seri ak koleksyon. Genyen seri Gougou, seri Fifi ansanm ak yon seri bileng. Anplisdesa, li genyen yon koleksyon 2004 ak yon koleksyon ki rele : Li pou plezi. Avèk pwodiksyon divès liv nou site pi wo a, Jocelyne Lévy-Trouillot genyen yon sèl preyokipasyon. Li vle founi tout kalite liv kreyòl posib nan kategori liv pou timoun. Alaverite, kit se an kreyòl, kit se an franse, ekriven ayisyen yo pa prèske ekri liv pou timoun. Se defi sa a menm Jocelyne Lévy-Trouillot deside leve ak divès liv li ekri yo. Jocelyne ekri liv ki pèmèt jenn kou granmoun jwenn bon jan detant, pandan yo ap aprann dekouvri afon sosyete kote yo ap viv la. Nan seri kou seri Fifi ak seri Gougou, Jocelyne Lévy-Trouillot sèvi ak istwa espesyal pou li ede jenn timoun traverse kèk move enpas yo kab kontre nan devlopman yo, epi li tou pwofite montre moun nan kòt fanmi an fason pou yo ede timoun yo. Lè nou sonje nan branch kreyòl literati Ayiti a pa gen anpil fanm ki selebre lapawòl ak plim yo. Lè nou sonje ratman ki genyen nan kategori liv pou timoun, nan tou de branch literati Ayiti a, nou kwè travay Jocelyne Lévy Trouillot ap fè a se yon travay ki merite ankourajman, paske se chemen li ap trase pou lòt ekriven kreyòl, fanm kou gason, ki bezwen yon model aktif epi dyanm. Se apati tout konsiderasyon nou fè pi wo a, ki fè pou ane 2012 la, nou deside bay Jocelyne Lévy-Trouillot Pri pou lang ak literati kreyòl la.

26

Prix Exc.indd 26

C élébration de l’excellence haïtienne

12-11-16 14:39


11.

Prix de littérature d’expression française

L’objectif principal de ce prix est de reconnaître et de récompenser publiquement l’excellence d’un artiste ou d’un artisan de la littérature haïtienne d’expression française qui s’est distingué par son travail dans l’illustration, la défense et la promotion de la langue française d’Haïti. Pour être admissible à ce prix, un candidat doit remplir au moins une des trois conditions suivantes :

• avoir produit des œuvres remarquables en français haïtien répondant à l’objectif mentionné ci-dessus ;

• avoir contribué de façon exceptionnelle à l’avancement de la littérature haïtienne • d’expression française sur le plan pédagogique, scientifique et littéraire ; • avoir contribué par sa réputation et ses actions dans le milieu à la défense et à la valorisation de la littérature haïtienne.

De plus, il doit remplir les deux conditions suivantes :

• en être à sa première récompense pour ses travaux dans la littérature haïtienne d’expression française ;

• avoir obtenu l’appui d’une personnalité reconnue du monde littéraire haïtien ou d’une association œuvrant dans ce secteur.

Pour l’année 2012, cet honneur revient à M. Makenzy Orcel. Makenzy Orcel est né en 1983. Il a fait irruption sur la scène littéraire d’Haïti et de la francophonie avec ses recueils de poèmes (La douleur de l’étreinte ; Sans ailleurs ; À l’aube des traversées) et ses romans (Les immortelles ; Les latrines). Le jury a été impressionné par la grande maturité de son écriture, et aussi par la poésie et le sens de la dignité C élébration de l’excellence haïtienne

Prix Exc.indd 27

27

12-11-16 14:39


humaine qui en émanent. Ces traits sont d’autant plus remarquables que Makenzy Orcel est au tout début de sa carrière d’écrivain et que ses romans ont pour cadre un univers – la Grand-Rue post-séisme, ses prostituées survivantes et celles qui ont péri, notamment « La petite », et les latrines, à la fois métaphore et réalité – qui ne se prête pas de manière évidente à la dignité humaine et à la poésie. Son premier roman, Les immortelles, paru d’abord chez Mémoire d’encrier, à Montréal, vient d’être repris à Paris par les éditions Zulma. Makenzy Orcel est en lice pour le prix Sade 2012. Il est très sollicité : invité aux Correspondances de Manosque (septembre 2012), au Salon du livre de Pau (novembre 2012) et au Festival Étonnants voyageurs de Brazzaville (février 2013), il fera aussi une tournée de plus de 10 villes de France, cet automne, et sera ensuite en résidence d’écrivain à la ville de Manosque. Publications de Makenzy Orcel La douleur de l’étreinte (poésie), Port-au-Prince, Henri Deschamps, 2007. Sans ailleurs (poésie), Port-au-Prince, Arche collectif, 2009. À l’aube des traversées et autres poèmes (poésie), Montréal, Mémoire d’encrier, 2010. Les immortelles (roman), Montréal, Mémoire d’encrier, 2010 ; Paris, Zulma, 2012. Les latrines (roman), Montréal, Mémoire d’encrier, 2011. En conséquence, c’est avec beaucoup d’enthousiasme que le jury décerne le Prix de littérature d’expression française de l’année 2012 au romancier et poète Makenzy Orcel pour l’ensemble de ses publications.

28

Prix Exc.indd 28

C élébration de l’excellence haïtienne

12-11-16 14:39


12.

Prix de l’organisme

L’objectif principal de ce prix est de reconnaître l’impact significatif d’un organisme à but non lucratif sur son milieu, promouvant ainsi l’action bénévole dans les communautés locales et encourageant les membres des organismes communautaires à poursuivre leur travail, tout en incitant le milieu à mieux apprécier le travail de ces derniers. Pour être admissible à ce prix, un organisme candidat doit : 

• être à but non lucratif et géré de façon démocratique ; • compter au moins deux ans d’opération continue et être reconnu dans son milieu ; • être géré par un conseil d’administration dont les membres sont des bénévoles ; • avoir réalisé un projet qui a un impact significatif sur le plan local, régional ou national, en y favorisant des changements positifs sur un plan quelconque (humain, écologique, économique, éducatif, religieux, etc.).

Pour l’année 2012, cet honneur revient au Réseau national de défense des droits humains. Institué en 1992, le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH) a pour objectif général de contribuer à l’établissement d’un État de droit en Haïti, en prônant la connaissance, le partage, mais également le respect des droits et devoirs des Haïtiens par tous. Pour ce faire, le RNDDH priorise principalement des rapports d’enquêtes, des communiqués et des prises de position en tant que moyens d’information et de formation. De plus, la publication trimestrielle d’un bulletin intitulé Indicateur des droits humains se révèle un résumé intéressant de la situation générale des droits humains en Haïti. La portée du changement social, politique et culturel nécessaire pour établir les bases solides de la démocratie et des droits humains au sein du gouvernement et de la société en Haïti requiert du RNDDH et de ses partenaires un engagement à long terme à multiples C élébration de l’excellence haïtienne

Prix Exc.indd 29

29

12-11-16 14:39


facettes. Ce constat a conduit le RNDDH à adopter une stratégie explicite qui comprend deux axes importants : l’engagement à un changement social et culturel à long terme et la mise en œuvre d’une variété d’activités et de mesures simultanées, dans le but de parvenir à des résultats effectifs et durables. Les sujets sont enseignés par le personnel éducatif du RNDDH ainsi que des personnes qui collaborent avec le RNDDH, entre autres des professeurs d’université, des avocats et d’anciens parlementaires. Depuis le séisme du 12 janvier 2010 et l’apparition du choléra, le RNDDH, profondément préoccupé par ces événements, a de nouveau élargi son programme de monitoring afin d’effectuer des visites aux camps d’hébergement des personnes déplacées et aux sites de relocalisation, et afin de collecter des données sur tout autre mécanisme de réponse, local et international, aux désastres et épidémies. Cela en vue de recueillir, lors de ces interventions, des informations sur le respect des droits humains. Une telle observation permet au RNDDH de présenter une analyse approfondie des efforts de reconstruction et du travail réalisé par les organismes d’exécution. Cette analyse permet également de déterminer si ces interventions rapprochent ou éloignent l’État de son rôle de fournisseur, solide et indépendant, des services sociaux de base, qui respecte et protège les droits humains de ses citoyens. Il ne fait aucun doute qu’avec les années, le RNDDH a pris de plus en plus d’ampleur tant au regard de sa capacité que de sa crédibilité ; il s’est transformé notamment en une organisation chef de file des droits humains dans l’Haïti d’aujourd’hui. Pour toutes ces raisons, le Prix de l’organisme de l’année 2012 est décerné au Réseau national de défense des droits humains.

30

Prix Exc.indd 30

C élébration de l’excellence haïtienne

12-11-16 14:39


13.

Prix de la ruralité

Dans l’esprit du konbitisme, l’objectif principal de ce prix est de promouvoir l’espace rural où vit la paysannerie haïtienne en récompensant les actions collectives positives des régions rurales en vue d’une revalorisation du travail des paysans. C’est donc là une façon de mettre en évidence des réalisations individuelles ou collectives qui ont un impact significatif sur la qualité de vie des citoyens en milieu rural et dans les régions. Pour être admissible à ce prix, un candidat doit : 

• avoir fait une contribution exceptionnelle en tant que citoyen ou collectivité rurale, avec un impact évaluable dans des domaines comme l’agriculture, l’environnement, le reboisement, la pêche et l’élevage, contribuant ainsi à la valorisation des ressources naturelles locales ou régionales.

Pour l’année 2012, cet honneur revient à l’Association des paysans de Vallue. Fondée à Petit-Goâve le 3 janvier 1987, l’Association des paysans de Vallue (APV) a 25 ans d’existence, possède le statut d’ONG, est reconnue par l’État et concerne environ 6 000 personnes. Elle mobilise les paysans dans son secteur pour en faire une force organisée dans la prise en charge de son avenir, dans l’exploitation rationnelle et adéquate des ressources du milieu en vue d’un développement durable, mais aussi dans le rétablissement de la dignité humaine par des actions culturelles ainsi que dans le domaine de la santé. L’APV a à son actif une longue liste de réalisations qui caractérisent son action constante pour faire de Vallue un village où il fait bon vivre et séjourner : école communautaire (250 enfants), bibliothèque, radio communautaire, centre de santé pour des soins primaires, mise en place d’une agriculture familiale basée sur la production de légumes et de fruits, distribution de 10 000 outils, 5 000 poulets, 400 porcelets, 150 lapins, 20 vaches et autres, un point d’eau central entretenu collectivement, un atelier de production C élébration de l’excellence haïtienne

Prix Exc.indd 31

31

12-11-16 14:39


agroalimentaire TOPLA (confitures, mamba, gelées), mise en place d’une mini-laiterie (200 litres/jour) en cours d’installation, des infrastructures : impluvium de 75 000 gallons et un réservoir de 35 000 gallons, un marché (100 places) couplé à un réservoir de 35 000 gallons, 13 kilomètres de routes dont 7 sont bétonnés, 6 latrines publiques, 20 logements familiaux et un espace cimenté de 400 mètres carrés multifonctionnel (sports, assemblées, théâtre, concerts) avec gradins, et enfin un monument commémoratif pour les victimes du séisme du 12 janvier 2010. De plus, l’APV est impliquée dans la formation des jeunes pour des petits métiers, de techniciens agricoles, d’agents de santé ; dans l’accueil d’étudiants en stage ; dans le développement du tourisme, de la culture ; dans des campagnes de sensibilisation en matière d’environnement (distribution de 800 000 plantules, 4 éditions de la Foire de la montagne). Elle privilégie le travail en combit et développe la capacité des paysans à générer des revenus en valorisant leurs produits (fruits transformés, chocolat fermenté, etc.). L’APV entreprend tout un travail et une réflexion sur le concept d’« écomontagne » avec trois principes : l’entraide par combitisme, l’écovillage s’appuyant sur le lakou familial, l’accueil des touristes dans un environnement sauvegardé de la montagne (de 400 à 900 mètres d’altitude). Pour toutes ces raisons, le Prix de la ruralité de l’année 2012 est décerné à l’Association des paysans de Vallue.

32

Prix Exc.indd 32

C élébration de l’excellence haïtienne

12-11-16 14:39


14.

Prix du scientifique

L’objectif principal de ce prix est de reconnaître et de récompenser une personne qui s’est distinguée en science ou en innovation technologique, deux domaines clés sur lesquels reposent le bien-être de la société et la productivité des entreprises. Ces domaines définissent également la capacité d’une société à être plus compétitive, productivité accrue et compétitivité se traduisant à leur tour par une plus grande aptitude à créer de la richesse. De manière plus spécifique, ce prix vise :

• à promouvoir et à encourager des réalisations qui contribuent à contrer le sous-

développement d’Haïti par la création ou l’adaptation de théories, de principes, de méthodes ou de procédés qui permettent ou devraient permettre de faire plus et mieux avec moins ;

• à renforcer l’esprit scientifique au pays comme cadre privilégié de résolution des

problèmes et d’articulation de notre vision du monde pour améliorer le quotidien et anticiper l’avenir.

Pour être admissible à ce prix, la personne doit avoir fait preuve d’une contribution exceptionnelle en matière de science, de technologie ou d’innovation dans le pays. Pour l’année 2012, cet honneur revient à l’ingénieur géologue Claude Prépetit. Claude Prépetit a obtenu en 1976 son diplôme de génie civil et une licence de géologie appliquée de la Faculté des sciences de l’Université d’État d’Haïti. Il a poursuivi des études avancées en géologie de l’ingénieur à l’École nationale supérieure des mines de Paris, plus précisément au Centre de géologie de l’ingénieur, où il a décroché en 1988 un diplôme de géologue. Il a ensuite pratiqué à titre de stagiaire au Bureau de recherches géologiques et minières de la France. De 1976 à 1986, M. Prépetit a occupé différentes fonctions à l’Institut national des ressources minérales (INAREM) et au ministère des Mines et de l’Énergie d’Haïti, parmi C élébration de l’excellence haïtienne

Prix Exc.indd 33

33

12-11-16 14:39


lesquelles : géologue prospecteur au Projet de recherches minières dans le nord d’Haïti, géologue prospecteur puis directeur au Projet intégré de développement de la pierre, chef du Service de géologie au ministère des Mines et de l’Énergie. Depuis 1986, il travaille au Bureau des mines et de l’énergie, où il a exercé la fonction de directeur du secteur de la géologie et des mines de 1986 à 2001, puis celle de conseiller technique à la direction générale de 2001 à nos jours. Claude Prépetit enseigne la géologie de l’ingénieur, les matériaux de construction et la mécanique des sols dans plusieurs universités de la capitale haïtienne : Faculté des sciences et Faculté d’agronomie et de médecine vétérinaire (FAMV) de l’Université d’État d’Haïti, où il est enseignant-chercheur, Université Quisqueya et Université GOC. En mars 2009, il a reçu le grade de docteur honoris causa de l’Université GOC. Claude Prépetit a publié quatre importants ouvrages : Éléments de matériaux de construction (1990), Géoscience (vol. I, 1992) ; Introduction à l’étude des matériaux de construction d’Haïti (Éditions de l’Université d’État d’Haïti, 2009) ; et La menace sismique en Haïti, hier, aujourd’hui et demain (Éditions de l’Université d’État d’Haïti, 2011). Il est également l’auteur de nombreux rapports publiés en Haïti sur les marbres, les granulats, la géotechnique, l’environnement, la sismicité d’Haïti et l’exploitation minière. L’ingénieur Prépetit a représenté Haïti à plusieurs réunions internationales et a prononcé plusieurs conférences de haut niveau technique tant en Haïti qu’à l’étranger. Avant le séisme du 12 janvier 2010, Claude Prépetit n’a cessé d’alerter les autorités, les médias et la population de la probabilité d’un séisme majeur en Haïti. Malheureusement, très peu l’ont écouté. Avant le séisme, la menace sismique restait méconnue de la plupart des Haïtiens : c’est grâce à la grande campagne de vulgarisation scientifique menée inlassablement par l’ingénieur Claude Prépetit qu’aujourd’hui la majorité du peuple haïtien possède des connaissances de base sur les séismes et risques sismiques en Haïti. Pour toutes ces raisons, le Prix du scientifique de l’année 2012 est décerné à l’ingénieur Claude Prépetit.

34

Prix Exc.indd 34

C élébration de l’excellence haïtienne

12-11-16 14:39


15.

Prix Groupe Jean Vorbe du sportif féminin

L’objectif principal de ce prix est de reconnaître et de récompenser une jeune femme qui s’est distinguée dans l’une des disciplines sportives pratiquées au pays. De manière plus spécifique, ce prix vise :

• à promouvoir et à encourager l’excellence dans le sport chez les jeunes femmes comme manière de se dépasser et de développer une certaine discipline de vie ;

• à renforcer l’esprit sportif qui fait de l’adversaire une personne à combattre dans le respect des règles du jeu et non un ennemi à abattre à tout prix.

Pour être admissible à ce prix, un candidat doit : 

• être une personne de sexe féminin ; • avoir fait preuve d’une performance exceptionnelle dans l’une des disciplines sportives pratiquées au pays ou avoir contribué de façon significative au développement du sport au pays.

Pour l’année 2012, cet honneur revient à Mme Valiollah Saint-Louis Gilmus. Née à Port-au-Prince le 27 juin 1965, Valiollah Saint-Louis Gilmus a fait ses études secondaires au Nouveau Collège Bird à Port-au-Prince. Elle a obtenu en 1985-1987 un diplôme d’études universitaires générales en sciences et techniques des activités physiques et des sports (DEUG STAPS). Puis, elle a décroché en 1987-1988 une licence ès sciences et techniques des activités physiques et des sports. Elle a de plus fait d’autres études dans le domaine de l’activité physique et sportive, notamment à Dakar, au Sénégal, à l’Institut national supérieur de l’éducation populaire et du sport (INSEPS) en 1988-1989, où elle a obtenu une maîtrise ès sciences et techniques des activités physiques et des sports. Elle a soutenu son mémoire à Dakar le 7 juillet 1989, lequel avait pour sujet « L’éducation physique et sportive dans le système scolaire haïtien ». C élébration de l’excellence haïtienne

Prix Exc.indd 35

35

12-11-16 14:39


Valiollah Saint-Louis Gilmus a également fait des études de maîtrise à l’Université de Montréal, au Québec, dans le même domaine, avec une spécialisation en administration des organisations sportives de 1989 à 1992. Sa recherche portait sur le thème « Vers un modèle de structure opérationnelle pour les fédérations sportives haïtiennes ». Elle a eu une carrière remarquable comme athlète de 1977 à 2009, notamment comme :

• joueuse de l’équipe féminine de volleyball des anciennes gloires d’Haïti ; • membre du groupe de démonstration de gymnastique de l’INSEPS ; • joueuse de la sélection nationale de volleyball d’Haïti ; • joueuse de l’équipe de volleyball de l’Association sportive les Tigresses ; • joueuse de la sélection nationale juvénile de volleyball d’Haïti ; • joueuse du club Blue Girls du Nouveau Collège Bird ; • joueuse de l’équipe de volleyball scolaire du Nouveau Collège Bird. Depuis 1995, elle a occupé différentes fonctions dans le domaine sportif, entre autres :

• chargée de mission – formation des cadres ; • directrice du Centre sportif de Carrefour de 1995 à 2003 ; • directrice de la Formation et du perfectionnement de 1993 à 1995 ; • chef du Service de l’éducation physique et du sport en 1992 et 1993 ; • coordonnatrice technique à la Direction de la jeunesse et des sports en 1992. Elle occupe aujourd’hui la fonction de directrice des Activités physiques et des sports et est chargée de la formation des cadres au ministère de la Jeunesse, des Sports et de l’Action civique. Enfin, elle a été membre fondatrice de l’Académie nationale olympique d’Haïti (ANOH) dont elle est la présidente jusqu’en 2013 (2011-2013). Pour toutes ces raisons, le Prix Groupe Jean Vorbe du sportif féminin de l’année 2012 est décerné à Mme Valiollah Saint-Louis Gilmus.

36

Prix Exc.indd 36

C élébration de l’excellence haïtienne

12-11-16 14:39


16.

Prix Groupe Jean Vorbe du sportif masculin

L’objectif principal de ce prix est de reconnaître et de récompenser un homme qui s’est distingué dans l’une des disciplines sportives pratiquées au pays. De manière plus spécifique, ce prix vise :

• à promouvoir et à encourager l’excellence dans le sport chez les jeunes hommes comme manière de se dépasser et de développer une certaine discipline de vie ;

• à renforcer l’esprit sportif qui fait de l’adversaire une personne à combattre dans le respect des règles du jeu et non un ennemi à abattre à tout prix.

Pour être admissible à ce prix, un candidat doit : 

• être une personne de sexe masculin ; • avoir fait preuve d’une performance exceptionnelle dans l’une des disciplines sportives pratiquées au pays ou avoir contribué de façon significative au développement du sport au pays.

Pour l’année 2012, cet honneur revient à M. Guy Allen. Guy Allen est né aux Gonaïves le 3 juillet 1956. Ses études primaires et secondaires dans cette ville se sont accompagnées de la pratique du football chez les FIC et sur le moindre espace disponible dans la ville. Dès l’âge de 14 ans, il fait partie de l’équipe l’Aigle Rouge qu’il doit abandonner en 1974 quand il entre à Port-au-Prince pour poursuivre ses études. Il a été accueilli par le Victory Sportif Club, dont il deviendra plus tard le capitaine. Il obtient son baccalauréat 2e partie au Collège Catts Pressoir. Il a poursuivi ses études en génie civil à l’Institut supérieur de technologie d’Haïti et en comptabilité à l’École Maurice-Laroche.

C élébration de l’excellence haïtienne

Prix Exc.indd 37

37

12-11-16 14:39


Malgré ses obligations professionnelles, son amour pour notre sport national l’a amené à poursuivre le football au niveau international. Il a été capitaine de la sélection nationale qui a gagné la Coupe Caraïbe des Nations en 1979 au Surinam. Fonctionnaire d’abord comme comptable, puis comme ingénieur au ministère des Travaux publics, Transports et Communications (TPTC) durant 12 ans, M. Allen a par la suite créé sa propre entreprise, G et G Sportif, en 1990. Bref, Guy Allen est un modèle accompli de sportif de haut niveau qui a su combiner le sport et les études, puis l’administration publique, les affaires et un lien solide avec les milieux sportifs. Voici quelques-uns de ses faits d’armes :

• facilitateur pour les associations de football vétéran de la diaspora haïtienne d’Amérique du Nord en tournée annuelle en Haïti ;

• financement du prix du Ballon d’or haïtien ; • prise en charge chaque été de nombreuses compétitions de quartier à Port-auPrince et dans les régions (provinces) ;

• soutien financier aux sportifs en difficulté ; • supervision bénévole pour homologation des terrains de football des championnats de la Fédération haïtienne de football (FHF).

Pour toutes ces raisons, le Prix Groupe Jean Vorbe du sportif masculin de l’année 2012 est décerné à M. Guy Allen. 

38

Prix Exc.indd 38

C élébration de l’excellence haïtienne

12-11-16 14:39


Propos de circonstance du lauréat Dr Jean-William Pape Prix du leadership 2012

Au nom des lauréats des Prix d’excellence 2012, je remercie le GRAHN pour la distinction qu’il a bien voulu nous accorder au cours de cette cérémonie. Le GRAHN a souhaité récompenser l’excellence dans tous les domaines de la vie nationale, de façon inclusive. Ces prix soulignent l’importance du travail accompli par chacun des 16 lauréats dans sa sphère d’intervention pour le bien de la communauté et du pays tout entier. Par ce geste, le GRAHN a voulu rendre hommage aux milliers de victimes du séisme du 12  janvier 2010 afin de les garder vivantes dans notre mémoire et de ne pas répéter les mêmes erreurs, les mêmes négligences qui ont contribué à leur disparition. Le GRAHN a également voulu rendre hommage aux milliers d’Haïtiens anonymes qui ajoutent chaque jour leur pierre à la construction de notre pays, et en particulier à nos paysans qui, depuis plus de 200 ans, travaillent la terre en silence sans aucune assistance. Une fois de plus, au nom des récipiendaires, je remercie vivement le GRAHN de cette heureuse initiative tout en formulant l’espoir que nos valeurs haïtiennes serviront de modèle à notre jeunesse.

C élébration de l’excellence haïtienne

Prix Exc.indd 39

39

12-11-16 14:39


40

Prix Exc.indd 40

C élébration de l’excellence haïtienne

12-11-16 14:39


Réactions du frère Francklin Armand Prix de l’action citoyenne 2012

Tout d’abord, un merci spécial à GRAHN-Monde, à ses responsables, à son équipe. Merci de penser à moi, simple citoyen et chrétien, serviteur de Dieu, parmi d’autres qui ont autant de mérite dans notre société. Merci pour ce programme de Prix d’excellence, et particulièrement pour le Prix de l’action citoyenne de l’année qui m’est attribué, ce 4 octobre 2012. Simple citoyen et chrétien, dis-je. Au fait, j’ai été amené très tôt à faire un double choix qui alimente aujourd’hui mes convictions profondes. D’abord, le choix de Dieu, le choix de l’Église, précisément de l’Église catholique romaine, le choix de la vie religieuse, en suivant les traces du père Charles de Foucauld, qui allait être pour moi un modèle. Charles de Foucauld, le « petit frère universel », appelé aussi frère Charles de Jésus, je l’ai découvert un jour à l’occasion d’une retraite spirituelle. Dès lors, je vais le côtoyer avec admiration, ce frère Charles de Foucauld, ancien officier de l’armée française devenu, par la suite, prêtre, ermite et nomade dans le désert du Sahara. Je vais apprendre à bien le connaître à travers ses écrits spirituels qui, je l’avoue, à côté de tous les autres conseillers spirituels que je vais avoir la chance d’approcher, vont finir par faire un véritable écho en moi. Cet écho, je vais pouvoir le communiquer, le chérir, le cultiver, jusqu’à la mise sur pied et l’implantation, à travers le pays ou même en terre étrangère, de l’œuvre des Petits Frères (PFI) et des Petites Sœurs de l’Incarnation (PSI) dont la mission première a été de se consacrer totalement au service des plus pauvres parmi les pauvres en Haïti. Ensuite, j’ai fait le choix de la paysannerie, le choix d’accompagner les plus faibles au sein de notre société où il y a malheureusement beaucoup d’inégalités criantes. Vous connaissez tous les maux qui rongent notre milieu. Inutile ici de les rappeler. Ce n’est pas non plus l’objectif de nos propos en cette circonstance solennelle d’hommages et de reconnaissance.

C élébration de l’excellence haïtienne

Prix Exc.indd 41

41

12-11-16 14:39


Je suis heureux, en effet. Et ce bonheur, je le partage volontiers autour de moi tout en ayant une pensée affectueuse à l’endroit du GRAHN pour sa grande contribution désormais précieuse aux efforts de développement de notre pays. Ce moment solennel de rassemblement autour des valeurs fortes de la nation et de la République me rappelle les liens indéfectibles qui fondent notre destin solidaire et notre commune volonté de vivre ensemble. Ce Prix de l’action citoyenne qui m’est décerné consacre avant tout le courage et l’esprit de sacrifice de la congrégation des Petits Frères et des Petites Sœurs de l’Incarnation fondée depuis tantôt 36 ans, à Pandiassou, une petite localité située dans le Plateau Central, tout près de Hinche. Notre œuvre aujourd’hui s’étend sur tout le territoire, à travers les lacs collinaires, les écoles primaires et secondaires, les cantines, les centres de nutrition, soit près de 6 000 jeunes par jour à nourrir dans divers endroits du pays, pour ne citer que ces quelques exemples d’initiatives des PFI et PSI. Je le dédie aussi, ce prix, au secteur de la paysannerie pour qui, et au service de qui, à l’instar du père Charles de Foucauld, je travaille un peu dans cet esprit d’ermite et de nomade qui croit encore dur comme fer que les déserts peuvent se rencontrer, s’il existe des femmes et des hommes appelés à les animer, les remuer. Les animer au sens étymologique du mot : « donner une âme ». Contribuer modestement à rendre une âme à cette paysannerie souvent délaissée là où il y a désolation, tristesse, désarroi, pénurie, famine et soif. C’est fort de cette conviction que je m’engage depuis tout ce temps, 36 ans, par le biais de la congrégation, à me donner corps et âme pour que notre pays soit une terre de paix, et qu’il s’engage de manière résolue vers la prospérité et le bien-être tant matériel que spirituel en intégrant tout le monde, gens de la ville, gens de la plaine, gens d’ici, gens d’ailleurs, gens des mers, des forêts, des vallées, des étangs, gens de toutes les couleurs et de toutes les classes sociales, gens de toutes les convictions religieuses, spirituelles. Mais surtout, les gens de la paysannerie, les gens de ce pays en dehors, hélas majoritaire. Lieux encore féconds de tous les ressourcements, de tous les renouvellements, de toutes les renaissances possibles de notre société. En effet, la paysannerie haïtienne est un véritable réservoir de valeurs qu’il importe de sauvegarder. Au lendemain de la guerre de l’Indépendance d’Haïti, deux pays ont émergé dans un seul : le pays légal ou l’Europe, le pays réel ou l’Afrique. Le modèle de l’Europe va finalement supplanter l’Afrique. Les protagonistes de l’Europe ont engrangé 80 % de toutes les richesses du pays, laissant ainsi 20 % à la masse majoritaire. La mort de Jean-Jacques Dessalines, symbole incontestable des éternels va-nu-pieds venant d’Afrique, provoquera la radicalisation tacite des deux modèles, basculant Haïti dans une guerre interminable et provoquant ainsi une instabilité endémique. Une division sociale, séculaire, véritable obstacle au projet économique. Sauver Haïti, c’est sauver le pays réel. C’est pour cela que toute tentative visant au renforcement de l’exclusion de la majorité ne fera qu’empirer notre pays ou l’enfoncer dans un trou que nous ne cessons de creuser, de nos jours, tant sur le plan moral qu’éthique.

42

Prix Exc.indd 42

C élébration de l’excellence haïtienne

12-11-16 14:39


Si, par manière de défense ou de marronnage, l’Haïtien a fait montre de comportements contraires à ces deux valeurs, l’histoire de la paysannerie s’est pourtant cristallisée par le respect scrupuleux de la vie, le respect du sens de l’autre, le respect de la parole donnée, l’hospitalité, le sens de l’accueil, le sens du partage et de l’ingéniosité, le sens de la fête, du sacré et de la transcendance. Le sens de la joie, de la gaieté, du dépassement, le sens de la résilience avec beaucoup d’humour, et de courage. « Manje kwit pa gen mèt, si gen pou yon, genyen pou Kinz. » « Vwazinaj se fanmiy, se kolon ki bat. »

Ces proverbes sont encore d’actualité, qui disent les valeurs positives en vogue dans la paysannerie. Par ailleurs, l’Église est arrivée en Haïti dans la mouvance liée à la « découverte » et à « l’esclavage ». Globalement, comme institution, elle est marquée par la réalité du pays légal et les « valeurs occidentales ». L’Église a connu en son sein des missionnaires héroïques qui se sont identifiés intellectuellement et matériellement aux exclus de la paysannerie. Des missionnaires qui se sont insérés au milieu des gens et sont allés plus loin dans ce sens, dans une proportion que des indigènes ont de la peine à approcher. Ces derniers ont intégré des valeurs culturelles, morales, éthiques dépassant de mille coudées celles des autochtones. Pendant les 70 dernières années, toute une pléiade de jeunes est entrée dans l’espace ecclésial, comme prêtres, religieux ou religieuses et laïcs engagés, et a essayé d’intégrer toute la réalité du pays réel en contribuant à l’avancement des causes de l’Église et en faisant la théologie à travers ces valeurs. Résultat alors recherché : une Église créole pour un peuple créole. Tout un combat à mener et qui a besoin du soutien moral des uns et des autres. Cependant, une vision dichotomique et manichéenne du phénomène religieux tend à déstabiliser le peuple en opposant ciel et terre, âme et corps, matière et esprit. On n’insiste pas assez sur le fait que le ciel commence ici et maintenant (hic et nunc) et que les intrants indispensables sur lesquels nous devrions plancher pour construire ce royaume sont des réalités politiques, économiques, sociales, environnementales renvoyant aux valeurs du vrai, du juste, du beau et de l’abondance. Dans cette dynamique d’antagonisme ou d’opposition, l’homme demande à Dieu de faire à sa place les tâches qu’il doit lui-même accomplir et se déconnecte de la terre. « Syèl la pa piyay nan pwen volè’l nan pwen achtel se redi nan travay, fè sa Bon Dye vle. » Et certains chrétiens continuent encore de chanter : Manman Mari mwen pa gen kay : Wa di Jezi sa Manman Mari mwen pa gen rad : Wa di Jezi sa. 

C élébration de l’excellence haïtienne

Prix Exc.indd 43

43

12-11-16 14:39


Tandis que Jésus, de son côté, ne cesse de nous dire et nous redira à la parousie : « J’ai eu faim, et vous m’avez donné à manger. Soif, et vous m’avez donné à boire. Nu, vous m’avez habillé. Malade et en prison, vous m’avez visité. » « Bénis du Père, prenez possession du Royaume éternel. » Concrètement, le peuple haïtien s’en remet tout entier à la religion et à la politique qu’il considère à tour de rôle comme une panacée de tous ses problèmes, individuels, familiaux, nationaux, au point d’ignorer par exemple que la religion et la politique sont, chacune, autonomes et spécifiques l’une par rapport à l’autre, tout en étant un tout constitutif de l’être humain. Si la religion, globalement, est vécue de manière dichotomique, comme on vient de le voir, la politique, pour sa part, marquée profondément par un manichéisme certain, place le peuple dans une situation de totale évasion. Autant la manière qu’ont certains concitoyens d’interpréter la religion les déchire, les écartèle et les place déjà au paradis, sans avoir travaillé pour la transformation de leur environnement immédiat, sans combattre pour la vérité et la justice, la libération tant de l’homme que de la femme, sans lutter enfin contre le mal et le péché, autant la politique fait de l’Haïtien un Martien sans mission à incidences réelles sur la transformation sociale, politique et économique. Pour preuve, voilà bien un pays, Haïti, passé de la colonie la plus riche du monde à la misère la plus tragique. Un pays littéralement détruit de nos mains, tout au cours de ces 208 dernières années. Notre congrégation, les Petits Frères et les Petites Sœurs de l’Incarnation, que le GRAHN a tenu, en cette époque particulière de notre existence de peuple, à honorer, fait partie de cette catégorie de religieuses et de religieux voués à la cause du pays réel. Au nom donc des Petits Frères et des Petites Sœurs, je souhaite que cette première édition de remise des Prix d’excellence donne lieu à une tradition, pour GRAHN-Monde, d’honorer des citoyennes et des citoyens du pays, qui travaillent dans des conditions généralement précaires dans des secteurs différents, souvent isolés, esseulés, livrés à eux-mêmes, à leur intime conviction qu’un miracle social, collectif, est encore possible. En guise de rappel, les valeurs de GRAHN-Monde se constituent autour de six principes fondamentaux qui sont : 1. Justice sociale et participation citoyenne 2.  Droit et accessibilité aux services de base 3.  Continuité des actions positives 4.  Arrimage avec le pays intérieur comme manifestation de la solidarité

nationale

5.  Urgence compatible avec le long terme 6.  Développement durable

44

Prix Exc.indd 44

C élébration de l’excellence haïtienne

12-11-16 14:39


Gardons l’espoir que ces principes dans leur ensemble seront finalement ancrés, admis comme des valeurs fortes à s’approprier collectivement. Je saisis cette occasion rare pour féliciter les amis, frères et sœurs comme moi, honorés pour leur comportement, pour leur ténacité et pour leur capacité à surmonter les difficultés de toutes sortes. Je joins mes prières à celles de toutes et de tous afin que Dieu le Tout-Puissant nous place sous sa divine protection. Nous garderons toujours la foi et l’espérance en un lendemain meilleur. Merci enfin à l’Église d’Haïti. Merci aux évêques qui nous ont toujours encadrés dans notre mission d’évangélisation et d’accompagnement des plus faibles de notre communauté. Merci.

C élébration de l’excellence haïtienne

Prix Exc.indd 45

45

12-11-16 14:39


Tous droits réservés © GRAHN-Monde

Prix Exc.indd 46

12-11-16 14:39


Prix Excellence GRAHN- 2012, 2013