Issuu on Google+

+DwWLHQ0DUFKHpGLWLRQGXDX0DL‡9RO;;9,,‡1ƒ

$ULVWLGH   $66$66,1$7 VRXKDLWHUDLW   4XHOHVWGRQFOHVHFUHWGHUULqUH UHODQFHUVRQSDUWL OœDIIDLUH:DON\&DOL[WH" SROLWLTXH

P O R T -­ AU-­PRINCE,   3   Mai   5   mai   2013   16h51   |   La   Presse   canadienne   |Port-­ –   A u   P a k i s t a n ,   l e   au-­Prince   —   À   l’heure   oÚ   Haïti   se   prÊpare   à   des   Êlections   procureur  enquêtant  sur   lÊgislatives  partielles  et  locales,  l’ancien  prÊsident  haïtien  Jean-­ l’assassinat,   en   2007,   Bertrand  Aristide  tenterait  de  reconstruire  son  parti  politique,   de   la   femme   politique   selon  un  important  hôtelier  du  pays. Benazir   Bhutto,   est    Richard  Morse,  directeur  du  populaire  Hôtel  Oloffson,   assassinÊ. a   dÊclarÊ   dimanche   avoir   I l   a v a i t   ($5,67,'(S

ordonnÊ   l’arrestation   de   l’ex-­homme   fort   du   pays,  le  gÊnÊral  Pervez   Musharraf. B e n a z i r   %KXWWR¿OOHGHSUHPLHU ministre,   a   ÊtÊ   elle-­ même   deux   fois   chef   du  gouvernement. Nous   parlons   donc  de  l’assassinat  d’un   personnage   rÊellement   lourd.   Le   même   jour   la   presse   haïtienne   annonce   l’assassinat   d’un   agent   de   police   :   Jean   Richard   Ernst   Cayo.   L’agent   2   de   la   18e   promotion   de   la   Police  nationale  d’Haïti   Êtait   affectÊ   au   service   de  la  Circulation. Tout  comme  le   policier   Walky   Calixte   -HDQ%HUWUDQG$ULVWLGH tuÊ  en  avril  2012.

'pFODUDWLRQ   GH3pWLRQ9LOOH FœHVWTXRL"

$))$,5(:$/.< S

Le  policier  Jean  Richard  Cayo  abattu  à  bout  portant  dans  son  vÊhicule  de  service

&ULPLQDOLWpOHWDORQGÂś$FKLOOH GXSRXYRLUHQSODFH

MIAMI,   30  Avril   â&#x20AC;&#x201C;   Que   veut   dire   â&#x20AC;&#x2DC;DĂŠclaration   de   PORT-­AU-­PRINCE,  5  Mai  â&#x20AC;&#x201C;  A  nouveau  la  criminalitĂŠ   par  des  voleurs  à  moto  en  sortant  de  la  banque.  Le  policier   PĂŠtion-­Villeâ&#x20AC;&#x2122;  ? frappe   très   fort   dans   la   capitale.   Pas   une   semaine   sans   un   Jean  Richard  Ernst  Cayo  (rĂŠfĂŠrence  dossier  assassinat  Walky   Un  nĂŠologisme  apparu  lors  du  dernier  sommet  des  pays   meurtre  spectaculaire.  Ou  deux.  Le  religieux  canadien  abattu   Calixte).  Etc. de  lâ&#x20AC;&#x2122;AEC  (Association  des  Etats  de  la  CaraĂŻbe).   (&5,0,1$/,7(S

('(&/$5$7,21S

3HWURFDULEHYHXW '52*8(/HGRVVLHU5RGROSKH VHWUDQVIRUPHU   -DDUVRXOqYHSOHLQGÂśLQWHUURJDWLRQV en  une  zone   pFRQRPLTXH Le  7e  sommet  Petrocaribe  qui  sâ&#x20AC;&#x2122;est  tenu  ce  week-­end   au  Venezuela  sâ&#x20AC;&#x2122;est  achevĂŠ  dimanche  sur  un  hommage  au  dĂŠfunt   prĂŠsident  Hugo  Chavez,  un  appui  des  dirigeants  de  la  CaraĂŻbe  à   son  successeur,  Nicolas  Maduro,  et  la  signature  dâ&#x20AC;&#x2122;un  protocole   3(752&$5,%(S

8QDQFLHQVRPPHW3HWURFDULEHSUpVLGpSDU+XJR&KDYH]

  M E Y E R ,   4   Mai   â&#x20AC;&#x201C;   Comment   peut-­ on   ĂŞtre   poursuivi   aux   Etats-­Unis   pour   trafic   GH GURJXH HW EpQpÂżFLHU dâ&#x20AC;&#x2122;un  contrat  du  gouver-­ nement   amĂŠricain   en   HaĂŻti  ?   C â&#x20AC;&#x2122; e s t   l e   d i l e m m e   a u q u e l   nous   invite   le   cas   du   dĂŠnommĂŠ   Rodolphe   Jaar,   citoyen   haĂŻtien,   arrĂŞtĂŠ   en   RĂŠpublique   d o m i n i c a i n e   p u i s   e x t r a d ĂŠ   a u s s i t Ă´ t   Ă    Miami   (Floride)   pour   comparaitre   devant   la   justice   fĂŠdĂŠrale   sous   lâ&#x20AC;&#x2122;accusation   dâ&#x20AC;&#x2122;avoir   conspirĂŠ   pour   faire   entrer  de  la  cocaĂŻne  aux   Etats-­Unis.   Rodolphe  Jaar,   selon   une   dĂŠpĂŞche   de   ('52*8(S

/HSUpVXPpWUD¿TXDQWGHGURJXH5RGROSKH-DDU jJDXFKH   SDUWHQDLUHGXJRXYHUQHPHQWKDwWLHQDLQVLTXHGœDJHQFHVLQWHUQDWLRQDOHVGRQWOœ86$,'


EN  PLUS  ...

Page  2

5HQFRQWUHV   TXpEpFRLVHVHQ+DwWL   OÂśHVSRLUGHSDUWDJHU &KDQWDO*X\/$35(66(0DL 3OXV GÂśXQH YLQJWDLQH GÂśpFULYDLQV TXpEpFRLV RQW DWWHUUL PHUFUHGL j 3RUWDX 3ULQFH SRXU SUHQGUH SDUW DX ŠSURMHW IRXÂŞ GHOÂśpGLWHXU5RGQH\6DLQWeORLVRXWHQXSDU 'DQ\/DIHUULqUH,OVUpDOLVHQWWRXVOHVGHX[ XQYLHX[UrYHIDLUHVHUHQFRQWUHUOHVGHX[ FXOWXUHV IUDQFRSKRQHV GÂś$PpULTXH SDU OD OLWWpUDWXUH Lâ&#x20AC;&#x2122;aventure   a   commencĂŠ   dès   le   matin  à  lâ&#x20AC;&#x2122;aĂŠroport  de  MontrĂŠal.  Le  vol  direct   vers   Port-­au-­Prince   est   lâ&#x20AC;&#x2122;un   des   rares   qui  

plus   ĂŠmouvant   que   jâ&#x20AC;&#x2122;ai   lâ&#x20AC;&#x2122;impression   de   connaĂŽtre   dĂŠjĂ    HaĂŻti,   par   sa   littĂŠrature.Âť   Pour  lui,  qui  soulignait  que  Dany  Laferrière   avait   ÂŤtropicalisĂŠÂť   MontrĂŠal   dans   ses   livres,  cette  rencontre  concerne  le  devenir   de  la  littĂŠrature  quĂŠbĂŠcoise,  qui  a  subi  une   mutation  au  contact  des  Êcrivains  haĂŻtiens   notamment. Et   sans   consultation,   tous   les   panĂŠlistes,   de   Michèle   Pierre-­Louis,   prĂŠsidente   du   centre   culturel   FOKAL   oĂš  

EN  BREF  ...

Mercredi  08  Mai  2013 +DwWLHQ0DUFKHÂ&#x2021;9RO;;9,,Â&#x2021;1Â&#x192;

9LVLWHGX3UpVLGHQWGHOD5pSXEOLTXHj-DFPHOSRXUpYDOXHU OÂśpWDWGÂśDYDQFHPHQWGHVGLIIpUHQWVFKDQWLHUV

&RPPXQLTXp 3RUWDX3ULQFHMHXGL0DL  Le  PrĂŠsident  de  la  RĂŠpublique,   Michel  Joseph  Martelly,  a  effectuĂŠ  une  visite  le  jeudi  2  Mai  à  Jacmel  (Sud-­est)  en  vue   dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠvaluer  lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtat  dâ&#x20AC;&#x2122;avancement  des  diffĂŠrents  chantiers  en  cours  dâ&#x20AC;&#x2122;exĂŠcution.  En  effet,   Jacmel,  ville  complètement  en  chantier  sera  bientĂ´t  pourvue  dâ&#x20AC;&#x2122;un  Convention  Center,   dâ&#x20AC;&#x2122;un  nouveau  marchĂŠ  communal  et  dâ&#x20AC;&#x2122;un  Complexe  administratif,  entre  autres.  La   FRQVWUXFWLRQGHFHFRPSOH[HÂżQDQFpHjSOXVGHPLOOLRQVGHGROODUVSDUOD%DQTXH InteramĂŠricaine  de  DĂŠveloppement,  interrompue  pendant  plusieurs  annĂŠes,  a  ÊtĂŠ   rĂŠactivĂŠe  depuis  quelques  mois  sur  lâ&#x20AC;&#x2122;intervention  du  PrĂŠsident  de  la  RĂŠpublique. /H&KHIGHOÂś(WDWDSURÂżWpGHFHWWHYLVLWHSRXUpYDOXHUpJDOHPHQWOHVWUDYDX[ de  gabionnage  à  Grande  Rivière,  dâ&#x20AC;&#x2122;infrastructure  à  lâ&#x20AC;&#x2122;entrĂŠe  de  la  ville  et    de   rĂŠamĂŠnagement  sur  la  plage  Raymond-­les-­Bains  et  la  Place  de  la  Grande  Colombie.   ÂŤJe  constate  que  les  travaux  dâ&#x20AC;&#x2122;infrastructure  avancent  très  bien  à  JacmelÂť,  a  dĂŠclarĂŠ  le   PrĂŠsident  Martelly  qui  a  toutefois  fait  certaines  recommandations  relatives  au  respect   des  normes  de  construction.  Au  Wharf  touristique  de  Jacmel  oĂš  sâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtait  rassemblĂŠe  une  foule  immense,  le   PrĂŠsident  de  la  RĂŠpublique,  en  prĂŠsence  de  personnalitĂŠs  comme  le  SĂŠnateur  Edwin   Zenny,  lâ&#x20AC;&#x2122;ex-­SĂŠnateur  Joseph  Lambert,  le  Maire  de  Jacmel  Hugues  Paul,  le  DĂŠlĂŠguĂŠ   DĂŠpartemental  Pierre-­Michel  Lafontant,  a  fait  Êtat  des  efforts  dĂŠjĂ   accomplis  par   son  Administration  en  deux  ans  pour  amĂŠliorer  les  conditions  de  vie  des  HaĂŻtiens.   Cependant,  il  a  clairement  expliquĂŠ  que  beaucoup  de  choses  restent  à  faire  et  quâ&#x20AC;&#x2122;il  faut   redoubler  dâ&#x20AC;&#x2122;efforts  pour  exĂŠcuter  de  grands  projets.ÂŤ  HaĂŻti  est  un  pays  à  construire  sur   une  pĂŠriode  de  25  ans.  Pour  y  parvenir,  chaque  citoyen  doit  assumer  pleinement  ses   UHVSRQVDELOLWpVÂŞDDIÂżUPpOH&KHIGHOÂś(WDW  Le  PrĂŠsident  de  la  RĂŠpublique  a,  par  ailleurs,  procĂŠdĂŠ  à  lâ&#x20AC;&#x2122;inauguration  de  la  Villa   NicoleÂť  (Boutique-­HĂ´tel,  Plage)  à  Kabic,  à  Cayes-­Jacmel.  Il  sâ&#x20AC;&#x2122;agit  dâ&#x20AC;&#x2122;un  important   investissement  dâ&#x20AC;&#x2122;un  membre  du  secteur  privĂŠ  haĂŻtien,    M.  Yves  Wynn  François.    Le   PrĂŠsident  Martelly  a  invitĂŠ  les  autres  investisseurs  haĂŻtiens    à    suivre  lâ&#x20AC;&#x2122;exemple  de   celui-­ci.

SHUVRQQHVRQWpWpWXpHVHWDXWUHVEOHVVpHV

'DQ\/DIHUULqUH

permet  50  kilos  de  bagages  par  personne,  si   bien  que  tout  le  monde  a  acceptĂŠ  la  demande   de  Rodney  Saint-­Ă&#x2030;loi  dâ&#x20AC;&#x2122;apporter  une  caisse   de  livres  neufs,  destinĂŠs  à  la  Foire  du  livre   quĂŠbĂŠcois  à  Port-­au-­Prince.  Ce  qui  nous  a   bien  sĂťr  valu  une  petite  fouille  à  lâ&#x20AC;&#x2122;aĂŠroport   Toussaint-­Louverture... Il   faut   savoir   que   les   livres   quĂŠbĂŠcois   sont   pratiquement   absents   en   HaĂŻti,  considĂŠrĂŠe  comme  un  marchĂŠ  français   dans  le  monde  de  lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠdition.  Une  aberration   pour   les   HaĂŻtiens   qui   partagent   les   deux   cultures,   tels   Rodney   Saint-­Ă&#x2030;loi   et   Dany   Laferrière.  Cette  vie  double,  ils  souhaitaient   ODYRLUXQLÂżpHSDUFHWpYpQHPHQWTXLDSULV Ă   Rodney  Saint-­Ă&#x2030;loi  deux  ans  à  organiser. On  aime  bien  voir  entre  le  QuĂŠbec   et  HaĂŻti  un  miroir  inversĂŠ:  le  noir,  le  blanc,   le  chaud,  le  froid,  le  soleil,  la  neige.  Mais,   comme   le   disait   lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠcrivaine   Louise   DuprĂŠ   lors  de  la  soirĂŠe  dâ&#x20AC;&#x2122;ouverture,  il  y  a  deux   dangers  à  lâ&#x20AC;&#x2122;amitiĂŠ:  dire  que  nous  sommes   pareils   ou   Ă    ce   point   diffĂŠrents   que   la   UHQFRQWUHUHVWHVXSHUÂżFLHOOHÂŞ(OOHUDFRQWDLW avoir  dĂŠcouvert  HaĂŻti  dans  le  froid  dâ&#x20AC;&#x2122;une   petite  ville  minière,  Thetford  MinesÂť. Le   poète   et   essayiste   Pierre   Nepveu   ne   cachait   pas   de   son   cĂ´tĂŠ   son   ĂŠmotion   dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŞtre   prĂŠsent.   ÂŤCâ&#x20AC;&#x2122;est   dâ&#x20AC;&#x2122;autant  

se  tiennent  la  plupart  des  activitĂŠs,  jusquâ&#x20AC;&#x2122;Ă    Pierre   Nepveu   et   Louise   DuprĂŠ,   ont   citĂŠ   une  source  dâ&#x20AC;&#x2122;inspiration:  le  regrettĂŠ  Ă&#x2030;mile   Ollivier,  qui  a  tant  aimĂŠ  MontrĂŠal,  et  dont   lâ&#x20AC;&#x2122;esprit   bien   vivant   semblait   planer   sur   cette  soirĂŠe. ÂŤVous  êtes  ici  en  frères  et  soeurs   soudĂŠs   par   la   conviction   que   les   livres   peuvent  changer  le  mondeÂť,  a  dit  Rodney   Saint-­Ă&#x2030;loi,   pour   qui   ces   rencontres   sont   ÂŤlâ&#x20AC;&#x2122;espoir  de  partager  ce  quâ&#x20AC;&#x2122;il  y  a  de  meilleur   en  nous  et  en  vousÂť. Câ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtait  salle  comble  à  la  FOKAL   pour   cette   ouverture.   Ă&#x20AC;   lâ&#x20AC;&#x2122;extĂŠrieur,   un   marchĂŠ   du   livre,   oĂš   lâ&#x20AC;&#x2122;on   pouvait   voir   cĂ´te   Ă    cĂ´te   les   oeuvres   de   Gaston   Miron   et   Davertige,   Ă&#x2030;mile   Nelligan   et   Jacques   Roumain,   Ă&#x2030;lise   Turcotte   et   Marie   Vieux   Chauvet,  Makenzy  Orcel  et  Marie  HĂŠlène   Poitras,   India   Desjardins   et   Gary   Victor,   Michel  VĂŠzina  et  FrankĂŠtienne... Š0DYLHQÂśHVWSOXVXQHÂżFWLRQÂŞ rĂŠpĂŠtait   Dany   Laferrière   tout   sourire,   au   bar-­restaurant   oĂš   la   dĂŠlĂŠgation   terminait   cette  longue  première  journĂŠe  autour  dâ&#x20AC;&#x2122;un   bon  rhum.  Je  crains  de  me  rĂŠveiller  demain   en   ayant   lâ&#x20AC;&#x2122;impression   dâ&#x20AC;&#x2122;avoir   rĂŞvĂŠ   tout   ça.Âť  Mais  non:  la  littĂŠrature  peut  vraiment   changer  la  rĂŠalitĂŠ.

Haïti  en  Marche Port-­au-­Prince

$YHQXH/DPDUWLQLqUH %RLV9HUQD Â&#x2021;7HO)D[

0LDPL

1:th6WUHHW0LDPL)ORULGD 7HOÂ&#x2021;)D[ 1HZ<RUN  Â&#x2021;%RVWRQ  Â&#x2021;0RQWUpDO 

HPDLOPHORGLHIP#JPDLOFRPÂ&#x2021;KDLWLHQPDUFKH#KXJKHVQHW 85/ZZZKDLWLHQPDUFKHFRP /LEUDU\RI&RQJUHVV,661 3ULQWHGE\  6RXWKHDVW2IIVHW  

.  3 Â��personnes  ont  ÊtĂŠ  tuĂŠes  et  6  autres  blessĂŠes  grièvement  le  week-­end  ÊcoulĂŠ  au  cours   dâ&#x20AC;&#x2122;affrontements  entre  gangs  rivaux  à  CitĂŠ  Soleil.  Selon  lâ&#x20AC;&#x2122;agent  exĂŠcutif  intĂŠrimaire  de   ce  vaste  bidonville,  Jean  Ronald  Coby,  dont  les  propos  ont  ÊtĂŠ  rapportĂŠs  par  lâ&#x20AC;&#x2122;agence   en  ligne  HaĂŻti  Press  Network,  une  vingtaine  dâ&#x20AC;&#x2122;individus  impliquĂŠs  dans  des  actes  de   violence  dans  cette  commune  ont  ÊtĂŠ  apprĂŠhendĂŠs  ces  derniers  jours  par  les  forces  de   lâ&#x20AC;&#x2122;ordre. .  Lâ&#x20AC;&#x2122;Union  europĂŠenne  dispose  dâ&#x20AC;&#x2122;une  enveloppe  de  4  millions  dâ&#x20AC;&#x2122;euros  comme   contribution  à  la  rĂŠalisation  des  prochaines  Êlections  en  HaĂŻti.  Le  chef  de  la  dĂŠlĂŠgation   de  lâ&#x20AC;&#x2122;UE  dans  le  pays,  Javier  Nino  Perez  qui  en  a  fait  lâ&#x20AC;&#x2122;annonce  ce  lundi  (6  mai),  a  dit   souhaiter  que  le  scrutin  se  tienne  dans  de  bonnes  conditions  et  dans  le  plus  bref  dĂŠlai. .  Le  RĂŠseau  national  de  dĂŠfense  des  droits  humains  (RNDDH)  proteste  contre  la   nomination  de  Alton  ClĂŠnord  comme  membre  de  la  commission  municipale  intĂŠrimaire   de  Desdunes.  Rappelant  que  le  dĂŠnommĂŠ  Alton  ClĂŠnord  a  ÊtĂŠ  condamnĂŠ    aux  travaux   forcĂŠs  pour  dix  ans  pour  association  de  malfaiteurs,  le  RNDDH  dĂŠnonce  des  pressions   politiques  qui  auraient  ÊtĂŠ  exercĂŠes  contre  les  autoritĂŠs  judiciaires  de  Saint-­Marc  pour   libĂŠrer  cet  individu  qui  avait  ÊtĂŠ  arrĂŞtĂŠ  au  moment  oĂť  il  sâ&#x20AC;&#x2122;apprĂŞtait  à  prĂŞter  serment. .  6  individus,  dont  des  ÊvadĂŠs  de  prison,  ont  ÊtĂŠ  arrĂŞtĂŠs  le  week-­end  ÊcoulĂŠ  à  PĂŠtion-­ ville,  Kenskoff  et  Laboule  au  cours  de  plusieurs  opĂŠrations  policières.  Selon  le   chef  du  parquet  de  Port-­au-­Prince,  Me  Lucmanne  Dellile,  deux  de  ces    individus,   Richardson  Baptiste  et  Pedro  Levensky,  ont  ÊtĂŠ  surpris  samedi  soir  en  train  de  braquer   des  passants,  Marckenson  Bassinnette  et  Rony  Saint-­Eloi  sont  eux,  accusĂŠs  dans   lâ&#x20AC;&#x2122;enlèvement  et  la  sĂŠquestration  dâ&#x20AC;&#x2122;une  ressortissante  Êtrangère. .  DĂŠputĂŠs  et  sĂŠnateurs  se  sont  rĂŠunis  ce  lundi  6  mai  en  AssemblĂŠe  nationale.  Ils  doivent   statuer  sur  5  accords  et  conventions  soumis  par  lâ&#x20AC;&#x2122;ExĂŠcutif.  Les  cinq  Intruments   ,QWHUQDWLRQDX[UDWLÂżpVHQ$VVHPEOHH1DWLRQDOHOHOXQGLPDL  1-­  Accord  relatif  aux  garanties  dâ&#x20AC;&#x2122;investissements  entre  le  Gouvernement  des  Etats   _Unis  dâ&#x20AC;&#x2122;AmĂŠrique,  dâ&#x20AC;&#x2122;une  part,  et  le  Gouvernement  dâ&#x20AC;&#x2122;Haiti  dâ&#x20AC;&#x2122;autre  part  [...]  2-­  La  Convention  de  Vienne  de  1971  sur  les  Subtances    psychotropes[...]  3-­  Accord  entre  le  Royaume  dâ&#x20AC;&#x2122;Espagne  et  la  RĂŠpublique  dâ&#x20AC;&#x2122;Haiti  sur  la  Promotion  et  la   Protection  rĂŠciproque  des  Investissements  [...] $FFRUGGHEDVHGH&RRSpUDWLRQ7HFKQLTXHHW6FLHQWLÂżTXHHQWUHOH*RXYHUQHPHQW des  Etats-­Unis  Mexicains  et  le  Gouvernement  de  la  RĂŠpublique  dâ&#x20AC;&#x2122;HaĂŻti;Íž  5-­Protocole  de  MontrĂŠal  sur  les  Substances  qui  appauvrissent  la  Couche  dOzone,   lâ&#x20AC;&#x2122;Amendement  de  Beijing. .  Trois  prĂŠsumĂŠs  bandits  accusĂŠs  de  viol  ont  ÊtĂŠ  apprĂŠhendĂŠs  le  week-­end  dernier  à   Jacmel.  Ils  auraient  commis  15  viols  entre  juin  2012  et  mai  2013,  selon  le  porte-­parole   de  la  police  nationale  du  sud-­est.

/HFRQVHLOpOHFWRUDOIRUPHXQHFRPPLVVLRQSRXUSUpSDUHUODORL pOHFWRUDOH

InstallĂŠ  depuis  le  19  avril  dernier,  le  Collège  Transitoire  du  Conseil  Electoral   Permanent  (CTCEP)  a  donnĂŠ  jeudi  une  confĂŠrence  de  presse  au  cours  de  laquelle  il  a   annoncĂŠ  la  formation  dâ&#x20AC;&#x2122;une  commission  de  6  membres  qui  doit  travailler  sur  lâ&#x20AC;&#x2122;avant   SURMHWGHORLpOHFWRUDOHHWVXUOHEXGJHWpOHFWRUDODÂżQGÂśRUJDQLVHUOHVSURFKDLQHV ĂŠlections  en  HaĂŻti. Selon  le  PrĂŠsident  du  CTCEP,  Me  Jean  Marie  Vianney  Emmanuel  MĂŠnard,  cette   FRPPLVVLRQGHYUDIDLUHGHVFRQVLGpUDWLRQVHWUpĂ&#x20AC;H[LRQVVXUOÂśDUUrWpFRQFHUQDQW les  règlements  gĂŠnĂŠraux  dans  le  cadre  de  lâ&#x20AC;&#x2122;avant  projet    loi  Êlectorale. ÂŤ  Nous  travaillons  sur  le  document  du  budget  Êlectoral,  nous  ne  pouvons  encore   ĂŠvaluer  le  coĂťt.  Mais  lâ&#x20AC;&#x2122;Etat  de  concert  avec  les  partenaires  internationaux  est  prĂŞt  pour   OHÂżQDQFHPHQWGHFHVpOHFWLRQVÂŞDLQGLTXp00pQDUGTXLDVROOLFLWpOHVRXWLHQHW lâ&#x20AC;&#x2122;encouragement  de  la  sociĂŠtĂŠ  civile,  de  la  sociĂŠtĂŠ  professionnelle,  des  membres  des   EDUUHDX[DLQVLTXHGHVRUJDQLVPHVGHGURLWVKXPDLQVSRXUOHXUVUpĂ&#x20AC;H[LRQVHWOHXUV propositions  sur  la  prĂŠparation  de  la  loi  Êlectorale,  du  processus  Êlectoral  de  A  à  Z. Les  9  conseillers  par  la  voix  du  PrĂŠsident  de  lâ&#x20AC;&#x2122;organisme  Êlectoral,  ont  prĂŠvu  un   ensemble  dâ&#x20AC;&#x2122;autres  mesures  pour  organiser  les  prochaines  joutes  Êlectorales  dans  la   transparence,  lâ&#x20AC;&#x2122;innovation.    Nous  Êtudions  la  possibilitĂŠ  pour  faciliter  aux  handicapĂŠs,   aux    femmes  enceintes,  aux  malades,  aux  personnes  âgĂŠes  de  remplir  leur  devoir   FLYLTXHGHYRWHUVDQVGLIÂżFXOWpÂŞDLQIRUPp0H0HQDUGTXLQÂśDSDVSUpFLVpODGDWHj laquelle  ces  Êlections  se  tiendront. ÂŤ  Nous  Êtudions  Êgalement  la  possibilitĂŠ  pour  chaque  haĂŻtien,  dĂŠtenteur  de  la  carte   LGHQWLÂżFDWLRQQDWLRQDOH &,1 HQWHUUHpWUDQJqUHGHYRWHUUHVSHFWLYHPHQWDXVHLQGÂśXQH ambassade  ou  dâ&#x20AC;&#x2122;un  consulat  dâ&#x20AC;&#x2122;HaĂŻti  dans  le  pays  hĂ´te  ,  a-­t-­il  ajoutĂŠ. Les  conseillers  Êlectoraux  ont  mis  lâ&#x20AC;&#x2122;accent  sur  le  vote  Êlectronique.    Ce  système   ĂŠlectronique  nous  permettra  de  donner  les  rĂŠsultats  du  choix  populaire  plus  rapides   avec  ses  chiffres  respectifs,  sans  plus  sans  moins  ,  a  cru  le  PrĂŠsident  du  CTCEP.

.RQDNRPUHVWHVFHSWLTXHjSURSRVGXYRWHpOHFWURQLTXH

...ÂťCe  vote  Êlectronique,  disions-­nous,  nâ&#x20AC;&#x2122;est  pas  une  panacĂŠe.  Il  ne  peut  rĂŠsoudre   OHSUREOqPHIRQGDPHQWDOGHPDQTXHGHFRQÂżDQFHTXL ((1%5()S


Mercredi  08  Mai  2013 +DwWLHQ0DUFKHÂ&#x2021;9RO;;9,,Â&#x2021;1Â&#x192;

Lâ&#x20AC;&#x2122;ACTUALITE  EN  MARCHE

+31  /H FKHI GH OÂśeWDW KDwWLHQ 0LFKHO-RVHSK0DUWHOO\VÂśDSSUrWHjFpOpEUHUOH PDLSURFKDLQVRQHQWUpHDXSDODLVQDWLRQDO 3RXU PDUTXHU FHWWH GDWH ULHQ HQ WHUPH GH SUpSDUDWLIVRIÂżFLHOVQÂśHVWHQFRUHDQQRQFpSDU OD3UpVLGHQFH&HSHQGDQWOÂśRSLQLRQDWWHQGOH ELODQGHGHX[DQQpHVGHJHVWLRQGHOÂśDQFLHQ PXVLFLHQFKDQWHXUHWFRPSRVLWHXU   Les   dĂŠbuts   du   quinquennat   de   Michel  Joseph  Martelly  nâ&#x20AC;&#x2122;ont  pas  ÊtĂŠ  de  tout  

de  lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠducation  gratuite  (PSUGO)  qui  permet  à   TXHOTXHVHQIDQWVHQGLIÂżFXOWppFRQRPLTXHGH se  rendre  à  lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠcole. Pour   un   universitaire   qui   a   requis   lâ&#x20AC;&#x2122;anonymat,   câ&#x20AC;&#x2122;est   un   chef   dâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x2030;tat   plutĂ´t   publiciste,   très   critiquĂŠ   pour   sa   stratĂŠgie   de   propagande   qui   va   prĂŠsenter   lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠpilogue   de   ses  deux  ans  dâ&#x20AC;&#x2122;intronisation  à  la  magistrature   suprĂŞme   de   lâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x2030;tat.   ÂŤ   Les   promesses   de   campagne   tardent   encore   Ă    se   concrĂŠtiser  

,O\DDQVOÂśLQYHVWLWXUHGXSUpVLGHQW0LFKHO-RVHSK0DUWHOO\ SKRWR5REHQVRQ(XJqQH+(10

repos  pour  le  56e  prĂŠsident  dâ&#x20AC;&#x2122;HaĂŻti  qui  a  dĂť   affronter  les  dures  rĂŠalitĂŠs  dâ&#x20AC;&#x2122;un  pays  angoissĂŠ   oĂš  le  chĂ´mage,  la  chertĂŠ  de  la  vie,  la  misère   noireâ&#x20AC;Ś  règnent  en  maĂŽtre. Les   dĂŠmarches   entreprises   par   la   nouvelle  Êquipe  dirigeante  en  vue  de  soulager   la  population  nâ&#x20AC;&#x2122;ont  pas  encore  abouti.  Il  y  a   de  lâ&#x20AC;&#x2122;espoir  ,  estiment  certains. InterrogĂŠs   par   Haiti   Press   Network   Ă   lâ&#x20AC;&#x2122;aube  de  cet  anniversaire,  de  nombreuses   personnes   opinent   ainsi   :   ÂŤ   câ&#x20AC;&#x2122;est   un   sombre   anniversaire   que   le   prĂŠsident   Martelly   sâ&#x20AC;&#x2122;apprĂŞte  à  cĂŠlĂŠbrer  le  14  mai  prochain.    Cela,   avancent-­ils,  en  raison  de  toutes  les  promesses   non  tenues.  Ils  citent  cependant  le  programme  

pendant   que   la   propagande   est   en   hausse   sur   les   ondes   Âť,  juge-­t-­il. RĂŠcemment,  le  chef   de  lâ&#x20AC;&#x2122;Etat  a  annoncĂŠ  avoir  crĂŠĂŠ   plus  de  400.000  emplois.  De   nombreux   citoyens   restent   sceptiques.   Le   nombre   de   chĂ´meurs   est   en   hausse   et   les  mendiants  sont  de  plus  en   plus  nombreux.   ÂŤ   On   savait   que   ça   nâ&#x20AC;&#x2122;allait  pas  être  facile,  mais   trop  de  palabres  pendant  que   les   choses   restent   intactes  

$ULVWLGHVRXKDLWHUDLW   UHODQFHUVRQSDUWL   SROLWLTXH ($5,67,'(  VXLWHGHODqUHSDJH

rencontrÊ   M.  Aristide   à   trois   reprises   ces   deux   dernières   semaines.   Ils   ont   discutÊ   de   la   possibilitÊ   que   son   Êpouse,   Lunise   Exum   Morse,   puisse   briguer   un   siège   de   sÊnatrice   sous  la  bannière  du  parti  de  M.  Aristide,  lors  

nature.   Selon   ses   partisans,   il  concentre  depuis  ses  efforts   Ă   reconstruire  lâ&#x20AC;&#x2122;UniversitĂŠ  de   la  Fondation  Aristide.  M.  Aristide  devrait  

/DFKDQWHXVH/XQLVH([XPH0RUVHHWHQDUULqUHSODQ5LFKDUG0RUVH

GÂśXQVFUXWLQSUpYXGÂśLFLODÂżQGHOÂśDQQpH/HV Morse   ont   ĂŠgalement   rencontrĂŠ   un   leader   du   parti   de   Jean-­Bertrand  Aristide,   Famille   Lavalas.  Selon  M.  Morse,  lâ&#x20AC;&#x2122;ancien  prĂŠsident   effectue   un   retour   sur   la   scène   politique   et   tente   de   sâ&#x20AC;&#x2122;assurer   une   ĂŠquipe   de   qualitĂŠ   Ă    ses  cĂ´tĂŠs.  Selon  lui,  lâ&#x20AC;&#x2122;homme  estime  que  son   parti  devrait  jouer  un  plus  grand  rĂ´le  et  unir   le  peuple  haĂŻtien.  Les  propos  de  lâ&#x20AC;&#x2122;hĂ´telier  ne  sont  que   la  dernière  rumeur  voulant  que  les  ambitions   politiques  de  M.  Aristide  soient  sur  le  point   de   se   concrĂŠtiser.   Lâ&#x20AC;&#x2122;ex-­prĂŠsident   est   de   retour   en   HaĂŻti   depuis   mars   2011,   et   avait   alors   vertement   critiquĂŠ   les   responsables   des   ĂŠlections   pour   avoir   exclu   son   parti   du   scrutin,   mais   sâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtait   ensuite   ĂŠvanoui   dans   la  

faire  une  apparition  publique   ce  mardi,  la  première  depuis   ses   brèves   remarques   aux   cĂ´tĂŠs   du   prĂŠsident   Michel   Martelly,  en  2011.  Lâ&#x20AC;&#x2122;homme   doit  se  rendre  au  à  un  tribunal   pour  rĂŠpondre  aux  questions   d â&#x20AC;&#x2122; u n   j u g e   c o n c e r n a n t   lâ&#x20AC;&#x2122;assassinat  dâ&#x20AC;&#x2122;un  journaliste.   HaĂŻti   devait   tenir   des   ĂŠlections   lĂŠgislatives   et   ORFDOHVjODÂżQGHPDLV des   luttes   intestines   avaient   empĂŞchĂŠ   la   formation   dâ&#x20AC;&#x2122;un   conseil   ĂŠlectoral   jusquâ&#x20AC;&#x2122;au   mois  dernier.

Âť,   dĂŠclare   de   son   cĂ´tĂŠ   une   professionnelle   de   la   santĂŠ.   Cette   dernière   qui   semble   a c c o r d e r   u n   m i n i m u m   de   crĂŠdit   aux   nouveaux   dirigeants,   dit   toutefois   avoir   remarquĂŠ   un   certain   effort   qui   se   fait   surtout   en   matière  de  rĂŠhabilitation  des   infrastructures  routières. Face   Ă    la   calamitĂŠ   des   plus   pauvres   Ă    qui   sâ&#x20AC;&#x2122;adresse  le  programe  :    Ede   pèp  ,  les  autoritĂŠs  appellent  à   la  patience.  â&#x20AC;&#x153;Le  changement   annoncĂŠ   prendra   forcĂŠment   du  temps  pour  être  concretâ&#x20AC;?,   dit  le  prĂŠsident.  Mais  24  mois   après,   ce   discours   semble   dĂŠpassĂŠ. ÂŤ   La   politique   que   lâ&#x20AC;&#x2122;on   mène   nâ&#x20AC;&#x2122;est   sans   doute   pas   très   glamour.   Elle   est   GLIÂżFLOHFDUOHFRQWH[WHGDQV lequel   on   a   pris   le   pouvoir   nâ&#x20AC;&#x2122;a  pas  ÊtĂŠ  facile  ,  souligna   un  jour  le  prĂŠsident  au  micro   dâ&#x20AC;&#x2122;un  journaliste.  NĂŠanmoins,   malgrĂŠ  ces  aveux,  le  prĂŠsident   s â&#x20AC;&#x2122; e s t   t o u j o u r s   m o n t r ĂŠ   incapable   de   cesser   dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŞtre   pompeux.

6200$,5(

6(5,(12,5( Quel  est  donc  le  secret  derrière  lâ&#x20AC;&#x2122;affaire  Walky  Calixte  ?   p.1

6200$,5(

0DLOHSD\VDWWHQGOHELODQGH GHX[DQQpHVGHSUpVLGHQFH0DUWHOO\

Page  3

(',725,$/ CriminalitĂŠ  :  talon  dâ&#x20AC;&#x2122;Achille  du  pouvoir  en  place  p.1 '52*8( Le  dossier  Rodolphe  Jaar  soulève  plein  dâ&#x20AC;&#x2122;interrogations   p.1 32/,7,48( Aristide  souhaiterait  relancer  son  parti  politique  p.1 14  Mai  :  le  pays  attend  le  bilan  de  2  annĂŠes  de  Martelly   p.3 *289(51$1&( â&#x20AC;&#x2DC;DĂŠclaration  de  PĂŠtion-­Villeâ&#x20AC;&#x2122;  câ&#x20AC;&#x2122;est  quoi  ?  p.1 5(*,21$/ Petrocaribe  veut  devenir  une  zone  Êconomique  p.1 /,95(6 Rencontres  quĂŠbĂŠco-­haĂŻtiennes  p.2 35(66( 3  Mai  :  commĂŠmoration  en  HaĂŻti  p.5 /,%5(3(16(5 EvĂŠnements  en  cascade  mais  plus  dâ&#x20AC;&#x2122;interrogations  que   de  rĂŠponses  p.10 â&#x20AC;&#x2DC;Leta  Peyi  Mâ&#x20AC;&#x2122;  p.12 '(9(/233(0(17 Forum  Agricole  Goâvien  p.13 3$75,0:$1 Responsablite  pwofesyonèl  anseyan  p.15


Page  4

Mercredi  08  Mai  2013 +DwWLHQ0DUFKHÂ&#x2021;9RO;;9,,Â&#x2021;1Â&#x192;

UNE  ANALYSE

4XHOHVWGRQFOHVHFUHW   GHUULqUHOœDIIDLUH:DON\&DOL[WH" ($))$,5(:$/.<  VXLWHGHODqUHSDJH

Le  prĂŠsumĂŠ  responsable  du  meurtre  de  ce  dernier  est   le  garde  du  corps  dâ&#x20AC;&#x2122;un  dĂŠputĂŠ,  Rodrigues  SĂŠjour. Le   juge   chargĂŠ   dâ&#x20AC;&#x2122;instruire   le   dossier   a   demandĂŠ   la   levĂŠe  de  lâ&#x20AC;&#x2122;immunitĂŠ  du  dĂŠputĂŠ  SĂŠjour,  ainsi  que  dâ&#x20AC;&#x2122;un  confrère,   le  dĂŠputĂŠ  Bellange  Jean-­Baptiste. La   chambre   des   dĂŠputĂŠs   a   formĂŠ   une   commission   chargĂŠe   dâ&#x20AC;&#x2122;analyser  la  demande  du  juge. Cependant  lâ&#x20AC;&#x2122;assassinat  le  jeudi   ĂŠcoulĂŠ  du  policier  Jean  Richard  Cayo   ramène  lâ&#x20AC;&#x2122;affaire  en  première  page.   Non   seulement   lui   et   Walky   Calixte   faisaient   partie   de   la   mĂŞme   garnison  :  le  service  de  la  Circulation   des   vĂŠhicules,   mais   Cayo   devait   tĂŠmoigner   ces   prochains   jours   dans   lâ&#x20AC;&#x2122;affaire  Calixte. Qui  plus  est,  un  autre  policier   avait   ĂŠchappĂŠ   de   peu   Ă    un   attentat   en   mars  dernier.  Lui  aussi  Êtait  convoquĂŠ   au   cabinet   dâ&#x20AC;&#x2122;instruction.   Marcelin   Jevousaime,   grièvement   blessĂŠ,   a   ĂŠtĂŠ   soignĂŠ  à  Cuba. Evidemment   la   coĂŻncidence   est  plus  que  frappante.    

Revenons  à  cette  sĂŠrie  dâ&#x20AC;&#x2122;assassinats.  Dâ&#x20AC;&#x2122;abord  celui  du   premier  policier  Walky  Calixte,  apparemment  par  vengeance   GÂśXQ JDUGH GX FRUSV VRXVÂżIUH VHORQ FHUWDLQV OH QHYHX GX dĂŠputĂŠ  et  de  plus,  porteur  dâ&#x20AC;&#x2122;une  arme  illĂŠgale). Puis  la  seconde  agression  à  laquelle  un  second  agent,   Marcelin  Jevousaime,  Êchappe  par  miracle  après  avoir  reçu  

levĂŠe  dâ&#x20AC;&#x2122;immunitĂŠ  de  deux  parlementaires,  quâ&#x20AC;&#x2122;est-­ce  qui  peut   expliquer  un  tel  acharnement,  toute  cette  sĂŠrie  noire  ?  Deux   policiers  tombant  coup  sur  coup,  dont  lâ&#x20AC;&#x2122;un  envoyĂŠ  dans  lâ&#x20AC;&#x2122;au-­ delĂ   ? (WFHQÂśHVWSHXWrWUHSDVÂżQL

4XHOHVWOœHQMHXGHFHWWH YHQGHWWD" peur  ?

Quâ&#x20AC;&#x2122;est-­ce   qui   fait   tellement  

Quel   est   lâ&#x20AC;&#x2122;enjeu   dâ&#x20AC;&#x2122;une   telle   opĂŠration  ? A   première   vue   rien   de   comparable  avec  lâ&#x20AC;&#x2122;assassinat  dâ&#x20AC;&#x2122;un  Jean   LĂŠopold   Dominique,   journaliste.   Les   responsables   de   ce   meurtre,   matĂŠriels   ou/et  intellectuels,  courent  toujours. Un  cas  compliquĂŠ  sâ&#x20AC;&#x2122;il  en  est,   la   preuve   en   est   que   cette   semaine   encore  un  ex-­prĂŠsident,  Jean-­Bertrand   Aristide,   est   invitĂŠ   au   cabinet   du   juge   dâ&#x20AC;&#x2122;instruction   treize   ans   plus   tard   toujours   en   quĂŞte   dâ&#x20AC;&#x2122;un   supplĂŠment   GÂśLQIRUPDWLRQ   Il  nâ&#x20AC;&#x2122;y  a  pas  longtemps,  un  ex-­ gouverneur  de  la  banque  centrale,  qui   GHYDLWWpPRLJQHUDXSURFqVGHVRQÂżOV 2 LPPXQLWp TXH GH dĂŠtenu  à  Miami,  pour  dĂŠtournement  de   FULPHVRQFRPPHWHQWRQQRP fonds  publics  (affaire  Patrick  Joseph),   ÂŤ a  ÊtĂŠ  assassinĂŠ  à  Port-­au-­Prince. Deux   policiers   victimes   On   pourrait   citer   dâ&#x20AC;&#x2122;autres   (le   second   mort)   et   les   deux   alors   FDVFHX[OjHQUDSSRUWDYHFODPDIÂżD quâ&#x20AC;&#x2122;ils  allaient  être  auditionnĂŠs  dans  le   (drogue,   blanchiment,   rĂŠseau   de   mĂŞme   dossier,   celui   dâ&#x20AC;&#x2122;un   policier   tuĂŠ   kidnappeurs,  etc). lâ&#x20AC;&#x2122;annĂŠe  dernière.  Et  le  juge  enquĂŞteur   Mais   ici,   il   nâ&#x20AC;&#x2122;y   a   aucune   rĂŠclamant   la   levĂŠe   de   lâ&#x20AC;&#x2122;immunitĂŠ   de   rĂŠvĂŠlation   de   ce   genre   (ni   secret   deux  parlementaires. politique,  ni  cartel)  alors  quâ&#x20AC;&#x2122;est-­ce  qui   Câ&#x20AC;&#x2122;est   au   cours   dâ&#x20AC;&#x2122;un   contrĂ´le   peut  expliquer  cette  vendetta  ? du   trafic   automobile   que   le   policier   Reste   alors   une   dernière   /ÂśDVVDVVLQDWGXSROLFLHU:DON\&DOL[WHHQDYULODGpFOHQFKpXQHVpULHQRLUH Walky  Calixte  a  eu  maille  à  partir  avec   explication   :   que   la   vie   humaine   soit   le  garde  du  corps  du  dĂŠputĂŠ  BeausĂŠjour.   trois  balles. devenue  tellement  bon  marchĂŠ,  dĂŠrisoire,  dĂŠvalorisĂŠe  en  HaĂŻti   Le  mĂŞme  jour,  Walky  Calixte  Êtait  tuĂŠ.  Et  le  premier   Puis  câ&#x20AC;&#x2122;est  le  jeune  policier  Jean  Richard  Cayo,  tuĂŠ   que  lâ&#x20AC;&#x2122;importance  de  lâ&#x20AC;&#x2122;enjeu  ne  compte  guère. suspect  se  trouve  être  le  bodyguard  en  question.   jeudi.   La  vie  ne  vaut  rien.  Point.     Celui-­ci  disparaĂŽt.  Des  appels  placĂŠs  sur  le  tĂŠlĂŠphone   Une  photo  de  la  victime  montre  le  corps  affaissĂŠ  sur   Mais  faut-­il  le  croire  ?  Serions-­nous  tombĂŠs  si  bas  ? de  son  employeur,  le  dĂŠputĂŠ  BeausĂŠjour,  auraient  permis  de   la  banquette  de  la  voiture,  portant  un  gilet  par  balles.   On   ne   sait   pas.   Peut-­être   que   oui,   peut-­être   non.   retracer  ses  dernières  activitĂŠs. Ce  qui  suggère  quâ&#x20AC;&#x2122;il  a  ÊtĂŠ  tuĂŠ  à  bout  portant,  la  balle   Gardons   nous   de   toute   conclusion   hâtive.   Et   que   certaines   Les   dĂŠputĂŠs   peuvent-­ils   se   servir   de   lâ&#x20AC;&#x2122;immunitĂŠ   ayant  pu  traverser  le  gilet  protecteur. RIÂżFLQHVpWUDQJqUHV HWTXLVDLWPrPHORFDOHV VRQWSUrWHVj parlementaire  pour  empĂŞcher  la  justice  de  suivre  son  cours  ? On  dit  que  le  meurtre  a  ÊtĂŠ  perpĂŠtrĂŠ  par  des  individus   utiliser  pour  nous  enfoncer  davantage.  Mais  un  fait  est  certain  :   Vendredi  matin  le  quartier  de  Carrefour  Feuilles,  oĂš   Ă   moto.  Vrai  ou  faux  ?  Un  examen  balistique  sâ&#x20AC;&#x2122;impose.   il   y   a   quelque   chose   de   troublant   dans   cette   affaire   Walky   rĂŠsidait  le  policier  Cayo,  celui-­lĂ   qui  a  ÊtĂŠ  abattu  jeudi,  Êtait   Question  :  quand  une  femme  politique  de  la  dimension   Calixte.  Et  surtout  concernant  la  demande  de  levĂŠe  dâ&#x20AC;&#x2122;immunitĂŠ. sens  dessus  dessous.  Les  manifestants  voulaient  se  transporter   de  Benazir  Bhutto,  deux  fois  premier  ministre  du  Pakistan,  est   Cependant   après   la   première   tentative   dâ&#x20AC;&#x2122;assassinat   devant  le  Parlement  pour  exiger  la  levĂŠe  de  lâ&#x20AC;&#x2122;immunitĂŠ  des   assassinĂŠe  et  quâ&#x20AC;&#x2122;on  vient  à  supprimer  aussi  le  procureur  qui  a   (contre  le  policier  Marcelin  Jevousaime),  la  justice  nâ&#x20AC;&#x2122;aurait-­elle   deux  dĂŠputĂŠs,  une  question  subsidiaire  mais  qui  peu  à  peu  a   ordonnĂŠ  lâ&#x20AC;&#x2122;arrestation  de  lâ&#x20AC;&#x2122;ex-­homme  fort,  le  prĂŠsident-­gĂŠnĂŠral   pas  dĂť  prendre  toutes  les  prĂŠcautions  dâ&#x20AC;&#x2122;usage  ?  â&#x20AC;&#x2DC;Casernerâ&#x20AC;&#x2122;  les   pris  le  pas  sur  le  dossier  principal. Pervez  Musharaff  sous  le  rĂŠgime  duquel  a  eu  lieu  lâ&#x20AC;&#x2122;assassinat,   futurs  tĂŠmoins  à  charge,  les  enlever  de  la  circulation. 2LPPXQLWpTXHGHFULPHVRQFRPPHWHQWRQQRP on   pense   presquâ&#x20AC;&#x2122;automatiquement   quâ&#x20AC;&#x2122;il   sâ&#x20AC;&#x2122;agit   dâ&#x20AC;&#x2122;un   crime   Et  surtout  transfĂŠrer  le  dossier  du  cirque  mĂŠdiatique   politique. oĂš   il   se   cantonne   jusquâ&#x20AC;&#x2122;ici,   vers   lĂ    oĂš   il   doit   se   dĂŠrouler   7XpjERXWSRUWDQWÂŤ Mais   quand   il   sâ&#x20AC;&#x2122;agit   dâ&#x20AC;&#x2122;un   jeune   policier   haĂŻtien   YpULWDEOHPHQWDXWULEXQDO tuĂŠ,  suivi  dâ&#x20AC;&#x2122;une  demande  de   0pORGLH)03RUWDX3ULQFH LIBERTE                                                                              EGALITE                                                                    FRATERNITE REPUBLIQUE  Dâ&#x20AC;&#x2122;HAITI

$9,6'(',925&( Dispositif  du  jugement  de  dĂŠfaut  rendu  par  le  Tribunal  de  Première  Instance  de   Port-­au-­Prince,  en  date  du  11  Avril  deux  mille  Treize. ENTRE  1)  la  dame  Yonele  Suffrin  nĂŠe  Ilermise  DorcĂŠlus,  demeurant  et  domiciliĂŠ   j3RUWDX3ULQFHLGHQWLÂżpHDX1RD\DQWSRXUDYRFDWVHWMXULVWHFRQVWLWXpV 0HV)ULW]-RVHSKHW0DULH$QJH/HEUXQ(WUHQQHGXEDUUHDXGH3RUWDX3ULQFHLGHQWLÂżpV patentĂŠs  et  imposĂŠs  aux  Nos  :  003-­149-­662-­3,  10488,  73497,  003-­178-­538-­7,  113257,  avec   ĂŠlection  de  domicile  au  cabinet  des  dits  avocats  et  juriste  sis  en  cette  ville  au  No.  6  bis  de   la  Rue  Dr.  Price  Mars,  Route  de  Frère  PĂŠtion-­Ville,  demanderesse  en  divorce,  dâ&#x20AC;&#x2122;une  part  ;Íž ET    2)  Le  sieur  Yonele  Suffrin,  propriĂŠtaire,  demeurant  et  domiciliĂŠ  à  Port-­au-­ Prince,  dĂŠfendeur,  dâ&#x20AC;&#x2122;autre  part. PAR  CES  MOTIFS.    Le  Tribunal  après  examen,  le  Ministère  Public  entendu,   PDLQWLHQWOHGpIDXWRFWUR\pFRQWUHOHGpIHQGHXUjOÂśDXGLHQFHSUpFLWpHSRXUOHSURÂżWGpFODUH fondĂŠe  la  dite  action  ;Íž  admet  en  consĂŠquence  le  divorce  de  la  dame  Yonele  Suffrin  nĂŠe   Ilermise  DorcĂŠlus  dâ&#x20AC;&#x2122;avec  son  Êpoux  pour  injures  graves  et  publiques  aux  torts  de  lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠpoux  ;Íž   prononce  la  dissolution  des  liens  matrimoniaux  existant  entre  les  dits  Êpoux  ;Íž  ordonne  à   OÂś2IÂżFLHUGHOÂś(WDW&LYLOGHOD6HFWLRQ(VWGH3RUWDX3ULQFHGHWUDQVFULUHVXUOHVUHJLVWUHV Ă   ce  destinĂŠs,  le  dispositif  du  prĂŠsent  jugement  dont  un  extrait  sera  insĂŠrĂŠ  dans  lâ&#x20AC;&#x2122;un  des   quotidiens  sâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠditant  à  la  capitale  sous  peine  de  dommages-­intĂŠrĂŞts  envers  les  tiers  sâ&#x20AC;&#x2122;il  y   pFKHWFRPPHWOÂśKXLVVLHU9LOQHUHW*$%5,(/GHFHVLqJHSRXUODVLJQLÂżFDWLRQGXSUpVHQW jugement  ;Íž  compense  les  dĂŠpens. Ainsi  jugĂŠ  et  prononcĂŠ  par  nous,  Marleine  Bernard  DELVA,  juge  en  audience   civile  et  publique  ordinaire  et  publique  du  jeudi  onze  Avril  deux  mille  Treize,  en  prĂŠsence   de  Me.  Joseph  ElysĂŠe  Jean  Louis,  Substitut  Commissaire  de  ce  ressort  et  avec  lâ&#x20AC;&#x2122;assistance   GXVLHXU-RVHSK3LHUUH/RXLVJUHIÂżHUGXVLqJH Il  est  ordonnĂŠ  à  tous  huissiers  sur  ce  requis  de  mettre  le  prĂŠsent  jugement  à  exĂŠ-­ FXWLRQDX[RIÂżFLHUVGX0LQLVWqUH3XEOLFSUqVOHV7ULEXQDX[FLYLOVGÂś\WHQLUODPDLQjWRXV FRPPDQGDQWVHWDXWUHVRIÂżFLHUVGHODIRUFHSXEOLTXHGÂś\SUrWHUPDLQIRUWHORUVTXÂśLOVHQ seront  lĂŠgalement  requis. (QIRLGHTXRLODPLQXWHGXSUpVHQWMXJHPHQWHVWVLJQpHGXMXJHHWGXJUHIÂżHU susdit. Ainsi  signĂŠ  :  Marleine  Bernard  DELVA  et  Joseph  Pierre-­Louis. Pour  expĂŠdition  conforme   CollationnĂŠe (S)  Joseph  Pierre-­Louis. Pour  extrait  conforme  :      Fritz  Joseph,  Av.


Mercredi  08  Mai  2013 +DwWLHQ0DUFKHÂ&#x2021;9RO;;9,,Â&#x2021;1Â&#x192;

DE  Lâ&#x20AC;&#x2122;ACTUALITE

Page  5

'52*8(/HGRVVLHU5RGROSKH-DDU   VRXOqYHSOHLQGœLQWHUURJDWLRQV

('52*8(  VXLWHGHODqUHSDJH

haĂŻtien,  il  y  a  lĂ   peut-­être  matière  à  investiguer  les  mĂŠthodes   longue  et  minutieuse)  conduite  par  la  DEA  (police  amĂŠricaine   selon  lesquelles  sont  attribuĂŠs  de  pareils  contrats. anti-­drogue)  sur  le  suspect  ? lâ&#x20AC;&#x2122;agence  Reuters,  plaide  non  coupable.   Ce  problème  (sâ&#x20AC;&#x2122;il  a  jamais  existĂŠ)  est  supposĂŠ  avoir     Or   le   mĂŞme   Rodolphe   Jaar,   apprend-­on,   est     -HWHUOHEOkPHVXUOHJRXYHUQHPHQWKDwWLHQÂŤ ĂŠtĂŠ   rĂŠsolu   par  Washington   depuis   la   crĂŠation,   au   lendemain   propriĂŠtaire   dâ&#x20AC;&#x2122;â&#x20AC;&#x2122;entreprises   basĂŠes   en   Floride   dont   la   United   Mine   de   rien   cette   affaire   soulève   de   nombreuses   des  attentats  du  11  Septembre  2001,  dâ&#x20AC;&#x2122;un  super  ministère  de   Foam  and  Plasticâ&#x20AC;&#x2122;  (Miami  Herald).   lâ&#x20AC;&#x2122;IntĂŠrieur  qui  englobe  lâ&#x20AC;&#x2122;immigration,  la  lutte  anti-­drogue  et     Il   est   aussi   le   directeur   gĂŠnĂŠral   dâ&#x20AC;&#x2122;un   groupe   qui   interrogations  : contre  le  terrorisme,  les  relations  extĂŠrieures   lâ&#x20AC;&#x2122;an   dernier   est   entrĂŠ   en   partenariat   avec   etc. le   ministère   haĂŻtien   de   lâ&#x20AC;&#x2122;Agriculture   et     .   Il   est   toujours   plus   facile   de   jeter   lâ&#x20AC;&#x2122;Agence  amĂŠricaine  pour  le  dĂŠveloppement   le   blâme   sur   le   gouvernement   haĂŻtien,   mais   international/USAID. Mr   Jaar   nâ&#x20AC;&#x2122;a   pas   signĂŠ   uniquement   avec   le     Le   groupe   Jaar   doit   fournir   des   ministère   haĂŻtien   de   lâ&#x20AC;&#x2122;Agriculture.   Tout   le   ĂŠquipements  et  de  la  main  dâ&#x20AC;&#x2122;Ĺ&#x201C;uvre  pour  un   monde  sait  que  le  programme  WINNER,  qui   projet  de  rĂŠhabilitation  dâ&#x20AC;&#x2122;une  rivière  en  Plaine   gère  le  projet  en  question,  est  dâ&#x20AC;&#x2122;abord  lâ&#x20AC;&#x2122;affaire   du   Cul   de   Sac   dans   le   cadre   du   programme   du  gouvernement  amĂŠricain. intitulĂŠ   WINNER   administrĂŠ   conjointement     .  HaĂŻti  exĂŠcute  à  longueur  de  journĂŠe   par   le   gouvernement   haĂŻtien   et   lâ&#x20AC;&#x2122;agence   des   d emandes   dâ&#x20AC;&#x2122;extradition  aux  Etats-­Unis  de   amĂŠricaine. VXVSHFWVGHWUDÂżFGHGURJXH RXDXWUHV      Y   aurait-­il   eu   des   soupçons   sur   0pWKRGHV VHORQ OHVTXHOOHV VRQW Rodolphe  Jaar  mais  qui  sont  restĂŠs  longtemps   DWWULEXpVGHSDUHLOVFRQWUDWV"ÂŤ Ă    lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtat   de   soupçons,   pour   brusquement   se   Ne  vous  parait-­il  pas  Êtrange  quâ&#x20AC;&#x2122;une   matĂŠrialiser   juste   au   moment   de   son   rĂŠcent   SHUVRQQH UHFKHUFKpH SRXU WUDÂżF GH GURJXH sĂŠjour  en  RĂŠpublique  dominicaine  ? aux   Etats-­Unis   puisse   travailler   pour   le     Dâ&#x20AC;&#x2122;oĂš  tout  ce  qui  a  pu  avoir  lieu  entre-­ gouvernement  amĂŠricain  en  HaĂŻti  ? temps  par  erreur.  Y  compris  le  contrat  signĂŠ     Si  les  autoritĂŠs  dominicaines  ont  pu   avec  lâ&#x20AC;&#x2122;USAID  ? procĂŠder  à  lâ&#x20AC;&#x2122;arrestation  de  Mr  Jaar,  câ&#x20AC;&#x2122;est  pour     Oui,  on  est  obligĂŠ  de  procĂŠder  à  des   en  avoir  reçu  mandat  de  Washington. tas  de  contorsions  pour  tenter  dâ&#x20AC;&#x2122;expliquer  cette     Serait-­ce   que   celles   dâ&#x20AC;&#x2122;HaĂŻti   nâ&#x20AC;&#x2122;aient   VLWXDWLRQGpÂżQLWLYHPHQWKRUVGXFRPPXQ point   ĂŠtĂŠ   averties   par   les   Etats-­Unis   des     Et   lâ&#x20AC;&#x2122;on   comprend   que   lâ&#x20AC;&#x2122;accusĂŠ   ait   soupçons  pesant  sur  lâ&#x20AC;&#x2122;homme  dâ&#x20AC;&#x2122;affaires  ? dĂŠcidĂŠ   de   plaider   non   coupable   devant   la     Cela   est   possible.   Dans   le   cas,   /ÂśLQFXOSp5RGROSKH-DDUDUUrWpj6DQWR'RPLQJRHWH[WUDGpDX[(WDWV8QLV   justice  fĂŠdĂŠrale  à  Miami,  selon  son  avocat. par   exemple,   oĂš   les   autoritĂŠs   judiciaires   SKRWRGLVWULEXpHSDUODSROLFHGRPLQLFDLQHDQWLGURJXH

  Le  dossier  contient  beaucoup  de  coins   amĂŠricaines  craindraient  que  les  relations  de   Rodolphe  Jaar  en  HaĂŻti  le  mettent  hors  de  leur  atteinte.       .  Faut-­il  croire  à  un  manque  de  cohĂŠsion  et  dâ&#x20AC;&#x2122;unitĂŠ   GÂśRPEUH  0DLVTXDQWjEpQpÂżFLHUGÂśXQFRQWUDWGXJRXYHUQHPHQW au  sein  de  lâ&#x20AC;&#x2122;administration  amĂŠricaine,  ainsi  lâ&#x20AC;&#x2122;USAID  pourrait   amĂŠricain  dans  un  partenariat  avec  lâ&#x20AC;&#x2122;USAID  et  le  gouvernement   avoir   agi   en   ignorant   tout   de   lâ&#x20AC;&#x2122;investigation   (probablement   +DwWLHQ0DUFKH0DL

3  Mai   -RXUQpH,QWHUQDWLRQDOHGHOD/LEHUWpGHOD3UHVVH

ÂŤ  Parler  sans  crainte.  Assurer  la  libertĂŠ  dâ&#x20AC;&#x2122;expression   journalistes  et  à  garantir  le  bon  fonctionnement  des  mĂŠdias.   dans  notre  pays.  Elle  a  soulignĂŠ  aussi  de  nombreuses  critiques   dans  tous  les  mĂŠdias  ,  tel  est  le  thème  qui  a  ÊtĂŠ  choisi  cette   Je  demeure  persuadĂŠ  que  la  libertĂŠ  dâ&#x20AC;&#x2122;expression  favorise  une   que   lâ&#x20AC;&#x2122;on   fait   aux   journalistes,   dont   certains   comportements   annĂŠe   par   lâ&#x20AC;&#x2122;UNESCO   pour   cĂŠlĂŠbrer   ce   3   mai   2013   la   20e   meilleure  comprĂŠhension  des  rĂŠalitĂŠs  et  aide  à  mieux  aborder   publics   pouvant   faire   honte   Ă    la   profession   (les   journalistes   certains  dossiers  dâ&#x20AC;&#x2122;intĂŠrĂŞt  capital   â&#x20AC;&#x153;aloufaâ&#x20AC;?)   ;Íž   elle   a   aussi   parlĂŠ   des   difficultĂŠs   financières   pour   la   population   Âť,   a   dĂŠclarĂŠ   auxquelles  font  face  les  mĂŠdia  et  chaque  annĂŠe  toujours  plus.   le   PrĂŠsident   Martelly   dans   un   Les  commanditaires  veulent  plus,  tout  en  offrant  moins.  Le   communiquĂŠ. prĂŠsident  de  lâ&#x20AC;&#x2122;AJH,  Jacques  Desrosier,    a  dressĂŠ  de  son  cĂ´tĂŠ  un   Le   Premier   ministre   bilan  de  journalistes  ayant  ÊtĂŠ  agressĂŠs  pendant  lâ&#x20AC;&#x2122;annĂŠe  2012.   Laurent   Salvador   Lamothe   a,   Et  pour  conclure,  que    la  libertĂŠ  de  la  presse  est  plus  stable   pour   sa   part,   entrepris   une   sĂŠrie   cette  annĂŠe  contrairement  à  lâ&#x20AC;&#x2122;annĂŠe  dernière  en  comparant  les   de  visites  de  courtoisie  dans  des   excès  de  langage,  les  tentatives  dâ&#x20AC;&#x2122;intimidation  vis-­à-­vis  de  la   mĂŠdias  de  la  capitale.  Pour  le  Chef   presse  haĂŻtienne  . du   Gouvernement,   lâ&#x20AC;&#x2122;objectif   de   cette   tournĂŠe   consistait   Ă    saluer   les  progrès  rĂŠalisĂŠs  dans  le  pays   relatifs  à  la  libertĂŠ  dâ&#x20AC;&#x2122;expression.   Par  ailleurs,  le  PrĂŠsident   de  la  RĂŠpublique,  Michel  Joseph   Martelly  a  prĂŠsentĂŠ  ses  plus  vives   fĂŠlicitations  aux  travailleurs  de  la   presse   pour   leur   engagement   Ă    informer  et  à  former  la  population   haĂŻtienne. D â&#x20AC;&#x2122; a u t r e   p a r t ,   lâ&#x20AC;&#x2122;Association   Nationale   des   MĂŠdias   HaĂŻtiens   (ANMH)   a   offert   un   cocktail   au   Karibe   Convention   Center,   le   vendredi   3   Mai,   auquel   de   nombreux   journalistes   tant   de   lâ&#x20AC;&#x2122;ANMH   /DSUpVLGHQWHGHOÂś$VVRFLDWLRQQDWLRQDOHGHVPpGLDVKDwWLHQVÂś $10+    /LOLDQH3LHUUH3DXOXQGHVSDWURQVGH5DGLRHW7pOp.LVNH\D SKRWR((

que  de  lâ&#x20AC;&#x2122;AMIH  (Association  des   JournĂŠe  internationale  de  la  libertĂŠ  de  la  presse  dans  le  monde.   MĂŠdias   IndĂŠpendants   dâ&#x20AC;&#x2122;HaĂŻti)   et   de   lâ&#x20AC;&#x2122;AJH   (Association   des   A   cette   occasion,   des   institutions   gouvernementales   et   des   Journalistes  HaĂŻtiens)  ont  rĂŠpondu.  Tour  à  tour  ont  pris  la  parole   DVVRFLDWLRQVGHPpGLDVHWGHMRXUQDOLVWHVKDwWLHQVHQRQWSURÂżWp Marcus   Garcia,   prĂŠsident   de   lâ&#x20AC;&#x2122;AMIH   et   patron   de   MĂŠlodie   pour  Êmettre  leurs  opinions  concernant  la  libertĂŠ  de  la  presse   FM  et  de  HaĂŻti  en  Marche,  qui  sâ&#x20AC;&#x2122;est  attachĂŠ  à  dĂŠmontrer  que   en  HaĂŻti. la  presse  est  menacĂŠe  dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŞtre  aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui  (si  lâ&#x20AC;&#x2122;on  ne  tient  pas   Dans   un   rapport   publiĂŠ     le   30   Janvier   2013   par   assez  compte  des  nouvelles  technologies)  une  â&#x20AC;&#x2DC;espèce  en  voie   Reporters  Sans  Frontière,  HaĂŻti  est  placĂŠe  en  49ème  position   de  disparition.â&#x20AC;&#x2122;  Il  a  parlĂŠ  du  public  qui  actuellement  joue  un   sur  179  pays  dans  le  monde  garantissant  la  libertĂŠ  de  la  presse. rĂ´le   plus   important   dans   lâ&#x20AC;&#x2122;interprĂŠtation   de   lâ&#x20AC;&#x2122;actualitĂŠ   (via   ÂŤ  La    libertĂŠ    de  la  presse    est    indispensable  dans  la   les  rĂŠseaux  sociaux)  que  la  presse  elle-­mĂŞme.  Ensuite  Mme   construction  dâ&#x20AC;&#x2122;un  Etat  dĂŠmocratique.  Consciente  de  cela,  mon   Liliane  Pierre  Paul  (â&#x20AC;&#x2DC;Liliâ&#x20AC;&#x2122;  pour  sa  large  audience),  prĂŠsidente  de   Administration  sâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠvertue  sans  relâche  à  faciliter  le  travail  des   lâ&#x20AC;&#x2122;ANMH,  a  parlĂŠ  de  la  situation  de  la  presse  à  lâ&#x20AC;&#x2122;heure  actuelle  


Mercredi  08  Mai  2013 +DwWLHQ0DUFKHÂ&#x2021;9RO;;9,,Â&#x2021;1Â&#x192;

INSECURITE

Page  6

&ULPLQDOLWp   /HWDORQGœ$FKLOOHGXSRXYRLUHQSODFH (&5,0,1$/,7(  VXLWHGHODqUHSDJH

  Pas   une   semaine   non   plus   sans   un   point   de   presse   prĂŠsidĂŠ  par  le  très  volubile  commissaire  du  gouvernement  de   Port-­au-­Prince,  faisant  le  bilan  des  actions  menĂŠes  contre  la   criminalitĂŠ  sous  toutes  ses  formes.   C e p e n d a n t   l e s   p r o t e s t a t i o n s   continuent   de   nous   parvenir   de   plus   belle.   Et  lâ&#x20AC;&#x2122;observation  la  plus  importante  ces  jours   derniers  câ&#x20AC;&#x2122;est  :  la  police  est  en  Êtat  dâ&#x20AC;&#x2122;infĂŠrioritĂŠ   face  aux  bandits.   Que  ce  soit  à  Jacmel  (Sud-­est)  oĂš  lâ&#x20AC;&#x2122;on   nous  raconte  comment  une  patrouille  policière   a  dĂť  battre  en  retraite.   On   alerte   le   sous-­commissariat   sur   des   bandits   opĂŠrant   quelque   part   dans   le   quartier  de  Meyer.     Les  policiers  en  arrivant  font  quelques   coups  de  pistolet  en  guise  de  sommation.   Les   voyous   rĂŠpondent   en   faisant   aboyer  des  armes  lourdes.   La   police   aussitĂ´t   de   repartir   sans   demander  son  reste. Et  elle  ne  revient  pas.

8QHSROLFHHQSDQQHVqFKHÂŤ

GHNLGQDSSHXUV OÂśLQVSHFWHXUGHSROLFH<YHV0DULH%HOOHĂ&#x20AC;HXU plaie  :  entendez  par  lĂ ,  adresser  aussi  le  problème  en  amont.   ĂŠtait   arrivĂŠ   Ă    maintenir   la   sĂŠcuritĂŠ   dans   cette   importante   A  la  racine. agglomĂŠration  rĂŠsidentielle  en  banlieue  de  la  capitale.  Et  cela   &DULOQHVXIÂżUDSDVGÂśDUPHUSOXVORXUGHPHQWODSROLFH en  pratiquant  une  police  de  proximitĂŠ.   Il  faut  aussi  dĂŠsarmer  les  gangs. Comment   reçoivent-­ils   leurs   armes   plus   puissantes   que   celles   des   forces   de   lâ&#x20AC;&#x2122;ordre  ? De   lâ&#x20AC;&#x2122;extĂŠrieur   ĂŠvidemment.   Il   faut   DUUrWHUOHĂ&#x20AC;RWGÂśDUPHVTXLLQRQGHOHSD\V Lors   de   lâ&#x20AC;&#x2122;investigation   (vite   suspendue,   notons-­le)   de   lâ&#x20AC;&#x2122;affaire   Clifford   Brandt,  on  a  appris  que  le  rĂŠseau  dont  il  est  le   prĂŠsumĂŠ  chef  recevait  des  armes  â&#x20AC;Ś Dans   ce   rĂŠseau   figurent   des   responsables   policiers   ainsi   que   des   propriĂŠtaires  de  compagnies  de  sĂŠcuritĂŠ.  Ou   plutĂ´t   les   deux   en   mĂŞme   temps.   En   effet   on   a   permis,   scandaleusement,   cette   fusion   ouvrant  plus  grande  la  porte  à  la  corruption   du   personnel   policier.   Outre   les   relais   bien   entendu   dans   divers   autres   secteurs   de   la   VRFLpWp$XVVLELHQSXEOLFVTXHSULYpV/HWUDÂżF dâ&#x20AC;&#x2122;armes  reprĂŠsentant  un  pactole  considĂŠrable. Et   câ&#x20AC;&#x2122;est   Ă    une   investigation   aussi   vitale   quâ&#x20AC;&#x2122;il   a   ĂŠtĂŠ   mis   fin.   Brusquement.   MystĂŠrieusement.  Mais  pas  si  Êtonnamment.   Bref,   on   nous   livre   aux   bandits   et   WXHXUVSRXUSURWpJHUOHVWUDÂżTXDQWV

Ici   Ă    Port-­au-­Prince   alors   que   le   commissaire   du   gouvernement   Lucmane   Delile  nous  dresse  des  bilans  on  ne  peut  plus   prometteurs,   les   rĂŠsidents   de   Pernier,   nord   est  de  la  capitale,  sont  soumis  à  un  rĂŠgime  de   $TXRLVHUWGRQFOD0LQXVWDK" nuits  blanches. ÂŤ Les   bandits   chaque   soir   font   Ceci  dit,  la  Minustah  (casques  bleus   pratiquement  du  porte  à  porte. onusiens  installĂŠs  depuis  près  de  dix  ans  dans   $OHUWpHODSROLFHUpSRQGMÂśDUULYH le  pays)  ne  sâ&#x20AC;&#x2122;est-­elle  pas  octroyĂŠe  la  mission   Ne  voyant  rien  venir,  on  la  sonne  à   de  faire  la  police  des  frontières,  terrestres  et   nouveau.  Alors  les  policiers  confessent  :  nous   maritimes. nâ&#x20AC;&#x2122;avons  pas  de  gazoline. Or   les   armes   ont   pour   habitude   de   Une   rĂŠsidente   de   Pernier   nous   suivre  le  mĂŞme  chemin  que  la  drogue.  Câ&#x20AC;&#x2122;est   explique  :  â&#x20AC;&#x2DC;depuis  lâ&#x20AC;&#x2122;assassinat  de  lâ&#x20AC;&#x2122;inspecteur   du  donnant  donnant. %HOOHĂ&#x20AC;HXUULHQQHYDSOXVÂś A   quoi   sert   donc   la   Minustah   ?   Ce  dernier  (â&#x20AC;&#x2DC;quelles  quâ&#x20AC;&#x2122;aient  ÊtĂŠ  ses   En   dehors   de   sa   mission   politique.   Or   une   /HGpIXQWLQVSHFWHXU<YHV0DULH%HOOHĂ&#x20AC;HXUDVVDVVLQpHQUHODWLRQDYHFOÂśDIIDLUH&OLIIRUG%UDQGW autres  activitĂŠsâ&#x20AC;&#x2122;  a  poursuivi  notre  auditrice  ;Íž   politique   qui   concerne   très   peu   le   quotidien   UDSSHORQV TXH %HOOHĂ&#x20AC;HXU D pWp DVVDVVLQp DORUV TXÂśLO GHYDLW de  notre  population. tĂŠmoigner   dans   le   dossier   de   Clifford   Brandt,   lâ&#x20AC;&#x2122;homme   $GUHVVHUOHSUREOqPHHQDPRQWÂŤ Pour  le  moment  la  criminalitĂŠ  semble  constituer  le   dâ&#x20AC;&#x2122;affaires  dĂŠtenu  comme  prĂŠsumĂŠ  chef  dâ&#x20AC;&#x2122;un  important  gang   Eh   bien   aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui   ce   nâ&#x20AC;&#x2122;est   pas   la   police,   ce   sont   principal  point  faible  du  gouvernement.  Le  seul  sur  lequel  il   les   gangsters   qui   pratiquent   nâ&#x20AC;&#x2122;arrive  pas  à  marquer.  Et  la  propagande  (relayĂŠe  par  les  points   le  porte  à  porte. de  presse  de  monsieur  le  commissaire  du  gouvernement)  ne     L e   n o u v e a u   pourra  rien  y  faire.  Les  bandits  sâ&#x20AC;&#x2122;en  moquent  comme  ils  rient   responsable   de   la   police   Ă    de  la  police  avec  ses  pistolets-­capsule  (câ&#x20AC;&#x2122;est-­à-­dire  pour  jouer). Pernier   nâ&#x20AC;&#x2122;a   apparemment   ni   OÂśREpLVVDQFH RX OD FRQÂżDQFH Âľ'HSRUWHGœ de  ses  hommes.   Autre   question   Ă    adresser   en   amont,   ce   sont   leurs   Ni   suffisamment   anciens  â&#x20AC;&#x2DC;fĂŠlonsâ&#x20AC;&#x2122;  que  les  Etats-­Unis  et  le  Canada  continuent  à   lâ&#x20AC;&#x2122;oreille  de  ses  supĂŠrieurs  pour   nous  envoyer  par  charters  entiers.   se   faire   procurer   les   moyens   Le   problème   des   â&#x20AC;&#x2DC;dĂŠportĂŠsâ&#x20AC;&#x2122;   qui   nâ&#x20AC;&#x2122;arrivent   pas   Ă    se   nĂŠcessaires   Ă    la   lutte   contre   UHF\FOHUH[LVWHEHOHWELHQ,OQHVXIÂżWSDVGÂśXQGRFXPHQWDLUH un   banditisme   qui   semble   Ă   succès  (â&#x20AC;&#x2DC;Deportedâ&#x20AC;&#x2122;)  pour  le  rĂŠsoudre. narguer  les  forces  de  lâ&#x20AC;&#x2122;ordre. Et   avec   les   drones,   les   â&#x20AC;&#x2DC;dĂŠportĂŠsâ&#x20AC;&#x2122;   sont   lâ&#x20AC;&#x2122;un   des   Mais  nous  attendons   GRPDLQHVROHSUpVLGHQW2EDPDDXUDH[FHOOp en   vain   que   le   commissaire   V du   gouvernement   mette   +DwWLHQ0DUFKH0DL H LG vĂŠritablement   le   doigt   sur   la   VWLF

3H

LIBERTE                                                                              EGALITE                                                                    FRATERNITE REPUBLIQUE  Dâ&#x20AC;&#x2122;HAITI

P wodwi chimik , pen ti al w il pou kay, pw w o d w i chimik p ou pissinn ak peestisidd pa d we je tee nann bwat poubbèl. Pa jete sibstans toksik toksik. Al depoze yo an tout sekirite nan yon Ale San Koleksyon Pwodwi Chimik Menaje Sant Depatm Travo Piblik ak Sèvis Sanitasyon Depatman Konte Miami-Dade.

3RR O

&KH PLF DOV

Alee sou u ww w w.miiam midade. e.go gov/ v/pu publ b iccwo w rkks oswa relee 33-11 1 po pouu lo loka kall ak a orè.

3ZRJUDPVDDSDDVHSWHRNHQQIDWUDNRPqV\DO 3Z

',6326,7,)'(-8*(0(17 Le  Tribunal  de  Première  Instance  de  Port-­au-­Prince,  a  rendu  en  ses  attributions   civiles  de  divorce  entre  les  Êpoux  François  Arilien  la  femme  nĂŠe  Mercilia  NoĂŤlsaint  un   jugement  dont  le  dispositif  est  ainsi  libellĂŠ  :   Par  ces  causes  et  motifs,  le  Tribunal  après  examen  et  sur  les  conclusions  conforme   du  Ministère  Public  maintient  le  dĂŠfaut  octroyĂŠ  contre  la  partie  dĂŠfenderesse  à  la  susdite   DXGLHQFHSRXUOHSURÂżWGXGpIDXWGpFODUHIRQGpHODGLWHDFWLRQDGPHWHQFRQVpTXHQFHOH divorce  du  sieur  François  Arilien  dâ&#x20AC;&#x2122;avec  son  Êpouse  nĂŠe  Mercilia  NoĂŤlsaint  pour  injures   graves  et  publiques  ;Íž  prononce  la  dissolution  des  liens  matrimoniaux  existant  entre  les   GLWVpSRX[RUGRQQHjOÂś2IÂżFLHUGHOÂś(WDW&LYLOGHOD6HFWLRQ6XGGH3RUWDX3ULQFHGH WUDQVFULUHGDQVOHVUHJLVWUHVjFHGHVWLQpVOHGLVSRVLWLIGXGLWMXJHPHQWDX[ÂżQVGHGURLW compense  les  dĂŠpens. Ainsi  jugĂŠ  et  prononcĂŠ  par  nous,  Jacques  Hermon  CONSTANT,  juge  en  audience   civile,  ordinaire  et  publique  du  mercredi  huit  Juin  deux  mille  onze,  en  prĂŠsence  de  Me.   Jean  Claude  DABREZIL  Substitut  du  Commissaire  du  Gouvernement  de  ce  ressort,  avec   OÂśDVVLVWDQFHGXVLHXU+RPqUH5$<021'*UHIÂżHUGXVLqJH Il  est  ordonnĂŠ  à  tous  huissiers  sur  ce  requis  de  mettre  le  prĂŠsent  jugement  à  exĂŠ-­ FXWLRQDX[2IÂżFLHUVGX0LQLVWqUH3XEOLFSUqVOHV7ULEXQDX[&LYLOVGH3RUWDX3ULQFHGÂś\ WHQLUODPDLQjWRXVFRPPDQGDQWVHWDX[DXWUHV2IÂżFLHUVGHODIRUFHSXEOLTXHGÂś\SUrWHU main  forte  lorsquâ&#x20AC;&#x2122;ils  en  seront  lĂŠgalement  requis. (QIRLGHTXRLODPLQXWHGXSUpVHQWMXJHPHQWHVWVLJQpHGXMXJHHWGXJUHIÂżHU susdits. 0H6HUJRW25(67($YRFDW

%D 2LO

VHG

LQWV 3D

ATTENTION Pour  tous  ceux  et  celles  qui  aiment   MÊlodie.  Branchez  vous  à  partir de  votre  ordinateur  sur


Mercredi  08  Mai  2013 +DwWLHQ0DUFKHÂ&#x2021;9RO;;9,,Â&#x2021;1Â&#x192;

GOUVERNANCE

Page  7

'pFODUDWLRQGH3pWLRQ9LOOHFœHVWTXRL" '(&/$5$7,21  VXLWHGHODqUHSDJH

â&#x20AC;&#x2DC;DĂŠclaration  de  PĂŠtion-­Villeâ&#x20AC;&#x2122;  câ&#x20AC;&#x2122;est  ainsi  quâ&#x20AC;&#x2122;a  ÊtĂŠ  titrĂŠe   OD'pFODUDWLRQÂżQDOH$ODYpULWpHOOHVVRQWGHX[GpFODUDWLRQV Est-­ce   une   façon   de   souligner   la   diffĂŠrence   parce   que  ce  sommet,  sans  prĂŠcĂŠdent,  a  rĂŠuni  les  reprĂŠsentants  de   25  nations,  dont  environ  8  chefs  dâ&#x20AC;&#x2122;Etat  et  de  gouvernement.   Et  non  des  moindres.  Les  prĂŠsidents  du  Chili,  du  Mexique,   du   Honduras,   Guatemala,   de   la   RĂŠpublique   dominicaine  etc. Est-­ce   pour   marquer   lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠvĂŠnement   dâ&#x20AC;&#x2122;une   pierre   blanche   quâ&#x20AC;&#x2122;on   a   inventĂŠ   cette   nouvelle   terminologie   :   â&#x20AC;&#x2DC;DĂŠclarations   de   PĂŠtion-­Villeâ&#x20AC;&#x2122;  ? Est-­ce   que   le   sommet   a   eu   lieu   Ă    PĂŠtion-­Ville  ? Non. Il  sâ&#x20AC;&#x2122;est  dĂŠroulĂŠ  au  Karibe  Convention   Center,  situĂŠ  au  CanapĂŠ  Vert. Le   CanapĂŠ   Vert   ne   se   trouve   ni   Ă    PĂŠtion-­Ville   ni   Ă    Port-­au-­Prince.   Mais   Ă    mi   chemin. Qui  plus  est,  il  semble  que  le  premier   texte  ait  ÊtĂŠ  intitulĂŠ  â&#x20AC;&#x2DC;DĂŠclaration  de  Port-­au-­ Princeâ&#x20AC;&#x2122;   (du   moins   le   document   fut   lu   ainsi   dans   les   mĂŠdias)   puis   le   gouvernement   a   changĂŠ   ensuite   le   titre   pour   â&#x20AC;&#x2DC;DĂŠclaration   de   PĂŠtion-­Villeâ&#x20AC;&#x2122;. Dans  quel  but  ?

plusieurs   grands   hĂ´tels,   anciens   et   nouveaux,   Oasis,   Best   Western,  El  Rancho-­Villa  CrĂŠole,  Karibe,  pour  ne  citer  que   ceux-­lĂ . Mais   attention   Ă    ne   pas   tout   mĂŠlanger.   Quand   25   nations  se  rĂŠunissent  en  HaĂŻti  pour  un  sommet  rĂŠgional,  câ&#x20AC;&#x2122;est   un  ÊvĂŠnement  politique.  Et  non  touristique. Par  contre  on  peut  dĂŠcider  de  faire  de  PĂŠtion-­Ville,  

(rĂŠfĂŠrence   Ă    la   CitĂŠ   de   lâ&#x20AC;&#x2122;Exposition   et   Ă    lâ&#x20AC;&#x2122;inauguration   du   Bicentenaire  de  la  Ville  de  Port-­au-­Prince  en  1950,  lors  lâ&#x20AC;&#x2122;une   GHVSOXVVSOHQGLGHVFDSLWDOHVGHOD&DUDwEH  Que  nous  arrive-­t-­il  ?  On  est  comme  des  enfants  qui   viennent  dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtrenner  un  nouveau  jouet. Ni   ce   nâ&#x20AC;&#x2122;est   ça   la   dĂŠcentralisation   tant   dĂŠclinĂŠe   sur   les  toits. Et   qui   nous   a   dĂŠjĂ    valu   que   le   carnaval  traditionnel  de  Port-­au-­Prince,  vieux   depuis  la  colonie  de  Saint  Domingue,  ait  ÊtĂŠ   interdit  (nous  insistons  :  interdit)  depuis  deux   ans.   DĂŠlocalisĂŠ  vers  dâ&#x20AC;&#x2122;autres  villes.  Alors   que  les  Capois,  rĂŠgionalistes  par  nature  (Cap-­ HaĂŻtien,  siège  du  carnaval  national  2013)  nâ&#x20AC;&#x2122;ont   manifestĂŠ  aucun  engouement  spĂŠcial.

$ X F X Q H  O p J L W L P L W p FRQVWLWXWLRQQHOOHÂŤ

Et   puis   voilĂ    que   maintenant   tout   doucement,   on   sâ&#x20AC;&#x2122;amuse   Ă    enlever   Ă    notre   capitale   la   dernière   chose   qui   lui   reste,   son   statut  de  capitale  politique  de  la  RĂŠpublique   dâ&#x20AC;&#x2122;HaĂŻti. Est-­ce   un   complot   ?   Car   dâ&#x20AC;&#x2122;autres   ont   dĂŠjĂ    essayĂŠ   (lâ&#x20AC;&#x2122;empereur   Jean   Jacques   Dessalines,   qui   ne   daignait   pas   se   dĂŠranger,   gouvernant   depuis   la   ville   portant   son   nom,   'HVVDOLQHV{FXOWHGHODSHUVRQQDOLWp SXLVOH &RPSRUWHPHQW GH QRXYHDX prĂŠsident  Pierrot,  autre  rĂŠgionaliste  farouche,   ULFKHÂŤ depuis  sa  bonne  ville  du  Cap,  â&#x20AC;Ś /HVRPPHWGHOÂś$VVRFLDWLRQGHV(WDWVGHOD&DUDwEH $(& UpXQLVVDQWHQ+DwWLQDWLRQV   Pour  rendre  hommage  à  PĂŠtion-­Ville,   Mais   Port-­au-­Prince   retrouvera   sa   GRQWFKHIVGÂś(WDWHWGHJRXYHUQHPHQW SKRWR*HRUJHV'XSp+(10

localitĂŠ  voisine  qui  a  reçu  un  coup  de  balai  -­  ce   place.  Elle  la  retrouvera  une  fois  encore.  Car   que  tout  le  monde  apprĂŠcie  (PĂŠtion-­Ville,  ancienne  banlieue   ou  dâ&#x20AC;&#x2122;une  autre,  la  capitale  Êconomique  dâ&#x20AC;&#x2122;HaĂŻti  puisque  depuis   existe-­il  plus  beau  nom  pour  une  ville  que  :  Port-­au-­Prince.   rĂŠsidentielle  a  retrouvĂŠ  depuis  quelques  semaines  un  peu  de   le  sĂŠisme  câ&#x20AC;&#x2122;est  lĂ   que  se  concentre  lâ&#x20AC;&#x2122;activitĂŠ  commerciale  et   Vous   pouvez   avoir   toutes   les   capitales   touristique,   VRQOXVWUHGÂśDQWDQ PDLVHVWFHTXHFHODVXIÂżWSRXUFRQGDPQHU ÂżQDQFLqUHGXSD\V ĂŠconomique,  commerciale,  ou  carnavalesque  que  vous  voulez.   ODFDSLWDOHKDwWLHQQHjÂżQLUVHVMRXUVGDQVOHVGpFRPEUHVGX Par  contre  Port-­au-­Prince  reste  et  demeure  la  capitale   Mais  bas  les  pattes  sur  la  capitale  politique  qui  reste   sĂŠisme  du  12  janvier  2010  ? SROLWLTXH HW VLqJH RIÂżFLHO GX JRXYHUQHPHQW KDwWLHQ PrPH et   demeure   Port-­au-­Prince.   Halte   Ă    la   banalisation.   Et   Ă    la   Est-­ce  un  comportement  de  nouveau  riche  ?  PĂŠtion-­ TXDQGFHGHUQLHUGRLWSRXUVXUYLYUHVHUpIXJLHUVRXVOHVWHQWHV FRQIXVLRQ Ville,  le  nouveau  joyau  quâ&#x20AC;&#x2122;il  faut  mettre  en  valeur  de  toutes  les   Par  consĂŠquent,  il  nâ&#x20AC;&#x2122;y  a  pas  de  DĂŠclaration  de  PĂŠtion-­ façons  possibles  et  imaginables,  quitte  à  oublier  que  la  capitale   'pORFDOLVpRXGpFHQWUDOLVp"ÂŤ Ville   que   ce   soit.   Parce   que   cela   nâ&#x20AC;&#x2122;ayant   aucune   lĂŠgitimitĂŠ   dâ&#x20AC;&#x2122;HaĂŻti   sâ&#x20AC;&#x2122;appelle   Port-­au-­Prince.   Et   que   câ&#x20AC;&#x2122;est   elle   qui   doit   Outre  que  ce  nâ&#x20AC;&#x2122;est  pas  en  ayant  honte  de  notre  capitale   constitutionnelle.  Cette  dernière  dit  clairement  que  la  capitale   ÂżJXUHUGDQVWRXVOHVGRFXPHQWVRIÂżFLHOV$F{WpGXVFHDXGHOD parce  quâ&#x20AC;&#x2122;un  tremblement  de  terre  lâ&#x20AC;&#x2122;a  laissĂŠe  en  ruines  et  aussi   politique  de  la  RĂŠpublique  dâ&#x20AC;&#x2122;HaĂŻti  sâ&#x20AC;&#x2122;appelle  Port-­au-­Prince. 5pSXEOLTXH(WGXSDOPLVWHIUDSSpGXGUDSHDXEOHXHWURXJH parce   que   les   fonds   de   la   Reconstruction   ont   ĂŠtĂŠ   dilapidĂŠs   /HWH[WHÂżQDOGX9HVRPPHWGHOÂś$(&VÂśDSSHOOHGRQF par  des  humanitaires  sans  beaucoup  dâ&#x20AC;&#x2122;humanitĂŠ  â&#x20AC;Ś  que  nous   â&#x20AC;&#x2DC;DĂŠclaration   de   Port-­au-­Prince.â&#x20AC;&#x2122;   Lâ&#x20AC;&#x2122;Histoire   se   chargera   dâ&#x20AC;&#x2122;y   3RUWDX3ULQFHFDSLWDOHSROLWLTXHHWVLqJH faisons  Ĺ&#x201C;uvre  qui  vaille. apporter  la  correction  nĂŠcessaire. GXJRXYHUQHPHQWÂŤ Câ&#x20AC;&#x2122;est   au   contraire   en   lui   reconnaissant   toute   son   Comme  dit  le  crĂŠole  :  â&#x20AC;&#x2DC;Tout  jwèt  se  jwèt  men  kwòchèt   Est-­ce   une   dernière   pirouette   de   la   campagne   pour   importance  symbolique  -­  non  en  la  trahissant,  en  la  poignardant   pa  ladan.â&#x20AC;&#x2122; la   relance   du   tourisme   haĂŻtien   ?   Oui   PĂŠtion-­Ville,   siège   de   dans  le  dos,  que  nous  travaillions  à  rebâtir  notre  belle  capitale   0pORGLH)03RUWDX3ULQFH

3HWURFDULEHYHXW   VHWUDQVIRUPHUHQXQH]RQHpFRQRPLTXH 3(752&$5,%(  VXLWHGHODqUHSDJH

dâ&#x20AC;&#x2122;entente  qui  prĂŠvoit  de  transformer  le  programme  PetroCaribe   en  une  zone  Êconomique.      Aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui   plus   que   jamais,   nous   sommes   avec   Chavez,   et   avec   le   prĂŠsident   Nicolas   Maduro   contre   les   assauts  des  ennemisâ&#x20AC;?,  a  dĂŠclarĂŠ  Daniel  Ortega,  prĂŠsident  du   Nicaragua,  qui  accueillera  le  29  juin  un  sommet  extraordinaire   de  PetroCaribe  à  lâ&#x20AC;&#x2122;occasion  des  huit  ans  de  sa  crĂŠation.    De   son   cĂ´tĂŠ,   le   prĂŠsident   haĂŻtien   Michel   Martelly   qui   a   participĂŠ   au   sommet,   a   rendu   hommage   au   prĂŠsident   Chavez:.  â&#x20AC;&#x153;En  tant  que  prĂŠsident  de  la  Caricom,  jâ&#x20AC;&#x2122;exprime  la   reconnaissance  de  la  CaraĂŻbe  à  Hugo  Chavezâ&#x20AC;?,  a-­t-­il  notamment   dĂŠclarĂŠ.      La  cĂŠrĂŠmonie  de  clĂ´ture  du  7e  sommet  de  PetroCaribe   a  eu  lieu  au  siège  de  la  Montagne,  dans  lâ&#x20AC;&#x2122;ouest  de  Caracas,   qui  abrite  la  dĂŠpouille  mortelle  du  dĂŠfunt  chef  dâ&#x20AC;&#x2122;Etat  et  oĂš  les  

participants  ont  pris  la  parole,  dont  les  prĂŠsidents  du  Honduras,   3RUÂżULR /RER 5pSXEOLTXH GRPLQLFDLQH 'DQLOR 0HGLQD HW HaĂŻti,   Michel   Martelly.    Sâ&#x20AC;&#x2122;exprimant   Ă    lâ&#x20AC;&#x2122;issue   du   sommet   de   Petrocaribe,   Nicolas   Maduro   a   dĂŠplorĂŠ   le   ÂŤmanque   de   UHVSHFWÂŞHWOHVŠPHQVRQJHVÂŞTXHOHVVHFWHXUVTXÂśLODTXDOLÂżpGH ÂŤfascisteÂť  ont  montrĂŠ,  dit-­il,  à  la  mĂŠmoire  de  M.  Chavez.    Dans   la   dĂŠclaration   du   sommet,   signĂŠe   par   les   chefs   dâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x2030;tat   et   de   gouvernement,   ministres   et   dĂŠlĂŠguĂŠs   de   Petrocaribe,   Hugo   Chavez  est  reconnu  comme  le  fondateur  et  principal  promoteur   de  ce  mĂŠcanisme,  par  lequel  le  Venezuela,  qui  possède  les  plus   grandes   rĂŠserves   de   pĂŠtrole   au   monde,   fournit   des   produits   pĂŠtroliers  aux  pays  voisins  de  la  CaraĂŻbe  et  dâ&#x20AC;&#x2122;AmĂŠrique  centrale   jGHVSUL[SUpIpUHQWLHOV/HVSD\VEpQpÂżFLDLUHVHWOH9HQH]XHOD ont   ĂŠgalement   convenu   de   renforcer   le   mĂŠcanisme   en   signant  un  protocole  dâ&#x20AC;&#x2122;accord  

+20(2:1(56

Looking  for  a  reliable  and  experienced  handy  man? Please  call  -XOHV  at:  



He  will  repair  your  ac-­  electricity  and  plumbing   LQDĂ&#x20AC;DVKDQGDWGHFHQWSULFHV

pour  entamer  des  discussions  techniques  et  des  rĂŠunions  des   ministres   des   Finances   en   vue   de   progresser   vers   une   zone   ĂŠconomique.    Les   participants   au   sommet   â&#x20AC;&#x153;approuvent   la   proposition   du   Venezuela   de   stimuler   le   renforcement   de   PetroCaribe  par  la  formation  dâ&#x20AC;&#x2122;un  organisme  dĂŠnommĂŠ  zone   ĂŠconomique   PetroCaribe   (ZEP)   visant   Ă    renforcer   le   cadre   GHOÂśRUJDQLVDWLRQDÂżQGHGpYHORSSHUOHVVHFWHXUVSURGXFWLIVÂŞ dĂŠclare  le  document.  HPN

Ecoutez 0pORGLH0DWLQ Avec Marcus

Avi Piblik

Anilasyon Eleksyon Espesyal Konte Miami-Dade Yo anile Eleksyon Espesyal 14 me 2013 Konte Miami-Dade la. Vote Pi Bonè pa disponib ankò pou eleksyon sa-a, epi nan Jou Eleksyon an, pâ&#x20AC;&#x2122;ap gen vote pou eleksyon sila. Votè yo nan vil North Miami ak Sweetwater ka kontinye vizite lokal Vote Pi Bonè ki anba la-a yo pou vote nan eleksyon minisipal yo an, kâ&#x20AC;&#x2122;ap kontinye jan ki te planifye: North Miami Public Library Elections Department Main Office 835 NE 132 Street 2700 NW 87 Avenue North Miami, FL 33161 Miami, FL 33172 Votè sila yo kapab ale vote tou nan biwo vòt ki deziyen pou adrès kay yo nan Jou Eleksyon, 14 me 2013 de 7 a.m. a 7 p.m. Pou enfòmasyon adisyonèl, tanpri kontakte Depatman Eleksyon Konte Miami-Dade nan 305-499-VOTE (8683).


Page  8

NATCOM

Mercredi  08  Mai  2013 +DwWLHQ0DUFKH‡9RO;;9,,‡1ƒ


Mercredi  08  Mai  2013 +DwWLHQ0DUFKH‡9RO;;9,,‡1ƒ

BANQUE  NATIONALE  DE  CREDIT

Page  9


EN  LONG  &  EN  LARGE

Page  10

Mercredi  08  Mai  2013 +DwWLHQ0DUFKHÂ&#x2021;9RO;;9,,Â&#x2021;1Â&#x192;

'HVpYpQHPHQWVHQFDVFDGHV   DYHFSOXVGœLQWHUURJDWLRQVTXHGHUpSRQVHV   HWOH9HVRPPHWGHOœ$(HQ+DwWLHVWFHXQVXFFqV" 

-HDQ5REHUW-HDQ1RsO $95,/ Les  ÊvĂŠnements  se  sont  succĂŠdĂŠs  à  un  rythme  accĂŠlĂŠrĂŠ   au  cours  de  ce  mois  dâ&#x20AC;&#x2122;avril  2013.  Ces  cascades  dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠvĂŠnements  ont   prolongĂŠ  ceux    du  mois  de  Mars  2013  avec    des  interrogations  sans   rĂŠponses  pour  la  plupart.  Dâ&#x20AC;&#x2122;oĂš  la  conservation  du  titre  du  mois   dernier  :    des  ÊvĂŠnements  en  cascades  avec  plus  dâ&#x20AC;&#x2122;interrogations   que  de  rĂŠponses,  et  le  5e  Sommet  de  lâ&#x20AC;&#x2122;AEC  en  HaĂŻti,  est-­ce  succès  ?   (2).  Tous  les  points  retenus  pour  ce  mois  mĂŠritent  dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŞtre  analysĂŠs   en  profondeur.  Malheureusement,  la  vie  est  une  question  de  choix   et  de  prioritĂŠs  ;Íž  donc,  notre  choix  dâ&#x20AC;&#x2122;analyse  approfondie  se  porte   sur  le  5e  Sommet  de  lâ&#x20AC;&#x2122;AEC  en  HaĂŻti,  en  particulier  à  PĂŠtion-­Ville.   Lâ&#x20AC;&#x2122;article  de  ce  mois  dâ&#x20AC;&#x2122;avril  2013  sâ&#x20AC;&#x2122;articule  donc  autour  de  deux   grands  points  (i)  les  faits  saillants  du  mois  qui  seront  passĂŠs  en   revue  et  (ii)  le  5e  Sommet  de  lâ&#x20AC;&#x2122;Association  des  Etats  de  la  CaraĂŻbe   (AEC)  qui  sera  analysĂŠ  en  profondeur  pour  permettre  au  lecteur  de   mieux  apprĂŠhender  cette  thĂŠmatique  en  vue  dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠviter  la  confusion   avec  la  CARICOM,  et  se  termine  par  des  conclusions  appropriĂŠes. 2013

              /(6)$,766$,//$176'802,6'œ$95,/

/DPRUWGHFHUWDLQHVSHUVRQQDOLWpV. La  mort  de  Mgr    LigondĂŠ  comme  celle  de  Margareth   Thatcher  a  ÊtĂŠ  diversement  interprĂŠtĂŠe.    Ce  sont  des  personnalitĂŠs   qui  ont  marquĂŠ  leur  temps.  (i)  Le  monde  entier  se  souvient  de  la   ÂŤ  Dame  de  Fer    qui  avec  lâ&#x20AC;&#x2122;Ex-­PrĂŠsident  Reagan  a  donnĂŠ  une   impulsion  vigoureuse    à  ce  nouveau  concept  que  lâ&#x20AC;&#x2122;on  appellera   plus  tard  la  mondialisation.  On  Êtait  au  dĂŠbut  des  annĂŠes  1980.  

UNITED NATIONS

Cette  libĂŠralisation  à  outrance  va  modeler  le  monde  dâ&#x20AC;&#x2122;aujourdâ&#x20AC;&#x2122;hui   DYHF OD SUpGRPLQDQFH GH OD ÂżQDQFH VXU WRXW OH UHVWH MXVTXÂśj OD FULVH ÂżQDQFLqUH GH  HW OD FULVH HXURSpHQQH DFWXHOOH (W DX niveau  dâ&#x20AC;&#x2122;HaĂŻti,  (ii)  câ&#x20AC;&#x2122;est  la  disparition  de  Mgr  LigondĂŠ,  le  Premier   ArchevĂŞque  de  Port-­au-­Prince  qui  a  laissĂŠ  son  empreinte  indĂŠlĂŠbile   sur    lâ&#x20AC;&#x2122;Eglise  Catholique.  Câ&#x20AC;&#x2122;est  lâ&#x20AC;&#x2122;ArchevĂŞque  du  fameux  discours   ÂŤ  Nâ&#x20AC;&#x2122;ayez  pas  peur    qui  lui  avait  valu  une  inimitiĂŠ  sans  borne  de   ODSDUWGHVSDUWLVDQVGH/$9$/$6 LLL (QÂżQFÂśHVWODGLVSDULWLRQ de  Georges  Corvington,  le  fameux  et  fabuleux  historien  de      Port-­ DX3ULQFHDXFRXUVGHVDQVÂŞXQH°XYUHFRORVVDOH&HVÂżJXUHV disparues  qui  ont  marquĂŠ  leur  temps  de  leur  vivant  auront-­elles   des   impacts   durables   après   leur   disparition?   Une   certitude   :   *HRUJHVRXL /ÂśpOHFWLRQGH1LFRODV0DGXURDX9HQH]XHOD. En  tout  cas,  après  la  mort  de  Chavez,  câ&#x20AC;&#x2122;est  lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠlection  de   son  dauphin  et  Vice-­prĂŠsident,  M.  Maduro  avec  une  marge  très   faible  (1.8%)  par  rapport  à  son  adversaire  (Capriles).  Le  vote  est   totalement  Êlectronique  au  Venezuela.  Lâ&#x20AC;&#x2122;opposition  a  accusĂŠ  le   pouvoir  de  frauder.  Ce  qui  a  entrainĂŠ  des  manifestations  causant   la  mort  de  près  dâ&#x20AC;&#x2122;une  dizaine  de  personnes.  Les  USA  nâ&#x20AC;&#x2122;ont  pas   acceptĂŠ   le   rĂŠsultat   des   ĂŠlections,   mais   lâ&#x20AC;&#x2122;AmĂŠrique   Latine   et   la   CaraĂŻbe  (LAC)  ont  reconnu  le  successeur  de  Chavez  et  ont  fait  bloc   derrière  lui  en  participant  à  son  investiture,  y  inclus  le  PrĂŠsident   HaĂŻtien.   Les   USA   sont-­ils   en   perte   de   vitesse   au   niveau   de   la   zone  LAC  ?    De  toute  manière,  Maduro  ne  pourra  pas  gouverner   comme  Chavez.  Il  est  obligĂŠ  de  composer  avec  son  adversaire  qui   reprĂŠsente  lâ&#x20AC;&#x2122;autre  moitiĂŠ  du  Venezuela.  Et  HaĂŻti  dans  tout  cela  ? (OHFWLRQVHQRXSDVHQ+DwWL? Notre   pays   nâ&#x20AC;&#x2122;a   pas   su   comme   le  Venezuela   organiser  

NATIONS UNIES

UNITED NATIONS STABILIZATION MISSION IN HAITI (MINUSTAH)

REQUEST FOR EXPRESSION OF INTEREST SUBJECT:

PROVISION OF GYM MANAGEMENT, EQUIPMENT MAINTENANCE AND CLEANING SERVICES

CLOSING DATE TO SUBMIT EOI: SUBMISSION OF EOI BY FAX TO:

21 May 2013 Chief Procurement Officer MINUSTAH

FAX NUMBERS:

+509-2229-6860 or +509-2229-6861

BY E-MAIL:

minustah-procurement@un.org

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

1.0 The United Nations Stabilization Mission in Haiti (MINUSTAH) intends to establish a System Contract for the provision of Gym Management, Equipment Maintenance and Cleaning Services for a period of one (1) Year with the possibility to extend it for another two (2) consecutive years period (1+1) at the MINUSTAH Log Base and Delta Camp Gym Facilities at Port-au-Prince. 2.0 In this regard, we would like to identify companies that would be interested to provide initial relevant information as to their ability to fulfil MINUSTAHâ&#x20AC;&#x2122;s requirements. If your company is capable of providing such services, then provide all relevant information including complete company details and experience profile (current or previous experience in contracts for the provision of services of similar scope and magnitude), services amount, contracting governmental or commercial organization/entity). 3.0 MINUSTAH will examine the outcome of this Request for Expression of Interest and will consider inviting those vendors who had expressed their interest by submitting all the required information, and/or retain the information in the MINUSTAH vendor roster for future solicitations, if any. 4.0 Companies interested to participate in the tender are requested to submit their Expression of Interest (EOIMINUSTAH8791) ON OR BEFORE 21 May 2013, via fax or e-mail address as indicated above. The EOI must include the following information: = Name of the Company = Postal and physical address = Phone number = Fax number = E-mail address = Name and title of the contact person = Brief explanation on the background and experience of the Company including clientsâ&#x20AC;&#x2122; references.

5. 0

This request for EOI does not constitute a solicitation. The full technical requirements and details will be provided with a formal solicitation document to be issued at a later stage, soon after the closing date for this EOI. MINUSTAH reserves the right in selecting the companies to participate in the bidding. Responding to this EOI does not guarantee that such company will be invited to participate in the Solicitation when issued; and the UN reserves the right to change or cancel the procurement at any time during the REOI process or the formal Solicitation process.

dans   les   temps   les   ĂŠlections.   Jusquâ&#x20AC;&#x2122;Ă    prĂŠsent,   malgrĂŠ   la   mise   en  place  au  cours  de  ce  mois  dâ&#x20AC;&#x2122;Avril  de  notre  fameux  Collège   Transitoire  du  Conseil  Electoral  Permanent  (CT-­CEP)  avec  les   reprĂŠsentants  des  trois  (3)  Pouvoirs,  on  nâ&#x20AC;&#x2122;est  pas  certain  que  les   ĂŠlections  auront  lieu  cette  annĂŠe.  Et  la  question  du  mois  dernier   demeure,  veut-­on  vraiment  des  Êlections  en  HaĂŻti  cette  annĂŠe?  En   tout  cas,  si  lâ&#x20AC;&#x2122;on  en  croit  lâ&#x20AC;&#x2122;opposition  qui  accuse  dĂŠjĂ   le  Pouvoir   en  place  de    magouilles  prĂŠĂŠlectorale    avec  la  mainmise  sur  la   prĂŠsidence  du  CT-­CEP  à  partir  de  lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠlection  de  M.  Menard  à  la   tĂŞte  de  lâ&#x20AC;&#x2122;Institution  Êlectorale,  le  PrĂŠsident  Martelly  sera  obligĂŠ   de  dĂŠmissionner  en  Janvier  2014,  si  les  Êlections  nâ&#x20AC;&#x2122;auront  pas  lieu   cette  annĂŠe  ou  si  elles  ont  lieu  dans  la  magouille.  Nâ&#x20AC;&#x2122;est-­ce  pas  M.     Le  DĂŠputĂŠ  Danton  LEGER  ?  Avec  ou  sans  Êlections,  le  Pouvoir   ExĂŠcutif  aura-­t-­il  le  dos  au  mur  au  dĂŠbut  de  2014? /DGpPLVVLRQGHOD0LQLVWUHGHVÂżQDQFHV  La  dĂŠmission  en  cascades  des  ministres  de  lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠconomie  et   GHVÂżQDQFHVHWGHODFRPPXQLFDWLRQHWODŠPLVHjSLHGGHIDLWÂŞGX ministre  responsable  des  relations  avec  le  Parlement    qui  a  poussĂŠ   le   Parlement   Ă    mettre   au   dehors     de   lâ&#x20AC;&#x2122;enceinte     parlementaire   le   Premier   Ministre   et   son   Gouvernement   (imaginer   lâ&#x20AC;&#x2122;inverse   HW OH WROOp TXL VÂśHQVXLYUDLW   QÂśRQW SDV SRXU DXWDQW GpFRXUDJp OÂś(TXLSH0DUWHOO\/DPRWKHTXLHQDSURÂżWpSRXUŠUpDMXVWHUÂŞOH Gouvernement    en  apaisant  les  autres  ministres  pour  leur  faire   comprendre  quâ&#x20AC;&#x2122;il  ne  va  plus  y  avoir  de  chambardement    en  leur   sein.   Ce   qui   a   apportĂŠ   une   sorte   de   sĂŠrĂŠnitĂŠ   chez   les   ministres   restant.  M.  Laleau  est  passĂŠ  au  MEF  tout  en  continuant  à  sâ&#x20AC;&#x2122;occuper   du   Commerce   par   intĂŠrim,   tandis   que   Mme   Darguste   tout   en   restant  à  la  Culture  sâ&#x20AC;&#x2122;occupe  de  la  Communication  par  intĂŠrim.  Le   dĂŠpart  de  Mme  Marie  Carmelle  Jean-­Marie  du  MEF  a  beaucoup   perturbĂŠ  le  marchĂŠ  des  changes,  le  dollar  sâ&#x20AC;&#x2122;est  un  peu  plus  apprĂŠciĂŠ   par  rapport  à  la  gourde.  Sâ&#x20AC;&#x2122;en  sortira-­t-­on  sans  grand  dommage?   Il   est   Ă    souligner   que   MCJM   aura   marquĂŠ   indĂŠlĂŠbilement   et   unanimement  son  passage  à  lâ&#x20AC;&#x2122;Economie  et  aux  Finances.  A  mon   ami,  M.  LALEAU,  qui  a  aussi  marquĂŠ  son  passage  à  lâ&#x20AC;&#x2122;Industrie   et  au  Commerce,  de  nous  faire  oublier  MCJM.  Est-­ce  possible? /DVHPDLQHGHOD)LQDQFH  GX*URXS&URLVVDQFH La  semaine  de  la  Finance  du  Group  Croissance  est  à  sa   3e  Êdition.  Elle  a  lieu  comme  dâ&#x20AC;&#x2122;habitude  au  Karibe  Convention   &HQWHUDYHFXQHIRUWHSDUWLFLSDWLRQGXPRQGHGHODÂżQDQFHGX DXDYULOVXUOHWKqPHŠ5HQIRUFHUODJRXYHUQDQFHÂżQDQFLqUH en  HaĂŻti  .  Voici  lâ&#x20AC;&#x2122;explication  de  M.  Pharel  du  choix  thĂŠmatique  :   Š$XQLYHDXGHODÂżQDQFHSXEOLTXHQRXVHVWLPRQVTXHODSUHVVLRQ ÂżVFDOHHVWWURSIDLEOHLOIDXWRFWUR\HUEHDXFRXSSOXVGÂśDUJHQWj lâ&#x20AC;&#x2122;Etat.  Mais,  il  faut  quâ&#x20AC;&#x2122;il  [Etat]  ait  plus  de  redevance  et  plus  de   WUDQVSDUHQFHÂŞ'XUDQWFHVMRXUQpHVGHUpĂ&#x20AC;H[LRQGHVH[SHUWV invitĂŠs   et   les   participants   ont   discutĂŠ   sur   des   sujets   liĂŠs   au   UHQIRUFHPHQWGHODJRXYHUQDQFHÂżQDQFLqUHQRWDPPHQWODÂżVFDOLWp la   bonne   gouvernance,   ĂŠthique   et   gouvernance,   lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠvolution   de   lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠconomie  haĂŻtienne,  lâ&#x20AC;&#x2122;audit  interne  et  sa  contribution  à  la  bonne   JRXYHUQDQFHÂżQDQFHPHQWGHVSHWLWHVHWPR\HQQHVHQWUHSULVHV/HV deux  personnes  honorĂŠes  cette  annĂŠe  sont  Pierre  Marie  Boisson  et   Joseph  Paillant,  deux  personnalitĂŠs  qui  ont  marquĂŠ  le  monde  de  la   Finance  cette  annĂŠe.  Voici  la  vision  de  M.  Boisson  de  lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠvolution   de  lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠconomie  nationale  :    Je  nâ&#x20AC;&#x2122;ai  jamais  perdu  lâ&#x20AC;&#x2122;espoir  de  voir   mon  pays  exporter  et  cela  passera,  selon  moi,  par  une  dĂŠprĂŠciation   GH OD JRXUGH XQ VDFULÂżFH GDQV OH VHFWHXU GH OÂśpQHUJLH HW XQ changement  dans  lâ&#x20AC;&#x2122;attitude  des  pouvoirs  publics  qui  sont  jusquâ&#x20AC;&#x2122;ici   WURSDQWLSURÂżWŠ$WLOUDLVRQGDQVVRQGLDJQRVWLF"8QHFKRVHHVW sure,  la  gourde  se  dĂŠvalue  par  rapport  au  dollar,  pour  lâ&#x20AC;&#x2122;instant,  on   le  sent  dans  nos  poches.  Plus  tard,  on  verra  sâ&#x20AC;&#x2122;il  avait  raison  ou  non. Et  lâ&#x20AC;&#x2122;impression  globale,  câ&#x20AC;&#x2122;est  que  ce  monde  continue   dâ&#x20AC;&#x2122;innover,  malgrĂŠ  les  obstacles  de  toutes  sortes.  Câ&#x20AC;&#x2122;est  un  monde   qui  se  prend  très  au  sĂŠrieux  et  qui  continue  à  se  renforcer  malgrĂŠ   un  environnement  plutĂ´t  dĂŠfavorable.  Ils  ont  su  tirer  leur  Êpingle   du  jeu  en  sâ&#x20AC;&#x2122;appuyant  sur  un  savoir-­faire  ÊprouvĂŠ  et  sur  une  maitrise   des  nouvelles  technologies  y  relatives.  Pourquoi  tout  le  pays  ne   VXLWLOSDVOÂśH[HPSOHGXPRQGHGHODÂżQDQFH"

$68,95(


Mercredi  08  Mai  2013 +DwWLHQ0DUFKHÂ&#x2021;9RO;;9,,Â&#x2021;1Â&#x192;

81,9(56,7( &HQWUHGH)RUPDWLRQ   HWGH'pYHORSSHPHQW(FRQRPLTXH &)'(

GpSDUWHPHQWVGÂśpWXGHV /LFHQFHHQ Â&#x2021;Gestion  dâ&#x20AC;&#x2122;Entreprise Â&#x2021;Conception  et  ExĂŠcution  de  Projet Â&#x2021;Economie  et  Finance Â&#x2021;Sciences  de  lâ&#x20AC;&#x2122;Education Â&#x2021;Sciences  Comptables Â&#x2021;Relations  Internationales Â&#x2021;Gouvernance 'LSO{PHHQ Â&#x2021;Informatique  de  Gestion Â&#x2021;Relations  Publiques Â&#x2021;*HVWLRQGHOD0LFURÂżQDQFH

SÊminaire  en 3ODQL¿FDWLRQHWJHVWLRQGHSURMHWV   0LFURVRIW3URMHWHW6366

Contactez  nous  :

$QJOH'HOPDVHW,PSDVVH+pUDUG 3RUWDX3ULQFH+DwWL:,

LES  PETITES  ANNONCES

Page  11

+DYH\RXU)HGHUDO 6WDWH

,QFRPH7D[

3HUVRQDO %XVLQHVV

3UHSDUHGE\ -&&DQWDYH

&DOO IRU$SSRLQWPHQW

NumÊros  d'URGENCE  Direction   Protection  Civile  (DPC),  par  DÊpartement Ouest  :  3631-­5095       Artibonite  :  3731-­7830     Nord  Est  :  3605-­1749     Grande  Anse  :  3777-­3970   Sud  :  3719-­5049      

Centre  :  3605-­1747 Nord  :  3701-­0666 Nord  Ouest  :  3605-­8453 Nippes  :  3751-­7390 Sud  Est  :  3615-­3991

3DUFRXUULHOFIGHGHOPDV#JPDLOFRP 3DUWpOpSKRQHV    \       \    ?

LIBERTE                                                                              EGALITE                                                                    FRATERNITE REPUBLIQUE  Dâ&#x20AC;&#x2122;HAITI

LIBERTE                                                                              EGALITE                                                                    FRATERNITE REPUBLIQUE  Dâ&#x20AC;&#x2122;HAITI

$9,6'(',925&(

$9,6'(',925&(

Dispositif  du  jugement  de  divorce  des  Êpoux  Lucien  Bernardin  Jr,  la  femme   nÊe  Yolande  Fioyale,  rendu  par  le  Tribunal  de  Première  Instance  de  Port-­au-­Prince  le   Treize  Mars  2013.

PAR  CES  MOTIFS,  Le  Tribunal  après  en  avoir  dĂŠlibĂŠrĂŠ  au  vĹ&#x201C;u  de  la  loi,  le   Ministère  Public  entendu  dans  ses  conclusions  Êcrites  en  la  forme  et  au  fond,  favorable  à   lâ&#x20AC;&#x2122;action  de  la  requĂŠrante,  accueille  lâ&#x20AC;&#x2122;action  intentĂŠe  en  divorce  par  le  sieur  Evens  MARDY   contre  son  Êpouse  nĂŠe  Bernadette  CHARLIN,  en  la  forme  maintient  le  dĂŠfaut  octroyĂŠ   contre  la  dĂŠfenderesse  à  lâ&#x20AC;&#x2122;audience  du  mardi  Six  (06)  Mars  deux  mille  douze  (2012)  à   deux  (02)  heure  vingt  (20)  minutes  de  lâ&#x20AC;&#x2122;après-­midi  ;Íž  ce  pour  nâ&#x20AC;&#x2122;avoir  pas  ÊtĂŠ  rabattu  aux   termes  de  lâ&#x20AC;&#x2122;article  287  du  code  de  procĂŠdure  civile  Luc  D.  Hector.  Admettre  le  divorce   du  sieur  Evens  MARDY  et  la  femme  nĂŠe  Bernadette  CHARLIN  pour  abandon  du  toit   conjugal   envers   son   mari   au   vĹ&#x201C;u   de   lâ&#x20AC;&#x2122;article   217   du   code   civil   HaĂŻtien.   Prononce   la   dissolution  des  liens  matrimoniaux  ayant  existĂŠ  entre  les  dits  Êpoux  tout  en  ordonnant   jOÂś2IÂżFLHUGHOÂś(WDW&LYLOGH0LUDJRkQHGHWUDQVFULUHVXUOHVUHJLVWUHVjFHGHVWLQpVOH dispositif  du  prĂŠsent  jugement  dont  un  extrait  sera  insĂŠrĂŠ  dans  lâ&#x20AC;&#x2122;un  des  quotidiens  sâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠdi-­ tant  à  la  capitale  sous  peine  de  dommages-­intĂŠrĂŞts  envers  les  tiers  et  de  rĂŠdiger  lâ&#x20AC;&#x2122;acte   de  Divorce  des  Êpoux  prĂŠcitĂŠs  ;Íž  commet  lâ&#x20AC;&#x2122;huissier  Letoy  BLANFORT  de  ce  siège  pour   ODVLJQLÂżFDWLRQGXSUpVHQWMXJHPHQWDX[ÂżQVGHGURLWWRXWHQFRPSHQVDQWOHVGpSHQVHQ raison  de  la  qualitĂŠ  des  parties. DonnĂŠ  de  nous,  Me.  Rubin  SYLVESTRE,  juge  du  Tribunal  de  Première  Instance   de  Miragoâne  en  audience  publique  et  en  ses  attributions  civiles  de  divorce  du  mardi   treize  (13)  mars  deux  mille  douze  (2012)  ;Íž  An  209ème  de  lâ&#x20AC;&#x2122;IndĂŠpendance,  en  prĂŠsence   du  Ministère  Public  reprĂŠsentĂŠ  par  Me.  Nestac  FRANCOIS,  Av.  Subs.  Commissaire  du   *RXYHUQHPHQWGHFHUHVVRUWDYHFOÂśDVVLVWDQFHGXJUHIÂżHU(PPDQXHO'e6,5GXVLqJH Il  est  ordonnĂŠ  à  tous  huissiers  sur  ce  requis  de  mettre  le  prĂŠsent  jugement  à   H[pFXWLRQDX[RIÂżFLHUVGX0LQLVWqUH3XEOLFSUqVOHV7ULEXQDX[FLYLOVGÂś\WHQLUODPDLQ DX[FRPPDQGDQWVHWDXWUHVRIÂżFLHUVGHODIRUFHSXEOLTXHGÂś\SUrWHUPDLQIRUWHORUVTXÂśLOV en  seront  lĂŠgalement  requis. (QIRLGHTXRLODPLQXWHGXSUpVHQWMXJHPHQWHVWVLJQpHGXMXJHHWGXJUHIÂżHU sus  dits. EXPEDITION  CONFORME  COLLATIONNĂ&#x2030;E (PPDQXHO'e6,5*UHIÂżHU AU  NOM  DE  LA  LOI                                                                                                                                                   Vu  la  loi  nâ&#x20AC;&#x2122;empĂŞche. Parquet  de  Miragoâne,  le  05  Juin  2012 Me.  Nestac  François,  Av.  Mag. Subs.  Commissaire  du  Gouvernement

PAR  CES  MOTIFS.  Le  Tribunal,  après  examen  et  sur  les  conclusions  conformes   du  Ministère  Public,  accueille  lâ&#x20AC;&#x2122;action  du  requĂŠrant  pour  être  juste  et  fondĂŠe  ;Íž  maintient  le   GpIDXWRFWUR\pFRQWUHODSDUWLHGpIHQGHUHVVHjOÂśDXGLHQFHVXVGLWHSRXUOHSURÂżWGXGpIDXW dĂŠclare  fondĂŠe  la  dite  action  ;Íž  admet  en  consĂŠquence  le  divorce  du  sieur  Lucien  Bernardin   Jr  dâ&#x20AC;&#x2122;avec  son  Êpouse  nĂŠe  Yolande  Fioyale  pour  incompatibilitĂŠ  de  caractère  aux  torts    de   lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠpouse  ;Íž  prononce  la  dissolution  des  liens  matrimoniaux  existant  entre  eux  ;Íž  ordonne  à   OÂś2IÂżFLHUGHOÂś(WDW&LYLOGHOD6HFWLRQ6XGGH3RUWDX3ULQFHGHWUDQVFULUHVXUOHVUHJLVWUHV Ă   ce  destinĂŠs  le  dispositif  du  prĂŠsent  jugement  dont  un  extrait  sera  publiĂŠ  dans  lâ&#x20AC;&#x2122;un  des   quotidiens  sâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠditant  à  la  capitale  sous  peine  de  dommages-­intĂŠrĂŞts  envers  les  tiers  sâ&#x20AC;&#x2122;il   \pFKHWFRPPHWOÂśKXLVVLHU3DXO6W-HDQGHFH7ULEXQDOSRXUODVLJQLÂżFDWLRQGXSUpVHQW jugement  ;Íž  compense  les  dĂŠpens. Rendu  de  nous,  Jacques  Hermon  CONSTANT,  juge  en  audience  civile,  ordinaire   et  publique  du  mercredi  Treize  Mars  deux  mille  Treize,    en  prĂŠsence  de  Me.  Jean  Claude   DABREZIL  Substitut  Commissaire  du  Gouvernement  de  ce  ressort,  avec  lâ&#x20AC;&#x2122;assistance  du   VLHXU+RPqUH5$<021'JUHIÂżHUGXVLqJH Il   est   ordonnĂŠ   Ă    tous   huissiers   sur   ce   requis   de   mettre   le   prĂŠsent   jugement   Ă    H[pFXWLRQDX[2IÂżFLHUVGX0LQLVWqUH3XEOLFSUqVOHV7ULEXQDX[GH3UHPLqUH,QVWDQFH GÂś\WHQLUODPDLQjWRXVFRPPDQGDQWVHWDXWUHV2IÂżFLHUVGHODIRUFHSXEOLTXHGÂś\SUrWHU main  forte  lorsquâ&#x20AC;&#x2122;ils  en  seront  lĂŠgalement  requis. (QIRLGHTXRLODPLQXWHGXSUpVHQWMXJHPHQWHVWVLJQpHGXMXJHHWJUHIÂżHUVXVGLW $LQVLVLJQp-DFTXHV+HUPRQ&2167$17-XJHHW+RPqUH5$<021'JUHIÂżHU                                       Pour  expĂŠdition  conforme Pour  extrait Me.  Louisjeune  LOUIS,  Avocat LIBERTE                                                                              EGALITE                                                                    FRATERNITE REPUBLIQUE  Dâ&#x20AC;&#x2122;HAITI

$9,6'(',925&( PAR  CES  MOTIFS:  Le  Tribunal  après  examen  sur  les  conclusions  du  Ministère   3XEOLFPDLQWLHQWOHGpIDXWRFWUR\pFRQWUHOHGpIHQGHXUjOÂśDXGLHQFH3UpFLWpHSRXUOHSURÂżW dĂŠclare  fondĂŠe  la  dite  action  ;Íž  admet  en  consĂŠquence  le  divorce  de  la  dame  Dominique   BOUCARD  dâ&#x20AC;&#x2122;avec  son  Êpoux  Jean  Joseph  MERISME  pour  injures  graves  et  publiques   aux  torts  de  lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠpoux,  prononce  la  dissolution  des  liens  matrimoniaux  ayant  existĂŠ  entre   OHVGLWVpSRX[RUGRQQHjOÂś2IÂżFLHUGHOÂś(WDW&LYLOGH3RLQWHj5DTXHWWHVGHWUDQVFULUH sur  les  registres  à  ce  destinĂŠs  le  dispositif  du  prĂŠsent  jugement  dont  un  extrait  sera  insĂŠrĂŠ   dans  lâ&#x20AC;&#x2122;un  des  quotidiens  sâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠditant  à  la  capitale  sous  peine  de  dommages-­intĂŠrĂŞts  envers   OHVWLHUVVÂśLO\pFKHW&RPPHWOÂśKXLVVLHU9LOQHUHW*$%5,(/GHFHVLqJHSRXUODVLJQLÂż-­ cation  de  ce  jugement. Ainsi  jugĂŠ  et  prononcĂŠ  par  nous,  Jacques  Hermon  CONSTANT,  juge  en  audience   civile  et  publique  de  ce  jour  dix  FĂŠvrier  deux  mille  douze  en  prĂŠsence  de  Me.  Jean  Claude   DABREZIL  Substitut  du  Commissaire  du  Gouvernement  de  ce  ressort,  avec  lâ&#x20AC;&#x2122;assistance   GXJUHIÂżHU+RPqUH5$<021' Il  est  ordonnĂŠ  etc  â&#x20AC;Śâ&#x20AC;Śâ&#x20AC;Ś. En  foi  de  quoi  etc  â&#x20AC;Śâ&#x20AC;Śâ&#x20AC;Śâ&#x20AC;Ś Lormeau  MAXAU OFFICIER  DE  Lâ&#x20AC;&#x2122;ETAT  CIVIL

LIBERTE                                                                              EGALITE                                                                    FRATERNITE REPUBLIQUE  Dâ&#x20AC;&#x2122;HAITI

$9,6'Âś(;38/6,21 Il  est  portĂŠ  à  la  connaissance  des  intĂŠressĂŠs  quâ&#x20AC;&#x2122;Ă   la  date  du  Sept  Mars  deux  mille   Treize  (7  Mars  2013),  le  Tribunal  de  Première  Instance  de  Port-­au-­Prince  a  rendu  une   dĂŠcision  entre  les  Êpoux  Wilner  Cillin,  la  femme  nĂŠe  Angeline  Joseph  dont  le  dispositif   est  ainsi  libellĂŠ  : PAR  CES  MOTIFS,  le  Tribunal,  après  examen,  le  Ministère  Public  entendu,   PDLQWLHQWOHGpIDXWRFWUR\pFRQWUHODGpIHQGHUHVVHjOÂśDXGLHQFHSUpFLWpHSRXUOHSURÂżW dĂŠclare  fondĂŠe  la  dite  action  ;Íž  Admet  en  consĂŠquence  le  divorce  du  sieur  Wilner  Cillin   dâ&#x20AC;&#x2122;avec  son  Êpouse  nĂŠe  Angeline  Joseph  pour  injures  graves  et  publiques  aux  torts  de   lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠpouse  ;Íž  Prononce  la  dissolution  des  liens  matrimoniaux  existant  entre  les  dits  Êpoux  ;Íž   2UGRQQHjOÂś2IÂżFLHUGHOÂś(WDW&LYLOGHOD6HFWLRQ6XGGH3RUWDX3ULQFHGHWUDQVFULUHVXU les  registres  à  ce  destinĂŠs  le  dispositif  du  prĂŠsent  jugement  dont  un  extrait  sera  insĂŠrĂŠ   dans  lâ&#x20AC;&#x2122;un  des  quotidiens  sâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠditant  à  la  capitale  sous  peine  de  dommages-­intĂŠrĂŞts  envers   OHVWLHUVVÂśLO\pFKHW&RPPHWOÂśKXLVVLHU&DQDO*$%5,(/GHFHVLqJHSRXUODVLJQLÂżFDWLRQ de  ce  jugement  ;Íž  compense  les  dĂŠpens.                                                                         Pour  ordre  de  Publication  : Me.  Jean  C.  Mars,  pour  le  Cabinet


Mercredi  08  Mai  2013 +DwWLHQ0DUFKHÂ&#x2021;9RO;;9,,Â&#x2021;1Â&#x192;

LBRE  PENSER

Page  12

Š/(7$3(<,0ª

8QHQDWLRQHVWXQHkPHXQSULQFLSHVSLULWXHO'HX[ FKRVHVTXLjYUDLGLUHQÂśHQIRQWTXÂśXQHFRQVWLWXHQWFHWWHkPH FHSULQFLSHVSLULWXHO/ÂśXQHHVWGDQVOHSDVVpOÂśDXWUHGDQVOH SUpVHQW/ÂśXQHHVWODSRVVHVVLRQHQFRPPXQGÂśXQULFKHOHJV GHVRXYHQLUVOÂśDXWUHHVWOHFRQVHQWHPHQWDFWXHOOHGpVLUGH YLYUHHQVHPEOHODYRORQWpGHFRQWLQXHUjIDLUHYDORLUOÂśKpULWDJH TXÂśRQ D UHoX LQGLYLV /ÂśKRPPH PHVVLHXUV QH VÂśLPSURYLVH SDV/DQDWLRQFRPPHOÂśLQGLYLGXHVWOÂśDERXWLVVDQWGÂśXQORQJ SDVVpGÂśHIIRUWVGHVDFULÂżFHVHWGHGpYRXHPHQWV/HFXOWHGHV DQFrWUHVHVWGHWRXVOHSOXVOpJLWLPHOHVDQFrWUHVQRXVRQW IDLWV FH TXH QRXV VRPPHV 8Q SDVVp KpURwTXH GHV JUDQGV KRPPHVGHODJORLUH MÂśHQWHQGVGHODYpULWDEOH YRLOjOHFDSLWDO VRFLDO VXU OHTXHO RQ DVVLHG XQH LGpH QDWLRQDOH $YRLU GHV JORLUHVFRPPXQHVGDQVOHSDVVpXQHYRORQWpFRPPXQHGDQV OHSUpVHQWDYRLUIDLWGHJUDQGHVFKRVHVHQVHPEOHYRXORLUHQ IDLUHHQFRUHYRLOjODFRQGLWLRQHVVHQWLHOOHSRXUrWUHXQSHXSOH 2QDLPHHQSURSRUWLRQGHVVDFULÂżFHVTXÂśRQDFRQVHQWLVGHV PDX[TXÂśRQDVRXIIHUWV2QDLPHODPDLVRQTXÂśRQDEkWLHHW TXÂśRQWUDQVPHW/HFKDQW6SDUWLDWHŠ1RXVVRPPHVFHTXH YRXVIÂ&#x20AC;WHVQRXVVHURQVFHTXHYRXVrWHVÂŞHVWGDQVVDVLPSOLFLWp OÂśK\PQHDEUpJpGHWRXWHSDWULH  (5HQDQ

Chères   amies   lectrices   et   chers   amis   lecteurs,   je   suppose  que  si  vous  faites  partie  du  groupe  de  mes  lecteurs   habituels   vous   ĂŞtes   sensĂŠs   savoir   que   de   temps   Ă    autre   je   traverse  des  moments  de  crise,  non  pas  à    lâ&#x20AC;&#x2122;europĂŠenne,  câ&#x20AC;&#x2122;est-­à-­ dire  faisant  partie  du  lot  de  ceux  qui  ont  toujours  vĂŠcu  au-­dessus   de  leurs  possibilitĂŠs  et  qui    dâ&#x20AC;&#x2122;un  coup,  sans  sâ&#x20AC;&#x2122;en  rendre  compte,   dĂŠcouvrent   quâ&#x20AC;&#x2122;ils   ne   sont   plus   les   mĂŞmes,   que   leur   niveau   de  vie  ne  peut  plus  continuer  dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŞtre  ce  quâ&#x20AC;&#x2122;il  fut  et  que  leurs   avoirs,  leurs  Êconomies,  sâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtaient  rĂŠduits,  quasiment  du  jour  au   lendemain,  à  la  moitiĂŠ  du  tiers  du  quart  ou  au  quart  de  la  moitiĂŠ   GXWLHUV'DQVOHVGHX[FDVODŠYLQJWTXDWULqPHSDUWLHÂŞ,OV se  sont  transformĂŠs  en  ce  quâ&#x20AC;&#x2122;ils  nâ&#x20AC;&#x2122;avaient  jamais  voulu  être  :   GHVŠDSSDXYULVÂŞ1RQ-HQHYRXODLVSRLQWSDUOHUGHFHWWH crise  mais  plutĂ´t  de  crise  intĂŠrieure,  de    crise  dâ&#x20AC;&#x2122;importance  ,  

comme  si,  dâ&#x20AC;&#x2122;un  coup,  tout  ce  que  lâ&#x20AC;&#x2122;on  avait  fait  jusquâ&#x20AC;&#x2122;Ă   prĂŠsent,   ne  valait  plus  la  peine  dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŞtre  fait.  On  se  dĂŠcourage.  On  nâ&#x20AC;&#x2122;a  plus   envie  de  faire  les  mĂŞmes  choses,  tantĂ´t  on  veut  innover,  tantĂ´t   on  se  retrouve  au  bord  du  dĂŠcouragement  le  plus  profond,  voire   du  suicide  mĂŞme,  dâ&#x20AC;&#x2122;autres  fois  câ&#x20AC;&#x2122;est  la  sensation  dâ&#x20AC;&#x2122;immortalitĂŠ   qui  tâ&#x20AC;&#x2122;attrape  et  veut  te  faire  comprendre  que  tu  peux  atteindre   ÂŤ  lâ&#x20AC;&#x2122;immuabilitĂŠ    et  que  tu  pourras  donc  te  pĂŠrenniser  à  travers   le  temps  et  lâ&#x20AC;&#x2122;espace.   Chers   amis   lecteurs,   toute   cette   belle   introduction   ne  sert  quâ&#x20AC;&#x2122;Ă   vous  dire  que  je  voulais  arrĂŞter  dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠcrire,  prendre   une  pause,  me  renouveler,  rĂŠĂŠvaluer  mon  discours,  analyser     lâ&#x20AC;&#x2122;importance   de   ce   que   je   dis,   mais   â&#x20AC;Ś   En   rĂŠflĂŠchissant   sĂŠrieusement  à  lâ&#x20AC;&#x2122;idĂŠe  de  cesser  dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠcrire  (je  suppose  que  je  me   fais  vieux  car  cette  idĂŠe  de  sentir  le  poids  de  lâ&#x20AC;&#x2122;inutilitĂŠ  de  mes   actions  revient  trop  souvent),  lâ&#x20AC;&#x2122;une  de  ces  amies,  de  ce  genre   dâ&#x20AC;&#x2122;amis   auxquels   tu   te   sens   liĂŠ   par   quelque   chose   dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtrange,   dâ&#x20AC;&#x2122;inexplicable,     vint   Ă    attirer   mon   attention   sur   lâ&#x20AC;&#x2122;utilisation   abusive   qui   est   faite   du   mot   ÂŤ   Etat   Âť   dans   notre   pays   alors   que   la   notion   de   ÂŤ   Nation   Âť   nâ&#x20AC;&#x2122;intervenait   que   rarement.   Cette  simple  intervention  de  cette    belle  amie    mâ&#x20AC;&#x2122;obligea   Ă   une  rĂŠĂŠvaluation  de  ma  dĂŠcision.  Jâ&#x20AC;&#x2122;ai  cru  que  câ&#x20AC;&#x2122;ĂŠtait  donc   bon  non  seulement  dâ&#x20AC;&#x2122;en  parler  mais  en  plus  de  vous  inciter,   chères   amies   lectrices   et   chers   amis   lecteurs,   Ă    prendre     un   SHWLWWHPSVGHYRWUHSUpFLHX[WHPSVGHWUDYDLOSRXUUpĂ&#x20AC;pFKLU sur  les  notions  dâ&#x20AC;&#x2122;Etat,    la  forme  la  plus  ÊlaborĂŠe  de  la  vie   commune   dâ&#x20AC;&#x2122;une   sociĂŠtĂŠ   humaine   Âť,   de   Nation   en   tant   que   ÂŤ   CommunautĂŠ   humaine   ayant   conscience   dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŞtre   unie   par   une  identitĂŠ  historique,  culturelle  linguistique  ou  religieuse  ,   dâ&#x20AC;&#x2122;Etat-­Nation,  sans  laisser  de  cĂ´tĂŠ  les    IdentitĂŠs  collectives  ,   les    identitĂŠs  meurtrières  ,  les    identitĂŠs  fragmentĂŠes  .   (QÂżQPDWUqVFKqUHERQQHDPLHTXLGXUDQWOÂśH[LVWHQFH de  notre    sociĂŠtĂŠ  des  CRABES    se  constituait  en  support  de   la  structure,  veut,  je  crois,  inciter  à  sa    recrĂŠation  .    La  Patri   an  Danje  .  Elle  insistait  pour  me  faire  comprendre  que  lâ&#x20AC;&#x2122;on   devait  à  nouveau  se  retrouver  au  bord  dâ&#x20AC;&#x2122;une  table,  autour  de   nos    bouteilles  prĂŠfĂŠrĂŠes    (je  nâ&#x20AC;&#x2122;ose  plus  maintenant  en  choisir   une   seule,   ce   serait   de   la   publicitĂŠ   dĂŠloyale),   dĂŠgustant   des  

ÂŤ  acras  croustillants  ,  laissant    couler  dans  nos  garganes     non  pas  de    lâ&#x20AC;&#x2122;akassan  au  sirop    mais  plutĂ´t  ce    spiritueux   liquide    qui  nous  sert  de  boisson  nationale.    Elle  voulait  que   lâ&#x20AC;&#x2122;on  reprenne  ces  après-­midis  de    dĂŠferlement  dâ&#x20AC;&#x2122;idĂŠes    contre   la  stupiditĂŠ  de  nos  hommes  et  femmes  politiques  qui  nâ&#x20AC;&#x2122;arrivent   pas   Ă    comprendre   que   se   trouver   Ă    la   tĂŞte   dâ&#x20AC;&#x2122;une   institution   de   lâ&#x20AC;&#x2122;Etat   câ&#x20AC;&#x2122;est   se   mettre   au   service   du   pays.   Le   problème,   actuellement,  câ&#x20AC;&#x2122;est  que  certains  dâ&#x20AC;&#x2122;entre  aux  nâ&#x20AC;&#x2122;arrivent  pas  à   comprendre  que  leur  pays  câ&#x20AC;&#x2122;est  HaĂŻti  (mĂŞme  sâ&#x20AC;&#x2122;ils  dĂŠtiennent   un   autre   passeport).   Je   crois   que   je   vais   rĂŠaliser   un   petit   travail  de  terrain,  je  vais  demander  à  chacun  des  individus  se   trouvant  à  la  tĂŞte  de  lâ&#x20AC;&#x2122;une  de  nos  Institutions  (principalement   Ministres,  SecrĂŠtaires  dâ&#x20AC;&#x2122;Etat  et  Directeurs  GĂŠnĂŠraux)  de  me   rĂŠpondre  a  la  question  suivante  :  Vous  sentez-­vous  HaĂŻtien  ou   HaĂŻtienne  ?  Au  fond,  ne  peut  être  HaĂŻtien  que  celui  qui  se  bat   pour  faire  changer  HaĂŻti  (comme  les  Polonais  qui  choisirent   le  camp  haĂŻtien  lors  de  la  guerre  de  lâ&#x20AC;&#x2122;IndĂŠpendance).  Jâ&#x20AC;&#x2122;insiste   donc   pour   poser   cette   question   Ă    chacun   de   nos   Ministres,   SecrĂŠtaires  dâ&#x20AC;&#x2122;Etat,  Directrice  GĂŠnĂŠrale,  Directeurs  GĂŠnĂŠraux.   Je  voudrais  enregistrer  leur  rĂŠponse  et  rechercher  ensuite  sur   les  RĂŠseaux  sociaux,  sur  la  toile  en  gĂŠnĂŠral  sâ&#x20AC;&#x2122;il  y  a  eu  cette   mĂŞme  dĂŠmonstration  dâ&#x20AC;&#x2122;allĂŠgeance  envers  une  autre  Nation.  Je   trouve,  et  jâ&#x20AC;&#x2122;insiste,  que  le  vrai  problème  du  pays  est  lâ&#x20AC;&#x2122;absence   dâ&#x20AC;&#x2122;engagement  de  ceux  qui  acceptent  un  poste  dâ&#x20AC;&#x2122;engagement.   Quâ&#x20AC;&#x2122;il  sâ&#x20AC;&#x2122;agisse  de  lâ&#x20AC;&#x2122;EdH,  des  FAdH  ou  de  la  PNH,  assumer  sa   direction,  en  être  la  Directrice  GĂŠnĂŠrale,  le  Directeur  General,   câ&#x20AC;&#x2122;est  assumer  sa  condition  dâ&#x20AC;&#x2122;HaĂŻtien  ou  dâ&#x20AC;&#x2122;HaĂŻtienne  voulant   travailler  pour  la  transformation  dâ&#x20AC;&#x2122;HaĂŻti,  câ&#x20AC;&#x2122;est  le  dire    à  voix   haute  ,  câ&#x20AC;&#x2122;est  le  montrer  à  travers  ses  actions  quotidiennes,   car  sinon,  la    Nation  haĂŻtienne    peut  accuser  de  trahison  à   la  Patrie.   ÂŤ  Nou  we  nan  ki  Leta  nou  ka  kite  Peyi  a   2VFDU*HUPDLQ JHUPDQRU#\DKRRIU 0DL

$WHOLHUSRXUOœpODERUDWLRQGXSURJUDPPHQDWLRQDO   GHFXOWXUHHWGœXWLOLVDWLRQGX%HQ]ROLYHHQ+DwWL

 PORT-­AU-­PRINCE,  MARDI  30  AVRIL  2013  :  La   Première   Dame   de   la   RĂŠpublique,   Mme   Sophia   Martelly,   a   ouvert   le   mardi   30  Avril   2013,   un   atelier   de   travail   rĂŠalisĂŠ   par   la   Commission   Nationale   de   Lutte   contre   la   Faim   et   la   Malnutrition,   au   Ministère   de   la   SantĂŠ   Publique   et   de   la   Population,  en  vue  de  lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠlaboration  du  Programme  National  de   Promotion  de  la  culture  et  lâ&#x20AC;&#x2122;utilisation,  en  HaĂŻti,  du  Moringa,  

communĂŠment  appelĂŠ  Benzolive.  Lâ&#x20AC;&#x2122;objectif  de  cet  atelier  est  de  produire  de  concert   avec  les  acteurs  clĂŠs  un  document  de  rĂŠfĂŠrence  pouvant  servir   de   marche   Ă    suivre,   en   vue   de   lâ&#x20AC;&#x2122;utilisation   et   la   culture   du   Moringa   dans   le   cadre   de     la   lutte   contre   la   malnutrition   et   dâ&#x20AC;&#x2122;autres  problĂŠmatiques  environnementales  et  Êconomiques.   Plusieurs   personnalitĂŠs   dont   la   Ministre   de   la   SantĂŠ   Publique   et   de   l a   P o p u l a t i o n ,   D r   Florence   D.   Guillaume,   les   Ministres   chargĂŠes   d e   l a   P a y s a n n e r i e ,   Mme   Mimose   FĂŠlix,   et   de   la   Lutte   contre   la   PauvretĂŠ  ExtrĂŞme,  Mme   Rose   Anne   Auguste,   le   SecrĂŠtaire   dâ&#x20AC;&#x2122;Etat   Ă    la   production   animale,   M.   Michel   Chancy,   ont   participĂŠ  à  la  cĂŠrĂŠmonie   de   lancement   de   cet   atelier.  Ce  fut    lâ&#x20AC;&#x2122;occasion   pour   diffĂŠrents   acteurs   concernĂŠs,   mĂŠdecins,   agronomes,  reprĂŠsentants   d e   m o u v e m e n t s   d e   paysans,   spĂŠcialistes   i n t e r n a t i o n a u x ,   d e   p r ĂŠ s e n t e r   Ă    t r a v e r s   d e s   i n t e r v e n t i o n s   t h ĂŠ m a t i q u e s   l e s  

diffĂŠrentes  techniques  et  pratiques  liĂŠes  à  lâ&#x20AC;&#x2122;utilisation  de  cette   plante. Pour   la   Ministre   de   la   SantĂŠ   Publique   et   de   la   Population,  Dr  Florence  D.  Guillaume,  il  sâ&#x20AC;&#x2122;agit  dâ&#x20AC;&#x2122;intervenir   contre   la   malnutrition,   grâce   Ă    des   programmes   pouvant   FRPEDWWUHVXUOHORQJWHUPHFHĂ&#x20AC;pDX/DFXOWXUHHWOÂśXWLOLVDWLRQ du  Moringa  est,  selon  la  Ministre  chargĂŠe  de  la  promotion  de   la  paysannerie,  un  atout  majeur  pour  le  paysan,  non  seulement   au  niveau  nutritionnel  et  environnemental,  mais  aussi  au  niveau   ĂŠconomique.  Ce  produit  permet  en  effet  de  gĂŠnĂŠrer  des  revenus   agricoles,   dĂŠvelopper   des   activitĂŠs   de   transformation   agro-­ alimentaire  et  proposer  de  nouveaux  marchĂŠs.   Pour   le   SecrĂŠtaire  dâ&#x20AC;&#x2122;Etat   Ă    la   Production  Animale   Michel  Chancy,  membre  organisateur  de  lâ&#x20AC;&#x2122;atelier,  le  Benzolive   HVWXQHULFKHVVHSRXUODSRSXODWLRQHQJpQpUDO,ODSURÂżWpGH lâ&#x20AC;&#x2122;occasion   pour   fĂŠliciter   tous   les   partenaires   ĂŠtatiques   et   de   la  sociĂŠtĂŠ  civile  de  leur  implication  dans  lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠlaboration  de  ce   programme.  La  Première  Dame  qui  sâ&#x20AC;&#x2122;est  dit  ÊmerveillĂŠe  par  les   avantages  nutritionnels  et  retombĂŠes  Êconomiques  du  Moringa,   a  assurĂŠ  les  organisateurs  prĂŠsents  de  son  support  et  de  celui   du  PrĂŠsident  de  la  RĂŠpublique.  Elle  a  en  outre  fait  appel  à  une   meilleure  utilisation  de  nos  ressources  naturelles.  Ce  nâ&#x20AC;&#x2122;est  pas   lâ&#x20AC;&#x2122;affaire   dâ&#x20AC;&#x2122;un   citoyen,   dâ&#x20AC;&#x2122;un   secteur,   ou   dâ&#x20AC;&#x2122;un   gouvernement,   FÂśHVWOÂśDIIDLUHGHWRXVDWHOOHVRXOLJQp   Le   Moringa   Olifeira   ou   Benzolive   est   riche   en   ĂŠlĂŠments   nutritifs.   Ses   feuilles   fraĂŽches   renferment,   par   gramme,  7  fois  plus  de  vitamine  C  que  les  oranges,  4  fois  plus   de  calcium  que  le  lait,  4  fois  plus  de  vitamine  A  que  la  carotte,   3  fois  plus  de  potassium  que  les  bananes  et  3  fois  plus  de  fer   que  dans  les  Êpinards  et  plus  de  protĂŠines  que  les  Ĺ&#x201C;ufs  de  poule.

LIBERTE                                                                              EGALITE                                                                    FRATERNITE REPUBLIQUE  Dâ&#x20AC;&#x2122;HAITI

$9,6'(',925&( Par  ces  motifs  le  Tribunal  après  examen  et  sur  les  conclusions  du  Ministère   Public  accueille    du  requĂŠrant,  maintient  le  dĂŠfaut  octroyĂŠ  contre  le  dĂŠfendeur,  à  la   VXVGLWHDXGLHQFHSRXUOHSURÂżWGXGpIDXWGpFODUHIRQGpHODGLWHDFWLRQDGPHWHQ consĂŠquence  le  divorce  de  la  dame  Dorlissaint  PAUL  DIEUNET  nĂŠe  Nadège  MER-­ CIER,  dâ&#x20AC;&#x2122;avec  son  Êpoux,    le  sieur  Dorlissaint    PAUL  DIEUNET,  pour  injures  graves   et  publiques  aux  torts  de  lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠpoux,  prononce  la  dissolution  des  liens  matrimoniaux   H[LVWDQWHQWUHHX[RUGRQQHjOÂś2IÂżFLHUGHOÂś(WDWGH3RLQWHj5DTXHWWHVGHWUDQVFULUH dans  ses  registres  à  ce  destinĂŠs  le  dispositif  du  prĂŠsent  jugement  dont  un  extrait  sera   insĂŠrĂŠ  dans  lâ&#x20AC;&#x2122;un  des  quotidiens  sâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠditant  à  la  capitale  sous  peine  de  dommages-­intĂŠrĂŞts   envers  les  tiers  sâ&#x20AC;&#x2122;il  y  Êchet,  commet  lâ&#x20AC;&#x2122;huissier  Jean  Marc  Augustin  de  ce  siège  pour   ODVLJQLÂżFDWLRQGHFHMXJHPHQWFRPSHQVHOHVGpSHQV Ainsi  jugĂŠ  et  prononcĂŠ  par  nous,  Jean  Hermon  CONSTANT,  en  audience   civile,  ordinaire  et  publique  du  mercredi  vingt-­deux  Juillet  deux  mille  onze  en  prĂŠ-­ sence  de  Me.  Jean  Claude  DABREZIL,  Substitut  Commissaire  du  Gouvernement   GHFHUHVVRUWDYHFOÂśDVVLVWDQFHGXJUHIÂżHU)UpGpULF*e'e21 Il  est  ordonnĂŠ  etc  â&#x20AC;Śâ&#x20AC;Śâ&#x20AC;Śâ&#x20AC;Śâ&#x20AC;Śâ&#x20AC;Ś.. En  foi  de  quoi  etc  â&#x20AC;Śâ&#x20AC;Śâ&#x20AC;Śâ&#x20AC;Śâ&#x20AC;Śâ&#x20AC;Ś.. Lormeau  MAXAU 2IÂżFLHUGHOÂś(WDW&LYLOGHOD Commune  de  Pointe-­à-­Raquettes


Mercredi  08  Mai  2013 +DwWLHQ0DUFKHÂ&#x2021;9RO;;9,,Â&#x2021;1Â&#x192;

HAITI,  QUEL  DEVELOPPEMENT  ?

Page  13

/DVHSWLqPHpGLWLRQGX)$*

Cette  semaine,  le  Forum  Agricole  Goâvien  cĂŠlĂŠbrait   sa   septième   ĂŠdition.   Cela   devient   une   sorte   de   tradition   de   fĂŞter  le  1er  mai  à  Vialet  avec  le  FAG  et  jâ&#x20AC;&#x2122;ai  dĂŠjĂ   eu  lâ&#x20AC;&#x2122;occasion   dâ&#x20AC;&#x2122;en   parler   dans   les   colonnes   de   ce   journal   (voir   Sortir   de   OÂśLQIRUPHO,   HEM,   Vol.   23,   #   27,   du   29/07-­04/08/09,   /D FLQTXLqPH pGLWLRQ GX )$* HEM,   Vol.   25,   #   15   du   04-­

GHV$VVRFLDWLRQVGÂś,UULJDQWV. Nous  sommes  donc  dix  ans  plus  tard  et  il  serait  bon  de   faire  un  bilan.  Plusieurs  Êtudes  ont  ÊtĂŠ  menĂŠes  sur  les  systèmes   construits   ou   rĂŠhabilitĂŠs   par   le   PPI   dans   le   cadre   du   projet   PATRAI  (Projet  dâ&#x20AC;&#x2122;Assistance  Technique  pour  le  Renforcement   des   Associations   dâ&#x20AC;&#x2122;Irrigants)   conduit   par   le   consortium   FONHDILAC-­FONHADI   dans   la   rĂŠgion   goâvienne,   et   il   serait     intĂŠressant   de   les   reprendre,  

SKRWR%HUQDUG(WKpDUW

10/05/2011,  /H)$*GDQVODWRXUPHQWHHEM  Vol.  26  #  43   du  14-­20/1/2012),  câ&#x20AC;&#x2122;est  du  reste  du  second  article  que  jâ&#x20AC;&#x2122;extrais   ce  passage  qui  donne  une  idĂŠe  de  ce  quâ&#x20AC;&#x2122;est  la  FAG. /H )$* HVW XQ HVSDFH GH UpĂ&#x20AC;H[LRQ HW GÂśpFKDQJH qui   rĂŠunit   des   reprĂŠsentants   des   associations   dâ&#x20AC;&#x2122;irrigants   de   cette  zone  goâvienne  et  des  personnalitĂŠs  invitĂŠes  à  faire  une   prĂŠsentation  sur  un  thème  choisi  par  les  organisateurs.  Il  est   une  Êmanation  de  la  SOPEA  (SociĂŠtĂŠ  des  Petits  Exploitants   Agricoles),   elle-­mĂŞme   rĂŠsultat   du   travail   dâ&#x20AC;&#x2122;animation   du   Programme   de   RĂŠhabilitation   des   Petits   PĂŠrimètres   IrriguĂŠs   (PPI). Il  faut  cependant  signaler  que  lâ&#x20AC;&#x2122;audience  sâ&#x20AC;&#x2122;est  un  peu   ĂŠlargie  ;Íž  en  effet  si  parmi  les  personnes  qui  ont  participĂŠ  à  ce   forum,  on  avait  des  reprĂŠsentants  des  associations  dâ&#x20AC;&#x2122;Irrigants   de  Barette,  de  Deuxième  Plaine,  de  Cavanack,  de  Basil  Bas   (2e  Plaine), �� de  Arnoux,  dâ&#x20AC;&#x2122;autres  types  dâ&#x20AC;&#x2122;associations  Êtaient   reprĂŠsentĂŠes  telles  lâ&#x20AC;&#x2122;$VVRFLDWLRQGHOD-HXQHVVH3URJUHVVLVWHGH 9LDOHWqui  avait  mis  son  local  à  la  disposition  des  organisateurs,   la  &RRUGLQDWLRQGHV$VVRFLDWLRQV)DPLOOHV$JURpFRORJLTXHVGH la  8e6HFWLRQGH3HWLW*RkYH,  lâ&#x20AC;&#x2122;$VVRFLDWLRQ6HNUq)DQP%DUHW,   le  0RXYHPHQWSRXUOH'pYHORSSHPHQWGHOD3UHPLqUH3ODLQH GH 3HWLW*RDYH,   le   0RXYPDQ .DOH -H 3HS,   lâ&#x20AC;&#x2122;2UJDQLVDWLRQ SRXUOH'pYHORSSHPHQWGHOD3UHPLqUH3ODLQH 3HWLW*RDYH ,   lâ&#x20AC;&#x2122;$VVRFLDWLRQGHV)HPPHVGHODeSODLQHGH3HWLW*RkYH,  le   )R\HUGÂś$VVLVWDQFH/pJDOHGHV'URLWV+XPDLQVHWGÂś(GXFDWLRQ 6RFLDOH,   -LVWLV H Sq 9LDOHW   et   le   Cercle   des   Journalistes   de   3HWLW*RDYH. Lâ&#x20AC;&#x2122;irrigation  nâ&#x20AC;&#x2122;en  est  pas  moins  restĂŠe  au  centre  des   discussions,  du  moins  durant  la  première  journĂŠe,  en  effet  le   thème  central  du  cette  annĂŠe  Êtait  :  /DJHVWLRQVRFLDOHGHOÂśHDX ÂąpWDWGHVOLHX[.  Il  faut  savoir  que  cette  annĂŠe  2013  marque  le   dixième  anniversaire  de  la  signature  dâ&#x20AC;&#x2122;un  contrat  de  gestion   entre   le   MARNDR   et   quelques   associations   dâ&#x20AC;&#x2122;irrigants   en   PrPHTXHODÂżQGHODSpULRGHGHYDOLGLWpGHFHVFRQWUDWVLO ĂŠtait  donc  naturel  que  lâ&#x20AC;&#x2122;on  pense  à  faire  un  bilan. Câ&#x20AC;&#x2122;est  lâ&#x20AC;&#x2122;ingĂŠnieur  Jean-­Robert  Jean-­NoĂŤl  qui  traita  du   sujet,  un  choix  dâ&#x20AC;&#x2122;autant  plus  Êvident  quâ&#x20AC;&#x2122;il  fut  Coordonnateur   du  PPI  (Projet  de  rĂŠhabilitation  de  petits  pĂŠrimètres  irriguĂŠs)   et,  à  ce  titre,  dirigea  les  travaux  de  rĂŠhabilitation  dâ&#x20AC;&#x2122;une  demi-­ douzaine   de   pĂŠrimètres   dans   la   zone   goâvienne,   lesquels,   Ă    lâ&#x20AC;&#x2122;issue  des  travaux,  signèrent  le  gestion  avec  le  Ministre  de   lâ&#x20AC;&#x2122;Agriculture. /HFRQIpUHQFLHUFRPPHQoDSDUGpÂżQLUOHFRQFHSWGH JHVWLRQVRFLDOHGHOÂśHDX  qui  suppose,  dans  le  cas  des  systèmes   dâ&#x20AC;&#x2122;irrigation,  que  ces  systèmes  soient  gĂŠrĂŠs  par  les  usagers  du   système,  organisĂŠs  en  association,  par  opposition  à  la  gestion   directe   par   le   MARNDR   Ă    travers   des   syndics   dâ&#x20AC;&#x2122;irrigation.   Le   premier   cas   de   gestion   sociale   remonte   Ă    1953,   quand   le   gouvernement   de   Paul   Magloire   transmis   la   gestion   du   système  dâ&#x20AC;&#x2122;Avezac,  dans  la  plaine  des  Cayes,  à  une  association   dâ&#x20AC;&#x2122;irrigants. Mais  câ&#x20AC;&#x2122;est  après  1986,  dans  la  foulĂŠe  du    mouvement   dĂŠmocratique   Âť,   que   lâ&#x20AC;&#x2122;idĂŠe   de   transfĂŠrer   la   gestion   des   V\VWqPHVDX[XVDJHUVÂżWVRQFKHPLQSRXUDERXWLUjODVLJQDWXUH dâ&#x20AC;&#x2122;un  contrat  de  gestion  entre  le  MARNDR  et  lâ&#x20AC;&#x2122;Association   dâ&#x20AC;&#x2122;Irrigants  de  la  plaine  de  lâ&#x20AC;&#x2122;Arcahaie.  En  1989,  le  projet  PPI   dĂŠmarra  et,  en  dehors  des  travaux  de  rĂŠhabilitation  de  quelque   26  pĂŠrimètres,  sâ&#x20AC;&#x2122;attacha  à  donner  au  concept  de  gestion  sociale   un   fondement   thĂŠorique   dans   deux   documents   :   3ROLWLTXH VRXVVHFWRULHOOH GH OÂśHDX   et   0pWKRGRORJLH GH PLVH HQ SODFH

mais  une  telle  entreprise   dĂŠborde   largement   le   cadre  de  ce  papier. Pour   ma   part,   grâce   Ă    de   nombreuses   visites   de   terrain   dans   la   cadre   du   PATRAI,   grâce   aussi   Ă    plusieurs   ĂŠmissions  de  radio  avec   des   cadres   du   PATRAI   o u   d e s   u s a g e r s   d e s   systèmes,   je   peux   me   faire   une   petite   idĂŠe   de   la   façon   dont   les   deux   partenaires   ont   respectĂŠ   les   engagements   pris   en   signant   le   contrat   de   gestion. D u   c Ă´ t ĂŠ   d e s   irrigants,   on   peut   noter   des  faiblesses  au  niveau   des   associations,   ce   qui   nous  avait  incitĂŠs  à  laisser   le  projet  PATRAI  ;Íž  il  y  a   aussi   des   faiblesses   au   niveau   de   lâ&#x20AC;&#x2122;utilisation   de   lâ&#x20AC;&#x2122;infrastructure   ;Íž   les   paysans  ont  souvent  gardĂŠ   le   système   de   culture   q u â&#x20AC;&#x2122; i l s   p r a t i q u a i e n t ,   comme   sâ&#x20AC;&#x2122;ils   nâ&#x20AC;&#x2122;avaient   pas   dâ&#x20AC;&#x2122;irrigation.   Mais,   car  il  y  a  un  mais,  lâ&#x20AC;&#x2122;autre   partenaire,  le  MARNDR,   p o r t e   u n e   g r a n d e   responsabilitĂŠ  dans  cette   situation.   Je   ne   peux   oublier   comment,   au   cours  des  Êmissions,  mes   interlocuteurs  ont  insistĂŠ   sur  le  fait  que,  une  fois  le   contrat  de  gestion  signĂŠ,   le   MARNDR   a   tout   simplement  oubliĂŠ  quâ&#x20AC;&#x2122;il   avait   pris   lâ&#x20AC;&#x2122;engagement   d â&#x20AC;&#x2122; a c c o m p a g n e r   l e s   associations. Un   autre   point   important  est  que  jusquâ&#x20AC;&#x2122;Ă    prĂŠsent   le   transfert   de   la   gestion   des   systèmes   aux   associations   nâ&#x20AC;&#x2122;a   aucun   fondement   lĂŠgal.   Un   projet   de   loi   sur   le   transfert   de   gestion   attend   depuis   long-­ temps  dâ&#x20AC;&#x2122;ĂŞtre  prĂŠsentĂŠ  au   Parlement.  De  mĂŞme  les   associations   dâ&#x20AC;&#x2122;irrigants   fonctionnent  dans  la  plus  

JUDQGHŠDOpJDOLWpÂŞ8QSURMHWGHORLYLVDQWjÂż[HUOHVWDWXW lĂŠgal  des  associations  dâ&#x20AC;&#x2122;irrigants  connait  le  mĂŞme  sort  que  le   projet  de  loi  sur  le  transfert  de  gestion. Bon,  ce  nâ&#x20AC;&#x2122;est  pas  Êtonnant  ;Íž  il  nâ&#x20AC;&#x2122;existe  dans  ce  beau   pays   aucune   loi   rĂŠgissant   les   associations   dâ&#x20AC;&#x2122;une   manière   gĂŠnĂŠrale.  Le  pouvoir,  quelque  soient  ceux  qui  le  dĂŠtiennent,   nâ&#x20AC;&#x2122;aime  pas  les  associations,  on  a  envie  de  dire  :  a  peur  des   associations,  allez  savoir  pourquoi. %HUQDUG(WKpDUW


 18 Page  14

Mercredi  08  Mai  2013 +DwWLHQ0DUFKHÂ&#x2021;9RO;;9,,Â&#x2021;1Â&#x192;

LES  JEUX LES  JEUX  DE  BERNARD

LES JEUX DE BERNARD

H A U T E S

Allez  de  HAUTES,  à  CENSEE,  en  utilisant  des  mots  du  du   vocabulaire  français,  et  ne  changeant  quâ&#x20AC;&#x2122;une  lettre  par  ligne.

Mots MĂŠlĂŠs C E N S E E

 C  H  R  I  S  B  O  S  H  C  H  R  I  S  P  A  U  L  U  R  L  E  B  R  O  N  J  A  M  E  S  L  S  H  D  A  T  H  D  T  H  S  A  N  E  V  E  T  S  Y  G  R  O  K  S  Q  S  P  U  L  L  I  B  Y  E  C  N  U  A  H  C  Q  L  O  S  A  G  U  A  P  O  P  T  O  D  W  K  E  Q  Q  N  E  L  L  A  Y  A  R  H  N  H  E  O  E  D  I  D  D  P  T  F  T  P  U  N  E  A  T  R  H  V  A  L  E  I  J  I  M  L  X  P  O  N  R  N  O  T  I  W  I  R  R  O  P  W  Y  R  O  D  C  U  A  N  H  N  E  B  R  K  E  A  K  B  E  D  N  U  D  O  W  G  G  N  O  I  N  J  U  O  V  F  B  A  R  N  L  I  I  A  A  N  C  O  O  L  B  K  O  V  R  R  I  E  L  W  R  Y  I  K  W  H  P  E  Y  O  F  B  Y  V  M  L  D  N  W  G  R  I  N  I  B  J  V  Z  L  F  E  R  I  M  E  D  U  O  T  S  E  R  A  M  A  D  Z  K  A  A  U  T  X  N  S  Z  O  R  Y  I  J  T  H  O  W  C  M  J  T  A  A  E  K  N  C  A  P  B  P  Q  B  U  I  S  X  F  S  M  I  I  S  E  N  A  C  N  U  D  M  I  T  R  O  N  A  R  T  E  S  T  O  N  Y  P  A  R  K  E  R

Solutions  de  la  semaine  passÊe

A B R I C O T S

M O U B A R A K

N # S E P # S I

I # E R R E # N

S E R E I N # H

T O # # L # O E

I N S P E C T A

E S # A S S A D

Solutions  de  la semaine  passÊe:

B B B M M M M

E E A A A A A

I R R R R R R

G G G G R R R

E E E E E I I

S S S S S S E

SCRABBLE

Arrangez  les  sept  lettres  ci-­dessous pour  former  un  mot  français

FO WIO TL Solutions  de  la  semaine  passÊe

Trouvez  25  joueurs  connus  de  basketball  de  cette  saison  de  la  NBA  dans  le  carrÊ  ci  dessus.

GESTAPO

Visitez Haiti en Marche sur Internet au www.haitienmarche.com

/H6SRUW

$YHF$]RU)UHQHOHW%HQLWR6LQRUG

)RRWEDOOOLJXHGHVFKDPSLRQV =RQH&21&$&$)

FICA  et  BALTIMORE  ont  dĂŠsistĂŠ;Íž  VALENCIA  a  rĂŠsistĂŠ SacrĂŠs  champion  et  vice  champion  de  la  saison  2012  du  championnat  national   GH SUHPLqUH GLYLVLRQ 9$/(1&,$ GH /pRJDQH HW ),&$ GX &DS+DwWLHQ VH TXDOLÂżHQW automatiquement   pour   la   phase   prĂŠliminaire   de   la   Ligue   des   champions   de   la   zone   CONCACAF.  Pour    raisons  budgĂŠtaires,  le  FICA  avait  dĂŠclarĂŠ  forfait  dâ&#x20AC;&#x2122;entrĂŠe  de  jeu  et   le  BALTIMORE  3e  du  classement  du  championnat,  lâ&#x20AC;&#x2122;avait  automatiquement  remplacĂŠ   mais  les  Saint-­Marcois  allaient  eux  aussi  dĂŠclarĂŠ  forfait  peu  avant  la  date  buttoir  de  la   compĂŠtition.  A  ce  moment  il  ne  restait  que  le  VALENCIA  qui  nâ&#x20AC;&#x2122;est  pas  le  club  le  plus  aisĂŠ   du  pays  mais  qui  est  restĂŠ  ferme  derrière  lâ&#x20AC;&#x2122;idĂŠe  de  reprĂŠsenter  dignement  le  championnat   national  haĂŻtien. Pour  collecter  les  58.085  dollars  US  nĂŠcessaires  au  dĂŠplacement  des  LĂŠoganais,   les  dirigeants  du  club  nâ&#x20AC;&#x2122;ont  pas  eu  la  partie  facile  avant  de  trouver  lâ&#x20AC;&#x2122;aide  de  la  SOGENER,   du  Groupe  Jean  Vorbe  et  du  Ministère  de  la  Jeunesse  et  des  Sports  et  de  lâ&#x20AC;&#x2122;Action  civique,  ce   qui  a  dâ&#x20AC;&#x2122;ailleurs  obligĂŠ  lâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠquipe  de  Guston  Jean-­Louis  à  arriver  à  la  JamaĂŻque  que  quelques   KHXUHVDYDQWOHXUSUHPLHUPDWFK/HVGLIÂżFXOWpVTXLRQWHQYLURQQpOHYR\DJHGHVSRXODLQV de  Manuel  Rodriguez  Navarro  les  ont  au  contraire  boostĂŠ  à  être  brillants  dans  cette  phase   de  ligue  des  champions  alors  quâ&#x20AC;&#x2122;on  croyait  que  les  HaĂŻtiens  allaient  se  faire  ridiculiser. Avec  deux  victoires  3-­1    contre  Bayamon  FC,  4-­3  contre  Portmore  United  et  un   nul  0-­0  contre  Boys  Town,  le  Valencia  a  fait  un  parcours  sans  faute  pour  terminer  à  la  tĂŞte   GHVRQJURXSHDYHFSRLQWVEXWVPDUTXpVHWHQFDLVVpVHWHVWTXDOLÂżpSRXUODSKDVH de  groupe  de  cette  Êdition  de  la  ligue  des  champions  de  la  CONCACAF. Walson  Augustin,  butteur  à  3  fois,  Amy  AndrĂŠ,  Jean  Robert  Jean,  MardochĂŠe   Samuel  PompĂŠe  ont  ÊtĂŠ  les  grands  artisans  de  cette  ÊpopĂŠe  du  club  LĂŠoganais,  mĂŞme  sil   ne  faut  pas  nier  la  très  bonne  performance  dans  les  buts  du  portier  ballon  dâ&#x20AC;&#x2122;Or  en  titre,   Frantzy  Montrevil. Bravo  à  VALENCIA  qui  a  reprĂŠsentĂŠ  avec  brio  le  football  haĂŻtien  au  pays  de   %RE0DUOH\&KDSHDXj*XVWRQ-($1/28,6OHSUpVLGHQWGXFOXETXLDXQHIRLVGH plu  fait  montre  de  son  dynamisme,  son  savoir  faire  et  son  envie  de  faire  du  Valencia  un   club  professionnel  dans  les  annĂŠes  à  venir.  FĂŠlicitations  aux  entreprises  de  la  place  qui   RQWDLGpOH9$/(1&,$jVXUPRQWHUOHVGLIÂżFXOWpVpFRQRPLTXHV Un  message  clair  est  aussi  lancĂŠ  au  secteur  privĂŠ  des  affaires  haĂŻtiens  qui  a  sous   les  yeux  une  fois  de  plus  la  preuve  que  le  football  haĂŻtien  comme  le  carnaval  est  une   vitrine  qui  peut  exposer  avec  quiĂŠtude  leurs  produits.  

+DwWLFRPPHQFHVDSUpSDUDWLRQSRXUOD*ROG&XS

Lors  dune  confĂŠrence  de  presse  donnĂŠe  lundi  dernier,  la  fĂŠdĂŠration  haĂŻtienne  de   football  a  livrĂŠ  le  programme  de  prĂŠparation  de  la  sĂŠlection  nationale  senior  pour  la  12e   ĂŠdition  de  la  coupe  dâ&#x20AC;&#x2122;Or  qui  sera  jouĂŠ  du  7  au  28  juillet  prochain.  Outre  les  deux  matchs   DPLFDX[FRQWUH/Âś,WDOLHHWOÂś(VSDJQHDXGpEXWGXPRLGHMXLQOHVJUHQDGLHUVEpQpÂżFLHURQW dâ&#x20AC;&#x2122;un  stage  de  prĂŠparation  au  Canada. /ÂśDQQRQFHRIÂżFLHOOHHQDpWpIDLWHSDUOHSUpVLGHQWGHOD)pGpUDWLRQKDwWLHQQHGH football,  Yves  Jean-­Bart.  Dâ&#x20AC;&#x2122;après  ce  dernier,  la  ligue  Hauchem  de  MontrĂŠal  dirigĂŠe  par   CĂŠlĂŠsomme  LanĂŠus,  sâ&#x20AC;&#x2122;engage  à  hĂŠberger  à  lâ&#x20AC;&#x2122;hĂ´tel  Universel,  un  total  de  34  personnes   faisant   partie   de   la   dĂŠlĂŠgation   haĂŻtienne   qui   doit   arriver   Ă    MontrĂŠal   le   19   juin.   Les   Grenadiers   disputeront   quatre   tests   matches,   le   22   juin   face   Ă    Impact   de   MontrĂŠal,   ĂŠvoluant  dans  la  MLS.  Le  26  juin,  ils  affronteront  une  sĂŠlection  dâ&#x20AC;&#x2122;All  stars  de  MontrĂŠal.   Deux  autres  rencontres  sont  inscrites    au  calendrier  des  Grenadiers  les  30  juin  et  4  juillet,   face  à  des  adversaires  qui  restent  à  dĂŠterminer.  Le  6  juillet,  les  Grenadiers  se  rendront   directement  à  New  York  pour  jouer  deux  jours  plus  tard  leur  premier  match  dans  la  Gold   Cup  face  au  Honduras. Sont   inclus   ĂŠgalement   dans   la   clause   du   contrat   :   ÂŤ   Trois   repas   de   standard   international  par  jour,  une  petite  collation  avant  chaque  match,  un  terrain  pour  sâ&#x20AC;&#x2122;entraĂŽner.   Ils  mettront  à  disposition  des  Grenadiers,  un  vestiaire,  un  autobus  pour  assurer  le  transport   des  joueurs,  un  muni  autobus  pour  les  achats  relatifs  aux  besoins  de  la  sĂŠlection  ainsi  que   GHX[RIÂżFLHUVGHOLDLVRQ&HVGHUQLHUVVHURQWGLVSRQLEOHVSRXUOHV*UHQDGLHUVSDUWRXWLOV doivent  sâ&#x20AC;&#x2122;en  aller.  Les  dirigeants  dâ&#x20AC;&#x2122;Hauchem  interviendront  aussi  au  cas  oĂš  un  joueur   serait  blessĂŠ  ,  lit-­on  dans  le  contrat  liant  la  FĂŠdĂŠration  haĂŻtienne  de  football  et  la  ligue   dâ&#x20AC;&#x2122;Hauchem  de  MontrĂŠal.

+DwWL96(VSDJQH'HO%RVTXHHPPqQHUDVHVVXSHUVWDUV

Le   football   espagnol   est   au   moment   oĂš   lâ&#x20AC;&#x2122;on   parle   Ă    son   apogĂŠe,   ce   qui   fait   que  jouer  contre  une  sĂŠlection  espagnole  champion  du  monde  et  dâ&#x20AC;&#x2122;Europe  en  titre,  fait   partie  des  privilèges  tant  recherchĂŠs  par  toutes  les  Êquipes  du  monde.  Cependant  après   OÂśDQQRQFHRIÂżFLHOOHGXPDWFK+DwWL(VSDJQHRQpWDLWVXUSULVGÂśHQWHQGUHGHV+DwWLHQV GHPDQGHUŠHVNHVHDNVROGDHVSDJQRONLQDQ0,1867$+\RD\LWLSUDOMZHDÂŞ+pODV

LIBERTE                                                                              EGALITE                                                                    FRATERNITE REPUBLIQUE  Dâ&#x20AC;&#x2122;HAITI

$9,6-8',&,$,5( Le  Tribunal  de  Première  Instance  de  Port-­au-­Prince,  compĂŠtemment  rĂŠuni  au   Palais  de  cette  ville,  a  rendu  en  audience  publique  et  en  ses  attributions  de  divorce,  le   jugement  suivant  : ENTRE)  le  sieur  Jeudilus  NOEL,  propriĂŠtaire,  demeurant  et  domiciliĂŠ  à  Delmas   6,  ayant  pour  Avocat  Me.  Jean  Michel  Augustin  du  Barreau  de  Port-­au-­Prince  et  la  dame   Marie  Ederle  PIERRE  dont  le  dispositif  du  dit  jugement  est  ainsi  conçu  : PAR  CES  MOTIFS,  le  Tribunal,  après  examen  et  sur  les  conclusions  conformes   du  Ministère  Public  accueille  lâ&#x20AC;&#x2122;action  du  requĂŠrant  pour  être  juste  et  fondĂŠe  ;Íž  maintient  le   GpIDXWRFWUR\pFRQWUHODSDUWLHGpIHQGHUHVVHjOÂśDXGLHQFHVXVGLWHSRXUOHSURÂżWGXGpIDXW dĂŠclare  fondĂŠe  la  dite  action  ;Íž  admet  en  consĂŠquence  le  divorce  du  sieur  Jeudilus  NOEL   dâ&#x20AC;&#x2122;avec  son  Êpouse  Marie  Ederle  PIERRE  pour  incompatibilitĂŠ  de  caractères  et  injures   graves  et  publiques  ;Íž  prononce  la  dissolution  des  liens  matrimoniaux  existant  entre  les   GLWVpSRX[RUGRQQHjOÂś2IÂżFLHUGHOÂś(WDW&LYLOGHOD&RPPXQHGH'HOPDVGHWUDQVFULUH sur  les  registres  à  ce  destinĂŠs  le  dispositif  du  prĂŠsent  jugement  dont  un  extrait  sera  publiĂŠ   dans  lâ&#x20AC;&#x2122;un  des  quotidiens  sâ&#x20AC;&#x2122;ĂŠditant  à  la  capitale  sous  peine  de  dommages-­intĂŠrĂŞts  envers   les  tiers  sâ&#x20AC;&#x2122;il  y  Êchet  ;Íž  commet  lâ&#x20AC;&#x2122;huissier  Jean  Joseph  Donald  Cadet  de  ce  Tribunal  pour   ODVLJQLÂżFDWLRQGXSUpVHQWMXJHPHQWFRPSHQVHOHVGpSHQV RENDU  DE  NOUS,  Jacques  Hermon  CONSTANT,  juge  en  audience  civile,   ordinaire  et  publique  du  mercredi  vingt  FĂŠvrier  deux  mille  Treize,  en  prĂŠsence  de  Me.   Jean  Claude  DABREZIL,  Substitut  Commissaire  du  Gouvernement  de  ce  ressort,  avec   OÂśDVVLVWDQFHGXVLHXU+RPqUH5D\PRQG)JUHIÂżHUGXVLqJH LIBERTE                                                                              EGALITE                                                                    FRATERNITE REPUBLIQUE  Dâ&#x20AC;&#x2122;HAITI

$9,6-8',&,$,5( Le  Tribunal  de  Paix  de  Delmas,  compĂŠtemment  rĂŠuni  en  son  hĂ´tel  de  Justice,  a   rendu  en  audience  publique  et  en  ses  attributions  civiles,  le  jugement  suivant  : ENTRE  1)  La  dame  Jean  Claude  FĂŠnĂŠlon  nĂŠe  CĂŠlimène  Joseph,  propriĂŠtaire,   demeurant  et  domiciliĂŠe  à  Delmas  59,  ayant  pour  avocat  Me.  Jean  Michel  Augustin  du   Barreau  de  Port-­au-­Prince  et  la  dame  Louis  Marie  ThĂŠrencia  dont  le  dispositif  du  dit   jugement  est  ainsi  conçu  : PAR  CES  MOTIFS,  le  Tribunal,  après  avoir  dĂŠlibĂŠrĂŠ  conformĂŠment  à  la  loi,  à   charge  dâ&#x20AC;&#x2122;appel,  maintient  le  dĂŠfaut  octroyĂŠ  à  lâ&#x20AC;&#x2122;audience  du  mardi  (12)  Mars  deux  mille   Treize  (2013),  accueille  lâ&#x20AC;&#x2122;action  de  la  dame  Jean  Claude  FĂŠnĂŠlon  nĂŠe  CĂŠlimène  JOSEPH,   pour  être  juste  et  fondĂŠe,  ordonne  en  consĂŠquence,  lâ&#x20AC;&#x2122;expulsion  des  lieux  de  la  dame  Louis   Marie  ThĂŠrencia  à  la  maison  de  la  dame  Jean  Claude  FĂŠnĂŠlon  nĂŠe  CĂŠlimène  Joseph  situĂŠe   Ă   Delmas  59  #  12,  Commune  de  Delmas,  accorde  lâ&#x20AC;&#x2122;exĂŠcution  provisoire  sans  caution  sur   le  chef  de  lâ&#x20AC;&#x2122;expulsion,  nonobstant  opposition,  dĂŠfense  dâ&#x20AC;&#x2122;exĂŠcuter,  appel  ou  pouvoir  en   Cassation,  condamne  la  dame  Louis  Marie  ThĂŠrencia  à  dix  mille  gourdes  (10,000.00)  de   GRPPDJHVHWLQWpUrWVDXSURÂżWGHODGDPH-HDQ&ODXGH)pQpORQQpH&pOLPqQH-RVHSKOD FRQGDPQHHQRXWUHDX[IUDLVHWGpSHQVGHODSURFpGXUHHWFRPPHWHQÂżQOÂśKXLVVLHU-RLFHOXV 5LFKDUG0,&+(/GX7ULEXQDOSRXUODVLJQLÂżFDWLRQGXSUpVHQWMXJHPHQW Ainsi  jugĂŠ  et  prononcĂŠ  par  nous,  Me  Duny  Dube,  juge  en  Audience  publique,   RUGLQDLUHHWFLYLOHGXPDUGLQHXI  $YULOGHX[PLOOH7UHL]HDVVLVWpGHODJUHIÂżqUH0DULH Roselie  CORIOLAN.


Mercredi  08  Mai  2013 +DwWLHQ0DUFKHÂ&#x2021;9RO;;9,,Â&#x2021;1Â&#x192;

TI  GOUT  PA  TI  GOUT  DN-DQ0DSRX

5(63216$%/,7(3:2)(6<21Ă&#x160;/ &+$.$16(<$1 ',9Ă&#x160;602621$10(7<()Ă&#x160; /(.Ă&#x2018;/ &+$3,76'.$(',6<21 $7,. $N<YRQ/DPRXU0(G06: \\ODPRXU#\DKRRFRP 3UHP\H3DWL (17:2',.6<21 Atik  sa  a  chita  sou  &KDSLW  nan  'LYqV0RVR 1DQ0HW\H)q/HNzO   ,   yon   liv   pedagoji   SDKA-­Sant   Devlòpman   Kreyòl  Ayisyen     sèvi   ak   li   chak   ane  pou  fè  fòmasyon  anseyan  toupatou  nan  Repiblik  Ayiti   nou   an.   Tankou   tit   ak   plan   chapit   la   pral   montre   nou   pi   devan   an,   Responsablite   Pwofesyonèl   chak   anseyan   JHQ\HQVLVIDVDGIDVDG5HĂ&#x20AC;HFKLVRX3HGDJRMLIDVDG.HQEH 'U<YRQ/DPRXU Dosye  Ekzat;Íž  fasad  Kominike  ak  Paran  /  Fanmi  Elèv;Íž  fasad   Kontribye  nan  Vansman  Rejyon  Kote  Li  Anseye;Íž  fasad  Devlope  Pwofesyonèlman;Íž  epi  fasad  Demontre   Se  Yon  Anseyan  Total.  Atik  la  ap  enterese  anpil  anseyan,  enspektè,  direktè/direktris  ak  pwopriyetè  lekòl,   lidè  kominotè,  tout  edikatè  ak  tout  moun  ki  nan  koze  edikasyon.   Moso   nan   Domèn   4   la   gen   rapò   dirèk   dirèk   ak   pozisyon   anseyan   an   kòm   yon   edikatè   pwofesyonèl:  yo  rive    rasanble  ansanm  tout  wòl  li  abitye  jwe  deyò  salklas  li,  plis  sa  li  konn  jwe  nòmalman   andedan  salklas  la  ak  elèv  li  yo  (gade  .DGUDQOD).    Se  raman  elèv  konn  obsève  kalite  aktivite  sa-­ yo;Íž  yon  lè  konsa,  fanmi  elèv  yo  ak  gran  piblik  la  konn  obsève  yo.  Atousa,  se  pa  ti  enpòtan  aktivite  sa   yo  enpòtan  ti  kras  pou  presève  epi  amelyore  kondisyon  metye  fè  lekòl  la.  Anpil  edikatè  ekzekite  detay   konsènan  jesyon  salklas  ak  ansèyman,  sitou  nan  detwa  premye  ane  lè  yo  fèk  kòmanse  anseye,  men  yon   IZD\RÂżQPHWUL]H\RSOL]RXPZHQ\RVLVSDQQSUDWLNH\RQqWDOHMRXN\RNLWHPHW\HD$QQDOJDGHNLMDQ chak  anseyan  dwe  chache  kenbe  pwotokòl  chak  nan  grenn  sis  fasad  pwofesyonèl  sa  yo. '20Ă&#x160;1 '20Ă&#x160;15(63216$%/,7(3:2)(6<21Ă&#x160;/ 0RVRD5HĂ&#x20AC;HFKL6RX3HGDJRML 0RVRDQ.HQEH'RV\H.L(N]DW 0RVRE.RPLQLNHDN3DUDQ )DQPL(OqY<R 0RVRFK.RQWULE\HQDQ9DQVPDQ5HM\RQNRWHRX$QVH\H 0RVRG'HYORSH3RZIHV\RQqOPDQ 0RVHH'HPRQWUH2X6H<RQ$QVH\DQ7RWDO 'RPqQ5HVSRQVDEOLWH3ZRIHV\RQqO0RVRD5HĂ&#x20AC;HFKL6RX3HGDJRML 35(16,3)21'$0$17$/ (.63/,.$6<21  $QSLODQVH\DQDNERQNRXIRX\DSzWHGLNDWq HNVSq NZqDELOLWHSRXUHĂ&#x20AC;HFKLVRXSHGDJRMLVHSL JZRPDNIDEULNPHW\HIqOHNzO5HĂ&#x20AC;HNV\RQHGHDQVH\DQDQUHNRQqWIzVDNIHEOqVOLGHYORSHNRQHVDQV li,  epi  li  rann  li  vin  pi  maton,  pi  pèfeksyone,  pi  pèfoman  nan  metye  a.  Anseyan  an  rive  anrichi  ak  boure   repètwa  pratik  fè  lekòl  li,  nan  chache  konprann  konsekans  jan  lâ&#x20AC;&#x2122;ap  anseye  a,  epitou  nan  konsidere  lòt   metòd  ak  apwòch  pedagojik  ki  nouvo,  ki  deferan.  1DQPLWDQWRXWVDDSDQVHDNOLGHNLYLQLQDQWqWDQVH\DQDQDSUHOLÂżQDQVH\H\RQPDW\q RVZD\RQOHVRQIqSDWLUHĂ&#x20AC;HNV\RQDQVH\DQDQVRXSHGDJRML1DQUDSRXVLESDQVHDNOLGHVD\RDQVH\DQ an  ap  rive  reyalize  si  leson  an  te  abouti  nan  bivize  li,  oubyen  non.    Sansiblite  pou  li  fè  tout  elèv  nètale   benyen  nan  aprann  nan  kapab  ede  anseyan  an  vin  konnen  si  apwòch  li  te  itilize  a  te  apropriye,  oswa  si   yon  lòt  apwòch  pa  tap  pi  bon,  pi  itil.  Dizondi,  anseyan  an  ap  bezwen  konsidere  degre  patisipasyon  elèv   yo  nan  klas  la,  ansanm  ak  rezilta  tès  ak  ekzamen  elèv  yo  ap  gen  pou  yo  pran  yo,  anvan  pou  li  ale  fè  jijman   GHÂżQLIPDQGHÂżQLWLIVRXHÂżNDVLWHDSZzFKSHGDJRMLNOÂśDSVqYLDNOLD  $QVH\DQGHELWDQDQEH]ZHQSRXOLNLOWLYHNDSDVLWHSRXOLIHUD\HDQEDUHĂ&#x20AC;HNV\RQNLHN]DWNL kòrèk.    Anseyan-­novis  la  gen  tandans  konsidere  yon  leson  reyisi,  si  li  te  wè  tout  elèv  te  sanble  yo  okipe   ap  travay,  epitou  li-­menm  li  te  fè  anpil  jefò  pou  sa  te  rive.    Ak  eksperyans,  anseyan  an  ap  vin  kapab   rekonèt  siksè,  feblès  ak  fay  fasil  fasil.  Nan  sans  sa-­a,  lè  anseyan  an  fè  jijman  ki  ekzat  sou  prezantasyon   leson  li,  pi  devan  lâ&#x20AC;&#x2122;ap  vin  jwenn  mwayen  pou  li  korije  fot  ak  erè  li  te  fè  anvan  yo.    Epi,  sou  menm  woulib   OD OÂśDS WRX DSUDQQ SqIHNV\RQH SUDWLN Iq OHNzO OL  5HĂ&#x20AC;HNV\RQ HGH DQVH\DQ DQ NRQWLQ\H DS DPHO\RUH ansèyman  li  toutan;Íž  li  ede  li  santre  ekzakteman  sou  aspè  nan  ansèyman  li  an  ki  bezwen  plis  plis  tiyon,   plis  fòs  ak  amelyorasyon.    $SDVqYLOLVqYLDNUHĂ&#x20AC;HNV\RQSRXOLIqMLMPDQVRXSZzSSHGDJRMLOLDQVH\DQDQGZHVqYLDN UHĂ&#x20AC;HNV\RQWRXQDQSUDWLNIqOHNzOOL3UqVNHWRXWDQVH\DQNDSDEMZHQQPZD\HQSRX\RDQVH\H\RQPHQP VLMqRXE\HQQDQSZRFKHQqGNRX\RSUDOIqRXE\HQQDQSZRFKHQDQHOHNzOOD.QQVDQDQUHĂ&#x20AC;HFKLVRX leson  ki  te  pase  byen  ak  leson  ki  te  merite  ti  kout  sizo,  anseyan  an  ap  rive  amelyore  pwochen  leson  lâ&#x20AC;&#x2122;ap   genyen  pou  li  anseye  a.    Epitou,  kòm  anseyan  an  kapab  aplike  bonkou  pami  prensip  li  te  aprann  nan   UHĂ&#x20AC;HFKLVRXSHGDJRMLDQDQGLYqVNDOLWHNRQWqNVWHNQLNDQVq\PDQOLSUDOYLQWRWDOPDQSLSqIHNV\RQH '2.,0$17$6<21  $QVH\DQDQNDGHPRQWUHNDSDVLWHUHĂ&#x20AC;HNV\RQOLVRXSHGDJRMLQDQPHWHWRXWUHĂ&#x20AC;HNV\RQOL\R kouche  andedan  )zPLOq5HĂ&#x20AC;HNV\RQ3HGDJRMLN  la  (nan  seksyon  3zWIq\$QVH\DQ$Q).    Li  ka  bay  prèv   VRXGz]UHĂ&#x20AC;HNV\RQSHGDJRMLNOLWRXQDQERXWDQWD\OLGHNRQYqVDV\RQGHEDDNNRQIHUDQVSZRIHV\RQqO osijè  metye  fè  lekòl  la  ak  lòt  anseyan  oswa  edikatè  parèy  li. 'RPqQ5HVSRQVDEOLWH3ZRIHV\RQqO 0RVRD5HĂ&#x20AC;HNV\RQVRX3HGDJRML =HQJUHG\DQ 3UHVL]\RQaa,WLOL]DV\RQ3HGDJRMLQDQ/DYQL 1LYR5DQQPDQ$QVH\DQ$Q =HQJUHG\DQ 3UHVL]\RQ

,WLOL]DV\RQ 3HGDJRMLQDQ /DYQL

:zZzW Anseyan  an  pa   konnen  oswa  li   pa  santi  si  wi   oubyen  non  li  te   prezante  yon  leson   byen,  oswa  si  li  te   rapousib  bi-­vize   pedagojik  li,  oswa   li  mal  estime  siksè   leson  an. Anseyan  an  pa  gen   pyès  lide  oswa   sigjesyon  sou  kijan   li  ka  amelyore   yon  leson  li  ta  vle   prezante  yon  lòt  fwa   ankò.

5qN Anseyan  an   jeneralman  gen   yon  enpresyon   ekzat  sou  solidite   leson  an,  epi  li   rive  sezi  nan  ki   degre  bi-­vize   pedagojik  li  yo  te   abouti.

Mi Anseyan  an  fè  yon   evalyasyon  presi   sou  solidite  leson   an,  li  konnen  degre   aboutisman  bi  â&#x20AC;&#x201C;vize   pedagojik  li  yo,  epi   tou  li  kapab  bay  kèk   ekzanp  jeneral  pou   kore  evalyasyon  an.

Anseyan  an   ka  bay  kèk  ti   sigjesyon  jeneral   sou  kijan  li  ka   amelyore  yon   leson.

Anseyan  an  bay   detwa  grenn   sigjesyon  byen  presi   sou  kijan  li  ka  eseye   prezante  yon  menm   leson  yon  lòt  fwa   ankò.

:z] Anseyan  an  fè  yon   HYDO\DV\RQUHĂ&#x20AC;HFKLHSL presi  sou  solidite  leson   an,  li  konnen  wotè  degre   aboutisman  bi-­vize   pedagojik  li  yo,  li  ka   bay  ekzanp  presi  ki  soti   nan  leson  an,  epi  li  ka   bay  apeprè  ki  pèz  chak   ekzanp  sa-­yo. Anseyan  an  rale  yon   digdal  kapasite  nan   djakout  pedagojik  li   pou  li  montre  divès   apwòch  li  ka  pran  pou   li  amelyore  yon  leson,   epi  li  fè  konnen  ki  degre   reyisit  chak  apwòch  yo.

'RPqQ5HVSRQVDEOLWH3ZRIHV\RQqO 0RVRDQ.HQEH'RV\H.L(N]DN 35(16,3)21'$0$17$/ (.63/,.$6<21   Nesesite  pou  anseyan  an  kenbe  dosye  ki  ekzat  sou  elèv  yo,  se  yonn  nan  fasad  ki  konplike  anpil   nan  metye  fè  lekòl  la.    Enfòmasyon  nan  dosye  a  fasilite  pi  bon  entèraksyon  ant  elèv  yo  ak  anseyan  an,   epitou  yo  ede  anseyan  an  vini  ak  desizyon  ki  mache  daplon  ak  bezwen  epi  problèm  chak  grenn  elèv   genyen  pou  tèt  pa  li  nan  klas  la.   Lè  anseyan  an  ap  prepare  travay  pou  elèv  yo,  espesyalman  travay  elèv  yo  dwe  fè  nan  yon  delè   kèlkonk,  anseyan  an  dwe  dokimante  sou  papye  kilès  ki  te  remèt  moso  oswa  tout  devwa  yo.    Nanpwen   kalite  abitid  dwòl  elèv  (sitou  sa  ki  nan  klas  segondè)  pa  tolere  anseyan  an  genyen  konsa  â&#x20AC;&#x201C;abitid  pèdi   devwa  oswa  pa  pran  nòt  kilè  yon  elèv  te  remèt  devwa  li.    Tabli  yon  bon  sistèm  regleman  pou  kolekte   travay  elèv  yo,  se  yon  sistèm  kâ&#x20AC;&#x2122;ap  ede  ni  elèv  ni  anseyan.  Egal,  yâ&#x20AC;&#x2122;ap  fasil  fasil  konnen  ki  travay  ki  deja  

Page  15

nan  men  anseyan  an,  ak  kilès  lòt  elèv  yo  poko  remèt  yo.   Anseyan  an  dwe  kenbe  dosye  sou  ki  pati  nan  kourikoulòm  nan  elèv  yo  deja  aprann,  epi  ki  lòt   pati  yo  poko  aprann.  Dokimantasyon  sa-­a  kapab  vini  sou  fòm  yon  lis  kapasite-­akademik  anseyan  an  ap   tcheke  tanzantan;Íž  yo  ka  sou  fòm  yon  seri  nosyon  pou  elèv  yo  metrize,  oswa  sou  fòm  yon  kaye,  yon  katab   (yonn  pou  chak  grenn  elèv)  ki  genyen  tout  travay  elèv  yo.    Yon  sistèm  pou  suiv  ak  siveye  pwogrè  elèv   yo  fèt  pou  li  tonbe  dakò  ak  jan  anseyan  an  evalye  travay  elèv  yo  (0RVRH).    Parekzanp,  si  anseyan  an  te   evalye  (teste)  konpreyansyon  elèv  yo  sou  yon  nosyon  kèlkonk,  dosye  a  dwe  mansyonen  ki  nouvo  siksè   elèv  yo  te  reyalize  lè  yo  te  metrize  nosyon  an,  epi  anseyan  an  dwe  bay  enfòmasyon  tou  sou  reyaksyon   li-­menm  li  te  bay  elèv  la  (0RVRFK).    Menm  jan  an  tou,  dosye  sou  pwogrè  elèv  yo  fèt  pou  li  prezève   enfòmasyon  pou  paran  ak  fanmi  yo  (0RVRE).   Antouka,  anseyan  an  dwe  kenbe  dosye  sou  lòt  aktivite  ki  pa  nesesèman  aktivite-­ansèyman,   men  ki  rete  esansyèl  nan  fonksyònman  nòmal  lekòl  la  rèdmare.    Parekzanp,  dokimantasyon  sou  ki  elèv   ki   absan   anpil   paske   yo   pase   anpil   tan   malad,   yâ&#x20AC;&#x2122;ap   ede   fanmi   nan   jaden,   oswa   paske   yo   te   gen   lòt   DQSHFKPDQDNGLÂżNLOWH'RNLPDQWDV\RQVRXUH\LQ\RQDNIDQPLHOqY\RVRXVHPLQqIzPDV\RQDQVH\DQ an  te  pastisipe.    Dokimantasyon  sou  liv  ak  materyèl  anseyan  an  te  prete:  pou  konbe  tan  li  te  prete  yo,  epi   ki  dat  li  dwe  retounen  yo  bay  mèt  yo.    Pratik  kenbe  dosye  ede  anseyan  an  remèt  materyèl  li  te  prete  san   bri  san  kont,  fè  li  remèt  yo  alè,  epitou  fè  li  sonje  prete  se  prete.  Gen  lekòl  kote  anseyan  an  konn  gen  lòt   kalite  responsablite  li  bezwen  kenbe  dosye  pou  yo  tout  tou.   Ki  fè  la  a,  dosye  se  yon  poto-­mitan  nan  metye  fè  lekòl.    Anseyan  an  bezwen  kreye  yon  sistèm   kenbe   dosye   pou   fasilite   aspè   kouche   tout   koze   sou   papye   kidonk   kozman   dokimantasyon   metye   ak   pratik  fè  lekòl  la  mande  a. '2.,0$17$6<21   Enfòmasyon  konsènan  kapasite  anseyan  an  pou  li  kenbe  dosye  ekzat  chita  presizeman  nan  kèk   dokiman  tankou  kaye  kote  li  kenbe  pwen  li  ba  elèv  yo,  papye  pou  detèmine  ki  nosyon  nan  matyè  a  elèv   \RÂżQDSUDQQÂżQPHWUL]HUH]LOWDHN]DPHQHSLGRNLPDQWDV\RQDNWLYLWHNLSDDNWLYLWHDQVq\PDQGLUqN dirèk. 'RPqQ5HVSRQVDEOLWH3ZRIHV\RQqO 0RVRDQ.HQEH'RV\H(N]DN =HQJUHG\DQ 'HYZD(OqY<R)LQ)LQL.RQSOqWPDQ1qWaa3ZRJUq(OqY<R1DQ$SUDQWLVDM/D aa'RV\H.LSD.RQVqQH$QVq\PDQ$Q 1LYR5DQQPDQ$QVH\DQ$Q =HQJUHG\DQ 'HYZD(OqY <R Fin  Fini   .RQSOqWPDQ

:zZzW Anseyan   an    itilize   yon  sistèm   dezòdone  pou   li  kenbe  dosye   enfòmasyon  sou   devwa  elèv  yo.

5qN Anseyan  an  itilize   yon  sistèm  ki   plen  fay  epi  ki   plizoumwen  pasab   pou  li  kenbe  dosye   sou  enfòmasyon  sou   devwa  elèv  yo.

Mi Anseyan  an  itilize  yon   sistèm  totalkapitalman   H¿NDVSRXOLNHQEH dosye  enfòmasyon  sou   devwa  elèv  yo.

:z] Anseyan  an   itilize  yon  sistèm   totalkapitalman   H¿NDVSRXOLNHQEH dosye  enfòmasyon   sou  devwa  elèv  yo.     Elèv  yo  patisipe  nan   kenbe  dosye  yo.

3ZRJUq (OqY<R1DQ $SUDQWLVDM /D

Anseyan  an  pa   gen  pyès  sistèm   pou  li  kenbe   enfòmasyon  sou   pwogrè  elèv   yo  ap  fè  nan   aprantisaj  la,   oubyen  li  gen   yon  sistèm  ki   andezòd.

Anseyan  an  gen   \RQVLVWqPNLSD¿Q anfòm  pou  li  kenbe   dosye  enfòmasyon   sou  pwogrè  elèv  yo   ap  fè  nan  aprantisaj   la.

Anseyan  an  gen  yon   VLVWqPH¿NDVQqWDONROH pou  li  kenbe  dosye   enfòmasyon  sou   pwogrè  elèv  yo  ap  fè   nan  aprantisaj  la.

Anseyan  an  gen   \RQVLVWqPH¿NDV nètalkole  pou   li  kenbe  dosye   enfòmasyon  sou   pwogrè  elèv  yo    ap   fè  nan  aprantisaj   la.    Epitou,  elèv  yo   bay  epi  entèprete   enfòmasyon  ki  nan   dosye  yo.

'RV\H.LSD .RQVqQH $QVq\PDQ$Q

Anseyan  an   gen  yon  dosye   an  gagòt   pou  li  kenbe   enfòmasyon   sou  aktivite   ki  pa  aktivite   ansèyman  yo;͞   konsa,  erè  ak   NRQ¿]\RQJD\H

Anseyan  an  gen   \RQGRV\HNLSD¿Q twò  kòdyòm  pou  li   kenbe  enfòmasyon   sou  aktivite  ki  pa   aktivite  ansèyman  an,   epi  dosye  a  bezwen   anpil  atansyon  ak   prekosyon  anseyan   pou  plis  erè  ak   NRQ¿]\RQSDVLPD\H pi  plis.

Anseyan  an  gen  yon   GRV\HVROLGHSLH¿NDV nètalkole  pou  li  kenbe   enfòmasyon  sou   aktivite  ki  pa  aktivite   ansèyman  yo.

Sistèm  anseyan  an   itilize  pou  li  kenbe   dosye  enfòmasyon   sou  aktivite  ki  pa   aktivite  ansèyman   yo  se  yon  sistèm   solidman  solid,   H¿NDVPDQH¿NDVHSL elèv  yo  ede  kenbe  li   anfòm  anfòm.

'RPqQ5HVSRQVDEOLWH3ZRIHV\RQqO 0RVRE.RPLQLNH$N)DQPL(OqY<R 35(16,3)21'$0$17$/ (.63/,.$6<21   Pwovèb  zanzèt  afriken  nou  yo  deklare,  â&#x20AC;&#x153;Levasyon  timoun  se  travay  tout  moun  nan  yon  lakou,   yon  kanton,  yon  katye.â&#x20AC;?Depi  nan  tan  lontan  lontan,  edikatè  te  deja  rekonèt  enpòtans  patisipasyon  fanmi   nan  zafè  enstriksyon  elèv  yo.    Lè  fanmi  patisipe  ak  lekòl  la  nan  levasyon  timoun  yo,  timoun  yo  aprann  pi   byen,  epi  konesans  yo  ogmante  pi  vit,  pi  kore.    Menmsi  tout  paran  ak  fanmi  pa  patisipe  nan  menm  degre   enterè  nan  zafè  lekòl  pitit  yo,  pifò  paran  ak  fanmi,  si  se  pa  yo  tout,  vle  pou  pitit  yo  fè  pwogrè  lekòl,  epi   reyisi  nan  lavi  a.  Epitou,  lè  yo  kapab  patisipe,  yo  renmen  pou  lekòl  la  valorize  patisipasyon  an.  Relasyon   ant  paran  ak  anseyan  an  konn  depann  sou  laj  elèv  yo;Íž  pifò  anseyan  nan  klas  elèv  Preskolè  ak  Prermyè   Ane  gen  kontak  ki  pi  sere  ak  paran  yo  pase  anseyan  klas  nivo  segondè  yo.  Sanble  paran  ak  fanmi  elèv  ki   piti  yo  sitèlman  santi  yo  dwe  pwoteje  pitit  yo  pi  plis,  kòmsila  yo  ta  parèt  yo  pi  aktif,  pi  prezan  nan  karyè   lekòl  timoun  sa  yo.   Kominikasyon  ak  paran  mande  pou  anseyan  an  mete  yo  okouran  sa  kâ&#x20AC;&#x2122;ap  pase  nan  klas  la,  san   nou  pa  bliye  regleman  ak  sistèm  li  anplwye  pou  bay  elèv  yo  pwen.  Kominikasyon  sa-­a  enpòtan  anpil,   VLWRXVLDQVH\DQDQDSLWLOL]HPHWzGDNDSUZzFKSHGDJRMLNSDUDQDQSDÂżQWZzDELW\HDN\R*HQGLYqV kanal  anseyan  an  ka  itilize  pou  li  kominike  ak  paran  yo.    Anseyan  an  gen  dwe  itilize  reyinyon  paran  ki  fèt   anvan  lekòl  louvri  (si  gen  pratik  sa-­a  nan  lekòl  la),  pou  li  eksplike  paran  yo  bi-­vize  akademik  li  genyen   pou  ane  lekòl  la.    Gen  anseyan  ki  konn  menm  seye  fè  yon  ti  demonstrasyon  ekzèsis  sou  metòd  pedagojik   nèf  ak  paran  yo,  pou  montre  yo  rezondèt  kèk  nouvo  metòd.  Anseyan  an  kapab  voye  envite  paran  yo  vini   nan  kèk  aktivite  lâ&#x20AC;&#x2122;ap  fè  nan  klas  li.  Digdal  paran  ak  fanmi  ka  sitèlman  kwè  nan  ansyeyan  an,  yo  konn   tou  di  li  yo  lage  timoun  yo  nan  men  li,  kidonk  pou  li  anseye  timoun  yo  tankou  se  pwòp  pitit  pa  li.  Ala   \RQPLFKDQUHVSRQVDEOLWHEqODWzD$QVH\DQDQNDSDELWLOL]HWRXWPZD\HQNLHÂżNDVNLDSURSUL\HSRXOL kominike  ak  paran  yo.    Antouka,  li  pa  ka  evite  konsève  liy  kominikasyon  enpòtan  sa-­a.   Nan  kèk  kominote,  gen  paran  ki  konn  pa  vle  patisipe  nan  aktivite  lekòl  pitit  yo,  paske  yo  te  fè   move  eksperyans  negatif  lè  yo  te  lekòl  yo-­menm,  oswa  paske  yo  ka  poko  janm  ale  lekòl  nan  vi  yo  ditou.     Modèl  gwo  obstak  konsa,  anseyan  an  dwe  devlope  teknik  ak  taktik  pou  li  kontrekare  yo.  Sou  menm   woulib  la,  li  ta  dwe  eseye  ransanble  tout  lekòl  la,  tout  kanton  an  pou  ede  li  mete  sou  pye  yon  veritab   kanpay.    (Rele  kanpay  la:    .DQSD\$WLUH3DUDQDN)DQPL(OqY/HNzO.)   Anseyan   an   dwe   enfòme   paran   yo   sou   pwogrè   akademik   ak   devlòpman   sosyal   elèv   yo.     Jeneralman,   chak   etablisman   lekòl   gen   pwòp   sistèm   pa   yo   pou   yo   kominike   ak   paran   yo;Íž   kidonk,   anseyan  an  kapab  ogmante  enfòmasyon  sa-­yo  nan  kontak  li  ak  paran  pwòp  elèv  pa  li.    Anseyan  an  dwe   fè  atansyon  pou  li  toujou  kominike  franchman,  onètman  ak  paran  yo  sou  travay  elèv  yo,  atout  se  pa  yon   bagay  ki  toujou  fasil.    Se  yon  gwo  zak  malonèt  pou  yon  anseyan  di  yon  paran  pitit  li  ap  boule  byen  lekòl   la,  lè  reyèlman  timoun  nan  pap  remèt  pyès  rannman  vre.    Kèlkeswa  bèl  entansyon  ki  taka  nan  tèt  anseyan   an,  li  pa  ta  dwe  komèt  modèl  betiz  konsa.  .DOLWHOHMqWHID\DNĂ&#x20AC;D\NRQVDSDSUDQQQLHOqY\RQLSDUDQ yo,  ni  anseyan  an,  ni  lekòl  la  pyès  sèvis  ditou.   Lè  paran  yo  ap  montre  yo  enterese  nan  pitit  yo  ki  lekòl  nan  men  anseyan  a,  se  plis  vle  yo  vle   NRQQHQNLMDQWLPRXQQDQDSERXOHNLSZRJUqOÂśDSIqNLGLÂżNLOWHOLNRQWUHNLNRQNRX\RNDED\Tout   repons  anseyan  an  ba  yo    ta  dwe  fèt  nan  ladwati,  nan  bon  konprann,  epi  san  blòf.    Kominikasyon  ak  paran   VRX\RQJUHQQHOqYSDWLNLO\qPDQIqWSRXIqWQLOqHOqYODDSEUL\HQLOqOLJHQGLÂżNLOWH$QVH\DQDQGZH bay  paran  ak  fanmi  elèv  yo  ni  bon,  ni  move  nouvèl  sou  pitit  yo,  san  li  pa  fè  tèt  paran  yo  cho.   Anpil   anseyan   konn   jwenn   divès   mwayen   pou   yo   kominike   ak   paran   yo   menm   nan   nivo   matyè  yâ&#x20AC;&#x2122;ap  anseye  a.    Metòd  kominike  sa-­a  depann  anpil  sou  laj  elèv  yo,  sou  matyè  a,  epi  sou  kapasite   entelektyèl  oswa  akademik  paran  an.  Kanmenm,  li  bay  anpil  posiblite  pou  paran  ak  anseyan  an  dyaloge.     Parekzanp,  anseyan  klas  primè  yo  kapab  voye  timoun  yo  ak  liv  pou  paran  yo  li  pou  yo,  oswa  yo  ka   mande  paran  an  pou  li  fè  kèk  aktivite  (tankou  tire  kont,  analize  kont)  ak  timoun  yo.  Elèv  ki  pi  gran  yo   kapab  fè  granmoun  yo  rakonte  yo  istwa  lavi  yo,  istwa  kanton  an,  konte  rekòt  ak  lajan,  elatriye.  Nanpwen   pi  bèl  bagay  konsa,  lè  anseyan  an  chache  kominike  ak  paran  y,  pou  fè  yo  patisipe  nan  levasyon  timoun   yo  ansanm  ak  lekòl  la.    Nanpwen  lè  elèv  yo  pran  plezi  epi  plonje  byen  fon  tou  nan  eksperyans  aprann   nan  konsa. $68,9


Page  16

BACK  PAGE

(Q%UHI

VXLWHGHODSDJH

existe  dans  le  processus  ni  celui  de  la  fraude  qui  en  gĂŠnĂŠral  entache  la  lĂŠgitimitĂŠ  des   dirigeants  qui  acceptent  de  jouer  le  jeu  pervers  des  Êlections  orientĂŠes  dans  le  pays.   /HVGLIÂżFXOWpVpQHUJpWLTXHVHWGÂśXWLOLVDWLRQGHFHVDSSDUHLOVPRGHUQHVSDUODSRSXODWLRQ une  fois  rĂŠsolues,  ce  choix  pourrait  tout  simplement  raccourcir  considĂŠrablement  le   GpFRPSWHÂżQDOGHVYRWHVHWODSXEOLFDWLRQGHVUpVXOWDWV&HYRWHpOHFWURQLTXHQHQRXV met  nullement  à  lâ&#x20AC;&#x2122;abri  des  fraudes  massives.  Il  pourrait  au  contraire  les  potentialiser   câ&#x20AC;&#x2122;est-­à-­dire  les  augmenter  dans  la  maĂŽtrise  de  la  programmation  et  des  logiciels  utilisĂŠs   pour  faire  fonctionner  ces  machines  par  des  mains  expertes  et  mal  intentionnĂŠes  au   dĂŠtriment  de  lâ&#x20AC;&#x2122;expression  rĂŠelle  de  la  volontĂŠ  populaireÂťâ&#x20AC;Ś Extrait  du  texte  du  KONAKOM  :  loi  sur  les  partis  politiques-­Êlections-­vote   ĂŠlectroniqueÂť

$VVDVVLQDWGH-HDQ5LFKDUG+HUW]&D\RXQDXWUHSROLFLHUGHOD SDWURXLOOHGH:DON\&DOL[WH P-­au-­P,  03  mai  2013[AlterPresse]  -­-­-­  Le  policier  Jean-­Richard  Hertz  Cayo  a  ÊtĂŠ  tuĂŠ   par  balles,  le  jeudi  02  mai  2013,  dans  le  quartier  de  â&#x20AC;&#x2DC;â&#x20AC;&#x2122;Savann  Pistachâ&#x20AC;&#x2122;â&#x20AC;&#x2122;,  à  Carrefour-­ Feuilles,  (secteur  sud-­est  de  la  capitale). La  victime  faisait  partie  de  la  mĂŞme  patrouille  que  le  dĂŠfunt  agent  Walky  Calixte,   lui-­mĂŞme  abattu  le  17  avril  2012,  une  affaire  qui  est  actuellement  objet  dâ&#x20AC;&#x2122;enquĂŞte   judiciaire. Le  jeudi  21  mars  2013,  un  autre  membre  de  la  mĂŞme  patrouille,  Jevousaime  Marcelin,   a  ÊtĂŠ  atteint  de  trois  balles  dans  le  cadre  dâ&#x20AC;&#x2122;un  attentat  non  encore  Êclairci.  La  victime   serait  actuellement  à  Cuba  pour  recevoir  les  soins  que  nĂŠcessite  son  cas. Dans  le  dossier  de  lâ&#x20AC;&#x2122;assassinat  de  Walky  Calixte,  2  dĂŠputĂŠs  sont  inculpĂŠs  :  Nzounaya   Jean  Baptiste  et  Rodriguez  SĂŠjour. Le  19  mars  2013,  le  cabinet  du  juge  dâ&#x20AC;&#x2122;instruction  Jean  Wilner  Morin  a  demandĂŠ  la   levĂŠe  de  lâ&#x20AC;&#x2122;immunitĂŠ  de  ces  deux  parlementaires,  ce  qui  nâ&#x20AC;&#x2122;est  jusquâ&#x20AC;&#x2122;Ă   prĂŠsent  pas  fait. 72  heures  avant  lâ&#x20AC;&#x2122;assassinat  de  Jean  Richard  Hertz  Cayo,  le  cabinet  dâ&#x20AC;&#x2122;instruction,   dirigĂŠ  par  Jean  Wilner  Morin,  a  permis  à  la  commission  parlementaire  -­  chargĂŠe  de   recommander  ou  non  la  levĂŠe  de  lâ&#x20AC;&#x2122;immunitĂŠ  des  deux  parlementaires  en  question  -­  de   consulter  le  dossier  de  lâ&#x20AC;&#x2122;instruction. ÂŤ  Les  assassins  continuent  de  se  battre  pour  Êliminer  toute  possibilitĂŠ  de  dĂŠboucher  sur   un  procès  sĂŠrieux    dans  le  cadre  de  lâ&#x20AC;&#x2122;affaire  du  policier  Walky  Calixte,  estime  AndrĂŠ   Michel,  un  des  avocats  de  la  famille  Calixte. Les  parents  du  policier,  Walky  Calixte,  abattu  en  avril  2012,  nâ&#x20AC;&#x2122;ont  pas  cessĂŠ  de   rĂŠclamer  lâ&#x20AC;&#x2122;assistance  du  gouvernement,  tout  en  dĂŠnonçant  les  menaces  dont  ils  sont   continuellement  lâ&#x20AC;&#x2122;objet.    

3ULPDWXUHGpQRQFHYLROHQFHVFRQWUHGJGHOÂś21$

PORT-­AU-­PRINCE,  LE    MARDI    30  AVRIL  2013.-­  Le  SecrĂŠtariat  GĂŠnĂŠral  de  la   Primature  dĂŠnonce  avec  vĂŠhĂŠmence  lâ&#x20AC;&#x2122;agression  perpĂŠtrĂŠe,  le  lundi  29  avril  2013,  contre   OH'LUHFWHXU*pQpUDOGHOÂś2IÂżFH1DWLRQDOGÂś$VVXUDQFH9LHLOOHVVH 21$ 0%HUQDUG DEGRAFF,  dans  lâ&#x20AC;&#x2122;enceinte  du  Palais  lĂŠgislatif  alors  quâ&#x20AC;&#x2122;il  sâ&#x20AC;&#x2122;y  trouvait  sur  lâ&#x20AC;&#x2122;invitation   de  la  commission  des  Affaires  sociales  du  Grand  corps. 7RXWHQTXDOLÂżDQWGÂľLQDFFHSWDEOHFHWDFWHUHJUHWWDEOHFRPPLVFRQWUHFHGLJQLWDLUHGH lâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x2030;tat,  le  SecrĂŠtariat  GĂŠnĂŠral  de  la  Primature  appelle  le  Pouvoir  lĂŠgislatif  à  prendre   toutes  les  dispositions  pour  garantir  la  sĂŠcuritĂŠ  et  le  respect  de  lâ&#x20AC;&#x2122;intĂŠgritĂŠ  physique  de   chaque  fonctionnaire  ou  membre  du  Gouvernement  devant  se  rendre  au  Parlement,   en  vue  de  rĂŠpondre  en  toute  quiĂŠtude  aux  sollicitations  constitutionnelles  du  Corps   lĂŠgislatif. Le  SecrĂŠtariat  GĂŠnĂŠral  de  la  Primature,  tout  en  appelant  à  des  mesures  punitives  contre   les  responsables  de  ce  forfait,  reste  et  demeure  attachĂŠ  aux  principes  de  lâ&#x20AC;&#x2122;Ă&#x2030;tat  de  droit,   indispensables  à  la  bonne  marche  de  toute  sociĂŠtĂŠ  dĂŠmocratique. BUREAU  DE  COMMUNICATION

Mercredi  08  Mai  2013 +DwWLHQ0DUFKHÂ&#x2021;9RO;;9,,Â&#x2021;1Â&#x192;


Haiti en Marche 8 Mai 2013