Issuu on Google+

On a tous e s o h c e quelqu en nous ! e i n o l l de Wa


L

a Wallonie est une région extraordinaire. On y a le sens de l’accueil, de l’hospitalité. Ses travailleurs ont un savoir-faire mondialement reconnu. Ses atouts sont multiples : une situation unique au cœur de l’Europe, des moyens de communication performants, une tradition industrielle incontestable, des terrains disponibles. Après avoir dû reconstruire toute son économie, malgré la crise financière et économique la plus importante depuis la deuxième guerre mondiale, la Wallonie se redresse, même si tout, évidemment, n’est pas rose. Il faut poursuivre cette reconquête. Et il faut que celleci contribue au mieux-être pour tous. Nous avons toutes et tous, femmes et hommes de Wallonie, un rôle actif à jouer. Il nous faut retrousser nos manches. Nous devons avoir envie d’aller de l’avant et avoir confiance en nous pour conquérir de nouveaux horizons. Avec des compétences nouvelles qui touchent à la vie quotidienne (emploi, allocations familiales, hôpitaux, aînés, fiscalité…), la Wallonie peut et doit être le moteur de ce mieux-être pour tous.


La Wallonie vient, pour la première fois, d’entrer dans le top 25 (elle est 16e) établi par le Financial Time des régions les plus attractives où il convient d’investir en Europe. Elle arrive par ailleurs en 7e place des régions en termes de stratégie d’accueil et d’attractivité des investissements étrangers. La Wallonie a par ailleurs été élevée au rang de « district créatif européen » parmi plus de 40 régions candidates en Europe. Malgré ces évolutions positives, nous devons constater la montée des inégalités et l’augmentation du travail précaire. Une partie croissante de la population n’arrive plus à se soigner, à se loger dignement, à se nourrir sainement ou encore, à trouver de l’emploi. Notre devoir, mon engagement, c’est de redonner de l’espoir à tous les citoyens en les écoutant et en se battant avec eux pour une société plus solidaire, plus créative et plus juste. C’est tout le sens du Pacte pour la Wallonie que je vous propose.

Jean-Claude Marcourt 1er sur la liste PS pour la Région

w Éditorial

Nous avons les outils en mains pour construire notre avenir, pour envisager celui-ci avec humilité, certes, mais aussi avec enthousiasme.


L’emploi, c’est la priorité absolue. Parce qu’un emploi de qualité – qui allie salaire décent et stabilité - permet à celle ou celui qui l’occupe non seulement de gagner sa vie mais aussi parce qu’il contribue à ce que chacun puisse prendre pleinement sa place dans la société. Le manque d’emploi reste LE problème n°1 de la Wallonie. Que des jeunes n’aient d’autre horizon que le chômage en quittant l’école est intolérable. Une situation que des travailleurs dans la force de l’âge rencontrent aussi, et qui ne leur permet plus de mettre leur expérience et leur savoir-faire au service des générations suivantes. C’est pourquoi nous voulons une augmentation du salaire-poche des travailleurs, une garantie pour chaque jeune d’avoir dans les quatre mois un stage, une formation ou un emploi. Pour créer de l’emploi, pour créer de la richesse à répartir équitablement entre tous les citoyens, il n’y a pas 36 solutions: il faut créer de l’activité économique.


w Une économie forte au service de l’emploi

Voilà maintenant 10 années que je Malgré ces catastrophes sociales, la m’attelle à cette tâche au travers du situation de la Wallonie s’améliore. Plan Marshall. Le premier bilan de ce J’ai voulu mettre la créativité et l’inplan, c’est la création annoncée de novation au cœur de notre économie. plus de 50.000 emplois. Les pôles Les premiers résultats se font sentir: de compétitivité ont placé l’Europe a fait de notre région l’un l’économie wallonne en de ses deux districts créatifs Le bonne place parmi (avec la Toscane). Malgré la les secteurs éconodésertion de Mittal, nous saviez-vous? miques d’avenir. inventons la sidérurDepuis que j’ai lancé le plan Marshall, gie de demain, avec Mais nous u Plus de 102.300 emplois ont été créés en des aciers modernes connaissons, héWallonie, dont plus de 23.800 en Province conçus à Liège, et las, encore trop de Liège ; qui ne sont fabriqués de fermetures nulle part ailleurs. u Plus de 22.700 entreprises ont été d’entreprises. créées en Wallonie, dont plus de 5.600 Certaines ont été Nous avons remis la en Province de Liège, avec, depuis emportées par la Wallonie et Liège en 2007, un taux de création net crise économique, particulier sur la carte d’entreprises supérieur à d’autres ont été les vicdu monde et nous atticelui de la Flandre. times des actionnaires rons sans cesse des invesqui ont décidé du sort de tisseurs étrangers. centaines ou de milliers de travailleurs pour gagner plus d’argent, pour Il est essentiel de réindustrialiser un profit immédiat sans scrupules en notre région et plus largement l’Euopposant les travailleurs entre eux et rope. Ce que je réclame au niveau en exploitant ceux qui sont les plus européen depuis des années et qui se traduit enfin dans les faits. fragiles et les moins organisés.


Trop de nos jeunes sont aujourd’hui à la recherche d’un emploi. Or nous savons que la formation et l’enseignement sont les meilleurs passeports pour l’emploi. L’objectif à court terme est donc simple  : tous les adolescents doivent sortir de l’école avec une qualification. Pour relever ce défi, plusieurs actions doivent être menées comme la transformation des enseignements technique et professionnel en enseignements technologique et qualifiant pour qu’ils deviennent eux aussi des premiers choix. Pour ce faire, il faut rapprocher les mondes de l’école et de l’entreprise, notamment en développant l’enseignement en alternance. Il y a des métiers d’avenir qui ne trouvent pas de candidats. Et s’il faut tout un grand chambardement – en concertation avec les enseignants, qui font un boulot extraordinaire - , eh bien allons-y! L’enjeu mérite de décloisonner, de bousculer des habitudes qui datent d’un autre âge et surtout de réinvestir dans l’enseignant.

C’est d’un plan Marshall de l’enseignement dont nous avons besoin.


augmenter encore la qualité de nos universités et de nos hautes écoles et, dans le même temps, augmenter le taux de réussite des étudiants.

Pour donner à tous la chance de réussir, il faut que les devoirs puissent être faits à l’école, dans le cadre d’études dirigées gratuites. Dès qu’un enfant décroche, il faut qu’il soit pris en mains le plus rapidement possible, grâce à un système de remédiation efficace.

L’école doit bien sûr permettre à chaque enfant de devenir une femme ou un homme curieux, ouvert sur le monde, émancipé. Mais l’école doit également permettre d’accéder à un emploi de qualité, qui, lui aussi, ouvre sur le monde, émancipe.

Offrir aux jeunes des perspectives d’avenir encourageantes est une de mes priorités majeures et reste un combat de tous les instants. Ce combat, c’est celui de l’égalité, de l’accès pour tous à la culture, à l’éducation et à l’emploi. Comme ministre de l’Enseignement supérieur, j’ai fait de l’accessibilité et de la qualité de l’enseignement supérieur mes deux priorités. Ainsi, j’ai mis en place la gratuité du minerval pour les étudiants boursiers et le gel du minerval dans sa globalité. En réorganisant l’enseignement supérieur, j’ai voulu

Le saviez-vous? 1 étudiant sur 5 sort de l’école sans diplôme. Et former un demandeur d’emploi hors école coûte 4 fois plus cher qu’un jeune qui sort de l’école avec la même formation.

w Un Plan Marshall pour l’enseignement

C’est dans cette optique que le PS demande que l’on installe un tronc commun jusqu’à la 3e année secondaire. Qu’il faut des cours de langue et de technologie dès la 1ère primaire.


Notre société n’a jamais brassé autant d’argent. Mais cet argent ne cesse d’être de moins en moins réparti équitablement. Il y a un pourcentage restreint de la population pour qui rien n’est trop beau et puis il y a beaucoup d’autres pour qui un euro est un euro. Pour les demandeurs d’emploi, pour les travailleurs, qu’ils soient salariés ou indépendants, dont le salaire ne suffit pas à nouer les deux bouts, pour toute une partie de ce qu’on appelle « la classe moyenne », la question de la qualité de vie se pose tous les jours. Quand on sait qu’un enfant sur quatre vit, chez nous, sous le seuil de pauvreté, c’est pour moi intolérable et c’est pourquoi, réponse d’urgence, le PS propose que chaque enfant, en maternelle et en primaire, puisse disposer d’un repas chaud tous les jours. Pour améliorer le pouvoir d’achat, l’augmentation du salaire poche est une première mesure. Nous proposons une telle augmentation jusqu’à 120 euros nets par mois pour 70% des travailleurs. Cela sera possible en baissant la fiscalité sur le travail et en compensant cette baisse par une contribution plus importante des revenus du capital et par l’instauration d’un impôt sur la fortune. Le contrôle du prix de l’énergie est aussi un moyen efficace, en bloquant les prix si nécessaire. Et bien entendu, pas question de toucher à l’indexation automatique des salaires et des allocations.


La santé doit également être au cœur de nos préoccupations. Nous avons la chance d’avoir en Belgique une des meilleures sécurités sociales au monde. Il est hors de question de la remettre en Il faut faire en sorte, d’autre part, que chacun puisse cause. Il faut au contraire veiller à ce que organiser sa fin de vie selon ses souhaits. chacun puisse prendre soin de sa santé Cela veut dire mieux contrôler les tarifs et d’empêcher que tel ou tel traitedes maisons de repos mais aussi Le ment soit réservé à ceux qui en ont permettre à qui le souhaite, de rester saviez-vous? les moyens et qu’il soit inaccesle plus longtemps possible chez soi sible à ceux qui ne les ont pas. Nous voulons non seulement en proposant que chacun puisse garantir la pension légale mais accéder à des services d’aide et A Liège, nous avons la chance encore nous voulons porter son de soins à domicile. d’avoir une université qui disminimum à 1300 euros par mois. pense toutes les formations méD’autre part, nous avons obtenu Et pas question, évidemment, dicales. C’est un atout important. la suppression des droits de sucde toucher à l’âge légal de la Comme la présence d’un hôpital cession sur le logement familial pension qui est et restera universitaire de pointe. Pour le pour le conjoint survivant et cela 65 ans. bien-être de la population, je veux devrait aussi faciliter le maintien des maintenir le rôle de premier rang aînés à domicile. des médecins généralistes, des médecins de famille. Mais aussi des structures hosAméliorer la qualité de vie, c’est aussi créer 10.000 places de crèche en 5 ans, 2000 logements publics par pitalières de proximité. Je pense enfin qu’il faut an, assurer des services publics de qualité et en amé- rationnaliser les grandes institutions hospitalières liorer l’accès, notamment en aidant les citoyens-usa- en les spécialisant dans des domaines spécifiques et en évitant ainsi de disperser nos forces. gers dans leurs démarches administratives.

w Qualité de vie

Des mesures concrètes peuvent participer au mieux-être de chacun, quel que soit son âge, afin que la vie soit davantage harmonieuse et heureuse.


En cinquante ans, nous sommes passés du charbon et de l’acier de grande consommation aux moteurs d’Airbus (Techspace), aux ralentis télé pour toutes les grandes épreuves sportives mondiales (EVS), aux lentilles oculaires les plus performantes (Physiol), à l’accueil de plus en plus de compagnies internationales à Liège Airport, à la découverte et à la production des aciers de demain, au développement planétaire de CMI, à la création du PIL, le Pôle Image de Liège… Quelques dizaines d’années à peine et c’est tout le paysage du bassin liégeois qui a changé. De nouvelles zones de développement économique se sont installées, aux Hauts Sarts, à Barchon, à Sprimont, à Flémalle… L’Université de Liège – la seule qui propose l’ensemble des choix académiques en Wallonie- a multiplié les collaborations internationales, se plaçant ainsi en bonne position sur la carte mondiale du savoir. Cité Miroir, Opéra, Théâtre de Liège, Grand Curtius, bientôt le CIAC : les grandes institutions culturelles ont été modernisées et dans le même temps les acteurs culturels, moins « installés », ont fait de notre ville et de sa

région un bouillonnement permanent qui en fait sa réputation. Sans compter la nouvelle gare des Guillemins qui a inscrit Liège sur la carte ferroviaire à grande vitesse. Liège doit par ailleurs conforter son titre de capitale économique de la Wallonie. C’est pourquoi je souhaite qu’à côté des institutions qui y sont déjà installées, d’autres, comme l’AWEX par exemple, nous rejoignent et cela dans un souci évident d’efficacité. Alors que certains exigent une mobilité sans cesse croissante des travailleurs « qui n’ont qu’à aller travailler où on leur dit », je crois fermement au contraire qu’il faut ramener de l’activité économique là où vivent les gens. Cela contribuera tout à la fois à améliorer la qualité de vie des travailleurs, à réduire l’impact sur l’environnement et sur le coût du travail (les longs déplacements répétés engendrent fatigues et maladies). A l’heure de l’informatique, il faut développer le télétravail. Avec la situation géographique qui est la nôtre, au cœur de l’Europe, je veux continuer à aider les entreprises à s’installer chez nous. C’est là aussi le rôle des pouvoirs publics. Après, la magie liégeoise opère…


Vous pouvez voter pour plusieurs de nos candidat(e)s qui se présentent dans l’arrondissement de Liège. Effectifs

Suppléants

1. MARCOURT Jean-Claude (Liège) 2. SIMONIS Isabelle (Flémalle) 3. ONKELINX Alain (Seraing) 4. MOTTARD Maurice (Grâce-Hollogne) 5. MORREALE Christie (Esneux) 6. ROUZEEUW Robert (Seraing) 7. DANIEL Chantal (Soumagne) 8. CORNET Annie (Liège) 9. LEERSCHOOL Philippe (Sprimont) 10. MORCIMEN Nadya (Fléron) 11. EL BAHI IDRISSI Aïcha (Liège) 12. BELTRAN Fabien (Trooz) 13. BOUSETTA Hassan (Liège)

Nous 1. LENZINI Mauro (Oupeye) vou e n c ourag s 2. GERADON Déborah (Seraing) à vote eons 3. VRANCKEN André (Awans) r PS - L aussi 4. COLAK Ernur (Visé) i la Cha ste 10 à 5. MAES Valérie (Saint-Nicolas) mbre l’Euro et à 6. ISTAZ SLANGEN Zoé (Ans) pe 7. HENROTTIN Didier (Beyne-Heusay) 8. QUARANTA Raphaël (Ans) 9. ORBAN Céline (Liège) 10. CAES Raphaël (Comblain-au-Pont) 11. BRIMBOIS Marie-Virginie (Liège) 12. GIET Florence (Liège) 13. DE KEYSER Véronique (Liège)

0472.84.66.03 - info@jcmarcourt.be - www.jcmarcourt.be Jean-Claude Marcourt - Officiel @JCMarcourt

w Liège et sa région

Vos candidats aux élections régionales du dimanche 25 mai 2014


Arrondissement de liège

La Wallonie Terre d’accueil, d’hospitalité et de savoir-faire Imprimé électoral. Ne pas jeter sur la voie publique. ER: M. Granados, avenue Henri Piedboeuf 5 - 4031 Angleur.


On a tous quelque chose en nous de Wallonie