Page 40

La vie des plantes pour dit-il « prendre des pieds de Magnolia grandiflora dans les massifs situés entre le lac et la digue du parc pour remplacer ceux détruits par la gelée dans les deux allées du Jardin botanique ». Il semble donc que l’allée actuelle existait déjà à l’époque.

François Treyve était un célèbre pépiniériste horticulteur de la région qui se fixa à Trévoux en 1846 où il créa sa pépinière. Outre la création de nouvelles variétés de poires, il élabora une nouvelle méthode de greffe des noyers. Néanmoins, sa recherche concernant la création de nouvelles variétés de Magnolia grandiflora le distingue particulièrement. Les premiers indices relatifs au nombre de ces magnolias de l’allée n’apparaîssent qu’environ 60 ans plus tard : sur un plan de 1946, 26 magnolias sont représentés. On en retrouve 24 sur un autre plan publié en 1946. En 1950, une photo atteste la présence de 22 magnolias. On ne dispose d’aucun élément pour expliquer ces variations. Au début des années 1980, sous la direction du Pr. P. Berthet, Directeur du Jardin botanique, 7 magnolias sont plantés dans un but esthétique; ce qui porte leur nombre à 28. Mais, à la mort de l’un d’eux dans les années 2005-2010, nous n’en comptons ainsi plus que 27 dont 19 spécimens pourraient être à l’origine de cette allée.

© F. Pautz

Dans un article de la revue horticole, Monsieur J. Mossat écrit « S’il vous est permis de disposer de quelques instants de loisir, venez visiter les collections botaniques du parc de la Tête d’Or. Parmi celle-ci, vous trouverez encore quelques beaux Magnolia grandiflora gallissonniensis, crispa, etc. qui font l’admiration des amateurs et promeneurs pendant leur floraison ». Il écrit également que « quelques années avant le grand hiver de 1893 », François Treyve (18181911) fait don d’une collection de Magnolia grandiflora au Jardin botanique. Il s’agit des 5 cultivars M. grandiflora ‘Biflora’, M. grandiflora ‘Rotundifolia’, M. grandiflora ‘Robusta’, M. grandiflora ‘M.Treyve’ et M. grandiflora ‘François-Joseph’. Ces 5 cultivars sont recommandés par Cusin, car très résistants aux froids. Mossat en donne une brève description. L’article ne précise pas exactement où ces derniers ont été plantés. On sait simplement que

c’est « dans une plate-bande, orientée Nord-Sud, » mais on ignore laquelle. L’alignement actuel de l’allée des magnolias suit cette orientation.

Magnolia remontant en fleur au 20 octobre pouvant être M.‘biflora’ 40 • Sauvages & Cultivées - Décembre 2014

L’année 2014 a servi de phase d’observation de l’ensemble des sujets, sur des caractères phénologiques, afin de déterminer si la collection actuelle compte encore les 5 cultivars donnés par François Treyve. Voici le fruit de ce travail.

Vue aérienne de l’allée aux magnolias en 1950 : 22 magnolias visibles

Il semble que le bosquet dont parle l’article de Monsieur Mossat se situe entre la cage des ours et la Serre Victoria, juste à côté du Jardin des lianes. 4 individus très âgés semblent, peut-être, représenter les reliques du fameux bosquet. Nous n’avons aucune certitude pour identifier les variétes. ‘M. Treyve’ et ‘François-Joseph’. Le cultivar ‘M . Treyve’ a des feuilles de couleur fauve ferrugineux, un peu ondulées sur les bords, qui lui donnent, selon Mossat un aspect très particulier. Malgré ce

Profile for Jardin botanique de Lyon

Sauvages et cultivées 2014  

Revue du Jardin botanique de la ville de Lyon, N° 6 edition 2014

Sauvages et cultivées 2014  

Revue du Jardin botanique de la ville de Lyon, N° 6 edition 2014

Advertisement