Page 1

2

3


4

5


8.

Préambule

13.

Le portrait de Cédric Bouchu

19.

Rencontre avec une radio curieuse ... Canal B

28.

Face à face avec Thomas Lagarrigue

39.

Best-of Face B

41.

La carte blanche de ... Mister Eleganz

43.

Remerciements 6

7


Quand nous foulons nos premiers pas aux Trans musicales, la pulsion de vouloir prendre part à ce grand rassemblement nous anime. Nous nous tournons vers Culture en Trans. Ce dispositif soutient des projets artistiques et culturels. Aujourd’hui The Horrors a largement changé. A l’époque le groupe frôlait le monde gothique avec le look qui va avec, ce style est maintenant

Rencontres, c’est le maître-mot des Trans musicales. Nous avons mis un point

plus ou moins révolu, ils ont enfin trouvé leur patte. Toujours est-il que notre rencontre avec Faris Rotter, le chanteur du groupe, a été on ne

d’honneur à ce que ce mot reste au centre de notre démarche.

peut plus enrichissante puisqu’il a tout de suite adhéré au concept « Salt On Paper ». Résultat : une des plus belle dédi’art que nous avons

Partir à la rencontre des artistes, et leur proposer une interview alternative et

pu récolter tout au long de ces cinq années de Trans. C’est la première.

récréative. On les connait pour leur talents musicaux, mais sont-ils aussi doués avec un crayon ou un pinceau. En 2005, l’aventure commence... Il nous a semblé être le moment de mettre en valeur l’ensemble d’une activité démarrée en 2005. Près d’une cinquantaine d’artistes interviewés à notre façon: Interroger les artistes qui font des Transmusicales un festival hors du commun. C’est à la pointe de leurs pinceaux que les artistes se livrent de la manière la plus artistique possible. Entre dédicace et œuvre d’art, le concept de «dédi’art» est né. Les premières dédi’arts intriguent et la plupart des artistes jouent le jeu avec plaisir : «ça nous change, on respire un peu, merci les gars !». Quant aux autres, c’est souvent la peur de rater qui les bloquent : « On va pas vous flinguer une pochette, on ne sait pas dessiner… désolé ». Et pourtant, bien souvent des artistes en manque d’inspiration réalisent des œuvres originales comme Yuksek en 2008 qui raconta sa journée en dessin... Chaque édition nous apportent tous les ans son lot de surprises : aussi bien de superbes dessins que de très belles rencontres.

Thomas Guezou & Thibault Masclet

8

9


NICOLE WILLIS

MISSILL

EZRA

Minimalisme à la sauce dédi’art. Le trio Nanto-Angevin alors encore très peu connu nous a offert une dédi’art minimaliste et colorée. Les lauréats du prix « Groupe ou artiste révélation du public de l’année » lors des Victoires de la musique 2010 nous ont laissé la preuve de leur passage à Rennes. Merci !

DJ MEDHI

DARLIN’ NIKKI

LOMBRIC

MY FEDERATION Le quintet irano-anglais My Federation

Inutile de présenter le trio qui a aujourd’hui traversé la France entière pour envoyer des

ouvrait

«bang bang dans le cœur». C’est lors des 29ème Trans que nous les croisons dans le

cette

année

les

29ème

transmusicales. Après deux albums de rock

Hall Média pour une séance plutôt sportive. Une poignée de minutes plus tard, la dernière

légèrement teinté d’électro et une bonne

navette pour le centre ville partait. Les Naïve New Beaters, alors artistes des Bars en Trans,

série de concerts le groupe s’est finalement

et nous-mêmes, étions à deux doigts de rester coincés au parc expo...

séparé en 2009…

10

11


Dommage que ce groupe Anglais ait splitté en 2008. Pourtant bien épaulé par le label Butterfly Records (codirigé par Simon Tong, membre de The Verve et de l’excellent groupe The good, the Bad and The Queen), ils n’ont sorti qu’un seul et unique album éponyme «Indigo Moss». On aurait pu revendre très cher cette œuvre, une des plus belles que l’on ait pu avoir dans nos tiroirs. L’unique peinture réalisée au pinceau et à l’acrylique. Photo à l’appui.

photo Sébastien Roignant - www.aucoindujour.fr

IMAM BAILDI

JAMIKA

BEARDY MAN

12

13


Cédric Bouchu se considère comme un artisan de la musique. Avec le temps, il a acquis assez de compétences pour occuper

plusieurs postes : entre les soirées où il enfile sa casquette de

DJ, les compagnies de Théâtre qu’il accompagne et les créations de spectacles éphémères, il anime son émission de radio phare,

« l’écho du Oan’s » diffusée sur Canal B. Tous les ans, il reprend sa place dans le village des Transmusicales: il est le «monsieur conférence de presse » attitré du festival rennais.

© BENOIT COURTI

Créé

en

2007

(synthés,chant) En cinq années de Trans’, Cedric Bouchu

Parmi ses nombreuses rencontres, Cédric

seize ans, ça bouscule les hormones d’un

est devenu une tête que l’on connait ! Après

retient celle de Mick Jones, le guitariste

adolescent et ça vous marque à vie ! ».

plusieurs années de bons et loyaux services

des Clash : « C’ était vraiment cool de boire

Enfin, quand on lui demande comment s’est

pour Canal B (94.00fm), l’équipe des

une bière avec lui ! Par contre pas question

passé sa première rencontre avec Jean-

Transmusicales lui propose d’accompagner

de parler de son concert avec Carbon

Louis Brossard, le souvenir est resté intact :

la tournée des Trans. Sur chaque date, il

Sillicon… ». De bonne composition, Cedric

« je m’en rappelle très bien, c’était pendant

présente les groupes avant leurs concerts.

avouera ne jamais avoir fait de mauvaises

une soirée du festival Travelling à l’Ubu et

Ce n’est que plus tard que notre homme

rencontres : « quand tu rencontres des

un Dj, avec beaucoup plus d’expérience

prend sa place ; Gwenola Lebris, la

artistes que tu aimes bien, tu les idéalises.

que moi, m’avait proposé de mixer une

directrice de communication du festival,

Tu es parfois déçu, parfois très content de la

petite heure avant lui.A ce moment là, JL

lui propose de rejoindre son équipe pour

rencontre. Je n’en ai oublié aucune. Tout est

Brossard vient me voir en me disant, « c’est

animer les conférences de presse !

question d’affinité ! ». En cherchant un peu,

cool de jouer « the soul drummers » de Ray

Mais avant lui, c’était comment ? il y avait

il fini par céder : « Je n’ai pas pour habitude

Barretto, t’as ce qu’il te faut à boire ? » A dix-

Hugues Guerault, qui animera pendant une

de casser un artiste mais je dirais Lauryn

sept ans, quand tu as JLB qui vient te voir et

quinzaine d’années les conférences. Cédric

Hill, que je n’ai pas rencontré mais qui nous

qui apprécie ce que tu joues, tu trouves ça

- qui se fait appeler Ced’- arrive ensuite

a bien perturbé le timing des conférences

cool ! Maintenant j’en ai trente-quatre et je

accompagné d’Arnaud Mellier (alias Dj

de presse pendant le Festival ».

prends toujours autant de plaisir à discuter

Cook).

Le coup de cœur de Cedric ? Il l’a connu bien

musique avec lui ».

Notre homme a de bonnes oreilles. Il

avant de travailler pour le festival rennais

parviendra même à conseiller le grand

: « En 1993, à l’époque du Lycée, j’avais

patron des Transmusicales : il y a quelques

l’habitude d’aller boire un café dans un bar

années, il lui apporte le disque d’un groupe

qui s’appelait le Cotton Bar. J’aimais bien

Montréalais - sa «terre de liberté», comme

discuter avec une barmaid.(Elle travaille aux

il aime le dire - . Résultat : le groupe pop/

trans maintenant ! Coucou Maya !). Pendant

funk Creature se retrouve sur la prestigieuse

le festival, j’ai eu la chance de croiser dans

scène du Hall 9.

ce bar le regard de Bjork qui était à mes côtés et je peux avouer maintenant qu’à

par et

Julien Marc

Henry Aumont

(basse,chant), Rafale affole les foules dès ses débuts et enchaîne les festivals (Les Transmusicales en 2007, Astropolis et Art Rock en 2008...). Ce mélange énergique de rock et d’électro fait de leur concert un moment remarquable. Depuis les Trans, le duo briochin a fait du chemin : deux maxis : «Rock It, Don’t Stop It» et «Drive» classé dans les 30 meilleurs clips 2009 selon les Inrocks. Le duo est devenu trio en intégrant Franck Richard à la batterie et a fait produire son troisième EP («Eraser») par Arnaud Rebotini (Blackstrobe). Cette année, Rafale a sorti son premier album «Obsessions» avec le même producteur.

Merci Cédric.

14

15


TING TINGS DEAD KIDS YUKSEK

MIXHELL Avant son passage aux 29ème Trans-

Iggor Cavalera, l’ex-batteur du groupe

musicales,

encore

de métal brésilien Sepultura a lâché les

dingue, quelques parts entre Iggy Pop et

devenu la star que l’on connait aujourd’hui.

baguettes pour mixer avec sa femme Laima

des Trans, ce fut un succès.

Mick Jagger … Surexcité et incontrôlable,

Actuellement en tournée, le DJ n’est plus

Leyton. Formé il y a quelques années un soir

Nous les avons manqués ce soir là. Par

il saute dans la foule, hurle des inepties

seul. Avec sa nouvelle formation en trio, il

chance, ils rejouent sur la scène du Mouv’

qui encourage le public à danser sur les

prend désormais la place de chanteur ; c’est

dans l’espace pro. Ni une ni deux, nous

remuantes compositions de son groupe…

en effet sa seule voix que l’on entend sur

sautons sur l’occasion et expliquons le

Du charisme, ce monsieur en a ! Cette

son dernier album « Living On The Edge Of

concept des dedi’art à Katie White.La belle

œuvre que nous avons précieusement

Time ».

blonde, enchantée, nous accorde un peu de

gardé renferme l’ADN du chanteur : une

temps avec son Jules (De Martino). Manque

dédi’art composée de peinture, de posca,

de pot, plus de tableaux vierges, et pour

de feutre, de bière et de sang ! Il n’a pas

seule solution notre carton à dessin!

trouvé meilleur rouge dans notre trousse.

Encore un groupe qui prouve que Jean-

Nous

Louis Brossard a toujours su flairer les bons

électro-rock

rencontrons

groupes. Avec The Ting Tings à l’époque

boosté

ce

combo

par

un

anglais chanteur

Yuksek

n’était

pas

Le truc des Rennais Lady Jane c’est de jouer rock ! Entre garage ultra efficace et blues psychédélique dark, on pourrait penser que ces mecs-là ne sont pas des rigolos ! Et pourtant ... D’ailleurs leur dédi’art, ils la vendent ! Mise à prix quelques milliers d’euro, c’est

de Saint-Valentin, le duo Mix’Hell enflamme encore aujourd’hui les dancefloors qu’ils croisent sur leur route.

Lady Jane quand même !

Très inspiré, il a tiré le portrait de Julien, notre collègue cette année-là.

Le chat empaillé dans le film Bernie ? Vous vous en souvenez ? Et bien le groupe de hiphop rennais Micronologie s’en souvient ! Ce chat baptisé Paupiette les accompagne partout avec eux, nottament dans le clip de

16

17

leur nouveau titre « Tube à essai ».


RENCONTRE AVEC UNE RADIO CURIEUSE

Pot du maire le mercredi des trans 2007. les pyjamas de Solange La Frange tranchent avec le coté institutionnel dans le hall média du parc. Apres le concert ils errent dans le hall. Rendez-vous pris, ils écrivent « music or die » sur leur dedi art. Ils ont l’accent suisse c’est sympa, leur air provoc’ et leur coolitude est plutôt drole. L’année suivante, ils rejouent au parc expo, on les retrouve cette fois pour boire un verre.

18

19

Canal B


sixties mais dans beaucoup de genres différents (garage, soul, bossa, musique de films...). Chaque émission était thématique (la fin du monde, l’Amérique du Sud, les bagnoles...). L’été suivant j’ai animé tout seul une émission où je passais des styles plus variés (du mambo au «big beat» en passant par du punk, du ska...). C’est en avril 2000 que j’ai été embauché par Canal B pour animer une quotidienne de 10h30 à 12h30, «La machine à remonter le son». Une émission musicale où des pépites du passé et les productions du moment se mélangeaient avec un seul but : donner la pêche aux auditeurs ! C’est en 2005 que j’ai remplacé Cedric Bouchu sur le créneau de fin d’après-midi. Depuis je passe à 95% des nouveautés dans tous les genres et je fais pas mal d’interviews avec des groupes rennais, français et internationaux.

Le programmateur de Canal B, chef d’orchestre de l’émission phare de la radio « 90B » anime depuis plusieurs années les directs des Trans musicales pour la radio rock Rennaise. Yann Barbotin répond à nos « questionsrencontre »

Yann, tu es le programmateur musical de Canal B, tu animes aujourd’hui l’émission quotidienne « 90B ». Rapidement, peux-tu revenir sur ton parcours ? Depuis quand es-tu arrivé chez Canal B ? Je suis arrivé à Rennes en 1989 pour le lycée, c’est cette même année que je découvre Canal B, qui passait à l’époque surtout des groupes punks et alternatifs (OTH, Los Carayos, La Souris Déglinguée, Les Bérus...). C’est 10 ans plus tard que je me suis retrouvé de l’autre côté du poste. : En 1998 d’abord, avec l’émission «L’affaire tourne-skeuds» avec mon compère Cosmogol (il anime désormais l’excellente émission Bechamel Cha Cha). On se marrait pas mal à passer des groupes en majorité

Depuis que nous connaissons les Trans, nous avons toujours, il me semble, vu le plateau canal B dans le village. Mais concrètement, depuis quand Canal B estelle partenaire du festival ? Quelles-ont été les grandes périodes « Trans-Canal B»? Canal B a investi les Trans au début des années 90. Je n’y étais pas à l’époque mais je sais que la deuxième partie de ces années a vu d’abondantes couvertures de la radio sur le festival. Il n’était pas rare que des émissions de huit heures d’affilée passent à l’antenne. Iles fous-rires y étaient nombreux. Depuis le début des années 2000, les directs ont été plus courts, plus professionnels aussi avec l’arrivée des Multiplex Férarock. Désormais c’est une vingtaine de radios en France qui diffusent les émissions en direct du plateau Canal B/ Féra au Village du Liberté ou du Parc Expo. On va entrer dans le vif du sujet : les rencontres. Tout d’abord, quelle a été la rencontre la plus mémorable que tu aies pu faire ? Beaucoup de rencontres mémorables: l’élégant Nicolas 2001, le bluesman portugais Tiger Man en 2003, le petit

ont été Conte en Legendary lutin pop

Peter Von Poehl en 2006... Un moment particulièrement fort a été pour moi le concert à l’Ubu en 1997 de trois fantastiques groupes : The Make-Up, The Delta 72 et Twenty Milles. Même si je ne leur ai pas parlé ce soir là, ils ont tous été parfaits. J’ai particulièrement adoré les premiers concerts menés par le brillant Ian Svenonius (Nations of Ulysses, Weird War et aujourd’hui Chain & The Gang à retrouver aux Transmusicales 2011), bouillant chanteur et showman qui n’a rien à envier à James Brown (pour le jeu de jambes) ni à Prince (pour les hurlements en falsetto). Mais la rencontre que j’ai encore clairement en mémoire c’est celle de l’incontournable Dj Morpheus. L’ancien leader de Minimal Compact est l’invité permanent (on pourrait dire le Dj résident) des Trans musicales.En 2000, Jean-Louis Brossard après avoir entendu l’émission «L’affaire Tourne Skeuds», nous avait proposé à Cosmogol et moi-même d’être Dj sur une soirée des Trans musicales à la Salle de la Cité entre Bumcello, Mickey 3D, les Ours du Scorff et d’autres... A la fermeture de la salle, Jean-Louis veut nous offrir un verre et c’est lorsque nous pénétrons dans la cuisine de la Salle de la Cité que je reconnais Samy Birnbach. Le bonhomme s’avère charmant et nous discutons pendant quelques instants d’un morceau que nous avons en commun dans nos sets respectifs : la cinquième de Beethoven revisitée par Ekseption!

nova de Conte était d’une sensualité extrême. Classe sans en faire trop, à la fois simple et sophistiquée. Parfaite. Beth Gibbons de Portishead (groupe que je n’ai malheureusement pas vu en 1994) accompagnée par le Peuple de l’herbe lors de l’édition anniversaire de 2003 a été très émouvante, j’ai littéralement eu des frissons sur «Glory Box». La chanteuse des Bellrays m’a aussi pas mal impressionné : elle était programmée aux Trans en 1999 avec son groupe et a aussi donné un concert plus confidentiel à l’étage du bar L’Union. Une vraie tigresse façon Tina Turner accompagnée par un groupe de rock’n’roll élevé au MC5 et aux Stooges.

pour la reformation et le concert à Rennes. Je n’ai heureusement pas croisé celui qui chantait avec eux ce soir-là mais je crois que je lui en veux d’avoir gâché le concert d’un groupe qui jouait très bien ses hymnes pop-punks de 1978-1980. Laurent Gerra aurait été aussi crédible pour imiter le chant (pourtant unique) de Feargal Sharkey. Ajoutez à cette imitation un jeu de scène d’un maniérisme que même Marc Almond n’aurait pas osé... Horrible ! Son nom c’est Paul Mc Loone.

Aux Trans, on a pu voir beaucoup de femmes aussi bien musiciennes que chanteuses, voire les deux. L’artiste que tu n’oublieras jamais serait ?

Et forcément il y a des artistes ou des personnalités qui nous agacent, ou que nous avons envie de remettre en place. Aujourd’hui c’est ton jour de chance : tu peux te lacher, quel serait le groupe ou la personne que tu as pu croiser aux Trans et que tu aurais envie de critiquer ?

En concert ce serait sans aucun doute Rosalia de Souza qui chantait avec Nicola Conte et son groupe à l’étage du Liberté en 2001. Elle s’est présentée sur scène vêtue d’une robe dos nu qu’elle portait aussi bien que Mireille Darc dans «Le grand blond...», et sa façon de chanter les morceaux bossa

J’ai eu la malchance d’assister au concert des Undertones au parc expo en 2005. Je suis pourtant dingue de ce groupe nordirlandais mené par les frangins O’Neill (fondateurs après les Undertones de That Petrol Emotion) et dont le chanteur originel Feargal Sharkey n’était plus avec le groupe

Jean Louis Brossard c’est un personnage. C’est une banalité de le dire mais c’est vrai. A plus de cinquante ans, il garde un enthousiasme et une passion pour la musique dignes de ceux d’un adolescent. Certains on pu moquer ses excès de langages mais Oh my god, il est grave dans son rôle de découvreur ! Je crois que la première fois que je l’ai rencontré c’était en 2000 pour lui remettre un mix sur K7 de ce que j’allais jouer avec Cosmogol à la Cité. J’etais heureux de croiser celui qui a fait jouer au Trans des musiciens comme Bo Diddley, The Dirtbombs, Beck, Rockers Hi Fi, Nirvana ou L7. Keep the faith Jean Louis!

Parfois sur les Trans, on rencontre des artistes loufoques, quel serait l’artiste le plus dingue que tu aies pu croiser ? En 2005 les japonais de Soil & Pimp Sessions donnent au Hall 9 du parc expo un show fantastique. Du jazz ultra speed, carrément punk par moment et très visuel. Nous les avons reçu sur le plateau Canal B pour une interview surréaliste. J’étais à la traduction mais il semblerait que l’anglais que nous connaissions eux et moi n’était pas le même... Tous les musiciens parlaient en même temps, prenaient des poses pour faire admirer leur costumes... La même année Philippe Katerine présentait «Robots après tout». L’interview que j’ai fait avec lui à l’Aire Libre a été beaucoup moins loufoque que celle des japonais au bout du compte.

En terme de rencontres, on a parfois envie d’en oublier certaines, qu’elle a été la rencontre la plus difficile à assumer ? En 2004 était programmé le groupe Carbon/Silicon formé par Mick Jones (de Clash) et Tony James (de Sigue Sigue Sputnik). Leur concert aux Trans s’avère tout simplement raté. Une heure après le concert on me propose de rencontrer les deux monstres sacrés. Emotion d’abord, puis embarassement quand il est question du concert... J’ai dit à Mick Jones que son concert était mauvais... C’était vrai mais tout de même je regrette de l’avoir dit et surtout j’aurais préféré ne pas le penser...

20

21

Pour conclure, ta première rencontre avec Jean-Louis Brossard, tu l’as vécu comment ?


Tom Darnal, c’est qui déjà ? Et bien c’était le clavier de la Mano Negra ! Depuis l’échappée solo de Manu Chao, l’homme a fait son petit bout de chemin en créant son groupe P18 et en collaborant de temps à autres avec le magazine des festivals Paplar ! L’artiste, devenu tatoueur (familièrement surnommé «Tom Dard») en Amérique du sud, nous a donné un peu de son temps et de sa patte pour créer cette belle dédi’art reprenant le thème de l’affiche des 30èmeTransmusicales.

Quand on demande à la co-directrice des Trans’ de se prêter au jeu de la dédi’art, c’est avec un « non » timide que la dame à la veste rouge nous répond : « je vais vous faire perdre votre temps… ». Après de rudes négociations, Béatrice Macé, inspirée, commence : sur la toile, elle couche l’histoire illustrée des Trans mu­sicales. Entre une pochette de Joy Division

Si les Trans’ ont un mot d’ordre on ne peut plus important c’est bien celui de « rencontres ». Et le mot est faible pour expliquer cette rencontre

qui lui rappelle la naissance des Trans’, la spirale du père UBU, la salle de la cité, et un

qui nous aura offert une œuvre composée par une véritable artiste : Line C. Remontons quelques années plus tôt, en 2004, une artiste Rennaise remportera le concours d’affiches organisé par le festival. Six années plus tard, entre les halls nous rencontrons la fameuse Line C. Ni une, ni deux, entre deux concerts ,elles nous offre sa dédi’Art . Merci

quadrillage (rappelle une ancienne affiche du festival), voilà grosso-modo trente années de

22

23

Trans musicales dessinée par sa co-direc­trice.


SUCCESS

BRODINSKI

WHITE RABBITS

LA CHANSON DU DIMANCHE

KA JAZZ

IGLU & HARTLY

GABLÉ

IFANA

DJEDJOTRONIC

CREATURE

LEON JEAN MARIE

NAG NAG NAG

CASSIUS

Peu bavards, les musiciens inspirés nous font part de leur imagination débordante en

couchant

sur

la

toile

les

di­ gnes

représentants d’un monde subaquatique. Ils présentent ici les « Adam et Eve » d’un monde surréaliste ! Toujours

actifs,

les

deux

membres

d’Autokratz ont sorti en juin 2011 leur dernier album « Self Help for Beginners».

24

25


MINITEL ROSE

BEAT TORRENT Ces

jeunes

Finlandaises

au

MENEO

GOOSEFLESH

SOLLILAQUIST OF SOUND

THE POLITICS

JAPANESE POPSTARS

FUCKIN’ HELL ORKESTAR

LARS & THE HANDS OF LIGHT

TOXIC AVENGER

FUNERAL PARTY

patronyme Amusés, les jeunes Rennais se sont prêtés au

francophone ont très tôt été repérées par les jeu de la dédi’art, nous espérons cependant Trans musicales. Ces filles ont timidement que cette inspiration artistique n’influera pas acceptée de prendre les pinceaux et les sur leurs futures productions musicales ! feutres. Résultat au bout d’une petite demi- Nous ne leur en voudrons pas d’avoir joué le heure d’amusement trois tubes de peintures jeu, ils rentrent dans le panthéon des artistes sont vidés. On peut dire que l’expérience leur amateurs de phallus au côté de Justice, a plu ! Depuis, elles ont parcouru l’Europe de Sheraff et Kaiser Chief ! clubs en clubs, prêchant la bonne parole de leur électro-pop sucrée et plutôt girly. « Love and Nature » leur premier album est enfin disponible depuis le 28 février.

BEWITCHED HANDS

26

27


DJAK

ALEX METRIC

AVA LUNA

JANSKI BEEEATS

Depuis le début de nos Trans, sans le savoir , nous avions une fan infiltrée dans l’espace pro du festival. Tous les ans, Françoise n’avait qu’une seule et unique envie : faire sa propre dédi’art, tout comme les artistes des Trans’. C’est alors qu’un soir des 31ème, elle se lance et nous demande poliment si elle peut dessiner sur une de nos nombreuses pochettes vierges. Après un long moment d’hésitation, le «oui» est lâché.

VON PARIAHS

THEO GRAVIL

28

29

FACE À FACE AVEC


de la communication du festival et l’équipe m’a proposé l’année

J’ai aussi rédigé un lexique des musiques actuelles désormais

d’après de rédiger le programme. En 2004, Béatrice Macé me

disponible sur internet. J’ai tenté de redéfinir avec des mots simples

propose le jeu de l’ouïe, et j’ai accumulé la base de données et

des termes aussi évidents que « rock », « blues » ou « jazz » que

le programme : je ne suis pas sorti de chez pendant un mois et

des sous-courant musicaux comme « new-school-break », ainsi que

demi ! Les années suivantes je ne m’occupais plus que de la base

des« fidget-house ».

de données.

Tu es le seul à ma connaissance à avoir créé une cartographie

Tu verrais possible ta classification chez un disquaire ?

permettant de situer des groupes en fonction des styles musicaux qui peuvent les caractériser…

Le disquaire se pose la question de comment vendre ses disques. Un projet à mi-chemin entre hip-hop et musique électronique comme

L’idée de cette cartographie c’était d’accompagner les fiches

Diplo, si le disquaire le range en hip-hop ou en electro, il ne vendra

artistes dont je viens de te parler. On voulait avec Béatrice Macé

Depuis 2004, Thomas Lagarigue concocte pour le public des Trans une véritable encyclopédie de la musique. Entre sa cartographie dont lui seul à le secret et ses fiches inimitables, il est l’orfèvre de la base de donnée du Jeu de L’ouïe. Rencontre.

pas la même quantité de disques. Parce qu’il y a dans le hip-hop des

(co-directrice des Trans) et Erwan Gouadec (chargé des actions

amateurs de hip-hop de base (des gens qui ne sont pas forcément

culturelles) trouver un moyen de formaliser et de modéliser la

intéressé par le mélange des genres) et inversement pour le public

première idée des fiches. J’ai travaillé sur plusieurs façons de

électronique. Du coup, le disquaire lui-même fait des classements

présenter les choses, la carte représente trois grandes ellipses

bizarres mais parfois volontairement, parce qu’il sait que le public

par grande famille avec pleins de petites sous-ellipses que l’on

ira chercher ça. Je ne sais pas si ma classification serait applicable

qualifie de « carte du ciel  » des Trans musicales. Chaque artiste

Alors, si on a les éditions papier, c’est collector ?

serait une étoile : des constellations se dessinent et les grands Thomas tu es co-auteur du livre « jeu de l’ouïe ». Peux-tu, en guise d’introduction nous rappeler en quoi consiste ce dispositif ?

Le jeu de l’ouïe est un dispositif d’actions culturelles des Trans musicales. Sous ce nom abstrait se cache la base de données du jeu de l’ouïe (la base de données de la programmation des Trans),

sans conteste la classification par ordre alphabétique, c’est vraiment

ensembles forment des galaxies. Je suis assez critique avec ça,

Et bien oui, mille exemplaires c’est quand même pas énorme !

c’est assez imparfait mais je n’ai pas trouvé mieux jusque-là. Le

Thomas Laguarigue, tu es un homme de l’ombre dans la ruche des Trans musicales, peux-tu revenir rapidement sur ton

Ta manière d’appréhender la musique par le biais des fiches

parcours ?

ou de la cartographie n’a pas intéressé d’autres acteurs des

des conférences concerts et d’autres animations de ce type mises une alternative plus pédagogique pour présenter les artistes du

quelques années avant de créer la base de donnée du jeu de

festival. Elle est éditée depuis 2004.

l’ouïe. J’ai déjà travaillé avec d’autres festivals mais pas sur ces

Dans un programme classique de festival, on trouve un texte

problématiques. Le soucis des Trans, c’est d’abord le problème de

promotionnel pour chaque artiste programmé. Ce texte vend l’artiste

lisibilité des artistes programmés ; la plupart n’ont pas sorti d’albums,

(vente d’album ou prestance scénique).

on en parle peu dans les médias. Il y a un réel problème pour que le lancer le dispositif du jeu de l’ouïe. La base de données est un livre

de plus objectif, avoir un regard sur ce qui représente l’artiste :

qui coûte cher à éditer, comparée aux programmes officiels tirés à

d’où il vient, son courant musical, ses artistes de référence, les

des milliers d’exemplaires. Elle est tirée à mille exemplaires envoyés

genres musicaux identifiables à l’écoute de ses morceaux, un de

aux médias qui s’en servent et la trouvent très utile ! Tant mieux ! Elle

ses albums ou l’intégralité de sa discographie. J’essaie de situer

est aussi mise en consultation dans les médiathèques par exemple.

l’artiste autrement : pas de phrases, pas de rédaction, j’ai créé des

Depuis que le « pdf » est téléchargeable tout le monde y a accès et

fiches (fiches signalétiques, fiches artistes…). On a abouti à une

ça circule pas mal.

description d’artiste moins marketing pour mieux guider le public.

écoutez pas mal, vous vous rendez-compte qu’à côté il y a ce vieux disque de Jazz que vous n’avez pas écouté depuis dix ans ! Après,

Je suis arrivé à Rennes pour les études en 1996. Je suis allé voir les

uniquement, peut-être que les gens écouteraient autre choses

Trans’ et leur service de communication pour leur proposer de l’aide.

par accident… C’est une hypothèse mais on m’a dit que ça ne se

J’étais curieux de voir comment ça se passe. En parallèle, j’ai créé

passerait pas comme ça, les gens seraient perdus...

une association, on éditait un fanzine et on organisait des soirées dans des bars et à l’UBU. Nous nous sommes liés avec Robert Le

Pour conclure, ta définition des Trans musicales?

Magnifique, un artiste pour qui nous avions créé un label et produit

public identifie ces groupes. C’est ce qui a motivé Béatrice Macé à Nous avions comme ambition de travailler sur quelque chose

c’est que quand vous allez chercher un disque de punk que vous

si les disquaires classaient leurs musiques par ordre alphabétique

musique actuelle, d’autres festivals ?

J’ai réalisé les textes du programme des Eurockéennes il y a

ce que je conseille à tout le monde. On est sur de toujours retrouver l’artiste parce qu’on a son nom ! L’avantage de ce classement,

mieux c’est quand même d’aller voir la carte sur le site des Trans’ !

sous l’appellation « jeu de l’ouïe ». La base de données propose

chez un disquaire. Pour moi la meilleure des classifications reste

son premier disque.

D’après moi, c’est sans aucun doute le festival populaire français de

Au début des années 2000, j’écrivais dans le journal « La Griffe »

musique actuelle le plus interessant. Je parle de musique « pop »

(uniquement présent sur le net aujourd’hui). Au moment des Trans,

au sens large c’est-à-dire « non expérimentale », le plus excitant par

j’avais écrit un article assez long, transversal, où dans le même texte

le fait que Jean-Louis Brossard va démarcher des groupes qu’on ne

j’avais parlé de quasiment toute la programmation. J’avais réussi à

voit pas ailleurs, qui ne sont pas sur une tournée de 15 dates. Pour

citer presque tous les artistes !

moi, c’est le festival le plus excitant de France. Après il y a d’autres

C’était une année où il y avait beaucoup de groupes, je les avais

très bon festivals, mais qui sont sur d’autres créneaux musicaux, des

rassemblés en sous-groupes selon leurs proximités musicales...

créneaux plus resserrés, plus expérimentaux.

J’avais préféré prendre cet angle là plutôt que de parler d’un nombre réduit d’artistes. L’article est arrivé sous les yeux des responsables

30

31


Il y a parfois eu des rencontres un peu improbables… Comme celle de Framix, le Sheriff de Chantenay (un quartier Nantais). Lui aussi, très emballé par le fait de dessiner sa pochette de disque, aura eu le record du temps passé à dessiner. Il lui aura fallu deux essais et trois après-midis pour finalement se décider, si bien qu’on en a oublié de faire la photo… De fil en aiguille, le courant passe, il finit par nous demander s’il n’y avait pas un bon gros sandwich à se mettre sous la dent avant d’aller au Parc Expo : nous sommes donc partis pour déguster un bon gros scoubidou bien de chez nous.

Les quatre multi-instrumentistes Rennais, révélés lors des 32èmes Trans musicales, ont entrepris la préparation de leur premier album dont la production a été confiée à Tahiti 80. Ils confient le graphisme de leur premier single à l’artiste Mardinoir, connu notamment pour ses collages géants dans plusieurs grandes villes de France. Au delà de la musique, nous avons découvert des passionnés d’art, particuliemert attirés par

l’esthétisme des années 60 comme

l’indique cette pochette on ne peut plus

32

33

psychédelique.


Le multi-instrumentiste au look de savant fou était aux Trans aux côtés d’un monstre du funk, Fred Wesley et de celle d’un clarinettiste qu’on ne présente plus, David Krakauer. Le trio de tête appuyé par la bande de Krakauer (le Klezmer Madness) enflammera le public des Trans à grand coup de beats funky et de solos de clarinettes endiablés. SoCalled, de son côté, est de retour avec un nouvel album «Sleepover » où il apparaît en pyjama, tenue qu’il assume jusque sur scène (vu au festival des tombées de la nuit 2011).

En 2009, les Trans musicales ont été généreuses avec les groupes locaux ! Un Hall 3 enflammé à 3 heures du mat’ par les Wankin’Noodles. Des inter-plateaux blindés qui sentent la sueur animés d’un Mister Eleganz plus élégant que jamais. Et pour finir, la salle de l’Ubu tenue en haleine par Nimh, duo formé des frères Tillaut, accompagnés d’Olivier Bastide (batteur) et de Sylvain Le Roux (clavier).Tous les ans, les artistes rennais se font de plus en plus nombreux, parfait pour la récolte de dédi’arts !

34

35


Tête

d’affiche

lors

des

32ème

Trans

musicales, Stromae a fait salle comble dans la petite salle de Saint-Jacques, l’Aire Libre. Première fois, première mise en scène avant une énorme tournée pendant l’année 2011, Stromae aura réussi à mettre tout le monde d’accord avec un show incroyable. «Dans mon utopie, je rêvais d’un show entre Lady Gaga et les Allemands électroniques de

DJ Morpheus, alias Samy Birnbach, est

Le duo rennais Garbo aura joué la carte de

Prismo Perfect, fort de trois musiciens se

probablement le doyen des artistes des

l’originalité en pratiquant le couper-coller !

forme en 2009 à Brest. Leur musique, est

Trans’.

groupe

Leur dédi’art est en effet la seule qui a été

basée autour de l’énergie et des mélodies,

new-wave, directeur artistique d’un label

découpée. Chapeau les Garbo. Depuis leur

tout en privilégiant le travail à la main. Le

électro, il est l’unique Dj résident des Trans

trans, le duo a cessé mais le groupe ne

trio est adepte du Do It Yourself, il fait tout,

Le sextet de Los Angeles, mené par la chanteuse Chlom Nimol, était aux Transmusicales

musicales. Sa pochette de disque est

disparait pas pour autant, Vincent David,

de l’enregistrement au mixage en passant

pour présenter « Cannibal Courtship », le 4ème album du groupe. En 2011, Dengue Fever

comme la musique qu’il joue : classe et

l’un des deux membres fondateurs, reprend

par les vidéos et les pochettes de disques.

fête ses dix ans de carrière. C’est Senon Gaius Williams, le bassiste du groupe, qui prendra

minimale.

vaillement les rennes du projet. Affaire à

Alors pour eux, rien de plus facile que d’en

suivre...

dessiner une.

Kraftwerk. Au final, grâce à la vidéo, aux jeux de lumière, à la présence d’un claviériste et d’un percussionniste, je pense avoir tenu mon pari». C’est grâce à une toute jeune programmatrice en herbe que l’artiste belge a pu enflammer l’Aire Libre pendant 5 soirs. La fille de Jean-Louis Brossard aura en effet fait découvrir au programmateur le maestro belge !

les pinceaux pour composer cette magnifique dédi’art.

36

37

Ancien

chanteur

d’un


BEST OF

FACE B

Et si on ajoutait un zeste de musique à nos dédi’arts ? On se demande ce que les musiciens se mettent dans les oreilles, on a pensé à une playlist spéciale. Quels sont leurs morceaux favoris pour faire l’amour ? Sur la route ? Pour travailler ? Lorsqu’ils sont tristes ou au contraire quand ils veulent danser ?

Blitz The Abassador a été l’une des nombreuses découvertes musicales des Trans’ 2010. Né et élevé à Accra au Ghana, Blitz s’est forgé une identité musicale bien à lui par une multitude d’influences : du Jazz à la Motown en passant par le Highlife. Producteur, compositeur, percussionniste, vidéaste et lyriciste, il se positionne comme une sorte de leader d’un mouvement musical mélangeant sonorités africaines (Highlife ou Afrobeat) et hip hop à l’ancienne. Sur scène, c’est l’explosion sonore : The Embassy Ensemble, son live band, lui apporte une dimension supplémentaire sur scène. Lorsqu’il commence la création de sa dédi’art, c’est naturellement qu’il dégaine « Stereotype », son album sorti en 2009. Il recompose à la perfection le « ghettoblaster-man » qui arbore la pancarte dégoulinante « Kill the radio »… Le message est clair.

nb : Blitz tourne actuellement à travers la France pour présenter son deuxième album, « Native Son ». Un disque qui mêlera encore davantage les influences, dans une sorte de fusion « Afro-hip-tronic ».

38

39

Stromae

Gablé

Framix

Work

Work

Work

“Pump Up The Jam” by Technotronic

“Slanted and Enchanted” by Pavement

“Dirty Deeds Done Dirt Cheap” by AC/DC

Dance

Dance

Dance

“Hey Hey” by Dennis Ferrer

“Local Hero” by Peter Digital Orchestra

“Off The Wall” by Michael Jackson

Sad

Sad

Sad

“Omara Portuondo” by Mariposita

“Flat with your…” by Sexual Aid Kit

“Requiem” by Mozart

Road

Road

Road

“la marée haute” by Lhasa

Animal Collective vs. V.Chesnutt

“I Saw The Light” by Hank Williams

Sex

Sex

Sex

“Le soleil est près de moi” by Air

Mike Brant…

“St Tropez” by Pink Floyd


LA CARTE BLANCHE DE

Mister Eleganz

Liverpool, Tate Gallery, février 2009, je me tiens devant une toile de Francis Bacon « Reclining Woman ». Je ne peux pas bouger, totalement figé, totalement fasciné par cette œuvre. Syndrome de Stendhal ? Cinq jours durant, je viens voir cette femme allongée sur un canapé marron. Choqué par l’écho provoqué par cette rencontre, celle d’un homme et d’huiles sur toile, il me faut attendre la dernière journée de mon séjour pour surpasser mon angoisse et prendre à mon tour un crayon. Je tente d’exprimer mon ressenti tant par des mots que par un croquis. Sans les quelques « ales » bues auparavant, je n’aurais pu transgresser cette barrière et affronter le dessin. Relisant mes notes prises sur le vif, je redécouvre un squelette de chanson. Qui sait, elle prendra peut-être forme un jour ou l’autre Paris, avril 2010, concert de Success sous le pont Alexandre III. A l’entrée du club le « Showcase », deux files d’attentes : une pour les « jeunes populaires », mouvement lié à l’U.M.P, avec accès privilégié et tout le toutim, de l’autre celle de la « France d’en bas » pour reprendre une de leur expression. Ecoeuré par cette ségrégation, je l’exprime tout d’abord

Funeral Party

Swam Burger (Sollilaquists Of Sound)

Toxic Avenger

Work

Work

Work

“9 to 5” by Dolly Parton

“Smooth Criminal” by Dolly Parton

“Nocturne n°1” by Chopin

d’expectoration de mon dégoût. Trois tableaux sortent.

Dance

Dance

Dance

Depuis ces deux expériences séminales, la peinture est entrée pleinement

“One More Time” by Daft Punk

“Stay” by Sly & The Family Stone

“What is love” by Haddaway

Sad

Sad

Sad

“Goodbye Horses” by Q Lazzarus

“I Never Dreamed You’d Leave In Summer”

“John Wayne Gacy Jr” by Sufjan Stevens

très inélégamment pendant le concert qui se termine par une mystérieuse coupure de courant. Mais surtout, je reviens avec un besoin irrépressible

dans ma vie comme une évidence, par phases, toujours de manière très rapide. Il est rare qu’une toile me prenne plus d’une demi-heure. N’ayant reçu aucun apprentissage technique du dessin, j’explore ma psyché par des couleurs, des matières sous l’influence de l’expressionisme abstrait et de son « Rien n’est accidentel ». Il s’en dégage une violence, un conflit

by Stevie Wonder Road “Dramamine” by Modest Mouse

Road

profond. Le rouge sang domine la palette.

Road “Eye in the sky” by Alan Parson Project

Pour la carte blanche qui m’est ici offerte, j’ai pris le temps de la réflexion

“Makeeba” by Aceyalone Sex “Pardon My Freedom” by !!!

Sex

et de la construction et tenté un autoportrait conscient de mon inconscient.

Sex

Cette notion freudienne est primordiale tant dans les textes que dans

“Rollercoaster” by Whitest boy alive

l’approche de la scène. « Empty Eyes » ou « The Psychoanalyst » sont

“By Your Side” by Sade

fortement imprégnées de mon rapport à la psychanalyse. Ces chansons de Success auraient pu être des toiles. Elles sont en tout cas celles qui

40

41

s’en rapprochent le plus.


Nous remercions tous les artistes pour leur participation, James Eleganz pour sa carte blanche et son implication artistique, Jean-Louis Brossard et Béatrice Macé, toute l’équipe des Trans musicales de Rennes et plus particulièrement Erwann Gouadec et Marine Molard, Cédric Bouchu, Yann Barbotin et Thomas Lagarrigue pour l’intérèt qu’ils ont porté au projet, le Déclik Jeunes de Mordelles, le Crij Bretagne,le dispositif Frij, pour leur soutien nottament Mathilde Elissalde et Maryline Régent,

Merci.

Retrouvez-nous sur www.lesoreillesdejankev.com

Rédaction : Thomas Guezou Graphisme : Thibault Masclet Photos : Thibault Masclet

42

43


44

45

A Bord des TRANSMUSICALES 2005 à 2010  

5 années de Trans par Jankev et son acolyte de toujours M. Paper !

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you