Page 1

N°12 Septembre 2016 A. BRASERO

Vincent Lyn ACTEUR ET EXPERT AMERICAIN

F. WEBER

EN ARTS MARTIAUX

D. BUISAN

M. ROMERO

KNIFE SPK

BOXE BF

KENJUTSU

www.magazineselfdefense.com


Sommaire MAG AJL Septembre 2016 • Page 4 - Pérolas do Guerreiro • Page 6- Vincent LYN - Artiste américain éclectique • Page 12- Clinique des Jardins de Sophia • Page 14- Knife Defense Self Pro Krav • Page 20 - Académie Jacques Levinet Occitanie • Page 22 - Fiches techniques de Kenjutsu sur 5 attaquants • Page 28 - Was Macht Einen Trainer Aus ? • Page 32 - Wolf Extreme Defense avec David BUISAN • Page 36 - Les principes de la Canne Défense • Page 36 - Historique de la Boxe Française au KCM • Page 44 - Academia Jacques Levinet Argentina

Déjà plus de 15.500 lecteurs

Le Rédacteur en Chef Aonnement gratuit

Capitaine Jacques Levinet

2


Les numéros précédents

Édition papier sur demande

Numéros Hors Série

3


44


5


Vincent LYN ARTISTE AMERICAIN AUX MULTIPLES FACETTES

M

artial Artist, actor, stunt performer and musician, Vincent Lyn (Yong Sheng) was born on June 6, 1959 in British Royal Air Force Base in Aden, Yemen. His father is Chinese and his mother British.

Vincent Lyn was an elite model for Levi’s, Valentino, Gucci, Puma, Adidas, and Yves Saint Laurent and from modeling he moved into Asian action films. His first movie Tiger Cage (1988) was directed by internationally acclaimed Yuen Woo Ping. Tiger Cage was a blockbuster hit and he subsequently had roles in two dozen other movies including playing a lead villain who fought action movie superstar Jackie Chan in a climatic battle sequence of Armour of God 2: Operation Condor (1991). By Ric Meyers - an award-winning author, writer, screenwriter, and professor of what is now termed Buyao Shanghai Ziji Kung-Fu.

When Vincent Lyn stepped onto the stage of the Boston Conservatory of Music to receive his degree in

performance and composition, he may have thought he had reached the heights of his college education. When he won the 1983 and 1984 U.S. National Middleweight -- and then the 1985 and 1987 World kickboxing championships, he might have thought he had scaled the heights of the martial arts world. When he composed his first top ten hit for the Hong Kong “Canto-pop” recording industry, he could have felt that he had achieved the apex of that vocation.

Then,

across the island, when he stepped onto the wind tunnel set for the climatic, milestone fight

scene of Jackie Chan’s Armour of God 2: Operation Condor, he knew there were nowhere to go in the Kung Fu film world. From that height, it might seem that there were no more clarion calls to answer in the outside world. But then he discovered worlds within himself and his family. When he stepped up to accept the mantle of carrying on Ling Gar, his family’s form of Kung Fu, he found a life-long legacy to complete. Yet, there was still shadings to his personal, ever changing yin-yang realities. For, while his father’s family developed their Kung Fu, his mother’s side pursued musical prodigy goals.

So, when model, actor, teacher, pianist, and composer Vincent Lyn stepped on to the stage of Carnegie Hall, one of the most prestigious concert venues in the world, to perform a concert before a sold out

crowd, surely he felt that he had reached the top of all the challenging heights life, and the world, had to offer. “No,” he says. “It wasn’t until I looked into the eyes of an African child I had helped free from modern day slavery that I realized how far I had come … and how far I still have to go.”

As Vincent Lyn prepares for his first concert on the beautiful Zankel stage of Carnegie Hall, he’s doing

it for philanthropist James Kofi Annan’s “Challenging Heights” foundation – an organization that pursues freedom, education, protection, and advocacy for children from slavery in Ghana.

6


CHALLENGING HEIGHTS ACTEUR - MUSICIEN - ECRIVAIN - ARTISTE MARTIAL

Avec l’acteur Jackie CHAN

All my life I have faced challenging heights,” Lyn says. “But until I met James, and these children,

I didn’t realize what all my accomplishments were leading to.”

I

t’s little wonder that Lyn identifies with the struggles of children. Neither his doctors nor his parents expected him to survive until adolescence. “My father was stationed in Yemen, Saudi Arabia, when I was born,” he explains. “My parents married in England at a time when interracial marriages were almost unheard of … especially for an English woman who had been a musical prodigy on BBC television, marrying a Hakka Chinese engineer who knew sewing machines the way she knew pianos!”

V

incent’s father was in the military when the future multi-hyphenate was born a sickly child, nearly crippled with asthma.

M

y father said that the doctors saw no hope for me, and gave my parents the option to let me die in England,” he relates. “But as soon as I got out of the desert, my illnesses completely cleared up!” But then the bullying started in school, targeted at a still frail young half-caste – to whom English school bullies could be particularly venal. Thankfully the Lyn family’s Kung Fu was in Vincent’s blood. “It’s funny,” he remembers. “My uncles were also like a Kung Fu yin-yang. Uncle Geek-yong was a killer, while uncle Sung-gho was a healer. I remember, as a kid, seeing my peaceful uncle Abak practicing Tai Chi in the back yard, and thinking ‘forget it. That doesn’t look like Bruce Lee!’”

L

ike so many young men and women, Vincent rebelled against his family teachingsto pursue his own dreams and idols. That led to the kickboxing championships throughout the 1980’s, and another revelation.

“There was a certain satisfaction to trophies and metals and sparring,” Lyn muses. “But I realized that I also wanted to be like Bruce in another way. I wanted to be up there on the movie screen.”

S

o, just like his idol, Lyn moved from America to Asia, where the tall, fit, intense, talented young man found himself doing runway and print ad modeling, as well as commercials. But it was also the “golden age of Hong Kong action cinema,” so some of the greatest directors came knocking. Corey Yuen Kwai cast him as a fighting thug in Blonde Fury, Frankie Chan cast him as a cool killer in Outlaw Brothers, Jamie Luk Kim-ming cast him in the cult classic Robotrix, and the venerated movie legend Yuen Wo-ping cast him as the main villain in his breakthrough comeback film, Tiger Cage.

7


Avec l’acteur Jet LI

Avec Jacques Levinet

There seemed nowhere else to go, but then writer, director, producer, choreographer, star, and international cinema icon Jackie Chan came calling for one of his favorite, and best, action sequences – a sequence in which Vincent gained the entire crew’s respect … by breaking his skull, then refusing to go to the hospital. “Hong Kong cinema is another world!” Lyn laughs. “Since we were supposed to be buffeted by two gigantic fans, the special effects crew hung us by wires and hurled us around. The back of my skull hit one of the walls. They tell me it sounded like a gunshot. They finally got me down and Jackie asks if I’m all right. I open my mouth to reassure him ... and the next thing I know I’m looking up at him -- flat on my back on the set floor. I had been unconscious for half an hour. ‘Take a rest,’ Jackie told me. ‘We’ll try it again in fifteen minutes.’” Lyn recuperated as Operation Condor became an international success. But, even though he was at the challenging height of that business, there was something more important he had to do. His mother had been diagnosed with lupus, a chronic, inflammatory, autoimmune disease, and Vincent rushed back to America to help take care of her. “Just as they had for me,” Lyn remembers, “the doctors gave her little to no hope. They said she only had months to live. It was how we reacted that made the difference, and opened up a whole new world of Kung Fu to me.” The Lyns responded with Eastern internal medicine, including acupuncture. Vincent’s work with the greats of Kung Fu cinema, as well as his own family lineage, prepared him for the next step in his scaling the challenging heights. “Everything my father, uncle, and grandfather had shown me came together,” he elaborates, “and it was like I had been practicing all my life. At the age of seventy, my uncle Sung-go was diagnosed with a brain tumor. It was the size of a golf ball, protruding out of his head. They also gave him about six months to live. But he had been studying Tai Chi and Qi Gong since he was a boy. He went back about nine months later, and they couldn’t believe that the tumor had all but disappeared. He lived until he was eighty-eight.” Vincent’s mother, too, survived way past the doctor’s estimates, and attended all of his Carnegie Hall concerts decades later. But before Vincent reached that vaunted theater, Lyn knew what he had to do: teach his family style to others.

8


CHALLENGING HEIGHTS ACTEUR - MUSICIEN - ECRIVAIN - ARTISTE MARTIAL

“As I thought about the future, I realized I am the last teacher of Ling Gar that we know of in the world,” Vincent declares. “My family’s style of Chinese Martial Arts dates back to 1368. It has never been taught outside the family. It was time.” One of the results of Lyn’s decision was the book, Kung Fu in the Real World: The Ling Gar Legacy, published in 2009. “I have realized that without the internal practice martial arts are extremely limited, “Vincent explains. “It makes me appreciate all the more the high skill my Uncle Abak had. He was light years ahead of me and, I am humbled to say, compared to him I’m still a beginner. I only wish I had paid more attention to him as a boy. Yet, better late than never. Because of his paramount skill in the internal arts and healing powers of Chinese Medicine, I knew I was destined to follow in his footsteps.” In the years since the book, those footsteps led Lyn to one triumph after another. Ten times inducted into international martial arts halls of fame. Appearances in more than two hundred publications around the world. Bringing home a Gold Medal from the Martial Arts Olympics. A concert performance in Russia in front of twenty thousand people. Several best-selling jazz fusion albums. Multiple Grammy Award nominations. And, of course, sold out concerts at Carnegie Hall. But that was not all. Throughout his climb, Lyn wanted to give more than just music and acting. In 2003, he founded the Pro-Force Security Corporation to help protect people as an expert in threat assessment and defensive tactics -- becoming a licensed private investigator, certified police instructor, and air marshal trainer. It was through this other, yang, side of his work that he met James Kofi Annan. “This man,” Lyn maintains. “This remarkable man, who escaped after ten years of slavery in Ghana, went on to become a hugely successful banker, but he resigned from that business to create ‘Challenging Heights’ – an organization that rescues children. As soon as I met him, and he showed me what he was doing, I knew I had to help.” Dedicating his latest Carnegie Hall concert to Annan and Challenging Heights is only the beginning as far as Vincent Lyn is concerned. “Have I come full circle, trying to help people the way I was helped and the way James does?” he asks. “No. Just as the yin-yang symbol never goes full circle, I, too, will just keep climbing, growing exponentially as a martial artist, musician, and human being -- accepting that internal and external health is attained and maintained by a combination of mind, body, and spirit.

“Join me, and James,” he concludes. “Come help.”

9


V I N C E N T L Y N

10


11


UNIQUE CENTRE DE FORMATION EN FRANCE FORMATION INSTRUCTEUR SPECIALISE DE CANNE DEFENSE THERAPEUTIQUE

TROPHEE COUP DE COEUR 2015 HOSPITALISATION PRIVEE

12


CANNE DEFENSE THERAPEUTIQUE MAISONS DE RETRAITE CLINIQUES SPECIALISEES - EPADH

INITIATIVE SALUEE DANS LES PLUS GRANDS MEDIAS NATIONAUX

13


SELF PRO KRAV Le Capitaine Jacques Levinet est le fondateur de plusieurs méthodes, avec vidéos à l’appui, de techniques de self défense pour les civils (SPK, Canne Défense CDJL, Bâton Défense BDJL) et de techniques d’intervention pour les professionnels (Real Operational System), adoptées déjà par de nombreuses représentations françaises et étrangères affiliées à l’Académie Jacques Levinet. L’expert français nous livre sa réflexion très concrète sur la défense contre couteau qui fait suite à son DVD sur la matière intitulé « KNIFE DEFENSE SPK » ou « Défense SPK contre couteau ». MAG AJL : Jacques, tes motivations pour t’intéresser de plus près à la défense contre couteau ? JL: S’il est un domaine sensible en matière de self défense,

c’est bien celui des armes blanches car chacun en la matière prétend détenir la vérité en fonction de telle ou telle méthode bien plus efficace que telle autre. Or aucune méthode n’utilise un couteau réel à l’entraînement à l’instar du bâton ou de la batte. La différence essentielle est que le couteau ou ses dérivés sont des armes blanches tranchantes et perforantes et que toutes les techniques de défense y sont dangereuses. Le réalisme s’impose donc plus que toute surenchère. Mon but n’était donc pas d’entrer dans une polémique stérile mais tout simplement d’apporter une modeste pierre à l’édifice au vu de ma triple expérience de professionnel, de sportif et de formateur des forces de l’ordre. Autrement dit une réflexion et non pas une solution miracle.

MAG AJL : Quelle a été ton angle de réflexion pour aborder ce sujet ? J.L : Celui de la méthode anti agression que j’ai mise au point, à savoir le SPK ou Self Pro Krav. Trois mots pour désigner une self défense (pour Self) à base des techniques professionnelles à mains nues du ROS (pour Pro) dans un esprit combatif (pour Krav). Le SPK repose sur quatre mots clés qui sont l’instinct de survie, le réflexe conditionné, la technicité opérationnelle et enfin la légitime défense.

Autrement dit le SPK est la volonté de survivre par le développement de techniques opérationnelles réflexives dans le respect de la légitime défense. Le SPK a cette faculté de n’être jamais figé et d’être en constante évolution due au doute qui s’instaure parfois en cas d’agression réaliste. C’est la seule façon d’évoluer l’entraînement. La

et de prouver, autrement qu’en paroles, ce que l’on fait voir à preuve par le feutre, employé lors des exercices en salle, nous

met déjà la réalité en face. Heureusement nous avons la chance à l’Académie d’avoir de nombreux professionnels policiers, gendarmes ou militaires qui nous donnent beaucoup d’informations sur la mise en pratique réelle du SPK.

14


DEFENSE DUR COUTEAU MAG AJL : En quoi consiste le premier angle d’approche du SPK face à un couteau ? J.L : Tout simplement par la fuite car l’humilité est de mise face à un objet tranchant voire perforant, et non contondant comme le bâton, ce qui rend certaines défenses très dangereuses voire impossibles à réaliser. La rue n’est pas un plateau de cinéma avec la possibilité de faire plusieurs prises de vues. On a droit sur le trottoir qu’à une seule « cartouche » et il est préférable de ne pas la gaspiller. Et méfions nous des solutions miracles qui ne marchent qu’au cinéma avec l’utilisation d’objets environnementaux tels que chaises, bouteilles, verres, magazines et j’en passe et des meilleures. Le stress bien présent nous empêche de penser à tête reposée et mieux vaux se fier à son instinct réflexif que l’on peaufinera par des mises en situations à l’entraînement. Le postulat de base à ne pas oublier est que 8 fois sur 10 la victime n’a rien vu venir et que pour les 2 fois restantes l’agressé est bien en peine de décrire les différentes phases de l’agression. Cela est du surtout au fait qu’un coup de couteau n’a souvent que peu d’armé car la lame est tranchante ou perforante contrairement au bâton ou à la batte qui a besoin d’une force d’inertie. De là à dire que nous n’avons que 2 chances de nous en sortir face à un couteau n’est pas forcément irréaliste. Une évidence est de considérer que même superbement entraîné, il y a une part de chance dans la rue qui nous échappe et que nulle attaque ne peut être parée à 100% mais à 60% environ avec un entraînement régulier et en étant chanceux. Plus nous nous entraînons et plus nous augmentons ce pourcentage sans jamais être sûr de rien. La modestie s’impose car la vie en vaut la peine. On comprend alors aisément que la fuite, n’en déplaise à son ego et à son niveau de compétence dans les sports de combats, demeure la première solution envisageable face à l’arme blanche. Ceci est parfois impossible, raison pour laquelle cette vidéo a été conçue comme suite logique de celles sur les clés opérationnelles ou « OPERATIONAL LOCKS ».

MAG AJL : Quel est donc le champ d’action du SPK quand la fuite n’est pas possible ? J.L : Il existe en gros deux profils d’agresseurs avec couteau, les professionnels de la lame et les novices. Les deux montrent la même motivation et une dangerosité similaire. Soyons toutefois au moins honnête à défaut d’être modeste. Dans le premier cas, c’est-à-dire face à un assaillant expert dans le maniement du couteau, il n’y a pas grand chose à faire, comme par exemple sur une menace avec saisie du type « Etranglement commando en tenue inversée de lame sous la gorge » ou « manipulations proches à l’indonésienne ». Seule la négociation verbale a quelques chances de relâcher la pression de l’agresseur pour permettre à la victime de retrouver une situation d’agression moins extrême et plus propice à une réaction. Le champ d’action du SPK se borne donc essentiellement au second cas, c’est-à-dire face à une personne plus novice mais pas moins dangereuse, cas heureusement le plus fréquent. Par exemple un agresseur qui se saisit d’un couteau sous l’effet de la colère ou de la vengeance pour frapper à répétition dans une folie meurtrière et sans discernerment ni calcul.

15


SELF PRO KRAV MAG AJL : Peux-tu nous expliquer plus précisément cette gestion en amont de l’agression? J.L : La méthode du SPK classifie essentiellement deux genres d’attaque, à savoir les agressions anticipées et les agressions inattendues. De cette répartition dépend notre mode opératoire qui est d’ailleurs le même, pour simplifier la méthode, en cas d’agressions avec objet contondants, à mains nues ou au sol. Mais simplicité ne veut pas dire simpliste.

Dans le premier cas, on voit venir l’attaque et on adapte une technicité apprise en cours sollicitant le réflexe conditionné. Par exemple sur une attaque frontale pic à glace, cela se traduit non seulement par une parade riposte dans un même et premier temps mais surtout dans un second et même temps par un enroulement du bras armé avec une autre riposte et un désarmement par percussion. Cette façon d’opérer est un postulat de base au SPK et prévaut également face aux agressions de type bâton ou batte. Cela évite la répétition du coup du couteau et sécurise le désarmement puisque même si le couteau est proche du corps il n’a aucune force de pénétration du fait du blocage verrouillé du bras armé contre soi. Il est rare en effet, à moins d’être en démonstration, que l’agresseur se contente d’un seul coup de couteau, surtout si son action est bloquée et il est loin d’être sûr qu’une seule riposte suffise pour le mettre hors d’état de nuire. Cela est le cas pour les individus drogués ou habitués aux coups. Dans le second cas, on ne voit venir l’attaque qu’au dernier moment et on sollicite alors l’inné c’est-à-dire le réflexe de survie par une technicité développée en cours afin d’obtenir la protection maximale du corps. On retrouve d’ailleurs ce réflexe inné chez l’enfant qui se protège instinctivement d’une gifle. Prenons un exemple. Vous êtes accoudé de profil au comptoir d’un bar et un individu vociférant vous agresse par surprise par un coup de couteau latéral. Vous ne pouvez pas savoir, à moins d’être devin, si son attaque meurtrière arrivera à la gorge ou aux flancs Comment choisir alors, et s’il vous en laisse le temps, une parade haute ou basse . Nous avons résolu le problème au SPK en utilisant une technique de protection totale du corps, issue de l’instinct de survie, qui nous permet d’enchaîner très vite par un verrouillage du bras armé , une riposte et un désarmement pratiquement dans le même temps. Nous ne pouvons pas penser pour l’agresseur et lui donner une intention d’attaque à notre souhait, du fait de vouloir lui imposer notre technicité apprise à l’entraînement. C’est ce qui fait la différence entre la rue et le tatami, entre la démonstration et la réalité. La seule chose que nous puissions développer est la vitesse de réaction face à une agression, soit en l’anticipant avec un réflexe conditionné et actif soit en la subissant avec un réflexe de survie et passif pour une protection totale.

16


DEFENSE DUR COUTEAU MAG AJL : Comment gérer maintenant l’agression en aval ? J.L : Se défendre n’est pas seulement une histoire d’apprentissage de techniques mais plutôt une prise de conscience environnementale à 360° de ce que l’on peut faire et surtout de ce qu’il est impossible de faire. Cela se traduit, comme il est expliqué et démontré dans le DVD « KNIFE DEFENSE SPK », par ce qui est possible et ce qui est impossible. Impossible • Déterminer un niveau d’attaque : Car l’agresseur est toujours libre de son choix et n’est ni un cobaye ni en démonstration. • Déterminer une vitesse d’attaque : Car la motivation de l’agresseur amplifie sa rapidité d’attaque. • Penser pour l’agresseur : Qui ne connaît même pas à l’avance la trajectoire de son geste meurtrier. Il est donc présomptueux de le faire à sa place • Saisir un bras armé : Car une attaque bloquée est répétée instinctivement d’où l’impossibilité et le danger de toute saisie même après une riposte aléatoire. • Désarmer sur un combat au couteau : Le porteur de la lame très mobile et l’arme toujours en mouvement empêche de saisir le bras armé et éventuellement l’enrouler pour le désarmer dans un premier temps. S’approcher de l’individu est suicidaire. • Désarmer par une clé : Car trop dangereux dans certains cas (griffe, push dagger, carte affûtée, double lame etc.…). La clé ne doit constituer qu’une finalité, une fois le désarmement effectué, et non une priorité comme moyen de désarmer. • Une menace sans saisie : Car l’agresseur maintient toujours sa victime (col, nuque, cheveux etc.) pour assurer sa menace et impressionner. Possible • Pressentir un angle d’attaque anticipée : L’armé du bras et la tenue du couteau permettent de deviner (sans être formel) la façon d’attaquer (circulaire, revers, orientale, pic à glace, rasoir etc.….) • Combattre à mains nues : Sur certaines attaques comme les piqués, notre seule solution est de combattre en parant avec les faces externes et en ripostant avec des low kics pour garder toujours une distance de sécurité avec l’agresseur. • Enrouler le bras armé : Cette technique spécifique du SPK est rapide et facile mais elle évite surtout la répétition des coups et sécurise le doublé riposte et désarmement. La seule réserve sera les attaques piquées, du fait du va et vient de la lame, où le combat s’impose, l’enroulement et le désarmement intervenant dès que l’agresseur est amoindri. • Désarmer par percussion : Techniques SPK d’atémis de coude, de genou, de poing et autres surfaces dures sur les articulations. La percussion évite toute saisie et clé hasardeuses ainsi que toute mauvaise surprise (la lame ou la seringue ou le rasoir sont porteurs potentiels de virus) • Se saisir de tout objet de protection : Profiter de la situation environnementale du lieu de l’agression pour saisir tout objet de défense par destination (bouteille, chaise, parapluie, magazine, chaussure, ceinturon, casquette, vêtement, etc.) ou toute utilisation personnelle (crachat, morsure etc.) pouvant servir soit à détourner l’attention, soit à se défendre de façon improvisée.

17


SELF PRO KRAV MAG AJL : Comment ce mode opératoire SPK, face à une menace ou une attaque de couteau, se traduit il à l’entraînement Sur les menaces • Fixer la menace : A l’inverse d’une menace mains nues il faut parler à l’agresseur pour abaisser son seuil de vigilance, sa pulsion et le forcer à répondre car la parole inhibe le geste. • Simuler la douleur : L’agresseur a besoin de sentir qu’il est le plus fort et il n’y a aucune fausse honte à lui faire croire. • Simuler la peur : Extérioriser sa peur pour renforcer l’assurance psychologique de l’agresseur et détourner son attention. • Positionner les membres supérieurs : Mettre les bras à la hauteur de la menace pour raccourcir la parade de la défense et en augmenter la vitesse. • Positionner les membres inférieurs : Orienter ses pieds dans le sens du déplacement pour gagner un temps de déplacement dans la défense tout en libérant le déplacement de la hanche. • Tactique psychologique : Par exemple sur les menaces de dos, se coller à la lame et regarder par dessus l’épaule pour attirer l’attention de l’agresseur et vérifier l’existence et la tenue du couteau. Le but étant de donner de focaliser l’attention de l’agresseur du mauvais côté puisque le déplacement de la défense se fera dans le sens opposé.

Sur les attaques • Simultanéité blocage riposte : Un excellent moyen mnémotechnique est de compter un dans sa tête pour réagir instantanément comme si on prenait un coup de « jus ». • Développer le réflexe : Par des exercices à l’entraînement comme par exemple rattraper un bâton tenu horizontalement par un partenaire et qui le lâche à sa guise ou des exercices de désorientation au sol ou les yeux bandés. • Multiplier les ripostes : Pour éviter toute mauvaise surprise en cas d’agresseur drogué par exemple. • Désarmer debout : Pour éviter toute chute inopinée ou intentionnelle avec l’agresseur armé. • Préférez la fuite à la clé : Surtout si l’on n’est pas un professionnel mais ne pas oublier de récupérer le couteau. • Désarmer par percussion articulaire : Accessible aisément par tous (femmes, enfants) et évite la complexité d’une clé hasardeuse. • Se servir de l’agresseur en bouclier : Si l’on est face à plusieurs individus. D’où l’intérêt de la connaissance des « OPERATIONAL LOCKS », vidéo déjà évoquée. La liste des exercices d’entraînement du SPK est encore longue !!!

18


DEFENSE DUR COUTEAU Sur une attaque couteau revers à l’orientale ou en slash, double parade essuie-glace, enroulement du bras armé et crochetage des yeux, mise au sol et désarmement par armlock. Technique Self Pro Krav pour ceintures avancées.

Bien d’autres choses pourraient être évoquées sur le sujet du couteau comme de penser dans la réalité aux armes blanches par destination (fourchette – ouvre lettres – stylo – ciseaux – tournevis – stylo – hache - etc.…) et à l’entraînement aux vociférations et injures de l’attaquant. Ma seule prétention dans cette réflexion sur le couteau est de sensibiliser civils et professionnels sur le danger des schémas stéréotypés d’attaques ou de menaces et de se méfier des méthodes invincibles. Nombreux sont ceux qui, pour les avoir essayé en situation réelle, ne sont plus là pour en parler.

19


20


OCCITANIE

21


ECOLE HARAGEI - MAITRE FRANCIS DE HEBLES

22


TECHNIQUES DE KENJUTSU CONTRE 5 ATTAQUANTS

23


ECOLE HARAGEI - MAITRE FRANCIS DE HEBLES

Application avec 5 attaquants des KATA 1 et 2 de Kenjutsu

24


TECHNIQUES DE KENJUTSU CONTRE 5 ATTAQUANTS Relier le KATA 1 du numéro de juin au KATA 2 du numéro de juillet. Les attaques doivent être portées en même temps. Déplacéz-vous pour qu’elles arrribent l’une après l’autre. Bonne pratique et à bientôt

25


26


Partenaire AJL

27


Was macht einen guten Trainer Ansichten und Gedanken zu einem kontroversen Thema

Karate in diesen Tagen bringt sicher gute Karateka hervor, aber nur wenige sind meiner Meinung nach gute Lehrer.

Anfänger, fortgeschrittene Kyugrade, ja selbst Dangrade, wissen nicht von guten, mittelmäßigen und schlechten Trainern zu unterscheiden.

Unsere Sportmentalität, vermittelt uns den Eindruck, dass die

Karateka die guten Lehrer sind die Turniere gewinnen und/oder unter den bekanntesten Senseis trainieren.zu finden sind! Was stimmt? Meiner Meinung nach ist keine dieser Thesen korrekt. Was sind die Voraussetzungen die einen guten Trainer ausmachen? Was zeichnet ihn aus? Gibt es Eigenschaften die sie von diesen Turniersiegern und in ihrer Gruppe, als Danträger, abheben? Definitiv JA !!!

Aus meiner langjährigen Erfahrung und Teilnahme an

verschiedenen Sminaren ( Gobal ), habe ich einige Merkmale gefunden, die meines Erachtens als unverkennbar sind.

28


Kyoshi Frank WEBER Akademie Jacques Levinet Deutschland International Ryukyukai Karate-Do Fangen wir mit den Eigenschaften an:

E

igenschaftewn sind die Merkmale die eine Person definieren.

B escheidenheit: gekennzeichnet durch Sanftmut oder entsprechendes Verhalten. Haltung oder der Geist. Nicht arrogant und hochmütig.

E

r sollte Mentor für junge Kyugrade ja sogar Meistergrade sein. Personenmensch, freundlich warmherzig:

S

chüler sind Menschen - er sollte in der Lage sein zu kommunizieren und zugänglich für die Belange der Trainierenden.

I

ch habe Seminare erlebt in denen der Kontakt zu den Instruktoren räumlich begrenzt waren. Blieben die «Meister» doch unter sich.

D ie Schüler kommen zu den Seminaren (Lehrgängen) um zu Lernen. Viele haben vielleicht lange Wege hinter sich. Und da ist es die Pflicht jedes Lehrers, ihm zu zeigen das er willkommen ist.

K arate Training ist eine Atmosphäre wo konstant Interaktion erforderlich ist.

29


Was macht einen guten Trainer aus? Art: Sympathie und Verständnis

Ein freundliches Wort. Aussagekräftige Rückmeldungen an den Schüler über die Techniken zum Verständnis. Wir sollten uns an die Anfangszeiten unseren Trainings erinnern. Selbst wir standen mit fragenden Augen und wollten erfahren was die Meister können.und wissen. Achtung:

Bereitschaft zur Gegenleistung oder Anerkennung zu zeigen. Einige der Studenten, die Trainngsseminare besuchen,

sind auch Lehrer ( Trainer ), nicht jeder kann gut sein, wie evtl. Andere. Einige sind ebenfalls erfahrene Ausbilder. Man sollte allen den nötigen Respekt erweisen. Ich kenne Lehrer, die sich den Lehren der großen `Meister`anchließen, talentierte Personen, aber nicht ihren Weg gehen, weil sie ihre Lehren in Frage stellen ode nicht verstehen. Karate - Training ist keine Einbahnstraße, s ist kontinuierliche Interaktion, die das Ziel hat, das Wissen über die Kunst zu fördern. Eigenschaften eines guten Lehrers: Definiert als ein Merkmal, dass eine Person zu unterscheiden hilft. Überlegenheit des Geistes

Ein wesentlicher Aspekt, den jeder Lehrer haben sollte, ist ihr

Grad ode Grad der Exzellenz in der Kunst, die unterrichtet wird.

Die Erkenntnis aus jahrelanger Ausbildung/Fortbildung um herauszufinden, was funktioniert und was ist unersetzlich. Trainer sollten ihre Schüler nicht nur einfach durch die Halle treiben, hoch und runter. Zählen ichi, ni, san.....etc.

Trainer müßten in der Lage sein, im Detail zu erklären worum es geht in der Technik, in der Sequenz. Das `WIE` und `WARUM`den Schülern nahe bringen. Die positiven und negativen Seiten aufzeigen um Klarheit zu bringen. Anschaubar erklären und nicht in klomplexe Terminilogien verfallen.

Diese Art des Unterrichts wird zweifelsohne den größten Effekt beim Erlernen bringen. 30


Kyoshi Frank WEBER

Hingabe: Selbstlose Hingabe ( Liebe zur Kunst ) Integrität

E

s gibt nichts Schlimmeres als einen Instruktor der unsportlich und im ungepflegten Dogi in der Halle steht. Lehrer sollten auch Engagement haben selber zu Trainieren und von anderen Lehrern zu Lernen. Einen schwarzen Gürtel zu tragen reicht eben nicht ! Innovative Lehrmittel:

W ie oft, haben wir sehr fachkundige Lehrer, ihr Training immer in der selben langweiligen Art und Weise, geben sehen? Muss Karate - Training überhaupt langweilig sein? Ich denke nicht, es kann durchaus Spaß machen!

D as Vergangene zu lernen ist ebenso wichtig wie das Neue, um sich weiter zu entwickeln. Trainer sollten eigene Wege und Hin-

terfragungen anstellen oder gehen. Dafür benötigt man keine besondere Voraussetzung, das Interesse an dem zu Lernenden sollte Ausschlag genug geben. Kreativität im Training weckt das Interesse der Studierenden mehr zu Lernen. Betrachtungsvielfalt / Veränderung:

E

s ist einfach Thesen von anderen Großmeistern und Lehrern nach zu reden. Jedoch sollte ein guter Lehrer auch eigene Betrachtungen und Erfahrungen brücksichtigen. Man sollte Kritik positiv aufnehmen und gegenüberstehen. Karate ist keine Einbahnstraße, sondern ein ewiger Prozess des Entwickelns.

D ies ist sicher ein kontroverses Thema, aber meiner Ansicht erst recht ein Grund darübr zu reden. Entwicklungen bilden sich aus Meinungen und machen die Essenz einer Kampfkunst interessant und wertschätzig.

K ommentare und Meinungen nehme ich gerne entgegen. Desweiteren würde ich mich freuen wenn mehr MA sich eine Plattform schaffen sich auszutauschen. Nur so können und werden wir unsere Künste für die Zukunft erhalten.

Mit seinen Traditionen und Errungenschaften.

31


WOLF EXTREME DEFENSE WOLF EXTREME DEFENSE es un sistema de defensa personal desarrollado por el Maestro David Buisan LLop, en el que se busca, el responder eficazmente ante una situación de amenaza o una agresión. Es un sistema que nace de la larga experiencia en artes marciales, deportes de contacto y del mundo de la seguridad.

LUMBARES HACIA ATRAS Y GUARDIA ENSEÑANDO DORSOA DE LA MANO AL OPONENTE

YAMATSUKI

Maestro David Buisan LLop es Director Tecnico Nacional ACADEMIA JACQUES LEVINET ESPANA Cinturon negro 1er Dan Self Pro Krav Cinturon Negro 1er Dan ROS

EN DEFENSA MANO IZQDA MARTILLEA Y PUÑO DCHO GOLPEA AL ROSTRO..IMPORTANTE MANTENIENDO LA POSICION DE LUMBARES HACIA ATRAS

MARTILLEO CON MANO DCHA POR

32

SI NO HA DESARMADO


FUNDADOR David BUISAN LLOP

SEGUN LA DISTANCIA GOLPEARE RODILLAZO AL ABDOMEN....O TIBIA AL ABDOMEN....

Tecnica realizada por

33

Cesar Hernandez y David Buisan


SEMINARIO INTERNACIONAL SELF PRO KRAV SABADO 24 SEPTIEMBRE 2016 - ZARAGOZA DOMINGO 25 SEPTIEMBRE - MONASTERIO DE PIEDRA

ESPANA

CN. 10e Dan MAESTRO JACQUES LEVINET

INFORMACIONES David BUISAN LLOP Director Tecnico Nacional ACADEMIA JACQUES LEVINET ESPANA

dbuisanwolf@gmail.com +34. 645.816.994

www.selfprokrav.com


LES PRINCIPES DE LA CANNE DEFENSE

1 – DENOMINATEUR COMMUN

2 - APPRENTISSAGE SPECIFIQUE

36


MASTER JACQUES LEVINET - FONDATEUR 3 - LA SECURITE

7 – LA LEGITIME DEFENSE

4 - LE REALISME

5 - LA FUITE

6 - LA PEUR

37


FICHE TECHNIQUE CANNE DEFENSE

Fiche s réalisées par le Capitaine Jacques Levinet et Kevin Babeau

38


ATTAQUE DE BATTE

Photos Edith Levinet

39


E

lle était orpheline depuis de longues années. « Elle », la Boxe Française… Cherchant un tuteur, elle frappa à plusieurs portes mais sans succès. Puis elle s’en alla, du côté de la rue Lecuirot, voir si – par hasard – la Fédération Française de Judo ne voudrait pas l’accueillir en son giron.

Disposant du sigle FFJDA, signifiant Fédération Fran-

çaise de Judo et Disciplines Associées, les dirigeants du judo se firent un plaisir d’adopter cette boxe française, qui ne savait plus où se blottir. Et ils ne s’en plaignirent pas.

L’art de la savate On a coutume de parler de noble art en ce qui concerne la boxe anglaise. La

française – pourtant aussi noble – se contente d’escrime des poings et des pieds.

La boxe française est très spectaculaire et exige de ses pratiquants une tech-

nique de premier ordre. Ajoutez à cela beaucoup de souplesse, de la force, une rapidité d’exécution au-dessus de la moyenne et quelques « onces » de courtoisie.

C

’est sans doute le seul sport authentiquement français. Il vit le jour aux alentours de 1820 à Marseille, où un certain Michel, baptisé « Pisseux » mit « au point » les coups de pied utilisés par les « truands » marseillais. Il en tira une théorie qu’il appela « l’art de la savate ».

En 1850, et durant un demi-siècle, la boxe française devint très populaire bien

que pratiquée surtout par les « gentlemen ». A la « belle époque », il y eut plus de 100.000 pratiquants !

Les salles parisiennes (Charlemont, Castérrès, Mainguet, Bayle, les frères Le-

clerc) refusaient du monde et leurs consœurs de province suivaient ce mouvement qui semblait irréversible. L’art de la canne connut, à cette même période, un engouement considérable. Photo de Joseph CHARLEMONT qui a codifié chacun des mouvements de la boxe française et fut un des précurseurs de la discipline

40


Pieds et poings C

omme toutes les modes, celle de la boxe française, disparut. Mais certains fanatiques ne voulurent pas admettre qu’il s’agissait d’une mode, et ils avaient raison. La boxe française est un sport à part entière et ils s’acharnèrent à le remettre au goût du jour. Leurs efforts étaient constants et cette poignée d’inconditionnels avait juré qu’elle réussirait.

L

e jeune Comité National de Boxe Française avait la chance d’avoir un président d’honneur tel que le comte Pierre Barusy, qui fut onze fois champion de France. Ce distingué « vieux monsieur », qui ne négligeait pas de porter cape et monocle, possédait encore une telle science et un tel punch que les jeunes adeptes de la spécialité n’étaient pas rassurés avant de le rencontrer « mano à mano », avec les pieds comme complément.

L

e CNBF avait aussi la chance d’avoir à sa tête un président compétent dynamique, M. Alliot, et une formidable équipe de jeunes dirigeants comme Bernard Plasait et Marc Kunstlé (secrétaire général et secrétaire général adjoint du CNBF).

T

outes ces personnalités de la boxe française croyaient en son étoile : elle est un sport de combat, donc une arme efficace. L’échange des coups est un continuel dialogue intelligent et loyal, en effet, car lorsqu’un coup a porté, les adversaires se saluent avant de continuer leur assaut, jusqu’à ce que le meilleur gagne.

E

n boxe française, il existait deux sortes d’affrontement : l’assaut qui demeure toujours courtois (les dames doivent s’en contenter) et le combat proprement dit où il est permis de frapper sur les jambes, le tronc et la tête, à l’exception du bas-ventre et la nuque. Celui-ci est jugé en fonction de la technique, de la combativité et de l’efficacité.

41


Le Karaté Club Montpelliérain et la Boxe Française E

n 1965, les prévôts de la boxe française approchèrent le karatéka Bernard Michel, alors âgé de 24 ans, après sa finale des championnats de France individuel de karaté à Paris (à Coubertin) en raison du potentiel technique et des prouesses combatives et tactiques de ce dernier sur les tatamis.

B

ien que sports ennemis, ente le karaté et la boxe française, des liens se nouèrent au point qu’une section de boxe française vit le jour, pour une des premières fois en province, au sein du mythique club du karaté club montpelliérain (KCM). Bernard Michel excella ensuite à la fois en tant qu’international de l’équipe de France de Karaté et comme gant d’argent de boxe française.

L

e KCM participa ensuite avec brio aux championnats de France de Boxe Française en 1967, 1968 et 1969. Des stages furent organisés, dont certains internationaux, en août 1968 et en 1978 au sein de ce club phare de l’époque dans les arts martiaux et les disciplines de boxe pieds et poing.

Un souvenir parmi tant d’autres remonte à la surface pour Bernard Michel dont la dédicace du livre Bernard Pla-

sait, la méthode de boxe française de Charlemont, célébrissime prévôt. Cet ouvrage de 1911 a une histoire pour Bernard car il avait été découvert par son père, l’universitaire réputé Louis Michel, chez un bouquiniste de Carcassonne. Bernard avait alors 13 ans et ce livre fut son premier Maître car aucun sport de combat n’était alors accessible en pratique dans le Languedoc Roussillon.

C

’est dans ce chassé-croisé de rencontres, de lecture et d’apprentissage de Charlemont en autodidacte, que Bernard Michel devint ce grand combattant en Karaté et en boxe française grâce à sa botte secrète qui était un « Yoko geri jodan » en sursaut, autrement dit un coup de pied latéral sauté.

42


43


ACADEMIA JACQUES LEVINET ARGENTINA

E E

n Argentina la Academia Jacques Levinet, sigue trabajando y creciendo ya con dos Filiales en Misiones y Buenos Aires.

n Mendoza una de las filiales y cede central , trabaja constantemente en la capacitaciĂłn tanto del personal Policial como Civil , capacitando desde hace mas de 15 aĂąos . Siendo de esta manera ser una Academia de vanguardia en la zona.

44


ADEMIR DOMINGUEZ BRASERO - DTN AJL

H

oy por hoy nuestra Academia de Defensa Personal Policial, avalada por la Academia Jacques

Levinet de Francia se ha conformado en un centro

L

os programas de Defensa Personal están garantizados por la ACADEMIA JACQUES LEVINET DE

FRANCIA, QUE COMO SUS REPRESNATNTES EN

de especialización, actualización y capacitación del

ARGENTINA, tratamos de seguir los lineamientos im

personal civil, de seguridad privada y pública.

partidos por nuestro Maestro Jacques Levinet.

E

S

más significativos al momento de interiorizar distin-

señando, re instruyendo a los efectivos policiales

tas fases de lo adquirido mediante la enseñanza.

en un trabajo interdisciplinario junto a los instruc-

l equipo de docentes está integrado por personal altamente capacitado y especializado lo que

permite que el practicante logre aprendizajes mucho

in importar las distancias, se trabaja bajo los mismos paradigmas. Hoy por hoy en el ámbi-

to policial desarrollamos

nuestras actividades, en-

tores tácticos policiales de la Provincia de Mendoza.

L

a enseñanza tiene en cuenta las diferencias de fortaleza física que puedan existir entre el pre-

sunto agresor y la aparente víctima.

L

os cursos de perfeccionamiento a los instructores tácticos son el eslabón importante de esta

gran cadena , la cual permite que ellos puedan y

T

ambién busca incorporar en el practicante un

nosotros mantener un mismo lenguaje y técnicas a

amplio repertorio de opciones y situaciones para

la hora de enseñarlas y practicarlas

que sepan

interpretar los distintos escenarios si-

tuacionales.

D

S

in lugar a dudas seguimos trabajando, seguimos perfeccionándonos, seguimos creciendo.

entro del amplio abanico que ofrece la defensa personal, hay que significar un hecho que me-

rece un estudio muy importante, la DEFENSA PERSONAL FEMENINA.

N

uestra academia

en conjunto a una empresa

LOCAL que apoya nuestro proyecto: HUMANS

WORKING, EMPRESA DEDICADA A LA ASISTENCIA VIP , y trabajando en conjunto con uno de sus socios Sr.: Roberto MANZANEL, hacen que estas activi-

dades se hagan posible de lograr ; instruir y capacitar a mujeres de distintas edad en la autoprotección.

45

EL LEMA DE NUESTRA ACADEMIA ES: TRABAJANDO Y CAPACITANDO DIFERENTE


ACADEMIA JACQUES LEVINET MISIONES

L

os cambios sociales actuales, han producido más violencia en las calles, ósea en la vida cotidiana, aumentando estados de inseguridad, esto nos lleva a tener que prepararnos para protegernos, también a nuestros seres queridos, y si llevamos un uniforme, debemos proteger al próximo, proteger sociedades.

CURSUS PROFESSIONNEL Formation des groupes spéciaux de la gendarmerie Terrorisme international (Université Catholique de Salta Stage international aux addictions Stage basique d’opérations spéciales dans l’Armée Argentine Stage d’assistance médicale en combat (Armée des Etats Unis) Stage de surveillance dans la force aérienne argentine

46


MIGUEL EDUARDO ROMERO - DTR AJL

47


48


49


Le lot DVD + LA CANNE ORIGINALE

70€ frais de port inclus pour la France métropolitaine DVD rare en rupture de stock

MAGAZINE ARTS MARTIAUX SEPTEMBRE 2016  

Magazine d'Arts Martiaux, de Self Défense, de Combat et de Police Training de l'Académie Internationale Jacques Levinet - Numéro 12 - Septem...

Read more
Read more
Similar to
Popular now
Just for you