Issuu on Google+

Portfolio L’Innaceptable Jérôme Lemieux-Bouchard

Atelier Prison ARC 3000 Thomas Balaban Université de Montréal Automne 2012


La suite des choses Rendu final

Work in progress

Rendu intermĂŠdaire

Maquettes 3D

1ere piste conceptuelle

films et lectures

Recherche

Atelier Prison


« Appropriation creates the condition for people to identify with their environment. […] It occurs not only by changing spaces but to set boundaries between different realms. […] Appropriation can be initiated by individuals as well as by groups, and thereby enhance social interaction and well-being. » « High density is correlated with negative emotions, physiological overexcitement and even increases in various illness as well as changes in social relations – such as reduced readiness to help others and increased aggression. » « Studies have confirmed that certain fragrances such as flower scents and lemon fragrances can cause better attention, enhanced well-being, and higher performance.[…] It seems to be better if children have the opportunity to perceive and associate smells in nature. This is in line with the greater importance attributed to the various sensory experiences by open instruction methods.» Rotraut Walden « À ce moment, le Masque Lancaster/Hanover montre son vrai visage : l’architecture comme représentation impossible de l’espace fondamental et primitif de l’’habitat’’, et l’essence de l’architecture comme rien de plus qu’une matrice morte qu’il nous faudra animer nous-mêmes. » Wim van den Bergh

« Premier principe, l’isolement. Isolement du condamné par rapport au monde extérieur, à tout ce qui a motivé l’infraction, aux complicités qui l’ont facilitée. Non seulement la peine doit être individuelle, mais aussi individualisante. […] En outre, la solitude doit être un instrument positif de réforme. Par la réflexion qu’elle suscite, et le remords qui ne peut pas manquer de survenir. » Michel Foucault « L’humilité n’est pas une qualité innée chez les humains ; il est communément considéré qu’elle s’acquiert avec le temps, le vécu et qu’elle va de pair avec une maturité affective ou spirituelle. Elle s’apparente à une prise de conscience de sa condition et de sa place au milieu des autres et de l’univers. Une attitude par laquelle on ne se place pas au-dessus des choses ou des autres et par laquelle on respecte ce dont la providence nous a gratifié. » Le Robert « The new education must teach the individual how to classify and reclassify information, how to evaluate its veracity, how to change categories when necessary, how to move from the concrete to the abstract and back, how to look at problems from a new direction — how to teach himself. Tomorrow’s illiterate will not be the man who can’t read; he will be the man who has not learned how to learn. » Herbert Gerjuoy

Lectures

Des notions qui ont influencés de près ou de loin le résultat du premier au dernier rendu. Des notions qui ont parfois été utilisées comme exemples ou contre-exemples.


« Lorsqu’on s’occupe du futur, […] il est plus important de montrer de l’imagination ou de l’intuition que d’avoir «raison» du tout au tout. Une théorie peut être des plus utiles sans pour autant être «vraie». Même l’erreur sert à quelque chose. » (p.20)

« Et la majorité écrasante des biens matériels dont nous nous servons dans notre vie quotidienne ont vu le jour au cours de la présente génération, la 800e. Celle-ci marque pour l’homme une nette rupture avec toutes les expériences du passé, car c’est elle qui a vu le renversement de son rapport avec les ressources naturelles.»(p.27) « Les «choses» qui nous entourent – depuis le virus le plus minuscule jusqu’aux galaxies les plus immenses – ne sont en réalités jamais des choses, mais bien des processus. »(p.33)

« Soit par exemple la lettre Q pour désigner l’énergie produite par la combustion de 33 millions de tonnes de charbon. Depuis Jésus Christ, la consommation totales d’énergie n’a pas dépassé ½ Q par siècle en moyenne, et ce pendant 18 siècles et demi. Mais en 1850, ce taux est passé à 1Q par siècle. Aujourd’hui, il est environ de 10Q par siècle.» Cela signifie en gros, que la moitié de l’énergie totale consommée par l’homme au cours des deux milles dernières années l’a été pendant les cents ans qui viennent de s’écouler. » (p.36) « Les liens réciproques entre deux interlocuteurs ne mettent en jeu qu’une facette extrêmement limitée du champ d’activité de chacun. […] Tout ce qui nous intéresse chez un marchand de chaussures, c’est de savoir s’il pourra ou non satisfaire nos besoins ; nous nous moquons éperdument de ce que sa femme soit alcoolique.»(p.103)

À Los Angeles, les entreprises de location fournissent des buissons et des arbres aux promoteurs immobiliers qui désirent entourer momentanément des maisons-modèles de verdure. «Les plantes embellissent votre maison. – Louez des plantes vivantes!» proclame un panneau publicitaire sur les flancs de certains camions. (p.74)

Lectures

Avec l’intention originale de camper l’architecture dans le futur, j’ai entrepris quelques lectures allant en ce sens. Tirés du livre de Alvin Toffler intitulé «Le Choc du Futur»


‘’Yesterday, this day’s madness did prepare tomorrows’s silent triumph of despair.’’

Le Moment de Poésie


We’re not productive anymore. Don’t make things anymore. It’s all automated. What are we for then? We’re Consumers, Jim. Buy a lot of stuff, you’re a good Citizen. But if you don’t buy a lot of stuff, what are you then? What? You’re mentally ill.

Le Moment Pragmatique


DEUX À une époque, on se préoccupait de notre environnement comme de notre vieille grand-tante qui habite à Chibougamau. À Noël et au souper de famille, on se contrit de sa solitude et on projette de la rapatrier près de Montréal, histoire de mieux s’en occuper. Par contre, après le congé des Fêtes, l’implacable folie de notre vie quotidien reprend le dessus sur nos bonnes intentions et la vieille grand-tante restera à Chibougamau une autre année, ou jusqu’à temps qu’elle meure, enfin. Certains peuples de la Terre croyaient être le nec plus ultra de l’histoire de La Vie. Le hasard fit que ces peuples réussirent pendant un instant à réellement se sentir plus grands et plus importants que La Vie elle-même. La notion d’humanisme que l’on connait aujourd’hui n’est pas fondamentalement différente de celle de cette époque. La différence se trouve à être la place que cet humanisme avait dans le schéma de La Vie. L’espèce humaine se projetait un schéma de La Vie en pyramide, avec sa propre espèce au sommet. Les autres espèces vivantes, les ressources naturelles : là pour leur bon plaisir. Ces peuples connaissaient ce que l’on appelle aujourd’hui «La Puberté». Bref, pendant des décennies, les peuples se sont littéralement enterrés de déchets de toutes sortes allant des combustibles fossiles, aux combustibles nucléaires en passant par des emballages de May West. Grâce à l’essor des technologies de cette époque, ils ont crus pouvoir enrayer les problèmes grandissants liés à la destruc-

1ere piste conceptuelle

tion accélérée de leur environnement. Plusieurs individus ont eu des idées acceptables. Aucunes n’étaient assez radicales. Les peuples industrialisés et les individus super-industrialisés étaient loin d’être prêt à abandonner les rêves sordides que leurs gouvernements corrompus leurs avait promis. Jusqu’à La Subversion. Le schéma pyramidal erroné devient le schéma sphérique que l’on a aujourd’hui. Avant la Subversion, selon les Droits de l’Homme, tout être humain devait avoir droit à un environnement sain et propre. C’était indigne de l’Homme que de ne pas avoir y avoir droit. Si un gouvernement ou des individus ne respectaient pas ce critère des Droits de l’Homme, ils étaient plus ou moins sévèrement punis. Aujourd’hui les Droits de l’Homme Dans La Vie spécifient que si un homme contribue à la dégradation de son environnement, il n’est plus digne de porter le nom d’homme et n’est donc plus considérer comme tel. C’est pourquoi, à notre époque, lorsqu’un homme enfreint certaines règles concernant son environnement il se voit démettre de ses fonctions d’Homme et est mis en vente. Qu’arrive-t-il avec des hommes qui n’en sont plus? Il est important de différentier les Prisons, qui accueillent des êtres humains en réhabilitation, des XXXX, qui entretiennent des YYYY destinés à la vente.


Dans le but de pouvoir défrayer les coûts reliés à la dégradation de notre environnement, les gouvernements restants ont d’un commun accord créé un système commun de mise en marché des YYYY. Pour faciliter les transactions, ils ont tous convenus de les installer des modules facilement transportables par train qui pourrait vivre sans approvisionnement extérieur pendant une certaine période de temps. Ces modules servent donc de cellules pour leur occupant et de support aux différents systèmes de transports, d’entreposage et de vente. Ainsi, le YYYY est placé dans un environnement conçu pour le garder en bon état du tribunal jusqu’au point de livraison final. Cet environnement modulaire répond aux besoins organiques de son contenu : gérer les entrés de nourriture, les sorties et traitements des déchets, gérer l’atmosphère du volume et garder le YYYY dans sa forme habituelle. Les bâtiments-système d’entreposage permettent une gestion efficace des cellules, une distribution automatisée des ressources pour chaque cellule et présente un aspect agréable et anodin pour les populations humaines qui pourrait être mises en contact avec le bâtiment. Les bâtiment-système de vente sont destinés à mettre les acheteurs potentiels dans un état d’excitation propice à l’achat de marchandises. La vente de YYYY est vue comme une soirée-évènement mondaine où les pouvoirs des différentes sphères se rencontrent à la manière des Clubs Privés d’une autre époque.

1ere piste conceptuelle

Évidemment, les différents systèmes et constructions sont pensés et optimisés de façon à minimiser les coûts en ressources humaines et en ressources naturelles. L’implantation des bâtiments est limitée au minimum sur tous les différents sites. L’intégration des modules dans les différentes villes est laissée à des architectes locaux qui prennent les décisions avec l’appui de l’exécutif local.

« Si un humain n’est pas capable de percevoir la douleur d’un autre, il serait justifié de lui retirer sa qualité d’homme. » Bernard Werber


SUBVERSION

Subversion Subversion Subversion

Humains VS. Environnement

Subversion

La différence entre les deux systèmes de pensés est percutante. L’un se voit dominant, profitant de ses cerfs et l’autre se voit intégré dans ce qui se trouve être son environnement: l’espace absoluement essentiel à sa survie.


L’enceinte et l’ouverture

Un élément central contient les prisonniers. Cet élément se baisse, vient fermer le volume et devient impénétrable.


La prison et la publicité

L’élément central, en s’élévant, libère le passage sur les cotés et permet l’entrée des clients dans le bâtiement. Les surfaces de l’élément central font office d’immenses panneaux publicitaire et indique l’ouverture du magasin.


Le Temps et les Institutions

Composition métaphorique sur la facon dont l’on peut voir les institutions, et de quelle facon elle pourrait évoluer avec le temps.


Work in progress


Work in progress


Work in progress


Rendu intermĂŠdiaire


La Marchandise

La Cellule

L’Entrepôt

Le Showroom

Le Principe / La marchandise

Ca s’en vient.

Le capitalisme et son cycle de consommation fonctionne avec des systèmes intégrés. La prison/showroom fonctionne sur le même principe. De la marchandise de base, au récipient qui le contient, aux installations immobilières qui contiennent les contenants et permet la consommation de masse.


Le Showroom

La M arc

hand

L’Entrepôt

Le Système

La mondialisation du système

ise


Ouvert / L’Arrivée des Clients

Fermé / La Vente

L’Évènement


Le Menu

Les prisonniers/marchandises montent et descendent dans des grands couloirs verticaux dépendemment des offres qui sont faites pendant les enchères. La mise en scène est destiné à exarcerbé la compétiton entre les acheteurs et faire ainsi monter la mise.


$

$$

$$$

$$$$

?

? $

$

$$$$$

L’Enchère

Les acheteurs peuvent poser des questions aux prisonniers qu’ils vont acheter. Les acheteurs peuvent également poser des mises. Les différents étages du module des prisonniers abritent des marchandises de plus en plus convoitées.


em

pl oy és

Grande Salle Circulation Servant

s se

Entrepôt

di an

e

Entrepôt

La Patente

Circulation marchandise

ré e

Administration

En t

Showroom

Entrepôt

é tr En

h rc a m


La Coquille

La Structure

Les Plate-formes

L’Axonométrie

L’Axonométrie


L’Implantation


La Circulation : Population


La Circulation : Les Clients


La Circulation : Les EmployĂŠs


La Circulation : La Livraison


Le Plan : Rez-de-ChaussĂŠ


Le Plan : - 1 : La Circulation


Le Plan : - 2 : Le Servant


La Coupe : AA


La Coupe : BB


La Coupe : CC


La Coupe : DD


La Coupe : EE


« Le futur a été créé pour être changé. » - Paulo Coelho

Le Moment d’Espoir


Work in progress


La personne reconnu coupable de crime contre l’environnement est une personne qui répondait à un impératif monétaire, il répondait au système dans lequel nous vivons, le capitalisme. Cette personne obtient de l’argent en échange de ressources ou d’un services donnés à des consommateurs. Qui est le véritable coupable? L’exécutant où l’entité qui cautionne l’exécution en tant que telle? Le Criminel environnemental percevait l’ensemble de l’environnement comme son bien personnel, comme un objet de consommation? Il se retrouvera maintenant de l’autre coté de la vitrine, du coté de l’objet de consommation. Il sera offert en vente à des gens tout aussi peu scrupuleux que lui, aux consommateurs, à des gens qui pourront faire de lui ce qui leurs chantent. À moins que la prison et son architecture n’arrive à changer les choses. À rendre le consommateurs humble et conscient de se qu’il s’apprète à consommer. À moins que l’architecture soit plus qu’un simple environnement bâti, qu’il soit une entité capable d’arrêter l’innaceptable.

Rendu final

L’innaceptable


capitalisme croissance sans borne

1 + 1 = 0

le monde écosystème fermé

le monde actuel un système inconcevable


ex te ri eu r

e dr or

es

te r

ieu

r

voir

et ap

in

consommer

it

es

io n

nn

us

do

of

vu

er

consumer pr

etre

lim

so de

de so

on

pr en

dr

e

re

rd

la ti

La balance des choses

La structure de gauche représente l’équilibre précaire des systèmes et constructions humaines. Les mots pèsent et s’équilibrent dans cette représentation de ce que sera la prison.


Implantation

Une trame générale de 10m par 10m, régie l’emplacement de la prison,du stationnement, des 3 voies de circulations traversant le cours d’eau et la trame d’arbre. Une grande faille transperce tout les éléments de la trame.


la limite l’enveloppe

les expériences le

le volume des prisonniers

plurilithe

la barrière le

mur

la cage

écran

la plate forme

l’assise le volume servant

le reste le site

Axonometrie generale


Coupe AA

L’ensemble du volume bâti. Une coquille enfermant un monde intérieur composé de multiple limites, barrières et miroirs. Une architecture de confrontation et paradoxalement de rédemption.


Vue extérieure

L’enveloppe composée de panneaux de métal recouvert de verre réfléchit son environnement, empechant toutes interprétations du bâtiment. La faille est facilement lu comme l’entrée au bâtiment. La surface de dalles sert de stationnement, mais est concu de telle sorte que l’auto ne semble pas à sa place à cet endroit.


Coupe Détail enveloppe

Le toit vitré permet de chauffer le grand espace d’air où sont situé les poutres. L’air est ensuite redistribué selon les besoins dans tout le bâtiment. Le détail des panneaux de verre et la structure des meneaux sont concus de tel sorte que l’enveloppe semble se prolonger dans le ciel et dans le sol. La verticalité est soulignée.


Plan 0 - Plate-Forme

Chaque niveau à une identié bien défini. Le niveau auquel les consommateur arrive se trouve à être une plateforme suspendu dans les airs par de grands câbles d’acier. Donnant l’impression d’être dans une immense cage. Des mobiliers de différentes hauteurs rythme l’espace et offrent des informations aux consommateurs concernant la marchandise.


Vue de l’entrée

Une passerelle juste assez large pour un consommateur, permet ou oblige aux nouveaux arrivés d’être vu de l’ensemble des gens déjà présent. Le parcours solitaire est destiné à ce que le consommateur se pose une question essentiel : Qui suis-je et que viens-je faire ici?


Plan -1 - Circulation

Le niveau inférieur, celui de la circulation, est en rupture nette avec le précédent. Rien n’interrompt l’immense surface hormis des meubles placés sans aucun ordonnancement, rappelant le désordre et la vulgarité des marchés grandes surfaces. Trois grands montecharges apportent de la nourriture aux consommateurs de la même manière qu’un chercheur avec des souris qui seraient l’objet de sa recherche.


Les Consommateurs - La Cage

Un plancher de verre entoure le plurilithe, permettant des vues en profondeur dans les entrailles du bâtiment. Les câbles d’aciers, emprisonnant les consommateurs venus acheter des prisonniers.


Plan -2 - Le Servant

Le dernier niveau accessible à tous, offre aux consommateurs très peu de plaisir sensoriel. Dans un dédale de murs bétonnés se retrouve, au hasard, des pièces de machinerie et des toilettes, des trônes montés sur podium. Des portes coulissantes permmettent temporairement de moduler l’espace, mais laissant toujours la crainte aux consommateurs d’être dérangés dans un moment des moins glorieux, malgré le trône sur lequel il est assis.


Coupe BB - L’échange / Le miroir

Lorsque la vente s’effectue, le volume des prisonniers s’élève du sol et vient remplir la faille laissé dans le bâtiment. Un face-à-face inévitable et gênant attend les consommateurs venu acheter des prisonniers. Une domination de l’un sur l’autre ou une épreuve d’humilité? La vitre les séparant étant la dernière limite avant que les consommateurs ne deviennent à leur tours des prisonniers.


exposition face-Ă -face

dortoir

AxonomĂŠtrie - Volume des prisonniers


Les Prisonniers / Les Consommateurs

Qui est le prisonnier? Qui est le consommateurs? Qui est libre? Qui ne l’est pas?


La nature La detente La gastronomie Le sommeil

La musique L art Le cinema

La lecture L amour

Les relations humaines

Le travail La curiosite

Axonométrie - Le Plurilithe

Pour les consommateurs capable de percevoir le vrai derrière l’illusion, ils pourront accéder au plurilithe, un ensemble de volumes cachant en chacun d’eux, un moment de simplicité, d’humilité.


Coupe CC - Le Plurilithe


Maquette


«Peut-on justifier un capitalisme qui s’est développé sur la base de l’esclavage de masse?» Eric Hobsbawm


Portfolio Atelier de Thomas Balaban